Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voyageurs étrangers à la cour de France, 1589-1789

 | 
Caroline zum Kolk
, 
Jean Boutier
, 
Bernd Klesmann
, 
et al.

Première partie. Le voyage comme outil politique

Reconnaissance, plaisance et doléance : le prince de Monaco à la cour de France au milieu du XVIIe siècle

Thomas Fouilleron

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Un protectorat devenu envahissant et le déclin des Habsbourg conduisent les Grimaldi de Monaco à quitter la domination espagnole pour se placer sous la protection du roi de France. L’application de l’accord signé à Péronne par Louis XIII le 14 septembre 16411 appelle, en dix ans, quatre séjours d’Honoré II de Monaco à la cour. Pour le premier, qui retient hors de Monaco son prince du 25 avril au 23 juin 1642, le roi est devant Perpignan. Le deuxième, à Paris, s’effectue de novembre 1642 à avril 1643. Le troisième a lieu d’octobre 1646 à mai 1647 et le quatrième de février à octobre 1651. Si les deux premiers répondent à une invitation formelle et à un désir réciproque de connaissance et de reconnaissance, les deux suivants sont motivés par des plaintes et doléances. Si tous les voyages accusent un motif clairement politique, leur enjeu est aussi culturel : se faire français, tout en restant souverain étranger. Mais le protégé attend surtout de son protecteur que les grâces obtenues,...

Auteur

Directeur des archives et de la bibliothèque du Palais princier de Monaco, chercheur associé au Centre de la Méditerranée moderne et contemporaine (EA 1193 – université de Nice – Sophia Antipolis)

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.