Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entre violence et conciliation

 | 
Jean-Claude Caron
, 
Frédéric Chauvaud
, 
Emmanuel Fureix
, 
et al.

Quatrième partie. Gestion des sorties de crise des modèles complémentaires ou contradictoires ?

La loi d’amnistie du 2 janvier 1816 : volonté d’apaisement, mémoire de violence

Noëlle Dauphin

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

À l’été 1829, à l’annonce du gouvernement formé par Polignac, le Journal des Débats s’exclame : « Coblence, Waterloo, 1815 ! ». La Bourdonnaye1, en effet, semble n’avoir laissé de ses différentes législatures que le souvenir de la proposition faite sur l’amnistie en novembre 1815 – transformant d’après ses détracteurs une loi d’indulgence en code de proscription – et celui de ses violences verbales, comme la fameuse injonction : « Il faut des fers, des bourreaux, des supplices2. » Il est devenu le symbole d’une volonté éperdue de revanche de la majorité ultra à l’issue de l’épisode des Cent Jours, entraînant dans son sillage la mémoire de l’amnistie. C’est oublier la réelle volonté de conciliation du gouvernement, marquée par le soin d’y associer le pays par l’intermédiaire des Chambres.

En effet, l’amnistie est soumise au débat parlementaire3. Mais le projet d’apaisement et d’oubli du passé y devient source de violence et d’affrontement des mémoires dans une sorte de mise en scène t...

Auteur

Maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université d’Orléans.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540