Version classiqueVersion mobile

Entre violence et conciliation

 | 
Jean-Claude Caron
, 
Frédéric Chauvaud
, 
Emmanuel Fureix
, 
et al.

Quatrième partie. Gestion des sorties de crise des modèles complémentaires ou contradictoires ?

Pax Helvetica ? La construction de la légendaire non-violence suisse (1798-1918)1

Irène Herrmann

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Parler de violences et de réconciliations en Suisse peut paraître inutile tant la Confédération semble paisible. En réalité, comme on s’en doute, l’image d’une contrée providentiellement épargnée par les divisions relève du cliché2. La société suisse a longtemps été tout aussi violente que les autres, et le calme qui semble, toutes proportions gardées, régner dans le pays est bien le fruit d’efforts, de techniques et de structures conciliatoires qui, selon certains politologues tels que Arend Lijphard, forment un vaste réservoir de modèles à méditer, voire à imiter3.

Selon ces chercheurs, la tranquillité suisse s’alimenterait à la fois à une incontestable prospérité économique et à une longue tradition d’accommodement4. Bizarrement, et en dépit de cette assertion, les historiens ne se sont jamais vraiment penchés sur la question de la réconciliation politique. Certains se sont tus, parce qu’ils estimaient en effet que les Suisses étaient « génétiquement » calmes, tout débordement n’é...

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search