Version classiqueVersion mobile

Turcs et Français

 | 
Güneş Işıksel
, 
Emmanuel Szurek

Cinquième partie. Autour de Jean Deny vers une histoire de la turcologie française

La turcologie avant Jean Deny. La place des drogmans

Gilles Veinstein

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Par l’importance et la diversité de son œuvre qui a embrassé plusieurs secteurs des études turques au sens large, par sa position dans le monde académique de son temps, Jean Deny a assurément ouvert une nouvelle phase dans l’histoire de ce domaine en France. Tous ceux d’entre nous qui ont été les élèves de son disciple et successeur aux Langues orientales, notre maître, Louis Bazin, s’inscrivent dans la chaîne, pour emprunter cette notion aux confréries soufies, qui a commencé avec lui. Pour autant, il y eut bien un « avant Jean Deny », et lui-même, avant d’ouvrir une étape nouvelle, a été l’héritier d’une longue tradition. C’est à un bref aperçu de cette « préhistoire » des études turques en France qu’est consacrée ma communication1.

On serait tenté de faire remonter la naissance des études turques en France à la fameuse alliance entre François 1er et Soliman le Magnifique qui se marqua par une correspondance et une concertation entre les deux pays d’une intensité qui nous étonne au...

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search