Version classiqueVersion mobile

Turcs et Français

 | 
Güneş Işıksel
, 
Emmanuel Szurek

Quatrième partie. L’université turque, acteur et enjeu des relations scientifiques internationales

« Un bluff perpétuel » : les dessous de la présence française dans l’Université turque (années 1930)

Guillaume Tronchet

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Paris, avril 1932. Dans l’un des bureaux du 96 boulevard Raspail, où loge l’Office national des universités et écoles françaises (ONUEF), le médiéviste Charles Petit-Dutaillis, son directeur, apporte une dernière touche à son rapport annuel ; seize longues pages consacrées à la situation de l’enseignement français à l’étranger, qu’il se plait à conclure d’une plume imagée, hommage aux missionnaires de la science et de la culture que la République – troisième du nom – expatrie outre-France : « J’imagine, écrit-il, un lac français, dont les eaux, réputées bienfaisantes, sont aspirées, expédiées généreusement au loin, pour aller fertiliser des pays étrangers1. » Plaisant tableau, où s’exhale l’arrogance tranquille de cet « impérialisme de l’universel2 » si caractéristique des élites de la « société impériale3 » tertio-républicaine. Il témoigne de ce que celles-ci sont acquises, et ce depuis la fin du XIXe siècle, à l’idée que la science et la culture ont désormais un rôle à jouer dans ...

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search