Version classiqueVersion mobile

Turcs et Français

 | 
Güneş Işıksel
, 
Emmanuel Szurek

Quatrième partie. L’université turque, acteur et enjeu des relations scientifiques internationales

Entre Obst et Chaput : influences européennes et création de l’École turque de géographie (1915-1943)

Nicolas Ginsburger

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

En août 1915, Albrecht Penck (1858-1945), professeur à l’université de Berlin et « pape » de la géographie allemande de l’époque1, parle de son fils Walter, jeune géologue mobilisé dans l’armée allemande, à son collègue de Leipzig et ami intime Joseph Partsch (1851-1925) :

« Walter a reçu une proposition de l’université de Constantinople comme professeur de géologie. […] Il [y] a là le meilleur champ d’action imaginable, du point de vue géographico-géologique. Du point de vue pédagogique, la chose n’est pas facile car il doit enseigner en turc et dispose d’un an pour l’apprendre. Son action […] est complètement dans l’intérêt allemand. On veut briser l’influence française à Constantinople, qui est virtuellement encore toujours très puissante […]. Walter servira donc également la patrie, c’est pourquoi son détachement de l’armée ne devrait pas poser de difficulté. Là-bas, il sera plus à l’abri des grenades que dans les tranchées2. »

Au moment où la guerre de position a succédé à la gue...

Auteur

Professeur d’histoire, docteur de l’université Paris Ouest-Nanterre La Défense

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search