Version classiqueVersion mobile

Turcs et Français

 | 
Güneş Işıksel
, 
Emmanuel Szurek

Deuxième partie. Archéologues et militaires servir la France auprès des Turcs

La fondation de l’Institut français d’archéologie de Stamboul (1930-1932)

Jacques Thobie

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Un difficile accouchement, quatre essais non transformés

La première allusion à une institution archéologique française dans le vaste secteur anatolien-syrien-mésopotamien, laissé pratiquement en friche par l’École française d’Athènes (EFA) et l’École française du Caire (EFC), vient du drogman-archéologue Charles Clermont-Ganneau en 1886 ; ce projet passa pratiquement inaperçu1.

Paul Cambon, ambassadeur à Constantinople en 1891, développe une considérable énergie pour la promotion de l’archéologie française dans l’Empire ottoman. Il agit en accord avec Hamdi Bey, francophile notoire, directeur des musées impériaux de 1881 à 1910, qui accepte de prendre à son service un jeune archéologue frais émoulu de l’EFA, André Joubin. Premier acte d’un projet beaucoup plus ambitieux : mettre ce dernier à la tête d’un organisme permanent à créer à Constantinople. Cambon expose son projet à son ministre le 1er avril 18932 insistant sur la nécessité d’installer dans la capitale une...

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search