Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Turcs et Français

 | 
Güneş Işıksel
, 
Emmanuel Szurek

Deuxième partie. Archéologues et militaires servir la France auprès des Turcs

La présence archéologique française en Turquie (1912-1939)

Nicole Chevalier

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« La question n’est pas seulement archéologique. Elle est un des éléments de notre action politique. Là où vont nos archéologues, nos savants, c’est la France qu’on voit venir1. »

Cette vision de l’archéologie et du rôle de l’archéologue, exprimée par les contemporains près d’un an après l’armistice de Moudros (30 octobre 1918), est apparue quelque trente ans plus tôt, développée par un diplomate d’envergure, Paul Cambon, puis par un scientifique de renom, Gustave Mendel. Se fondant sur un passé scientifique jugé glorieux, ils ont plaidé avec force pour que la France ne néglige pas l’archéologie à une période où la compétition culturelle revêtait un caractère particulièrement âpre. Dans ce contexte, l’archéologie n’est plus, comme le souligne Mendel, une simple « petite science historique2 » mais l’expression du génie d’une nation. À bien des égards, les officiers de l’armée d’Orient l’ont compris puisqu’en vertu d’une tradition inaugurée par l’expédition d’Égypte de Bonaparte, ils s...

Auteur

Ingénieur d’études au département des antiquités orientales, musée du Louvre

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540