Version classiqueVersion mobile

Turcs et Français

 | 
Güneş Işıksel
, 
Emmanuel Szurek

Première partie. De Paris à Constantinople. Translations intellectuelles

Entre l’universel et le national : les usages du positivisme dans l’Empire ottoman (1895-1923)

Enes Kabakçı

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Cette contribution se propose de mettre en évidence les modalités d’introduction et d’appropriation du positivisme dans l’Empire ottoman. Notre grille d’analyse repose sur les théories des transferts culturels. Elle est notamment centrée sur la conception, formulée de longue date par l’anthropologie culturelle, de la « réinterprétation », entendue comme « le processus par lequel d’anciennes significations sont attribuées à des éléments nouveaux ou par lequel de nouvelles valeurs changent la signification culturelle de formes anciennes1 ». À travers l’exemple de Beşir Fuad, nous considérerons une première appropriation, partielle et strictement naturaliste, de la pensée comtienne par les élites intellectuelles ottomanes exposées à la « propagande positiviste » dès la seconde moitié du XIXe siècle. Puis nous examinerons l’inflexion politique et identitaire qu’au tournant du siècle Ahmet Rıza, l’un des principaux leaders et théoriciens du mouvement jeune-turc, donne à la réception otto...

Auteur

Maître de conférences à l’université d’Istanbul

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search