Version classiqueVersion mobile

Turcs et Français

 | 
Güneş Işıksel
, 
Emmanuel Szurek

Table des matières

François Georgeon

Préface

Güneş Işıksel et Emmanuel Szurek

Introduction

Situations historiographiques
Organisation de l’ouvrage
De Paris à Constantinople. Translations intellectuelles
Archéologues et militaires. Servir la France auprès des Turcs
À l’ombre de la Turquie nouvelle
L’Université turque, acteur et enjeu des relations scientifiques internationales
Autour de Jean Deny. Vers une histoire de la turcologie française
Emmanuel Szurek

Extraversion et dépendances. Les termes de l’échange culturel franco-turc de la guerre de Crimée à la guerre froide

Définir les termes de l’échange culturel franco-turc
« Culture turque » et « culture française » : l’approche par les artéfacts
« Turcs » et « Français » : l’approche par les acteurs
Turquie et France : l’étatisation de l’échange culturel franco-turc
Ni culturalisme ni sociologisme
De la guerre à la guerre. Périodiser l’échange culturel franco-turc
Petit exercice d’histoire régressive (1839-1536)
Autour de la guerre de Crimée. L’ouverture de la parenthèse culturelle franco-turque
Steamers et endettement
Ba(na)liser l’Orient
Les échelles de l’échange (1850-1920)
Un archipel réformateur entre Paris et Péra
Qui parle français ?
L’ombre allemande plane sur l’échange culturel franco-turc
Le flot et le jusant (1920-1960)
L’arrivée des réfugiés allemands dans l’Université turque
Fin de partie
Le mort saisit le vif

Première partie. De Paris à Constantinople. Translations intellectuelles

Claire Fredj

Quelle langue pour quelle élite ? Le français dans le monde médical ottoman à Constantinople (1839-1914)

Les échanges médicaux franco-ottomans au premier XIXe siècle
Une institution ottomane en langue française : l’École impériale de médecine militaire
Les médecins ottomans et l’Occident
Présences médicales et influences politiques : le « moment français » de l’après-guerre de Crimée
La Société impériale de médecine de Constantinople : franciser pour mieux exister ?
Une société savante née pendant la guerre de Crimée pour diffuser la médecine occidentale
La Société impériale de médecine, le français et le refus de la turcisation de l’enseignement médical
Les difficultés de la Société impériale de médecine et de la Gazette médicale d’Orient
Le français au temps des recompositions nationales (fin XIXe-début XXe siècles)
Le français comme fer de lance de l’ottomanisme ?
Le français dans la presse des sociétés médicales ottomanes
Les rivalités franco-allemandes dans le domaine médical à l’âge de « l’impérialisme »
Conclusion
Enes Kabakçı

Entre l’universel et le national : les usages du positivisme dans l’Empire ottoman (1895-1923)

Un premier passeur : Beşir Fuad (1853-1887)
Ahmet Rıza, interprète du positivisme (fin des années 1880-1908)
Réinterpréter le positivisme, revisiter la tradition
L’évolution du positivisme dans l’Empire ottoman à l’époque de la seconde monarchie constitutionnelle (1908-1910)
Ziya Gökalp, interprète de Durkheim à la veille de la République (1910-1924)
Conclusion
Dilek Sarmış

L’essor du bergsonisme en Turquie : une lecture de la guerre d’indépendance à travers la revue Dergâh (1921-1923)

Le paysage intellectuel ottoman avant Dergâh et son rôle dans la réception de Bergson
Aux marges de l’espace intellectuel un nouvel évolutionnisme aux portes de la tradition soufie
Du spiritualisme philosophique au vitalisme politique : le Bergsonisme de Dergâh
Conclusion

Deuxième partie. Archéologues et militaires servir la France auprès des Turcs

Nicole Chevalier

La présence archéologique française en Turquie (1912-1939)

L’effondrement de l’archéologie française dans les territoires ottomans
La reconquête
L’archéologie lors de l’ouverture de la conférence de la Paix (18 janvier 1919)
L’archéologie à l’ombre du drapeau
L’Institut français de Stamboul et le retour des archéologues français en Turquie (1930-1939)
Conclusion
Loubna Lamrhari

L’obsession allemande dans la production du savoir militaire français sur l’armée ottomane et turque (1883-1933)

Mise en perspective sur la « génération Goltz » (1883-1895)
La seconde monarchie constitutionnelle au prisme franco-allemand (1908-1918)
Variations sur la place de la France dans la « Turquie nouvelle » (1923-1933)
Franziska Heimburger

Mobiliser les compétences linguistiques et culturelles : l’organisation du service de langues dans l’armée française en Orient pendant la Première Guerre mondiale

Un prolongement de la diplomatie universitaire ou comment faire du renseignement en langues rares
Élargir le cercle. La recherche des compétences en dehors des circuits établis
La composition du corps des interprètes militaires recrutés parmi les hommes de troupe ou la diversité de l’interprétariat militaire
Jacques Thobie

La fondation de l’Institut français d’archéologie de Stamboul (1930-1932)

Un difficile accouchement, quatre essais non transformés
La création de l’institut, l’œuvre de deux amis qui s’activent en mars 1929
Le recrutement des pensionnaires et chargés de mission
La transformation du drogmanat en institut de recherche
Vers un démarrage discret de l’institut (novembre 1930)
En rodage – 1931
L’institut, port d’attache de chercheurs en Anatolie – 1932

Troisième partie. À l’ombre de la Turquie nouvelle

Olivier Decottignies

Un correspondant de presse en Turquie : Paul Gentizon ou l’Orient en marche

Les chemins d’Istanbul
L’adieu à l’Orient
La femme, la ville, ou la modernité comme signe
Timour Muhidine

Les voyageuses d’Anatolie : journalistes et reporters françaises dans la Turquie de Mustafa Kemal (1921-1936)

Femmes et aventurières
Moyens de transport et rencontres officielles
Quelques remarques sur le style lyrique
Une génération d’ethnographes
Jean-François Pérouse

Henri Prost et Istanbul. Le magistère contrarié (1937-1950)

Légendes dorées, légendes noires
Légendes dorées
Légendes noires : des poncifs tenaces régulièrement réactivés
Mise en contexte de l’intervention de Henri Prost : les vecteurs de l’influence
Une faible intégration dans les réseaux universitaires et professionnels turcs
Le réseau francophone des diplômés du lycée de Galatasaray
Le magistère impossible : un contexte très peu favorable
Conclusion
Pierre Pinon

Albert Gabriel et les Turcs

Premiers contacts avec la Turquie
Les relations officielles avec la Turquie
Les amis turcs d’Albert Gabriel
Conclusion

Quatrième partie. L’université turque, acteur et enjeu des relations scientifiques internationales

Nicolas Ginsburger

Entre Obst et Chaput : influences européennes et création de l’École turque de géographie (1915-1943)

La géographie universitaire dans un espace en transition (1906-1926)
Deux géographes-ambassadeurs français à Istanbul (1926-1932)
Des nominations très politiques (1931-1943)
École d’Istanbul et École d’Ankara. L’organisation de la géographie turque
Conclusion
Alexandre Toumarkine

Dumézil en Turquie (1926-1940)

La prépondérance française à l’université d’Istanbul dans les années 1920
Dans la solitude de Constantinople
Enseigner à l’université d’Istanbul
Le positionnement disciplinaire de Dumézil à Istanbul
L’historien des religions
L’anthropologue
Épilogue
Guillaume Tronchet

« Un bluff perpétuel » : les dessous de la présence française dans l’Université turque (années 1930)

Un marché de dupes
Des Français floués
Des Turcs mystifiés
Les universitaires français et l’exil turc
Désillusions précoces
Des conditions de travail rudimentaires
« Bon pour l’Orient » !
« Au service d’une noble cause »

Cinquième partie. Autour de Jean Deny vers une histoire de la turcologie française

Emmanuel Szurek

Les langues orientales, Jean Deny, les Turks et la Turquie nouvelle : une histoire croisée de la turcologie française (XIXe-XXe siècle)

Une institution. L’universitarisation de l’École des langues orientales
Le tournant impérial des Langues orientales
L’alliance Boyer-Meillet
Vieux drogmans et jeunes savants
Un individu. La carrière professionnelle et professorale de Jean Deny
Kiev-Paris-Beyrouth
Comment peut-on être drogman ?
Du drogman défroqué au savant distingué
Paris épouse Alger
Guerre et grammaire en Orient
Une construction nationale La fabrique transnationale de la turcité
L’invention de la « science du fait turk »
De la turcologie au turquisme : la captation nationaliste de la science orientaliste
De la Turquie à la turcologie : les profits académiques d’une mutation géopolitique
« Les succès des Turcs m’enchantent »
Conclusion
 
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search