Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Terres d’élections

 | 
François Dubasque
, 
Eric Kocher-Marboeuf

Conclusions

Serge Berstein

Texte intégral

1C’est un programme particulièrement ambitieux que s’est fixé le présent colloque puisqu’il s’agissait de rien de moins que de reprendre à nouveaux frais l’enquête pionnière conduite par André Siegfried en 1913 dans son célèbre Tableau politique de la France de l’Ouest, mais avec cette double complexification que là où Siegfried se contentait, si l’on peut dire, d’une photographie instantanée des zones étudiées au début du XXe siècle, il s’agissait dans ce colloque de saisir l’ensemble national, avec, de surcroît, quelques coups de projecteur sur l’international, et le tout sur deux siècles. Enfin, l’analyse s’opérait à des échelles différentes, depuis une micro-histoire des circonscriptions électorales jusqu’à une approche du territoire national pris dans son ensemble. D’où une trentaine de communications de nature et de portée différentes dont il s’agit ici de tenter de tirer les conclusions.

2La première débouche sur un constat évident. La formulation même du titre du colloque « Fiefs, bastions, terres de mission et déserts électoraux de la révolution à nos jours » invitait à se pencher sur les permanences des comportements électoraux d’un certain nombre de territoires, revisitant ainsi l’observation de François Goguel et des spécialistes des études électorales constatant qu’entre les élections de 1849 et la plupart de celles qui ont suivi lorsque le suffrage universel s’exerçait librement, le comportement des électeurs ne variait guère quant à la sensibilité majoritaire, même si l’étiquette des forces politiques qui en bénéficiaient pouvait changer. De fait, la plupart des communications qui abordent de longues périodes conduisent à confirmer cette observation, par exemple celle de Bruno Benoit sur Lyon dont il montre que l’électorat manifeste en permanence une volonté de comportement centriste qui trouve un point d’équilibre avec la longue domination d’Édouard Herriot sur la ville (de 1905 à 1957 !), point d’équilibre maintenu par ses successeurs aux étiquettes changeantes, UDR, UDF, voire aujourd’hui socialiste, sans qu’il paraisse évident que cette valse des étiquettes induise une politique municipale radicalement différente. La permanence est ici celle du comportement politique et non celle du fief personnel (sauf si on s’en tient au seul cas d’Herriot) et encore moins celle du fief politique d’un parti.

3Car il est clair qu’il convient de distinguer à ce niveau, comme le fait Bertrand Joly, l’équation personnelle d’un individu capable par ses qualités et son entregent de se tailler pour une longue période un fief électoral qui lui assure une base territoriale solide, du poids d’une force politique se réservant le monopole ou le quasi-monopole de la représentation d’une circonscription électorale. Du premier cas, les communications proposées nous offrent de multiples exemples ; celui d’Alexandre Ribot dans le Pas-de-Calais présenté par Walter Badier, celui d’Eugène Clémentel dans le Puy-de-Dôme étudié par Clotilde Druelle-Korn ou, dans le même département, celui de Jacques Bardoux qui fait l’objet de la communication de Jean-Étienne Dubois, celui de Louis Jacquinot dans la Meuse, décrit par Julie Bour, celui de Georges Bonnet en Dordogne étudié par Jacques Puyaubert ou celui d’André Liautey en Haute-Saône présenté par Olivier Verdier. Dans cette relation d’un homme à un territoire, il y a un début qui peut être la conquête du fief, laquelle peut être facilitée par la proximité géographique du candidat avec sa circonscription, comme le montre Michel Bussi, ou l’entrée en possession d’un héritage politique. Un excellent exemple de cette dernière variante est fourni par Jacques Bardoux, modéré, libéral, anticartelliste qui se taille un fief politique dans les terres radicales du Puy-de-Dôme, mais en revivifiant la mémoire de son père Agénor Bardoux, avant que lui-même cède son siège à son petit-fils, Valéry Giscard d’Estaing, et celui-ci à son fils Louis. Il faudrait aussi évoquer le cas des dynasties familiales de la Marne étudiées par Alexandre Niess. Le fief conquis, il faut le maintenir et, à ce niveau, interviennent les procédés classiques que l’on retrouve dans tous les fiefs personnels : la constitution de réseaux multiples, réseaux d’élus qui constituent un maillage soutenant l’action du chef de file et auxquels celui-ci apporte, en échange, sa protection et son appui, réseaux de sociabilité par la présidence de multiples associations locales, réseaux de presse, etc. Il s’y ajoute les fidélités résultant des intercessions en faveur des électeurs auprès des pouvoirs publics et la formation d’une clientèle par l’obtention de multiples avantages au bénéfice de la circonscription, qu’ils soient collectifs comme les subventions, les dérogations, les travaux publics ou individuels comme les décorations, les attributions de bureaux de tabac, les affectations de conscrits à proximité du domicile familial… Et ce clientélisme est d’autant plus efficace que le patronage émane d’un personnage connu, influent, accédant à des fonctions ministérielles. Dans ce dernier cas, le préfet lui-même est tenu de ménager l’élu, sauf à risquer des représailles lorsque celui-ci reviendra au pouvoir.

4Très différent est le cas de territoires qui, au-delà des hommes, témoignent d’une longue fidélité à des formations ou à des idées politiques. Particulièrement édifiant est le cas de la transformation des fiefs territoriaux de la noblesse en fiefs électoraux, traité par Roger Baury, qui montre que l’ancien patronage nobiliaire se mue en influence politique dans les régions où le lien hiérarchique demeure puissant. Les meilleurs exemples en sont sans doute ceux de la Loire-Inférieure évoquée par David Bensoussan, du nord du département des Deux-Sèvres traité par Jérôme Grévy, voire du Finistère sous la Seconde République étudié par Laurent Le Gall. À l’autre extrémité de l’échiquier politique, Fabien Nicolas nous décrit un radicalisme hégémonique dominant Béziers sous la IIIe République et Cyrille Rougier la pérennité d’une tradition socialiste entretenue par les associations locales à Limoges, cependant que Pierre Allorant nous présente le Loiret comme un fief radical sous la IIIe République. Cette fidélité d’un certain nombre de territoires durant une très longue période à une culture politique unique appelle évidemment des explications plus élaborées que les procédés mis en œuvre pour le maintien de fiefs individuels. Elle implique une correspondance entre le contenu de cette culture politique et les attentes des électeurs en matière de normes, de valeurs, de références, d’organisation politique et sociale et fait intervenir des paramètres aussi divers que le passé historique, la fidélité aux traditions, les croyances religieuses ou philosophiques majoritaires, le régime de la propriété, la vision du monde et de la société. Et c’est la raison pour laquelle ces « terres de mission » des partis opposés à la culture politique dominante débouchent longtemps sur des échecs ou des résultats décevants. C’est ce que montre Jérôme Pozzi en évoquant l’envoi, lors des élections de 1967, des « jeunes loups » de l’UDR à l’assaut des terres radicales du Sud-Ouest et son échec relatif. Encore faut-il noter que l’un des deux rescapés de l’offensive, Jacques Chirac, élu de l’ancienne circonscription du docteur Queuille à Ussel, réussit l’opération en se faisant adepte de la grande tradition radicale, c’est-à-dire en reprenant les procédés clientélistes classiques décrits plus haut pour les fiefs personnels, à l’opposé de l’image moderniste et dynamique qu’entendait diffuser le parti gaulliste.

5Il est vrai qu’à l’intersection des deux modèles ainsi définis, François Charmont place le cas original de la Nièvre, conquise par François Mitterrand comme un fief personnel en 1946 et dont son long intérêt finira par faire un bastion socialiste qui lui survivra.

6Dans cette longue revue des fiefs électoraux on ne peut éprouver qu’un seul regret, celui que n’ait pas été examiné de façon approfondie le cas des déserts électoraux, dont l’intérêt heuristique est évident, dans la mesure où l’explication du fait qu’une force politique ne parvient pas à s’implanter dans une région ou une circonscription qui lui est manifestement hostile ou indifférente complète avantageusement ce que nous apprend l’examen des fiefs politiques.

7Toutefois, dans la mesure où l’approche englobait deux siècles d’histoire, il était légitime que certaines communications introduisent des nuances chronologiques indispensables, sauf quoi on serait tenté de conclure à la fixité des cultures et des comportements politiques. Or, à ce niveau et dans la période contemporaine, la notion de fixité n’existe pas. Si les scrutins relèvent de la courte durée, les cultures politiques appartiennent à la moyenne durée des phénomènes culturels et elles évoluent avec les structures de la société dans laquelle elles s’inscrivent. Or les deux siècles pris en compte ont vu une extraordinaire révolution des conditions de vie de la société, des progrès spectaculaires dans le domaine du niveau de vie, des techniques, des structures du travail, de l’organisation de l’État, des transports, de l’information… qui ont évidemment leurs répercussions au niveau des cultures politiques comme du destin des fiefs électoraux. Ainsi le patronage nobiliaire ne cesse-t-il de décliner depuis les débuts du XXe siècle jusqu’à disparaître à peu près totalement au cours du siècle. Henri Courrière note ainsi qu’après 1880 le rôle des notables dominant les « bourgs pourris » des Alpes-Maritimes décline avec l’arrivée d’électeurs plus instruits et moins respectueux des hiérarchies. Étudiant le cas d’Antoine Pinay sous la IVe République, Sylvie Guillaume met en évidence une période transitoire où les pratiques se modifient avec des organisations partisanes mieux structurées. Et Gilles Richard, s’appuyant sur l’étude de l’organisation du CNIP en Côte-d’Or le confirme en évoquant la surprenante tentative de Roger Duchet de donner aux « Indépendants » un parti organisé, voire discipliné, qui devient hégémonique dans son département d’origine.

8Avec la Ve République, les voies d’accès au fief électoral se modifient et Bernard Lachaise analyse, en la nuançant, la filière privilégiée que constitue, pour une minorité il est vrai, le passage par un cabinet ministériel. Et, pourrait-on ajouter, l’onction de l’admission à l’ENA, voie royale de transition entre carrière administrative et carrière politique. Cependant que Ludivine Vanthournout montre que l’institution en 1958 de la suppléance parlementaire constitue une forme originale de transmission de l’héritage politique pouvant se substituer au traditionnel héritage familial. Enfin, la bipolarisation tendancielle de la vie politique, quoiqu’imparfaite, n’est pas sans effet sur les fiefs électoraux. Le déclin du radicalisme et les évolutions de la population du Loiret ouvrent celui-ci, nous dit Pierre Allorant, à un affrontement entre la droite qui en a fait un bastion électoral et un socialisme qui ne parvient pas à conquérir la place des radicaux. On pourrait ajouter à ces évolutions le cas de la Bretagne dont le basculement à gauche depuis 1973, prolongeant ainsi une évolution dont les premières étapes sont décrites dans la thèse de David Bensoussan, n’est pas le moindre démenti à l’idée d’une fixité des cultures et des comportements politiques.

9Au total, ce colloque a démontré tout l’intérêt d’une approche de la vie politique sous l’angle territorial, permettant de dépasser et de compléter l’approche nationale en nourrissant l’explication des comportements politiques par les données concrètes fournies par la biographie ou la monographie locale et rappelant utilement aux historiens, aux sociologues, aux politologues ou aux géographes que les sciences humaines se font à hauteur d’homme. Que les organisateurs et les communicants en soient remerciés.

Auteur

Professeur émérite d’histoire contemporaine à Sciences Po Paris

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540