Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Terres d’élections

 | 
François Dubasque
, 
Eric Kocher-Marboeuf

Sixième partie. Les novations de la Ve République

Les bastions sénatoriaux sous la Ve République (1959-2008). Essai de définition

Fabien Conord

Texte intégral

1Représentants privilégiés – réels ou autoproclamés – des élus locaux, les sénateurs sont des acteurs déterminants dans la territorialisation de la vie politique. L’étude des élections sénatoriales apparaît alors comme un angle d’approche pertinent pour l’analyse des comportements électoraux ainsi que des processus de constitution et de préservation d’un fief politique. Les élections sénatoriales sous la Ve République comptent un faible nombre de scrutins partiels, en raison de l’institution des suppléants. La longueur des mandats (neuf ans) explique le faible nombre de renouvellements (six ou sept selon les séries) entre 1959 et 2008. Les départements qui ont élu à six ou sept reprises des sénateurs de la même famille politique sont ici considérés comme des bastions. L’examen de leurs caractéristiques vise à mettre en lumière ce qui peut distinguer un bastion (partisan) d’un fief (personnel). Après un tour d’horizon des difficultés de constitution d’un « bastion sénatorial » et des conditions qui permettent l’usage de l’expression, une dizaine de départements feront donc l’objet d’une analyse destinée à éclairer les singularités des élections sénatoriales dans ces bastions et les traits distinctifs des sénateurs qui les représentent.

De la difficulté de constituer un bastion sénatorial

  • 1 Les Français de l’étranger sont représentés en tant que tels à l’Assemblée nationale depuis 2012 se (...)

2La diversité du mode de recrutement constitue une particularité du Sénat, seule Assemblée dont tous les membres ne procèdent ni du même corps électoral, ni du même mode de scrutin. Les sénateurs peuvent en effet être élus par les départements et autres collectivités territoriales, mais aussi par les Français de l’étranger réunis en tant que tels1. Dans les départements et autres collectivités territoriales, trois modes de scrutin coexistent, autre originalité des élections sénatoriales. Le scrutin proportionnel voisine avec le scrutin majoritaire uninominal et avec le scrutin majoritaire plurinominal, virtualité souvent mise à profit. Le département de l’Allier a ainsi élu, en 2008, une communiste aux côtés du sénateur sortant UMP.

3Avec la représentation proportionnelle, un département ne peut être monocolore, alors même qu’il peut constituer un bastion, comme l’illustre l’exemple de la Seine-Saint-Denis. Le PCF y obtient 58,89 % des suffrages exprimés en 1968 et 64,44 % en 1977. En 1977, la droite n’obtient aucun élu (117 voix sur 1 559 suffrages exprimés, soit 7,50 %), le PCF quatre élus et le PS (28,16 %) deux élus. Il s’agit donc de toute évidence d’un bastion de la gauche, et notamment du PCF, mais ce dernier ne peut y obtenir le monopole des sièges en raison du mode de scrutin. L’introduction du scrutin proportionnel peut battre en brèche une hégémonie politique. Ainsi, la Manche et le Puy-de-Dôme, qui avaient toujours été fidèles au même groupe politique (républicains indépendants en Normandie, socialistes en Auvergne), connaissent-ils une diversification avec le passage à la proportionnelle en 2001, permettant l’élection d’un socialiste dans la Manche et d’un républicain indépendant dans le Puy-de-Dôme. La représentation proportionnelle autorise elle aussi des durées de mandat très longues, car un sénateur est réélu tant qu’il est placé par son parti en position confortable.

4Bien qu’il soit restreint et supposé être connu, puisque principalement composé d’élus, le corps électoral sénatorial est mouvant et parfois difficilement saisissable. Trois éléments concourent à cette difficulté. Tout d’abord, il y a toujours au moins un, parfois deux, renouvellements municipaux entre deux élections sénatoriales. Pour ne citer qu’un exemple, les sénateurs élus en 1968 ont été renouvelables en 1977, après deux scrutins municipaux (1971 et 1977). Le plus souvent, un quart des maires changent à chaque élection, soit un bouleversement du corps électoral que ne connaissent pas les élus du suffrage universel direct. De surcroît, les élections municipales peuvent avoir lieu au printemps, et les élections sénatoriales en septembre suivant, ce qui, avec la parenthèse estivale, laisse peu de temps aux candidats pour faire la connaissance des nouveaux édiles. Enfin, l’élection des délégués intervient peu avant l’élection sénatoriale proprement dite. Dans un tel contexte, les sortants sont avantagés par leur connaissance des élus déjà en place. Ils apparaissent à même de constituer un fief personnel, mais est-il pour autant permis de parler de bastion ?

De la possibilité de constituer un bastion

5Deux indicateurs montrent la possibilité de constituer un bastion. Le taux de réussite des sénateurs sortants montre la constitution de véritables fiefs. Ceux-ci ne sont pas nécessairement des bastions politiques.

  • 2 [http://www.senat.fr/listes5R/index.html]. La dernière consultation en vue de ce travail a été réal (...)

6La Ve République compte 1 031 anciens sénateurs. Le site Internet du Sénat leur consacre une fiche individuelle, qui indique les raisons de leur fin de mandat. La consultation exhaustive de ces fiches livre les résultats suivants2 :

  • 3 Parmi les sénateurs démissionnaires, 36 ont renoncé à leur mandat sénatorial pour devenir députés e (...)
  • 4 Il s’agit des sénateurs représentant l’Algérie. Leur cessation de mandat intervient le 4 juillet 19 (...)

Ne se sont pas représentés

Décès

Défaite

Démission3

19624

Déchéance

Élection annulée

Total

Nombre

472

202

203

112

34

5

1

1 031

Pourcentage

45,78 %

19,59 %

19,69 %

10,86 %

3,30 %

0,48 %

0,10 %

Tableau 1. – Raisons de fin de mandat des sénateurs de la Ve République.
Note 3
Note 4

7Le pourcentage de sénateurs défaits n’est que de 12,79 % (33 sur 258) dans les départements ayant toujours voté à la représentation proportionnelle (Seine et Seine-et-Oise, Bouches-du-Rhône, Nord, Pas-de-Calais, Rhône, Seine-Maritime, Paris, Essonne, Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis, Val-de-Marne, Val-d’Oise). En effet, les sortants ne sont souvent représentés qu’en position éligible. Aucune défaite n’est à enregistrer non plus parmi les sénateurs représentant les Français de l’étranger, élus eux aussi selon la représentation proportionnelle. Ce mode de scrutin réserve beaucoup moins de place aux incertitudes que le scrutin majoritaire.

8Parmi les circonscriptions votant au scrutin majoritaire, le taux d’échec des sénateurs sortants est particulièrement élevé en outre-mer. Ainsi, dans les collectivités d’outre-mer toujours françaises en 2009, 19 sénateurs sur 46 ont été battus, soit 41,30 %. Dans six départements ou territoires d’outre-mer, ce sont même les sortants défaits qui composent la majorité : l’Ardèche, l’Eure-et-Loir, le Territoire-de-Belfort, la Guadeloupe, la Nouvelle-Calédonie et Wallis et Futuna. En Guyane et à Saint-Pierre-et-Miquelon, la moitié des sortants ont connu la défaite.

9En regard de ces terres peu amènes, aucun sénateur sortant n’a connu la défaite dans 12 départements métropolitains : Alpes de Haute-Provence, Ardennes, Ariège, Aude, Creuse, Gard, Landes, Lot, Lozère, Marne, Tarn-et-Garonne et Vosges. Il en va de même à Mayotte. Certains de ces territoires constituent des bastions fidèles à un courant politique, mais pas tous. La Creuse a ainsi élu à trois reprises (1959, 1962 et 1971) un socialiste en compagnie du radical Eugène Romaine, candidat sur une liste concurrente et régulièrement soutenu par les grands électeurs de droite. Dans les Vosges, tous les sénateurs de la Ve République sont de droite, mais représentent plusieurs courants politiques.

10Cette situation est classique. En effet, si certains départements sont nettement de droite, la concurrence entre les différentes composantes fut longtemps telle que nombre de sénateurs ont été battus par des représentants d’une autre famille de droite. Selon les moments, ces clivages opposent gaullistes et centristes, dans l’Ouest notamment, durant les années 1960 (Mayenne, Vendée) ou centristes et sénateurs sortants indépendants et paysans (dans la Meuse en 1974). Les conflits de générations peuvent recouper et masquer d’autres différends et différences. En 1992, les deux sortants Républicains indépendants de l’Orne, Henri Collette et Hubert d’Andigné, sont battus par un RPR (Daniel Goulet) et un centriste (Alain Lambert). En raison de ces épisodes, dont le pendant existe à gauche, entre radicaux et socialistes principalement (Creuse, Tarn…), peu de départements ont eu entre 1959 et 2008 une représentation exclusivement composée de représentants d’une même famille politique.

11Les départements représentés au Sénat dans le même groupe parlementaire pendant environ un demi-siècle sont rares pour une autre raison. En effet, ce critère élimine en grande partie les forces politiques ayant connu le déclin ou la progression au cours de cette période. Ainsi, pour des raisons opposées, radicaux et gaullistes sont sous-représentés. Encore largement dominants dans de nombreux départements, au moins lors des élections sénatoriales, au début de la Ve République, les radicaux-socialistes ont peu à peu été supplantés par le PS dans les terroirs de gauche, étant éliminés ailleurs par la droite, notamment gaulliste. Les gaullistes, qui se comptaient une trentaine durant les années 1960, deviennent progressivement le premier groupe de la Haute Assemblée, dont ils conquièrent la présidence en 1998.

12En raison de ces évolutions et de la difficulté de constituer un bastion, seule une dizaine de départements, soit un dixième de l’ensemble, ont toujours envoyé au Sénat des représentants de la même famille politique. Les départements faisant figure de bastions sont presque tous aux mains des socialistes ou des républicains indépendants durant la seconde moitié du XXe siècle.

13Cinq départements n’ont élu que des candidats socialistes sous la Ve République : les Basses-Alpes (devenues Alpes de Haute-Provence en 1970), l’Ariège, l’Aude, la Drôme et la Haute-Vienne. Le Puy-de-Dôme n’élit quant à lui que des sénateurs socialistes jusqu’en 2001 et, cette annéelà, seul le passage à la représentation proportionnelle permet l’élection d’un sénateur de droite.

  • 5 L’expression désigne les sénateurs membres du groupe des « Républicains indépendants » au Sénat (dé (...)
  • 6 Le retour au scrutin plurinominal n’empêche pas la réélection du sortant socialiste en 2011. Sur ce (...)

14Les républicains indépendants ont bénéficié de la fidélité de l’Aveyron jusqu’en 2008, tandis que la Lozère n’a élu que des représentants de cette famille politique jusqu’en 20115. Il en va de même pour la Manche où seul le passage à la représentation proportionnelle en 2001 permet l’élection d’un sénateur de gauche6.

15Les autres familles politiques sont moins bien partagées. Mayotte a constamment élu des candidats centristes. Le Tarn-et-Garonne est acquis au radicalisme (les radicaux siègent au sein de la Gauche démocratique, groupe devenu RDE puis RDSE). Les gaullistes monopolisent la représentation sénatoriale de la Côte française des Somalis (qui change de nom le 19 mars 1967 au profit de l’appellation « Territoire des Afas et Issas ») jusqu’à l’indépendance de Djibouti. Autre territoire devenu (à l’exception de Mayotte) indépendant, les Comores ont connu deux sénateurs non inscrits, Abderamane Ahmed Abdallah (soutenu par l’UDR en 1968) et Said Mohamed Jaffar el Amjad.

16Les élections sénatoriales ont été examinées dans ces départements pour la période 1959-2008, sauf dans la Manche et le Puy-de-Dôme où l’observation s’est arrêtée en 2001, en raison de la modification du mode de scrutin. 73 sénateurs ont représenté ces territoires durant cette période.

Des élections assurées et contrôlées

17Le nombre de candidats évolue à la hausse au long de la période examinée. En effet, les départements observés voient souvent très peu de candidats s’opposer au début de la Ve République. Cette faiblesse numérique est principalement à mettre au compte de la droite, qui est ainsi absente dans les Basses-Alpes, l’Ariège et l’Aude en 1962, en Haute-Vienne en 1968, dans les Alpes de Haute-Provence en 1971. Dans les départements dominés par les républicains indépendants, le nombre de candidats est plus élevé. La droite est souvent divisée. C’est le cas en Lozère dès 1959 (quatre candidats de droite sur un total de sept et pour un seul siège) et dans l’Aveyron en 1962 où centristes et gaullistes concurrencent les républicains indépendants. De plus, la gauche présente des candidats, même lorsque ses chances sont faibles. Jusqu’en 1968, la SFIO concourt dans tous les bastions étudiés, sauf en Lozère et outremer. Les communistes sont systématiquement présents, à l’exception de l’outre-mer, quelle que soit la couleur politique du département. Leurs scores sont souvent faibles, mais le PCF assure une politique de présence et use de ce scrutin pour exprimer ses idées politiques.

18La candidature unique est le fait de l’outre-mer : dans les Comores, où le sénateur Ahmed Abdallah est seul candidat à deux reprises ; en 1977, c’est Marcel Henry qui est seul en lice à Mayotte. En métropole, si cette configuration n’existe pas, le résultat ne fait guère de doute lorsqu’un candidat, notamment socialiste, se retrouve seul en lice face à un communiste au début de la Ve République.

19Le scrutin se limite alors à un seul tour, ce qui est souvent le cas dans les bastions. Dans l’Ariège, l’Aude ou la Manche, toutes les élections sénatoriales de la Ve République ont lieu dès le premier tour. Dans la Manche, c’est même tout le XXe siècle qui est vierge de second tour lors des élections sénatoriales. Entre 1959 et 1974, les sénateurs du groupe des républicains et indépendants y recueillent toujours plus de 80 % des suffrages exprimés au premier tour.

20Dans plusieurs autres départements, le premier tour est presque toujours suffisant. Un seul second tour est nécessaire en Lozère, en 1965. Il résulte de la division de la droite, qui présente quatre candidats, dont un ancien député, l’abbé Viallet (UNR). Le républicain indépendant Georges Bonnet doit donc attendre le second tour pour l’emporter (avec 55,52 % des suffrages exprimés) sur Félix Viallet ainsi que sur le candidat radical-socialiste demeuré en lice. Dans le Puy-de-Dôme, les socialistes sont toujours élus au premier tour sous la Ve République jusqu’en 1983. En Haute-Vienne, c’est entre 1959 et 1986 qu’il n’y a pas de second tour, même en 1968, alors qu’un sénateur sortant se présente en dehors de la liste officielle SFIO. Les modifications intervenues dans ces deux derniers départements découlent du changement de mode de scrutin lors des élections municipales de 1983. En effet, les partis de droite pénètrent dans les conseils municipaux de Clermont-Ferrand et Limoges, citadelles de gauche depuis la Libération. Il devient plus difficile aux socialistes d’être majoritaires dès le premier tour des élections sénatoriales.

21La domination d’une famille politique sur un département lui permet d’user du scrutin sénatorial comme d’une solution de repli pour ses leaders. C’est l’un des deux traits distinctifs qui caractérisent les bastions sénatoriaux, le second étant l’échec systématique des dissidences.

22L’une des caractéristiques d’un bastion politique est l’assurance que le candidat investi par le courant politique dominant sera élu, quelles que soient les circonstances. Ceci permet notamment le repli de certains leaders, départementaux ou nationaux. De tels cas de figure se rencontrent fréquemment dans les bastions examinés, se produisant à quatre reprises dans l’Aude (en 1959, 1967, 1974 et 1986), deux fois en Haute-Vienne (en 1977 et 1995), une fois dans le Puy-de-Dôme (en 1986), le Tarn-et-Garonne (en 1986) et en Lozère (en 2001).

23L’Aude offre quatre exemples de cette pratique. En 1959, le président du conseil général, Georges Guille, battu aux élections législatives de 1958, est élu au Sénat. En 1962, la circonscription qu’il avait perdue est regagnée à la SFIO par le maire de Carcassonne, Jules Fil. Désireux de retrouver le Palais-Bourbon, Georges Guille évince Jules Fil lors des élections législatives de 1967. Celui-ci récupère alors, dans une élection partielle, le siège sénatorial laissé vacant par Georges Guille. En 1974, à la mort d’Antoine Courrière, patron du socialisme départemental qui siégeait au Luxembourg depuis 1946, son suppléant, Robert Capdeville, n’est pas disponible puisqu’il est député depuis 1973 (dans l’ancienne circonscription de Georges Guille précisément). Il renonce alors à entrer au Sénat et une élection partielle est organisée : elle permet à Raymond Courrière, le fils d’Antoine, conseiller général depuis 1967 et membre du bureau fédéral du PS aux côtés de son père, de remplacer ce dernier au Sénat. Raymond Courrière obtient, face au PCF et à l’UDR, 64,11 % des suffrages exprimés. Réélu en 1980, il entre ensuite au gouvernement, suite à la victoire de François Mitterrand en 1981. Après le retour de la droite au pouvoir en 1986, son suppléant démissionne et Raymond Courrière retrouve son siège en septembre 1986. Il recueille encore à cette occasion 61,43 % des suffrages exprimés.

  • 7 Arch. dép. Aude, Fonds Jean Tisseyre, 90 J 44, réunion du 9 septembre 1962.
  • 8 Arch. dép. Aude, Fonds Jean Tisseyre, 90 J 44, réunion du 29 mai 1967.

24En 1962, Jean Tisseyre, conseiller général de l’Aude, reçoit les candidats socialistes aux élections sénatoriales. Il déclare qu’il avait à convoquer ses « amis » et qu’il s’est aperçu « avec plaisir » qu’il n’avait pas à faire d’exception parmi les maires du canton de Chalabre7. En 1967, toujours à l’occasion d’une élection sénatoriale, et alors que des élections municipales ont lieu en 1965, il constate à nouveau : « J’avais à convoquer les maires et délégués qui étaient de nos amis politiques […] j’ai constaté une fois de plus avec joie que je n’avais pas à me soucier d’un tri, que nous formions une famille parfaitement unie et que je devais convoquer tous les maires et délégués de toutes les communes du canton8. »

  • 9 En 1971, 53,32 % des maires du département sont socialistes, selon l’enquête préfectorale (Arch. dé (...)

25Ces propos ont un but politique, mais traduisent tout de même une réalité, celle d’une implantation socialiste extrêmement forte dans les campagnes de l’Aude9.

26La généralisation des accords de désistement entre communistes et socialistes dans les années 1970 bouleverse les rapports de force en de nombreuses régions. C’est notamment le cas en Limousin. Le maire de Limoges, Louis Longequeue, député socialiste, se fait élire sénateur de la Haute-Vienne en 1977. L’année suivante, tous les sièges de députés sont pourvus par des communistes, qui bénéficient des accords de désistement à gauche. En 1995, le président du conseil général Jean-Claude Peyronnet, qui a perdu son siège de député en 1993, retrouve le Parlement à la faveur d’une élection sénatoriale.

27En 1986, le scrutin sénatorial est utilisé par la gauche de deux façons. Dans le Puy-de-Dôme, où le PS s’est déchiré au moment de constituer sa liste pour les élections législatives, le sénateur Roger Quilliot, maire de Clermont-Ferrand et ancien ministre, a arbitré le conflit en prenant la tête de liste. Élu député au printemps, il renonce à son mandat pour retrouver le Sénat à l’automne suivant. Dans le Tarn-et-Garonne, c’est au contraire suite à son échec aux élections législatives, où un dissident socialiste a privé d’élu la liste MRG soutenue par le PS national, que Jean-Michel Baylet, le leader radical, est candidat aux élections sénatoriales. Il obtient 42,44 % des suffrages exprimés dès le premier tour (et son colistier 36,94 %) alors que les deux candidats socialistes recueillent 29,04 % et 22,16 %. Au second tour, les radicaux l’emportent largement, avec 65,30 et 64,06 % des suffrages exprimés.

  • 10 A. Rollat, « Tarn-et-Garonne : l’illusoire miracle… », Le Monde, 24 septembre 1986.

28Le scrutin sénatorial est plus favorable à l’activation des réseaux radicaux qu’une élection législative à la proportionnelle. Alain Rollat, qui suit la campagne, écrit que « le président du conseil général mène une campagne de notable ». En effet, Jean-Michel Baylet, qui est aussi le patron de La Dépêche du Midi, « mise, cette fois, autant sur le bilan de son action à la tête du conseil général, en se prévalant de plusieurs initiatives en faveur du développement agricole et rural, que sur l’influence de son quotidien régional, auquel il ne fait pas bon déplaire quand on est élu local10 ».

  • 11 J.-L. Andréani, « Puy-de-Dôme : “Ici, le danger de droite n’existe pas” », Le Monde, 21 septembre 1 (...)
  • 12 En 1983, le sénateur RI Jules Roujon organise « un grand banquet » le jour du scrutin, auquel il co (...)

29Les candidats du courant politique dominant ne négligent pas de faire campagne. Ce sont plutôt leurs adversaires qui semblent renoncer à les concurrencer sur ce terrain. En 1983, dans le Puy-de-Dôme, les trois candidats socialistes, « entourés d’élus locaux », « ‘ quadrillent systématiquement tout le département, jusque dans ses coins les plus reculés », alors que, selon un communiste, « le danger de droite n’existe pas » et que Claude Wolff, l’un des leaders de la droite départementale, considère « si nous mettons les socialistes en ballottage, ce sera un premier succès11 ». L’observation de la campagne sénatoriale de Jacques Blanc en 2001 par Yves Pourcher confirme ce sentiment. En Lozère, c’est la droite qui est majoritaire12. Jacques Blanc, député controversé depuis l’acceptation des voix du Front national lors de sa reconduction à la présidence de région en 1998, est candidat au Sénat, dont le collège électoral paraît moins prompt à polémiquer que l’opinion publique. La sénatrice sortant, Janine Bardou, renonce à se représenter pour raisons de santé. À droite, selon Yves Pourcher, « il n’y a pas eu la moindre tentative de concurrence » contre Jacques Blanc. Celui-ci prend néanmoins l’affaire au sérieux :

  • 13 Y. Pourcher, Votez tous pour moi ! Les campagnes électorales de Jacques Blanc en Languedoc-Roussill (...)

« Depuis le printemps, la presse locale décrit les visites du président du conseil régional dans les divers cantons du département. Il rappelle les réalisations, inaugure et promet. Régulièrement, en présence d’élus municipaux, on le voit en photo dans les salles de mairie. Le chauffeur me racontera qu’il voulait passer partout et qu’il faisait du porte-à-porte auprès des délégués13. »

  • 14 Y. Pourcher, op. cit., p. 156.
  • 15 Suppléant de Jacques Blanc, il préside le conseil général de Lozère.
  • 16 Y. Pourcher, op. cit., p. 156.
  • 17 J. Andréani, « Aveyron : “Les voies du Seigneur sont impénétrables !” », Le Monde, 21 septembre 198 (...)
  • 18 Le Monde, 26 septembre 1989.

30Yves Pourcher énumère les trois arguments de Jacques Blanc. Si les promesses sont possibles à tout candidat, il n’en va pas de même pour les deux premiers éléments. Seul un parlementaire ou un détenteur d’exécutif local est certain de figurer en bonne place lors d’une inauguration et de pouvoir prononcer un discours où il met en avant son action. Il bénéficie également de facilitations, comme en témoigne l’anecdote suivante, décrivant le préfet livrant des renseignements à Jacques Blanc sur ses adversaires lors d’un déplacement en voiture14. Le candidat socialiste est moins avantagé. Il ne fait guère montre d’enthousiasme, déclarant « qu’il n’y a pas de campagne » car « le calendrier est très bref, le collège électoral réduit à trois cents personnes ». Le PS s’est contenté d’envoyer une lettre aux grands électeurs. Selon le candidat socialiste, « Blanc et Pottier15 se servent de leurs exécutifs, régional et départemental, pour mobiliser les maires16 ». Le contraste est frappant entre un candidat qui sillonne le département depuis le printemps et un compétiteur qui attend la désignation des grands électeurs pour leur adresser un courrier. Dans les bastions sénatoriaux, l’opposition semble se résigner à la défaite, et ne se mobilise guère : elle part donc battue d’avance. La majorité peut, elle, se permettre de présenter des candidats peu connus. En 1980, le PS présente dans l’Aude un instituteur de 37 ans, Roland Courteau, adjoint au maire de Sallèles-d’Aude depuis seulement trois ans. Il est élu sans coup férir. Dans l’Aveyron, Jean Puech, président du conseil général, choisit en 1989 pour colistier un énarque dépourvu de tout mandat, Bernard Seillier, décrit par un journaliste du Monde comme un « homme de dossiers, sec et méticuleux, sérieux – à la limite du tristounet –, sans une pointe d’accent dans la voix ». Face à lui, se dresse une figure de la vie politique départementale, l’abbé Albert Aliès, « rond et truculent, avec un accent où roulent tous les cailloux des ruisseaux de l’Aveyron17 ». C’est le candidat officiel qui l’emporte, « récompensé par le comportement légitimiste des grands électeurs aveyronnais, le poids du président du conseil général après la décentralisation et la volonté des grands électeurs de droite de jouer la carte de l’union18 ».

  • 19 S. Berstein, Histoire du parti radical, tome 1 : La recherche de l’âge d’or, 1919-1926, Paris, Pres (...)

31L’autre caractère essentiel du bastion est précisément qu’il ne supporte pas la dissidence, y compris quand il s’agit de sénateurs sortants. Il existe un précédent fameux, celui de Justin de Selves. Sénateur du Tarn-et-Garonne depuis 1909, Justin de Selves est élu président du Sénat en 1924. Cet épisode, où il bénéficie des voix de la droite, et un conflit avec la puissante Dépêche de Toulouse, provoquent un renversement de situation et sa défaite dans le Tarn-et-Garonne en 192719. Sous la Ve République, plusieurs exemples illustrent ce schéma. Les dissidences échouent à droite dans l’Aveyron en 1980 et 1989, à gauche dans les Alpes de Haute-Provence en 1971 et 1980. Deux sénateurs sortants connaissent même les affres de la défaite pour cause de conflit avec le parti socialiste.

  • 20 Lucien Junillon devient suppléant de Marius Moutet après avoir tenté d’être désigné comme candidat (...)
  • 21 Sur la domination de Maurice Pic dans la Drôme, G. Vergnon, « De la SFIO au nouveau PS : quelques c (...)

32En 1968, Gustave Philippon, sénateur SFIO de la Haute-Vienne, n’est pas investi par son parti en dépit de son activité au Sénat (dont il est secrétaire). Il se présente malgré tout et n’obtient que 188 voix sur 790 suffrages exprimés. Sa dissidence n’empêche même pas l’élection au premier tour des deux candidats présentés par la fédération socialiste. Le cas de Lucien Junillon (Drôme) est un peu différent. Élu socialiste de longue date mais proche de certains milieux gaullistes, Lucien Junillon est exclu de la SFIO en 1965 pour s’être prononcé en faveur de Charles de Gaulle lors de l’élection présidentielle. Sénateur suppléant de Marius Moutet depuis 196220, il accède au Sénat après le décès de ce dernier, survenu le 29 octobre 1968. Lucien Junillon siège alors comme non inscrit sur les bancs de la Haute Assemblée. En septembre 1971, il sollicite le renouvellement de son mandat, mais le PS lui oppose deux candidats, le sénateur sortant Maurice Verillon et l’influent président du conseil général, Maurice Pic21. Au second tour de scrutin, indépendants et gaullistes appuient Lucien Junillon afin de battre en brèche l’hégémonie socialiste, mais le PS conserve les deux sièges.

Les élus : quelques traits dominants

33L’examen de la sociologie, des pratiques politiques et de la place qu’occupent au Sénat les élus de ces bastions sénatoriaux permet de dégager quelques traits dominants.

34Leur sociologie correspond aux représentations classiques. Le poids des enseignants est très important parmi les sénateurs socialistes (14 sur 37, avec deux des trois sénateurs de l’Ariège et quatre des huit sénateurs de l’Aude), tandis que les travailleurs indépendants dominent à droite. Leur longévité moyenne dépasse les 13 ans pour les anciens sénateurs si l’on ne compte pas la IVe République. Le chiffre est peu révélateur, car il ne tient pas compte des durées antérieures (Antoine Courrière a été élu au Conseil de la République dès 1946 et a siégé durant 28 ans au total) et des sénateurs toujours en fonction au début du XXIe siècle. Le record dans ces bastions, sous la Ve République, est de 27 ans pour Raymond Courrière.

35Les raisons de fin de mandat sont assez diverses : si 21 d’entre eux ne se sont pas représentés et si 15 sont décédés en cours de mandat, six ont démissionné (dont un à la suite de son élection comme député), un a été nommé au Conseil constitutionnel, et sept ont connu la défaite. Ces derniers ont été victimes du changement de mode de scrutin (dans le Puy-de-Dôme ou la Manche en 2001, la proportionnelle n’autorisant pas l’élection de trois sénateurs sur trois issus de la même famille politique), de leur dissidence ou d’un basculement historique (Jean Puech battu dans l’Aveyron en 2008 en raison de l’élection, inédite sous la Ve République, de deux sénateurs de gauche dans ce département).

36Les sénateurs élus dans les bastions détiennent presque toujours un mandat local lors de leur première élection, Bernard Seillier faisant exception (mais il obtient ensuite des mandats municipaux et cantonaux). Si le mandat sénatorial sert parfois de repli pour d’anciens députés, voire des députés en place, le cas est finalement peu fréquent dans des bastions où existent aussi des circonscriptions législatives sûres. Six députés ou anciens députés sont élus sénateurs, dont deux effectuent un aller et retour entre les deux Assemblées : Georges Guille (Aude) vient du Palais-Bourbon et y retourne après son passage au Sénat, tandis que Maurice Pic, ancien élu au Conseil de la République, est élu à nouveau sénateur en 1971 après avoir été député de la Drôme. Quatre anciens députés terminent leur carrière au Sénat : Francis Dassaud (membre de la première Assemblée nationale constituante en 1945) dans le Puy-de-Dôme, Louis Longequeue et Jean-Claude Peyronnet en Haute-Vienne et Jacques Blanc en Lozère.

37Installés au Sénat, les élus des bastions peuvent s’y investir pleinement. Au Congrès des États-Unis, la règle de l’ancienneté a longtemps prévalu pour l’attribution des présidences de commissions. En France, leur répartition n’est pas codifiée de cette façon. Néanmoins, et notamment au Sénat, les parlementaires chevronnés ont plus de chances d’accéder à des positions de pouvoir. Les sénateurs des bastions sont donc davantage susceptibles de faire partie des dignitaires du Luxembourg.

  • 22 En 2011, Jean-Pierre Bel devient le premier socialiste président du Sénat.

38Le cas de Jean-Pierre Bel est exceptionnel : il devient président du groupe socialiste au Sénat durant son premier mandat, avec six ans d’ancienneté seulement. Il préside également le groupe d’amitié France/Espagne, pays dont son département d’élection (l’Ariège) est frontalier22. Parmi les sénateurs des bastions examinés ici, huit ont été secrétaires du Sénat, sept vice-présidents de commissions, six secrétaires de commissions. Robert Laucournet (Haute-Vienne) fut vice-président du Sénat, Michel Charasse (Puy-de-Dôme) questeur. Un troisième socialiste, Marcel Souquet (Aude), a été secrétaire puis président de la commission des Affaires sociales. Raymond Bonnefous (républicain indépendant, Aveyron) a été président de la commission des Lois. Son successeur fut un autre indépendant élu dans un bastion, Léon Jozeau-Marigné (Manche), qui fut également viceprésident du Sénat. Léon Jozeau-Marigné, qui avait consacré sa thèse de droit à l’autorisation préfectorale sur les ventes d’immeubles, était un juriste reconnu qui fut nommé au Conseil constitutionnel en 1983.

3926 sur 73 (soit environ un tiers) ont donc exercé une fonction dirigeante dans le bureau ou dans une commission du Sénat, sans compter la présidence du groupe PS par Jean-Pierre Bel. Cette proportion relativement élevée révèle le poids politique que peuvent acquérir dans une assemblée parlementaire les représentants de départements leur assurant une longévité politique.

*

40L’existence de situations établies, permettant l’emploi du terme « fief », ne faisait guère de doute aux yeux d’un observateur de la vie politique. L’étude des élections sénatoriales montre que ce type de scrutin autorise aussi l’emploi du terme « bastions » pour caractériser certains départements. Le critère le plus discriminant dans la distinction entre « fief » et « bastion » est l’examen de la dissidence. La constitution d’un fief peut permettre à un homme politique de s’affranchir de la tutelle d’un parti. Dans un bastion, la désaffiliation idéologique – ou du moins partisane – condamne tout candidat – sortants compris – à la défaite. La France sénatoriale compte de tels bastions dans ses rangs, fidèles principalement au socialisme ou à la droite modérée. Ils sécrètent un personnel politique dont la stabilité autorise une prise de responsabilités au sein du Sénat.

Notes

1 Les Français de l’étranger sont représentés en tant que tels à l’Assemblée nationale depuis 2012 seulement.

2 [http://www.senat.fr/listes5R/index.html]. La dernière consultation en vue de ce travail a été réalisée le 15 septembre 2009.

3 Parmi les sénateurs démissionnaires, 36 ont renoncé à leur mandat sénatorial pour devenir députés et 25 pour entrer au gouvernement.

4 Il s’agit des sénateurs représentant l’Algérie. Leur cessation de mandat intervient le 4 juillet 1962, en application de l’ordonnance no 62-737 du 3 juillet 1962 consécutive à l’indépendance de l’Algérie.

5 L’expression désigne les sénateurs membres du groupe des « Républicains indépendants » au Sénat (dénommé « Union des républicains et indépendants » entre les années 1970 et les années 1990).

6 Le retour au scrutin plurinominal n’empêche pas la réélection du sortant socialiste en 2011. Sur ce renouvellement dans la Manche, M. Boivin, Les élections sénatoriales de 2001 dans la Manche. Des élections pas tout à fait comme les autres, Marigny, Eurocibles, 2011.

7 Arch. dép. Aude, Fonds Jean Tisseyre, 90 J 44, réunion du 9 septembre 1962.

8 Arch. dép. Aude, Fonds Jean Tisseyre, 90 J 44, réunion du 29 mai 1967.

9 En 1971, 53,32 % des maires du département sont socialistes, selon l’enquête préfectorale (Arch. dép. Aude, 1415 W 36).

10 A. Rollat, « Tarn-et-Garonne : l’illusoire miracle… », Le Monde, 24 septembre 1986.

11 J.-L. Andréani, « Puy-de-Dôme : “Ici, le danger de droite n’existe pas” », Le Monde, 21 septembre 1983.

12 En 1983, le sénateur RI Jules Roujon organise « un grand banquet » le jour du scrutin, auquel il convie « tous les grands électeurs (à l’exception des deux candidats de gauche) » (Le Monde, 27 septembre 1983), ce qui illustre bien la volonté d’incarner la collectivité départementale (presque) tout entière.

13 Y. Pourcher, Votez tous pour moi ! Les campagnes électorales de Jacques Blanc en Languedoc-Roussillon 1986-2004, Paris, Presses de Sciences Po, 2004, p. 155.

14 Y. Pourcher, op. cit., p. 156.

15 Suppléant de Jacques Blanc, il préside le conseil général de Lozère.

16 Y. Pourcher, op. cit., p. 156.

17 J. Andréani, « Aveyron : “Les voies du Seigneur sont impénétrables !” », Le Monde, 21 septembre 1989.

18 Le Monde, 26 septembre 1989.

19 S. Berstein, Histoire du parti radical, tome 1 : La recherche de l’âge d’or, 1919-1926, Paris, Presses de la FNSP, 1980, p. 198, et H. Lerner, La Dépêche journal de la démocratie : contribution à l’histoire du radicalisme en France sous la Troisième République, Toulouse, Association des publications de l’université de Toulouse, 1978, p. 452-453.

20 Lucien Junillon devient suppléant de Marius Moutet après avoir tenté d’être désigné comme candidat titulaire (Arch. dép. Drôme, fonds Lucien Junillon, 41 J 50 : élections sénatoriales de 1962).

21 Sur la domination de Maurice Pic dans la Drôme, G. Vergnon, « De la SFIO au nouveau PS : quelques cas “rhônalpins” (Drôme, Loire, Rhône) », dans C. Bougeard (dir.), Un siècle de socialismes en Bretagne de la SFIO au PS (1905-2005), Rennes, PUR, 2008, p. 167-177, notamment p. 169-170.

22 En 2011, Jean-Pierre Bel devient le premier socialiste président du Sénat.

Auteur

Docteur en histoire de l’université Blaise Pascal-Clermont-Ferrand

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540