Version classiqueVersion mobile

Entre violence et conciliation

 | 
Jean-Claude Caron
, 
Frédéric Chauvaud
, 
Emmanuel Fureix
, 
et al.

Troisième partie. Seuils de tolérance et évolution des sensibilités

L’urne, la barricade et l’attroupement. Figures de la souveraineté populaire en France (et en Italie) au milieu du xixe siècle1

Gian Luca Fruci

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La critique des gouvernements populaires au nom de la fidélité aux principes de la démocratie est apparue avec la démocratie elle-même. Et cependant, il y a des conjonctures historiques caractérisées par un surplus de critiques et de déceptions, qui se révèlent fondamentales afin d’observer les tensions de la démocratie moderne2. Les révolutions de 1848-1849 sont bien sûr l’une de ces conjonctures parce qu’elles inaugurent pour la première fois en Europe l’apprentissage du suffrage universel (masculin et direct) – notamment en France, mais aussi en Italie (Venise, états Romains et Toscane) et, dans une moindre mesure, en Suisse, en Allemagne et au Danemark3. En analysant le cas français, mais en gardant le cas italien à l’arrière-plan, cette contribution a pour but de réfléchir – dans le cadre d’un chantier de recherche qui vient d’être ouvert – sur trois formes de la souveraineté du peuple : le vote, l’insurrection et la manifestation (« dimostrazione » en italien). Au milieu du xi...

Auteur

Assistant de recherche au Département d’Histoire de l’Université de Pise.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search