Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Terres d’élections

 | 
François Dubasque
, 
Eric Kocher-Marboeuf

Sixième partie. Les novations de la Ve République

Présentation

Texte intégral

1Les nouvelles conditions d’exercice de la vie politique sous la Ve République et leurs conséquences sont ici mises en évidence.

2Le retour au mode de scrutin uninominal de circonscription a indéniablement façonné des carrières particulières, révélant la permanence de certaines formes de notabilité encore renforcées par les transferts de compétence issus des lois de 1982. L’exceptionnelle emprise de Jacques Chaban-Delmas sur la vie politique bordelaise durant un demi-siècle lui vaut ainsi le surnom de « duc d’Aquitaine ». Les élections sénatoriales, fondées sur un mode de scrutin pourtant spécifique à biens des égards, apportent un autre témoignage de la prégnance du facteur personnel dans l’élaboration du fief. À l’inverse, la régionalisation du scrutin lors des élections européennes de 2004 n’a pas introduit de façon décisive des logiques d’ancrage géographique. La territorialisation politique semble au contraire dénuée de sens dans la mesure où elle repose ici sur des circonscriptions artificielles.

3Outre ces modes de scrutin novateurs, la bipolarisation croissante, l’essor de la communication politique, l’apparition d’un nouveau type de cursus honorum marqué par le passage dans des cabinets ministériels, la fonction de suppléance, la question des investitures, n’en constituent-ils pas autant de facteurs de déterritorialisation ou tout du moins de nouvelles voies d’accès aux fiefs électoraux ?

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540