Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Terres d’élections

 | 
François Dubasque
, 
Eric Kocher-Marboeuf

Cinquième partie. Entre permanences et mutations : la transition d’après-guerre

Devenir géopolitique d’une terre présidentielle : la Nièvre, « fief électoral » ou « fief politique » (1945-2009) ?

François Charmont

Texte intégral

1Trois décennies après l’accession de François Mitterrand à la présidence de la République française, la Nièvre reste attachée, pour beaucoup de Français, et a fortiori pour ceux qui observent la vie politique, au nom du 21e président de la République.

  • 1 F. Plet, « La Bourgogne », dans Y. Lacoste (dir.), Géopolitiques des régions françaises, t. III, «  (...)

2Jusqu’à la fin de sa vie, François Mitterrand était beaucoup plus associé géographiquement à la Nièvre qu’à la Charente dont il était originaire et où il a finalement décidé d’être inhumé. Il eut une vie et une action politiques complexes, y compris et peut-être surtout dans le département de la Nièvre, où l’implantation et la « survie » politiques ne sont pas nécessairement faciles, même si l’on considère désormais volontiers ce territoire comme « un bastion socialiste dans un ensemble conservateur », selon les termes de la géographe Françoise Plet1.

  • 2 J. Pataut, Sociologie électorale de la Nièvre au XXe siècle (1902-1951), Paris, 2 tomes, Cujas, 195 (...)

3La Nièvre est un espace rural particulier : profondément hétérogène, il est tourné vers la Loire dans ses plaines occidentales plutôt ouvrières2, mais il est aussi réellement isolé du reste de son environnement régional dans ses moyennes montagnes orientales, le massif du Morvan, à dominante agricole.

  • 3 Le Monde, 10 octobre 1958.

4De plus – et contrairement à ce qu’a pu prétendre Michel Debré3 – le redécoupage des circonscriptions électorales et le changement de mode de scrutin, après le retour au pouvoir du général de Gaulle en 1958, n’aidèrent pas François Mitterrand dans ses ambitions. Ces facteurs très spatiaux engagent d’ailleurs à étudier la relation entre François Mitterrand et la Nièvre aussi bien sous le prisme de la géographie politique, historique et culturelle que sous le celui de l’histoire. La forte assise électorale de François Mitterrand lui permet d’agir sur un espace départemental qui en a bien besoin en 1945. En retour, la Nièvre lui offre la possibilité d’expérimenter avant l’heure les grands traits de sa politique nationale d’après 1981. La lente composition du « fief électoral » mitterrandien s’apparente tout d’abord, entre 1945 et 1981, à une véritable histoire de la France rurale. L’influence directe de François Mitterrand sur ce territoire perdure durant ses deux septennats, au cours desquels cette province est placée au cœur des actions de la République. Au terme de quarante années d’activité politique de son ancien représentant, la Nièvre est peu à peu devenue le véritable « fief politique » socialiste qu’elle est aujourd’hui, avec ses forces et ses faiblesses.

Une histoire de la France rurale : la composition du « fief électoral » mitterrandien (1945-1981)

Une géographie électorale inverse à celle de la France de l’Ouest

  • 4 A. Siegfried, Tableau politique de la France de l’Ouest sous la troisième République, Paris, Armand (...)

5La Nièvre de la IIIe République avait une géographie électorale inverse à celle décrite par André Siegfried dans la France de l’Ouest4. Les « terres froides » orientales, correspondant au socle primaire du massif du Morvan, votaient à droite avant la guerre, suite au reflux des conservateurs du reste du département. Les « terres chaudes » occidentales votaient quant à elle à gauche.

  • 5 D. Théveniau, Élections, élus et candidats dans la Nièvre sous la IVe République (1945-1958), mémoi (...)
  • 6 J. Lacouture, Mitterrand, une histoire de Français : 1. Les risques de l’escalade, Paris, Le Seuil, (...)

6Dans un contexte marqué par un renouvellement important du personnel politique au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, qui profite plutôt à la gauche5, l’arrivée rocambolesque de François Mitterrand dans le département à l’automne 19466 constitue un événement majeur dans l’histoire politique de la Nièvre. Quasi inconnu le 19 octobre 1946, date à laquelle il fait acte de candidature pour les législatives à venir comme tête de liste de la « liste d’action et d’unité républicaine », François Mitterrand est élu député le 10 novembre, au terme d’une campagne effrénée ponctuée par trente meetings en deux semaines.

  • 7 Archives départementales de la Nièvre, série W : note des Renseignements généraux.
  • 8 P. Webster, Mitterrand, L’autre histoire, 1945-1995, Paris, Éditions du Félin, 1995, p. 46.

7Tenant un discours « clair et courtois » qui tient son « audience en haleine7 », il séduit les Nivernais par sa capacité à proposer une alternative à la Constitution, aux partis et mouvements politiques au pouvoir. Cette stratégie électorale le conduit à s’opposer d’abord violemment au PCF8, mais aussi à la SFIO et au MRP, accusés de collusion électorale dans le cadre du tripartisme. Son programme est assez conservateur, mais ménage les électeurs déçus par le PCF et la SFIO. Il joue à la fois sur sa connaissance de la Bourgogne – son épouse est originaire de Cluny, dans le département voisin de la Saône-et-Loire – et sur l’attrait que son jeune âge – trente ans tout juste, et déjà ancien membre d’un gouvernement, celui de Charles de Gaulle à la Libération – peut exercer sur ses électeurs et électrices, ces dernières venant d’obtenir le droit de vote. Dans cinq cantons sur vingt-cinq, sa liste obtient des scores supérieurs à 30 % (voir carte 1), ce qui lui permet d’emporter un siège sur les quatre à pourvoir, d’autant que la multiplication des candidatures conduit à un émiettement des voix. François Mitterrand mène campagne dans les zones les plus rurales, par cohérence avec un programme aux accents quasi agrariens et par évitement des zones urbaines acquises au Parti communiste, véritables terres de mission où faire campagne lui paraît inutile.

Carte 1. – Élections législatives du 10 novembre 1946 : carte des résultats de François Mitterrand dans la Nièvre par canton.

  • 9 Les crapiauds, spécialité locale, sont des crêpes épaisses au lard.
  • 10 P. Webster, op. cit., p. 75.
  • 11 Inventée à l’occasion du passage à Nevers de Ménélik II, souverain d’Éthiopie qui avait reçu le tit (...)

8Alors que son discours l’engagerait logiquement à ne pas entrer dans une coalition gouvernementale avec ceux contre qui il a appelé à voter, sous peine de perdre sa base électorale, François Mitterrand participe à onze gouvernements de la IVe République entre 1947 et 1957. Le manque de cohérence entre les discours parisiens et nivernais de François Mitterrand provoque une dégradation de ses résultats électoraux en 1951. Il ne sauve certainement son siège que grâce à son implication croissante dans les réseaux syndicaux et associatifs et à son implantation dans le Haut-Morvan à partir de 1949. L’influence du puissant Courrier de la Nièvre, qu’il dirige dès sa création en 1950 et qui paraît jusqu’en 1983, est également majeure. En 1956, ses scores sont un peu meilleurs. C’est dans l’est du département qu’il obtient de loin ses meilleurs scores, dépassant les 30 % dans six cantons. Le rapport de François Mitterrand à la Nièvre a en effet changé. Il est désormais séduit par les paysages du Morvan, mais aussi par la cuisine locale, qu’elle soit populaire – André Emery, ancien maire du village martyr de Dun-les-Places, en remplacement de son père tué par les nazis, rapporte que son ami a l’habitude de venir déjeuner à l’improviste chez lui, affectionnant « les plats simples comme les crapiauds9 et la salade de pissenlits10 » – ou raffinée : il est un adepte du Négus, spécialité de la pâtisserie Lyron à Nevers11.

Carte 2. – Premier tour des élections législatives des 23 et 30 novembre 1958 : carte des résultats de François Mitterrand dans la troisième circonscription de la Nièvre par canton.

  • 12 C. de Gaulle, M. Debré et É. Pelletier, « Ordonnance no 58-945 du 13 octobre 1958 portant relative (...)

91958 est pourtant l’année de la défaite, la seule dans la Nièvre, malgré de bons résultats au premier tour (voir carte 2). Le scrutin uninominal majoritaire à deux tours par circonscription ayant été instauré par l’ordonnance du 13 octobre 195812, François Mitterrand se présente logiquement dans la troisième circonscription, celle du Morvan. C’est la triangulaire du second tour, face au candidat conservateur – qui l’emporte de peu – et au candidat de la SFIO, le docteur Daniel Benoist, qui le fait perdre, peut-être par excès de confiance. L’opposition au général de Gaulle, qui a permis le ralliement des communistes au député sortant pour le second tour, se paie lourdement même si elle est porteuse d’avenir.

La lente construction d’un « fief électoral »

10Tirant pleinement les leçons de sa défaite, François Mitterrand consolide ensuite toujours avec minutie son assise politique. Commence la lente construction d’un solide « fief électoral » à l’échelle départementale. En bon ancien étudiant de Siegfried, il s’attache en particulier à fortifier deux « bastions », deux places fortes électorales, pour reprendre le champ lexical militaire cher au personnel politique : le canton de Montsauche à partir de 1949 et la commune de Château-Chinon à partir de 1959. Cette stratégie lui permet de retrouver l’Assemblée nationale en 1962 après un rapide passage au Sénat, et trouve son aboutissement le 18 mars 1964 avec son accession à la présidence du conseil général de la Nièvre.

11Le député-maire de Château-Chinon est confortablement réélu en 1967, année où il obtient la majorité absolue des suffrages exprimés dans chaque canton de sa circonscription d’élection. Il conserve facilement son siège en 1968, 1973 et 1978 : ses scores au premier tour dans chaque canton ne sont jamais inférieurs à 30 %. Le canton de Montsauche, situé à l’extrémité orientale de sa circonscription et dont il reste conseiller général jusqu’en 1981, lui accorde dès lors à chaque élection la majorité absolue de ses suffrages. L’action du jeune ministre de Charles de Gaulle au lendemain de la guerre pour reconstruire les villages détruits dans ce canton explique en grande partie cette grande fidélité électorale. François Mitterrand s’y rend d’ailleurs chaque année entre 1946 et 1995, à la date anniversaire des destructions opérées par les SS le 26 juin 1944.

  • 13 A. Alter, Le Fief rouge : derrière le périph’, Paris, Hachette littératures, coll. « La Vie quotidi (...)

12Possession personnelle, le « fief électoral » de François Mitterrand va dès lors acquérir une dimension « politique », au sens de la couleur politique qui a fait que l’on a pu parler de « fief rouge » pour l’est parisien13. Terre du nouveau parti socialiste d’Épinay, la Nièvre sert aussi bien d’espace expérimental pour l’Union de la Gauche que de laboratoire pour la décentralisation du fait de sa place excentrée dans la région Bourgogne dès l’époque de la CODER.

  • 14 Cette église est celle de Sermages, construite entre le XIIe et le XVe siècle et située dans le can (...)
  • 15 G. Duby, L’An mil, Paris, Julliard, coll. « Archives », 1967, p. 197.

13François Mitterrand est devenu un élu rural de gauche qui s’est construit une image de notable de province, à la base de sa campagne pour les élections présidentielles de 1981. Le slogan « La force tranquille » de sa célèbre affiche électorale conçue par le publicitaire Jacques Séguéla a comme arrière-plan un de ces petits prieurés clunisiens14 de sa circonscription de la « blanche robe d’églises » qui, selon le mot du moine Raoul Glaber popularisé par Georges Duby15, a couvert l’espace rural français au Moyen Âge, et notamment la Nièvre.

La province au cœur de la République : un président qui « tient » son fief (1981-1995)

Un département en attente

Carte 3. – Premier tour des élections présidentielles de 1981 : carte des résultats de François Mitterrand dans la Nièvre par canton.

  • 16 L’effet d’amitié locale (friends and neighbours effect) a notamment été étudié dans les années 1960 (...)

14Lorsque François Mitterrand se présente à la magistrature suprême en 1981, la moyenne départementale obtenue, avec 39,32 % des voix, dépasse la moyenne nationale de près de 15 points (25,85 %), chaque canton présentant des scores supérieurs à cette dernière. Le fief électoral constitue ainsi un réservoir de suffrages non négligeable pour le candidat de l’opposition au président Valéry Giscard d’Estaing. Le traitement cartographique des résultats par canton lors du premier tour (voir carte 3) montre un fort effet d’amitié qui se dilue progressivement d’est en ouest à partir du bastion historique de Montsauche, où l’audience du premier secrétaire du parti socialiste est la plus forte16.

  • 17 Cité par J. B. Charrier et J.-P. Harris, Histoire de Nevers, 2e partie, de 1815 à nos jours, Roanne (...)

15La Nièvre est un département en attente car elle a connu une forte restriction des crédits gouvernementaux pendant près d’un quart de siècle, payant en grande partie l’opposition au gaullisme de son élu emblématique. De Gaulle avait bien promis monts et merveilles aux Nivernais le 16 avril 1959, lors d’une visite à Nevers, en leur lançant : « Vous êtes un département pilote où existent des perspectives aussi bien agricoles qu’industrielles17. » Au moment où François Mitterrand entame sa « traversée du désert », cette promesse de crédits pour la Nièvre ressemble à une récompense pour ceux qui ont fait battre l’ancien ministre aux législatives. Dix jours plus tard, l’ancien député devient sénateur ; les promesses gouvernementales ne seront jamais tenues. Les collectivités territoriales qu’il préside n’ayant aucun moyen propre, François Mitterrand a beau se montrer attentif aux investissements scolaires comme aux travaux de l’agriculture, les crédits gouvernementaux ne viennent pas. Au-delà de l’anecdote, la construction de l’usine Dim de Château-Chinon peut servir d’exemple et de contre-exemple. Pendant quelques temps, François Mitterrand a une réputation de constructeur d’usines grâce à cette implantation inespérée pour la capitale morvandelle. Pour la petite histoire, cette réalisation doit beaucoup à Antoine Pinay, ministre des Finances en froid avec de Gaulle, qui prend sa revanche en faisant ce « cadeau » au plus médiatique des opposants au régime…

La mise en place d’une « géopolitique de l’aide18 » inédite

  • 18 F. Plet, op. cit., p. 429.
  • 19 Le Monde, 25 mars 1995.

16À partir du 10 mai 1981, grâce au travail de Pierre Bérégovoy, installé à la mairie de Nevers dès 1983, Jean Glavany ou Michel Charasse, relayé par les préfets, « M. Mitterrand a multiplié les preuves de son attachement à une région qui, jusqu’alors, n’avait guère bénéficié de la manne de l’état ». C’est le constat de Philippe Depalle dans Le Monde à la fin du second septennat de François Mitterrand19. C’est souvent Pierre Bérégovoy qui finalise des projets chers au président, telles l’entrée de l’enseignement supérieur dans le département ou l’amélioration des moyens de communication avec l’élargissement de la nationale 7 sur la traversée de la Nièvre, l’arrivée de l’autoroute A 77 aux portes du département, l’électrification de la ligne SNCF Paris-Clermont-Ferrand. Dans un autre registre, Château-Chinon bénéficie grandement de la générosité financière de François Mitterrand, ne serait-ce qu’avec la statue-fontaine-mobile, œuvre conjointe de Niki de Saint Phalle et Jean Tinguely, installée devant l’ancien Palais de Justice devenu mairie. Nombre de réalisations plus modestes ont été effectuées avec les fameux « fonds spéciaux » de l’Élysée traditionnellement accordés aux lieux visités par le Président de la République dans le cadre des visites officielles. À côté de ces réalisations nécessaires pour la vie du département, le président François Mitterrand, aménageur et bâtisseur, eut un rôle similaire dans la Nièvre. Trois grands projets peuvent être cités : le musée du Septennat à Château-Chinon, lieu de renommée nationale ; la base européenne de recherche archéologique de Bibracte, au mont Beuvray dans le Morvan ; le célèbre circuit de Nevers-Magny-Cours qui, flanqué d’un technopôle, accueille le Grand prix de France de Formule 1.

Une « République de la province » sous étroite surveillance

  • 20 Conseil général de la Nièvre, François Mitterrand, « La Nièvre, le pays de ma vie » – Hommage à Fra (...)
  • 21 L. Dorlhac, Les voyages officiels du président de la République de 1981 à 1989, mémoire de maîtrise (...)

17La fidélité entre François Mitterrand et son fief d’élection paraît cependant dissymétrique. Si les Nivernais considèrent volontiers leur ancien représentant comme « l’enfant du pays », lorsque le président déclare le 24 mars 1995 devant le conseil général, au terme de ses deux septennats, « la Nièvre, le pays de ma vie20 », il entend vie publique et non vie privée. Le 21e président de la République exprime sa fidélité envers ses proches de plusieurs façons qui vont des légendaires cartes postales envoyées du monde entier aux visites privées, maîtrise l’espace électoral par des voyages officiels savamment pondérés21.

18La grande continuité du personnel politique entre 1981 et 1995 montre que le « fief électoral » mitterrandien est devenu en partie « politique », socialiste, encore qu’il redevienne purement « électoral » à la faveur des difficiles élections législatives de 1993 et cantonales de 1994. Le président s’immisce pendant quatorze ans dans la vie politique départementale, en aidant aussi bien Pierre Bérégovoy à s’implanter à Nevers qu’en veillant à la bonne marche de la Fédération socialiste de la Nièvre, grâce aux renseignements que lui fournissent quelques fidèles. Soucieux de la transmission de son fief, il affiche un soutien clair à une nouvelle génération d’élus, parmi lesquels Christian Paul, ancien sous-préfet de Château-Chinon élu conseiller général de Lormes en 1994 et maire en 1995, et Gaëtan Gorce, conseiller à l’Élysée devenu premier secrétaire fédéral du PS en 1993 et élu conseiller municipal de Cosne-Cours-sur-Loire en 1995.

  • 22 Libération, 16 septembre 1997.

19La Nièvre est marquée de l’empreinte du président de la République pendant quatorze ans. Ce phénomène psychologique, très spatialisé, n’est pas nouveau : après le « Loupillon » d’Armand Fallières, le « Clos de Sampigny » de Raymond Poincaré, le « Tournefeuille » de Gaston Doumergue, « La Boisserie » du général de Gaulle, le « Carjac » de Pompidou, l’« Authon » de Valéry Giscard d’Estaing, on pourrait parler de la « Nièvre » de François Mitterrand. L’ombre présidentielle s’exerce à une échelle inédite jusqu’alors. Il réinvente la « République de la province » qui permet de donner plus d’enracinement à un homme politique par le rattachement à l’une des plus vieilles traditions républicaines françaises depuis la IIIe République, « seul régime constitutionnel qui peut se flatter d’avoir installé la République en province et la province dans la République », suivant le mot de Stéphane Baumont22. Bien plus que son successeur à l’Élysée, Jacques Chirac, ne l’a montré à l’égard de la Corrèze, François Mitterrand est attaché, après son arrivée au sommet de l’état, à « sa » province.

À l’ombre présidentielle, un « fief électoral » devenu « fief politique »

Un fief socialiste en héritage

20Le dernier déplacement de François Mitterrand dans la Nièvre a lieu à l’occasion du scrutin présidentiel de 1995 : le « fief » nivernais cesse totalement d’être une possession personnelle avec la fin de la vie publique de l’ancien député. Les élections législatives de 1997, 2002 et 2007 n’ont conduit à l’Assemblée nationale que des députés socialistes, parmi lesquels Christian Paul, secrétaire d’État entre 2000 et 2002, et Gaëtan Gorce ; les sénatoriales de 2001 ne conduisent à la Haute Assemblée que des socialistes. La majorité départementale au conseil général s’est renforcée en 1998, 2001, 2004 et 2008. Elle est actuellement constituée 21 socialistes, un communiste et un sans étiquette, soit 23 élus sur 32 (voir carte 4). Territoire de plus en plus marqué à gauche, la Nièvre est devenue avant tout un fief socialiste.

  • 23 B. Giblin, « Bourgogne », dans B. Giblin (dir.), Nouvelle géopolitique des régions françaises, préf (...)

21Les permanences électorales du département tiennent assurément pour beaucoup à des changements démographiques, économiques et sociaux particulièrement limités23. Le vieillissement d’une population en chute libre en est un des traits principaux : entre les recensements de 1999 et 2010, la Nièvre a perdu 3 000 habitants, ce qui constitue la deuxième plus forte baisse démographique départementale en France, passant ainsi du 17e au 15e rang des départements les moins peuplés de France.

Carte 4. – Carte des rattachements politiques des conseillers généraux de la Nièvre à l’issue des élections cantonales des 9 et 16 mars 2008.

Une certaine immuabilité du paysage politique

22Cette stabilité électorale a un revers : une immuabilité certaine due au poids de l’image de l’ancien président. L’identification du département à François Mitterrand reste localement très forte. Le personnel politique vieillissant, formé en grande partie par François Mitterrand, en est le témoin. L’opposition locale, sans perspective de réussite électorale, est à peu près dans la même situation. Preuve en est un des rares combats venu perturber le paysage politique nivernais lors des élections cantonales de 2008. Investi par la section locale et par la Fédération départementale du parti socialiste pour succéder au dernier conseiller général ayant siégé à l’assemblée départementale sous la présidence de François Mitterrand, un jeune candidat a été battu au premier tour dans le canton de Moulins-Engilbert par le maire dissident du chef-lieu de canton qui avait commencé sa carrière à la Fédération de la gauche démocrate et socialiste, au sein de l’Union démocratique et socialiste de la Résistance créée en 1946 par François Mitterrand…

Des perspectives de réorganisations territoriales qui perturbent le jeu ?

  • 24 N. Sarkozy, F. Fillon, B. Hortefeux, B. Kouchner et A. Marleix, « Ordonnance no 2009-935 du 29 juil (...)
  • 25 Tableau no 1 des annexes à l’ordonnance.

23La publication le 31 juillet 2009 au Journal officiel de l’ordonnance n o 2009-935 « portant répartition des sièges et délimitation des circonscriptions pour l’élection des députés24 » a confirmé la suppression redoutée d’une circonscription dans le département25. Cette diminution est due à une évolution démographique défavorable, un député étant désormais attribué par tranche de 125 000 habitants en vertu du principe constitutionnel de l’égalité démographique (voir tableau 1).

  • 26 Tableau no 2 des annexes à l’ordonnance.
  • 27 Dépêche AFP du 17 novembre 2009.
  • 28 Le projet de loi de ratification de l’ordonnance no 2009-935 a été ratifié par le Parlement le 21 j (...)

24Sans parler de « tripatouillage électoral », le découpage complique la tâche du PS dans le département. Le rattachement de dernière minute de Varennes-Vauzelles, ville communiste, et de Guérigny, à la grande circonscription morvandelle, démantèle la deuxième circonscription au profit de l’actuelle troisième26 et crée une deuxième circonscription beaucoup plus clairement ancrée à gauche que la première. Ce choix ravive des guerres intestines, dont une bataille a été la désignation de la tête de liste socialiste régionale en 2004, entre Gaëtan Gorce, co-animateur national du courant de Ségolène Royal27, et Christian Paul, secrétaire national du PS proche de Martine Aubry28.

  • 29 G. Chavrier, « Les conseillers territoriaux : questions sur la constitutionnalité d’une création in (...)
  • 30 F. Fillon et B. Hortefeux, Projet de loi relatif à l’élection des conseillers territoriaux et au re (...)
  • 31 F. Fillon et B. Hortefeux, ibid., p. 40.

25La réforme territoriale un temps envisagée par Nicolas Sarkozy et François Fillon aurait également compliqué la tâche de la majorité départementale. La perspective d’une élection des futurs conseillers territoriaux au scrutin proportionnel dans les zones urbaines – ce qui aurait pu être censuré par le Conseil constitutionnel29 – aurait risqué de priver le PS d’une majorité à la hauteur de celle issue de l’actuel scrutin uninominal à deux tours. Par ailleurs, la réduction drastique du nombre d’élus locaux prévue par le projet de loi organisant l’élection des conseillers territoriaux30 aurait touché d’autant plus la Nièvre que la répartition des conseillers territoriaux, fixée par ordonnance suivant l’article 14, se serait appuyé sur la démographie départementale31. La Nièvre aurait ainsi pu passer de 43 conseillers régionaux et généraux à 18 conseillers territoriaux, connaissant ainsi une réduction inédite de sa représentation locale. La majorité de ces conseillers territoriaux aurait vraisemblablement du être élue sur la base de cantons ruraux élargis, suivant un mode de scrutin majoritaire à un tour. Pour éviter la victoire de candidats de la majorité présidentielle de l’époque, le PS n’aurait eu d’autre choix que d’investir des candidats fortement implantés, aptes à rassembler la gauche, ce qui n’aurait à nouveau pas facilité le renouvellement du personnel politique.

  • 32 F. Mitterrand, J. Chirac, C. Pasqua et B. Pons, «  Loi no 86-1197 du 24 novembre 1986 relative à la (...)
  • 33 N. Sarkozy, F. Fillon, B. Kouchner, B. Hortefeux, M.-L. Penchard et A. Marleix, « Loi no 2010-165 d (...)

Tableau 1. – Évolution de la délimitation cantonale des circonscriptions d’élection des députés 3233 dans la Nièvre prévue par la loi n o 2010-165 de 2010.
Note 3232
Note 3333

*

26Véritable laboratoire politique, la Nièvre sert donc à François Mitterrand d’espace expérimental qui a joué un rôle central dans sa victoire de 1981. Après avoir donné une impulsion très nette à sa campagne présidentielle inattendue de 1965, elle continue à compter dans les grands moments qui marquent la vie de son député : les autres élections présidentielles, la conquête du nouveau parti socialiste en 1971, la victoire de 1981. L’action départementale de François Mitterrand, plus méconnue, est plus large : maire, conseiller général, président du conseil général, député ou sénateur, le ministre de la IVe République s’émancipe peu à peu du pouvoir gaulliste dans un univers naturel qui le séduit et lui fait oublier les âpres débats parisiens. Il laisse un legs important à la Nièvre, notamment pour son ouverture vers l’état. Au niveau des infrastructures et des acteurs politiques, le département paraît mieux armé qu’auparavant bien qu’il reste à construire sur bien des plans, quatorze ans n’ayant pas suffià rattraper plusieurs dizaines d’années de retard. Au-delà de cette histoire particulière, la Nièvre reste assurément un des plus solides fiefs politiques socialistes du territoire national, par héritage du paradigme du fief électoral qu’en a fait François Mitterrand.

Notes

1 F. Plet, « La Bourgogne », dans Y. Lacoste (dir.), Géopolitiques des régions françaises, t. III, « La France du Sud-Est », Paris, Fayard, 1986, p. 341.

2 J. Pataut, Sociologie électorale de la Nièvre au XXe siècle (1902-1951), Paris, 2 tomes, Cujas, 1956, p. 24-27.

3 Le Monde, 10 octobre 1958.

4 A. Siegfried, Tableau politique de la France de l’Ouest sous la troisième République, Paris, Armand Colin, 1913.

5 D. Théveniau, Élections, élus et candidats dans la Nièvre sous la IVe République (1945-1958), mémoire de maîtrise d’histoire, université de Bourgogne, 1997, p. 5.

6 J. Lacouture, Mitterrand, une histoire de Français : 1. Les risques de l’escalade, Paris, Le Seuil, 1998, p. 122.

7 Archives départementales de la Nièvre, série W : note des Renseignements généraux.

8 P. Webster, Mitterrand, L’autre histoire, 1945-1995, Paris, Éditions du Félin, 1995, p. 46.

9 Les crapiauds, spécialité locale, sont des crêpes épaisses au lard.

10 P. Webster, op. cit., p. 75.

11 Inventée à l’occasion du passage à Nevers de Ménélik II, souverain d’Éthiopie qui avait reçu le titre de negusa negast (« roi des rois »), en route vers l’Exposition universelle de 1900.

12 C. de Gaulle, M. Debré et É. Pelletier, « Ordonnance no 58-945 du 13 octobre 1958 portant relative à l’élection des députés à l’Assemblée nationale », Journal officiel de la République française, no 14 octobre 1958, p. 9358.

13 A. Alter, Le Fief rouge : derrière le périph’, Paris, Hachette littératures, coll. « La Vie quotidienne », 2001.

14 Cette église est celle de Sermages, construite entre le XIIe et le XVe siècle et située dans le canton de Moulins-Engilbert, voisin de celui de Château-Chinon. Le clocher, trop imposant pour l’affiche suivant François Mitterrand, a été tronqué par un photomontage.

15 G. Duby, L’An mil, Paris, Julliard, coll. « Archives », 1967, p. 197.

16 L’effet d’amitié locale (friends and neighbours effect) a notamment été étudié dans les années 1960 par Valdimer Orlando Key : V. O. Key, The responsible electorate : rationality in presidential voting 1936-1960, Cambridge, Harvard university press, 1966. Ce calcul ancien a été appliqué aux résultats des élections présidentielles de 2007 par Michel Bussi, Céline Colange, Jean-Paul Gosset et Loïc Ravenel, dans une étude menée dans le cadre des Cafés géographiques et consultable à l’adresse [http://www.cafe-geo.net/article.php3?id_article=1085].

17 Cité par J. B. Charrier et J.-P. Harris, Histoire de Nevers, 2e partie, de 1815 à nos jours, Roanne-le-Coteau, Horvath, 1984, p. 441.

18 F. Plet, op. cit., p. 429.

19 Le Monde, 25 mars 1995.

20 Conseil général de la Nièvre, François Mitterrand, « La Nièvre, le pays de ma vie » – Hommage à François Mitterrand en Session privée du Conseil général, 29 mars 1996, dossier de presse, Nevers, Presses du conseil général de la Nièvre, 1996.

21 L. Dorlhac, Les voyages officiels du président de la République de 1981 à 1989, mémoire de maîtrise de géographie, université de Paris IV-Sorbonne, 1990, p. 65.

22 Libération, 16 septembre 1997.

23 B. Giblin, « Bourgogne », dans B. Giblin (dir.), Nouvelle géopolitique des régions françaises, préface d’Yves Lacoste, Paris, Fayard, 2005, p. 513.

24 N. Sarkozy, F. Fillon, B. Hortefeux, B. Kouchner et A. Marleix, « Ordonnance no 2009-935 du 29 juillet 2009 portant répartition des sièges et délimitation des circonscriptions pour l’élection des députés », Journal officiel de la République française, no 175 du 31 juillet 2009.

25 Tableau no 1 des annexes à l’ordonnance.

26 Tableau no 2 des annexes à l’ordonnance.

27 Dépêche AFP du 17 novembre 2009.

28 Le projet de loi de ratification de l’ordonnance no 2009-935 a été ratifié par le Parlement le 21 janvier 2010, déclaré conforme à la Constitution par le Conseil constitutionnel le 18 février 2010 et promulgué le 23 février 2010 : N. Sarkozy, F. Fillon, B. Kouchner, B. Hortefeux, M.-L. Penchard et A. Marleix, op. cit.

29 G. Chavrier, « Les conseillers territoriaux : questions sur la constitutionnalité d’une création inspirée par la Nouvelle-Calédonie », AJDA, L’actualité juridique, no 43/2009, Paris, Dalloz, 2009, p. 2384.

30 F. Fillon et B. Hortefeux, Projet de loi relatif à l’élection des conseillers territoriaux et au renforcement de la démocratie locale, enregistré à la présidence du Sénat le 21 octobre 2009, Sénat, no 61, 2009.

31 F. Fillon et B. Hortefeux, ibid., p. 40.

32 F. Mitterrand, J. Chirac, C. Pasqua et B. Pons, «  Loi no 86-1197 du 24 novembre 1986 relative à la délimitation des circonscriptions pour l’élection des députés », Journal officiel de la République française, no 25 novembre 1986, p. 14171.

33 N. Sarkozy, F. Fillon, B. Kouchner, B. Hortefeux, M.-L. Penchard et A. Marleix, « Loi no 2010-165 du 23 février 2010 ratifiant l’ordonnance no 2009-935 du 29 juillet 2009 portant répartition des sièges et délimitation des circonscriptions pour l’élection des députés », Journal officiel de la République française, no 46 du 24 février 2010, p. 3385.

Table des illustrations

Légende Carte 1. – Élections législatives du 10 novembre 1946 : carte des résultats de François Mitterrand dans la Nièvre par canton.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/51556/img-1.png
Fichier image/png, 194k
Légende Carte 2. – Premier tour des élections législatives des 23 et 30 novembre 1958 : carte des résultats de François Mitterrand dans la troisième circonscription de la Nièvre par canton.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/51556/img-2.png
Fichier image/png, 107k
Légende Carte 3. – Premier tour des élections présidentielles de 1981 : carte des résultats de François Mitterrand dans la Nièvre par canton.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/51556/img-3.png
Fichier image/png, 147k
Légende Carte 4. – Carte des rattachements politiques des conseillers généraux de la Nièvre à l’issue des élections cantonales des 9 et 16 mars 2008.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/51556/img-4.png
Fichier image/png, 120k
Légende Tableau 1. – Évolution de la délimitation cantonale des circonscriptions d’élection des députés 3233 dans la Nièvre prévue par la loi n o 2010-165 de 2010.Note 3232Note 3333
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/51556/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 261k

Auteur

Doctorant en géographie à l’université Paris IV-Sorbonne, ENEC (UMR 8185)

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540