Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Terres d’élections

 | 
François Dubasque
, 
Eric Kocher-Marboeuf

Cinquième partie. Entre permanences et mutations : la transition d’après-guerre

Un contre-exemple : la résistance au déclin d’un fief radical, Georges et Alain Bonnet en Dordogne. Territoire et liens croisés de dépendance

Jacques Puyaubert

Texte intégral

1Le fief de Georges Bonnet en Dordogne offre un bel exemple de résistance au déclin du radicalisme, avec, à la base, le tour de force de l’ancien ministre qui, proscrit, reconquiert le cœur de son territoire d’influence puis retrouve une circonscription sous la IVe République.

2Qu’est-ce qui fait la spécificité de ce fief de G. Bonnet – ancien député et ministre radical sous la IIIe République – à Champagnac-de-Bélair, Brantôme et dans la circonscription de Nontron (Dordogne) lors de sa reconquête après son retour d’exil – à partir de 1950 – ? Pourquoi une telle prégnance alors que c’est a priori un mort politique qui se présente devant ses électeurs en 1951 ?

  • 1 J. Puyaubert, Georges Bonnet (1889-1973), étude biographique, thèse de doctorat d’histoire, univers (...)
  • 2 Ibid., chap. IX, t. III, p. 738 à 825.

3Homme politique de premier plan sous la IIIe République, Georges Bonnet accède très tôt aux fonctions ministérielles (élu en 1924, il est en 1925 sous-secrétaire d’État à la présidence du Conseil, marchepied vers le ministère du Budget dont il est le fondateur en 1925). Il totalise quatorze fonctions ministérielles, dont le ministère des Finances en 1933 et en 1937. Bonnet, en précurseur, lie en permanence l’économique et le politique. Il est titulaire du Quai d’Orsay en 1938-19391 où il pratique la diplomatie de l’apaisement. Homme de l’ombre sous Vichy où il est fervent maréchaliste jusqu’en 1943 compris, il n’a jamais pris part à la Résistance ; craignant pour sa vie, il s’exile en Suisse, un havre qui lui sert de tremplin pour la reconquête2. Après 1950, il revient dans le jeu politique jusqu’en 1970, mais il ne retrouvera jamais le gouvernement à cause de ses choix vichystes.

4Son fils Alain Bonnet sera le patron du parti radical de gauche en Dordogne et fera une belle carrière dans le cadre de l’union de la gauche. À la différence du père, il n’a pas exercé de fonction ministérielle.

Une implantation durable

5La dynastie Bonnet a connu une longévité exceptionnelle. Au Palais-Bourbon, Georges et Alain Bonnet totalisent 42 ans de mandature (7 mandats pour le père soit 22 ans, puis 5 mandats pour le fils soit 20 ans). Au conseil général de la Dordogne, ils établissent un petit record : 34 ans pour Georges ainsi que 28 ans pour Alain soit 62 ans. L’élection au conseil général, que ce soit sous la IIIe, la IVe, ou la Ve est un élément déterminant pour mesurer l’ancrage dans le fief. Georges reste maire de Champagnac-de-Bélair pendant 12 ans et de Brantôme pendant 10 ans ; le fils Alain reste à la tête de la mairie de Brantôme 26 ans : soit 36 ans à Brantôme à eux deux, puis, en cumulant les deux communes, on arrive à 48 années comme premier magistrat. Sous Vichy, il n’y a pas eu de césure puisque Georges est maintenu dans ses fonctions municipales. La véritable coupure dure 6 ans de 1944 à 1950 pendant sa retraite helvétique.

6Lors de son retour, en 1950, G. Bonnet se trouve confronté à une gageure, retrouver son statut de grand notable alors qu’il est, en principe, inéligible. Sous la IVe République qui est au cœur de notre propos, le fief de Georges Bonnet en Dordogne est ainsi dans une situation des plus critiques. Le rapport des forces est a priori favorable aux forces politiques liées à la Résistance et à la Libération – le PCF, la SFIO alors dominants, le MRP et les gaullistes du RPF plus secondaires – qui ont en commun leur hostilité à l’ancien conseiller national de Vichy. Avec l’épuration, Bonnet a perdu tous ses mandats. Rappelons qu’il a fréquenté le Palais-Bourbon dans l’entre-deux-guerres, de 1924 à 1940 avec une brève interruption de 1928 à 1929. Sous la IIIe République, Georges Bonnet avait cumulé les mandats locaux en étant successivement conseiller d’arrondissement (1922), conseiller général (1925) puis maire (1929). Du reste, l’État français l’a confirmé dans ses fonctions de premier magistrat de Champagnac. Si l’on en restait à la IVe, on pourrait croire à un échec : G. Bonnet n’est élu député qu’en 1956, il n’est conseiller général qu’en 1951, réélu ensuite et maire de 1955 à 1958, ce qui paraît peu sur le plan comptable alors qu’en réalité, Georges Bonnet a retrouvé un à un tous les mandats. Il conserve son mandat de conseiller général sous la Ve (jusqu’en 1970 en changeant de canton en 1964), de maire (jusqu’en 1965), et son siège de député jusqu’en 1968.

7Alain-Paul entre en lice à partir de 1962. Georges fait de son fils un député suppléant (1962-1967), il perd avec lui en 1968, mais lui a transmis parallèlement son siège de conseiller général en 1964 en allant se porter candidat à Périgueux, puis son mandat de maire à Brantôme en se retirant définitivement de la vie municipale. Alain Bonnet reprend le siège de député en 1973 pour 20 ans (1973-1993) ; le voilà maire de Brantôme pour 26 ans (de 1965 à 1985 puis de 1995 à 2001), conseiller général de Champagnac pour 28 ans (de 1964 à 1992) ; il ajoute ensuite à tous ses mandats les fonctions de conseiller régional pendant 12 ans (1973-1986).

  • 3 Archives départementales de la Dordogne, 1W 1213.
  • 4 Arch. dép. Dordogne, 1W 1238.
  • 5 Arch. dép. Dordogne, 1W 1239 à 1243, 1W 1479.
  • 6 Arch. dép. Dordogne, 1W 1012 à 1014.

8Considérons l’ampleur électorale du phénomène « Bonnet » pour mieux appréhender l’assise dont disposent ces élus dans l’opinion. Ainsi, Georges s’est-il présenté 8 fois avec succès aux élections générales et n’a échoué que 3 fois devant le suffrage universel. Aux élections locales (conseiller d’arrondissement, maire et conseiller général), il triomphe à chaque consultation. De la même façon, Alain-Paul n’a jamais perdu une élection générale comme candidat député, ni une seule élection locale – cependant, aux municipales de 1989, se sentant battu, il a préféré se retirer entre les deux tours. Pour la IVe République, si l’on prend en compte les élections cantonales, très politisées, de 1951, Georges Bonnet atteint 1 376 voix (69 % des exprimés et 52 % des inscrits) contre 393 à son adversaire Ch. Serre3. Il est réélu dans un fauteuil en 19584. Sous la Ve, à partir de 19645, Alain-Paul rassemble aussi très aisément les électeurs de Champagnac aux cantonales avec des scores du même acabit. Les élections législatives les plus passionnées, sous la IVe République, furent celles de 19566, où G. Bonnet, l’outsider, semble n’avoir aucune chance de passer à la proportionnelle (7 listes sont en présence). Dans le canton de Champagnac, il rassemble 71 % des exprimés et 59 % des inscrits sur son nom ; à Brantôme, 61 % des exprimés et 49 % des inscrits.

  • 7 Arch. dép. Dordogne, 3M 83-84.
  • 8 Arch. dép. Dordogne, 1W 2909.
  • 9 B. Lachaise, La circonscription électorale de Nontron sous les Quatrième et Cinquième Républiques, (...)

9Si l’on regarde les scores de Georges à Champagnac-de-Bélair, son cœur de fief, lors des élections législatives perdues au suffrage uninominal, voici les résultats : en 19287, G. Bonnet totalise 52 % des exprimés au premier tour (son challenger est élu avec une voix d’avance : 9 586 pour 9 585 !) ; en 19688, 45,39 % au premier tour et 57 % au second. En revanche, il se trouve devancé à Brantôme où il est maire, au premier tour : 40 % et 48 % au second (où il est finalement battu par P. Beylot, gaulliste). Voilà le signe avant-coureur de la défaite. Lors de l’élection de la reconquête du siège de député, en 19739, Alain-Paul fait 54 % au premier tour à Champagnac et 47 % à Brantôme. Au second tour, 67 % et 60 %.

10Examinons les lignes de force du fief pour expliquer cette exceptionnelle longévité.

Les lignes de force du fief

11Pour trouver le succès durable dans les urnes, il aura fallu des procédés éprouvés. Pour sa reconquête, Georges Bonnet reprend les bonnes recettes de ses succès de l’entre-deux-guerres. En premier lieu, il a pu compter sur un noyau d’amis sûrs qui ont été là dans l’adversité (lors de son séjour helvétique comme pour son retour en Périgord).

  • 10 Archives privées Georges Bonnet, APGB 40, correspondance, Dr 5, 1951.

12D’autre part, il sollicite à nouveau son vivier de classes moyennes traditionnelles. Très symptomatique à cet égard est l’appel à souscription qu’il lance en 1951 pour son journal, L’Indépendant républicain10. Aussi bien des petits commerçants ou artisans de Périgueux que des propriétaires terriens des petites villes ou villages. Autre permanence qui transparaît dans la liste des souscripteurs, le radical Bonnet cultive un lien interpersonnel très fort avec les travailleurs indépendants. Pour eux, il est resté le « Môssieu ». L’équation personnelle est essentielle. En 2010 encore, G. Bonnet conserve une image positive dans les campagnes tout en faisant l’objet d’un rejet total de la part d’une partie de la population. La candidature d’Alain fut beaucoup plus consensuelle. Il profite des appuis du père, c’est un gestionnaire tranquille, affable, toujours présent dans les manifestations locales, serrant les mains à tout va avec un large sourire. Il dépasse ses congénères d’une bonne tête, ce qu’immortalisaient les photographes de presse. De plus, n’ayant pas le passif du père, il a su se faire accepter et s’imposer durablement.

13Autre atout, la personnalisation de l’action, G. Bonnet transforme son isolement en point fort, il peut passer pour l’homme libre, indépendant des appareils et disponible auprès de ses électeurs. Il assure également une présence des plus actives sur le terrain. Reprenant le chemin du débutant, il fait dans chaque foyer une visite pour convaincre. Ces tournées dans les communes sont périlleuses. En butte à une opposition musclée, Bonnet craint pour sa vie encore en 1950, aussi est-il accompagné par des chefs de la Résistance non communiste, René Tallet, Robert Oliveau, ou Robert Taillandier (du groupe Soleil). Enfin, ses thèmes de campagne sont bien rodés sur la fonction de protection de l’élu.

  • 11 B. Lachaise, La circonscription électorale de Nontron…, op. cit., cartes électorales.

14Plusieurs territoires sont placés sous l’influence des « Bonnet » avec un système d’emboîtement qui rappelle les poupées russes. Il faut d’abord distinguer le cœur du fief constitué par le canton et la commune de Champagnac-de-Bélair, la chasse gardée de la famille Bonnet, puis par le canton et la commune de Brantôme peu à peu investis après 1950 par les deux hommes11. Mais Georges Bonnet exerce une influence qui déborde largement de ce territoire-clé. D’une part, sous la IVe, il contrôle en grande partie la circonscription de Nontron au nord du département où il a déjà réalisé un très bon score en 1924. D’autre part, en dehors de sa circonscription comme à l’échelle du département, G. Bonnet peut compter sur quelques points d’appui contrôlés par ses alliés. Il dispose de soutiens importants à Périgueux où il fut député de 1929 à 1940. Ce noyau se manifeste sous l’Occupation et après 1950. La liste des premiers souscripteurs au journal de Bonnet L’Indépendant est faite d’habitants de Périgueux. Du reste, Bonnet devient conseiller général du chef-lieu du département en 1964 contre le député Yves Guéna (Notons que Guéna gagne ce poste après le retrait de Bonnet en 1970 et conquiert la mairie en 1971).

  • 12 APGB 40, correspondance.
  • 13 L. Dussutour, Les paradoxes de la notabilisation. Le métier politique en Dordogne depuis la Libérat (...)

15À Périgueux et à proximité, G. Bonnet est soutenu par Lucien Barrière, Henri Sicard, Pierre Daudou, Raoul Rousseau. Ajoutons Jean Lagoubie à Montpon, René Grézel à Saint-Orse, Pierre Queyroi à Cherveix-Cuba. En Bergeracois qui sera une place forte du « bonnetisme », G. Bonnet s’appuie sur Marcel Ventenat à Lalinde, sur Charles Sinsout à Vélines, sur Robert Taillandier à Bergerac. En Sarladais où il entre en concurrence avec les réseaux d’Yvon Delbos, il trouve Georges Labarthe de Terrasson, Michel Diéras du Bugue par exemple. Dans le Nontronnais, Achille Dumazet à Brantôme12. Les fonctions de conseiller général (Champagnac) et de maire (Brantôme) sont dissociées et emboîtées. Ainsi, en 1964, Alain vole de ses propres ailes en devenant conseiller général de Champagnac, mais il n’omet pas de remercier publiquement son père13. En 1965, aux élections municipales, Georges appelle solennellement à voter pour la liste conduite à Brantôme par son fils (les candidats sont les conseillers sortants de la liste Bonnet de 1959). La liste d’Alain passe entière dès le premier tour. Georges est nommé maire honoraire. Alain est désormais maire et conseiller général comme le fut son père. En 1967, même configuration qu’en 1962 pour la députation. Le père et le fils ont partagé cette double casquette qui permet de tenir deux cantons et non un seul, tout en autorisant un jeu de chaises musicales.

16Georges pratique le cumul classique des fonctions électives : conseiller général, maire puis député. En décembre 1958, Bonnet est au Palais-Bourbon et dédaigne l’élection du président du conseil général où Robert Lacoste, socialiste, est désigné de justesse. Pour Bonnet, l’assemblée départementale a toujours été secondaire, le vrai pouvoir pour lui est à Paris. G. Bonnet entre alors en concurrence avec Henri Laforest, radical comme lui, pour la circonscription de Nontron, ce dernier est mis sur la touche avec sa défaite de 1956, il ne s’en remettra pas. Les Bonnet père et fils sont battus aux législatives de 1968. Cependant, en 1970, Alain est réélu conseiller général, et en 1971, il est réélu maire.

17L’attitude passive du préfet fut, sans aucun doute, un autre facteur décisif pour favoriser la renaissance de Bonnet ; en effet, il n’a pas fait jouer l’inéligibilité en 1951 lors de la première réélection test. G. Bonnet a siégé aussitôt au conseil général en octobre 1951 alors qu’une partie de l’assemblée le rejette. Par la suite, les recours intentés devant les juridictions par ses adversaires n’ont pas abouti. Ainsi, G. Bonnet se trouve totalement blanchi en 1956. Il est assuré de conserver son mandat de député, acquis de haute lutte malgré son éviction du parti radical. En 1959, il triomphe à Brantôme où toute sa liste municipale est élue en bloc au premier tour. Il obtient également un score très flatteur aussi aux élections cantonales en 1958, nous l’avons vu.

  • 14 APGB 40, correspondance Dr 5, 1960.

18Le vecteur principal de la réussite électorale nous semble bien être l’existence d’un réseau d’une extrême densité établi sur la circonscription de Nontron (au nord de la Dordogne) ; il nous est particulièrement bien connu grâce à la correspondance de Georges Bonnet à l’occasion de son jubilé en 1960. Pour une fois, les sources permettent de voir la densité du maillage des relais d’opinion qui lui sont favorables, son sens de l’organisation et la minutie de la préparation14. Cette grande manifestation est conçue comme une démonstration de force destinée à frapper l’opinion comme à préparer le retour de Bonnet au sein du parti radical. Il y aura plus de 2 000 personnes. La préparation est intense et méthodique. Dans chaque commune, il y a un correspondant qui est chargé d’entraîner les élus, les notables et de collecter les souscriptions.

  • 15 J. Puyaubert, Georges Bonnet (1889-1973), op. cit., t. III, « Le choix dynastique », p. 987 à 991.
  • 16 L. Dussutour, op. cit., p. 192.
  • 17 Ibid.

19La transmission des mandats du père au fils constitue un cas d’école15. L’initiation commence par l’entrée aux Jeunesses radicales dont Alain devient rapidement l’un des animateurs et par des interventions dans les journaux du parti ou dans L’Indépendant républicain. Les fiches établies pour ces premiers papiers reprennent les méthodes du père : concision, plan, arguments chocs bien mis en valeur. « Alain Bonnet fera l’apprentissage du métier politique sous la houlette de son père, qui ne lui transmettra ses mandats que progressivement. » « Alain Bonnet sera amené à faire carrière sans bénéficier de la présence physique de son père à ses côtés16. » Lorsqu’en novembre 1962, Alain devient le député suppléant élu aux côtés de son père, Laurent Dussutour parle de « routinisation du jeu notabiliaire17 ».

20Au-delà de cette répétition convenue quoiqu’efficace, les pratiques « bonnetistes » vis-à-vis du fief démontrent des mutations délicates, partielles, certes, mais bien réelles.

L’ampleur des mutations

21La plus importante d’entre elles est que G. Bonnet, qui fut un cacique radical de la IIIe République, proche du pouvoir ou au pouvoir lui-même, soutenu par l’administration préfectorale, va réussir un deuxième parcours improbable en se retrouvant en permanence dans l’opposition au niveau national. Sous la IVe, tout en réussissant son come-back au parti radical, il reste un électron libre rejetant le système institutionnel, qui pourtant sied aux radicaux qui y retrouvent leur place. Ceci permet à Bonnet, à partir de 1956, de rejeter les institutions au nom d’un pouvoir exécutif renforcé. Paradoxe, sur le plan local en Dordogne, les radicaux sont bien présents aussi bien dans les municipalités qu’au conseil général même s’ils ont dû céder la direction du département aux socialistes. Georges Bonnet glisse à droite, si bien qu’il bénéficie du soutien de l’UDCA, des indépendants et des milieux catholiques conservateurs. Bonnet rafle aussi des voix MRP et RPF. Bonnet est en position d’outsider en 1951, 1956 et à partir de 1960. Il est proche du pouvoir gaulliste et de l’UNR locale de manière éphémère de 1958 à 1960. Cela lui permet, en novembre 1958, de ne pas avoir d’adversaire UNR contre lui (ses adversaires sont H. Laforest et le PCF). Mais Bonnet se brouille avec de Gaulle dès 1960 sur l’autodétermination de l’Algérie, et plus encore en 1962 avec la présidentialisation du régime. Désormais, Bonnet n’a d’autre choix que de tomber à gauche.

  • 18 G. Bonnet, Défense de la Paix, t. I, De Washington au Quai d’Orsay, 1946, t. II, Fin d’une Europe, (...)

22Le besoin d’avoir un organe médiatique permanent se fait sentir d’emblée. C’est une mutation-clé. D’une part, Georges Bonnet a fait sa rentrée politique grâce à la publication de ses Mémoires Défense de la Paix18 en 2 tomes et sur la justification de Munich, une manière de faire avaliser sa RealPolitik. Très vite, il voit la nécessité d’avoir un hebdomadaire politique L’Indépendant républicain, pour relayer ses thèmes de propagande. Bonnet va y laisser une partie de sa fortune, un investissement risqué mais le pari est réussi dès 1951, c’est-à-dire dès les premières échéances électorales. Bonnet fait rééditer en France ses ouvrages autobiographiques parus en Suisse, assure leur promotion. Le titre s’étoffe et devient Le Démocrate du Périgord indépendant.

  • 19 Arch. dép. Dordogne, 1W 1009.

23Par ailleurs, sous la IVe République, G. Bonnet doit s’adapter aux nouvelles règles électorales, a priori défavorables à cause des apparentements pour les élections générales. En 1951, aux cantonales, il a tiré profit du scrutin uninominal en personnalisant à l’extrême la consultation. Mais, cette même année, le voici obligé de rester sur la touche à cause de la règle des apparentements, une union sacrée contre le renégat le marginalisant. Cet ostracisme a failli ruiner sa tentative de reconquête. Avec prudence, Bonnet préfère passer son tour plutôt que de courir à l’échec19. Inversement, en 1956, la même règle joue en sa faveur à cause d’une crise intervenue pendant la campagne qui fait éclater le bloc de ses adversaires en deux courants hostiles.

  • 20 Arch. dép. Dordogne, 1W1239 à 1243.

24Cependant, conquérir et tenir le fief fut un combat. Rien ne fut facile en effet, le résultat était loin d’être acquis, si l’on excepte le cœur du territoire sous influence, Champagnac et Brantôme très « bonnetiste » à son tour. Champagnac est un petit canton, peu peuplé et il a fallu élargir l’influence au nord de la Dordogne puis à la région de Périgueux qui, avec le Bergeracois, sont devenus les points forts de l’assise territoriale. Le fief ou les fiefs (puisque Georges lègue ses points d’appui progressivement à son fils) sont gagnés au prix de dures batailles. Si certaines élections apparaissent a posteriori faciles au vu des scores, il n’en reste pas moins qu’elles furent très disputées ; par exemple en 1951, rien n’était joué d’avance et ce fut la divine surprise dans le camp de Bonnet. Le succès de 1956 n’est dû qu’à un incident de campagne qui a rebattu les cartes. 1964, aux cantonales20, Georges signe un exploit mais d’extrême justesse. 1968, s’avère être un échec mais de peu, à l’inverse, si bien qu’Alain a pu reprendre le fauteuil la fois suivante en 1973.

25Une autre évolution notable concerne le ton comme le contenu des déclarations du candidat ; G. Bonnet passe d’un discours consensuel, à son habitude lors des consultations passées, à un discours virulent. À la Libération, il tient un discours violemment anti-communiste. L’innovation c’est d’abord la légitimation de l’action passée au gouvernement – au Quai d’Orsay tout particulièrement –, lors d’une offensive médiatique réfléchie ; c’est aussi un double durcissement dans le discours : durcissement vis-à-vis de ses anciens amis politiques d’où la guerre au couteau avec H. Laforest, durcissement vis-à-vis d’une fraction de la Résistance (les FTPF ainsi que les comités de Libération) avec un anticommunisme militant très « guerre froide ». Non aux faux amis (« les traîtres »), non à Moscou, oui à l’Amérique, oui aux hommes de bonne volonté. Bonnet a bien assimilé la nouvelle donne. Il utilise carrément la peur des partageux auprès des petits propriétaires en faisant planer la menace d’une réforme agraire communiste.

26De 1952 à 1956, G. Bonnet élargit sa sphère d’influence, en termes de fief, afin de retrouver des leviers de pouvoir durables pour passer du niveau local au niveau départemental. Il manifeste alors un sens tactique aigu en s’adaptant à un espace politique fluctuant. Beaucoup de liens sont tissés avec des leaders traditionalistes, d’anciens vichystes comme lui, des leaders du monde paysan. Bonnet n’a pas d’adversaire à droite comme ce fut souvent le cas dans les années 1930. Il bénéficie aussi des voix des bons catholiques effrayés par les prises de position d’André Denis MRP, un ancien de la JOC qui ne fait pas recette dans les milieux conservateurs. Bonnet a aussi paradoxalement bénéficié, sous la IVe des appuis discrets de cadres du RPF, option rejetée par des résistants de la première heure. Mais, après avoir soutenu de Gaulle en 1958, la brouille s’installe dès 1960. Bonnet entre en résistance anti-gaulliste. 1962 signe ainsi une double rupture. Rupture avec le général et l’UNR sectaire de Guéna, consommée à l’occasion du référendum, mais aussi hostilité ancienne à la politique algérienne et à la coopération dans les ex-colonies. Ce qui implique, illico, la rupture avec l’administration préfectorale et l’éviction des postes de responsabilité ou purement honorifiques. Guéna coupe tous les liens entre Bonnet et l’appareil d’État. Les bonnes manières dans le style IIIe République sont proscrites, au grand dam de G. Bonnet. Rupture tactique également dans la mesure où les alliés gaullistes d’hier sont évincés du parti UNR ; c’est pourquoi, pour éviter l’isolement fatal, Bonnet doit accélérer le rapprochement amorcé avec l’opposition de gauche, les concurrents d’hier deviennent des alliés réticents puis fidèles. Ce nouvel espace politique implique un renversement complet des alliances de droite à gauche, d’où la recomposition de l’échiquier politique départemental qui permet à G. Bonnet de réintégrer le parti radical.

  • 21 J. Puyaubert, « Les réponses de l’Aquitaine politique (1956-1967) », dans G. Richard et J. Saincliv (...)

27Bonnet glisse à gauche, d’autant plus que le référendum de 1962 accélère la rupture avec les notables classiques21. En même temps, sous l’impulsion d’Yves Guéna, le jeune loup, le parti gaulliste, l’UNR, se transforme en bastion en excluant ceux qui ne sont pas dans la ligne (Sicard et Rousseau, députés UNR élus de 1958). Bonnet profite de la discipline républicaine, ses anciens adversaires jouent le jeu, ce qui n’empêche pas la connivence issue de la Résistance. Cette union sacrée contre le « pouvoir personnel » vaut pour les législatives au deuxième tour (exception faite des cantonales de 1964). Si les communistes, ses ennemis acharnés, ne se désistent pas ouvertement pour lui au second tour des législatives, ils favorisent son élection pour faire battre le candidat gaulliste. Ils se désisteront officiellement en faveur du fils Alain, lui assurant le succès en 1973. Ce grand chambardement dont la césure est bien 1962, ne doit pas occulter combien, la mue politique est plus tactique que fondamentale.

Les limites de la mue politique

  • 22 B. Lachaise, La circonscription électorale de Nontron, op. cit., p. 88 et suiv.

28L’équation personnelle reste essentielle pour la sauvegarde du fief. Ceci ne vaut pas que pour Bonnet : en Nontronnais, Henri Laforest à Nontron, Pierre Beylot, gaulliste, à Thiviers (il bat Bonnet en 1968), André Pradeau, SFIO, à Ribérac. Par ailleurs, G. Bonnet reste un notable radical conservateur, ce qui lui vaut l’exclusion du parti par Mendès France en 1956. Son attachement au parlementarisme demeure comme on le voit lors des référendums de 1962 et de 1969, malgré ses velléités de réforme constitutionnelle en 1956-1958. Ce qui ne change pas non plus, son attachement à l’ordre d’où son soutien au général de Gaulle en qui il voit, au premier chef, l’autorité. Comme il y a contradiction entre les deux options, Bonnet choisit le réalisme, c’est-à-dire de jouer son jeu d’élu en charge de ses concitoyens, rôle dans lequel il excelle mais qui apporte son lot de limitations. Voilà pour les orientations. En ce qui concerne l’action sur le terrain, G. Bonnet n’a jamais réussi à prendre le contrôle du parti radical en Dordogne, entre-deux-guerres compris, mais il s’est fait élire contre le candidat du parti en 1956 et il a fini par gagner sa compétition fratricide avec Henri Laforest qu’il fait exclure in fine de la Rue de Valois. Il a siphonné peu à peu l’électorat radical de son concurrent, le repoussant à droite puisque Bonnet adhère à la FGDS. Cet électorat modéré s’étiole au fil des consultations, absorbé progressivement par les candidats gaullistes. Laforest résiste seulement à Nontron, son fief de maire conseiller général22.

29Il est intéressant d’observer comment se comporte le fief de Bonnet en fonction des changements tactiques de son leader. L’éclatement des six arrondissements de l’entre-deux-guerres et leur recomposition en quatre arrondissements seulement, pour cause de déclin démographique accentué, modifie la donne électorale. Le canton de Brantôme comme celui de Champagnac-de-Bélair, le cœur du fief de Bonnet, sont désormais rattachés à l’arrondissement Nontron-Ribérac, ce qui est propre à déchaîner une guerre civile Bonnet-Laforest dans le camp radical. En effet, on voit mal Laforest, bien implanté dans le Nontronnais, venir se présenter dans l’ancien secteur de Delbos, à Sarlat, au détriment de Robert Lacoste, le leader socialiste. Si l’on considère le cœur du fief, c’est-à-dire en priorité le canton de Champagnac-de-Bélair, ce dernier ne bronche pas et suit son leader quoiqu’il advienne. Les contours restent si bien marqués que l’équation personnelle apparaît dominante. Ce cœur du fief qui comprend aussi le canton de Brantôme, déborde sur les cantons avoisinants (Mareuil et Montagrier). Comme dans l’entre-deux-guerres, Bonnet écrase toute concurrence dans son pré carré, son fils maintiendra les mêmes scores flatteurs jusqu’aux années 1990. En revanche, si l’on prend en compte maintenant la troisième circonscription du nord de la Dordogne, celle de Nontron, le canton de Nontron est répulsif de même que l’est de la circonscription marqué par une forte présence communiste (le bloc des cantons de Thiviers, Lanouaille et Jumilhac-le-grand). Dans cette circonscription de Nontron, retaillée après-guerre, Bonnet conserve ses bastions comme ses points faibles, quelle que soit la couleur politique de ses adversaires. Peut-on parler de fief pour l’ensemble de ce territoire tellement marqué par la présence des Bonnet père et fils ? On serait tenté de l’envisager au vu de l’ampleur de l’implantation et à cause de la pérennité de la dynastie.

  • 23 Arch. dép. Dordogne, 1W 931-935.

30Autre atout pour Bonnet qui joue en sa faveur, le réflexe de défense de la république parlementaire à laquelle Bonnet s’est identifié entre les deux guerres. L’union sacrée des radicaux qui profite au plus fort des deux provoque la marginalisation de Laforest. Le danger vient désormais des gaullistes sur la droite, leur influence dans les zones de résistance à Bonnet, avec un électorat plus urbain. Tout se passe comme si la figure de G. Bonnet transcendait les clivages classiques. Il se trouve, à partir de 1962 avec des adversaires sur sa droite et non plus sur sa gauche. Il maintient ses scores alors qu’aux référendums, au contraire, le cartel des « non » de 1962 ne réussit pas à l’emporter au référendum sur l’élection présidentielle malgré l’engagement des élus23. En 1964, dans le processus de transmission du fief au fils Alain, Georges Bonnet se présente à Périgueux-ville aux cantonales. Il retrouve à cette occasion une partie de son électorat puisqu’il a été député de Périgueux de 1929 à 1939. Champagnac fait un triomphe au fils et l’intronise en quelque sorte comme l’héritier. Du reste, au cours d’un cycle de conférences fait en 2008, l’auteur de ces lignes a pu constater combien les réactions des publics sont très différentes selon les localités et reflètent encore les liens complexes avec le député malgré l’éloignement dans le temps ; les sensibilités politiques locales demeurent bien vivaces.

  • 24 Arch. dép. Dordogne, 1W 1012 à 1014, 1015 et 1020, 1025 et 1029.

31Si l’on compare les trois élections législatives successives, 1956, 1958, 196224, on constate en effet que le cœur, les deux cantons contigus de Brantôme et Champagnac situés au centre et au sud de la circonscription, donnent à Bonnet entre 40 et 50 % des inscrits. C’est le fief, Bonnet père était conseiller général de Champagnac, maire de Champagnac puis de Brantôme ; Alain est député suppléant en 1962. À l’inverse, en 1956, Bonnet a un résultat très médiocre à Nontron comme dans tout l’extrême nord du département (à Bussière-Badil par exemple). En 1962, les clivages hérités rejouent.

*

  • 25 J. Puyaubert, « Les réponses de l’Aquitaine politique (1956-1967) », op. cit., p. 175 à 177.

32Par conséquent, le fief des Bonnet fut une place forte du radicalisme qui a traversé les républiques parlementaires, Vichy, et qui s’est adapté à la présidentialisation comme à la bipolarisation de la Ve République. Paradoxalement, les communistes ont commencé, à partir de 1962 et davantage en 1967, à voter pour G. Bonnet, sans le dire. Alain-Paul a ratissé sur ce versant socialiste et communiste sans problème dans le cadre de l’Union de la gauche. En glissant à droite sous la Quatrième, Georges Bonnet a capté l’électorat modéré – catholique en particulier – qui a ensuite disparu du paysage politique. Il a neutralisé la poussée poujadiste en étant très critique contre le régime des partis. L’arrivée des gaullistes ne le trouble pas, il s’allie avec eux en 1958 et avant pour certains RPF. Avec la présidentialisation de 1962-1965, deux cultures politiques s’affrontent : le courant novateur est incarné par le gaullisme qui propose une cohérence organisée autour de l’État par le parti présidentiel25.

33Cherchant à rompre les liens traditionnels établis par les notables de tout bord avec le pouvoir central, il est perçu comme une rupture. L’autre culture politique, directement menacée, est celle de Georges Bonnet ; il est le prototype de l’élu local, maître de son fief avec ses règles non écrites de respect des territoires et fort de son pouvoir d’intervention. Le mérite des Bonnet est d’avoir préservé cette alternative jusqu’à la fin du XXe siècle, cette pratique politique classique de l’élu du terroir. À ce titre, je peux reprendre le qualificatif de Robert Franck d’« archéo-républicain » que j’étendrais à la dynastie des Bonnet.

  • 26 J. Puyaubert, « Georges Bonnet et l’Europe », dans Bulletin de l’Institut aquitain d’Études sociale (...)

34Un autre élément invariant s’impose à l’analyste : les relations de dépendance réciproque entre l’élu et son terroir. Si l’on insiste, à juste titre sur « les liens de dépendance personnelle », il n’est reste pas moins qu’une telle légitimité sortie des urnes a aussi son revers. La légitimation impose au mandant un processus d’identification au territoire, aux hommes et à leur sensibilité. Dans le cas de Bonnet, le député « colle » à son vivier électoral ; il est non seulement au fait des difficultés des paysans – notons que le grand européiste qu’il fut rejette d’emblée le Marché commun26 – mais encore il est particulièrement attentif au sort de sa clientèle dans la mesure où il considère les aspects corporatifs. On en trouve des exemples multiples dans la presse où dans son matériel électoral. Il est symptomatique de constater que, lors de l’élection présidentielle de 1969, où il fait partie du staff de Poher alors que sa belle-fille, Annick Bonnet, née Maucotel, est la secrétaire particulière du candidat centriste ; G. Bonnet prépare les thèmes de discours de Poher sur des fiches qui rappellent exactement ses fiches de campagne électorale : une « note sur la campagne que doit faire Alain Poher pour les commerçants, artisans, agriculteurs ». De la même façon, Bonnet rassemble les arguments à développer en faveur des cadres et des salariés, ce qui est une première chez lui, il faut dire que l’on s’adresse ici à tous les Français.

  • 27 J. Puyaubert, Georges Bonnet. Les combats d’un pacifiste, Rennes, PUR, 2007, p. 335.

35Mais cette face corporative a son revers. Ce revers entraîne une adéquation où, certes, le citoyen se retrouve dans le discours et l’image de son représentant, mais aussi, dans lequel l’élu porte le poids, les inerties des valeurs identitaires, là est la rançon du succès dans une frange de la France rurale qui demeure ainsi à l’écart de la modernité. Ce phénomène d’autolimitation donne au député maire conseiller général une assise confortable, tribut du conservatisme au sens large27. En revanche, on voit bien toute la dépendance de l’élu vis-à-vis des classes moyennes indépendantes de l’ancienne France et tous les freins au changement qu’implique cet attelage. Les radicaux ont ainsi labouré largement ce spectre sociologique très IIIe République en laissant filer les classes moyennes salariées. Le réflexe de Bonnet en 1969 que nous évoquions tout à l’heure est trop tardif pour être vraiment crédible.

36Ce qui faisait la force de la présence radicale sur le territoire se révèle, sous la Quatrième voire la Ve République, être un handicap à l’adaptation nécessaire. Ce processus dans lequel l’élu est enkysté dans un territoire est en fait bien amorcé à la fin de la IIIe République. Le déclin radical paraît ici enrayé, mais c’est une apparence, le processus de dévitalisation est engagé si bien que la responsabilité du seigneur du fief est forte. Le renouvellement du discours, de l’action comme du mode de gestion de la cité n’a pas été mené. Parce qu’en regard, la perception de la politique n’a pas varié. Un fief en résistance est aussi quelque part un territoire figé.

Annexes

ANNEXES

Carte 1. – Le découpage cantonal de la Dordogne.

Notes

1 J. Puyaubert, Georges Bonnet (1889-1973), étude biographique, thèse de doctorat d’histoire, université de Bordeaux 3, 2001, t. IV Annexes, Chronologies, p. 99 à 101.

2 Ibid., chap. IX, t. III, p. 738 à 825.

3 Archives départementales de la Dordogne, 1W 1213.

4 Arch. dép. Dordogne, 1W 1238.

5 Arch. dép. Dordogne, 1W 1239 à 1243, 1W 1479.

6 Arch. dép. Dordogne, 1W 1012 à 1014.

7 Arch. dép. Dordogne, 3M 83-84.

8 Arch. dép. Dordogne, 1W 2909.

9 B. Lachaise, La circonscription électorale de Nontron sous les Quatrième et Cinquième Républiques, TER d’histoire, sous la direction de Georges Dupeux, université de Bordeaux III, 1977, annexes. Nous avons repris ici certaines des analyses de l’auteur.

10 Archives privées Georges Bonnet, APGB 40, correspondance, Dr 5, 1951.

11 B. Lachaise, La circonscription électorale de Nontron…, op. cit., cartes électorales.

12 APGB 40, correspondance.

13 L. Dussutour, Les paradoxes de la notabilisation. Le métier politique en Dordogne depuis la Libération, thèse de doctorat en science politique, université de Bordeaux IV, 1996.

14 APGB 40, correspondance Dr 5, 1960.

15 J. Puyaubert, Georges Bonnet (1889-1973), op. cit., t. III, « Le choix dynastique », p. 987 à 991.

16 L. Dussutour, op. cit., p. 192.

17 Ibid.

18 G. Bonnet, Défense de la Paix, t. I, De Washington au Quai d’Orsay, 1946, t. II, Fin d’une Europe, 1948, Genève, Les Éditions du Cheval ailé, Constant Bourquin.

19 Arch. dép. Dordogne, 1W 1009.

20 Arch. dép. Dordogne, 1W1239 à 1243.

21 J. Puyaubert, « Les réponses de l’Aquitaine politique (1956-1967) », dans G. Richard et J. Sainclivier (dir.), Les partis et la République. La réforme du système partisan (1956-1967), Rennes, PUR, 2007, p. 169 à 178.

22 B. Lachaise, La circonscription électorale de Nontron, op. cit., p. 88 et suiv.

23 Arch. dép. Dordogne, 1W 931-935.

24 Arch. dép. Dordogne, 1W 1012 à 1014, 1015 et 1020, 1025 et 1029.

25 J. Puyaubert, « Les réponses de l’Aquitaine politique (1956-1967) », op. cit., p. 175 à 177.

26 J. Puyaubert, « Georges Bonnet et l’Europe », dans Bulletin de l’Institut aquitain d’Études sociales, no 89, 2009, p. 79 à 98.

27 J. Puyaubert, Georges Bonnet. Les combats d’un pacifiste, Rennes, PUR, 2007, p. 335.

Table des illustrations

Légende Carte 1. – Le découpage cantonal de la Dordogne.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/51555/img-1.png
Fichier image/png, 686k

Auteur

Docteur en histoire de l’université Bordeaux Montaigne et chercheur associé au CEMMC (EA 2958)

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540