Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Terres d’élections

 | 
François Dubasque
, 
Eric Kocher-Marboeuf

Cinquième partie. Entre permanences et mutations : la transition d’après-guerre

Le Midi italien, terre de mission du PCI après la Seconde Guerre mondiale

Frédéric Attal

Volltext

1L’économie et la société du Midi italien après la Seconde Guerre mondiale diffèrent peu de celles qui l’avaient caractérisé après l’Unité et qui avaient défini les termes de ce qu’on appelle la question méridionale. Tous les chiffres qui concourent à la mesure de l’indice de développement humain démontrent l’arriération des régions méridionales : analphabétisme largement persistant, monde rural prépondérant, économie agricole sous-développée, une ville-monstre, Naples et sa périphérie, quelques villes moyennes peu actives, sans oublier une espérance de vie inférieure à la moyenne de la péninsule, et la présence d’une criminalité organisée parasitaire. Ces statistiques froides n’illustrent qu’imparfaitement une misère visible à l’œil nu qui se traduisait immédiatement après la libération du territoire par les troupes alliées, par des enfants affamés et par une prostitution juvénile diffuse.

2Est-ce pour autant un terreau favorable à la propagation de l’idéologie et de l’action d’un parti révolutionnaire ? Bien au contraire. L’absence de politisation des populations miséreuses va de pair avec leur sous-développement. Ici, les conflits de classe, pourtant évidents, ne débouchent pas, comme dans les terres rouges du centre de la péninsule, sur une radicalisation politique de type révolutionnaire. Le Mezzogiorno depuis l’Unité italienne ne se distingue pas par un vote à gauche. Non que les immenses problèmes économiques et sociaux accentués par une politique de développement fondé sur l’industrialisation à marche forcée du nord de la péninsule ne suscitent pas un mécontentement diffus ; mais celui-ci se traduit par des révoltes sporadiques après s’être manifesté, dans les années soixante du XIXe siècle, par un mouvement de brigandage sécessionniste qui refusait le nouvel État, la nouvelle dynastie, au nom de valeurs proprement réactionnaires.

3Le PCI part donc de très bas à l’issue de la guerre. Pourtant, à la fin des années 1950 et plus encore dans les années 1960, le Midi italien devient, sinon un bastion électoral fidèle et solide – à l’image du centre « rouge » –, un réservoir de voix des plus prometteurs, plus sûr même que certaines zones du nord industriel où le parti communiste est d’abord contesté par l’extrême gauche (années 1970) puis concurrencé par le parti socialiste (années 1980). Comment expliquer ce changement spectaculaire ? Le PCI s’est parfaitement adapté aux attentes et à la mentalité des électeurs du Mezzogiorno, des paysans à la petite et moyenne bourgeoisie. Au-delà d’un réalisme peu regardant sur les entorses faites aux principes idéologiques, il faut également voir les éléments positifs d’une politisation réussie des campagnes méridionales, c’est-à-dire d’un accès progressif des couches populaires du Mezzogiorno aux valeurs de la démocratie moderne, ce qui était loin d’être acquis en 1945.

Le Midi, terre de mission de la gauche italienne : les raisons

L’état de la gauche dans le Midi : un héritage difficile

  • 1 Sur l’attrait des socialistes italiens pour les théories fumeuses de Cesare Lombroso (L’Uomo delin (...)

4Les forces hostiles aux gouvernements libéraux, les républicains ou les radicaux, restent incapables de récupérer le mécontentement des populations méridionales. C’est également le cas du PSI. Il serait inexact d’incriminer l’absence d’une classe ouvrière dans le Midi italien pour expliquer la quasi-absence des socialistes. D’abord celle-ci n’a réellement le droit de vote qu’après la réforme de 1912 ; d’autre part, l’électorat du PSI se caractérise par son visage rural, notamment dans les campagnes du nord et du centre. En réalité, les dirigeants socialistes considèrent le Mezzogiorno non comme une terre de mission, mais comme un désert qu’il convient d’abandonner à son triste sort. La raison ne tient pas seulement au fait que les socialistes considèrent les masses rurales méridionales civiquement arriérées et politiquement incultes tout autant qu’analphabètes. Ils sont également sensibles à un discours raciste produit d’un scientisme délétère qui voit dans l’homme méridional, un criminel ou un paresseux en puissance1.

  • 2 Voir entre autres G. Salvemini, Socialismo riformismo democrazia, a cura di Enzo Tagliacozzo e Ser (...)

5Au début du XXe siècle, un intellectuel socialiste dénonce et le discours et l’état de fait. Gaetano Salvemini, universitaire, historien, natif des Pouilles et professeur d’abord à Messine puis à Florence, s’en prend aux dirigeants socialistes accusés de pactiser avec le gouvernement Giolitti : en échange d’aides gouvernementales aux coopératives socialistes et profitant d’une industrie à l’abri de la concurrence étrangère pour obtenir des salaires plus élevés, les socialistes feraient preuve d’une complaisance certaine à l’égard de la majorité2. Salvemini propose qu’une alliance soit nouée entre paysans méridionaux sans terre, ouvriers agricoles écrasés par des contrats agraires léonins et ouvriers du triangle industriel. Si sa proposition n’est pas reprise par le PSI, l’idée du méridionaliste comme les attendus de la polémique influencent les intellectuels socialistes après la Première Guerre mondiale et, parmi eux, l’un des fondateurs du PCI, Antonio Gramsci.

Le PCI et le Midi en 1944-1946

  • 3 A.-M. Cittadini Cipri, Il Partito d’azione e la questione méridionale, pref. de Leo Valiani, Paler (...)
  • 4 Guido Dorso (1892-1947), influencé par Mosca et par Pareto, s’était distingué en 1925 en publiant (...)

6Au lendemain du débarquement des troupes alliées en Sicile puis à Salerne, alors que Togliatti, secrétaire général du PCI, rejoint l’Italie (mars 1944), il n’a qu’une idée : éviter les erreurs du premier après-guerre, à savoir le ghetto sectaire dans lequel la tendance représentée par Amedeo Bordiga avait plongé le parti communiste naissant. Sa stratégie d’ouverture est bien entendu en conformité avec une directive de Staline qui entend qu’un Front le plus large possible soit constitué en Italie afin de renforcer la lutte contre l’ennemi commun. Le thème du « parti nouveau » est né. Le Mezzogiorno n’est pas pour autant davantage prioritaire dans ce choix stratégique. Autrement dit, il n’y a pas encore d’analyse politique spécifique du PCI sur le Midi italien. Le méridionalisme comme la conquête des masses rurales à la démocratie renaissante et à la république espérée, est bien davantage l’apanage du tout nouveau parti d’Action, mouvement aussi minoritaire qu’influent, d’intellectuels et d’hommes politiques de tendance socialiste3. Alors que l’un d’entre eux, l’avocat d’Avellino (Campanie) Guido Dorso, dénonce le racisme encore persistant des socialistes révolutionnaires à l’égard des méridionaux, le PCI ne propose aucun plan concret visant à la résolution de la question méridionale ou à la captation de l’électorat du Sud italien4.

  • 5 Le premier article publié est dû à la plume de l’avocat antifasciste napolitain, Vincenzo La Rocca (...)
  • 6 Comme par exemple, Salvatore Cacciapuoti, La Voce, a. II, 21 novembre 1945.
  • 7 G. Dorso, « Il discorso agli Irpini », La Voce, a. I, 19 novembre 1944 et id., « La borghesia agra (...)
  • 8 Mario Alicata, intervention au comité central du PCI, dans Archives du Parti communiste italien, I (...)

7Il est significatif qu’il faille attendre le numéro 38 de La Voce, quotidien du PCI dans l’Italie méridionale fondé en 1944, et dont le sous-titre est quotidiano dei lavoratori [travailleurs] del Mezzogiorno, pour qu’apparaisse une première série d’articles consacrés à la question méridionale5. Des articles, de plus en plus nombreux à partir du mois de novembre 1944, s’intéressent davantage à la situation concrète du Mezzogiorno et aux mesures à prendre d’urgence, qu’aux réflexions plus théoriques sur les problèmes structuraux6. Les deux articles qui font exception sont signés de… Guido Dorso7. On pourrait avancer que la vocation du journal destiné à être un quotidien d’information pour les travailleurs de l’Italie du sud, rend moins nécessaire la présence de telles analyses de fond. Mais l’explication est insuffisante. L’hebdomadaire politique et culturel du PCI, Rinascita, fondé fin 1943 et qui devrait être l’organe adapté pour ce genre d’essais, ne publie pas grand-chose non plus, comme le relève, devant le Comité central de son parti en 1946, Mario Alicata, alors jeune intellectuel collaborateur de la maison d’édition Einaudi et communiste depuis 1940 : « Nous n’avons pas su faire travailler sur leur propre terrain des techniciens et des spécialistes pour fournir au parti le matériel destiné à Rinascita ; la revue n’a rien publié sur les problèmes concrets et réels de la reconstruction de notre pays8. »

  • 9 AIG, Verbali Segreteria PCI, 1945, Verbale riunione del 18 décembre 1945, 3 °) sul progetto della (...)

8Les procès-verbaux des réunions du secrétariat du PCI confirment que la question méridionale est loin d’être prioritaire. Lorsqu’à la fin 1945, en vue du Ve congrès du PCI, Ruggiero Grieco, militant zélé du Komintern et spécialiste des questions agraires, présente un projet de réforme agraire, Mauro Scoccimaro, membre du secrétariat, déplore que « dans les documents présentés, il n’y a pas la moindre allusion à la question méridionale9 ».

  • 10 E. Sereni, « Il Mezzogiorno e i problemi dell’ora presente », discorso al « Teatro Giordano », Ave (...)
  • 11 Francesco Barbagallo note ainsi qu’au 5e congrès du PCI (28 décembre 1945-4 janvier 1946) des opin (...)

9Le « retard » du parti communiste concernant la question méridionale tient moins à une prise de conscience tardive de celle-ci qu’au problème de l’absence de cadres intellectuels expérimentés dans le sud et à la stratégie politique de Togliatti. Emilio Sereni, ancien diplômé de la faculté d’études agricoles de Portici, militant communiste depuis la fin des années 1920, le seul qui, outre Gramsci, a apporté une contribution notable à la réflexion sur la question méridionale, est, jusqu’au début de l’année 1946, délégué dans le Comité de libération pour l’Italie du Nord et président du Comité de libération de la Lombardie. Le parti le rappelle dans le sud en février 1946 avec l’intention de mener une campagne active pour la République dans une région plus que réticente à l’égard des nouveaux gouvernants. Dès le 17 février 1946, Sereni multiplie les interventions dans la presse (La Voce) ou en public. Mais tout comme dans le discours de Togliatti à la même époque, les élections et le référendum institutionnel constituent le principal thème abordé10. Les attaques contre les monarchistes du parti libéral ou du parti de l’Uomo qualunque, mouvement populiste anti-antifasciste, les questions de politique étrangère, la nécessité de maintenir l’unité des forces antifascistes relèguent au second plan la question méridionale. Le PCI doit également concilier la nécessaire attention au problème du sud avec une politique plus globale tenant compte du reste de la péninsule11.

Les hésitations du PCI

Les prémisses d’une politique spécifique au Mezzogiorno

  • 12 Rapport de Giorgio Amendola au secrétariat du PCI daté du 30 août 1948, AIG, Verbali Segreteria PC (...)
  • 13 G. Amendola, « Il pensiero e l’opera di Mario Alicata », Seminario alle Fratocchie, 18-19 décembre (...)
  • 14 Rapport de Giorgio Amendola au secrétariat du PCI daté du 30 août 1948, dans AIG, Verbali Segreter (...)

10Les résultats aux élections de juin 1946 (Assemblée constituante) sont très mauvais pour les forces de gauche dans le Midi italien. Le PCI obtient 9,5 % des voix et le PSI, 5,8 %. Ils poussent le premier à réagir. En juillet de la même année, le parti communiste constitue en son sein une commission de travail pour le Mezzogiorno où figurent, entre autres dirigeants importants, Emilio Sereni, Ruggero Grieco, Giorgio Amendola – le fils du député martyr du fascisme qui avait pris la tête de la sécession de l’Aventin – ou encore Mario Alicata. Son but est de préparer l’unité des forces méridionales démocratiques12. En tant que directeur de La Voce, Alicata organise des réunions politiques. Y participent la plupart des cadres dirigeants républicains du Mezzogiorno13. Ces réunions permettent de jeter les bases du Blocco del Popolo dans tous les chefs-lieux du Mezzogiorno, ainsi que des initiatives unitaires14.

  • 15 Aux élections administratives du 10 novembre le Bloc du Peuple est la première force politique à N (...)
  • 16 Lettre de Giorgio Napolitano à Lucio Lombardo Radice, 17 octobre 1946, dans AIG, Biografie, Memori (...)

11Les élections locales de l’automne 1946 se révèlent cette fois encourageantes et le parti communiste peut s’enorgueillir du succès du rassemblement15. Pour la première et la dernière fois, actionnistes et anciens du PDA, républicains, libéraux de gauche font front commun avec le PSI et le PCI. Les organisations unitaires non politiques et les initiatives en faveur du Mezzogiorno allant au-delà de la gauche marxiste survivent aux élections. C’est le cas du « Centre économique italien pour le Mezzogiorno » qui, né sur des bases politiques très larges, se donne pour but de « susciter et coordonner toutes les initiatives pour la renaissance économique du Mezzogiorno ». Le centre se veut également une école formant les futurs cadres du parti : le futur président de la République italienne, Giorgio Napolitano, est passé par là16.

12L’autre élément de la stratégie de conquête des masses dans le Midi italien tient à l’envoi des cadres confirmés du parti, communistes chevronnés et pour certains trempés dans l’acier du Komintern, dans le Sud (Sereni), dans un double but d’évangélisation du Midi italien et de perfectionnement de la formation des jeunes dirigeants, à l’exemple de Mario Alicata. Celui-ci est également l’une des meilleures illustrations de la politique d’ouverture calculée de Togliatti, à savoir la récupération des anciens jeunes fascistes, militants dans les Groupes universitaires, et, pour certains, passés très tardivement à l’antifascisme.

Le PCI paralysé jusqu’en 1947

  • 17 Outre la constitution du Centre économique italien pour le Mezzogiorno, on relève un colloque sur (...)

13La rupture de la coalition gouvernementale libère en quelque sorte le PCI de sa prudence coupable. Rien dans son action au sein de l’exécutif n’avait jusqu’alors permis de poser les jalons d’une politique méridionaliste. Le parti multiplie désormais les colloques et réflexions sur la question méridionale17, mais ses dirigeants observent une prudence rare quand ils occupent des postes ministériels.

  • 18 Sur cette question voir notamment P. Ginsborg, « The Communist Party and the agrarian question in (...)
  • 19 Il s’agit d’éliminer le phénomène des gabelous siciliens, ces hommes de main des propriétaires ter (...)

14Le parti communiste a été associé aux gouvernements de coalition depuis juin 1944 et Emilio Sereni, comme Fausto Gullo, y représentent le Mezzogiorno. Conscient de la nécessité d’agir au plus vite, ce dernier a lancé un ambitieux projet de réforme agraire dès 194418 : réformes des contrats agricoles de façon à garantir qu’au moins 50 % de la production devaient être partagés entre propriétaires et exploitants ; permis d’occupation de terres peu ou pas cultivées, données à des coopératives agricoles de production ; indemnités aux paysans pour les encourager à vendre leurs produits aux entrepôts d’État (granai del popolo) ; prolongation de tous les contrats pour empêcher les propriétaires de les dénoncer l’année suivante ; interdiction faite à tout intermédiaire de s’immiscer entre paysans et propriétaires19.

  • 20 L’économiste libéral napolitain Guido Cortese, proche du philosophe Bendetto Croce président du PL (...)
  • 21 E. Sereni, « Per un nuovo corso economico », discours tenu à Milan le 13 octobre 1946, dans AIG, S (...)
  • 22 Associazione nazionale bonifiche irrigazioni miglioramenti fondiari e Centro economico italiano pe (...)
  • 23 E. Sereni, dans Il giornale del Mezzogiorno, 12 maggio 1947. Article consulté dans AIG, Scritti e (...)
  • 24 P. Ginsborg, Storia d’Italia dal dopoguerra a oggi. Società e politica 1943-1988, op. cit., p. 140 (...)
  • 25 Rapport de Giorgio Amendola au secrétariat du PCI daté du 30 août 1948 cité p. 1.

15Ces décrets lancent une mobilisation paysanne qui dure trois ans et dont l’apogée est atteint à l’automne 1946, car les décrets Gullo sont peu ou mal appliqués notamment en raison de l’hostilité de la DC et du PLI qui ont fait en sorte que la grande majorité des requêtes paysannes soient repoussées20. Les petits propriétaires terriens, laissés à eux-mêmes et hostiles aux contraintes que les décrets font peser sur les contrats et l’embauche, s’allient aux grands propriétaires. Certains d’entre eux sont liés à la Mafia. Privées d’aides de l’État, les coopératives n’ont pu cultiver convenablement les maigres terres qu’ils avaient obtenues. Enfin Antonio Segni, le nouveau ministre de l’Agriculture dans le gouvernement De Gasperi, vide la réforme de sa substance entre 1946 et 1947. Sereni est alors ministre de la Reconstruction puis des Travaux publics du 6 février au 31 mai 1947. La lecture de ses discours pendant son ministère permet de mieux saisir l’extrême prudence de la politique du PCI. Le Mezzogiorno n’apparaît que rarement dans les propos qu’il tient en public. Ainsi, lorsqu’il expose à Milan sa conception du « nouveau cours économique », il est question de la lutte contre le fascisme, de la lutte contre le marché noir, et l’évasion des capitaux, mais pas de la politique méridionale. De même, l’intervention de l’État est mentionnée seulement dans le cadre d’une contrainte qui devrait être exercée sur l’épargne et l’investissement des propriétaires ou d’une politique de relance de la consommation et du financement de l’éducation pour les plus pauvres. Il n’est pas question de réformes de structures21. Les 26-28 octobre 1946 a lieu à Naples un colloque organisé par l’Association nationale pour la bonification, les irrigations et les améliorations foncières et le Centre économique italien pour le Mezzogiorno. La réforme agraire n’est pas à l’ordre du jour, mais certains intervenants entendent bien en parler, malgré l’opposition du démocrate-chrétien Scelba, par peur, dit-il, de faire dévier le colloque sur un sujet d’ordre politique22. Or Sereni esquive le problème en affirmant que le colloque ne permet pas d’en parler faute de temps suffisant. Enfin, le 11 mai 1947 (soit moins de vingt jours avant le départ des ministres communistes du gouvernement), en réponse à une question d’un député qui s’inquiète sur son action en faveur du Mezzogiorno, il indique, chiffres à l’appui, que l’Italie centrale a été la plus touchée par les destructions et conclut en souhaitant que le Sud sache s’en sortir par lui-même, avec l’aide de l’État certes, mais surtout avec la mobilisation de toute son énergie23… Comment expliquer une telle timidité ? Au gouvernement, la stratégie communiste de stricts légalisme et loyalisme, qui est également celle du PCF, a empêché que soit posé le problème de la reconstruction de l’Italie en accordant la priorité au Mezzogiorno et aux réformes de structure comme le voulaient les méridionalistes du parti d’Action. La radicalisation et le caractère illégal des mouvements paysans ont entraîné Togliatti à sacrifier la lutte méridionale. Alors ministre de la Justice, celui-ci n’avait rien fait pour empêcher l’action hostile de la magistrature et de la Cour de cassation contre les décrets Gullo24. Traçant en 1948 le bilan de l’action menée par la commission méridionale du parti, Giorgio Amendola prend acte des erreurs et insuffisances de son action dont il souligne le manque de continuité et d’efficacité25.

Le PCI entre stratégie internationale et politique électoraliste

Deux lignes d’action

16Le méridionalisme défini par Sereni prend un nouveau visage. À l’alliance ouvriers-paysans d’esprit gramscien, succède désormais l’hégémonie seule du prolétariat méridional qu’incarne le PCI, au Sud comme au Nord, ce qui ne laisse que peu de marges de manœuvre hors des directives centralisées du parti. Celles-ci se divisent désormais en deux lignes de conduite qui s’alternent. La première, incarnée par le même Sereni et relayée par l’ensemble du parti jusqu’au début des années 1950, fait des mots d’ordre nationaux puis internationaux (lutte pour la paix, dont le même homme prend la direction) une priorité, au détriment d’une action plus attentive au terrain et destinée à attirer un électorat rétif à une mobilisation dont les tenants et les aboutissants lui échappent en partie. En bref, « la paix » prend le pas sur « la terre » dans le programme d’urgence du parti. Le résultat est que celui-ci ne parvient pas à comprendre la faim de terre des paysans méridionaux et se révèle tout aussi étonné que le gouvernement face aux mouvements de révolte des masses rurales, notamment en Calabre en 1949, comme si elles ne « collaient » pas suffisamment au stéréotype du paysan soumis et inféodé aux élites « réactionnaires » (propriétaires, Église). La seconde ligne, incarnée par Giorgio Amendola, veut poursuivre la stratégie d’encadrement de chacune des couches sociales méridionales par un associationnisme tous azimuts destiné à rassembler le plus largement possible à la base, selon des intérêts catégoriels, et à fédérer par la suite pour mieux diriger au sommet.

  • 26 AIG, Verbali Commissione meridionale PCI, 1948, Verbale riunione della commissione meridionale del (...)
  • 27 AIG, Scritti e discorsi, Giorgio Amendola, fasc. 6, giugno-novembre 1948, discours de conclusion d (...)

17En décembre 1947, la tenue d’un Congrès démocratique du Mezzorgiorno à Pozzuoli près de Naples et qui ne réunit pas moins de 7 000 délégués, permet de constituer un Front démocratique pour le Mezzogiorno, pendant méridional du Front démocratique populaire, et ayant pour objectif de réunir parti communiste, parti socialiste et indépendants en vue de la joute électorale décisive du 18 avril 1948. Après la défaite, la ligne est une première fois infléchie. Le nouvel organe, le Front du Mezzogiorno, se veut plus attentif aux instances méridionalistes. Mario Alicata, secrétaire de la Fédération de Calabre et membre de la direction du PCI, précise que le Front du Mezzogiorno ne doit plus apparaître comme un « secteur géographique » du rassemblement électoral précédent (Front démocratique populaire) mais comme un mouvement de masse particulier au Sud, qui doit accomplir une « politique méridionale » fixée par le parti26. Il faut pour cela rester le plus possible au contact des différentes couches sociales méridionales : « C’est pour cela – précise Amendola qui coordonne la nouvelle politique – que des liens de plus en plus étroits avec les différentes catégories des populations méridionales sont nécessaires, y compris avec les couches de la petite et moyenne bourgeoisie industrielles, des petits et moyens commerçants27. »

  • 28 Il faut noter que le lieu choisi pour la tenue d’un congrès n’est jamais innocent. Portici est le (...)
  • 29 C’est Amendola lui-même qui y fait allusion lors d’un discours tenu à Rome, le 14 janvier 1950 (AI (...)
  • 30 AIG, Scritti e discorsi, Giorgio Amendola, 1949, fasc. 8, compte rendu final de Giorgio Amendola a (...)

18Cette stratégie annonce la transformation du Front du Mezzogiorno en une organisation plus large. La direction méridionale décide alors de préparer la tenue d’Assises régionales en 1949, qui viennent elles-mêmes couronner une série de « congrès » centrés sur des problèmes extrêmement précis. Les Assises pour la renaissance de la Campanie sont l’aboutissement ainsi de colloques consacrés à des questions aussi diverses que la production du chanvre (31 juillet 1949 à Santa Maria Capua Vetere), les industries des aliments en conserve (30 octobre à Nocera), les travaux publics (4 novembre à Benevento), la réforme agraire (13 novembre à Portici), l’école (20 novembre à Avellino), les hôpitaux et les industries électriques (Naples, les 20 et 26 novembre)28. Ces rencontres donnent lieu à la rédaction de cahiers de revendications qui rappellent explicitement les cahiers de doléances précédant la Révolution française29. Ces Assises régionales permettent de renouer avec la politique de recherche d’alliances : sous couvert d’assemblées démocratiques censées permettre à tout le monde de s’exprimer pour exposer ses problèmes et les conditions de vie dans le Mezzogiorno, la direction communiste méridionale entend attirer à soi de nombreux porte-parole des différents partis, même gouvernementaux, et les impliquer en quelque sorte dans son action. Amendola se félicite ainsi que les Assises calabraises ont pu permettre, par exemple, « de réaliser un remarquable élargissement du front des alliances (libéraux, qualunquistes, sociaux-démocrates et même néo-fascistes du MSI). sur cette plate-forme de mobilisation populaire ». Dans les Pouilles, ce sont des républicains et des libéraux qui ont participé aux Assises, dans une optique essentiellement antigouvernementale30. Ce transformisme couleur méridionale semble ainsi aller au-delà même de la tactique togliattienne consistant à tenter constamment de rompre l’isolement du parti communiste. Les différentes organisations régionales donnent alors naissance à un « Comité permanent pour la Renaissance du Mezzogiorno » qui possède les mêmes objectifs d’attirer tous les mécontents de la politique gouvernementale, de quelque bord politique qu’ils viennent, à l’image de Francesco Cerabona, ancien membre du petit parti monarchiste Democrazia del Lavoro et dont la présence symbolise les capacités transformistes de l’organisation méridionale.

  • 31 Ce document intitulé « Risoluzioni della Direzione » est cité par S. Tarrow, Peasant Communism in (...)

19À partir de 1950, s’amorce la deuxième étape de la stratégie communiste dans le Mezzogiorno. Il s’agit désormais d’élargir leur assise sociale, sur la lancée des Assises régionales. En décembre, naît un « Centre pour la défense de l’industrie méridionale » à l’issue d’un congrès homonyme. Un an plus tard encore, c’est au tour d’une « Association des paysans du Mezzogiorno d’Italie » qui regroupe 150 000 adhérents. Un document du comité central datant de 1951 révèle les intentions de la direction méridionale : la multiplicité des organisations démocratiques et des assemblées populaires est nécessaire pour donner une forme élémentaire d’organisation à des masses socialement hétérogènes et géographiquement dispersées31.

Les limites de cette politique

  • 32 Celle-ci prévoit l’expropriation de 700 000 hectares de terres cultivables destinées à être redist (...)
  • 33 M. Alicata, « Intervento al VII° congresso del PCI », dans VII° Congresso del partito comunista it (...)
  • 34 Ibid., p. 107-108.
  • 35 Ibid., p. 111.

20Mais si le schéma est sur le papier séduisant, la pratique est plus difficile. D’autant que le parti est écartelé entre les nécessités de la politique nationale, d’opposition systématique à de nombreuses réformes ou lois proposées par le gouvernement et la réalité sur le terrain où ces mêmes réformes peuvent être bien accueillies par l’électorat convoité par le PCI. C’est par exemple le cas de la réforme agraire voulue par le ministre Segni (1949-1950)32. Le parti de Togliatti s’y oppose, mais il se heurte à l’incompréhension des paysans qui ne parviennent pas à faire la différence entre le combat pour la conquête et la possession immédiates des terres et une lutte de plus longue haleine pour obtenir une véritable réforme en profondeur de la propriété foncière33. Il dénonce alors une soif de terre, qui se limite à la satisfaction des besoins immédiats, et constate en outre la déception des paysans, devant la non-satisfaction de leurs revendications. La conséquence en est l’affaiblissement du mouvement. Enfin, beaucoup de journaliers recherchent un travail à n’importe quelle condition, et refusent l’idée que poursuivre la lutte pourrait à moyen terme déboucher sur une amélioration sensible de leurs conditions. Ils se résignent dès lors à n’être qu’une main-d’œuvre surnuméraire et corvéable à merci34. Le PCI doit néanmoins prendre acte de la situation. Alicata critique en effet la contradiction qui existe entre les attaques portées contre la réforme agraire au Parlement, et le fait d’encourager sur le terrain la lutte des paysans, pour que cette même réforme soit appliquée et améliorée. On a ainsi assisté, poursuit l’auteur, à des prises de position contradictoires, passant du refus extrémiste jusqu’à l’action violente menée contre les organismes de réforme, à l’acceptation opportuniste de la réforme, par peur d’être exclus du partage du gâteau si l’on poursuivait le combat ou si l’on opposait un refus de principe. Il s’agit d’une critique à peine voilée de l’incohérence de la position communiste prisonnière d’une intransigeance préjudicielle et inapplicable sur le terrain, mais également d’une dénonciation de certains cadres communistes locaux jusqu’au-boutistes. La conclusion est claire : « Il ne faut pas s’arrêter devant la lettre de la loi, mais faire de la loi un levier pour poursuivre la réforme35. »

  • 36 Le terme area depressa que l’on traduira le plus souvent par « zone sous-développée » vient de l’a (...)

21La gauche socialiste et communiste adopte une même attitude de refus à l’égard de la Caisse pour le Midi, attitude facilitée, il est vrai, non seulement par les insuffisances inhérentes au projet de loi, mais aussi par l’absence cette fois d’une pression sociale en sa faveur. La position du PCI est arrêtée par la direction en juin 1950. Sereni et Amendola sont d’accord pour dénoncer le projet sans aucune hésitation. Le discours prononcé par Alicata à la Chambre centre alors sur l’idée que le problème du Mezzogiorno est un problème structurel qui regarde l’ensemble de l’État italien. L’Italie méridionale ne se réduit pas à une simple area depressa36.

22La position des communistes oscille constamment entre l’affirmation de la nécessité d’une rupture radicale avec la politique du gouvernement, et la tentation de proposer un ensemble de réformes destinées à pallier les effets de cette politique, renonçant à mettre en avant la question de la structure de l’État.

Triomphe du pragmatisme tacticien

  • 37 G. Amendola, « Come si pone la questione meridionale dopo il voto del 7 giugno », Rinascita, a. IX (...)
  • 38 Ibid., p. 404.
  • 39 S. Tarrow, Peasant Communism in Souther Italy, op. cit., p. 251-259.

23La poussée monarchiste aux élections administratives de 1952, puis législatives du 7 juin 1953, renforce Amendola dans sa conviction de poursuivre sa politique locale de grande alliance antigouvernementale. Dans un article paru dans Rinascita et intitulé « Comment se pose la question méridionale après le vote du 7 juin37 », il analyse le succès des monarchistes comme le fruit d’une récupération du vote protestataire réservé en principe au parti communiste. Le parti monarchiste aurait réussi à s’en emparer, en détournant à son profit la dénonciation de la politique gouvernementale développée par le PCI : promesses non tenues, insuffisance de la Caisse pour le Midi, politique extérieure de renoncement national et de subordination de l’Italie aux nouvelles organisations atlantiques supranationales. À cela s’ajoute le fait que les monarchistes évitent de verser dans l’anticommunisme virulent. Cette analyse conduit Amendola à proposer à nouveau un programme d’action fondé sur la recherche du plus large consensus possible, autour d’un programme réduit en conséquence38. Comme l’a remarqué Sidney Tarrow, il y a un net décalage entre le programme révolutionnaire de Gramsci qui parlait d’une alliance entre les ouvriers du Nord et les paysans sans terre du Sud, et la « voie italienne » au socialisme de Togliatti appliquée par Amendola dans le Mezzogiorno39.

  • 40 AIG, Verbali Direzione PCI, 1952, Verbale riunione direzione PCI del 23 ottobre 1952, punto 1o : « (...)
  • 41 Dans son rapport à la direction d’octobre 1952, Amendola avait insisté sur le manque d’adhérents à (...)

24La ligne amendolienne approuvée d’abord par la direction du PCI en octobre 195240 puis par le Comité pour la renaissance du Mezzogiorno en 1953 est fixée pour une décennie et, bien que contestée, connaît peu de variations : un programme de réformes concrètes et ponctuelles en utilisant les organismes publics, l’abandon progressif des revendications les plus radicales, celles qui concernent notamment l’orientation de la politique générale du gouvernement et l’ensemble des structures économiques de la péninsule. Il faut conquérir l’électorat monarchiste, c’est-à-dire des différentes catégories sociales composant le Mezzogiorno, du paysan sans terre au petit propriétaire bourgeois absentéiste, pour lequel la maigre rente foncière constitue un revenu complémentaire, de l’ouvrier au petit patron d’entreprise, du maître d’école au notaire ou au médecin, tous englobés dans la même catégorie d’« intellectuels41 ». Le Comité pour la Renaissance du Mezzogiorno devient alors l’instrument de défense purement corporatiste de ces couches sociales. Il s’agit également d’une politique de la main tendue vers les partis laïques, mais l’alignement du PCI sur l’Union soviétique, l’anti-atlantisme et l’anti-européisme empêchent toute perspective d’entente. Le Comité porte donc son effort sur les électeurs monarchistes déçus par l’inaction du gouvernement, au prix d’un discours volontiers démagogique, mêlant « campanilisme » identitaire – autour du thème de la « napolitanité » –, « qualunquisme » antigouvernemental, voire hostilité à l’égard de tout ce qui se trouve au nord de Rome.

  • 42 « La dénonciation de l’“irréparable dommage pour l’avenir du Mezzogiorno que recèle la politique d (...)

25L’opération de séduction de l’électorat monarchiste en vue des élections locales de 1956, est relayée par la revue méridionaliste communiste Cronache Meridionali créée en janvier 1954. Elle n’est jamais ouverte et clairement affichée, mais prend des chemins détournés, comme par exemple un compte rendu favorable et complaisant à l’égard d’écrivains monarchistes. C’est le cas du compte rendu d’Alicata du livre de Carlo Scarfoglio, Il Mezzogiorno d’Italia (1953). L’auteur est le fils d’Eduardo Scarfoglio, le polémiste nationaliste, colonialiste et anglophobe napolitain du début du siècle lorsqu’il dirigeait Il Mattino. Carlo a déjà été invité par le PCI au colloque organisé à Naples en 1952 sur Cultura e Mezzogiorno. La thèse développée dans son ouvrage est que le Mezzogiorno n’a connu de prospérité que lorsqu’il s’est détourné du continent et a regardé vers la Méditerranée. Alicata la juge scientifiquement faible, mais il pense qu’elle a le mérite de soulever un problème toujours actuel42.

  • 43 M. Valenzi, compte rendu d’Antonio Degli Espinosa, Il Regno del Sud (Firenze, 1955) dans Cronache (...)
  • 44 A. Alinovi, « Il voto di Napoli », Cronache Meridionali, a. III, no 6, juin 1956, p. 395.

26La sévérité de certains autres comptes rendus d’Alicata (à propos de Carlo Levi par exemple) rend plus significative son indulgence à l’égard d’un auteur qui ne cache pas sa nostalgie pour l’ancien royaume de Naples. On peut citer un autre exemple révélateur : l’avis très favorable de Maurizio Valenzi sur l’ouvrage également historique d’Antonio Degli Espinosa, un officier monarchiste guère modéré, auteur d’un récit du « Royaume du Sud » durant la période 1943-1944, pourtant peu tendre à l’égard des antifascistes méridionaux43. La direction communiste du Mezzogiorno ne se contente pas de quelques clins d’œil appuyés à certains intellectuels monarchistes, conformément à l’opération de « transformisme » politique et culturel. Après le nouveau triomphe de Lauro en mai 1956 (51,7 % des voix), elle cherche à déculpabiliser la petite bourgeoisie urbaine et le petit peuple napolitain. Elle prend ainsi habilement le contre-pied de l’analyse faite au même moment par Nord e Sud, revue méridionaliste libérale concurrente du mensuel communiste. L’un de ses collaborateurs, Alinovi dit refuser l’attitude hautaine de la revue libérale qui, en dénonçant le complexe d’infériorité dont seraient victimes ses électeurs, croit pouvoir balayer d’un revers de main le vote en faveur de l’administration monarchiste44.

  • 45 R. Villari, « Gaetano Salvemini e la questione meridionale », Cronache Meridionali, a. IV, no 9, s (...)
  • 46 AIG, Verbali Direzione PCI, 1958, « Situazione a Napoli », 18 février 1958, MF 127, 2, 2/2.
  • 47 Ibid.

27Quelques mois plus tard, en 1957, il ne s’agit plus simplement de déculpabiliser la petite et moyenne bourgeoisie urbaine mais de lui ôter tout complexe face à son histoire. L’historien Rosario Villari n’hésite pas ainsi à remettre en cause les accusations portées au début du siècle par Salvemini à leur égard et considérées désormais comme « exagérées et pessimistes45 ». Lorsque le conseil municipal de Naples est dissous par un vote des Chambres en février 1958, à la demande du gouvernement qui impose alors une mise sous tutelle administrative, la direction du PCI se réunit pour en évoquer les conséquences et arrêter sa position à adopter. Le débat se résume à une alternative simple : à qui s’en prendre en priorité, à la démocratie-chrétienne ou au maire monarchiste ? Tous sont unanimes pour attaquer la première notamment en raison de l’état d’esprit qui règne à Naples. Reprenant une expression courante dans la presse populiste favorable au maire déchu, Alinovi parle de « ville offensée46 ». Amendola résume froidement la logique de la marche à suivre : « Dans la crise politique actuelle à Naples, le parti doit prendre position en attaquant la DC et le mouvement de Lauro. Notre stagnation relative à Naples ces cinq dernières années est due non seulement à une initiative plus importante de la DC, mais à l’action de la droite monarchiste en soi-disante opposition à la DC et en concurrence avec nous […]. Lauro et son mouvement sont des créatures du régime clérical47. »

  • 48 A. Alinovi, « Il voto di Napoli », Cronache Meridionali, a. V, no 6, juin 1958, p. 440.
  • 49 Les listes de Lauro obtiennent en effet 35 % et la DC enregistre un échec avec 26 % (contre 32 % a (...)
  • 50 Il faut noter que Luciana Viviani est élue dans la forteresse électorale de Lauro, le quartier de (...)

28Le résultat des législatives à Naples démontre une réussite certaine de la stratégie communiste. Le PCI a en effet conquis les zones du centre, dont les quartiers Tribunali et San Lorenzo, bastions populaires et monarchistes. Derrière la langue de bois justificatrice de cette victoire48, se cache une réalité concrète : la récupération du vote du sous-prolétariat (popolano) tant décrié par Sereni vingt ans auparavant. Dans sa conquête des voix monarchistes, le PCI connaît des revers (recul global aux élections municipales de 196049) et des succès (victoire de Luciana Viviani, fille du grand dramaturge Raffaele Viviani, contre Lauro aux élections sénatoriales de 196350). Dans les années 1960, une fois l’opération accomplie, la commission méridionale du PCI se préoccupe alors des perspectives d’alliance avec les républicains, les radicaux et les sociaux-démocrates, et la tactique à adopter face à la poursuite des réformes menées par le gouvernement dans le Mezzogiorno. Il lui faut dès lors élaborer un nouveau discours méridionaliste moins démagogique.

*

29D’un point de vue strictement électoral, la réussite de la tactique communiste est indéniable et si les monarchistes sont totalement éradiqués dès le milieu des années 1960, c’est en partie au profit du PCI. La manœuvre s’est toutefois opérée au prix d’un retard important pris par le parti de Togliatti dans l’analyse de l’évolution des régions industrielles septentrionales, dont l’électorat traditionnellement acquis aux partis de gauche se sente ainsi délaissé, négligé pendant le temps de la conquête, hypothétique au départ, mais bien réel à la fin, d’un électorat méridional. Ce n’est qu’au milieu des années 1970 que le PCI parvient de façon très éphémère à rallier les deux Italies. En 1975, Maurizio Valenzi devient maire de Naples, symbole fort d’une implantation locale qui se confirme, malgré des fluctuations relativement importantes – dans une ville qui, moins de trente ans auparavant, votait monarchiste à 80 % ! –, et perdure bien après la transformation du PCI en Parti démocrate de gauche.

Anmerkungen

1 Sur l’attrait des socialistes italiens pour les théories fumeuses de Cesare Lombroso (L’Uomo delinquente, 1876), voir L. Mangoni, « Gli intellettuali alla prova dell’Italia unita », dans Storia d’Italia, a cura di Sabbatucci, Vidotto, 1995, p. 461-463 et G. Turi, « Intellettuali e propaganda nel movimento socialista », dans Fare gli italiani. Scuola e cultura nell’Italia contemporanea a cura di Simonetta Soldani e Gabriele Turi, vol. 1, La nascita dello Stato nazionale, Bologne, Il Mulino, 1993, p. 459-501.

2 Voir entre autres G. Salvemini, Socialismo riformismo democrazia, a cura di Enzo Tagliacozzo e Sergio Bucchi, Rome-Bari, Laterza, 1990, p. 64-75.

3 A.-M. Cittadini Cipri, Il Partito d’azione e la questione méridionale, pref. de Leo Valiani, Palerme, EPOS, 1982 et Ead., Meridionalismo e azionismo nel crepuscolo sabaudo, Manduria, Piero Lacaita, 1989.

4 Guido Dorso (1892-1947), influencé par Mosca et par Pareto, s’était distingué en 1925 en publiant auprès de Piero Gobetti (1901-1926), le célèbre publiciste et éditeur turinois antifasciste, Rivoluzione meridionale, recueil d’articles parus une première fois dans La Rivoluzione liberale, revue de Gobetti. L’article dénonçant le racisme des socialistes est repris dans G. Dorso, Dittatura, classe politica e classe dirigente, Torino, Einaudi, 1949, p. 36. Parmi les autres méridionalistes du parti d’action, citons Tommaso Fiore (également collaborateur à la revue gobettienne) et Manlio Rossi-Doria, ancien communiste et antifasciste.

5 Le premier article publié est dû à la plume de l’avocat antifasciste napolitain, Vincenzo La Rocca (dans La Voce, a. I, 20 settembre 1944).

6 Comme par exemple, Salvatore Cacciapuoti, La Voce, a. II, 21 novembre 1945.

7 G. Dorso, « Il discorso agli Irpini », La Voce, a. I, 19 novembre 1944 et id., « La borghesia agraria del Mezzogiorno », La Voce, a. II, 16 janvier 1945.

8 Mario Alicata, intervention au comité central du PCI, dans Archives du Parti communiste italien, Institut Gramsci [désormais AIG], Verbali Comitato centrale PCI, 1946, Verbale riunione del 24-25-26 aprile, p. 160-161. Einaudi avait bien tenté de lancer, de Rome, avec l’appui d’Alicata, une revue consacrée au Mezzogiorno et intitulée Risorgimento, mais le projet fait long feu et la publication cesse de paraître le 19 février 1946 (voir lettre de Mario Alicata à Guido Dorso, 9 mai 1945, dans G. Dorso, Carteggio [1908-1947], a cura di Bruno Ucci, Avellino, Edizioni del Centro Dorso, 1992, p. 187).

9 AIG, Verbali Segreteria PCI, 1945, Verbale riunione del 18 décembre 1945, 3 °) sul progetto della riforma agraria.

10 E. Sereni, « Il Mezzogiorno e i problemi dell’ora presente », discorso al « Teatro Giordano », Avellino, 3 mars 1946, dans AIG, Biografie Memorie Testimonianze, Emilio Sereni ; Palmiro Togliatti, discours tenu au San Carlo de Naples, dans La Voce, a. III, 10 mai 1946, p. 1-3.

11 Francesco Barbagallo note ainsi qu’au 5e congrès du PCI (28 décembre 1945-4 janvier 1946) des opinions antiméridionales n’étaient pas rares (dans F. Barbagallo, « Il PCI, i ceti medi e la democrazia nel Mezzogiorno [1945-1947] », Studi Storici, 1985, no 3, p. 247-276, dans id., L’azione parallela. Storia e politica nell’Italia contemporanea, Napoli, Liguori Editore, 1990, p. 252).

12 Rapport de Giorgio Amendola au secrétariat du PCI daté du 30 août 1948, AIG, Verbali Segreteria PCI, Verbale riunione del 29 settembre 1948, 1) Lavoro del Mezzogiorno, p. 1.

13 G. Amendola, « Il pensiero e l’opera di Mario Alicata », Seminario alle Fratocchie, 18-19 décembre 1976, dans AIG, Biografie, Memorie, Testimonianze, Mario Alicata, p. 30.

14 Rapport de Giorgio Amendola au secrétariat du PCI daté du 30 août 1948, dans AIG, Verbali Segreteria PCI, 1948, Verbale riunione del 29 settembre 1948, 1) Lavoro del Mezzogiorno.

15 Aux élections administratives du 10 novembre le Bloc du Peuple est la première force politique à Naples avec 31,2 % des suffrages et 25 sièges. Mais il est isolé face à la droite (le parti de l’Uomo Qualunque obtient 19,8 % et 16 sièges et les monarchistes 18,8 % et 15 sièges). Le PLI obtient 15 % et 12 sièges et la DC, 13,6 et 11 sièges. L’exécutif du conseil municipal, minoritaire, est formé d’une alliance entre l’Uomo Qualunque et des monarchistes. Le monarchiste Buonocore est élu maire.

16 Lettre de Giorgio Napolitano à Lucio Lombardo Radice, 17 octobre 1946, dans AIG, Biografie, Memorie, Testimonianze, Giorgio Napolitano.

17 Outre la constitution du Centre économique italien pour le Mezzogiorno, on relève un colloque sur les transformations foncières dans le Mezzogiorno (octobre 1946), un autre sur les transports (janvier 1947), un dernier enfin sur les travaux publics (juillet 1947).

18 Sur cette question voir notamment P. Ginsborg, « The Communist Party and the agrarian question in Southern Italy, 1943-1948 », History Workshop Journal, 1984, no 17, p. 81-101 et id., Storia d’Italia dal dopoguerra a oggi. Società e politica 1943-1988, Turin, Einaudi, 1989, p. 160-187 ; A. Rossi Doria, Il ministro e i contadini : decreti Gullo e lotte nel Mezzogiorno, Rome, Bulzoni, 1983 ; F. Mazza et M. Tolone, Fausto Gullo, Cosenza, Edizioni Pellegrini, 1982. Né le 16 juin 1887 à Catanzaro, Fausto Gullo est diplômé en droit et s’établit à Cosenza. Il rejoint le parti socialiste, puis participe après la Grande Guerre, à la fondation du PCI.

19 Il s’agit d’éliminer le phénomène des gabelous siciliens, ces hommes de main des propriétaires terriens qui servaient d’intermédiaires avec les paysans et se comportaient avec brutalité.

20 L’économiste libéral napolitain Guido Cortese, proche du philosophe Bendetto Croce président du PLI, y est ainsi très hostile : G. Cortese, « Il cataclisma Gullo », Il Giornale, 25 aprile 1946, cité dans P. Ginsborg, op. cit., p. 140. Des paysans sans terre avaient organisé de vastes mouvements d’occupation de terres non cultivées (appartenant à des propriétaires absentéistes). L’organisation même des paysans avait autant frappé que la misère de leurs conditions.

21 E. Sereni, « Per un nuovo corso economico », discours tenu à Milan le 13 octobre 1946, dans AIG, Scritti e discorsi, Emilio Sereni, 1946.

22 Associazione nazionale bonifiche irrigazioni miglioramenti fondiari e Centro economico italiano per il Mezzogiorno, Per le trasformazioni fondiarie nel Mezzogiorno e nell isole, Atti del convegno di Napoli, 26-28 ottobre 1946, p. 135-137.

23 E. Sereni, dans Il giornale del Mezzogiorno, 12 maggio 1947. Article consulté dans AIG, Scritti e discorsi, Emilio Sereni, 1947. Voir également dans le même fonds d’archives une « relazione sull’attività svolta al ministero dell’assistenza post-bellica », rédigée en juillet 1947.

24 P. Ginsborg, Storia d’Italia dal dopoguerra a oggi. Società e politica 1943-1988, op. cit., p. 140-141. Sur l’attitude communiste à l’égard des mouvements paysans, voir G. Maone, « Mezzogiorno, 1946-1950. Partito comunista e movimento contadino », Italia contemporanea, a. XXXVIII, 1980, no 163, p. 31-64 et S. Tarrow, Peasant Communism in Southern Italy, New Haven and London, Yale University Press, 1967.

25 Rapport de Giorgio Amendola au secrétariat du PCI daté du 30 août 1948 cité p. 1.

26 AIG, Verbali Commissione meridionale PCI, 1948, Verbale riunione della commissione meridionale del 14 ottobre 1948, odj : « Sviluppo dell’azione del Fronte del Mezzogiorno », intervention de Mario Alicata, p. 1.

27 AIG, Scritti e discorsi, Giorgio Amendola, fasc. 6, giugno-novembre 1948, discours de conclusion de G. A. au Convegno dei comitati provinciali del Fronte del Mezzogiorno, 13 juin 1948, p. 9.

28 Il faut noter que le lieu choisi pour la tenue d’un congrès n’est jamais innocent. Portici est le siège de la faculté d’agriculture dirigée par le méridionaliste libéral Manlio Rossi Doria, adversaire du PCI et très réservé à l’égard de la réforme agraire. Avellino est la ville de Guido Dorso, dont une grande partie de l’œuvre est consacrée à la formation de la classe dirigeante.

29 C’est Amendola lui-même qui y fait allusion lors d’un discours tenu à Rome, le 14 janvier 1950 (AIG, Scritti e discorsi, Giorgio Amendola, 1950, fasc. 9, « Appunti di G. Amendola », Roma, 14 janvier 1950, p. 2).

30 AIG, Scritti e discorsi, Giorgio Amendola, 1949, fasc. 8, compte rendu final de Giorgio Amendola aux Assisi per la rinascita della Campania, 9 décembre 1949, p. 2.

31 Ce document intitulé « Risoluzioni della Direzione » est cité par S. Tarrow, Peasant Communism in Southern Italy, New Haven and London, Yale University Press, 1967, p. 213.

32 Celle-ci prévoit l’expropriation de 700 000 hectares de terres cultivables destinées à être redistribuées sous forme de petites propriétés agricoles ou à compléter des toutes petites propriétés déjà existantes. La loi réalise bien évidemment le projet démocrate-chrétien d’une Italie de petits propriétaires paysans, électorat de base de la DC.

33 M. Alicata, « Intervento al VII° congresso del PCI », dans VII° Congresso del partito comunista italiano (1951), Roma, 1954, p. 215-219 désormais dans id., Intellettuali e azione politica, a cura di Renzo Martinelli e Roberto Maini, Roma, Editori Riuniti, 1976, p. 107.

34 Ibid., p. 107-108.

35 Ibid., p. 111.

36 Le terme area depressa que l’on traduira le plus souvent par « zone sous-développée » vient de l’anglais depressed area et est employé par les méridionalistes libéraux.

37 G. Amendola, « Come si pone la questione meridionale dopo il voto del 7 giugno », Rinascita, a. IX, no 7, juillet 1953, p. 401-404.

38 Ibid., p. 404.

39 S. Tarrow, Peasant Communism in Souther Italy, op. cit., p. 251-259.

40 AIG, Verbali Direzione PCI, 1952, Verbale riunione direzione PCI del 23 ottobre 1952, punto 1o : « Rapporto sull’ultima riunione sulla Rinascita del Mezzogiorno » (Amendola).

41 Dans son rapport à la direction d’octobre 1952, Amendola avait insisté sur le manque d’adhérents à Naples et le découragement des cadres dans AIG, Verbali Direzione PCI, 1952, Verbale riunione direzione PCI del 23 ottobre 1952, punto 1o : « Rapporto sull’ultima riunione sulla Rinascita del Mezzogiorno » (Amendola), 13/6.

42 « La dénonciation de l’“irréparable dommage pour l’avenir du Mezzogiorno que recèle la politique de la soi-disante unité européenne” est une observation intelligente et originale. C’est une dénonciation perspicace, qui fait également voir sous une lumière différente la thèse générale de Scarfoglio sur les relations entre le Mezzogiorno et le continent européen. Dans un sens, elle suggère une piste d’enquête qui, dépouillée de ses aspects à la fois mythiques et mystiques, et ramenée à sa dimension d’approfondissement concret de certains aspects des régions méridionales en rapport avec les autres régions italiennes et avec les autres États européens, pourrait donner des résultats féconds en ce qui concerne la rédaction d’une histoire du Royaume de Naples et des origines de la “Question méridionale” », M. Alicata, compte rendu de Carlo Scarfoglio, Il Mezzogiorno e l’Unità d’Italia, (Firenze, 1953), Cronache Meridionali, a. I, no 1, janvier 1954, p. 70.

43 M. Valenzi, compte rendu d’Antonio Degli Espinosa, Il Regno del Sud (Firenze, 1955) dans Cronache Meridionali, a. III, no 3, mars 1956, p. 189.

44 A. Alinovi, « Il voto di Napoli », Cronache Meridionali, a. III, no 6, juin 1956, p. 395.

45 R. Villari, « Gaetano Salvemini e la questione meridionale », Cronache Meridionali, a. IV, no 9, septembre 1957, p. 539.

46 AIG, Verbali Direzione PCI, 1958, « Situazione a Napoli », 18 février 1958, MF 127, 2, 2/2.

47 Ibid.

48 A. Alinovi, « Il voto di Napoli », Cronache Meridionali, a. V, no 6, juin 1958, p. 440.

49 Les listes de Lauro obtiennent en effet 35 % et la DC enregistre un échec avec 26 % (contre 32 % au en 1958). Le PCI obtient 23 % (le PSI, 6 %). Commentant les résultats, Amendola regrette que l’électorat de Lauro n’ait pas été suffisamment récupéré : AIG, Verbali Commissione meridionale PCI, 1960, Verbale riunione Commissione meridionale del 23 novembre 1960, p. 36. En 1962, après une nouvelle dissolution du conseil municipal et la nomination d’un commissaire extraordinaire, de nouvelles élections voient le parti monarchiste unifié (PDIUM) obtenir encore 30,9 % des voix contre 27,8 à la DC. Seul le ralliement de sept conseillers municipaux monarchistes à la DC en octobre 1962 met définitivement fin au règne de Lauro à la tête de la municipalité.

50 Il faut noter que Luciana Viviani est élue dans la forteresse électorale de Lauro, le quartier de Forcella au cœur de la Naples populaire.

Autor

Maître de conférences HDR à l’ENS Cachan, Institut de sciences sociales du politique

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540