Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Terres d’élections

 | 
François Dubasque
, 
Eric Kocher-Marboeuf

Cinquième partie. Entre permanences et mutations : la transition d’après-guerre

Les « fiefs vendéens ». La Vendée, fief de la droite conservatrice sous la IVe République

Matthieu Trouvé

Texte intégral

  • 1 Vins délimités de qualité supérieure répartis en quatre appellations – Mareuil, Brem, Vix et Pisso (...)

1Il en va parfois des vins comme des hommes politiques : leur longévité et leur conservation est synonyme de qualité et de succès. « Les fiefs vendéens », appellation des vins produits dans le département de Vendée1, sont rouges, blancs ou rosés, légers et typés, à boire plutôt jeunes. Ils se sont surtout développés lorsque Richelieu fit un don des vignes de son évêché de Luçon à de pauvres paysans. Mais leur production essentiellement destinée au marché local est restée marginalisée et confidentielle ; en ce sens, ces vins méritent leur appellation de « fiefs », ce qui renvoie à la fois à leur caractère de vin de terroir et à la région dont ils sont issus, marquée par une longue tradition féodale et agricole. Depuis 1789, les élus vendéens revendiquent volontiers ce localisme et s’inscrivent dans cette même tradition qui, transposée en politique, correspond en quelque sorte à des valeurs conservatrices et rurales.

  • 2 J.-C. Martin, « La Vendée, région-mémoire. Bleus et blancs », dans P. Nora (dir.), Les lieux de mé (...)

2« La Vendée » : à lui seul, le nom de ce département évoque immédiatement les « guerres de Vendée », la résistance à la Révolution, la tradition catholique, une « contre-mémoire » qui s’oppose au jacobinisme républicain pendant quasiment tout le XIXe siècle2, voire une « contre-histoire » qui a des prolongements contemporains au XXe avec la prédominance de partis et d’hommes politiques qui, d’Armand de Baudry d’Asson à Philippe de Villiers, se réclament sinon d’un héritage contre-révolutionnaire, du moins des valeurs de la droite conservatrice, catholique, paysanne et indépendante, en un mot, « ruralo-chrétienne ». En politique, « les fiefs vendéens » sont, en effet, d’abord ceux d’une droite traditionnelle qui s’est durablement implantée dans le nord du département.

3Au-delà de ces comparaisons politico-viticoles, il convient de prendre garde à la terminologie employée et de se garder de tout amalgame ou de toute caricature. Il s’agit ici d’étudier, dans le prolongement de travaux déjà menés, les notions de « fief » et de « bastion » dans un département marqué par une forte identité politique. Cette communication se définit comme une étude de cas adaptée à un département (la Vendée), un courant politique (celui de la droite conservatrice) et à un moment (la IVe République).

  • 3 Le corpus d’étude ainsi défini comprend les élus suivants : Georges Avril, Armand de Baudry d’Asso (...)

4Unie plus par un ensemble de valeurs que par un parti ou une idéologie précise, la droite conservatrice qui domine en Vendée est attachée aux libertés, à l’Église catholique, à la famille, à la propriété. Sous la IVe République, ce choix conduit à aborder les fiefs et parcours des leaders vendéens élus sous les étiquettes « PRL », « CNIP », « républicain indépendant » et/ou « indépendants modérés » mais dont le discours et les pratiques politiques les placent du côté de la droite conservatrice traditionnelle. Même si d’un point de méthodologique la démarche n’est pas entièrement satisfaisante, nous limiterons l’étude à quelques grandes figures de la droite conservatrice – députés, sénateurs, conseillers généraux et maires de communes de plus de 2 000 habitants – particulièrement révélateurs de la constitution de fiefs électoraux3.

5Quant à la notion de « fief électoral », elle amène à s’interroger sur cinq éléments : la durée du fief ; la personnalité, la trajectoire politique, la notabilité et le charisme d’un élu local (député, maire, conseiller général ou municipal) ; le territoire et ses caractéristiques (une circonscription, une ville) ; l’existence d’un réseau local de soutien (entourage, associations, journal, médias,…) ; la présence de « vassaux » ou d’une « école politique », c’est-à-dire de personnes affiliées au leader politique auxquelles s’ajoutent un héritage assumé par d’autres élus, voire une lignée politique. Se rapprochant de la notion de fief, le bastion électoral en possède des caractéristiques assez proches mais s’en différencie par l’absence de « vassaux » et de tradition politique durable ; il repose davantage sur l’action militante.

  • 4 Outre les ouvrages spécialisés et l’étude de la presse locale, les sources utilisées se situent pr (...)

6On analysera ainsi la constitution de véritables « féodalités républicaines » en territoire vendéen entre 1945 et 1958, en insistant sur les caractéristiques de ces fiefs sans perdre de vue leur logique systémique et les causes de leur formation, parmi lesquelles l’explication historique (l’influence des événements insurrectionnels de Vendée pendant la Révolution française, la continuité de pratiques politiques entre la IIIe et la IVe République), l’explication sociologique (la persistance en Vendée d’une noblesse ou de notables locaux exerçant une solide influence sur la population) et l’explication religieuse (un département marqué par une tradition catholique)4.

D’un fief l’autre

7Les fiefs vendéens de la droite conservatrice sous la IVe République présentent invariablement trois caractéristiques majeures : ils s’inscrivent tout d’abord sur la longue durée et ont une longévité assez exceptionnelle ; ils sont ensuite détenus soit par des hobereaux héritiers d’une longue tradition familiale issus de la noblesse, soit par des notables locaux ; ils reposent, enfin, sur un territoire et une identité politique bien définis.

Une longévité exceptionnelle des fiefs vendéens conservateurs

8La première caractéristique du fief électoral est sa durée. Une fois le territoire politique conquis, les propriétaires du fief entendent se maintenir au pouvoir le plus longtemps possible. Obtenu, parfois au prix d’une longue lutte électorale, peu à peu constitué et bâti, le fief devient la chasse gardée de l’élu qui envisage son action sur le long terme, au-delà des changements de régimes et de constitutions. À cet égard, la durée de vie politique des élus de la droite conservatrice en Vendée dépasse souvent la période de deux mandats de maire, voire de trois mandats, ce qui correspond à un fief d’une vingtaine voire d’une trentaine d’années, auxquels s’ajoutent dans la plupart des cas des mandats de conseiller général. Mais il n’est pas rare que la durée du fief dépasse cette période et s’inscrive sur la quasi-totalité de la vie de l’élu. Le record – si l’on peut dire – appartient à Paul de Lézardière, maire du Poiroux, petite commune rurale du nord-ouest vendéen, sans interruption de 1912 à 1971, soit une période de 59 ans. Élu maire « divers modéré » de Chantonnay en 1953, Michel Crucis reste à la tête de sa municipalité jusqu’en 1995, soit pendant 42 ans. Quant à Armand de Baudry d’Asson, il est maire de La Garnache de 1945 à 1977, soit pendant 32 années. Sur l’ensemble du corpus étudié, les maires élus sous la IVe République avec l’étiquette « conservateur », « indépendant », « indépendants paysans », exercent leur autorité sur leur fief local pendant en moyenne un peu plus de 23 ans, autrement dit une durée bien supérieure à l’existence de la IVe République.

  • 5 Bulletin officiel des Maires de Vendée, juin 1971, Ouest-France, 14 juin 1971, Le Nouveau Messager (...)

9Parfois même seul l’état de santé de ces seigneurs de la politique les contraint à abandonner peu à peu la scène politique locale. Ainsi, Jacques Dugast, élu maire conservateur du Poiré-sur-Vie en 1945 puis conseiller général du canton la même année, est contraint de démissionner de ses fonctions en 1967 pour des raisons personnelles et de santé. Il en va de même pour Paul de Lézardière, qui ne se représente pas aux cantonales de 1967 et abandonne son mandat de maire peu de temps avant sa mort survenue en juin 19715. Dans certains cas, ces mêmes élus de la droite conservatrice meurent alors qu’ils exercent encore des fonctions électorales, notamment de maire ou de conseiller général ou municipal : on citera à ce propos les exemples de Raoul Pélote, maire de Bouin de 1945 à 1960, et de Georges Avril, maire de La Châtaigneraie de 1945 à 1952.

10Caractéristique fondamentale du fief électoral, la longévité de l’action et du pouvoir politiques d’un élu aboutit à une forte identification, voire à une personnification entre l’élu et sa ville ou son canton et crée, de ce fait, un lien particulier entre l’élu et sa circonscription. Pendant la durée de son mandat, Charles Rousseau n’est pas simplement le premier magistrat des Sables d’Olonne ; il incarne à lui seul les Sables d’Olonne, son port et ses habitants ; il est le visage des Sables d’Olonne et des Sablais.

Nobles, hobereaux et autres notables locaux

11Parmi les détenteurs des fiefs vendéens conservateurs, on dénombre une grande majorité de notables locaux et d’héritiers de la noblesse locale. Deux cas illustrent particulièrement bien l’influence et même l’emprise politique des familles de la noblesse locale bien implantée dans le nord du département jusque dans les années 1950-1960, à l’origine de véritables dynasties politiques féodales. Le premier est celui de la famille d’Armand de Baudry d’Asson. Issu d’une vieille famille catholique ayant eu l’un des siens tué à Luçon en 1793, ce dernier est le petit-fils de Léon Charles de Baudry d’Asson, député des Sables d’Olonne de 1876 à 1914, et le fils d’Armand de Baudry d’Asson, député monarchiste de 1914 à 1927 puis sénateur de 1927 à 1936. Armand de Baudry d’Asson fils hérite ainsi d’un passé politique illustre dans la tradition de la droite légitimiste. Président de l’association des étudiants de l’Institut catholique de Paris, il a lui-même milité dans les rangs de l’Action française jusqu’en 1936, date à laquelle il adhère au « Roc Vendéen », une association à tendance monarchiste. Conseiller municipal à 25 ans en 1935, et 1er adjoint au maire de La Garnache (Vendée), où sa famille possède le château de Fonteclose et où a eu lieu en septembre 1938 la grande fête du souvenir vendéen avec la participation de Jean Yole, il est élu conseiller général du canton de Challans en 1936. On retrouve peu ou prou le même cas de figure avec Paul de Lézardière, issu d’une autre vieille famille de la noblesse vendéenne catholique. Originaire de la commune du Poiroux qui a donné deux députés au département au XIXe siècle – Joseph Robert, baron de Lézardière et de Poiroux (1764-1858), et Charles Eutrope Athanase Benjamin Robert, vicomte de Lézardière (1777-1866), ancien officier de Charette –, Paul de Lézardière est le fils du vicomte Marc de Lézardière et de Marie-Thérèse de Maynard, tous deux propriétaires au Poiroux. Il s’est marié à Jeanne Robineau de Rochequairie, marquise de Lézardière et baronne de Poiroux. Dans la même veine, pourrait-on dire, on retrouve d’autres élus vendéens au sang bleu, comme le sénateur-maire d’Auzay, Jacques de Maupéou, issu de l’une des plus vieilles familles de la noblesse française. À travers ces exemples, on comprend comment une influence politique féodale peut s’ancrer dans la durée au sein d’une véritable lignée politique.

  • 6 Cf. A.-J. Tudesq, Les grands notables en France 1840-1849, étude historique d’une psychologie soci (...)

12Parmi les autres possesseurs de fiefs de la droite conservatrice vendéenne de la IVe République, on trouve de nombreux notables locaux exerçant des fonctions prestigieuses à l’échelle d’une commune rurale : notaires (Alexandre Bobin, Jacques Dugast), avocats (Michel Crucis), pharmaciens (Marcel Bousseau), vétérinaires (Georges Avril, Maurice Priouzeau), tous estimés et populaires en raison de la profession qu’ils exercent. Pour reprendre la définition d’André-Jean Tudesq, « ce qui fait le notable, c’est d’abord l’avoir. Il a des biens, du savoir, des relations, une famille, une fonction qui donne une parcelle d’autorité publique, un nom, l’ambition et la volonté d’utiliser ces avantages6 ». Ces notables conservent pendant longtemps dans le nord vendéen une place de premier plan et exercent sur les petites gens des campagnes une influence politique qui incline ces dernières à voter en faveur des partis conservateurs. Une dernière catégorie d’élus est constituée par des agriculteurs exploitants (Antoine Guitton, Félicien Pateau) et, plus rarement, des commerçants (Charles Rousseau).

  • 7 R. Rémond, La République souveraine. La vie politique en France, 1879-1939, Paris, Fayard, 2002, p (...)

13L’analyse sociologique de ces leaders conservateurs vendéens ne fait que confirmer assez bien ce qu’observait déjà René Rémond à propos des candidats de la droite sous la IIIe République : ces derniers, écrit-il, « sont des notables héréditairement accoutumés à exercer l’autorité et qui inspirent aux électeurs respect et considération : le vote ne ferait que confirmer et reporter sur un mandat électif l’influence et le pouvoir de fait dont ils disposaient déjà auparavant – propriétaires ruraux, patrons, chefs d’entreprise7 ». Ainsi, la constitution du fief électoral peut s’expliquer non seulement par l’héritage politique mais aussi par l’influence sociale exercée par l’homme politique et la légitimité acquise et admise de son pouvoir social.

Territoires et identités politiques

  • 8 J.-C. Martin, op. cit., p. 596.
  • 9 Cf. A. Siegfried, Tableau politique de la France de l’Ouest, Paris, 1913 et J.-L. Sarrazin et al., (...)
  • 10 J.-C. Martin, « La Vendée dans la mémoire des droites », dans J.-F. Sirinelli (dir.), Histoire des (...)

14Ces fiefs électoraux de la droite conservatrice en Vendée ont un territoire bien défini et identifié. Il s’agit la plupart du temps d’une ville ou d’un canton. L’espace politique vendéen est, en quelque sorte, coupé en deux sous la IVe République sans que l’on puisse, toutefois, délimiter de manière exacte une frontière stable : au nord et à l’est, les fiefs de la droite conservatrice dominent, avec l’existence de grandes figures départementales, tandis que, au sud et à l’ouest, la droite républicaine et démocrate-chrétienne remporte davantage de succès. On ne peut donc pas conclure à l’existence d’un monopole de la droite conservatrice sur l’ensemble du département. Cette division, produit de l’histoire politique vendéenne et héritée en partie de la IIIe République, est souvent analysée comme la résultante des événements survenus depuis la Révolution française. Hostiles à la Constitution civile du clergé de 1790, exaspérés par les mesures prises par la Convention, plusieurs nobles et roturiers devenus chefs d’un mouvement insurrectionnel tentent d’organiser la Vendée en bastion de la contre-révolution et de la résistance à la République à partir de 1793. En réalité, ce n’est pas toute la Vendée qui se soulève ; tout le sud du département et la région de Fontenay-le-Comte sont acquis à la cause républicaine. Mais le terme est utilisé et repris pour désigner toute la zone insurgée, y compris les départements des Deux-Sèvres, du Maine-et-Loire et de la Loire-Atlantique8. Ces événements finissent par donner de la Vendée l’image d’un territoire insoumis, défenseur du trône et de l’autel, du catholicisme, des traditions et autres valeurs de la droite monarchique, légitimiste et conservatrice. Cette tendance se confirme tout au long du XIXe siècle et forge une identité politique au département. Sous la IIIe République, beaucoup d’élus vendéens sont monarchistes – à l’image de Julien de La Rochejaquelein ou d’Armand de Baudry d’Asson père –, ou bien profondément cléricaux, et la droite conservatrice y enregistre de nets succès9. Pour cette dernière, la référence à la Vendée de 1793 devient incontournable et occupe une place à part dans la mémoire politique locale10. Dans le prolongement de cette vision et de cette réalité, les fiefs vendéens de la droite conservatrice sous la IVe République sont circonscrits aux mêmes territoires : bocage, marais breton, bassin de Chantonnay.

15Par ailleurs, à une exception près, celle des Sables d’Olonne, ville dirigée par Charles Rousseau, les fiefs vendéens conservateurs sont tous ruraux. Les activités dominantes sont agricoles, en particulier l’élevage, la pêche et l’ostréiculture. Cette caractéristique à la fois géographique, économique et sociologique du fief électoral conduit assez naturellement les leaders politiques à utiliser un discours nettement connoté en faveur de la défense de la paysannerie et de la ruralité. Plusieurs élus font abondamment référence dans leurs professions de foi aux problèmes agricoles du moment, en particulier à la nécessité d’aider les paysans afin de doter la France d’une agriculture puissante capable de nourrir sa propre population au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Quand ils ne sont pas eux-mêmes agriculteurs, certains détenteurs de fiefs électoraux insistent sur l’importance de redresser l’agriculture française et mettent en avant leurs actions ou engagements en faveur des campagnes et des agriculteurs, à l’image de Maurice Priouzeau, maire de Mareuil-sur-Lay de 1953 à 1971, vétérinaire, officier du Mérite agricole et lauréat de l’Académie de médecine, connu pour des travaux de pathologie médicale, obstétricale et chirurgicale vétérinaire et pour un essai de traitement curatif des brucelloses ovines.

  • 11 Cf. J.-P. Thomas, Droite et rassemblement du PSF au RPF. 1936-1953. Hommes, réseaux, cultures. Rup (...)

16Ainsi adapté à la population et au territoire, le discours du candidat ou de l’élu capte l’auditoire et explique pour une large part le succès accru et renouvelé de certains hommes politiques locaux. En même temps, il contribue à renforcer l’image paysanne et rurale du territoire politique et participe d’un certain clientélisme. Bénéficiant d’un surcroît de sympathie et d’une légitimité conférée à la fois par ses engagements, son discours et son action politiques, le seigneur détenteur du fief électoral se pose en défenseur des intérêts particuliers de ses « sujets » et « vassaux ». On comprend donc mieux, dans ses conditions, la réussite obtenue aux élections locales par les candidats portant l’étiquette « Indépendant paysan » ou « CNIP » dans des cantons où les réflexes de corps et de classe peuvent encore jouer sous la IVe République, alors même que l’ensemble du pays est marqué par la poursuite de l’exode rural et la progressive domination des villes et du modèle urbain sur les campagnes. La sociologie des cadres, candidats et élus du PRL et du CNIP reflète assez bien celle d’un département très rural comme l’est encore la Vendée au lendemain de la Seconde Guerre mondiale11. L’électeur s’identifie à l’élu ; l’élu s’identifie à sa circonscription.

Le système politique féodal en Vendée : d’une féodalité médiévale à une féodalité républicaine

17Le système et l’organisation de ces fiefs politiques vendéens obéissent à trois logiques : il s’agit, tout d’abord, de fiefs destinés à usage interne en ce sens qu’ils permettent à ces élus d’exercer un pouvoir quasi exclusivement local, sans correspondre ou aboutir à des ambitions politiques nationales ; ces fiefs reposent ensuite sur des stratégies et un savoir-faire politiques qui rendent possible le contrôle de l’espace politique ; enfin, ils s’appuient sur un réseau plus ou moins dense de vassaux, de soutiens et de solidarité politiques et familiaux. On observe ainsi la constitution de véritables féodalités républicaines en Vendée.

Des fiefs au service d’une ambition personnelle ?

18En règle générale, dans le cas vendéen sous la IVe République, la constitution d’un fief électoral n’obéit pas à des ambitions nationales. Tout au plus, les élus de la droite conservatrice vendéenne de la IVe République entendent se maintenir au pouvoir et exercer une influence au niveau départemental ou régional. La réussite politique se limite souvent au gain de la mairie et d’un siège de conseiller général, et le cumul de ces deux types de mandat renforce d’ailleurs le fief politique qu’il convient de protéger jalousement. Il en va ainsi des élus comme Georges Avril, Raoul Pélote ou encore Armand Martin. D’autres acceptent des fonctions de direction au sein des partis politiques mais sans dépasser le cadre départemental, à l’instar de Jacques Dugast qui devient en octobre 1955 vice-président de la fédération des indépendants et paysans de Vendée.

19Il faut reconnaître, toutefois, que leur longévité à la tête d’une municipalité fait aussi naître chez plusieurs élus des ambitions a posteriori, souvent par opportunisme. Certains sont tentés par une candidature à la députation mais finalement renoncent faute de soutien, à l’image du maire de Saint-Mathurin, Félicien Pateau, en 1951. D’autres vont au bout de la démarche et parviennent à se présenter, mais leur positionnement dans les derniers rangs sur les listes électorales ne leur permet pas d’être élu : c’est le cas de Michel Crucis, candidat battu aux législatives de 1951 et de 1956, avant de devenir finalement député en novembre 1958.

20Même s’il s’agit d’une base électorale solide et d’un atout non négligeable à l’heure de constituer les listes des candidats, la possession du fief ne suffit pas à être candidat aux législatives et constitue encore moins une garantie de victoire. Pour d’autres encore, l’échec d’une candidature à un mandat national les conduit à privilégier l’ancrage local d’un fief. Ainsi en est-il de Maurice Priouzeau, conseiller général et conseiller municipal de Mareuil-sur-Lay élu en 1945, qui se présente aux sénatoriales de 1952, sous l’étiquette « républicain indépendant » mais est sèchement battu dès le premier tour par les deux candidats de la liste du CNI, Henri Rochereau et Jacques de Maupéou. L’année suivante, Priouzeau devient maire de Mareuil-sur-Lay et se consacre dès lors quasi exclusivement à ses activités politiques municipales.

21Quant aux parlementaires – Armand de Baudry d’Asson, Hélène de Suzannet, Charles Rousseau, Antoine Guitton, Jacques de Maupéou, Michel Crucis –, ils s’appuient sur une arrière-garde électorale constituée par la mairie ou le canton. Ce qui est notable ici, c’est que des six cas évoqués, seuls Jacques de Maupéou et Michel Crucis obtiennent d’abord un fauteuil de maire avant de devenir respectivement sénateur et député. Les trois autres conquièrent une municipalité après leur siège de député ; le mandat parlementaire favorise l’ancrage local et non systématiquement l’inverse comme on aurait pu le penser. La notoriété que peut représenter pour un élu la fonction de député facilite son implantation locale et son élection en même temps qu’elle permet de conférer prestige et renom à la commune en question.

Ancrage local, engagements et savoir-faire des « seigneurs » politiques

22Le fonctionnement du fief repose sur des ressources matérielles et politiques, révélatrices à la fois d’une puissance économique et d’un savoir-faire politique et électoral des élus. Proches de leurs électeurs, ces derniers sont profondément enracinés dans la vie économique et sociale de leur territoire par leurs activités, leurs préoccupations et leurs engagements.

  • 12 Ouest-France, 25 septembre 1986.

23S’ajoutent à cela la fortune de l’élu et l’attachement au catholicisme. Dans leurs fichiers électoraux, les Renseignements généraux insistent sur la fortune et le patrimoine foncier des candidats de droite qui leur assure non seulement l’aisance matérielle, mais aussi l’estime et le respect des électeurs. Ainsi en est-il du maire de L’Hermenault de 1945 à 1959, Alexandre Bobin, fils d’un notaire, devenu notaire lui-même, et d’Antoine Guitton, député de 1951 à 1962 et maire de La Verrie de 1953 à 1959, propriétaire exploitant d’une ferme de 40 ha. Un autre cas révélateur est constitué par Marcel Bousseau – successivement conseiller municipal de Luçon en 1953, député de 1967 à 1973, conseiller général de 1970 à 1976 et maire de La Tranchesur-Mer de 1977 à 1982 – propriétaire de 16 fermes à la fin de sa vie. Enfin, l’attachement au catholicisme affiché par l’élu, même s’il n’est pas décisif, est un facteur favorable soit dans la conquête du fief, soit dans son maintien, dans un département marqué par une forte identité et une importante pratique catholiques à une époque où l’Église est encore rangée du côté de la droite. C’est particulièrement vrai pour un Félicien Pateau, catholique pratiquant et fidèle du pèlerinage à Lourdes12, ou encore pour un Antoine Guitton qui a fait ses études au séminaire et se définit dans sa profession de foi aux législatives de 1958 comme « chrétien, social et paysan ».

24Les engagements et la stratégie politiques des détenteurs de fiefs sont déterminants dans la réussite et la constitution d’affinités politiques. Celles-ci sont consubstantielles au féodalisme politique. Les alliances se nouent par la parenté, la proximité, le discours, l’allégeance et la fidélité politiques ; elles sont favorisées par les scrutins de liste pratiqués aux municipales et aux législatives sous la IVe République. Les « vassaux » cherchent à figurer en bonne place sur les listes électorales conduites par une personnalité politique et à devenir le dauphin potentiel, à l’image de Michel Crucis et de Marcel Bousseau qui apparaissent sur les listes conduites par Armand de Baudry d’Asson aux législatives de 1951 et de 1956.

  • 13 R. Rémond, op. cit., p. 269.

25Dans les cantons du nord du département marqués par un esprit de résistance, qui s’enorgueillissent de leur particularisme historique et qui cultivent leurs traditions et leurs différences, il n’est guère étonnant de constater que les discours des candidats se déclarant « indépendants » rencontrent un écho auprès des électeurs. Pour les propriétaires de ces fiefs politiques, il est indispensable de s’afficher au-dessus des partis et de cultiver une indépendance également vis-à-vis des gouvernements, des ministères et du pouvoir central parisien. Disposant de réseaux et de moyens, ces leaders n’ont pas forcément besoin de l’appui logistique d’un parti ou d’une organisation de masse13. Sûr de leur influence locale, du contrôle de leur fief, assuré de sa fortune, l’élu en vient même parfois à refuser l’investiture d’un parti, comme Alexandre Bobin et Georges Avril qui rejettent tous deux en 1949 la sollicitation faite par le RPF pour représenter ce parti aux cantonales. Tout au plus, ces seigneurs politiques vendéens acceptent d’intégrer des formations qui incarnent, selon eux, cet esprit de résistance et d’indépendance : d’une part, le PRL, fondé en 1945 par Michel Clemenceau, fils de l’illustre « Tigre » vendéen, d’autre part, le CNIP.

  • 14 Cette référence au gaullisme permet aussi de dédouaner opportunément des hommes politiques trop im (...)

26Dans certains cas, par opportunisme plus que par conviction, la référence à un courant ou à un homme politique est bienvenue et permet d’éliminer des adversaires : ainsi en est-il de la référence au gaullisme utilisée à bon escient et au bon moment par un Charles Rousseau ou un Marcel Bousseau14. À cet égard, il est à noter que les diverses formes d’engagement de ces hommes politiques pendant la Seconde Guerre mondiale n’ont joué qu’à la marge. À la Libération, les Vendéens élisent aussi bien des résistants (Marcel Bousseau), des déportés (de Baudry d’Asson), que des admirateurs du maréchal Pétain (Antoine Guitton) ou des personnalités n’ayant eu aucune activité pendant la guerre (Georges Avril).

  • 15 Bulletin officiel des maires de Vendée, juin 1954, Le Nouveau Messager de la Vendée, La Vendée Lib (...)

27D’autre part, le militantisme associatif et syndical est aussi décisif dans la constitution du capital d’influence de l’élu et la sauvegarde du fief électoral. Souvent proches des préoccupations quotidiennes des électeurs, ces fonctions associatives garantissent à l’élu sympathie, autorité et compétence en même temps qu’elles permettent de constituer un réseau d’appuis et de délimiter les frontières du fief politique. Ainsi, deux années seulement après avoir fondé la Société de secours mutuel du Poiroux, Paul de Lézardière est élu maire de cette commune en 1912 à l’âge de 26 ans. Les engagements associatifs et syndicaux dans le domaine agricole fournissent aussi de bons exemples. Le cas d’Antoine Guitton est à citer, qui a beaucoup œuvré à la défense de la paysannerie et des problèmes agricoles, comme en témoignent ses très nombreux engagements au sein des associations agricoles locales et nationales (fédération des planteurs de tabac, fédération nationale bovine, groupements de défense contre les maladies des animaux, FDSEA, etc.). Il en va de même pour Raoul Pélote, maire de Bouin et président de la mutualité sociale agricole, de Félicien Pateau, secrétaire général adjoint de la FNSEA dans les années 1950, ou encore d’Armand Martin, maire de L’Île d’Yeu, président de la communauté des pêcheurs de l’île et secrétaire du syndicat professionnel des marins pêcheurs15.

Dynasties politiques, réseaux féodo-vassaliques et soutiens locaux

28Il n’y aurait pas de fief complet sans l’existence de « vassaux » et sans stratégies de domination du territoire politique. Le système féodo-vassalique s’exprime à travers la transmission et le renouvellement d’un capital d’influence qui assure la reproduction et la permanence des élites politiques locales. Cette logique se vérifie tout particulièrement en Vendée où la transmission du fief s’opère à l’intérieur d’une famille, ou bien par la désignation et l’adoubement d’un héritier politique. On a déjà cité les cas des familles de Baudry d’Asson et de Lézardière à l’origine de dynasties politiques locales, mais cette transmission ne se limite pas aux seules familles issues de la noblesse vendéenne. Raoul Pélote voit son fils, également prénommé Raoul, lui succéder en 1960 à la tête de la municipalité de Bouin. Ostréiculteur comme son père, président de l’UDF-Vendée puis soutien du RPF de Charles Pasqua et de Philippe de Villiers, Raoul Pélote fils hérite également, à la suite d’une cantonale partielle, du fauteuil de conseiller général devenu vacant à la mort de son père. Sur le même modèle, Gérard Priouzeau est élu à la suite de son père, Maurice, maire de Mareuil et conseiller général en 1970. Le fief est bien une affaire de famille.

  • 16 À ne pas confondre avec Henri (Raoul) Rochereau, né le 25 mars 1908 également à Chantonnay, sénate (...)

29La transmission d’un héritage politique féodal peut aussi s’effectuer par une sorte d’adoubement républicain en désignant un héritier au moyen d’un testament politique plus ou moins formalisé. Ainsi, avant de se retirer de la vie politique, le maire de L’Hermenault, Alexandre Bobin, ne se représente pas aux cantonales de 1955 et favorise l’élection de son premier adjoint Maurice Venant, un indépendant de droite. Hélène de Suzannet, député de Vendée entre 1945 et 1946, elle-même héritière du fief de son mari à Chavagnes-en-Paillers, démissionne de son mandat de conseiller général pour s’effacer en faveur de M. Guerry de Beauregard qui lui succède en 1946. Un autre cas intéressant est celui de Michel Crucis, lancé en politique par son beau-père, Henri Rochereau16, et qui lui succède en 1951 en tant que conseiller général et en 1953 à tête de la mairie de Chantonnay. La désignation du successeur du fief a une fonction à la fois politique et patrimoniale. Il s’agit de maintenir un réseau d’influences politiques.

  • 17 Charles Rousseau a été l’animateur de Vendée-Semaine Sablaise, édition des Sables d’Olonne de Vend (...)

30C’est que le fief repose sur un système de clientélisme et de sociabilité, ainsi que sur la capacité de l’élu à entretenir des liens de dépendance vis-à-vis d’autres élus qui doivent allégeance au leader. Le pouvoir du détenteur du fief se mesure, en effet, à sa capacité à créer des liens de dépendance vis-à-vis d’autres élus. Dans le nord de la Vendée, un réseau féodal a pu se constituer de manière d’autant plus efficiente au sein de la droite conservatrice qu’il obéit à des logiques spatiales locales et concerne des élus qui ont pour habitude de fonctionner en dehors des partis dans un cadre moins structuré et moins hiérarchisé. La détention d’un organe de presse locale peut, à cet égard, constituer un habile vecteur du pouvoir politique seigneurial. Ce n’est pas un hasard si l’on retrouve parmi les élus vendéens deux membres du conseil d’administration de l’hebdomadaire Vendée-Semaine, organe départemental des Indépendants paysans, en la personne de Jacques Dugast et de Charles Rousseau17. Dans le même ordre d’idée, l’influence de l’élu s’exerce aussi par le biais du contrôle d’associations locales ou d’institutions dans des secteurs socio-économiques clefs. À titre d’exemple, on citera pêle-mêle les cas d’Armand Martin, président de la régie départementale des passages d’eau, de Jacques de Maupéou, vice-président de deux syndicats d’électrification et d’adduction d’eau, ou encore de Félicien Pateau, membre du Conseil économique et social au titre des organismes agricoles de 1959 à 1969. De ces différentes pratiques et traditions politiques se forment non seulement un réseau de soutiens traditionnels nourri par la notabilité de l’élu, mais aussi un réseau de vassaux efficace et autant d’obligés à l’égard d’un leader politique doublé d’un homme d’influence dans la vie économique et sociale de sa circonscription.

31Néanmoins, ce réseau n’est pas forcément stable et pérenne ; il est, au contraire, fragile, dépendant du verdict des urnes et des évolutions politiques nationales. C’est pourquoi, dans certains cas, on parlera plus volontiers de bastions ou de « fiefs simples », c’est-à-dire possédant toutes les caractéristiques des fiefs électoraux complets à l’exception d’un réseau de vassaux. Ici, le fief a la durée de vie politique de l’élu et s’éteint avec celui-ci, sans qu’une « école » ou des successeurs ne soient désignés. Ainsi en est-il, par exemple, pour Charles Rousseau, détenteur du fief sablais mais sans transmettre cet héritage politique.

*

  • 18 Y. Mény, « La République des fiefs », Pouvoirs, no 60, 1992, p. 17-25.

32Au terme de cette étude, on serait tenté de dire que, à la féodalité médiévale, s’est substituée progressivement une féodalité républicaine en Vendée, symbole d’une « République des fiefs18 ». Dans un département marqué par une forte identité politique locale où s’entremêlent tradition, folklore et influence d’une famille ou d’une personnalité politique, la droite conservatrice enregistre de francs succès tout au long des XIXe et XXe siècles. Au moment où le tripartisme l’emporte dans la grande majorité du pays, la Vendée envoie à l’Assemblée des députés PRL et indépendants paysans qui s’opposent à la constitution d’un « Front populaire numéro deux », pour reprendre l’expression de Joseph Laniel. Si le poids de la noblesse foncière s’y exprime encore assez fortement sous la IVe République, il est certain que le seul patrimoine et le seul prestige social de cette noblesse ne suffisent pas pour maintenir un fief politique. Les féodalités républicaines qui se forment dans le paysage politique vendéen suivent des logiques nouvelles et complexes, avec la constitution d’affinités et de réseaux d’influence passant notamment par le biais d’associations, de syndicats ou de médias locaux, aboutissant ainsi au contrôle d’un territoire politique. Avec le retour du général de Gaulle au pouvoir et l’adoption du scrutin uninominal aux législatives, ces pratiques féodales tendent à s’effacer dans les années 1960 avant de réapparaître sous d’autres formes dans les années 1980, favorisées notamment par les lois de décentralisation.

Notes

1 Vins délimités de qualité supérieure répartis en quatre appellations – Mareuil, Brem, Vix et Pissotte –, ils sont constitués à 6 % de vins blancs, 43 % de rosés et 51 % de rouges.

2 J.-C. Martin, « La Vendée, région-mémoire. Bleus et blancs », dans P. Nora (dir.), Les lieux de mémoire, t. I, Paris, Gallimard, 1984, p. 595-617.

3 Le corpus d’étude ainsi défini comprend les élus suivants : Georges Avril, Armand de Baudry d’Asson, Alexandre Bobin, Marcel Bousseau, François Boux de Casson, Michel Crucis, Jacques Dugast, Antoine Guitton, Paul de Lézardière, Armand Martin, Jacques de Maupéou, Félicien Pateau, Raoul Pélote, Maurice Priouzeau, Henri Rochereau, Charles Rousseau, Hélène de Suzannet.

4 Outre les ouvrages spécialisés et l’étude de la presse locale, les sources utilisées se situent principalement aux archives départementales de la Vendée (cotes 488 W). Elles sont constituées par des dossiers électoraux, rapports des Renseignements généraux, professions de foi des candidats. S’y ajoute, dans certains cas, la consultation des archives de la Fondation Charles de Gaulle. Pour ne pas surcharger un texte déjà long, nous ne les mentionnerons pas ici systématiquement dans les notes infra-paginales.

5 Bulletin officiel des Maires de Vendée, juin 1971, Ouest-France, 14 juin 1971, Le Nouveau Messager de la Vendée, 18 juin 1971.

6 Cf. A.-J. Tudesq, Les grands notables en France 1840-1849, étude historique d’une psychologie sociale, 2 volumes, PUF, 1964 et, avec A. Jardin, La France des notables (1815-1848), t. VI et VII de la Nouvelle Histoire de France contemporaine, Paris, Le Seuil, 1973.

7 R. Rémond, La République souveraine. La vie politique en France, 1879-1939, Paris, Fayard, 2002, p. 269-270.

8 J.-C. Martin, op. cit., p. 596.

9 Cf. A. Siegfried, Tableau politique de la France de l’Ouest, Paris, 1913 et J.-L. Sarrazin et al., La Vendée, Saint-Jean d’Angély, 1982, p. 410 et suiv.

10 J.-C. Martin, « La Vendée dans la mémoire des droites », dans J.-F. Sirinelli (dir.), Histoire des droites en France, t. II, Cultures, Paris, Gallimard, 1992, p. 437-470.

11 Cf. J.-P. Thomas, Droite et rassemblement du PSF au RPF. 1936-1953. Hommes, réseaux, cultures. Rupture et continuité d’une histoire politique, thèse de doctorat d’histoire, sous la direction de Serge Berstein, IEP de Paris, 2002, p. 1117.

12 Ouest-France, 25 septembre 1986.

13 R. Rémond, op. cit., p. 269.

14 Cette référence au gaullisme permet aussi de dédouaner opportunément des hommes politiques trop impliqués avant la Seconde Guerre mondiale avec l’Action française, le PSF et l’extrême droite en général, comme Charles Rousseau ou Armand de Baudry d’Asson. Cf. J.-P. Thomas, op. cit., p. 633-636.

15 Bulletin officiel des maires de Vendée, juin 1954, Le Nouveau Messager de la Vendée, La Vendée Libre, 20 juin 1954.

16 À ne pas confondre avec Henri (Raoul) Rochereau, né le 25 mars 1908 également à Chantonnay, sénateur de Vendée de décembre 1946 à 1958 puis ministre de l’Agriculture de mai 1959 à août 1961.

17 Charles Rousseau a été l’animateur de Vendée-Semaine Sablaise, édition des Sables d’Olonne de Vendée-Semaine.

18 Y. Mény, « La République des fiefs », Pouvoirs, no 60, 1992, p. 17-25.

Auteur

Maître de conférences en histoire contemporaine à Sciences Po Bordeaux, CEMMC (EA 2958)

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540