Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Terres d’élections

 | 
François Dubasque
, 
Eric Kocher-Marboeuf

Cinquième partie. Entre permanences et mutations : la transition d’après-guerre

Le Centre départemental des républicains indépendants de Côte-d’Or sous la IVe République : un modèle pour le CNIP ?

Gilles Richard

Texte intégral

1Par le caractère exceptionnel de ses résultats électoraux – en novembre 1946, près de 53 % des suffrages exprimés en faveur de la liste des « Républicains indépendants » (RI) qui obtinrent trois des cinq sièges de députés à pourvoir – la Côte-d’Or fut à la Libération, bien que cela soit aujourd’hui oublié, un laboratoire politique de première importance qui alimenta, sur la base d’une expérience concrète, les réflexions et la stratégie du fondateur du CNIP (Centre national des indépendants et paysans), le sénateur-maire de Beaune Roger Duchet. Après la fondation, entre juillet et décembre 1948, du Centre national, elle devint le département de référence d’un parti aux ambitions considérablement élargies à partir de 1952, année de l’« expérience Pinay ». En novembre 1958, à l’aube de la Ve République, elle fut enfin le seul département où les indépendants emportèrent la totalité des sièges à pourvoir et la majorité absolue des suffrages exprimés. À tous points de vue, la Côte-d’Or fut donc bien une zone de force modérée pendant toute la IVe République.

2Dans le cadre du colloque sur « fiefs, bastions, terres de mission et déserts électoraux, de la Révolution à nos jours », étudier la structure partisane dont se dotèrent les indépendants et paysans au tournant des années 1940-1950 présente ainsi un double intérêt. Celui d’abord de rappeler, par un exemple précis, que la droite dite « modérée » n’est pas frappée de toute éternité par une sorte de maléfice congénital qui la vouerait, a priori et comme par nature, à l’inorganisation. Celui aussi de voir in vivo comment un parti de droite se construit « à la base », quels choix sont faits en matière de statuts, d’organisation interne, de rapports entre « notables » et « adhérents », comment s’articulent enjeux locaux et nationaux.

3Je conduirai ma présentation de l’organisation départementale des modérés en trois temps : tout d’abord, une analyse de la vie politique de la Côte-d’Or dans les années d’après-guerre pour bien comprendre le contexte, source essentielle d’inspiration et terrain privilégié d’expérimentation pour Roger Duchet, héritier politique indirect et imprévu de Pierre-Étienne Flandin ; ensuite, une étude du Centre départemental des républicains indépendants (CDRI) comme modèle d’organisation partisane du CNIP dans sa phase d’essor des années 1950 ; enfin, un bref aperçu sur les conditions du délitement soudain de ce « bastion » modéré dans les premières années de la Ve République.

La Côte-d’Or : un département où les modérés eurent l’initiative politique dès la Libération

  • 1 Un groupe parlementaire des « indépendants républicains », présidé par Georges Mandel et rassembla (...)
  • 2 G. Richard et J. Sainclivier (dir.), La recomposition des droites en France à la Libération, 1944- (...)

4Avant que le PRL (Parti républicain de la liberté) et le RPF (Rassemblement du peuple français) n’eussent été créés, et alors même que le MRP (Mouvement républicain populaire) était, de façon tout à fait extraordinaire, presque inexistant dans le département, les « modérés » côte-d’oriens – ils choisirent sans longs débats de s’intituler « républicains indépendants1 » – atteignirent 48 % des suffrages exprimés dès les premières élections législatives de la Libération, en octobre 1945. L’efficacité de l’organisation politique qu’ils avaient su mettre en place depuis le printemps précédent, à l’occasion des élections municipales puis des élections cantonales, était probablement la cause principale de ce succès électoral sans équivalent en France, les droites – MRP mis à part – étant presque partout ailleurs les principales perdantes de ce premier scrutin d’après-guerre2. Comment expliquer ce phénomène exceptionnel ?

  • 3 Il avait été le seul député de la SFIO à n’avoir pas approuvé les accords de Munich en septembre 1 (...)
  • 4 Créé en 1937 par l’ancien maire socialiste de Dijon et ancien ministre du Front populaire, Jean Ja (...)

5L’aiguillon qui poussa les droites de Côte-d’Or à s’unir était en soi fort peu original et pouvait se résumer dans la farouche volonté de contrecarrer les gauches, en bonne position à l’été 1944 pour prendre durablement le contrôle du département. Des gauches nettement dominées en l’occurrence par la SFIO (Section française de l’Internationale ouvrière) puisque les socialistes rassemblèrent trois fois plus de voix le 25 octobre 1945 que les communistes et qu’ils « tenaient » des positions essentielles : tandis que l’ancien député Jean Bouhey avait été désigné commissaire de la République pour la Bourgogne et la Franche-Comté3, d’autres socialistes occupaient la préfecture (Marcel Lhuillier), la présidence du Comité départemental de la Libération (Claude Guyot) et la mairie de Dijon (Georges Connes), et l’un des deux grands quotidiens régionaux, La Bourgogne républicaine4, était dans leur mouvance. La volonté de combattre cette hégémonie socialiste ne suffisait toutefois pas à elle seule à atteindre le but recherché. Encore fallait-il pour les droites trouver les moyens de mener le combat politique quotidien contre les gauches. En Côte-d’Or, elles les trouvèrent dès 1944, c’est-à-dire beaucoup plus tôt que dans la plupart des autres départements métropolitains.

  • 5 Il avait été candidat, non élu, du PAPF aux élections législatives du printemps 1936.
  • 6 Biographie récente : L. Muron, Le chanoine Kir, Éditions de la Renaissance, 2003.
  • 7 L’une des belles-filles du baron était d’origine britannique, ce qui attira immédiatement ennuis e (...)
  • 8 Au 9, place Darcy à Dijon.
  • 9 Première mention explicite dans le journal le 26 novembre 1946.

6Parmi les éléments à prendre en compte pour expliquer le caractère politique exceptionnel de ce département à la Libération, deux comptèrent particulièrement. D’abord, l’existence à droite d’un leader charismatique en la personne du chanoine Félix Kir, un personnage hors du commun à tous points de vue. Il était non seulement résistant – d’autres notables l’avaient été, notamment le Dr Marcel Roclore, issu du Parti agraire et paysan français, maire de Saulieu depuis 1935, député en 1945 et ministre dans le gouvernement de Paul Ramadier5 – mais aussi populaire grâce à son action à la municipalité du chef-lieu du département depuis 1940, à son « style » personnel inimitable, non dénué de démagogie, et à sa grande capacité à se mettre en valeur6. Ensuite, l’existence d’un grand journal quotidien régional, Le Bien public, fondé en 1851et propriété du baron Thénard, sabordé dès l’été 19407 et reparu en septembre 1944. Le journal, dirigé par un homme à la fois très « politique » et sans ambition électorale personnelle, devint immédiatement le moyen de propager quotidiennement analyses, mots d’ordre et consignes, de mettre en valeur, que ce fût par le dénigrement, les louanges ou le silence, les activités des uns et des autres. Il fut en même temps le support efficace d’une structure partisane naissante en éditant tracts et affiches grâce à son imprimerie, et en offrant un lieu de réunion grâce à ses locaux très bien situés8. Dès 1945 probablement, un « secrétariat des RI » fut mis en place9, qui suivait la vie politique locale et organisait des « congrès d’élus », forme essentielle et ancienne d’organisation politique chez les modérés.

7Cela ne suffit pourtant pas à expliquer les scores électoraux considérables des modérés en Côte-d’Or. Pour y parvenir, deux autres facteurs doivent être pris en considération.

  • 10 É. Duhamel et G. Le Béguec (dir.), La renaissance du parti radical, 1944-1948, Paris, L’Harmattan, (...)
  • 11 Candidat radical en 1936, il avait été devancé par Jean Bouhey et n’avait soutenu celui-ci au seco (...)
  • 12 À l’image de celle de nombre de radicaux côte-d’oriens et de leur journal, Le Progrès de la Côte-d (...)

8La quasi inexistence du MRP doit d’abord être remarquée. À cause de Félix Kir, déjà très bien introduit à l’évêché avant la guerre puisqu’il y dirigeait la publication de La Côte-d’Or catholique, et à cause de l’absence de leader démocrate-chrétien local légitime, l’Église soutint massivement le chanoine et ses amis. Le MRP ne dépassa jamais 4 % des suffrages jusqu’en 1958 : un record – négatif – pour le parti. La grave crise de la fédération radicale-socialiste doit ensuite être soulignée. De ce point de vue, la situation de la Côte-d’Or n’était pas exceptionnelle10 mais la crise s’y manifesta plus précocement et plus profondément qu’ailleurs. En effet, Pierre Meunier était devenu la grande figure de la fédération à la Libération. Maire et conseiller général d’Arnay-le-Duc dès 1945, il était le secrétaire du Conseil national de la Résistance. Il avait connu Jean Moulin, il était très proche de Pierre Cot, lui-même allié désormais des communistes – « progressiste » selon l’expression d’alors. Cette situation, qui accroissait encore aux yeux des droites le risque de domination sans partage des gauches dans leur version « Front populaire » puisque Pierre Meunier s’entendait bien avec Jean Bouhey, poussa Roger Duchet à agir. Maire et conseiller général de Beaune avant guerre, réélu en 1945 et ancien président de la fédération radicale, il avait une indéniable ambition politique nationale : il voulait être parlementaire et ministre11. Si Pierre Meunier l’emportait, ses ambitions seraient définitivement ruinées, d’autant que son action pendant l’Occupation n’avait pas été aussi glorieuse que celle de son rival12, même s’il avait rejoint le Front national en 1944. C’est pourquoi, dans la lignée de ses choix « daladiéristes » de 1937-1938, Roger Duchet décida, dès 1945, de négocier l’alliance d’une partie des radicaux avec les RI. Ce fut ainsi qu’à l’automne 1946, les RI votèrent pour un radical modéré, le docteur Robert Kuhn, à la présidence du conseil général contre le sortant Jean Bouhey qui fut battu. En échange de quoi les radicaux s’abstinrent de présenter une liste aux élections législatives de novembre tandis que Pierre Meunier avait franchi le Rubicon en faisant scission et en prenant la tête de la liste progressiste soutenue par les communistes. Aboutissement de cette première étape en décembre 1946 : Roger Duchet fut élu au Conseil de la République grâce au soutien officiel des notables modérés et du Bien public ; dans les jours, suivants il contribua à la création du petit groupe sénatorial des RI dont il devint le secrétaire.

9Dans ces conditions s’était donc réalisé en Côte-d’Or, le 10 novembre 1946, un scénario électoral à la fois inédit et unique en France : trois listes seulement aux élections législatives organisées après l’adoption définitive de la constitution, dont deux de gauche (la liste progressiste menée par Pierre Meunier et la liste socialiste de Jean Bouhey : tous deux furent élus députés) et une seule liste de droite, liste d’union antimarxiste des Républicains indépendants, captant la majorité des électeurs du parti radical, naguère si puissant dans le département mais désormais divisé et passé sous la domination des modérés. Nouvelle version de la « concentration républicaine », celle dont Pierre-Étienne Flandin avait rêvé sans pouvoir la réaliser pendant l’entre-deux-guerres : une alliance dans laquelle les radicaux seraient en position d’appoint des forces de droite, maîtresses du jeu.

10Comment passa-t-on de ce rapport des forces local exceptionnel en 1946 à une organisation partisane structurée des droites en Côte-d’Or ? Pour le comprendre, il faut maintenant faire entrer en ligne de compte les données politiques nationales.

Le CDRI de Côte-d’Or, force politique départementale hégémonique dans les années 1950

11En 1947, la création du parti gaulliste troubla le jeu politique en Côte-d’Or comme ailleurs, mais de façon bien sûr spécifique. Pour le baron Thénard, propriétaire du Bien public, Charles de Gaulle était l’homme providentiel nécessaire à la France. Il considérait son offre de rassemblement des forces anticommunistes incarnée dans le RPF comme une sorte de décalque de ce qui s’était déjà fait à l’échelle du département et il crut à cette solution jusqu’en 1951. Mais pour la grande majorité des RI, Roger Duchet et Félix Kir en tête, l’adoption d’un système d’organisation partisane imposé de l’extérieur et hiérarchique était difficile à accepter. Les modérés bourguignons ne s’étaient-ils pas débrouillés seuls pour mettre en œuvre le rassemblement antimarxiste, et cela au moment le plus délicat, celui de la Libération qui avait vu se profiler à nouveau le spectre du Front populaire alors que les droites étaient désorganisées dans le pays ?

  • 13 G. Richard, « La renaissance de la droite modérée à la Libération. La fondation du CNIP », Vingtiè (...)

12Dès le printemps 1947 commencèrent les grandes manœuvres des RI afin de contenir la poussée gaulliste en Côte-d’Or. Ce n’est pas le lieu de les décrire ici en détail13 mais il faut tout de même dire que rien ne fut épargné pour atteindre l’objectif. Le « sommet » fut atteint au début de l’année 1951 quand le général Pierre Billotte, que la direction gaulliste avait choisi depuis Paris pour prendre la tête du Rassemblement côte-d’orien et y mener la liste du RPF le 17 juin, fut ouvertement attaqué sur sa vie privée auprès des catholiques, et d’abord auprès des prêtres, par le député-maire de Dijon en personne. Celui-ci n’hésita pas à lui reprocher explicitement d’être franc-maçon et remarié en troisièmes noces à « une riche juive américaine » ! Les gaullistes ripostèrent mais sans réussir à effacer toutes les traces du mauvais coup porté à leur dirigeant départemental.

13Le 17 juin au soir, le RPF n’avait qu’un seul élu, Pierre Billotte, tandis que les RI en avaient deux : Félix Kir et Albert Lalle, dirigeant syndical paysan du canton de Nuits-Saint-Georges, élu depuis 1945. Les indépendants n’avaient pas hésité à jouer double jeu pour satisfaire aux exigences contradictoires du baron Thénard d’une part, qui voulait toujours le rassemblement de toutes les forces antimarxistes, et des notables modérés d’autre part, qui ne souhaitaient pas être enrôlés sous la bannière gaulliste. Il y eut donc deux listes RI : l’une, menée par Albert Lalle et apparentée au RPF, et l’autre, menée par le chanoine Félix Kir, dissidente, dénoncée publiquement par Le Bien public mais discrètement soutenue par le sénateur-maire de Beaune. Un cas d’école en matière de stratégie électorale, démontrant le « professionnalisme » des notables modérés. En mars 1952, le gaullisme fut finalement marginalisé en Côte-d’Or avec le ralliement de Pierre Billotte à Antoine Pinay. Avec vingt-six autres députés gaullistes en effet, il vota en faveur de l’investiture d’Antoine Pinay en opposition aux consignes de la Rue de Solferino, entraînant dans les semaines suivantes une grave scission du Rassemblement, point de départ d’un déclin rapide qui vit Charles de Gaulle se retirer de la vie publique au printemps 1953.

  • 14 Le Parti paysan d’union sociale (PPUS), présidé par Paul Antier.

14Ce furent toutes ces manœuvres, tortueuses mais victorieuses, qui incitèrent Roger Duchet et ses proches à créer une vraie organisation partisane, autonome par rapport au Bien public qui hébergeait et appointait le secrétariat des RI mais dont le propriétaire n’avait pas l’étoffe d’un stratège politique d’envergure nationale, alors même que les indépendants et les paysans14, unis depuis février 1951, avaient désormais une centaine d’élus – sans compter la trentaine de gaullistes dissidents bientôt associés au CNIP – et représentaient une des principales forces parlementaires qui, de surcroît, venait de conquérir l’Hôtel Matignon avant d’emporter la présidence de la République en décembre 1953.

  • 15 Sans en avoir la preuve définitive, on peut penser que Roger Duchet, adepte de l’influence personn (...)
  • 16 Aux élections municipales du printemps 1953, ce dernier fut présenté sur la liste de Félix Kir et (...)
  • 17 34 au début de la Ve République.
  • 18 Pour les investitures à Dijon (la municipalité et les 4 cantons), il était entendu que Félix Kir e (...)

15En novembre 1952, en pleine « expérience Pinay », un nouveau « congrès des RI » créa un « Centre départemental des républicains indépendants ». Bien que ses statuts n’eussent jamais été déposés et qu’il restât donc une organisation de fait15, il n’en constitua pas moins une organisation remarquable, ramifiée jusque dans chaque commune du département et considérée comme hégémonique par les préfets qui se succédèrent à Dijon tout au long de la IVe République. Le CDRI se dota d’un conseil départemental de 120 membres, dont 30 pour l’agglomération de Dijon, où siégeaient en grande majorité – comme dans le comité directeur du CNIP à Paris – des représentants des élus au conseil général ou aux conseils municipaux des chefs-lieux de cantons, auxquels étaient adjointes par cooptation des « personnalités » comme le directeur adjoint du Bien public ou André Pétolat, industriel dijonnais qui présidait la fédération patronale départementale adhérente au CNPF16. Le conseil départemental élisait un comité directeur de 30 membres17, chargé notamment de suivre la question des investitures18, et un secrétaire général, chargé d’administrer au fil des jours le parti. Roger Duchet plaça à ce poste un homme qui lui était totalement dévoué : Raymond Michelot, un riche minotier bourguignon doté d’un vaste réseau de relations.

  • 19 De façon symbolique, le Centre national se dota alors d’une devise qui résumait sa volonté de rass (...)
  • 20 Sur Camille Laurens, grand rival de Paul Antier, le président du PPUS, et longtemps numéro deux du (...)
  • 21 Chargé de suivre 19 départements du Centre-Est, parmi lesquels la Côte-d’Or et la Loire, « fief » (...)

16L’ultime étape dans la structuration de l’organisation partisane modérée en Côte-d’Or fut franchie en octobre 1956, dans le cadre de la préparation du IIe Congrès national du CNIP qui se déroula le mois suivant à Paris et où le parti afficha son ambition de devenir une formation comparable au Parti conservateur britannique19. L’organisation du CDRI de Côte-d’Or fut complétée. Un nouveau secrétaire général fut désigné en la personne de Calixte Lecœur, homme de confiance de Roger Duchet comme Raymond Michelot mais plus « politique » et plus « national », si l’on peut dire. Ancien collaborateur de Paul Antier au PPUS et à son journal, L’Unité paysanne, il était entré à France indépendante en 1952 pour suivre les questions agricoles au moment où Camille Laurens occupait le ministère de l’Agriculture20. Il devint à l’été 1956 l’un des neuf délégués régionaux à la propagande21 créés par le secrétariat général du Centre national afin d’accroître le rayonnement du parti. Localement, le sénateur-maire de Beaune jugea que Calixte Lecœur était plus apte que Raymond Michelot à tirer profit du reflux poujadiste, amorcé depuis le milieu de l’année 1956, et à bien saisir les enjeux des divisions au sein du PPUS, qui allaient peu après aboutir à la marginalisation de son président-fondateur, Paul Antier, et à l’intégration presque totale du Parti paysan dans le CNIP. En cette même année 1956, le CDRI, tout en gardant des liens privilégiés avec Le Bien public, se dota de son propre journal, à la fois bulletin intérieur et hebdomadaire d’informations départementales à destination des milieux ruraux en priorité. L’indépendant de l’Auxois, hebdomadaire radical en difficulté, fut racheté par les modérés et rebaptisé L’indépendant de la Côte-d’Or.

  • 22 Mais F. Japiot, ancien cadre du MRP dijonnais, passé au CDRI, devenait député de la 2e circonscrip (...)

17Deux ans plus tard, alors que la Ve République se mettait en place, les indépendants étaient plus que jamais en position hégémonique dans le département. Ils tenaient les six sièges de parlementaires (Félix Kir [député de la 1re circonscription], François Japiot [2e], Albert Lalle [3e], Marcel Roclore [4e], et les deux sénateurs, Roger Duchet et Étienne Vialannes) ainsi que la majorité des sièges au conseil général et sa présidence (Marcel Roclore). Ils étaient largement représentés dans les grandes organisations professionnelles du patronat et des classes moyennes propriétaires : FDSEA, CNPF, CGPME, chambre d’agriculture, chambre des métiers, chambre de commerce et d’industrie, etc. Le Bien public, premier quotidien régional, leur était entièrement acquis. Aux élections législatives de novembre 1958, les candidats investis par le CNIP l’emportèrent sur tous leurs adversaires gaullistes ou radicaux tandis que le MRP ne jugea même pas utile de présenter un seul candidat22. Enfin, fait sans équivalent en France cette année-là mais qui reproduisait la situation de novembre 1946, les candidats indépendants côte-d’oriens rassemblèrent la majorité absolue des suffrages au second tour du scrutin à l’échelle du département.

Épilogue : la liquéfaction soudaine du CDRI en 1962

  • 23 Pour reprendre une formule popularisée par l’ouvrage de référence de M. Duverger, Les partis polit (...)

18Modèle d’organisation de la droite « modérée », prototype du « parti de cadres23 », le CDRI avait acquis à l’aube de la Ve République un niveau de structuration partisane tout à fait comparable à celui du MRP ou de la SFIO au même moment dans d’autres départements, avec des résultats électoraux à faire pâlir ses adversaires. Cependant, cela plaçait le Centre départemental dans une situation de grande dépendance par rapport aux événements politiques nationaux et aux évolutions du parti à l’échelle nationale, compte tenu de son degré d’intégration : la Côte-d’Or détenait le plus grand nombre de parlementaires indépendants paysans et fournissait le secrétaire général du Centre. Or, la « stratégie algérienne » de ce dernier – son choix de s’appuyer sur les contradictions de la politique algérienne du chef de l’État pour essayer de briser, avec l’aide de Jacques Soustelle, le nouveau parti gaulliste, l’UNR (Union pour la nouvelle République), qui avait émergé à la fin de l’année 1958 face au CNIP – échoua sur toute la ligne. À partir de janvier 1960 – la « Semaine des barricades » à Alger et son échec – le Centre national entra dans une phase de turbulences dont il ne se remit pas.

19Quand Roger Duchet fut définitivement évincé de la direction de son parti à l’automne 1961, il tenta de profiter, dans un ultime effort, de son enracinement en Côte-d’Or pour continuer son combat, sur fond de crise générale du CNIP au niveau national. Son alliance avec Félix Kir qui, bien que solide, avait toujours été conflictuelle, vu les différences de culture et d’ambitions politiques des deux hommes, rejoua une dernière fois. Dans l’enchaînement des scrutins de 1962 (les deux référendums et les élections sénatoriales puis législatives), le sort des indépendants fut scellé. Si Roger Duchet parvint à conserver son siège de sénateur grâce au soutien du député-maire de Dijon contre un candidat inattendu, Marcel Roclore, allié pour la circonstance aux gaullistes par refus du jusqu’au-boutisme en faveur de l’Algérie française, le CDRI, lui, sombra. Les électeurs modérés côte-d’oriens, qui avaient « tenu » face à la première vague gaulliste après la Libération puis face à la deuxième en 1958, se rallièrent majoritairement à Charles de Gaulle à l’occasion des deux référendums, celui d’avril sur les accords d’Évian et celui d’octobre 1962 sur la réforme de la constitution, contre l’avis de la direction du Centre départemental. Aux élections législatives des 18 et 25 novembre, une partie non négligeable d’entre eux s’abstint tandis qu’une autre porta ses suffrages sur les candidats gaullistes. Des quatre députés sortants, deux seulement furent réélus : Félix Kir et Albert Lalle. Encore ce dernier avait-il reçu le soutien des gaullistes : il venait de quitter le Centre national pour rallier, en pleine campagne électorale, les dissidents « giscardiens », décidés à refonder un parti libéral moderne, dégagé de l’impasse « Algérie française » et plus réaliste quant aux alliances nécessaires, compte tenu du rapport des forces, avec le parti présidentiel.

20Ainsi, les indépendants, si puissamment structurés en Côte-d’Or depuis la Libération, se retrouvèrent soudain, en l’espace de quelques mois, dans une situation de crise majeure dont ils ne se remirent pas. Leurs électeurs passèrent majoritairement au gaullisme à partir de 1962 et, en juin 1968, dans la 3e circonscription de la Côte-d’Or, celle de Beaune précisément, ce fut le gaulliste Jean-Philippe Lecat qui fut élu, tandis que Robert Poujade, déjà député de la 1re circonscription depuis 1967, avait succédé à Félix Kir à la mort de celui-ci, en avril 1968, à la mairie de Dijon. Est-ce à dire que tout ce qui avait été construit par Roger Duchet s’était volatilisé ? Peut-être pas. En mars 1973, Jean-Philippe Lecat retrouva son siège de député. Mais l’année suivante, membre du gouvernement de Pierre Messmer, il fit partie des « 43 » gaullistes qui soutinrent la candidature de Valéry Giscard d’Estaing. Une nouvelle phase de la vie politique tant départementale que nationale commençait…

*

21La réussite à long terme d’un parti est sans aucun doute un événement très rare, si l’on veut bien comptabiliser d’une part tous les partis créés dans l’histoire du pays, et d’autre part le petit nombre qui pesèrent ou pèsent encore d’un poids réel dans la vie politique nationale pendant une génération ou plus. La raison majeure de ce contraste tient probablement à la difficulté considérable qui existe pour les « entrepreneurs » partisans à maîtriser le rapport entre le local et le national. Cette difficulté vaut autant pour les droites que pour les gauches, même s’il existe des différences entre elles et, plus largement, entre tous les partis selon le type de structures qu’ils adoptent. Un parti ne peut parvenir à exercer une influence durable et forte que s’il offre une perspective d’ensemble, crédible aux yeux d’une fraction notable de la société qui dépasse l’horizon d’un seul département ou d’une seule région. Il lui faut donc être solidement installé dans un nombre significatif d’agglomérations, de départements et de régions pour avoir la capacité d’influencer fortement les électeurs. Autrement dit, il faut que les « bastions » l’emportent nettement sur les « déserts » électoraux. À droite, compte tenu du mode de scrutin sous la IIIe République et d’un rapport à l’État différent de celui des partis « ouvriers », les structures partisanes départementales ont longtemps été beaucoup plus développées que les structures nationales, l’existence de groupes parlementaires suffisant bien souvent aux droites pour exercer le pouvoir à l’échelle nationale. D’où l’impression – fausse – d’une organisation plus forte des gauches, et surtout des partis « ouvriers », SFIO et PCF : leurs organisations sont en réalité seulement spécifiques.

22Dans la République parlementaire triomphante, depuis les années 1870 jusqu’aux années 1950, les arbitrages politiques se faisaient in fine à l’occasion des élections législatives et sénatoriales. Cela explique que les droites n’aient jamais négligé leur organisation à l’échelon local, celui des circonscriptions et des départements. Un parti qui s’implante durablement dans la vie politique est un parti qui réussit à bien articuler les différents éléments constituant la « machine » partisane à tous ses niveaux : en la matière, le choix des statuts compte probablement moins que leur fonctionnement pratique qui dépend surtout des qualités des individus chargés de le diriger. Pour autant, un parti, si bien organisé soit-il, ne se confond pas avec ses électeurs et le lien qui les unit n’est jamais acquis définitivement. Il doit au contraire être entretenu, adapté et renoué à l’occasion de chaque scrutin, en tenant compte des évolutions du contexte général. Ainsi, la direction d’un parti est-elle un « art » qui requiert autant le sens de la durée que le sens de l’événement.

23C’est pourquoi aucun parti, soit-il le plus puissant, n’est assuré de le demeurer ad vitam aeternam. Le succès en politique est par nature fragile puisqu’il repose sur un équilibre entre trois éléments fondamentalement hétérogènes : un état de la société et ses aspirations à un moment donné ; un projet politique – le « programme » du parti – assez cohérent pour faire écho chez un nombre significatif de citoyens ; une machine partisane efficace, adaptée, localement et nationalement, à la prise et à l’exercice du pouvoir tels qu’on les y conçoit mais aussi tels que la situation le permet. Sans une attention rigoureuse et quotidienne à cet équilibre sans cesse à reconstruire, l’échec peut arriver rapidement. La Roche tarpéienne est proche du Capitole. L’exemple de la Côte-d’Or sous la IVe République en fournit une illustration particulièrement saisissante.

Notes

1 Un groupe parlementaire des « indépendants républicains », présidé par Georges Mandel et rassemblant des personnalités de droite d’horizon divers, existait dans la législature élue en 1936. Existait aussi un groupe « des républicains indépendants et du parti agraire », co-présidé par Marcel Héraud, député de l’Alliance républicaine démocratique de Paris, et Pierre Mathé, député agrarien de Côte-d’Or.

2 G. Richard et J. Sainclivier (dir.), La recomposition des droites en France à la Libération, 1944-1948, Rennes, PUR, 2004.

3 Il avait été le seul député de la SFIO à n’avoir pas approuvé les accords de Munich en septembre 1938. Il ne fut pas longtemps commissaire de la République : gravement blessé en septembre 1944, il fut remplacé par Jean Mairey, socialiste lui aussi.

4 Créé en 1937 par l’ancien maire socialiste de Dijon et ancien ministre du Front populaire, Jean Jardillier.

5 Il avait été candidat, non élu, du PAPF aux élections législatives du printemps 1936.

6 Biographie récente : L. Muron, Le chanoine Kir, Éditions de la Renaissance, 2003.

7 L’une des belles-filles du baron était d’origine britannique, ce qui attira immédiatement ennuis et poursuites contre le journal, et poussa le baron à en arrêter la parution en août 1940.

8 Au 9, place Darcy à Dijon.

9 Première mention explicite dans le journal le 26 novembre 1946.

10 É. Duhamel et G. Le Béguec (dir.), La renaissance du parti radical, 1944-1948, Paris, L’Harmattan, 1993.

11 Candidat radical en 1936, il avait été devancé par Jean Bouhey et n’avait soutenu celui-ci au second tour qu’avec bien des réticences.

12 À l’image de celle de nombre de radicaux côte-d’oriens et de leur journal, Le Progrès de la Côte-d’Or, interdit de parution à la Libération. Sur Roger Duchet pendant l’Occupation, lire J. Vigreux, La vigne du maréchal Pétain, Éditions de l’université de Dijon, 2005 (il surestime toutefois son soutien à Vichy).

13 G. Richard, « La renaissance de la droite modérée à la Libération. La fondation du CNIP », Vingtième Siècle, no 65, janvier-mars 2000, p. 59-69.

14 Le Parti paysan d’union sociale (PPUS), présidé par Paul Antier.

15 Sans en avoir la preuve définitive, on peut penser que Roger Duchet, adepte de l’influence personnelle plus que de l’organisation officielle par une sorte d’adaptation culturelle au milieu modéré, ne fit rien au départ pour déposer des statuts, se ménageant ainsi des marges d’accommodement avec les autres grands notables du département, à commencer par Félix Kir, difficilement contrôlable mais incontournable. Puis, le succès étant au rendez-vous, les choses restèrent en l’état.

16 Aux élections municipales du printemps 1953, ce dernier fut présenté sur la liste de Félix Kir et devint un des adjoints au maire de Dijon.

17 34 au début de la Ve République.

18 Pour les investitures à Dijon (la municipalité et les 4 cantons), il était entendu que Félix Kir et ses proches collaborateurs étaient les seuls maîtres des décisions.

19 De façon symbolique, le Centre national se dota alors d’une devise qui résumait sa volonté de rassembler les différentes traditions de droite : « Liberté – Autorité – Nation ».

20 Sur Camille Laurens, grand rival de Paul Antier, le président du PPUS, et longtemps numéro deux du CNIP avant de « trahir » Roger Duchet en 1961, lire G. Richard, « Parti paysan et société rurale dans la France d’après-guerre. L’exemple du Cantal (1945-1962) », Histoire et Sociétés rurales, no 16, 2e semestre 2001, p. 141-176.

21 Chargé de suivre 19 départements du Centre-Est, parmi lesquels la Côte-d’Or et la Loire, « fief » d’Antoine Pinay.

22 Mais F. Japiot, ancien cadre du MRP dijonnais, passé au CDRI, devenait député de la 2e circonscription.

23 Pour reprendre une formule popularisée par l’ouvrage de référence de M. Duverger, Les partis politiques, Paris, Armand Colin, 1951.

Auteur

Professeur d’histoire contemporaine à Sciences Po Rennes, CRAPE (UMR 6051)

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540