Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Terres d’élections

 | 
François Dubasque
, 
Eric Kocher-Marboeuf

Cinquième partie. Entre permanences et mutations : la transition d’après-guerre

Présentation

Texte intégral

1De la IIIe à la IVe République, les fiefs personnels deviennent-ils des bastions politiques entretenus par des stratégies d’alliance conclues au niveau national, comme semble le suggérer l’action du CNIP en France, voire même – dans un autre registre – celle du PCI dans le Midi italien ? Dans un contexte marqué par le renouvellement important du personnel politique et la recomposition du système partisan au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, c’est la IVe République en tant que phénomène transitoire des fiefs et bastions qui est ici discutée.

2Si François Mitterrand, ancien élève d’André Siegfried à l’École libre des sciences politiques, est ainsi parvenu, au-delà de son ascension personnelle, à implanter durablement le Parti socialiste dans la Nièvre, d’autres, à l’instar de Georges Bonnet dans son fief périgourdin, semblent comme enkystés dans un terroir dont ils portent les inerties.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540