Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Terres d’élections

 | 
François Dubasque
, 
Eric Kocher-Marboeuf

Quatrième partie. Le poids des permanences : itinéraires individuels

Le Puy-de Dôme, terre de mission pour les modérés de l’entre-deux-guerres : Jacques Bardoux et le Parti républicain fédéral

Jean-Étienne Dubois

Texte intégral

1Le Puy-de-Dôme offre un exemple notable de fief électoral avec la continuité, depuis la fin du XIXe siècle, d’une dynastie politique républicaine et libérale, celle de la famille Bardoux-Giscard d’Estaing. Dans le dernier tiers du XIXe siècle, Agénor Bardoux fut député du Puy-de-Dôme puis sénateur inamovible. Son fils Jacques Bardoux fut sénateur du Puy-de-Dôme de 1938 à 1942 puis député de 1945 à 1956. Il céda son siège de député en 1956 à son petit-fils Valéry Giscard d’Estaing qui, excepté entre 1974 et 1984, le conserva jusqu’en 2002 avant de le transmettre à l’un de ses fils, Louis Giscard d’Estaing, qui en resta titulaire jusqu’en 2012.

  • 1 Jacques Bardoux était professeur à l’École libre des sciences politiques et membre de l’Institut.
  • 2 J.-É. Dubois, Les députés du Puy-de-Dôme de 1919 à 1942, mémoire de maîtrise, université Blaise Pa (...)

2Pourtant, cette continuité politique n’est qu’apparente puisque 41 ans séparent la mort d’Agénor du premier mandat de son fils, après des échecs répétés à diverses élections. S’il hérita de son père un réseau de sociabilité important dans le monde politique et culturel parisien1, il n’hérita pas d’un fief politique dans le Puy-de-Dôme et dut construire lui-même son implantation électorale dans un département alors largement acquis à la gauche radicale et socialiste2. Il crée dans ce but, en 1924, le Parti républicain fédéral (PRF).

  • 3 Les références au fonds Bardoux seront annoncées par les initiales FB.

3L’étude de cette stratégie d’implantation locale s’appuie largement sur le dépouillement du fonds Bardoux déposé aux Archives départementales du Puy-de-Dôme3, et voudrait tenter de répondre à plusieurs questions : Comment le PRF est-il parvenu à s’imposer durablement dans le paysage politique du Puy-de-Dôme ? Les résultats électoraux des modérés furent-ils améliorés par cette création ? Et en quoi le cas du PRF peut-il revêtir une certaine exemplarité à la fois pour éclairer les tentatives d’implantation électorale dans des régions a priori politiquement hostiles et pour étudier les organisations partisanes modérées ?

Les étapes de la formation du PRF

  • 4 M. Bernard, « À la recherche des militants : la droite républicaine du Puy-de-Dôme sous la IIIe(...)
  • 5 En 1919 comme en 1924, les élections législatives eurent lieu à un scrutin de liste à la proportio (...)

4Suite à l’échec de l’ALP avant guerre4, et jusqu’en 1924, le quotidien conservateur L’Avenir du Puy-de-Dôme était le véritable organisateur de la droite locale. En 1919, il suscita et soutint la liste modérée5 qui obtint 35 % des voix et trois sièges de députés, devançant de peu la liste radicalisante, sur laquelle figurait Jacques Bardoux, et la liste socialiste. Avec trois députés sur sept, les modérés réalisaient leur meilleure performance à des élections législatives depuis 1898. Mais aux élections de mai 1924, la liste modérée conduite cette fois par Bardoux connaît une déconvenue électorale puisque, bien qu’obtenant le même score qu’en 1919, tous les sièges furent gagnés par la liste cartelliste, associant socialistes et radicaux-socialistes, et qui obtint plus de 60 % des voix.

  • 6 L’Avenir du Puy-de-Dôme, 12 mai 1924.

5Au lendemain de cette défaite pour la droite, le 12 mai 1924, le rédacteur en chef de L’Avenir, Maurice Vallet, annonçait que « déjà l’on songe à doter notre département de l’organisation disciplinée qui permettra de réparer la défaite d’aujourd’hui6 ». L’emploi du pronom indéterminé cachait mal Jacques Bardoux, et cette « organisation disciplinée » a vu le jour sous le nom Parti républicain fédéral (PRF). Les archives du fonds Bardoux nous permettent de suivre précisément les différentes étapes de cette construction politique ex nihilo.

La définition d’une stratégie politique

6Bardoux a une idée précise de ce que doit être cette nouvelle organisation, à la fois sur le fond et sur la forme.

  • 7 Arch. dép. Puy-de-Dôme, FB, 142 J 360.

7Sur le fond, il définit un espace politique très large, ancré dans la lutte politique du moment. Dans une note confidentielle, il indique vouloir rassembler les « divers groupes républicains qui refusent de collaborer avec le socialisme révolutionnaire, depuis les républicains démocrates et les républicains progressistes à droite, jusqu’aux radicaux indépendants et aux ouvriers mutualistes à gauche7 ». Il vise donc à fédérer les différentes sensibilités de l’anticartellisme et à regrouper les 45 000 électeurs qui ont voté pour la liste modérée en mai 1924.

  • 8 Arch. dép. Puy-de-Dôme, FB, 142 J 496.

8Sur la forme, l’objectif est de parvenir à un parti de masse composé de nombreux militants ayant une action politique toute l’année, et pas seulement lors des périodes électorales8. La SFIO n’est alors plus le repoussoir mais le modèle explicitement revendiqué par Bardoux. Il explique les progrès électoraux de la SFIO par ses efforts d’organisation méthodique au niveau local et d’éducation politique de ses militants, qui à leur tour ont une action de propagande au quotidien auprès de l’ensemble de la population. La structure choisie par Bardoux reste souple avec un modèle de fédération, très majoritaire parmi les organisations politiques de l’époque : les adhésions peuvent être individuelles ou collectives, les organisations y adhérant collectivement gardant leur autonomie de fonctionnement.

La constitution progressive du PRF

  • 9 Arch. dép. Puy-de-Dôme, FB, 142 J 359.
  • 10 Ibid.

9Jacques Bardoux a noté par écrit les étapes du développement de son entreprise politique. Il veut que son parti soit prêt pour les élections de 1928 et compte prendre son temps pour en assurer des bases solides. Ainsi, en juin 1924, il charge Robert Thomas, débauché de la Fédération des républicains démocrates du Puy-de-Dôme, d’organiser « sous un titre quelconque, le plus vague possible, un centre de renseignement et d’action qui se mettra peu à peu en relation avec toutes les bonnes volontés du département9 ». Il s’agit du Secrétariat républicain et social, qui se veut une « organisation de cadres10 », chargé de créer un réseau de correspondants, si possible dans toutes les communes du département. Initialement, ce secrétariat devait réaliser ce travail dans la durée avant de se transformer en parti politique déjà solide et implanté, ayant échappé aux éventuelles pressions politiques adverses.

  • 11 L’Avenir du Puy-de-Dôme, 22 décembre 1924.
  • 12 Élu président de la République en 1920, Millerand a été poussé à la démission par le Cartel des ga (...)
  • 13 Arch. dép. Puy-de-Dôme, FB, 142 J 359.

10Mais après seulement quelques mois de travail dans la confidentialité, Bardoux décide de lancer publiquement son parti en décembre 192411. Il veut en effet profiter d’un mouvement national d’organisation de l’opposition anticartelliste sous la houlette d’Alexandre Millerand, qui a fondé la Ligue républicaine nationale (LRN) en novembre 192412. Bardoux a négocié directement auprès de Millerand pour que l’affiliation à la LRN dans le Puy-de-Dôme passe obligatoirement par son parti13, ce qui donne au PRF une forte légitimité en l’inscrivant dans un processus national de structuration de l’opposition anticartelliste. Cette affiliation permet aussi à Bardoux de renforcer sa légitimité personnelle sur la droite puydômoise puisqu’il est le seul à pouvoir se prévaloir de réseaux si haut placés au cœur des milieux politiques parisiens.

Le contrôle de la presse locale

  • 14 Plus de 48 000 exemplaires en mars 1924 d’après sa directrice Gabrielle Dumont.
  • 15 Arch. dép. Puy-de-Dôme, FB, 142 J 362.

11Bardoux a également voulu s’assurer le soutien de L’Avenir du Puy-de-Dôme, organisateur traditionnel de la droite puydômoise et quotidien le plus diffusé du département14. Déjà collaborateur régulier du journal depuis 1923, il entre à son conseil d’administration en 1925 puis en assure la direction politique à partir de 192715. Ces liens de Bardoux avec L’Avenir donnent au PRF une publicité pour chacune de ses actions ou prises de position. Le PRF n’a donc pas à se soucier d’avoir une publication interne pour informer ses membres : toutes les informations liées au parti paraissent dans L’Avenir et les militants du PRF doivent en échange assurer une plus grande diffusion du quotidien.

Le développement du PRF

Une direction stable, des effectifs en hausse

  • 16 M. Bernard, op. cit., p. 24-125.

12Le PRF est marqué par une grande stabilité de sa direction politique pendant tout l’entre-deux-guerres : Jacques Bardoux est le président du parti ; Franck Bellet, médecin, est le vice-président ; Robert Thomas, publiciste, en est le secrétaire général ; et Roger Lambert, bâtonnier, le trésorier. Ces quatre personnes illustrent bien la volonté de synthèse politique du PRF : Bardoux et Bellet représentent des modérés incarnant le centre du parti, Thomas symbolise le ralliement d’une partie des républicains démocrates au PRF alors que Lambert, ancien de l’ALP, représente le courant des catholiques républicains conservateurs16. Ce bureau composé de notables est le véritable exécutif du parti, où se prennent les décisions les plus importantes.

13Le conseil d’administration du parti est plus ouvert et Bardoux s’attache à ce que les éléments d’origine populaire, ouvriers, paysans ou employés, y soient en majorité. Mais il n’a, à l’usage, qu’un rôle passif d’enregistrement des décisions prises par le bureau, et pour les décisions les plus importantes par Bardoux lui-même. Si le caractère démocratique du parti est inscrit dans ses statuts, son fonctionnement réel le montre aux ordres de son président.

  • 17 Arch. dép. Puy-de-Dôme, FB, 142 J 498.
  • 18 Ibid.
  • 19 Directement ou via les commissions sociales qui y étaient attachées.

14Au niveau de ses effectifs, le PRF parvient à afficher une croissance constante du nombre de ses adhérents. Les différents congrès du parti enregistrent ces gains et celui de 1938 permet de faire le point à la fin de notre période17. Le PRF compterait à cette date 442 sections communales sur un total de 472 communes, soit une couverture territoriale quasi intégrale du département, et il serait « numériquement, le parti le plus puissant du département18 » avec un nombre d’adhérents proche de 11 500. Ce chiffre est évidemment possible mais il paraît malgré tout exagéré puisqu’il reviendrait à admettre qu’entre un quart et un cinquième des électeurs de droite du Puy-de-Dôme seraient, d’une façon ou d’une autre, membres du PRF19 !

15Cependant on peut dire qu’à la fin des années 1930, après une quinzaine d’années d’existence, le pari de Jacques Bardoux de créer un parti solidement ancré dans le département est réussi.

Une activité électorale importante pour des résultats mitigés

16Dès l’origine, la fonction électorale du PRF est primordiale puisque son but est de permettre la reconquête électorale du département par les forces anticartellistes. Le parti a concentré ses efforts et son argent sur deux types d’élections : les élections législatives et les élections pour le conseil général. Nous avons voulu mesurer la présence électorale du parti, c’est-à-dire sa double capacité à proposer une offre politique dans l’ensemble du département et à faire élire ses candidats. Nous avons donc pris en compte le nombre de candidats investis par le PRF, signe de son implantation territoriale et de son ambition politique, et les résultats obtenus par ces candidats.

17Concernant les élections législatives, le PRF a rapidement revu ses ambitions à la baisse. En 1928, sept candidats PRF se sont présentés pour huit circonscriptions car ce scrutin devait lui permettre de jauger sa puissance électorale. Mais les résultats ont été décevants : au premier tour, quatre candidats obtiennent moins de 30 % des voix et Bardoux lui-même, se présentant dans la circonscription de Riom-Plaine, n’en a réuni que 37 %. Au second tour, aucun candidat du PRF n’est élu. À l’issue de ces élections, le constat est amer : beaucoup d’argent et d’énergie ont été dépensés pour un résultat au final nul, et même aggravé par la défaite symbolique du chef du parti. Comme en réponse à ce constat, en 1932 le PRF ne présente plus que quatre candidats, dans les circonscriptions jugées les plus favorables, puis trois candidats en 1936. Les résultats s’améliorent puisqu’en 1932 et 1936, un candidat PRF, Raymond Lachal, est élu dans la circonscription d’Ambert, et en 1936 un autre échoue de 200 voix dans la circonscription de Riom-Plaine.

18La contraction de l’activité électorale du PRF lors des élections législatives semble avoir deux causes complémentaires.

19La première serait la prise de conscience, au lendemain des élections de 1928, que les modérés ne pouvaient pas prétendre vaincre la gauche dans l’ensemble du département. La conclusion pratique de ce constat a donc été de limiter les candidatures du parti aux circonscriptions les plus favorables aux modérés, et d’y concentrer les efforts et les dépenses électorales pour plus d’efficacité.

  • 20 Arch. dép. Puy-de-Dôme, FB, 142 J 362.

20La deuxième cause, plus prosaïque, semble être la difficulté pour le parti de trouver des candidats motivés et crédibles acceptant d’investir beaucoup de leur temps et de leur personne dans des campagnes électorales aux résultats bien incertains. Déjà en janvier 1928, Bardoux, pressentant sa défaite électorale à Riom-Plaine, a cherché en vain à convaincre un autre membre du parti de prendre sa place, lui faisant valoir que la défaite du président du PRF serait un acte « inpolitique » (sic) et ferait du tort à tout le parti. Mais, et c’est le plus intéressant, il explique à ce même interlocuteur qu’il s’est porté candidat uniquement pour éviter une crise du parti : son engagement à prendre personnellement part à cette campagne électorale a permis de décider d’autres membres du parti, d’abord réticents, de s’y lancer à ses côtés20.

  • 21 Sur un total de 50 élus.

21Au conseil général, le PRF progresse légèrement, passant de trois élus en 1925 à six élus en 193721. Cependant, cette progression relative et tardive du PRF aux élections cantonales ne marque pas un progrès général de la droite au sein de cette assemblée puisque le nombre de conseillers classés comme républicains de gauche ou URD passe de dix en 1925 à sept en 1937. Les progrès électoraux du PRF masquent donc une diminution globale du poids de la droite au sein du conseil général mais traduisent la réussite du PRF à s’imposer progressivement comme la principale force politique de droite dans le département, celle capable d’offrir la plus grande chance de succès électoral. Dans le même temps, force est de constater la faiblesse de la présence électorale du PRF qui n’a jamais pu présenter de candidats issus de ses rangs dans plus d’un tiers des cantons à renouveler tout au long de l’entre-deux-guerres.

22Bien qu’il compte un nombre important d’adhérents, le PRF n’a donc pas réussi à constituer un vivier suffisant de candidats pour pouvoir prétendre rivaliser électoralement avec les radicaux et les socialistes qui eux présentaient des candidats dans la plupart des circonscriptions à toutes les élections.

23Nous avons présenté le PRF comme le parti d’un homme, Jacques Bardoux, qui l’a d’abord créé pour servir ses propres ambitions électorales. Si le succès fut finalement en rendez-vous, Bardoux a dû faire preuve de patience.

24Ses échecs répétés aux élections législatives de 1919, 1924 et 1928 s’expliquent d’abord par la prédominance de la gauche dans le département, mais aussi par son manque d’implantation locale puisqu’il vivait à l’année à Paris pour ses activités professionnelles et ne passait que les mois d’été dans la maison familiale de Saint-Saturnin, au sud de Clermont-Ferrand. De fait, Bardoux finit par privilégier les élections sénatoriales pour obtenir un mandat parlementaire. Auprès des délégués sénatoriaux, corps électoral éminemment politique, son déficit d’ancrage local était compensé par sa notabilité politique nationale.

25Bardoux se présenta trois fois aux élections sénatoriales : aux renouvellements généraux de 1927 et 1935, et à l’élection partielle de 1938. Les élections de 1927 et 1935 apportent deux enseignements : il réunit à chaque fois au premier tour environ 30 % des voix des délégués sénatoriaux avec un nombre de voix à peu près stable (323 en 1927, 350 en 1935), ce qui correspond globalement au nombre de délégués sénatoriaux modérés. Par contre, la notabilité de Bardoux est réelle car il distance à chaque fois ses deux colistiers du PRF qui obtiennent entre 20 et 24 % des voix en 1927 et entre 13 et 17 % en 1935 : il est le seul candidat PRF à faire le plein des voix des modérés.

  • 22 Arch. dép. Puy-de-Dôme, FB, 142 J 368.
  • 23 Ibid.

26Le 30 octobre 1938, il n’y a qu’un siège à pourvoir. Bardoux prend une décision révélatrice de la pérennité des rapports de force politiques dans le Puy-de-Dôme : il écrit au président du Parti des radicaux indépendants pour lui demander l’investiture de son parti, qu’il obtient, pour ces élections partielles22. Il constatait donc en 1938, que, malgré quatorze années d’efforts du PRF, les modérés ne pouvaient toujours pas espérer obtenir un siège de sénateur sans un apport important de voix radicales. Il obtint 35 % des suffrages au premier tour soit une légère progression par rapport à 1935. Et il dut son élection, selon le préfet du Puy-de-Dôme, à un appel de Pierre Laval en sa faveur par voie d’affiches avant le troisième tour de scrutin. Cette affiche enjoignait les délégués radicaux à voter pour Bardoux, seul en lice face à un socialiste, dans « l’intérêt supérieur du pays », pour que le gouvernement Daladier puisse bénéficier d’une solide majorité « composée de radicaux et de nationaux23 ».

27Si Jacques Bardoux a réussi à décrocher un mandat parlementaire dans le Puy-de-Dôme, c’est donc d’abord grâce à une intervention politique extérieure majeure, jouant dans un contexte politique intérieur et international tendu. Mais son élection ne fut possible que grâce à la reconnaissance par les délégués sénatoriaux de sa notabilité politique nationale ainsi que de sa notoriété locale due à son investissement de longue durée dans la vie politique puydômoise en tant que président du PRF.

Le PRF et l’impossible monopole de l’opposition anticartelliste

28Il convient maintenant de s’intéresser à la capacité du PRF à réaliser un autre de ses objectifs initiaux, par ailleurs complémentaire de l’objectif électoral : sa capacité à intégrer l’ensemble de l’opposition républicaine anticartelliste.

Le PRF et les catholiques

29Bardoux voulait que son parti soit le seul légitime à représenter les 45 000 voix obtenues par sa liste en 1924. Or parmi ces voix, celles des catholiques pesaient d’un grand poids. Bardoux s’est donc employé à donner des gages suffisants aux catholiques pour qu’ils acceptent de reconnaître le PRF comme le porte-parole de leurs revendications en termes de politique religieuse. Bardoux n’est pourtant pas à l’origine un fervent défenseur du catholicisme et a souvent navigué dans les eaux du radicalisme. La sociologie de la droite puydômoise ne lui laisse cependant pas d’autre choix que de capter le vote catholique pour espérer peser dans la vie politique locale.

  • 24 Arch. dép. Puy-de-Dôme, FB, 142 J 360.
  • 25 Ibid.

30Par ailleurs, dès septembre 1925, l’évêque de Clermont, Mgr Marnas, demande à Bardoux que son parti prenne explicitement position sur les lois sur les congrégations de 1901 et 1904 avant de lui donner son éventuel soutien24. Conscient de l’enjeu politique majeur de cet éventuel soutien de la hiérarchie catholique locale pour son parti encore en formation, Bardoux entre en relation en octobre et novembre 1925 avec des membres influents du catholicisme français, dont le représentant du Vatican à Paris, le nonce Ceretti. Il élabore avec eux la politique religieuse que son parti et les autres partis modérés nationaux pouvaient adopter sans tomber dans des accusations de cléricalisme qui leur nuirait électoralement, tout en leur permettant le soutien discret des catholiques lors des différentes élections25.

  • 26 Arch. dép. Puy-de-Dôme, FB, 142 J 362.

31Lors de sa campagne électorale de 1928, Bardoux s’est assuré du soutien des unions catholiques du PDD pour lui et les autres candidats du PRF mais a obtenu l’assurance de la part du président de l’Union diocésaine que ses membres n’interrogeraient pas les candidats du parti pendant les réunions publiques sur leur programme religieux26. Ce souhait montre que le rapport du PRF aux catholiques est ambigu car pour le parti, les voix catholiques sont électoralement nécessaires pour peser dans les différentes élections, mais ce soutien doit rester implicite pour espérer rallier à gauche les voix nécessaires pour espérer l’emporter.

La concurrence du parti agraire et du PSF

32Dans les années 1930, le PRF a dû faire face à la concurrence de deux forces politiques qui lui ont disputé sa place d’unique pôle organisateur de la droite locale : le parti agraire et le PSF.

  • 27 L’Avenir du Plateau Central, 9 octobre 1937.

33Le parti agraire est devenu, tout au long des années 1930 un concurrent sérieux pour le PRF, et une alternative politique crédible pour les électeurs de droite. Il a en effet obtenu des résultats électoraux significatifs aux élections législatives, obtenant au premier tour jusqu’à 12 % des voix dans certaines circonscriptions en 1932 et 27 % en 1936. L’attitude du PRF à l’égard de ce parti a d’abord été une ignorance systématique jusqu’en 1936. À aucune élection, cantonale ou législative, le PRF n’a appelé à voter pour eux, alors que dans le même temps il soutenait officiellement des candidats radicaux ou socialistes indépendants. C’est seulement au second tour des législatives de 1936 que L’Avenir a appelé à voter pour les deux candidats agraires restés en lice face à des socialistes. Les élections cantonales d’octobre 1937 confirment le rapprochement politique entre les deux formations puisque le PRF soutient officiellement les quatre candidats agraires dans le cadre d’un accord de candidature unique passé également avec le Parti populaire français (PPF) de Doriot et le Parti social français (PSF) du colonel de la Rocque27.

34Le parti de Bardoux a dû finalement composer avec le parti agraire dans le contexte de lutte contre le Front populaire après l’avoir ignoré jusqu’en 1936. Bardoux espérait sans doute qu’il n’aurait aucun écho politique local. L’implantation électorale réussie du parti agraire dans des circonscriptions délaissées par le PRF marque l’échec du celui-ci dans son ambition de fédérer à long terme l’ensemble des forces de droite du département.

  • 28 Arch. dép. Puy-de-Dôme, FB, 142 J 367.
  • 29 Son beau-frère, François Georges-Picot, et deux de ses gendres sont des collaborateurs de La Rocqu (...)

35Concernant le PSF, Bardoux a adressé une lettre à La Rocque en août 1937 dans laquelle il lui demande « de ne pas détruire » l’organisation politique qu’il a créée « parce qu’elle représente beaucoup d’efforts et parce qu’il est impossible, dans nos départements, qui sont pauvres en hommes, de trouver les éléments sociaux, intelligents et honorables, en nombre suffisant pour constituer les cadres de deux organisations de même nuance28 ». Il évoque des cas de débauchages de sections communales entières du PRF par des membres du PSF. Il espère d’ailleurs que les liens familiaux qui le lient avec le PSF pourront contribuer à « arranger les choses » entre les deux formations dans le Puy-de-Dôme29. Nous n’avons pas trouvé la réponse de La Rocque ni d’informations sur les suites de cette rivalité avec le PSF après les élections cantonales de 1937. Mais force est de constater qu’en 1937, le PRF a subi l’initiative partisane du PSF dans le département, initiative contre laquelle il a semblé dépourvu de tout moyen de protection ou de rétorsion, Bardoux se contentant de demander la clémence de La Rocque vis-à-vis de son parti. C’est le signe d’une faiblesse de l’implantation du PRF dans le Puy-de-Dôme, après une douzaine d’années d’existence, parmi ses propres militants puisque certains d’entre eux ont, sur un temps politique court, décidé de le quitter pour aller voir ailleurs, même si l’offensive partisane du PSF semble avoir fait long feu dans le département.

La stratégie d’ouverture à la gauche non marxiste

  • 30 En 1926, 1934 et 1938.

36Le dernier trait que nous voudrions souligner ici concerne l’entreprise de séduction visant à désolidariser radicaux et socialistes dans le département. Le PRF fut sans doute encouragé dans cette démarche par les changements d’alliance des radicaux au niveau national, puisqu’ils ont par trois fois rompu leur alliance avec les socialistes pour gouverner avec le centre et la droite30. Concrètement, lors d’élections législatives, cantonales et municipales, le PRF a officiellement soutenu des candidats radicaux-socialistes dans des circonscriptions où il ne présentait pas de candidats.

37Cette stratégie de séduction du PRF s’explique d’abord par la recherche d’éventuelles contreparties électorales de la part des radicaux-socialistes dans un département où, notamment au niveau local, ils sont restés en position de force durant tout l’entre-deux-guerres. Ces contreparties ne semblent pas avoir été nombreuses et la Fédération radicale puydômoise a résisté aux sirènes du PRF. Bardoux en a tout de même personnellement bénéficié puisque son élection au Sénat a été permise par l’apport de près de 200 voix radicales entre le premier et le troisième tour de scrutin, même s’il a fallu attendre l’intervention décisive de Laval pour que les délégués radicaux votent en nombre pour lui.

38Cette remarque montre le rapport asymétrique que le PRF a entretenu avec les radicaux. Autant le PRF, dans un département majoritairement hostile à ses idées, espérait beaucoup du soutien, même très intermittent, des radicaux ; autant les radicaux avaient beaucoup plus à perdre qu’à gagner à répondre aux appels du pied du PRF. Malgré des divergences idéologiques grandissantes, leur alliance traditionnelle avec les socialistes restait électoralement beaucoup plus efficace qu’une éventuelle alliance avec le PRF.

Quel bilan tirer de l’implantation des modérés dans le Puy-de-Dôme dans l’entre-deux-guerres ?

  • 31 M. Bernard, op. cit., p. 130.

39Le bilan de la création du PRF est positif pour la droite puydômoise : c’est en effet le premier parti important à organiser durablement le camp de la droite républicaine dans le département. Bardoux a réussi à structurer un mouvement d’opinion qui rassemblait régulièrement plus d’un tiers des votes du département mais sans pouvoir s’appuyer sur une structure politique pérenne. L’implantation du parti s’est révélée solide puisqu’à la différence de la plupart des groupes modérés de l’entre-deux-guerres, elle survécut à la Seconde Guerre mondiale. En effet, après la dissolution du PRF en 1940, Bardoux réactiva à la Libération les cadres de son ancien parti sous le nom de Fédération républicaine, qui resta localement le seul grand parti de droite sous la IVe République, gênant considérablement l’essor du gaullisme et du MRP, qui, dans les autres départements, remplaçaient l’ancienne droite modérée31. Comme le PRF, ce nouveau parti servit avant tout les ambitions politiques de Bardoux puisqu’il parvint à se faire élire député du Puy-de-Dôme de 1945 à 1956, avant de céder sa place à son petit-fils, Valéry Giscard d’Estaing.

40Mais au-delà du contexte particulier du Puy-de-Dôme, le cas du PRF peut revêtir une certaine exemplarité à la fois pour éclairer les tentatives d’implantation politique dans une terre de mission électorale et pour étudier les organisations partisanes modérées :

  • Le cas du PRF montre la nécessité d’une organisation systématique et conduite sur le long terme pour espérer une implantation durable. La stabilité des structures mises en place par Bardoux en 1924 a permis la reconnaissance par une large partie de l’électorat modéré et conservateur du Puy-de-Dôme, d’une légitimité du PRF à organiser l’opposition de droite, même s’il a échoué à monopoliser totalement cet espace politique. En même temps, il montre que succès de l’implantation partisane ne rime pas forcément avec succès électoral puisque le PRF n’a pas réussi à ébranler la domination de la gauche dans le département.
  • Au niveau de la stratégie et du positionnement politiques, le PRF illustre parfaitement, au-delà de son cas particulier, un des enjeux essentiels des entreprises politiques dans des terres de mission électorales : trouver l’équilibre politique, forcément instable et inconfortable, entre la nécessité de rassembler solidement son camp en lui donnant des gages suffisants, et se positionner dans une attitude d’ouverture politique pour espérer rallier la frange la plus fragile de l’électorat adverse et faire basculer le rapport de force politique à son avantage. Bardoux l’a montré par son souci de rassembler les catholiques tout en ayant une politique d’ouverture en direction des radicaux.
  • Dans la forme d’organisation, l’exemple du PRF montre importance des notables et du chef dans les partis politiques modérés. Malgré la référence revendiquée à la SFIO comme modèle d’organisation partisane, le PRF n’a pas su donner, malgré une structure moderne, un rôle actif à ses militants32. Le PRF est en effet révélateur d’une tendance récurrente des organisations politiques modérées à une très forte personnalisation. Le PRF est avant tout le parti de Jacques Bardoux, qui en est l’initiateur et le chef incontesté. Cette toute-puissance sur le parti lui est permise par le capital social, culturel et politique qu’il a acquis à Paris et qu’il a en partie hérité de son père. Le PRF est instrument grâce auquel Bardoux cherche à obtenir une légitimité politique locale, justifiée par une présence familiale ancienne dans le Puy-de-Dôme, pour renforcer et compléter son influence politique dans les milieux parisiens.

Notes

1 Jacques Bardoux était professeur à l’École libre des sciences politiques et membre de l’Institut.

2 J.-É. Dubois, Les députés du Puy-de-Dôme de 1919 à 1942, mémoire de maîtrise, université Blaise Pascal, 2004 : lors des élections législatives de l’entre-deux-guerres, la gauche obtint entre 60 et 65 % du total des suffrages exprimés dans le département.

3 Les références au fonds Bardoux seront annoncées par les initiales FB.

4 M. Bernard, « À la recherche des militants : la droite républicaine du Puy-de-Dôme sous la IIIe République », Siècles, Cahiers du CHEC, Clermont-Ferrand, Presses de l’université Blaise-Pascal, 2000, p 113-130.

5 En 1919 comme en 1924, les élections législatives eurent lieu à un scrutin de liste à la proportionnelle avec un système de prime majoritaire.

6 L’Avenir du Puy-de-Dôme, 12 mai 1924.

7 Arch. dép. Puy-de-Dôme, FB, 142 J 360.

8 Arch. dép. Puy-de-Dôme, FB, 142 J 496.

9 Arch. dép. Puy-de-Dôme, FB, 142 J 359.

10 Ibid.

11 L’Avenir du Puy-de-Dôme, 22 décembre 1924.

12 Élu président de la République en 1920, Millerand a été poussé à la démission par le Cartel des gauches en juin 1924 pour s’être engagé pendant la campagne électorale en faveur du Bloc national.

13 Arch. dép. Puy-de-Dôme, FB, 142 J 359.

14 Plus de 48 000 exemplaires en mars 1924 d’après sa directrice Gabrielle Dumont.

15 Arch. dép. Puy-de-Dôme, FB, 142 J 362.

16 M. Bernard, op. cit., p. 24-125.

17 Arch. dép. Puy-de-Dôme, FB, 142 J 498.

18 Ibid.

19 Directement ou via les commissions sociales qui y étaient attachées.

20 Arch. dép. Puy-de-Dôme, FB, 142 J 362.

21 Sur un total de 50 élus.

22 Arch. dép. Puy-de-Dôme, FB, 142 J 368.

23 Ibid.

24 Arch. dép. Puy-de-Dôme, FB, 142 J 360.

25 Ibid.

26 Arch. dép. Puy-de-Dôme, FB, 142 J 362.

27 L’Avenir du Plateau Central, 9 octobre 1937.

28 Arch. dép. Puy-de-Dôme, FB, 142 J 367.

29 Son beau-frère, François Georges-Picot, et deux de ses gendres sont des collaborateurs de La Rocque.

30 En 1926, 1934 et 1938.

31 M. Bernard, op. cit., p. 130.

32 M. Bernard, op. cit., p 128-129.

Auteur

Docteur en histoire et ATER à l’université Blaise Pascal-Clermont-Ferrand, CHEC (EA 1001)

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540