Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Terres d’élections

 | 
François Dubasque
, 
Eric Kocher-Marboeuf

Quatrième partie. Le poids des permanences : itinéraires individuels

Un fief radical en Puy-de-Dôme, quatre décennies de mandats d’Étienne Clémentel (1864-1936)

Clotilde Druelle-Korn

Texte intégral

1Si l’on fait exception de l’élection législative de novembre 1919, à laquelle il échoue de quelques dizaines de voix, et de la campagne de trop, celle des sénatoriales de 1935, Étienne Clémentel (1864-1936), ne connaît que le succès des urnes au cours de ses quarante années d’élu local et national. Sans interruption, ce représentant de la Gauche radicale siège simultanément de la mairie de Riom à la Chambre des députés puis au Sénat, en gagnant à partir du canton de Riom-est, le conseil général du Puy-de-Dôme qu’il préside de 1911 à sa démission en 1935.

  • 1 C. Druelle-Korn, Un laboratoire réformateur, le Département du Commerce en France et aux États-Uni (...)
  • 2 Notre étude s’appuie en particulier sur le fonds Clémentel (5 J) déposé aux Archives départemental (...)

2Nous savons que cumul des mandats et longévité politique ne sont pas rares sous les cieux de la République. À considérer même que l’on soit en possession d’archives abondantes, la tâche est presque impossible de rendre compte des multiples facettes que supposent quatre décennies de carrière d’un élu. Concernant Clémentel, notre interrogation initiale ne part pas du local, mais d’emblée du national, voire de l’international, échelles auxquelles nous avons précédemment étudié son œuvre1, sans nous pencher alors sur sa base électorale et la place que tenaient ses mandats locaux dans son action. Il s’agit donc de commencer à combler ce manque, et sans être spécialiste d’histoire politique, de proposer quelques pistes afin de mieux comprendre comment cet homme politique a mis en place les assises lui permettant de gagner puis de conserver des fonctions électives majeures pendant une aussi longue période2.

3Partant d’une brève présentation chronologique de la conquête des mandats d’Étienne Clémentel, deux lieux d’exercice sont privilégiés : la mairie de Riom et le conseil général du Puy-de-Dôme. Régulièrement retenu loin de ses terres auvergnates par ses responsabilités nationales, l’homme politique a su construire une alliance locale solide entre radicaux et socialistes, mobiliser des collaborateurs locaux dévoués et des personnalités connues. Les modalités classiques de constitution d’un fief politique s’articulent dans le cas de Clémentel à une généreuse politique d’évergétisme rarement présentée. Elle lui permet d’associer sa promotion personnelle à celle de sa ville, de son département et plus généralement de l’Auvergne.

Les étapes de la constitution d’un fief par un homme de ses œuvres

  • 3 Voir G. Rousseau, Étienne Clémentel (1864-1936), Conseil général du Puy-de-Dôme, Archives départem (...)
  • 4 Magistrat, natif de Riom, Hyppolyte Gomot (1837-1927) est élu député (1881-1889) puis sénateur (18 (...)

4Étienne Clémentel n’est pas un héritier. Issu d’une petite bourgeoisie impécunieuse, le jeune auvergnat né à Clermont-Ferrand en 1864 se distingue par une vitalité peu commune lui permettant de concilier son amour des arts, des études juridiques pour acquérir un métier et la politique. Ses premiers engagements républicains remonteraient à 1885, époque à laquelle il serait devenu le secrétaire du Comité républicain de Riom3 avec le soutien d’Hyppolyte Gomot alors député du Puy-de-Dôme4. Dès 1889, il participe à la bataille municipale de la cité dans laquelle il s’établit comme notaire la même année. En mai 1896, il devient maire-adjoint de Riom, ville désormais gagnée aux républicains. C’est de cette place qu’il présente en septembre 1900 sa candidature à la législative partielle entrainée par le décès du républicain modéré Amédée-Joseph Girard (1826-1900). La conquête de la première circonscription de Riom-plaine par Clémentel, annonce le basculement à gauche quelques années plus tard du Puy-de-Dôme. Le 16 octobre 1900, le jeune député qui s’est présenté devant les électeurs sous l’étiquette de républicain convaincu, offre une fête républicaine dans le village de Combronde où sa belle-famille possède une résidence, la Marseillaise y résonne, le mot de solidarité ponctue à de nombreuses reprises son discours. Dix-huit mois plus tard, en avril 1902, Clémentel se présente à nouveau devant ces mêmes électeurs, il conserve son mandat de député de Riom-plaine jusqu’à l’issue de la guerre. Depuis le scrutin de 1906 il est considéré comme le patron des radicaux du Puy-de-Dôme. À la Chambre, il a rejoint sur les conseils du radical auvergnat Jean-François Guyot-Dessaigne (1833-1907), les bancs de la Gauche radicale, pépinière des « radicaux de gouvernement ». Il s’y illustre plus vite qu’il n’est de coutume pour un nouveau député, prononçant son premier discours à la tribune dès mars 1901. En janvier 1905, il inaugure sa carrière ministérielle aux Colonies dans le gouvernement Rouvier. Elle se poursuit à l’Agriculture (1913), au Commerce et à l’Industrie (1915-1919), aux Finances (1924-1925). À la Chambre, l’élu du Puy-de-Dôme se distingue par une intense activité de présentation de propositions de lois et de nombreuses fonctions de rapporteur de budgets.

  • 5 La liste associe des notables radicaux, des personnalités venues de l’agriculture et des anciens c (...)

5Aux législatives de novembre 1919, la liste hétéroclite d’Union républicaine et de réorganisation nationale5 emmenée par Clémentel ne parvient à obtenir que deux élus. Celui-ci, ministre du Commerce depuis octobre 1915, est battu alors que la droite crée la surprise avec trois élus et que les socialistes conservent deux sièges. Démissionnaire du gouvernement, Clémentel entreprend de se représenter à la mairie de Riom le 30 novembre 1919. Fort de sa large victoire locale et de sa réélection de conseiller général de Riom-est lui permettant de retrouver le conseil général qu’il préside depuis 1911, Clémentel participe au renouvellement du Sénat de janvier 1920. En candidat isolé sous une étiquette d’Union républicaine, il est facilement élu au premier tour et conserve son siège dans la Haute Assemblée pendant quinze ans. À l’instar des années de députation, Clémentel s’illustre dès 1921 dans les tâches de rapporteur dans les commissions, en particulier dans celle des Finances dont il est vice-président puis président à partir de 1927.

6Tracé ici à grands traits, le parcours politique de Clémentel permet d’entrevoir plusieurs éléments participant de la problématique du fief voire du bastion. Que ce soit dans le cadre de la cité de Riom ou dans la circonscription de l’arrondissement de Riom-plaine, Clémentel n’est pas l’homme qui débute la conquête républicaine et radicale, mais plutôt celui qui achève cette conquête et ancre dans la durée une victoire sur des terres de la Limagne auvergnate demeurées plus longtemps monarchistes et conservatrices que le reste du Puy-de-Dôme. Ses responsabilités nationales le tenant régulièrement éloigné de ses circonscriptions d’Auvergne, augurent d’un homme aux talents d’ordre politique et personnel variés.

Un pôle de stabilité, de conquête et reconquête : la mairie de Riom 1904-1936

  • 6 Société créée en 1884 et dirigée par l’avocat Félix Dumoulin, Clémentel en devient le secrétaire e (...)

7L’arrivée de Clémentel au sein de l’équipe municipale de Riom correspond à son installation dans la cité judiciaire en qualité de notaire. La concomitance de 1889 nous paraît porteuse de sens. Le nouvel officier ministériel est déjà un peu connu des cénacles locaux républicains et en particulier de la Société de gymnastique La Riomoise6. C’est sans doute parce que le jeune homme de 25 ans paraît prometteur et travailleur qu’il est aidé financièrement par plusieurs relations dans l’achat d’une charge de notaire à Riom. Les espoirs placés en lui ne sont pas démentis par les faits. En 1900, son étude est devenue l’une des plus importantes du département et Clémentel assure la présidence de la chambre des notaires de l’arrondissement. Concrètement cela signifie qu’il a bénéficié de la confiance tant de ses pairs que des propriétaires de la région, en particulier des propriétaires terriens. Il connaît les heurts, malheurs et bonheurs des patrimoines, fait montre d’un sens de la négociation et de discrétion. La mémoire familiale relie ce succès à la connaissance par Clémentel du patois dans lequel il s’exprimait avec certains de ses commettants ce qui lui aurait assuré un surcroît de confiance de la part des cultivateurs. En une dizaine d’années entre la mairie et l’étude, Clémentel assoit sa notabilité locale et établit un fief de conquête et de reconquête si on songe à l’épisode de novembre 1919. Élu député en 1900, il cède son étude en 1901, et une fois confirmé à la Chambre en 1902, il abandonne son mandat de maire-adjoint. C’est à partir du Palais-Bourbon que la liste qu’il présente emporte en 1904 les élections municipales de Riom. Il en conserve la magistrature jusqu’à sa mort.

  • 7 Clémentel rapporte dès 1902 le budget de la Justice, ce n’est que le premier d’une longue série. À (...)
  • 8 Arch. dép. Puy-de-Dôme, 5 J 11 : tiré à part du discours de Clémentel au congrès de la Fédération, (...)

8L’expérience notariale en Limagne correspondant aux premières années d’édilité nous paraît fondamentale sur un second plan. Elle permet en effet à Clémentel d’acquérir la connaissance précise des questions agricoles régionales, celles mêmes qui propulsent le nouveau député à la tribune en mars 1901 et qui l’inscrivent rapidement comme un expert des questions d’abord agricoles puis plus généralement économiques et des budgets7. Les archives gardent en mémoire l’importance des travaux préparatoires de ses premières allocutions publiques, le soin mis à la rédaction des discours et des articles. En quelques années Clémentel s’impose dans les débats relatifs à la culture du blé et de la betterave, au vignoble et à la délicate voire dramatique question de délimitation des appellations, à la bonification des terres, à la mécanisation. Jusqu’à la guerre, c’est avec un bilan conséquent de défenseur du monde rural et agricole articulé à l’idéal radical de la petite propriété, que le député-maire fait campagne. C’est ainsi que le 10 avril 1910, il prononce un discours au congrès de la Fédération républicaine radicale et radicale socialiste de l’arrondissement de Riom rappelant que depuis son arrivée à la Chambre il s’est efforcé invariablement de protéger et de défendre la petite propriété rurale, c’est-à-dire de « consolider notre société démocratique », qu’il a voté la loi du « coin de terre » en 1908, ou encore le bien de famille insaisissable en juillet 19098. La défense de l’agriculture et de la petite propriété peut s’apparenter à un fonds électoral somme toute assez banal dans la France d’avant la Première Guerre, ce qui nous paraît distinguer Clémentel de contemporains c’est sa capacité à mobiliser les échelles d’analyse, les comparaisons internationales, à passer du particulier au général et inversement. De plus, ses compétences techniques et financières s’allient à un talent oratoire souvent mentionné. Les électeurs du député et du maire Clémentel ont été impressionnés par cette connaissance à la fois sensible et pratique de leurs conditions de vie, doublée d’une renommée grandissante de l’élu. L’échec de novembre 1919 s’inscrit dans un contexte national combiné à une situation locale. Moins présent dans sa circonscription pendant les années de guerre et d’intense activité au ministère du Commerce, les électeurs ont été peu réceptifs au programme de réorganisation nationale dans lequel ils reconnaissaient un ministre et non leur député.

  • 9 Arch. dép. Puy-de-Dôme, 5 J 3 : discours manuscrit de 20 pages à l’occasion des élections municipa (...)

9Dans cette défaite, la ville de Riom constitue le pôle de résistance et de confiance. Ce n’est que quelques années plus tard, dans la seconde moitié des années 1920 après l’épisode du Cartel des gauches, que les critiques au sein de la municipalité et dans l’opinion locale se lisent plus clairement dans les archives. Clémentel parvient à les calmer en mobilisant de façon assez classique les bénéfices que sa cité tire des responsabilités nationales exercées par son maire. À l’occasion des municipales de 1929 il s’adresse longuement au comité républicain9 :

« Je ne dissimule pas les difficultés de l’administration municipale riomoise. Mes fonctions, en particulier celle de président de la commission des Finances du Sénat, de président de l’Office National du Commerce Extérieur et la présidence de la Caisse nationale du Crédit Agricole, me retiennent souvent à Paris. Sans doute ma présence auprès des grandes administrations ou des ministères n’est pas sans intérêt pour la ville et bien des choses sont ainsi facilitées mais dans la direction d’une maison communale de 10 000 habitants la présence réelle est souvent nécessaire. »

10Suivent des réalisations qu’il est aisé pour l’auditoire de mettre en relation avec les responsabilités précédemment citées. Plus loin, rappelant son rôle dans la formation des groupements professionnels dans la naissance de la Chambre de commerce internationale, et dans la création de la Confédération générale de la production française, il propose d’appliquer localement la politique de coopération associant les producteurs à des formes de gouvernement qu’il défend à l’échelle nationale. Prenant en considération l’existence de deux organismes professionnels riomois : l’Association du petit et du moyen commerce et l’Association riomoise de l’artisanat français, il tient compte de leurs desiderata, et voulant administrer en collaboration avec ces groupements, il décide de faire figurer sur la liste municipale présentée aux électeurs de la cité trois candidats au titre des représentants du commerce et deux au titre de l’artisanat. Il ajoute que se joindront deux ouvriers indépendants et quatre représentants du groupe agricole.

  • 10 Arch. dép. Puy-de-Dôme 5 J 1 et 2, voir en particulier les comptes rendus de l’œuvre municipale. P (...)

11En termes d’accomplissements, les longues années de présence de Clémentel à la tête de la ville se caractérisent de façon assez classique par une politique budgétaire soucieuse des contribuables, une politique de modernisation des équipements (adductions), installation ou maintien d’activités (casernement, extension de la manufacture, nouvelles industries), de construction de logements, et surtout d’embellissement de la ville. La valorisation et le classement du patrimoine historique de la cité marchande et judiciaire font l’objet de nombreuses manifestations à l’occasion desquelles fêtes et personnalités officielles se succèdent à Riom, jusqu’au président Armand Fallières en 190810.

  • 11 Voir l’article de S. Cornil-Frerrot, « Les Radicaux du Puy-de-Dôme dans l’entre-deux-guerres », da (...)
  • 12 Médecin obstétricien de formation, médecin de bataillon durant la bataille de la Marne et décoré d (...)

12À défaut de présence réelle et permanente du maire en sa cité, les multiples réélections de Clémentel signifient qu’il pouvait officier par la voie d’une délégation confiante. On lit l’homme habile à contrôler les comités républicains et à constituer des listes d’entente d’une gauche démocratique rassemblant sur la période radicaux et socialistes11. À partir du milieu des années 1900, le Dr Raymond Grasset (1892-1968)12 devient son représentant dans la cité puis au conseil général. Fidèle premier adjoint du maire, il accède en mai 1927 au conseil général, élu du canton de Riom-ouest après le décès de Lucien Bayle. Dans l’assemblée départementale il soutient Clémentel.

Le patron du Puy-de-Dôme 1911-1935

  • 13 Voir le fonds Clémentel et la recension très utile de R. Reynaud, Chronique historique du Conseil (...)

13C’est après avoir constitué son fief radical et noué ses alliances à gauche, que Clémentel entreprend la conquête aisée du conseil général du Puy-de-Dôme. Alors qu’il est maire et député depuis déjà plusieurs années, il se présente aux élections triennales des 24 et 31 juillet 1910. Il entre au conseil général en tant qu’élu du canton de Riom-est, canton qu’il connaît d’autant mieux qu’il y a assuré les fonctions de juge de paix pour quelques années à partir de 1895. Il rejoint alors les sept députés et sénateurs parmi les cinquante conseillers du département. Il s’y distingue aussitôt par des motions et des discours qui font suffisamment impression pour que plusieurs d’entre eux soient intégralement repris et publiés13. Les mois qui suivent sont marqués par le décès de Noël Chamerlat (1841-1911), maire de Courpière, député radical depuis 1895 et président de l’assemblée départementale depuis 1908. Clémentel est élu le 24 avril 1911 par 33 voix. Sur plus de vingt ans de présence, l’examen de ses interventions permet de mieux saisir ce qui a fait au cours des ans son indéniable succès.

  • 14 Id., p. 346, session du 21 août au 1er septembre 1911.
  • 15 Voir P. Caillot, Bibliographie de la presse française politique et d’information générale des orig (...)

14Qu’il soit présent, ou paradoxalement absent, l’homme est populaire, constamment courtois et éloquent, il est réélu par le bureau avec des majorités souvent très larges dépassant les 40, voire les 45 voix sur 50. À la tête de l’assemblée départementale, Clémentel défend une politique radicale basée sur une entente avec les socialistes modérés. Il y invite à défendre la République « non seulement pour ce qu’elle est mais pour ce qu’elle doit être14 », adoptant souvent une position d’intercesseur entre gouvernement, bureaux parisiens des administrations et élus locaux, il se charge d’expliquer la politique ou les incompréhensions. C’est en élu aguerri qu’il sait moduler les registres de ses interventions. Dans sa première allocution de 1911, il n’hésite pas à introduire la grande politique dans l’assemblée départementale – suscitant d’abord un certain étonnement de l’auditoire – en évoquant le soutien à apporter au gouvernement Caillaux confronté à la crise d’Agadir. Pendant les années de guerre, ses présences sont ponctuées de vibrants discours, en 1919 il évoque longuement le président Wilson et les discussions de Versailles. Cette transformation ponctuellement de la petite assemblée en grande assemblée ne paraît pas déplaire aux conseillers, la méthode permet aussi à Clémentel de voir ses discours longuement repris et commentés dans la presse locale alors au faîte de sa diffusion et en particulier par le Moniteur, journal modéré proche des radicaux et largement acquis à Clémentel jusqu’à son rachat par Pierre Laval à la fin des années 192015.

  • 16 R. Reynaud, t. II, op. cit.

15Dans les quinze années qui suivent la fin de la guerre, la politique du sénateur Clémentel à la tête du conseil général se focalise sur des questions plus classiques pour lesquelles on le voit mobiliser les bureaux des ministères. Les réponses parviennent rapidement au vice-président puis président de la commission des Finances du Sénat qu’il est. Sa notoriété lui permet de donner un écho national à son département, le numéro spécial de L’Illustration économique et financière d’octobre 1925 est ainsi consacré au Puy-de-Dôme. Parmi les dossiers, ceux concernant l’agriculture, les transports, l’utilisation des eaux de Volvic par un ambitieux syndicat intercommunal, retiennent toute son attention. À la session de septembre 1927, il évoque les démarches qu’il a faites auprès de Tardieu, ministre des Travaux publics, et le succès remporté avec la « rallonge de 100 000 frs pour les autobus départementaux » qu’il veut développer16. La présidence de l’assemblée départementale permet aussi à Clémentel de veiller au développement et à la prospérité de la Région économique constituée sous ses auspices en avril 1918 alors qu’il était ministre du Commerce et dont Clermont est la capitale. On retrouve au conseil général le promoteur d’un régionalisme moderne et d’une forme de déconcentration administrative.

16À la faveur d’une stabilité préfectorale peu commune, Clémentel trouve pendant de nombreuses années l’appui du préfet Pierre Trouillot lequel facilite localement la mise en œuvre des initiatives du maire, sénateur et président du conseil général. Dans la seconde moitié des années 1920 puis lors de la maladie survenue en 1930 qui le contraint à de nombreuses absences, Clémentel s’appuie davantage sur un groupe de gauche dans lequel on trouve : à côté de Philippe Marcombes (1877-1935), personnalité montante du parti radical dans le département devenu vice-président de cette assemblée et maire de Clermont-Ferrand ; le député-maire Eugène Chassaing (1876-1968) ou encore le socialiste Alexandre Varenne (1870-1947). Dans cette dernière période le dossier qui tient le plus à cœur au président de l’assemblée départementale est celui de la construction d’un sanatorium pour lequel il ne cherche d’ailleurs pas à mobiliser les ressources financières du Puy-de-Dôme. Le 31 octobre 1935, quelques mois après l’inauguration de ce lieu de soin, affaibli après l’attaque de 1930 dont il ne s’est jamais totalement remis, Clémentel donne sa démission du conseil général.

Un évergétisme renforçant une proximité sociale et quotidienne en Auvergne

17Dans son important ouvrage Le Pain et Le Cirque (1976), Paul Veyne soulignait pour l’époque romaine la complémentarité entre l’évergétisme et le clientélisme. Appliqué à la période contemporaine, le péjoratif clientélisme couvre les faveurs injustifiées accordées à une personne en échange de son vote ou de son soutien et il demeure tentant de l’associer avec les libéralités d’élus. S’il est indéniable que le clientélisme a existé et qu’il continue à se pratiquer dans les démocraties, que la constitution d’un fief politique, le cumul de plusieurs mandats importants, peut laisser planer quelques suspicions sur son existence, rien dans les archives, la presse, les écrits des contemporains ou des historiens ne permet d’établir le lien entre l’évergétisme d’Étienne Clémentel auquel nous voulons accorder une place dans ce texte, et le clientélisme. Entre cynisme et naïveté, l’historien peut explorer des interprétations plus complexes et nuancées de la signification des largesses d’un homme politique à l’égard de sa cité et de sa région.

  • 17 Le décès de sa première épouse en 1896 laisse Clémentel seul avec trois jeunes enfants, sa fille a (...)

18Les bienfaits importants dispensés par Clémentel sont à notre sens à replacer dans une histoire personnelle au cours de laquelle des drames familiaux tiennent une place essentielle17. Les modalités de cette générosité empruntent la voie classique de la philanthropie mobilisant les réseaux sociaux et politiques et celle plus inhabituelle de l’art, en l’espèce de la peinture et d’une disposition artistique que le jeune bachelier de 1882 avait dû délaisser. Cette combinaison des formes s’exerce à plusieurs reprises et constitue un élément original du fief politique établi par Étienne Clémentel.

  • 18 Arch. dép. Puy-de-Dôme, fonds Clémentel 5 J 3, liste des acheteurs et prix des lots. Parmi les 167 (...)
  • 19 Voir G. Rousseau et C. Druelle-Korn, op. cit. Clémentel a été en particulier très lié au peintre C (...)
  • 20 Clémentel a réorganisé le Commerce extérieur et a longuement présidé l’Office national du commerce (...)
  • 21 Notre-Dame-du-Mathuret est une église gothique appartenant au patrimoine historique de Riom. Cléme (...)
  • 22 Arch. dép. Puy-de-Dôme, fonds Clémentel 5 J 3. Note de 7 pages, été 1931.

19L’hôpital-hospice de Riom a, à l’instar de toutes les structures de soin, été mobilisé au cours du premier conflit mondial. Dans les années qui suivent, les dépenses occasionnées pendant les années de guerre menacent financièrement la survie de l’hôpital. En 1926, Clémentel aidé de son épouse, décident de mobiliser amis et relations industrielles afin d’organiser une vente de charité au profit de l’hôpital. Insolite pour un élu, Étienne Clémentel complète le rassemblement des fonds de charité du produit de la vente de ses propres peintures. Présentés dans un catalogue introduit par le poète et écrivain Edmond Haraucourt (1856-1941) les œuvres sont exposées à la Galerie Bernheim Jeune à Paris. Vendus en deux jours, les tableaux rapportent la somme de 240 000 francs, on dispose de la liste des acheteurs, parmi lesquels se retrouvent nombre d’amis, relations, hommes politiques et collaborateurs18. C’est ici un autre aspect de la personnalité de Clémentel qu’il convient de présenter. Étudiant, ses goûts le portaient davantage vers les arts, la poésie et la littérature que vers le droit. On le voit fréquenter les Beaux-Arts de Clermont-Ferrand, présenter les œuvres d’Ibsen, fréquenter des salons littéraires, se lier à des peintres et des sculpteurs, se mettre lui-même à peindre avec un certain talent dans un style post-impressionniste19. À deux autres reprises le peintre Clémentel met son penchant artistique au service de ses administrés. En participant personnellement à la décoration de la salle des mariages de sa mairie, acte symbolique s’il en est, puis à l’issue de sa convalescence suite à son accident de 1930, après qu’il eut réappris à écrire et à peindre de la main gauche. Les tableaux réalisés à cette période ont été exposés à bord du bateau Le Cuba au cours d’une traversée dans les pays du Nord destinée aux 300 conseillers du Commerce extérieur20. La vente procure la somme de 15 000 francs que Clémentel décide de partager à hauteur de 8 000 francs destinés aux fonds de concours demandés à la municipalité par l’administration pour participer à la réfection de l’autel qui doit accueillir La Vierge à l’oiseau de l’église du Mathuret à Riom21 et 7 000 francs affectés à la maternité de Riom22.

20Ces circonstances donnent à penser que Clémentel, peintre amateur, trouve dans ces trois occasions la reconnaissance artistique à laquelle il aspire et qu’elles lui permettent de donner à voir sous leur forme à la fois picturale et matérielle, les bienfaits dont il est en mesure de faire bénéficier ses administrés. Un autre point est à considérer, le fait que le public et les potentiels acquéreurs auxquels il s’adresse sont en premier lieu constitués par les connaissances politiques, les collaborateurs, les réseaux économiques et sociaux que le député-sénateur-ministre a rencontrés, avec lesquels il a été amené à travailler, voire qu’il a recrutés. Entre ce vendeur particulier et les acquéreurs, les liens amicaux, la reconnaissance et la gratitude, la participation à une action charitable, l’évaluation positive des œuvres présentées, paraissent inextricablement se mêler pour rendre compte de cette forme originale d’évergétisme pratiquée par Clémentel.

  • 23 Sur l’importance de ces visites présidentielles, voir M. Bernard, « L’autocélébration des élites l (...)

21Le dévouement de l’élu se déploie à plusieurs reprises dans l’entre-deux-guerres, les deux actions les plus marquantes se situent dans le domaine des soins à apporter aux populations. Les sommes recueillies et destinées à l’hôpital de Riom permettent la survie de la structure puis son extension. Au cours des années 1926 à 1932, les époux Clémentel parviennent à recueillir plus d’un million de francs qui sert à la réalisation d’un service de radiologie et d’un pavillon chirurgical. Ces fonds proviennent pour moitié d’actions charitables organisées par les époux Clémentel et pour moitié d’aides publiques émanant principalement de l’État. En 1934, ce sont encore 300 000 francs qui ont été rassemblés permettant l’ouverture d’une maternité que le président Albert Lebrun23 vient inaugurer fin juillet 1934, en même temps que le sanatorium dont Clémentel a financé la construction.

22Ce second établissement constitue sans doute l’œuvre régionale la plus importante des dernières années de la vie de Clémentel. Très éprouvé par la disparition de son enfant décédé de la tuberculose, le président du conseil général expose à partir de 1927 à l’assemblée départementale, son projet de réalisation d’un centre de soin dont il se charge d’assurer la construction par le recours à la générosité de donateurs. Ce sont d’abord 3 puis 4 millions qu’il s’agit de se procurer. Parmi les noms cités on retrouve ceux qui ont déjà répondu aux appels de Clémentel et des industriels importants de la région, au premier rang desquels Bergougnan et Michelin. La somme nécessaire est atteinte et dépassée en 1929. Les municipalités du département ont aussi apporté leurs contributions volontaires. Les ravages de la tuberculose sont connus, le projet de l’élu a sans doute dû rencontrer un écho favorable au sein d’une assemblée départementale qui compte 17 médecins en 1931. C’est la petite station climatique d’Enval à proximité de Chatel-Guyon, qui a été choisie pour la construction d’un sanatorium de 200 places, inauguré en 1934. Jusqu’à ce jour le nom de ce centre de soin rappelle l’action d’Étienne Clémentel.

*

23Rétrospectivement se dégage une grande continuité dans le processus de territorialisation du fief auvergnat d’Étienne Clémentel. S’y conjuguent : ancrage local, connaissance intime de tous les aspects économiques, politiques, culturels d’une région ; géographie des actions ne délaissant ni la plaine de la Limagne ni la montagne ; évergétisme au sens noble du terme que l’on peut lire comme une forme d’action apolitique et non partisane destinée à la seule amélioration du sort des habitants qui a cependant des conséquences de type politique, difficiles à mesurer.

24Bien des aspects de la constitution du territoire politique d’Étienne Clémentel mériteraient encore d’être précisés et explorés. Il est aussi l’homme d’une forme de bastion en Puy-de-Dôme, organisé autour d’un type de radicalisme à la fois modéré et ancré à gauche qui ne lui survit que partiellement.

25Clémentel est resté discret sur de nombreux aspects de sa vie politique et personnelle, les écrits privés sont rares, tous comme les écrits directement politiques ou encore les consignes qu’il aurait pu donner. C’est ainsi tout un monde de relations immédiates et d’interdépendances entre acteurs politiques et économiques, entre un homme politique et ses administrés qui échappe à l’observation de l’historien et que l’on devine dans une longévité et une carrière politique qui sans être exceptionnelles sont marquantes.

Notes

1 C. Druelle-Korn, Un laboratoire réformateur, le Département du Commerce en France et aux États-Unis, de la Grande Guerre aux Années Vingt, thèse d’histoire, sous la direction de Serge Berstein, IEP Paris, 2004.

2 Notre étude s’appuie en particulier sur le fonds Clémentel (5 J) déposé aux Archives départementales du Puy-de-Dôme. Il est composé de 114 cotes inégalement riches et complètes sur les mandats locaux et nationaux. Voir en particulier 5 J 1-2 : Mairie de Riom 1904-1936, 5 J 3-10 : président du conseil général 1911-1935, 5 J 11-18 : député, 5 J1 9-23 : sénateur.

3 Voir G. Rousseau, Étienne Clémentel (1864-1936), Conseil général du Puy-de-Dôme, Archives départementales, 1998. L’ouvrage réalisé à partir du fonds Clémentel offre une synthèse biographique précieuse. Les papiers Clémentel conservent peu d’écrits autobiographiques et certains aspects de sa jeunesse demeurent incertains. Plusieurs conversations avec les filles d’Étienne Clémentel, Mesdames Barrelet-Clémentel et Arizzoli-Clémentel ne nous ont pas permis de préciser davantage les éléments ayant trait à son entrée en politique ou à son installation comme notaire à Riom.

4 Magistrat, natif de Riom, Hyppolyte Gomot (1837-1927) est élu député (1881-1889) puis sénateur (1891-1927) du Puy-de-Dôme. Inscrit à l’Union républicaine, il est brièvement ministre de l’Agriculture du cabinet H. Brisson en 1885. Il est membre de plusieurs commissions importantes. L’homme est influent en Auvergne.

5 La liste associe des notables radicaux, des personnalités venues de l’agriculture et des anciens combattants ainsi que le modéré Jacques Bardoux.

6 Société créée en 1884 et dirigée par l’avocat Félix Dumoulin, Clémentel en devient le secrétaire en 1887.

7 Clémentel rapporte dès 1902 le budget de la Justice, ce n’est que le premier d’une longue série. À la veille de la Grande Guerre, devenu vice-président de la Chambre, il rapporte le budget de la nation. Soucieux de faire comprendre l’impôt et le budget aux citoyens, il publie plusieurs textes destinés au grand public dont en février 1904 un long article intitulé « Budget pour tous » publié dans la Grande Revue.

8 Arch. dép. Puy-de-Dôme, 5 J 11 : tiré à part du discours de Clémentel au congrès de la Fédération, 10 avril 1910, Imprimerie G. Mont-Louis, p. 35 et suiv.

9 Arch. dép. Puy-de-Dôme, 5 J 3 : discours manuscrit de 20 pages à l’occasion des élections municipales de 1929.

10 Arch. dép. Puy-de-Dôme 5 J 1 et 2, voir en particulier les comptes rendus de l’œuvre municipale. Pour plus de détails voir les archives municipales de Riom.

11 Voir l’article de S. Cornil-Frerrot, « Les Radicaux du Puy-de-Dôme dans l’entre-deux-guerres », dans Siècles, Engagements politiques, Clermont-Ferrand, Presses de l’université Blaise-Pascal, no 11/2000. Malheureusement les données manquent pour apprécier précisément l’étendue et le rôle des comités.

12 Médecin obstétricien de formation, médecin de bataillon durant la bataille de la Marne et décoré de la Croix de Guerre, Raymond Grasset dirige l’hôpital de Riom pendant de nombreuses années. C’est une personnalité importante du mouvement ancien combattant. Très proche de Clémentel jusqu’au milieu des années 1930, il se lie ensuite à Pierre Laval. Président départemental de la Légion française des combattants en octobre 1942, il devient secrétaire d’État à la Santé et à la Famille à partir du 18 avril 1942 puis ministre de la Santé jusqu’en août 1944.

13 Voir le fonds Clémentel et la recension très utile de R. Reynaud, Chronique historique du Conseil général du Puy-de-Dôme, t. I : 1900-1920, t. II : 1921-1944, t. III : 1945-1994, sans éditeur, imprimé en 1990 sur les Presses de l’imprimerie du conseil général du Puy-de-Dôme.

14 Id., p. 346, session du 21 août au 1er septembre 1911.

15 Voir P. Caillot, Bibliographie de la presse française politique et d’information générale des origines à 1944, 63-Puy-de-Dôme, Paris, Bibliothèque Nationale, 1991. Deux quotidiens dominent la presse du Puy-de-Dôme, Le Moniteur dirigé par Mont-Louis allié de Clémentel, et à droite l’Avenir. En octobre 1919, le paysage de la presse se modifie avec la parution du quotidien socialiste La Montagne fondé par Alexandre Varenne. Le journal se situe dans l’aile modérée et antibolchévique du parti. En termes de tirages Le Moniteur tire à cette époque à 50 000 exemplaires, L’Avenir à 30 000 et La Montagne à 12 000. En 1927, Pierre Laval acquiert 90 % des actions du Moniteur, le déplacement vers la droite de la ligne éditoriale est particulièrement sensible au début des années 1930, au grand dam de Clémentel. La rupture entre les deux hommes est dès lors consommée et manifeste lors des sénatoriales de 1935.

16 R. Reynaud, t. II, op. cit.

17 Le décès de sa première épouse en 1896 laisse Clémentel seul avec trois jeunes enfants, sa fille aînée meurt en 1925.

18 Arch. dép. Puy-de-Dôme, fonds Clémentel 5 J 3, liste des acheteurs et prix des lots. Parmi les 167 tableaux achetés on relève les noms d’Alexis Charmeil, Bergougnan, du Baron Empain, Julien Potin, André Citroën, la Confédération de l’artisanat, etc.

19 Voir G. Rousseau et C. Druelle-Korn, op. cit. Clémentel a été en particulier très lié au peintre Claude Monet, aux sculpteurs Bourdelle et Rodin dont il fut l’exécuteur testamentaire. La collection photographique de Clémentel a été donnée au musée d’Orsay où elle peut être consultée.

20 Clémentel a réorganisé le Commerce extérieur et a longuement présidé l’Office national du commerce extérieur.

21 Notre-Dame-du-Mathuret est une église gothique appartenant au patrimoine historique de Riom. Clémentel a fait classer la statue de la Vierge à l’Oiseau. Initialement installée sur le portail, l’œuvre est copiée et l’original transféré dans la chapelle Saint-Jacques qu’il a fallu pour l’occasion restaurer. Le sénateur-maire parvient à faire classer plusieurs monuments et églises de la ville et du département. L’inscription permet une valorisation touristique des lieux et d’assurer la participation financière de l’État à l’entretien et aux réparations.

22 Arch. dép. Puy-de-Dôme, fonds Clémentel 5 J 3. Note de 7 pages, été 1931.

23 Sur l’importance de ces visites présidentielles, voir M. Bernard, « L’autocélébration des élites locales lors des voyages officiels des chefs d’État et de gouvernement sous la IIIe République : l’exemple du Puy-de-Dôme », dans M. Cébeillac-Gervasoni et al., Autocélébration des élites locales, Clermont-Ferrand, Presses de l’université Blaise-Pascal, 2004.

Auteur

Maître de conférences en histoire contemporaine à l’université de Limoges, CRIHAM (EA 4270)

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540