Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Terres d’élections

 | 
François Dubasque
, 
Eric Kocher-Marboeuf

Quatrième partie. Le poids des permanences : itinéraires individuels

Présentation

Texte intégral

1À travers les logiques constitutives de fief et leurs conséquences, c’est plus largement la question de la personnalisation des différents vecteurs de pouvoir dans un territoire électoral qui est ici posée. Les Bardoux-Giscard d’Estaing, enracinés dans le Puy-de-Dôme, offrent ainsi, avec quelques nuances, un modèle classique de lignée de notables républicains. La transmission héréditaire intrafamiliale constitue sans nul doute le modèle le plus abouti de la formation de dynasties politiques.

2Encore convient-il de ne pas perdre de vue l’existence d’autres modes de transmission. De la capacité de l’élu à intégrer des réseaux dépend la puissance des solidarités à son égard qui sont autant de points d’appui électoraux. C’est grâce à ses réseaux, ses relais locaux et son entourage que l’élu enracine durablement son pouvoir, comme l’illustre la carrière d’un Étienne Clémentel entre responsabilités locales, nationales et internationales. Le cas d’Alexandre Ribot, qui gravit tous les échelons du cursus honorum jusqu’aux plus hautes fonctions de l’État, vient d’ailleurs opportunément rappeler que la transmission de son fief à un héritier n’est pas automatique.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540