Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Terres d’élections

 | 
François Dubasque
, 
Eric Kocher-Marboeuf

Troisième partie. Le poids des permanences : ancrages géographiques

Stratégies partisanes, ambitions et parcours individuels : les vicissitudes des conservateurs périgourdins au début de la IIIe République

Thierry Truel

Texte intégral

1Perçu comme un élément modernisateur pour un département rural, le bonapartisme est resté longtemps une force politique majeure en Dordogne. L’historiographie traditionnelle s’est toujours attachée à montrer la filiation entre l’idéologie impériale et le radical-socialisme des années 1930 sur une terre dans laquelle il convient de rassurer la pléthore de petits propriétaires terriens. Ainsi, la longévité et la permanence des idées impériales, malgré l’avancée irrémédiable de la république en Périgord, frappe d’autant que l’union des conservateurs n’a été couronnée de succès que lorsque le parti bonapartiste en a été l’initiateur. C’est le même caractère fédérateur qu’on identifie pour les victoires électorales du radical-socialisme dans l’entre-deux-guerres. Ainsi, l’unité de la droite autant que celle de la gauche s’est toujours évaluée en Dordogne comme la domination d’une force sur les autres. Mais peut-on pour autant considérer le département périgourdin comme un bastion de l’idéologie impérialiste ?

  • 1 Il n’est pas rare de rencontrer un ou deux candidats conservateurs sur le même siège électif.

2L’étude de l’organisation partisane, des réseaux locaux et des aléas de son organisation n’a jamais été vraiment réalisée. Les archives laissées par les principaux ténors départementaux permettent d’éclaircir la vie quotidienne du parti. Le premier enseignement est l’extrême division sur les choix stratégiques portés par les uns et les autres qui doivent conduire, au final, à la restauration dynastique. Face aux doutes, aux oppositions, aux ambitions personnelles, la cause est toujours évoquée, rêvée mais jamais réalisée. De même, la vocation naturelle qui porte le parti bonapartiste à fédérer tous les conservateurs, agace les autres forces qui ne peuvent, cependant, que se soumettre à cette évidence périgourdine1.

3C’est donc bien la question de l’unité de ces forces hétéroclites qui est posée, et par conséquent, la fragilité des alliances de circonstance qui souligne la faiblesse des bastions conservateurs.

  • 2 Ainsi, par exemple, nous pouvons citer Philippe Daussel, légitimiste convaincu, député puis sénateu (...)
  • 3 Oscar Marie François Bardi de Fourtou est élu député en février 1871 et devient, alors qu’il n’a pa (...)

4Pourtant, le Périgord ne manque pas de figures politiques de premier plan, au destin national. À l’aune de la prestigieuse carrière du « grand argentier » du Second Empire, Pierre Magne, les débuts de la IIIe République sont l’instant où une nouvelle génération de notables accède au pouvoir départemental2 et, pour quelques-uns d’entre eux, se voit ouvrir les portes du gouvernement français. Oscar Bardi de Fourtou, alors jeune avocat et ancien maire de Ribérac, se fait très vite remarquer par Thiers puis par Mac Mahon pour ses qualités d’homme d’État et administrateur rigoureux des affaires publiques3.

5Le cadre chronologique de cette étude correspond alors à l’apogée de la droite conservatrice dans le département, c’est-à-dire jusqu’au milieu des années 1880. Les législatives de mars 1885 marquent le coup d’arrêt et bientôt le reflux de ces forces du passé qui, tel le chant du cygne, connaissent leur éphémère heure de gloire lors de l’épisode Boulanger.

6Enfin, il s’agit donc, dans cette étude, d’analyser l’impact spatial des forces conservatrices lors des principales consultations électorales, de dégager les principaux traits de cette géographie politique et d’en mesurer l’évolution sur la période considérée. Puis, grâce à ces analyses, il faut caractériser les positions électorales d’une droite périgourdine si hétéroclite et apporter quelques éclairages sur l’édification d’un bastion conservateur en Périgord.

Les conquêtes électorales : de la surprenante victoire à l’équilibre des forces au niveau départemental

Le temps des conquêtes : l’année 1871

7Le succès aussi total qu’inattendu des conservateurs périgourdins en février 1871 conditionne le paysage politique du département au début du régime. Rien ne dispose les forces conservatrices, en pleine débâcle militaire, à remporter un scrutin précipité. Pourtant, au soir des résultats, ils parviennent à gagner les dix sièges à l’Assemblée nationale. Même si certains évoluent vers le centre gauche et se rallient à la jeune République, les dix candidats font campagne sous la bannière du conservatisme libéral, incarnant l’espoir d’une paix immédiate et définitive. Le bellicisme de la liste républicaine, composée principalement de quarante-huitards est un sérieux handicap qui empêche des personnalités pourtant populaires comme Marc Dufraisse ou Montagut ou encore Dulac de revenir présider aux destinées du Périgord. Un héros militaire, le colonel de Chadois, des légitimistes très implantés en terre périgourdine (P. Daussel, L. Carbonnier de Marzac) côtoient une nouvelle génération de notables locaux non dépourvus de qualités et d’ambitions (Fourtou, Delpit) et acceptent de coucher sur leur liste le nom du libérateur du territoire, Adolphe Thiers.

  • 4 Les données électorales ont été prises dans P. Lacoste, Les républicains en Dordogne de 1870 à 1877 (...)
  • 5 Cette analyse se veut le prolongement de l’explication avancée par M. Giry, Le bonapartisme en Dord (...)
  • 6 Ces informations sont extraites de l’ouvrage publié par le Centre aquitain de recherches en histoir (...)

8La carte suivante essaie, au-delà des résultats électoraux4 d’évaluer la constitution de fiefs conservateurs et républicains aux premières heures du nouveau régime. Pour la lisibilité de celle-ci, il a été retenu les résultats en pourcentage des républicains (aplats de couleur) et les scores obtenus par trois personnalités de la liste conservatrice : une figure nationale (A. Thiers), une figure départementale monarchiste, P. Daussel et un héros de la guerre 1870, le colonel de Chadois, chef des mobiles de la Dordogne5. Les républicains ne parviennent qu’à se maintenir très honorablement dans le Sarladais (cantons de Sarlat, Domme, Saint-Cyprien) et les limites du Bergeracois (canton de Sainte-Alvère). De même, les principaux pôles urbains leur offrent la majorité de leurs suffrages (Périgueux et Bergerac principalement). À l’inverse, les conservateurs ont réussi de très belles conquêtes. Ce succès est avant tout celui du colonel de Chadois arrivé en tête dans trente et un cantons sur quarante-sept, dans le Bergeracois où il est installé, mais aussi dans les vallées de l’Isle et la Dronne ainsi que dans l’est du département. Cette conquête est largement due à sa grande popularité périgourdine qui lui permet d’enlever quelques mois après le canton de Sigoulès, qui devient alors son fief électoral pendant neuf ans. À l’occasion des élections de 1875, il est élu avec 348 voix au troisième tour sénateur de la Dordogne, mandat qu’il garde jusqu’à sa mort en 19006. Adolphe Thiers, élu dans quatre-vingt-six départements, n’obtient pas toute la confiance du département périgourdin et son nom ne suscite pas la majorité des suffrages exprimés dans la vallée de l’Isle, le Sarladais. Cependant, les cantons qui ont voté assez massivement pour les républicains, ont confié une partie de leurs suffrages au futur chef du gouvernement : le nord-ouest du département (Jumilhac le Grand, Lanouaille, Hautefort, Excideuil) ainsi que les principales villes (Périgueux, Bergerac, Sarlat).

  • 7 Philippe Daussel est vice président du conseil général et conseiller général de Saint-Pierre-de-Chi (...)
  • 8 Cantons de Thenon, Montignac, Vergt, Le Bugue.

9La seconde carte met en parallèle les résultats d’Oscar de Fourtou et de Philippe Daussel, le premier conservateur libéral et le second légitimiste. La candidature Daussel peut être le marqueur du vote légitimiste, d’autant qu’il s’agit là d’une figure majeure du paysage politique périgourdin7. Les plus importants suffrages sont remportés dans sa terre d’élection, Saint-Pierre-de-Chignac et aux alentours8. Par contre, il ne fait pas le plein de voix dans la couronne de la capitale périgourdine et dans le Bergeracois. Il ne peut résister à la forte implantation républicaine du Sarladais. L’ancien maire de Ribérac, avocat reconnu, Oscar de Fourtou est davantage plébiscité dans son arrondissement puisque son canton natal, Verteillac, Saint-Aulaye, Mareuil l’ont placé parmi les premiers de la liste. Il est à noter qu’il réalise à Ribérac un aussi bon score que les républicains, ce qui montre la complexité des situations à l’échelle cantonale et communale, remettant en cause la légitimité du mode de scrutin adopté pour cette législative.

10Ainsi, s’esquissent des zones d’influence, véritables cercles de notabilité à l’échelle cantonale. La reconnaissance sociale des élites locales a été déterminante dans le choix des électeurs. Les personnalités comme Fourtou ou Daussel ont très rapidement convaincu les concitoyens qui les connaissent déjà alors que la candidature Thiers s’est révélée être plus nationale et par conséquent moins ancrée dans le paysage politique périgourdin. L’exception de ce scrutin reste le colonel de Chadois qui bénéficie de ses récents exploits militaires et qui obtient les résultats les plus estimables de tous les candidats de la liste.

Terres d’élection et terres de mission : 1876-1877

11Les cartes suivantes doivent affiner les premières tendances constatées pour le scrutin de 1871. Les législatives de février 1876 sont précédées d’un scrutin sénatorial qui a été en Dordogne très dommageable pour l’unité de la cause conservatrice périgourdine. Même si l’élection était acquise, le climat de la campagne a laissé des traces durables dans le mouvement et les conservateurs abordent le deuxième scrutin avec difficultés et divisés. Le résultat est inquiétant puisque, si les conservateurs parviennent à sauver les sièges de Ribérac, Sarlat, Périgueux et la seconde circonscription de Bergerac, leurs opposants emportent deux circonscriptions : la première de Bergerac (Garrigat) et celle de Nontron (Dusolier). L’enracinement des conservateurs n’est donc pas aussi assuré et les acquis territoriaux du début de la décennie doivent être renforcés et retravaillés. Pour l’heure, bonapartistes et légitimistes peuvent compter sur les cantons de Villefranche-de-Lonchapt, Domme, Carlux, Salignac, Montignac, Saint-Pierre-de-Chignac, Excideuil et ceux du nord-ouest du département : Saint-Aulaye, Verteillac, Montagrier et dans une moindre mesure, Ribérac, Mareuil, Champagnac-de-Belair. Le sud du Bergeracois est aussi sensible aux thèses conservatrices mais semble être mis à l’écart par un ensemble de fiefs républicains, organisés autour de la vallée de la Dordogne. Le canton le plus réticent reste celui de Brantôme.

  • 9 Le canton de Périgueux a plus voté pour le candidat conservateur qu’en février 1876.
  • 10 Pour plus d’informations, voir T. Truel, Oscar Bardi de Fourtou (1836-1897) : un ministre contre la (...)

12Les résultats des élections de la crise du Seize-Mai offrent une physionomie assez similaire, à quelques nuances près. Si les résistances républicaines tiennent d’une main de fer le Bergeracois, elles parviennent aussi à enlever à leur opposant les cantons d’Excideuil et d’Hautefort. Le Ribéracois et le Sarladais nord restent fidèles aux conservateurs qui parviennent à améliorer leur score dans l’agglomération de Périgueux9. Ces scores peuvent paraître décevants malgré les efforts réalisés par l’administration du ministre de l’Intérieur Fourtou, candidat à sa propre réélection10.

13Avec l’analyse des deux scrutins apparaissent les terres d’élection des conservateurs ainsi que les terres de mission. Ainsi, les lignes de force demeurent la partie ouest du département correspondant à la circonscription de Ribérac et l’est de la Dordogne (Saint-Pierre-de-Chignac, Salignac, Montignac, Thenon, Carlux, Villefranche-de-Belves). La vallée de la Dordogne et le Nontronnais sont beaucoup plus réticents aux thèses conservatrices. Enfin, la capitale périgourdine, terre de mission pour un électorat à majorité républicain, semble se laisser séduire par les arguments de la droite.

Vers l’équilibre des forces ou de la fragilité des conquêtes territoriales

14La crise du Seize-Mai ne redistribue pas intégralement les cartes. Malgré les invalidations dont sont victimes Fourtou et Sarlande, la majorité des sièges reste entre les mains de la droite périgourdine. Des événements internes conduisent à une redistribution des mandats nationaux. Avec la mort de Pierre Magne (1879), les portes du Sénat s’ouvrent à deux piliers conservateurs en 1880 : Oscar de Fourtou et Alexandre de Bosredon, député du Sarladais. À Ribérac, l’avocat bonapartiste Lanauve remplace l’ancien ministre du Seize-Mai mais à Sarlat, le départ annoncé du député bonapartiste laisse le champ libre à son opposant républicain Roger qui l’emporte largement sur le conservateur Sorbier, lors de la législative partielle. Cette défaite de la droite marque le début de désillusions conservatrices.

15La carte suivante fait la synthèse du nouveau rapport des forces entre la droite et la gauche en Périgord. Les élections générales de 1881 apportent une nouvelle répartition des lignes de force conservatrices. Les résultats sont mauvais : les circonscriptions de Ribérac, Nontron, et la seconde de Sarlat sont perdues. Dans la seconde de Périgueux et la première de Sarlat, aucun candidat conservateur n’a pu être désigné, ce qui fait le jeu des républicains Chavoix et Roger, élus dès le premier tour. À Bergerac, l’unité conservatrice a volé en éclat puisque de Courcy représente les bonapartistes et de Lapanouse les légitimistes. Face à cette division, le républicain Garrigat est donc confortablement élu (plus de 9 000 voix). C’est à Ribérac que la lutte fut plus acharnée avec le duel Brugère-Lanauve qui tourne à l’avantage du premier à quelques centaines de voix près (8 154 contre 8 102). C’est cette dernière circonscription qui mérite une analyse plus détaillée car elle était devenue au fil des consultations électorales des années 1870 la terre privilégiée des meilleurs résultats conservateurs.

16Si le canton de Saint-Aulaye vote massivement pour Lanauve (72,6 % de suffrages), les autres sont beaucoup plus réticents. Verteillac et Montagrier offrent péniblement la majorité de leurs voix au conservateur alors que la vallée de l’Isle poursuit son processus de « déconservatisation », Montpon basculant définitivement dans le camp adversaire, plébiscitant le maire du chef-lieu, Brugère. Ces élections ont été le duel entre les deux conseillers généraux de l’arrondissement, ce qui explique les bons scores de Brugère à Montpon et Lanauve à Saint-Aulaye. Ainsi, l’implantation locale est bonne et la faiblesse de l’écart entre les deux candidats est certainement liée à leur notoriété immédiate.

17Sur la carte se trouve la répartition des communes (en 1880) et des délégués conservateurs (en 1884) pour chaque circonscription. Cette information permet de nuancer l’état de l’implantation à une échelle plus réduite. En effet, si la majorité des communes des cantons de Saint-Aulaye et Mareuil constituent des pôles du conservatisme, les autres cantons font plus figure d’hinterland, même s’il faut noter une certaine augmentation numérique du contingent conservateur dans cet arrondissement. Au niveau départemental, les cantons de Saint-Astier, Issigeac, Saint-Pierre-de-Chignac et Domme concentrent une majorité de partisans de la cause dynastique alors que les résultats de 1881 ne donnent pas tous des résultats satisfaisants aux conservateurs. Cette constatation s’explique par l’ancienne et durable implantation de personnalités locales de premier plan. Ces cantons ne sontils pas les fiefs de Marechal (Saint-Astier), Delpit (Issigeac), Daussel (Saint-Pierre-de-Chignac) et Taillefer (Domme) ?

  • 11 Pour une première analyse, voir M. Giry, op. cit., p. 45-67.
  • 12 M. Giry, op. cit., p. 92-93 ; T. Truel, op. cit., p. 641-644.
  • 13 Pour plus d’informations sur cette lutte fratricide, il convient de se reporter à l’ouvrage de L. d (...)

18Le changement de mode de scrutin pour les législatives de 1885 porte préjudice aux conservateurs qui tentent de rassembler la plus large coalition possible. Les légitimistes, bonapartistes, conservateurs libéraux et partisans de l’autoritarisme doivent soutenir la liste composée des plus importantes personnalités du département : Fourtou, Taillefer, de Bosredon, Thirion-Montauban, de La Panouse, de Lestrade ; Maillard-Lafaye et Lagrange11. Avec l’échec aux législatives, c’est l’union conservatrice qui vole en éclats. La création du Comité central impérialiste et la campagne de presse de la feuille bonapartiste, L’Écho de la Dordogne pour l’union de tous les bonapartistes mettent un terme définitif à tout espoir d’union conservatrice12. Cette situation annonce la guerre que vont se livrer les Victoriens et les Jéromistes dès l’année suivante13.

  • 14 Pour l’analyse des raisons de l’échec conservateur, voir T. Truel, op. cit., p. 602-612.

19Il serait assez précipité de parler de fiefs électoraux ou pire de bastions conservateurs pendant la période étudiée sans tenir compte d’un certain nombre d’observations constatées précédemment. En effet, le succès des premières élections a conforté le camp conservateur qu’il pourrait rebâtir, face aux exigences du suffrage universel, un département totalement acquis à la cause qu’ils défendent. Pourtant, les élections locales et les législatives de 1876-1877 semblent conforter leur bonne implantation et le succès qui leur est attaché. On peut, cependant, noter la fragilité de ces zones d’influence qui ne peuvent, en aucun cas, rayonner à l’échelle de la circonscription. Les résultats inquiétants de 1881 sont confirmés quatre ans plus tard puisqu’il n’y a plus aucun député conservateur au Palais-Bourbon14.

  • 15 Ainsi, P. Magne décède en 1879. O. Bardi de Fourtou et J.-B. Dupont de Bosredon sont élus en janvie (...)

20Afin d’affirmer qu’il existe bien des terres conservatrices en Périgord, il faut reconsidérer l’échelle et analyser l’échelon cantonal et communal. Ainsi la conquête du Palais-Bourbon nécessite la totale assurance d’être solidement installé dans son canton d’élection. L’impétrant ne peut que compter sur la mobilisation de ses réseaux locaux, constitués principalement des personnalités locales (maires, conseillers municipaux) mobilisables autant que la cohorte d’agents électoraux chargés de parcourir la circonscription à la recherche de la moindre voix. Ainsi, Saint-Aulaye, Verteillac, Saint-Pierre-de-Chignac, Issigeac, Salignac et Domme sont de véritables fiefs conservateurs, à grande majorité bonapartiste. Cependant, l’absence de grandes figures départementales (passage de la députation au Sénat, décès) ne permet pas d’assurer leur victoire. C’est pourquoi, s’il y a des fiefs conservateurs en Dordogne, ils sont réduits, fragilisés et surtout dépendants du destin national des grands barons du conservatisme périgourdin15.

  • 16 Même si la conquête des masses urbaines est beaucoup plus difficile à réaliser. Voir M. Giry, op. c (...)
  • 17 Voir A. Corbin, Le village des cannibales, Paris, Aubier, 1990.
  • 18 Voir C. Marache, Les métamorphoses du rural, l’exemple de la Double en Périgord 1830-1930, Paris, É (...)

21Peut-on considérer l’électorat conservateur comme versatile et peu enclin à de profondes et durables convictions ? Une rapide étude sociologique montre que le portrait-type du conservateur périgourdin serait un propriétaire terrien, engagé dans des affaires agricoles ou industrielles, plutôt vivant à la campagne mais possédant des relais et des intérêts en ville16. Il existe une dualité dans le conservatisme périgourdin qui est donc écartelé entre le bonapartisme populaire et le légitimisme aristocratique. Si la haine des nobles est assez répandue dans les campagnes périgourdines, la fidélité à la cause impériale est beaucoup plus importante car elle représente une garantie contre le retour à l’Ancien Régime et au système d’imposition injuste17. C’est la bourgeoisie rurale qui entretient ce sentiment de méfiance à l’égard de la république dans les campagnes tout en promettant l’accès de tous au progrès. C’est avec la même ardeur qu’elle s’engage dans un développement des transports et une politique de désenclavement des campagnes. Le chemin de fer devient alors source de modernisation et d’intérêt public18. Pourtant, la lente mais définitive conversion des masses paysannes à l’idée de république rassure les partisans du régime qui observent un progrès constant dans les consultations électorales, comme si Marianne parvenait à apprivoiser des masses apeurées par le régime.

22Ainsi, on ne peut évoquer seulement la difficile conquête électorale du pays légal sans prendre en considération d’autres formes d’influence et de présence dans des institutions qui ne revêtent pas toujours une forme partisane.

Des institutions politiques aux instances économiques et culturelles : l’implication conservatrice dans la vie locale

23Le conseil général, véritable bastion conservateur ?

Les institutions centrales verrouillées

  • 19 M. Giry, op. cit, p. 78-90.
  • 20 Archives privées Delpit, lettre de Martial Delpit adressée à sa cousine, du 28 février 1874.

24Les conservateurs dominent largement l’assemblée départementale pendant toute la période étudiée. Ils s’octroient pendant presque quinze ans les instances dirigeantes départementales, laissant peu de place à leurs adversaires. Sur quarante-sept cantons, trente-cinq sont contrôlés par les forces conservatrices19. Des personnages de premier plan sont élus comme Pierre Magne à Villefranche-de-Lonchapt, Daussel à Saint-Pierre-de-Chignac, Raynaud à Hautefort ou Marechal à Saint-Astier. C’est le « règne tout puissant » de Pierre Magne qui préside l’assemblée départementale sans interruption de 1852 jusqu’à sa mort, en 1879. Sa grande et longue carrière ministérielle lui a très vite conféré un respect et une autorité naturelle qui dépasse le cercle bonapartiste du département. Ses réseaux d’envergure nationale peuvent toujours rendre des services aux ambitieux politiques. Dans une lettre du 28 février 187420, le député monarchiste de Bergerac, Martial Delpit reconnaît l’influence omniprésente du président du conseil général : « Magne père est très précieux pour nous, il rend des services et avec son fils Alfred Magne qu’il a fait chef du personnel et qui est maître absolu de tout ce qui touche aux perceptions. » C’est en pensant au service qu’il pourrait rendre que tous envisagent de le ménager. Les vice-présidents sont aussi de grands notables, figures de prou de la droite comme le monarchiste Daussel (1871-1881) qui remplace Louis Mazerat (1879-1881), successeur éphémère de Magne, ou le conservateur Fourtou (1882-1883). Ainsi, c’est un savant mélange d’hommes solidement implantés dans leur canton et ayant une notoriété départementale (Daussel, Mazerat) avec d’autres qui ont aussi (sans être équivalent) un réseau de relations de portée nationale (Fourtou).

Président

Mandat

Couleur politique

Pierre Magne

1852-1879

Bonapartiste

Louis Mazerat

1879-1881

Monarchiste

Philippe Daussel

1882-1883

Monarchiste

Émile Roger

1883-1895

Républicain

Albert Theulier

1895-1901

Républicain

Vice-président

Philippe Daussel, Louis Mazerat

1871-1881

Monarchistes

O. Bardi de Fourtou

1882-1883

Conservateur

A. Garrigat, A. Dusolier

1884-1890

Républicains

A. Dusolier

1890-1894

Républicain

F. de la Batut

1895-1901

Républicain

25Cette hégémonie conservatrice s’explique en partie par la permanence du personnel politique entre le régime impérial et la jeune république. C’est pourquoi le cas Magne n’est pas exceptionnel et la majorité des conseillers généraux conservateurs ont déjà eu une première expérience sous l’Empire ou ont eu un père qui a occupé cette fonction. Dans le premier cas, nous pouvons citer Daussel qui reste trente-deux ans représentant du canton de Saint-Pierre-de-Chignac. Oswald Taillefer prend la suite de son père à Domme et Thirion-Mobtauban parvient à se faire élire à la suite de son beau-père, Pierre Magne à Villefranche-de-Lonchapt en 1879. Véritable phénomène dynastique, les conservateurs reçoivent ces fonctions comme une charge héréditaire, version moderne des offices d’Ancien Régime, à ceci près qu’ils doivent se soumettre régulièrement au suffrage universel qui n’hésite pas à remettre en cause cette hégémonie dès 1884. L’alternance politique est réalisée quand, après les cantonales, Émile Roger, républicain, accède au fauteuil de la présidence. Ce changement marque la fin d’une période de vassalisation totale de la droite au conseil général.

À la recherche de la sociabilité conservatrice

  • 21 Voir J. Kayser, La presse de province sous la Troisième République, Paris, Armand Colin, 1958.
  • 22 Voir T. Truel, op. cit., p. 261-264.
  • 23 Les divisions conservatrices ainsi que le contrôle de L’Écho par le gendre de Dupont, E. Laporte, c (...)

26La force de la droite périgourdine réside aussi dans le soutien qu’apporte la presse, véritable outil de propagande21. Tous l’ont bien compris et bien des conflits, des polémiques sont entretenues par voie de presse avec les adversaires mais aussi (et souvent) entre les différentes factions de la droite. La famille Dupont demeure de loin la plus puissante puisqu’elle possède le principal organe bonapartiste du département, L’Écho de Vésone puis de la Dordogne, qui sert largement la carrière politique des frères et de leurs amis mais qui, dans le même temps, défait bien des candidatures qui remettent en cause leur hégémonie sur le Périgord22. On peut véritablement parler d’un empire journalistique qui sait trouver tous les hommes d’influence et les soutenir au moment des consultations électorales. Plusieurs fois parlementaires, les Dupont appartiennent à l’élite bonapartiste périgourdine, côtoyant régulièrement Pierre et Alfred Magne ainsi qu’Oscar de Fourtou, les deux ministres périgourdins de ces débuts de République23.

27Les rédacteurs en chef de L’Écho, Eugène Massoubre puis Eugène Roux jouent aussi un rôle essentiel dans la vie politique périgourdine. Bien qu’ils ne briguent pas de mandat électif, ils sont au cœur des organisations de réunion, de mise en place de comités et animent activement l’Appel au peuple en Périgord. Toute carrière ne peut s’envisager sans leur soutien. Martial Delpit, à Bergerac, en fait les frais puisque, après un succès électoral en 1871, ne parvient pas à se faire soutenir par le sérail conservateur pour les sénatoriales de 1876. Ainsi, Massoubre et Roux sont des courroies de transmission entre les différentes factions bonapartistes du département, les lettres abondantes témoignant de l’intense activité journalistique et politique qui les anime. Massoubre est en contact permanent avec Philippe de Bosredon, frère du député de Sarlat et conseiller général, résidant très souvent pour les affaires à Paris. Leur relation épistolaire est bienveillante et de Bosredon apparaît comme une pièce maîtresse dans les décisions prises par la direction du journal. En novembre 1871, alors que le journal envisage de redévelopper une édition hebdomadaire, Massoubre demande son avis à de Bosredon qui s’empresse de le lui donner. Le rédacteur en chef de L’Écho joue aussi l’intermédiaire entre son patron, Paul Dupont et le conseiller général :

  • 24 Archives privées Bosredon, lettre de Massoubre adressée à de Bosredon le 19 novembre 1871.

« Je suis partisan depuis longtemps d’une édition hebdomadaire qui résumerait ou reprendrait les principaux articles publiés par L’Écho dans le courant de la semaine. La question a été entendue il y a une dizaine d’années une résolution avait été prise, elle fut même suivie d’exécution car deux numéros parurent sans y comprendre le numéro précédent. Les circonstances alors n’étaient pas favorables. Nous suspendions l’exécution du projet, sans y renoncer cependant. Les choses en sont restées là. Votre communication me détermine à soumettre de nouveau la question à M. Paul Dupont. Il est rentré à Paris depuis trois jours. Je suis persuadé qu’il aura l’honneur de vous voir à ce sujet24. »

  • 25 APB, lettre de Massoubre à de Bosredon du 28 novembre 1871.
  • 26 Ibid., lettre du 25 février 1873 de Pietri à de Bosredon.
  • 27 Ibid., lettre de Massoubre à de Bosredon du 5 octobre 1874.

28Quelques jours plus tard, l’idée d’une édition hebdomadaire semble acquise : « M. Paul Dupont n’est pas éloigné de prendre le projet d’une édition hebdomadaire de L’Écho, il fait quelques objections qu’il doit vous soumettre. Puisque vous voulez bien le voir à ce sujet, je vous fais connaître ses heures25. » Philippe de Bosredon, ancien secrétaire général au ministère de l’Intérieur sous l’Empire, a gardé des liens très étroits avec la famille impériale et leur secrétaire, Pietri. En 1873, il sert même d’intermédiaire entre l’impératrice et Massoubre pour la transmission de lettres à l’occasion de la mort de l’empereur. Pietri veut que le journal fasse toute la publicité sur cette transaction en Périgord26. On le comprend assez vite : les relations entre L’Écho et de Bosredon constituent un axe majeur des réseaux bonapartistes périgourdins. La moindre consultation électorale fait l’objet d’un échange d’informations entre les deux hommes. Pour le renouvellement des conseillers généraux en 1874, Massoubre mobilise de Bosredon pour le tenir au courant de l’évolution des campagnes des candidats bonapartistes du Sarladais27. Ainsi, l’activité politique et éditoriale de L’Écho est un élément constitutif du bastion du bonapartisme périgourdin. Mais cette rapide analyse ne dispense pas de poursuivre cette réflexion dans une histoire globale du journal et de la famille Dupont qui reste encore à écrire.

  • 28 Voir F. Saint-Martin, L’épiscopat de Monseigneur Dabert 1863-1901 : évêque de Périgueux et Sarlat, (...)
  • 29 F. Saint-Martin, op. cit., p. 89. L’auteur évoque le refroidissement de ces relations entre le prél (...)

29Des liens sont naturellement tissés entre le clergé et la droite périgourdine. Les instances épiscopales sont longtemps administrées par Mgr Dabert, évêque de Périgueux et de Sarlat de 1863 à 190128. Ses relations avec les élites politiques sont assez contrastées. Si l’évêque entretient de bonnes relations avec la famille Magne, il n’en est pas de même avec le ministre Fourtou dont les liens se sont tendus en 187429. Cependant, la majorité des prêtres soutiennent la cause d’une manière indéfectible. Ils ont l’occasion de l’exprimer lors de leur sermon dominical ou à la taverne du village. Les membres du clergé peuvent être des partisans actifs du conservatisme périgourdin mais ils ne sont pas les piliers de cette structure partisane qui s’exprime davantage dans les comités locaux. Loin du club considéré comme trop républicain, la culture politique des conservateurs passe par l’investissement des instances agricoles et culturelles.

  • 30 C. Marache, op. cit. p. 308-309.
  • 31 C. Marache, op. cit., p. 309.

30De grandes figures bonapartistes participent activement à la vie agricole du département. Animés d’une véritable passion ou par stratégie politique, ces hommes sont très pris par ces activités agricoles. Sur les seize parlementaires, onze sont propriétaires terriens. Parmi eux, cinq occupent des fonctions institutionnelles. Alexandre de Bosredon, avant de devenir le président de la Société d’agriculture de la Dordogne, est membre de la chambre consultative d’agriculture pour le canton de Terrasson. Meilhondon, conseiller général de Savignac, est aussi responsable de son canton pour la chambre. Marechal fait de même pour le canton de Saint-Astier, et Taillefer s’occupe de son canton de Domme avant de devenir le vice-président de la Société de 1888 à 1900. Le ministre Fourtou est aussi membre de la Société d’agriculture. Mais c’est Philippe Daussel qui s’est impliqué dans cette activité avec le plus de brio et d’efficacité puisqu’il adhère à la chambre en 1844, en devient le secrétaire pendant vingt-deux ans (1846-1868) avant d’en devenir le président de 1868 à sa mort, survenue en 1883. Corinne Marache note l’importance des conservateurs et souligne, malgré le nombre important d’adhérents (plus de six cent cinquante dans les années 1870), le caractère élitiste de l’assemblée30. On comprend alors tout l’intérêt pour ces hommes de s’y investir, même si le nombre de sociétaires baisse dangereusement dès 188231. L’hégémonie de la Société est remise en cause par la naissance d’une autre société concurrente, républicaine : la Société départementale d’encouragement à l’agriculture qui créé une nouvelle élite concurrente.

  • 32 Voir T. Truel, « Entre rat des villes et rat des champs, la construction d’une notabilité périgourd (...)
  • 33 C. Marache, op. cit., p. 310-312.
  • 34 C. Marache, op. cit., p. 316.
  • 35 Pour le premier, de 1881 à 1884 et le second de 1886 à 1900.

31L’appartenance à une institution comitiale n’est pas l’unique apanage des conservateurs mais être membre d’un comice permet de renforcer une influence locale fragile ou encore limitée. Tout homme public soucieux de maintenir et de renforcer son implantation locale ne peut s’affranchir d’une aide précieuse d’hommes dévoués et attentifs à ce que le candidat, une fois élu, puisse promouvoir l’agriculture de l’arrondissement. Sur la dizaine de parlementaires conservateurs de la période, deux élus appartiennent directement à un comice et de surcroît le même : Oscar de Fourtou et Émile Lanauve ; successivement présidents du comice de la Double de 1875 à 1897 et de 1903 à 1923. L’ancien député de Ribérac apparaît comme le conservateur qui a le plus cultivé cette activité comitiale32. Même si ses multiples activités l’empêchent de présider l’assemblée, il vient souvent lors de la fête pour le concours annuel et exprime toujours son enthousiasme à diriger ce comice. Corinne Marache remarque pour la Double que la création décalée des comices cantonaux dans l’arrondissement de Ribérac est due en partie à la structure sociale de chacun d’entre eux. En effet, elle souligne la forte présence des nobles dans le département mais aussi la rareté des hautes lignées particulièrement remarquable dans la vallée de l’Isle33, expliquant que les propriétés nobiliaires sont essentiellement constituées de forêts et de marais peu enclins à la modernisation agricole. Ne trouve-t-on pas dans lors de la création du comice d’Échourgnac en 1865 la présence des grandes figures conservatrices du département, le comte de Lavalette, le marquis de Fayolle ou Pierre Magne34 ? Le cas de la Société d’horticulture de la Dordogne est moins connu car cette association a laissé peu de traces dans les archives publiques. Elle est pourtant le lieu de concentration, à l’image de sa grande sœur agricole, d’hommes de droite parmi lesquels on trouve Philippe Daussel, président de la Société de 1867 à sa mort, en 1883, ou Marechal et Thirion-Montauban vice-présidents35.

  • 36 Compte rendu de la réunion constitutive publié dans le Bulletin de la Société Historique et Archéol (...)
  • 37 Voir T. Truel, « Écrire et agir : les hommes politiques historiens périgourdins au XIXe siècle », d (...)
  • 38 L’Écho de la Dordogne, 6 février 1874.
  • 39 Archives privées Bosredon, lettre d’E. Massoubre à P. de Bosredon, le 6 mars 1874. Ses archives tém (...)
  • 40 APB, lettre d’E. Massoubre à P. de Bosredon le 12 mars 1874.

32Enfin, les conservateurs périgourdins ont largement investi les sociétés savantes à l’instar de la Société historique et archéologique du Périgord. Mais peut-on considérer cette société savante comme un véritable élément constitutif du bastion conservateur ou un simple refuge culturel ? La séance constitutive de la nouvelle Société historique et archéologique du Périgord, le 1er mars 1874, réunit un « groupe d’hommes studieux36 » au domicile du docteur Galy, directeur du musée départemental. Installée le 27 mai 1874, la nouvelle société compte cent cinquante-cinq membres fondateurs. Le bureau est alors composé essentiellement d’hommes influents comme les politiques et les érudits locaux37. Les présidences d’honneur sont attribuées aux plus hautes personnalités conservatrices du département comme Magne et de Fourtou ainsi que la caution spirituelle de Mgr Dabert, évêque de Périgueux. La création de la Société s’inscrit dans un contexte largement influencé par les atermoiements des forces de droite. En effet, la mort de Napoléon III et l’espoir que suscite l’avènement du prince impérial fissure le front bonapartiste alors que les légitimistes restent désemparés et divisés après le refus du comte de Chambord d’adopter le drapeau tricolore. Ainsi, la réunion au sein d’une même communauté intellectuelle peut faire valoir une nouvelle occasion de se retrouver et d’échanger. L’initiative en revient au groupe bonapartiste, le plus dynamique, seul capable de faire activer ses réseaux politico-culturels. Début 1874, Eugène Massoubre, le secrétaire de la Société, directeur de L’Écho de la Dordogne, lance dans les colonnes de son quotidien l’idée de créer une telle société38. Quelques jours plus tard, il sollicite l’appui et l’intérêt de Philippe de Bosredon, principal relais bonapartiste dans le département39. Les bonapartistes sont en train de constituer un comité périgourdin de l’Appel au peuple40 pour éviter la constitution d’un nouveau ministère orléano-conservateur à Paris.

33Ainsi, il y a concordance entre la mise en activités d’une société savante et les agissements partisans qui cherchent à renforcer leur influence sur la vie politique périgourdine. Cette démarche montre aussi la capacité des bonapartistes à vassaliser une grande partie des instances économiques et culturelles du département et de s’en servir pour la propagande de leur cause. Le processus de vassalisation permet d’entretenir et d’étendre la zone d’influence du bonapartisme dans le département afin de mobiliser rapidement un maximum de personnes et d’institutions qui ont pignon sur rue.

Rivalités personnelles, choix partisans et luttes d’influence internes, l’exemple des élections sénatoriales de 1876

  • 41 ADD, PRE 48.

34Ce processus de vassalisation se heurte cependant aux ambitions personnelles des élus locaux. Parfois, c’est une véritable lutte qui s’engage entre les instances partisanes et les personnalités locales. L’année 1876 est marquée par des consultations électorales majeures en Périgord. La proximité des élections sénatoriales et législatives constitue un véritable défi à relever pour les conservateurs. En effet, les difficultés du ministère à maintenir la fragile coalition conservatrice et l’adoption in extremis des lois constitutionnelles inquiètent les forces de droite périgourdine. Les oppositions internes sont très vives et la lutte à l’investiture démarre dès l’automne 1875 pour le scrutin sénatorial. Le bras de fer est engagé entre les monarchistes légitimistes et les bonapartistes. Affichant une unité de façade, L’Écho de la Dordogne lance la campagne dans son numéro du 24 janvier 187641. Un article massacre la candidature de Martial Delpit, député sortant de Bergerac, accusé d’avoir porté la cause des républicains, puis de les avoir trahis et de s’être mis à dos les légitimistes qu’il aurait méprisés en 1848. La polémique est donc a son paroxysme d’autant que l’élu, de l’autre côté, mobilise ses réseaux parisiens pour contrer la candidature Dupont. Dans une lettre du 19 décembre 1875, il évoque les coulisses de la désignation qu’il conteste fermement :

« Je crois que j’empêcherai du moins le gouvernement de protéger et patronner la candidature de Dupont. Hier, le 18, le Conseil des ministres réuni sous la présidence du Maréchal a nommé cette candidature et si les partis présents favorisés par le garde des sceaux a repoussé le candidat comme indigne. Mais comme il y a des accommodements, on a chargé M. Buffet de négocier avec MM. Magne et de Fourtou le désistement de Dupont. Fourtou et Mazerat se défendent d’avoir accepté M. Dupont, ils laissent faire se tenant à l’écart certain avec le reste du peloton. Magne est engagé lui. Daussel, heureux d’être sur la liste, a tout avalé. Dupont est imposé par le comte Boudet, c’est le fils Magne qui a tout organisé. Daussel était si bien engagé que c’est lui qui a demandé une audience pour le fils de Dupont et introduit le dit Dupont fils régulièrement la candidature du père au ministre de l’Intérieur. »

35Ainsi, il se plaint des tractations dont il est finalement la victime, victime d’un condominium très serré de quelques barons conservateurs périgourdins. Les Magne mesurent ainsi leur capacité à faire la pluie et le beau temps sur la vie politique du département, au détriment de l’unité recherchée des conservateurs. Cette attitude ennuie Fourtou qui décide de jouer l’intermédiaire entre les barons et Delpit. Il ne parvient pas à le convaincre du bien fondé des choix opérés mais il échoue face à l’entêtement de son interlocuteur. La division est donc consommée. À la légitimité du choix des barons, Delpit oppose celle des suffrages locaux qu’il a recueillis auprès des notables :

« Ils [Dupont et Gibiat] ont entrepris leurs candidatures comme on entreprend une œuvre industrielle, ils voudraient l’imposer au département de la Dordogne comme une carte forcée parce que le Sénat paie depuis longtemps les journaux qui le servent. S’indigner contre des députés, des conseillers généraux au nombre de plus de 20, des conseillers d’arrondissement et des maires de chef-lieu de canton un nombre de plus de 40 qui n’ont pas accepté la carte forcée que voulaient leur imposer M. Dupont et Gibiat, passe encore mais ce qui est plus fort et ce que nous l’espérons va achever leur entreprise dans l’esprit des honnêtes gens, c’est l’alliance que viennent de conclure MM. Gibiat et Paul Dupont pour substituer leurs deux noms remis à ceux que le comité a choisi… »

  • 42 Archives privées Delpit, expression relevée dans la lettre de M. Delpit du mois de janvier 1876.

36Il les accuse ouvertement d’intimidation et de faire pression sur les plus hauts dirigeants de ce pays. Enfin, il condamne la candidature contre nature de deux hommes qui ont constitué alors une « société en commandite42 ».

  • 43 APB, lettre d’E. Rouher à Philippe de Bosredon, datée du 15 janvier 1876.
  • 44 APB, lettre d’E. Rouher à Philippe de Bosredon, datée du 18 janvier 1876.

37On mesure assez bien l’impasse dans laquelle les conservateurs périgourdins se sont laissés enfermés à l’approche du scrutin. Le chef de l’Appel au peuple, Eugène Rouher avertit Philippe de Bosredon afin qu’il puisse, sur place, permettre la tenue d’un seul comité souverain pour la désignation des candidats43. Il condamne l’inertie de M. Magne et surtout l’extrême cacophonie qui règne dans les rangs conservateurs. Le manque de discipline et l’absence générale de direction le conduisent à demander un changement radical et profond de noms pour le succès électoral44. En effet, il militerait plus pour que le comte Boudet fusse investit contre « ce méchant mulet de Delpit ». Alfred Magne, à son tour, cherche à trouver une solution qui barrerait la route à Dupont mais aussi celle de Delpit. Comme pour Rouher, la seule résolution possible est le recours à l’Appel au peuple, d’autant que la victoire est acquise.

38Le 30 janvier, les délégués sont appelés aux urnes. Deux tours de scrutin sont nécessaires pour élire officiellement les nouveaux sénateurs de la Dordogne. Les résultats ne laissent aucune chance à Delpit qui est largement devancé au premier tour et battu au second par… Dupont.

Votants

Exprimés

Majorité absolue

Premier tour

691

683

341

Magne Pierre
Daussel
Paul Dupont
Gibiat
Guibert
Limages
Montagu
Martial Delpit
De Constantin

470
343
230
207
190
187
196
178
103

Second tour

Daussel
Paul Dupont
Guibert
Montagu
Gibiat
Delpit

383
353
193
192
119
81

Résultats des élections sénatoriales du 30 janvier 1876 en Dordogne. Source : Arch. dép. Dordogne, 3 M 92.

39Les divisions internes profondes, les rivalités de personnes ont montré, à travers cet exemple des sénatoriales, que les conservateurs périgourdins ne sont pas unis, qu’ils manquent d’un véritable chef, à défaut d’un comité directeur capable d’imposer ses décisions à toutes les factions du mouvement. Beaucoup ont déploré l’inertie ou l’ambition déraisonnable des anciens ténors du bonapartisme (P. Magne ou P. Dupont), l’impossible conciliation des hommes coincés entre les turbulences de la vie politique parisienne et les turpitudes périgourdines (O. de Fourtou, P. de Bosredon) et les stratégies individuelles qui ne peuvent se concilier au nom de l’intérêt commun. La crise d’investiture prouve qu’il existe bien des liens très étroits entre les sphères parisiennes (E. Rouher) et les responsables locaux qui parviennent très difficilement à faire respecter une certaine discipline de corps, peut être victimes de la contingence des institutions locales. En effet, à chaque préparation d’élection, des comités se créent autour d’un nom, d’un groupe dont l’influence est reconnue au nouveau départemental.

*

40Les ténors conservateurs se sont imposés grâce à leur fief électoral mais aussi aux réseaux politico-économiques qu’ils ont constitué. La baronnisation de cette vie politique périgourdine s’est organisée autour d’une petite oligarchie qui a tenté de fédérer l’ensemble des forces conservatrices du département qui, comme des vassaux sur la terre des seigneurs, assurées de leurs protections et de leurs aides, leur doivent fidélité et obéissance absolue.

41Peut-on alors dire que la Dordogne soit le fief du conservatisme périgourdin au début du régime républicain ? L’ancrage de la droite dans le département est indéniable et beaucoup d’hommes politiques ont fait de belles carrières locales et/ou nationales. Cependant, la domination territoriale est progressivement et définitivement grignotée par les partisans du régime républicain qui partent à la conquête d’abord des terres qui sont plus réticentes à la cause conservatrice puis à l’assaut des forteresses bonapartistes, plus nombreuses et plus résistantes que les quelques fiefs légitimistes. Cette perte progressive d’influence politique s’explique aussi par une réorientation vers des institutions et des associations plus économiques et culturelles qui évitent aux conservateurs de disparaître totalement du paysage politique périgourdin. Malgré les divisions profondes et les querelles de personnes, c’est bien cette tendance qui prédomine en Périgord lors de la crise boulangiste.

Annexes

ANNEXES

Carte 1. – Résultats de républicains obtenus aux élections législatives du 8 février 1871 et les implantations géographiques de quelques candidats conservateurs libéraux.

Carte 2. – Résultats de républicains obtenus aux élections législatives du 8 février 1871 et les implantations géographiques de quelques candidats conservateurs libéraux.

Carte 3. – Résultats obtenus par les conservateurs aux scrutins législatifs de février 1876 et octobre 1877.

Carte 4. – L’assise municipale et cantonale des forces conservatrices en Dordogne 1880-1884.

Notes

1 Il n’est pas rare de rencontrer un ou deux candidats conservateurs sur le même siège électif.

2 Ainsi, par exemple, nous pouvons citer Philippe Daussel, légitimiste convaincu, député puis sénateur de la Dordogne, membre dynamique du conseil général, infatigable défenseur des intérêts agricoles dans le département.

3 Oscar Marie François Bardi de Fourtou est élu député en février 1871 et devient, alors qu’il n’a pas quarante ans, ministre des Travaux publics de Thiers en décembre 1872. Cette nomination ouvre une succession de postes ministériels qui lui permettent de s’occuper des Beaux Arts (1873), de l’Instruction publique et des Cultes puis des Affaires intérieures (1874), avant de devenir le ministre chargé par Mac Mahon d’empêcher les républicains de revenir au pouvoir après la crise du Seize-Mai.

4 Les données électorales ont été prises dans P. Lacoste, Les républicains en Dordogne de 1870 à 1877, mémoire de maîtrise sous la direction de A.-J. Tudesq, université de Bordeaux, 1971.

5 Cette analyse se veut le prolongement de l’explication avancée par M. Giry, Le bonapartisme en Dordogne 1848-1898, T.E.R. d’histoire contemporaine, sous la direction de J.-C. Drouin, université de Bordeaux III, 1993, p. 81-83. M. Giry étudie l’exemple des candidatures de Magne et Montagut.

6 Ces informations sont extraites de l’ouvrage publié par le Centre aquitain de recherches en histoire contemporaine, Dictionnaire des parlementaires d’Aquitaine sous la Troisième République, sous la direction de S. Guillaume et B. Lachaise, Talence, PUB, 1998, p. 38-40.

7 Philippe Daussel est vice président du conseil général et conseiller général de Saint-Pierre-de-Chignac.

8 Cantons de Thenon, Montignac, Vergt, Le Bugue.

9 Le canton de Périgueux a plus voté pour le candidat conservateur qu’en février 1876.

10 Pour plus d’informations, voir T. Truel, Oscar Bardi de Fourtou (1836-1897) : un ministre contre la République, thèse de doctorat d’histoire sous la direction de B. Lachaise, soutenue le 8 février 2014 à l’université Bordeaux Montaigne.

11 Pour une première analyse, voir M. Giry, op. cit., p. 45-67.

12 M. Giry, op. cit., p. 92-93 ; T. Truel, op. cit., p. 641-644.

13 Pour plus d’informations sur cette lutte fratricide, il convient de se reporter à l’ouvrage de L. de Witt, Le prince Victor Napoléon, Paris, Fayard, 2008, p. 143 à 172.

14 Pour l’analyse des raisons de l’échec conservateur, voir T. Truel, op. cit., p. 602-612.

15 Ainsi, P. Magne décède en 1879. O. Bardi de Fourtou et J.-B. Dupont de Bosredon sont élus en janvier 1880 sénateurs de la Dordogne. Voir T. Truel, op. cit., p. 588-595.

16 Même si la conquête des masses urbaines est beaucoup plus difficile à réaliser. Voir M. Giry, op. cit., p. 89-90 ; R. Gibson, les notables et l’Église dans le diocèse de Périgueux 1821-1905, thèse de doctorat, sous la direction de J. Gadille, université Jean-Moulin de Lyon, 1979, 2 volumes.

17 Voir A. Corbin, Le village des cannibales, Paris, Aubier, 1990.

18 Voir C. Marache, Les métamorphoses du rural, l’exemple de la Double en Périgord 1830-1930, Paris, Édition du CHTS, 2006.

19 M. Giry, op. cit, p. 78-90.

20 Archives privées Delpit, lettre de Martial Delpit adressée à sa cousine, du 28 février 1874.

21 Voir J. Kayser, La presse de province sous la Troisième République, Paris, Armand Colin, 1958.

22 Voir T. Truel, op. cit., p. 261-264.

23 Les divisions conservatrices ainsi que le contrôle de L’Écho par le gendre de Dupont, E. Laporte, contribuent à l’échec des bonapartistes aux législatives de 1885. Voir T. Truel, op. cit., p. 641 sq.

24 Archives privées Bosredon, lettre de Massoubre adressée à de Bosredon le 19 novembre 1871.

25 APB, lettre de Massoubre à de Bosredon du 28 novembre 1871.

26 Ibid., lettre du 25 février 1873 de Pietri à de Bosredon.

27 Ibid., lettre de Massoubre à de Bosredon du 5 octobre 1874.

28 Voir F. Saint-Martin, L’épiscopat de Monseigneur Dabert 1863-1901 : évêque de Périgueux et Sarlat, mémoire de maîtrise sous la direction de Marc Agostino, université de Bordeaux III, 1998.

29 F. Saint-Martin, op. cit., p. 89. L’auteur évoque le refroidissement de ces relations entre le prélat et le ministre lorsque ce dernier était responsable des Cultes à propos de la position à adopter face au Kulturkampf bismarckien.

30 C. Marache, op. cit. p. 308-309.

31 C. Marache, op. cit., p. 309.

32 Voir T. Truel, « Entre rat des villes et rat des champs, la construction d’une notabilité périgourdine : Oscar Bardi de Fourtou des années 1860 aux années 1890 », dans C. Le Mao et C. Marache (dir.), Les élites et la terre. Du XVIe siècle aux années 1930, Paris, Armand Colin, 2010, p. 311-322 et T. Truel, op. cit., p. 156-166.

33 C. Marache, op. cit., p. 310-312.

34 C. Marache, op. cit., p. 316.

35 Pour le premier, de 1881 à 1884 et le second de 1886 à 1900.

36 Compte rendu de la réunion constitutive publié dans le Bulletin de la Société Historique et Archéologique du Périgord, t. I, Périgueux, 1875.

37 Voir T. Truel, « Écrire et agir : les hommes politiques historiens périgourdins au XIXe siècle », dans actes du congrès Image et culture en Aquitaine Fédération Historique du Sud-Ouest, Bordeaux, Édition Bibliophiles de Guyenne, 2007.

38 L’Écho de la Dordogne, 6 février 1874.

39 Archives privées Bosredon, lettre d’E. Massoubre à P. de Bosredon, le 6 mars 1874. Ses archives témoignent d’une correspondance assez soutenue et régulière avec E. Rouher qui n’hésite pas à le conseiller et à guider la stratégie politique du moment en Dordogne.

40 APB, lettre d’E. Massoubre à P. de Bosredon le 12 mars 1874.

41 ADD, PRE 48.

42 Archives privées Delpit, expression relevée dans la lettre de M. Delpit du mois de janvier 1876.

43 APB, lettre d’E. Rouher à Philippe de Bosredon, datée du 15 janvier 1876.

44 APB, lettre d’E. Rouher à Philippe de Bosredon, datée du 18 janvier 1876.

Table des illustrations

Légende Carte 1. – Résultats de républicains obtenus aux élections législatives du 8 février 1871 et les implantations géographiques de quelques candidats conservateurs libéraux.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/51535/img-1.png
Fichier image/png, 242k
Légende Carte 2. – Résultats de républicains obtenus aux élections législatives du 8 février 1871 et les implantations géographiques de quelques candidats conservateurs libéraux.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/51535/img-2.png
Fichier image/png, 118k
Légende Carte 3. – Résultats obtenus par les conservateurs aux scrutins législatifs de février 1876 et octobre 1877.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/51535/img-3.png
Fichier image/png, 106k
Légende Carte 4. – L’assise municipale et cantonale des forces conservatrices en Dordogne 1880-1884.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/51535/img-4.png
Fichier image/png, 101k

Auteur

Docteur en histoire de l’université Bordeaux Montaigne, CEMMC (EA 2958)

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540