Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Terres d’élections

 | 
François Dubasque
, 
Eric Kocher-Marboeuf

Troisième partie. Le poids des permanences : ancrages géographiques

Présentation

Texte intégral

1D’un bastion bonapartiste en Dordogne à celui de la droite monarchiste dans les Deux-Sèvres ou la Loire-Inférieure, du fief radicalsocialiste biterrois aux terres de mission des modérés en Auvergne, les analyses monographiques incluses dans cette troisième partie déclinent la palette des formes de domination et permettent ainsi d’utiles comparaisons entre territoires. Elles se concentrent par ailleurs désormais sur une seule et même période, celle de la IIIe République marquée par le poids de la permanence des élites politiques.

2Cette permanence repose en partie sur le fait dynastique, notion paradoxale dans un système fondé sur le suffrage universel, sur la transmission et le renouvellement d’un capital d’influence. Dans la Marne, ce sont des réseaux familiaux très étendus qui développent des stratégies comparables à celles des Sippen de l’époque carolingienne, visant à capter à leur profit le pouvoir local. Mais ici comme ailleurs, la longévité politique dépend aussi de la modernisation des pratiques et de l’espace politique contrôlé.

3L’ancrage géographique est donc au cœur des pesanteurs qui conditionnent le fonctionnement du régime démocratique de la IIIe République. À travers ces logiques territoriales, c’est la question de la patrimonialisation des différents vecteurs de pouvoir, et par là même celle de l’identité politique de ces territoires, qui sont ici posées.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540