Version classiqueVersion mobile

Entre violence et conciliation

 | 
Jean-Claude Caron
, 
Frédéric Chauvaud
, 
Emmanuel Fureix
, 
et al.

Troisième partie. Seuils de tolérance et évolution des sensibilités

L’iconoclasme politique (1814-1848) : une violence fondatrice ?

Emmanuel Fureix

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les emblèmes politiques peuplant le décor urbain, voire villageois, font l’objet de luttes symboliques particulièrement intenses au cours du premier xixe siècle. Des gestes d’iconoclasme politique ont accompagné les moments de vacance, de transfert ou d’affaiblissement des pouvoirs : lacération et brûlement de drapeaux ou de cocardes, bris de bustes de souverains, grattage de monogrammes, de couronnes, d’aigles, d’abeilles, de fleurs de lys ou de coqs, effacement d’inscriptions, profanation de statues et de monuments, abattage d’arbres de la liberté, destruction de croix fleurdelisées en sont autant de manifestations possibles. Chargés d’une certaine sacralité, les images et emblèmes dégradés cristallisent des passions politiques1, et témoignent des liens étroits entre politique et sensibilités au xixe siècle. Le sentiment, sans doute illusoire, d’un processus de pacification des signes politiques a conduit à négliger ces gestes de destruction ou de mutilation. L’iconoclasme politiq...

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search