Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Terres d’élections

 | 
François Dubasque
, 
Eric Kocher-Marboeuf

Deuxième partie. Quelle échelle pour l’analyse électorale ? La conjoncture

Les élections législatives de type « féodal » (1889-1902)

Bertrand Joly

Texte intégral

1Entre les législatives de 1885 qui ont lieu au scrutin de liste et celles de 1906 qui marquent la sortie du système concordataire, la période 1889-1902 présente du point de vue électoral une unité suffisante pour en autoriser l’analyse globale mais aussi une diversité d’affrontements, du boulangisme au Ralliement puis à l’affaire Dreyfus, mettant bien en relief la permanence des bastions électoraux. Des quatre scrutins considérés, deux (1889 et 1902) relèvent des « élections de combat », un (1893) des « élections d’apaisement » et le dernier (1898) doit être considéré comme « mixte », l’affrontement portant non sur la nature du régime mais sur les structures de la majorité gouvernementale.

  • 1 On laisse ici de côté l’Algérie et les colonies, où les élections traînent une réputation de viole (...)

2On se propose d’examiner ici le cas des candidats qui ignorent ces vicissitudes et se font constamment, sinon facilement, réélire dans leur « fief électoral », afin de déterminer si ce phénomène est fréquent, s’il est constant dans le temps et l’espace, s’il est cependant affecté par le caractère tendu ou apaisé des scrutins, s’il concerne certaines familles politiques plus que d’autres, s’il implique de la part de ses bénéficiaires une certaine faculté d’évolution (notamment dans les étiquettes), en somme s’il s’agit d’un phénomène massif ou de raretés folkloriques. La question n’est pas entièrement oiseuse, car elle concerne le rapport entre l’électeur et l’élu et la portée du geste électoral dont le caractère individualisé est souvent contesté par la sociologie politique : même si le résultat est administrativement le même, un succès obtenu avec 52 ou 92 % en dit long sur le terroir concerné ainsi que sur le degré d’autonomie du député dans ses choix parlementaires1.

Les divers types de fief

  • 2 J. Bousquet-Melou, Louis Barthou et la circonscription d’Oloron, 1889-1914, Paris, 1972, 268 p.

3L’expression fief électoral est courante mais rarement explicitée et il convient d’en discerner au préalable les trois acceptions possibles, selon les critères de durée, d’intensité ou d’orientation partisane. De façon ordinaire, le terme désigne la circonscription tenue pendant une longue période par un homme, généralement sûr ou presque d’être réélu quels que soient son bilan, ses opposants et le contexte, ce qui lui confère une très large autonomie à la Chambre : Louis Barthou à Oloron ou Cavaignac à Saint-Calais symbolisent assez bien ce type d’élu quasi-viager qui peut se permettre des évolutions parfois surprenantes2. En second lieu, l’expression vise les circonscriptions où l’élu est seul candidat en lice ou n’affronte que des adversaires marginaux et promis à des résultats dérisoires, ce qui ôte d’avance toute signification à la lutte engagée. Enfin, à côté des fiefs personnels existent des fiefs de partis, c’est-à-dire des circonscriptions qui peuvent changer de représentant mais pas d’orientation politique. Le vrai fief électoral, l’absolu du phénomène devrait donc répondre à ces trois définitions, mais cela ne concerne que deux cas pour la période envisagée, Deschanel à Nogent-le-Rotrou et James de Kerjégu à Quimperlé, soit deux républicains très modérés et sachant faire profil bas dans l’affaire Dreyfus.

  • 3 Dans l’ordre des départements : Bourg-2, Gex, Saint-Quentin-2, Lapalisse, Moulins-2, Briançon, Gap (...)
  • 4 Bischoffsheim (Alpes-Maritimes), Dujardin-Beaumetz (Aude), Arène (Corse), Trouillot (Jura), Fould (...)

4Examinons d’abord les fiefs du premier type, ceux qui réélisent toujours le même candidat. De 1889 à 1902, on relève 103 circonscriptions (dans 57 départements) de ce type3, mais on peut y ajouter légitimement 7 autres cas : 6 élus changent, provisoirement ou non, de circonscription à l’intérieur du même département4 et une circonscription, Castres-2, représente le fief non d’un homme mais d’une famille, les Reille, ce qui revient à peu près au même. On arrive ainsi à un total de 110 circonscriptions, soit environ une sur cinq, réparties entre 63 départements. Si l’on y ajoutait les 147 candidats qui, pour la période considérée, l’ont emporté trois fois sur quatre, on parviendrait au chiffre un peu étonnant de 257 circonscriptions, soit près de 45 %, ayant témoigné d’une assez grande fidélité à leur représentant.

5Il est moins facile d’apprécier la nature partisane de ce phénomène, car plusieurs élus changent d’étiquette au cours de la décennie 1890, en général de deux façons : divers députés classés républicains en 1889 deviennent ou s’avouent radicaux avant 1902 et un certain nombre de conservateurs acceptent, de plus ou moins bon cœur, le Ralliement. En se plaçant aux deux extrémités de la période, on obtient la répartition suivante :

  • 5 Cette catégorie comprend les boulangistes, révisionnistes, antidreyfusards, antisémites et nationa (...)

Tableau 1. – Étiquette des députés élus sans interruption de 1889 à 1902.
Note 55

6Quant à la distribution géographique du phénomène féodal, on observe qu’elle bénéficie d’une répartition assez régulière dans tout le pays, avec quelques rares zones de faiblesse : le Limousin et le sud de l’Auvergne, la Savoie et le triangle Blois-Niort-Châteauroux. On peut donc estimer au total que la fidélité électorale constitue un phénomène non pas massif mais tout de même très répandu et qu’elle concerne logiquement pour les deux tiers le camp républicain dont la notabilisation paraît par conséquent plus forte et plus précoce qu’on pourrait le croire. Avouons ici qu’en entreprenant cette enquête, on ne pensait rencontrer qu’une poignée de hobereaux bretons de type « siegfriedien » et que les résultats obtenus ont beaucoup surpris.

  • 6 O. Rudelle, La République absolue, Aux origines de l’instabilité constitutionnelle de la France ré (...)

7Le cas des fiefs du second type, celui où un candidat n’a, ponctuellement ou non, pas d’adversaire ou en tout cas aucun adversaire sérieux, est plus délicat à appréhender, car il convient précisément de comprendre ce qu’on entend par « aucun adversaire sérieux ». Non sans hésitation et en ayant conscience du caractère contestable de toute limite, on retiendra ici les circonscriptions où le total des adversaires du vainqueur n’atteint pas la barre des 10 % des votants. Pour les fiefs répondant à ces critères, les variations dans le temps sont particulièrement marquées. On notera à titre de comparaison qu’en 1881, 105 députés (99 républicains et 6 conservateurs) ont été élus sans concurrent6.

  • 7 On compte 6 cas en 1889, 7 en 1893, 3 en 1898 et 2 en 1902 : soit 18 élus au total, dont 3 avaient (...)

8Le tableau suivant n’apporte aucune surprise : les élections de combat réduisent considérablement l’ampleur du phénomène, tandis que l’aspect « mixte » de 1898 est confirmé, et le phénomène privilégie logiquement les sortants : dans seulement 6,5 % des cas, le candidat élu sans véritable opposition se présente pour la première fois et ce cas a tendance à diminuer au fil du temps7. En faisant la moyenne pour toute la période, on constate donc qu’il n’y aucune compétition réelle dans 12,4 % des circonscriptions, mais avec des écarts très marqués entre le minimum de 1889 (7,1 %) et le maximum de 1893 (18,2 %).

  • 8 Sur ces 40, 32 n’ont eu aucun adversaire (O. Rudelle, op. cit., p. 259) : 25 conservateurs, 6 répu (...)

Tableau 2. – Circonscriptions sans opposition sérieuse.
Note 88

  • 9 C. Voilliot, La Candidature officielle, une pratique d’État, de la Restauration à la IIIe Républiq (...)

9Du point de vue politique, l’absence d’opposition sérieuse, situation dont rêve bien sûr tout candidat, concerne très majoritairement les républicains modérés (52 % des cas), suivis par les royalistes (18 %), les radicaux (15 %) et les ralliés (8 %), les partis des deux extrêmes, socialistes et nationalistes, se trouvant logiquement défavorisés en ce domaine. La nette domination des opportunistes s’explique certes par leur suprématie longtemps écrasante dans la vie politique du pays et par des pratiques encore proches de la candidature officielle9, mais son ampleur n’en reste pas moins surprenante.

10Du point de vue géographique, la situation est parfaitement nette et contrastée, avec une concentration attendue du phénomène dans le grand ouest (Bretagne, Normandie et leurs Marches), puis à un degré un peu inférieur dans le nord du pays et sur la rive gauche du Rhône. On remarque à l’opposé quelques zones de désert, où les scrutins sont vraiment disputés, correspondant approximativement à une bande oblique du nord-est au sud-ouest, partant des Ardennes et descendant par la Champagne et la Bourgogne vers le sud-ouest du Massif central et la vallée de la Garonne, jusqu’aux Pyrénées.

  • 10 Belley, Bourg-1, Montluçon-1, Moulins-1, Barcelonnette Embrun, Nice-1, Nice-2, Puget-Théniers, Pri (...)

11La dernière catégorie de fiefs électoraux regroupe les bastions de partis, c’est-à-dire les circonscriptions changeant parfois de représentant mais pas de couleur politique ou ne le faisant que de façon marginale, par exemple quand un conservateur se déclare rallié, souvent du bout des lèvres. On relève 103 cas de ce type dans 55 départements10, en y incluant 6 cas où l’élu républicain de 1889 est en réalité un radical modéré qui se déclare tel par la suite puis est remplacé par un autre radical, et 4 cas où le conservateur de 1889 se rallie et cède ensuite son siège à un autre rallié. Dans presque neuf cas sur dix, ce phénomène de fidélité concerne le camp républicain et non la droite, puisque les 103 cas observés se répartissent ainsi : 5 socialistes, 39 radicaux, 44 opportunistes, 4 ralliés, 10 royalistes, 1 nationaliste.

12Le phénomène est géographiquement assez bien distribué dans tout le pays, avec toutefois quelques zones de force (le quart sud-est du pays, le pourtour méditerranéen, la Bourgogne) et des terres plus réfractaires : la Champagne, le sud-ouest du Bassin parisien, le Massif central et une partie de la Normandie.

13Il faut enfin observer que, si l’on additionne les fiefs personnels aux fiefs de partis, on arrive à un total fort élevé, 213 circonscriptions d’une étonnante fidélité à un homme ou à une étiquette, soit un gros tiers des sièges à pourvoir.

Les caractères des fiefs électoraux

14Après la description purement quantitative du phénomène « féodal », il faut tenter de l’analyser de façon qualitative pour en nuancer la vision purement arithmétique.

  • 11 Seuls trois départements (Lozère, Var et Territoire de Belfort) restent totalement en dehors de la (...)

15Les chiffres sont en effet trompeurs. Certes le phénomène est relativement important, on vient de le voir, avec une permanence à peu près constante dans 36 % des circonscriptions, en moyenne, mais géographiquement, les trois types de fiefs décrits ci-dessus coïncident peu11. Surtout, les résultats que les commentateurs jugent « sans surprise » peuvent recouvrir des situations fort différentes et certains fiefs personnels peuvent être détenus très longtemps mais au prix de combats toujours renouvelés et parfois acharnés, alors que d’autres ignorent presque les campagnes électorales : par exemple, si le royaliste Ramel, dans le Gard, doit soutenir à chaque scrutin une lutte féroce contre ses adversaires républicains, les radicaux de l’Ain et de Saône-et-Loire livrent rarement combat, sinon parfois entre eux, quand l’affrontement n’oppose que deux ambitions personnelles à l’intérieur du même camp.

  • 12 C. Billard, La Vie politique en Loire-inférieure : élections générales et locales (1893-1898), mém (...)

16Il existe d’autre part de forts contrastes à l’intérieur d’un même département entre circonscriptions de la même tendance. Dans le bastion royaliste de la Loire-Inférieure, certains candidats doivent peiner pour vaincre, alors qu’il suffit de se présenter comme monarchiste à Châteaubriant pour être élu12. À Paris même, les vrais fiefs sont rares et presque toujours âprement contestés (Berger, Lockroy, Millerand, Ernest Roche).

  • 13 Outre l’exemple déjà cité de Barthou à Oloron, on peut évoquer celui du baron Mackau à Argentan, b (...)
  • 14 Dans le 17e arrondissement de Paris, le socialiste-nationaliste Ernest Roche veille soigneusement (...)

17On a déjà souligné l’influence du contexte national. Les élections de combat obligent plusieurs féodaux à combattre vraiment pour défendre leur territoire, fort paisible en temps ordinaire (si tant est qu’il existe un temps ordinaire en ce domaine), et le succès est parfois acquis de justesse : en 1902, Méline l’emporte dès le premier tour dans les Vosges, mais avec seulement 500 voix d’avance, et Millerand, en ballottage défavorable dans le 12e arrondissement de Paris, sauve son siège de très peu, moins de 350 voix, alors que tous deux l’avaient emporté en 1898 sans rivaux, avec près de 90 % des voix. À l’inverse, quelques heureux comme Deschanel ou Delcassé se font réélire avec des scores soviétiques même au plus fort de la tempête, ce qui implique toutefois un effort permanent d’encadrement de l’électorat13. De façon générale, mais cela demanderait des investigations supplémentaires, il semble qu’un fief se conserve par un quadrillage serré du territoire, passant par le cumul des mandats (le conseil général et si possible sa présidence ayant de ce point de vue une importance décisive), par une capacité d’intervention auprès des administrations et par un réseau efficace de correspondants locaux et d’associations14, donc, aussi, par un effort financier qui ne se limite pas à la période électorale, ce qui rend quelque peu hypocrites les invalidations massives et ciblées de 1889 et 1902 pour achats de votes.

18Sur un plan plus strictement politique, deux constats s’imposent. En premier lieu, le phénomène féodal joue tout au long de la période en faveur des républicains contre la droite, dans un rapport de force d ‘ une étonnante stabilité : 65 contre 35 %. En revanche, à l’intérieur de chacun des deux camps, joue continûment une dérive « sinistriste » : chez les républicains, le bloc socialiste et radical ronge patiemment la prépondérance des modérés, gagnant neuf points sur l’ensemble de la période, de 19 % à 28,1 %. Certes les modérés paient en 1902 leur éclatement entre la majorité et l’opposition, mais ce dernier recul ne fait que poursuivre un mouvement déjà ancien. À droite, les ralliés, absents en 1889, arrivent en tête en 1902 avec 41,9 % des fiefs de l’opposition. On est tenté d’y voir un indice supplémentaire du fait que l’établissement de la République radicale n’est pas la conséquence de la seule affaire Dreyfus et qu’elle marque l’aboutissement d’un long transfert commencé dès l’échec boulangiste.

19La permanence discrète mais réelle (8 cas) des boulangistes-nationalistes peut surprendre, tant cette famille s’avère par nature rétive à l’enracinement notabiliaire, mais il s’agit le plus souvent d’hommes habiles, portés certes par une vague protestataire initiale mais sachant lui survivre en jouant très vite la carte de la modération et en acceptant les règles du jeu qu’ils prétendaient abolir : le cas de Gauthier de Clagny à Versailles illustre fort bien ce type hybride, élu comme plébiscitaire et antiparlementaire mais siégeant prudemment et en très habile parlementaire. Ajoutons que certains cas défient toute catégorisation trop rigide : où situer Cavaignac, républicain en 1889, radical en 1898 et nationaliste en 1902, même s’il estimait sans doute en son for intérieur, et peut-être à bon droit de son point de vue, qu’il n’avait jamais varié d’attitude ?

20Cette dernière remarque entraîne un second constat : une partie des fiefs voient leur titulaire évoluer, parce que celui-ci se sent assez sûr de son implantation pour se le permettre et pour imposer aux électeurs son évolution personnelle, comme le font à Saint-Calais Cavaignac dont on vient de signaler l’étonnante trajectoire, ou Fould à Argelès, député bonapartiste en 1889 et progressiste en 1902. C’est là le cas le plus fréquent, mais il existe aussi le schéma opposé, quand l’élu est contraint d’évoluer pour suivre ses électeurs et conserver son siège : Pierre Richard élu à Vincennes doit naviguer entre Déroulède, son patron d’origine, Jaurès et les radicaux pour se maintenir, avec une habileté qui peut parfois friser l’équivoque.

*

21La relative brièveté de la période étudiée n’autorise que des conclusions prudentes et non définitives. La distinction classique entre élections de combat et élections d’apaisement reste parfaitement fondée, mais elle réclame quelques nuances. À chaque scrutin, agité ou apaisé, se trouvent des circonscriptions très disputées et d’autres attribuées sans véritable lutte, dans une proportion bien entendu variable mais autour d’un rapport qu’on peut globalement évaluer à deux pour un.

22Tout élu veut par définition durer et le phénomène féodal affecte par conséquent tous les partis, y compris les plus antiparlementaires, mais il joue massivement en faveur des républicains contre les conservateurs. Il existe un incontestable phénomène de notabilisation, encouragé par le scrutin d’arrondissement (c’est d’ailleurs l’un des griefs récurrents qu’on lui adresse), qui favorise les modérés puis de plus en plus les radicaux et même, déjà, les socialistes. La figure traditionnelle de l’aristocrate breton élu à vie par ses métayers embrigadés à l’Église existe incontestablement mais n’est pas, de très loin, la plus représentative d’un phénomène qui concerne d’abord les couches nouvelles.

23On est enfin surpris de l’étonnante stabilité du système féodal. Sans doute faut-il attribuer cette résistance à sa capacité d’adaptation et au fait qu’il sait à sa manière rester conforme aux rapports de force dans le pays, mais il doit d’abord et surtout sa fortune aux électeurs dont, à l’évidence, une bonne partie accepte pleinement le régime électoral en place, jusque dans ses travers et ses scléroses, ce qui va favoriser sa longévité et sa résistance aux divers courants réformateurs. La médaille a toutefois son revers : la fidélité des électeurs a pu jouer pour « désinhiber » les élus, voire pour contribuer à les déresponsabiliser et à les encourager à persister dans les vices du système politique : en somme, la stabilité électorale a peut-être contribué à renforcer l’instabilité ministérielle.

Notes

1 On laisse ici de côté l’Algérie et les colonies, où les élections traînent une réputation de violence et de fraude dont un colloque récent a montré qu’elle n’était que trop légitime : L. Jalabert, B. Joly et J. Weber, Les élections législatives et sénatoriales outre-mer, 1848-1981, Paris, Les Indes savantes, 2010, 522 p.

2 J. Bousquet-Melou, Louis Barthou et la circonscription d’Oloron, 1889-1914, Paris, 1972, 268 p.

3 Dans l’ordre des départements : Bourg-2, Gex, Saint-Quentin-2, Lapalisse, Moulins-2, Briançon, Gap, Grasse-1, Grasse-2, Foix, Bar-sur-Aube, Villefranche-1, Villefranche-2, Aix-2, Marseille-5, Marseille-6, Bayeux, Falaise, Angoulême-1, Cognac, Marennes, Saint-Amand-1, Sancerre, Dinan-1, Dinan-2, Saint-Brieuc-1, Bergerac-1, Baume-les-Dames, Besançon-1, Valence-1, Valence-2, Bernay, Les Andelys, Nogent-le-Rotrou, Quimper-1, Quimperlé, Alais-2, Toulouse-2, Villefranche, Lesparre, Montpellier-2, Montpellier-3, Rennes-1, Vitré, Chateauroux-2, La Châtre, Grenoble-1, Dax-2, Mont-de-Marsan-2, Montbrison-1, Roanne-1, Ancenis, Nantes-1, Orléans-1, Pithiviers, Cahors-1, Cahors-2, Figeac, Gourdon, Villeneuve-sur-Lot., Florac, Cholet-2, Avranches, Mortain, Saint-Lô, Châlons-sur-Marne, Sainte-Menehould, Wassy, Laval-1, Commercy, Ploërmel, Clamecy, Nevers-2, Avesnes-3, Hazebrouck-2, Lille-6, Lille-7, Senlis-1, Senlis-2, Alençon, Argentan, Domfront-2, Arras-2, Boulogne-1, Saint-Omer-1, Saint-Omer-2, Clermont-2, Issoire, Riom-2, Oloron, Lyon-8, Autun-2, Charolles-2, Le Mans-2, Saint-Calais, Paris IX-2, Paris XI-2, Paris XII-1, Paris XVII-2, Paris XVII-3, Yvetot-1, Corbeil-1, Corbeil-2, Mantes, Versailles-2, Moissac, La Roche-sur-Yon-2, Les Sables-d’Olonne-2, Épinal-2, Remiremont, Auxerre-2.

4 Bischoffsheim (Alpes-Maritimes), Dujardin-Beaumetz (Aude), Arène (Corse), Trouillot (Jura), Fould (Hautes-Pyrénées) et Pierre Richard (Seine, arrondissement de Sceaux). Dans ce dernier cas, le changement de circonscription s’explique par le redécoupage de l’arrondissement.

5 Cette catégorie comprend les boulangistes, révisionnistes, antidreyfusards, antisémites et nationalistes proprement dits.

6 O. Rudelle, La République absolue, Aux origines de l’instabilité constitutionnelle de la France républicaine (1870-1889), Paris, 1982, p. 259. Pour les élections de 1885, le scrutin de liste ne permet pas de comparaison pertinente.

7 On compte 6 cas en 1889, 7 en 1893, 3 en 1898 et 2 en 1902 : soit 18 élus au total, dont 3 avaient déjà été députés dans le passé.

8 Sur ces 40, 32 n’ont eu aucun adversaire (O. Rudelle, op. cit., p. 259) : 25 conservateurs, 6 républicains et le boulangiste Le Hérissé. Le record se situe dans les Côtes-du-Nord, avec 6 députés (sur 9) élus sans concurrent.

9 C. Voilliot, La Candidature officielle, une pratique d’État, de la Restauration à la IIIe République, Rennes, PUR, 2005, 300 p. Cette étude intéressante sous-estime un peu l’ampleur et la longévité de ces pratiques après 1880 ; le cas de Jonnart dans le Pas-de-Calais est éclairant à cet égard (J. Vavasseur-Desperriers, République et liberté : Charles Jonnart, une conscience républicaine [1857-1927], Villeneuve d’Asq, 1996, 339 p.).

10 Belley, Bourg-1, Montluçon-1, Moulins-1, Barcelonnette Embrun, Nice-1, Nice-2, Puget-Théniers, Privas-1, Rocroi, Pamiers, Saint-Girons, Limoux, Arles, Marseille-3, Marseille-4, Confolens, Bourges-2, Brive-2, Ussel, Sartène, Semur, Lannion-1, Nontron, Montbéliard, Die, Montélimar, Brest-2, Morlaix-1, Morlaix-2, Quimper-2, Limoux, Arles, Marseille-3, Marseille-4, Confolens, Bourges-2, Brive-2, Ussel, Sartène, Semur, Lannion-1, Nontron, Montbéliard, Die, Montélimar, Brest-2, Morlaix-1, Morlaix-2, Quimper-2, Saint-Gaudens-2, Bordeaux-4, Bordeaux-5, Libourne-2, Béziers-1, Lodève, La Tour-du-Pin-2, Dole, Lons-le-Saunier, Poligny, Saint-Claude, Saint-Sever, Montbrison-2, Roanne-2, Brioude, Le Puy-1, Châteaubriant, Montargis, Angers-2, Cholet-1, Segré, Cherbourg, Château-Gontier, Mayenne-2, Briey, Vannes-1, Vannes-2, Cosne, Lille-4, Arras-1, Montreuil, Saint-Pol, Bayonne-1, Orthez, Pau-1, Perpignan-2, Lyon-6, Gray, Chalon-2, Louhans, Mâcon-1, Mâcon-2, La Flèche, Saint-Julien, Thonon, Paris III, Paris XVIII-2, Paris XIX-1, Paris XX-1, Sceaux-1, Sceaux-2, Dieppe-2, Le Havre-1, Le Havre-2, Neufchatel, Rouen-3, Provins, Bressuire, Niort-1, Abbeville-1, Péronne-1, Castres-1, Castres-2, Avignon, Montmorillon, Épinal-1, Mirecourt, Neufchateau, Auxerre-1, Joigny, Tonnerre.

11 Seuls trois départements (Lozère, Var et Territoire de Belfort) restent totalement en dehors de la présente étude, faute de fiefs suffisamment stables.

12 C. Billard, La Vie politique en Loire-inférieure : élections générales et locales (1893-1898), mémoire de master 1, Nantes, 2008, 232 p. et La Loire-Inférieure sous la Défense républicaine et le Bloc : élections et naissance des partis politiques (1901-1906), master 2, Nantes, 2009, 2 vol.

13 Outre l’exemple déjà cité de Barthou à Oloron, on peut évoquer celui du baron Mackau à Argentan, bien étudié à partir de ses archives privées (É. Phélippeau, L’Invention de l’homme politique moderne : Mackau, l’Orne et la République, Paris, 2002, 365 p.).

14 Dans le 17e arrondissement de Paris, le socialiste-nationaliste Ernest Roche veille soigneusement sur la soupe populaire qu’il a fondée. Dans une page célèbre, Albert Thibaudet a malicieusement décrit les mœurs électorales et conviviales des élus radicaux de Saône-et-Loire, qui n’étaient d’ailleurs pas indignes (La République des professeurs, Paris-Genève, rééd. 1979, p. 187-193).

Table des illustrations

Légende Tableau 1. – Étiquette des députés élus sans interruption de 1889 à 1902.Note 55
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/51528/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Légende Tableau 2. – Circonscriptions sans opposition sérieuse.Note 88
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/51528/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 29k

Auteur

Professeur d’histoire contemporaine à l’université de Nantes, CRHIA (EA 1163)

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540