Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Terres d’élections

 | 
François Dubasque
, 
Eric Kocher-Marboeuf

Première partie. Quelle échelle pour l’analyse électorale ? Le temps long

Les bastions de l’extrême droite française au XXe siècle

Mathias Bernard

Texte intégral

1La nouvelle extrême droite française, qui émerge à la fin du XIXe siècle sur les cendres des vieux courants dynastiques (monarchistes et bonapartistes), est une force politique qui reste marginale dans le champ électoral. Certes, elle connaît à plusieurs reprises des succès importants, d’autant plus remarqués qu’ils tranchent avec cette marginalité habituelle : que l’on songe au succès des nationalistes parisiens lors des municipales de 1900, à l’élection d’une cinquantaine de députés poujadistes lors des législatives de janvier 1956 ou, trente ans plus tard, à l’arrivée à l’Assemblée nationale de 35 élus du « Rassemblement national ». Ces succès sont le plus souvent des feux de paille – à l’exception notable de ceux qu’accumule, depuis 1984, le Front national de Jean-Marie puis de Marine Le Pen. Et si certains de ses leaders ont connu une réelle longévité politique (Xavier Vallat, Charles Maurras, Jean-Marie Le Pen), ils n’ont que très rarement – et très rapidement – exercé des fonctions électives. L’extrême droite contemporaine souffrirait donc d’un déficit d’implantation électorale. Elle n’aurait pas réussi à constituer de véritables fiefs, qu’elle contrôlerait et qui garantirait à ses élus une pérennité. Tout juste parviendrait-elle, sur des durées plus courtes, à constituer quelques bastions dans un environnement assez largement hostile.

2Cette contribution tentera d’expliquer cette incapacité de l’extrême droite française à s’ancrer durablement dans des territoires, en confrontant deux hypothèses. D’une part, l’extrême droite ne correspond pas à une réalité politique figée, ou même constante, à travers le siècle ; elle renvoie à des familles politiques distinctes, et parfois même opposées tant dans leur discours politique que dans leur ancrage sociologique : quels points communs en effet entre le légitimisme de la fin du XIXe siècle, le poujadisme majoritairement rural des années 1950 et l’implantation du FN dans les agglomérations des villes industrielles à partir des années 1980 ? D’autre part, les animateurs de cette nouvelle extrême droite, contrairement aux porte-drapeau du légitimisme, ne s’inscrivent pas forcément dans une démarche notabiliaire et privilégient souvent d’autres formes de mobilisation (la rue, l’écrit, la propagande) que l’action électorale. Il reste toutefois que certains territoires constituent, tout au long du siècle, des espaces relativement ouverts à cette force politique.

L’émiettement du début du XXe siècle

  • 1 Les deux autres députés de droite sont élus dans l’Aveyron (Alfred Cibiel) et dans le 8e arrondiss (...)
  • 2 En 1898, les Côtes-du-Nord comptaient trois députés appartenant clairement à une droite antirépubl (...)
  • 3 Renvoyons évidemment, sur ces questions, à l’ouvrage classique d’A. Siegfried, Tableau politique d (...)

3Dans la Chambre élue au printemps 1914, l’extrême droite est marginalisée, divisée voire émiettée. Le groupe des « droites », qui regroupe principalement des notables monarchistes qui persistent à refuser la République, ne compte qu’une quinzaine de députés, repliés sur des fiefs dont l’assise tend à se rétrécir. Sept départements, tous situés dans l’Ouest, fournissent treize de ces quinze députés : la Vendée, la Loire-Inférieure, le Maine-et-Loire, le Morbihan, l’Ille-et-Vilaine, la Mayenne, le Calvados1… Entre 1898 et 1914, la droite monarchiste a disparu de la représentation de six départements – y compris dans l’Ouest breton2. Elle s’identifie de plus en plus à un traditionalisme politique, culturel et social dont le déclin s’accélère au début du XXe siècle. L’influence de ces députés monarchistes repose à la fois sur une structure sociale fortement hiérarchisée (autour des châteaux et de la grande propriété) et sur l’influence encore très forte de l’Église catholique3. Ces départements sont des terres de droite, qu’elle soit légitimiste, nationaliste ou simplement ralliée (l’Action libérale populaire de Jacques Piou) ou parlementaire (la Fédération républicaine). La gauche (socialiste et radicale) et le centre (Alliance démocratique, radicaux indépendants…) ne sont représentés que par deux députés sur six en Vendée, trois sur neuf en Loire-Atlantique, un sur sept dans le Maine-et-Loire, deux sur huit dans le Morbihan, trois sur huit en Ille-et-Vilaine, un sur cinq en Mayenne, un sur sept dans le Calvados… La majorité de ces députés de droite appartiennent à une aristocratie fortement et anciennement implantée dans son territoire. C’est cet ancrage familial qui leur a permis de résister à la poussée républicaine et de conserver des fiefs souvent hérités de leur père ou de leur oncle. La plupart d’entre eux sont d’ailleurs de jeunes élus, et Denys Cochin, qui siège depuis 1893, fait figure de doyen de ce groupe. La situation des trois députés de droite de Loire-Inférieure est assez représentative de l’ensemble du corpus : le marquis de Juigné a été élu pour la première fois en 1906, le marquis de la Ferronays en 1907, le comte de Montaigu en 1910 – les deux derniers ayant récupéré l’héritage familial au même titre que, par exemple, Baudry d’Asson en Vendée…

4Un autre groupe, plus disparate, accueille des représentants d’une autre forme d’extrême droite : celui des non-inscrits. La plupart des 42 membres de ce groupe refusent à la fois la république parlementaire et le traditionalisme légitimiste et reprennent, de façon plus ou moins ouverte, les thèses bonapartistes ou nationalistes. Leur implantation recoupe en partie celle des députés appartenant au groupe parlementaire des droites : sur neuf départements où est élu au moins un député de droite, huit envoient également au moins un député non-inscrit au Palais-Bourbon. Cette famille politique reste influente dans les départements de l’Ouest, notamment dans la Normandie, fief traditionnel du bonapartisme. Dans la Manche, le bonapartiste Jules Legrand représente l’arrondissement de Mortain depuis 1871… Sur les sept députés du Calvados, quatre sont de sensibilité bonapartiste ou plébiscitaire : le baron Gérard, député de Bayeux, a été élu pour la première fois en 1881 sous l’étiquette bonapartiste et siège à droite ; Jules Delafosse, non-inscrit, représente l’arrondissement de Vire depuis 1878 (avec une brève interruption entre 1898 et 1902) ; quant aux deux élus plus jeunes, également non-inscrits, Camille Blaisot et Eugène Flandin, ils revendiquent clairement leurs convictions nationalistes, voire plébiscitaires. Le rayonnement géographique de cette famille politique est en net recul. Elle disparaît de la représentation parlementaire d’une douzaine de départements, comme l’Aisne (où le boulangiste Castelin avait fait de la deuxième circonscription de Laon un véritable fief), le Cher, l’Indre et la Nièvre. C’est surtout dans le Sud-Ouest (Dordogne, Gers) et dans les Charentes que ce reflux est particulièrement sensible. En 1898, quatre des six sièges de la Charente étaient détenus par des bonapartistes ou des nationalistes : Edgard Laroche-Joubert, héritier d’une dynastie de parlementaires bonapartistes ; Arnous, ancien secrétaire de l’Union des droites et rallié au boulangisme en 1889 ; Cunéo d’Ornano, figure locale et nationale de l’Appel au peuple ; et Paul Déroulède. En dépit de ce déclin, l’implantation de la droite nationaliste et autoritaire n’est pas aussi circonscrite, au plan géographique, que celle du légitimisme. Le département de la Seine compte neuf députés non-inscrits qui recueillent ainsi les fruits de l’implantation du nationalisme autoritaire dans la capitale depuis le boulangisme et surtout l’affaire Dreyfus. Les Landes (avec deux non-inscrits), l’Aveyron (avec Joseph de Castelnau, élu à Saint-Affrique) mais aussi l’Est de la France (la Marne, les Vosges, le Territoire de Belfort) constituent autant de bastions de ce nationalisme qui, reprenant en certains endroits l’héritage du bonapartisme populaire, constitue une nouvelle force politique, située aux confins de la droite et de l’extrême droite : en effet, la majorité de ces députés ne contestent pas la forme du régime et représentent des circonscriptions attachées au républicanisme (dans les Vosges, le nationaliste Maurice Flayelle représente la circonscription détenue au début du siècle par Jules Méline) ; ils revendiquent plutôt, face aux faiblesses du parlementarisme libéral, un modèle autoritaire et social.

  • 4 Nous nous permettons de renvoyer sur ce point à M. Bernard, La Guerre des droites, Paris, Odile Ja (...)

5Cette position aux confins de la droite et de l’extrême droite explique la relative facilité avec laquelle les nationalistes, considérés comme une menace pour le régime républicain au tournant du siècle, se sont intégrés dans les formations politiques de la droite et du centre soit dans les années qui précèdent la Grande Guerre, soit à l’occasion des élections du Bloc national, en 19194. Ainsi, d’anciens bastions de l’extrême droite nationaliste, voire conservatrice deviennent des fiefs des partis modérés. Cette évolution est particulièrement sensible à Paris où, dès 1914, une partie de la représentation de la Fédération républicaine (Tournade, Spronck) et même de l’Alliance démocratique (Galli, élu dans le 4e arrondissement) a transité quinze ans plus tôt par le nationalisme antidreyfusard. Le large succès du Bloc national en 1919 achève de fondre la carte électorale de l’extrême droite nationaliste dans celle des droites modérées. Alors que le conservatisme d’influence monarchiste se limite à quelques départements de l’Ouest (principalement la Loire-Inférieure), l’influence nationaliste donne une coloration particulière au discours et aux actions de la droite modérée (qui se définit de plus en plus comme « nationale ») dans les grandes agglomérations industrielles (Paris, Lyon, Lille, Marseille, Rouen) et plus largement dans l’Est et le Sud-Est de la France. C’est d’ailleurs à l’est de la ligne Le Havre-Marseille que se développe le nouvel activisme ligueur qui, jusqu’en 1934 au moins, ne revendique pas une réelle autonomie électorale.

Les bastions conjoncturels du poujadisme et du tixiérisme

  • 5 Voir J. Cotillon, Ce qu’il reste de Vichy, Paris, Armand Colin, 2003, p. 203.

6Peu visible depuis 1914 en raison de son intégration partielle au sein de la droite traditionnelle, l’extrême droite disparaît presque totalement de la scène électorale au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. En 1951, les listes UNIR (Union des nationaux et des indépendants républicains), constituées par l’avocat du maréchal Pétain, Jacques Isorni, ne sont présentes que dans une quinzaine de départements, dont la plupart constituent des bastions de la droite conservatrice ou nationaliste depuis le début du siècle : Paris, la Normandie, la Vendée, la Lozère5… Le résultat final sanctionne davantage l’influence personnelle (ou familiale !) d’un candidat – Paul Estèbe en Gironde, Jacques Leroy-Ladurie dans le Calvados ou encore Françoise Ybarnégaray dans les Basses-Pyrénées – qu’une implantation politique durable. Le résultat général des listes UNIR ou apparentées traduit une certaine méridionalisation de ce vote protestataire, comme si la France rurale du sud exprimait par le bulletin de vote son inquiétude face aux mutations socio-économiques qui semblent la négliger. Les Pyrénées, le sud du Massif central, la basse vallée du Rhône et la Provence apparaissent comme de nouveaux points de fixation de cette extrême droite.

  • 6 R. Souillac, Le Mouvement Poujade. De la défense professionnelle au populisme nationaliste (1953-1 (...)
  • 7 La liste UFF obtient 21,7 % des voix, les deux listes apparentées – défense des paysans et des com (...)

7Cinq ans plus tard, la géographie de l’implantation poujadiste confirme et accentue cette évolution. Le Mouvement Poujade s’implante d’abord comme une organisation corporative visant à défendre les classes moyennes indépendantes (artisans et commerçants), contre une pression fiscale assimilée au renforcement de l’étatisme. L’UDCA se développe ainsi autour des mobilisations actives contre le fisc qui, en 1953-1954, se diffusent en tâche d’huile dans le centre et le centre-ouest de la France à partir de ses premiers foyers départementaux (Lot, Aveyron). Le vote poujadiste lors des élections législatives du 2 janvier 1956 reprend cette implantation particulière et prolonge cet activisme militant, plus qu’il ne s’inscrit dans une tradition d’extrême droite. C’est là où l’UDCA a mené la propagande la plus précoce et la plus active que les poujadistes obtiennent leurs meilleurs scores6. Le cœur du poujadisme se situe bien dans cette France du Sud-Ouest et du Centre-Ouest à la fois marquée par la culture politique bonapartiste (un temps récupérée par une certaine forme de radicalisme) et par une ruralité alors synonyme de régression économique : dans l’Aveyron, le Maine-et-Loire, la Charente-Maritime, les voix recueillies par les listes poujadistes et apparentées dépassent 20 %. À cette zone traditionnelle s’ajoutent les départements de la vallée du Rhône, du Languedoc et de la Provence. Dans cette région dominée jusqu’alors par la gauche, une activité rurale forte coexiste avec des zones de développement industriel : c’est dans le département du Vaucluse que les listes poujadistes et apparentées obtiennent leur meilleur score national (plus de 25 %7), tandis qu’elles dépassent 20 % des exprimés dans l’Isère, le Gard ou l’Hérault. Cette géographie électorale est bien différente de celle qui caractérisait la droite nationaliste et ligueuse.

  • 8 Tixier obtient 9 % des suffrages exprimés dans les Pyrénées-Atlantiques, 7,1 % dans les Hautes-Pyr (...)
  • 9 C’est le constat effectué sur le moment par F. Goguel, « L’élection présidentielle française de dé (...)

8Cette méridionalisation du vote d’extrême droite est confirmée lors de la présidentielle de 1965. Les départements dans lesquels Tixier-Vignancour réalise ses meilleurs résultats (plus de 8 %) se situent tous dans le Bassin aquitain et le Midi méditerranéen : à la persistance d’un courant protestataire dans les campagnes de la France du Sud et à un facteur personnel (Tixier est implanté depuis le milieu des années 1930 dans les Basses-Pyrénées8) s’ajoute le vote d’une importante fraction des rapatriés d’Afrique du Nord, très présente dans ces régions9. C’est ce qui explique que des départements qui n’avaient jusqu’alors pas subi la tentation extrémiste, y compris lors de l’épisode poujadiste, basculent alors dans ce camp. En accordant plus de 14 % des voix au candidat de l’Algérie française, le département du Var rompt avec une tradition politique qui jusqu’alors l’ancrait à gauche : en 1956, la liste poujadiste n’avait recueilli ici que 10,6 % des voix. Le même constat peut être fait dans les Alpes-Maritimes (9 % des voix pour les poujadistes en 1956, 12,51 % pour Tixier en 1965) et, dans une moindre mesure, pour les Bouches-du-Rhône, où le candidat d’extrême droite obtient également plus de 12 % des suffrages. L’électorat de Tixier-Vignancour n’a pas le même caractère rural que celui des poujadistes. Il exprime davantage une réalité politique, inscrite dans un contexte particulier – la fin de la guerre d’Algérie –, qu’une situation sociale. Expression identitaire du malaise des rapatriés, ce nouveau vote d’extrême droite est appelé à décliner au fur et à mesure que les anciens Français d’Algérie s’intègrent dans la société métropolitaine. Il ne traduit pas une implantation militante territorialisée et, de ce fait, il ne repose ni sur des fiefs, ni sur des bastions.

Le cas particulier du FN : un ancrage territorial durable ?

  • 10 Sur ce point, voir l’analyse synthétique de P. Perrineau, Le symptôme Le Pen, Paris, Fayard, 1997.

9Contrairement aux forces d’extrême droite qui l’ont précédé, le FN a réussi à s’implanter durablement dans le paysage électoral français. Depuis 1984, il obtient – sauf accident – plus de 10 % lors des scrutins nationaux et a même dépassé le seuil des 15 % à plusieurs reprises. Cette durée permet de constituer de véritables fiefs, où les résultats électoraux traduisent un réel ancrage partisan et militant. Toutefois, la localisation de ces fiefs a pu changer en suivant l’évolution politique et sociologique du FN10.

  • 11 Ibid., p. 37.

10Lors de ses premiers succès (européennes de juin 1984, législatives de mars 1986, présidentielles de 1988), le FN regroupe deux électorats. Le premier de ces électorats suit la même logique qu’au moment de la candidature Tixier-Vignancour de 1965 : il regroupe les nostalgiques de l’Algérie française, mais aussi les classes moyennes indépendantes qui critiquent le poids excessif de l’État tout en réclamant davantage d’autorité politique. Le FN fait ainsi d’excellents scores là où Tixier-Vignancour avait connu quelques succès, principalement dans les départements situés sur le pourtour méditerranéen et dans la basse vallée du Rhône : au premier tour de la présidentielle de 1988, il obtient ses meilleurs résultats dans les Bouches-du-Rhône (26,4 %), le Var (25,1 %) et les Alpes-Maritimes (24,2 %). En revanche, il ne recueille pas tous les bastions du poujadisme, notamment dans l’Ouest rural de la France (Charente-Maritime, Maine-et-Loire, Mayenne). Car – et c’est là le second électorat de ce parti –, le FN obtient alors ses meilleurs résultats dans les agglomérations urbaines de l’Est de la France et des banlieues parisiennes et lyonnaises, là où le chômage, le sentiment d’insécurité et la peur de l’immigration sont les plus forts : il dépasse la barre des 20 % dans les deux départements alsaciens et la frôle en Moselle, en Seine-Saint-Denis et le département du Rhône. Comme l’écrit Pascal Perrineau, « le vote d’extrême droite ne traduit plus, comme en 1956, 1962 et 1965, la plainte d’une France du passé, mais exprime plutôt le mal de vivre d’une France urbaine et moderne touchée par la crise11 ». La France du Centre et de l’Ouest lui est en revanche réfractaire. Cette territorialisation ne correspond pas à des héritages marqués : parmi les départements les plus favorables au FN, se trouvent des régions de gauche (Languedoc, Seine-Saint-Denis…) ou de droite (les départements de la Côte d’Azur). Elle correspond davantage à des réalités sociales qu’à des traditions politiques régionales.

11Ces caractéristiques évoluent dans les années 1990, alors que le parti de Jean-Marie Le Pen gagne une fraction des milieux populaires, déçus par les expériences de la gauche au pouvoir et désorientés par le déclin du communisme français. Ce que les politistes ont appelé le « gaucho-lepénisme » apparaît nettement lors de la présidentielle de 1995. Jean-Marie Le Pen est alors le candidat qui recueille le plus de suffrages parmi les ouvriers. Et c’est bien dans des régions ouvrières et des quartiers populaires qu’il enregistre les plus fortes progressions par rapport à sa précédente candidature, en 1988 : le Nord-Pas-de-Calais, la Picardie, les Champagnes-Ardennes, la Normandie deviennent de nouveaux terrains propices au vote FN, aux côtés des bastions traditionnels de l’Alsace, du couloir rhôdanien et du pourtour méditerranéen.

  • 12 Lors des élections européennes de mars 2010, c’est quand même toujours dans la région Provence-Alp (...)

12Ces nouveaux bastions de la France ouvrière du Nord et de l’Est résistent mieux au reflux électoral temporaire du parti, sensible entre 2004 et 2010. Le travail militant y est plus important et récent et surtout la droite traditionnelle n’est ici pas en mesure, pour des raisons historiques et sociologiques, de représenter une alternative crédible à une gauche populaire en crise. L’électorat frontiste du Nord est plus protestataire, moins proche d’une droite conservatrice que dans le Midi et donc moins tenté par les sirènes sarkozystes : dans le Pas-de-Calais, en 2007, Jean-Marie Le Pen ne perd que deux points et demi en sept ans, en passant de 18,5 à 16 %. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si Marine Le Pen, qui entend incarner la relève du parti, choisit alors de s’implanter dans ce département, dans la ville ouvrière d’Hénin-Beaumont. En revanche, dans ses anciens bastions de la France du Sud, Jean-Marie Le Pen divise parfois son score par deux entre 2002 et 2007. Dans les Alpes-Maritimes, il passe de 26 à 13 % ; dans le Var, de 23 à 14 % ; dans les Bouches-du-Rhône, de 22,5 à 14 %… Dans une ville comme Orange, ancienne vitrine du FN dont le maire est passé au MPF de Philippe de Villiers, Le Pen passe de 33 % en 2002 à 16 % ! La carte électorale du FN en 2007 montre donc une transformation assez sensible, mais peut-être réversible12, de la géographie de l’extrême droite en France.

Territoires réceptifs ou bastions de l’extrême droite ?

13Au-delà des implantations conjoncturelles, liées au contexte politique, aux formes particulières prises par cette force politique à un moment donné ou à l’influence prépondérante d’une personnalité, plusieurs bastions de l’extrême droite se dégagent au fil du siècle. Nous en évoquerons ici trois : la région parisienne, le Midi méditerranéen et l’Algérie.

  • 13 Y. Combeau, P. Nivet, Histoire politique de Paris au XXe siècle, Paris, PUF, 2000.
  • 14 Pour plus de détails, voir les notices de B. Joly, Dictionnaire biographique et géographique du na (...)

14La ville de Paris est apparue dès le boulangisme comme un terreau favorable pour cette nouvelle droite populaire, nationaliste et autoritaire13. Cet ancrage s’appuie sur la synthèse de deux traditions politiques, la tradition révolutionnaire et la tradition nationale, qui avait déjà été réalisée, sous une autre forme, plus proche de l’extrême gauche, par la Commune de Paris. C’est la Ligue des Patriotes de Paul Déroulède qui constitue le premier réseau de comités nationalistes, auquel s’ajoute, au moment de l’Affaire Dreyfus, une série d’autres organisations (des comités antisémites aux organisations de la Ligue de la Patrie française). À la fin du siècle, se réalise ainsi une nouvelle fusion entre droite populiste et droite conservatrice – ce qui donne au nationalisme parisien une dimension territoriale relativement homogène. Ses zones d’implantation sont autant situées dans les quartiers mélangés du cœur de Paris (le 4e arrondissement, où la Ligue des patriotes, animée par Henri Galli, compte plus de 1 000 adhérents à la veille de la Grande Guerre, mais surtout les 9e, 10e et 11e arrondissements) que dans les quartiers huppés du 7e arrondissement et du 8e arrondissement (arrondissement dans lequel la tradition bonapartiste reste vivace) ; en revanche, elle peine à s’implanter dans les quartiers de l’Est parisien, qui restent le bastion d’une gauche radicale, parfois même antisémite14. Les comités de la Ligue des patriotes réussissent parfois à se développer dans des banlieues ouvrières, notamment dans l’arrondissement de Sceaux : le boulangiste Pierre Richard est élu député de la circonscription de Montreuil-Vincennes en 1889 et conserve ce mandat jusqu’en 1902. L’enracinement du nationalisme à Paris repose sur des comités, une forte présence dans la jeunesse lycéenne et étudiante, des réseaux intellectuels et médiatiques (les rédactions de journaux comme La Libre Parole, L’Écho de Paris ou Le Gaulois constituent des pôles d’animation) et des élus. Il domine culturellement et politiquement la droite modérée – jusqu’à la Seconde Guerre mondiale. Les scrutins municipaux de 1929 et 1935, la participation d’élus et de militants parisiens aux événements du 6 février 1934, le rayonnement d’une personnalité comme Pierre Taittinger (qui n’entre au Conseil municipal qu’en 1935 mais compte sur le soutien d’une dizaine de conseillers municipaux membres des Jeunesses patriotes) soulignent cet état de fait. Sous la IVe et la Ve République, le nationalisme parisien a rarement une traduction électorale : c’est toutefois à Paris que sont élus, au scrutin de liste, Jean-Marie Le Pen sous l’étiquette poujadiste en 1956 et Édouard Frédéric-Dupont sous la bannière du « Rassemblement national » en 1986 ; et, lors de municipales du printemps 1965, les listes Tixier recueillent 9,6 % des suffrages dans la capitale. L’extrême droite reste présente dans la rue parisienne, au moins jusqu’aux années 1970. Mais sa dynamique a été politiquement récupérée par les organisations de la droite traditionnelle, qu’il s’agisse des Indépendants parisiens dans les années 1950 ou du RPR de Jacques Chirac qui, en 1977, s’allie d’ailleurs au Parti des forces nouvelles. De fait, Paris restera constamment une zone de faiblesse pour le FN : en 1997, les candidats frontistes ne dépassent 12 % des voix que dans 5 des 21 circonscriptions – toutes situées dans le nord et l’Est de la capitale (18e, 19e et 20e circonscriptions). C’est hors de Paris, et parfois loin de Paris (Les Mureaux, Mantes-La-Jolie), que l’extrême droite constitue ses bastions en Île-de-France : c’est en Seine-Saint-Denis et, dans une moindre mesure, dans le Val d’Oise qu’elle obtient ses meilleurs scores.

  • 15 Voir P. Secondy, La persistance du Midi blanc. L’Hérault 1789-1962, Perpignan, PUP, 2006.
  • 16 Voir les travaux de R. Mencherini, notamment « Le Front populaire dans les Bouches-du-Rhône : la d (...)
  • 17 Sur tous ces points, voir F.-J. Guilledoux, Le Pen en Provence, Paris, Fayard, 2004.

15Dans le Midi méditerranéen, l’extrême droite connaît une évolution inverse. La tradition monarchiste et autoritaire, encore vivace à la fin du XIXe siècle dans une partie des départements du Gard et de l’Hérault que l’on peut désigner par l’expression « Midi blanc », n’a pas véritablement bénéficié de la dynamique du nationalisme antidreyfusard15. Les cadres de cette droite authentiquement réactionnaire étaient trop traditionalistes, trop marqués par les formes anciennes de domination des populations (la noblesse et surtout le clergé), pour s’intégrer à une forme plus démocratique et moderne d’action politique. Ils relaient davantage la propagande de l’Action française, puis des courants néo-vichystes qu’une droite autoritaire et populiste. Celle-ci progresse en revanche dans les terres a priori plus hostiles du « Midi rouge », les Bouches-du-Rhône et le Var notamment. Dès le début du XXe siècle, le mouvement ligueur s’implante dans les grandes agglomérations, à Nice, Toulon et surtout Marseille, où les ligues nationalistes comptent plusieurs milliers d’adhérents, venant d’horizons sociaux et idéologiques différents (du royalisme au socialisme, des cadres militaires au monde de la boutique). Mais c’est surtout dans l’entre-deux-guerres que la droite ligueuse émerge réellement sur la scène politique. Elle profite de la faiblesse locale de la droite modérée, de la peur d’un collectivisme menaçant dans ce qui apparaît encore comme une terre de gauche et de l’enracinement de sentiments xénophobes liés notamment à l’immigration. Les Jeunesses patriotes et les Croix-de-Feu mènent une importante campagne sur le terrain, notamment dans les Alpes-Maritimes et les Bouches-du-Rhône. Dans ce dernier département, le PPF de Jacques Doriot s’inscrit dans l’héritage d’un populisme de gauche et récupère l’implantation de Simon Sabiani16. Il ne se distingue pas nettement de la droite traditionnelle. Cette porosité entre une droite locale radicalisée et une extrême droite populiste se confirme au moment de la guerre d’Algérie. Dans les départements du pourtour méditerranéen (Côte d’Azur, Languedoc, Roussillon) mais aussi en Provence intérieure, le jusqu’au-boutisme en faveur de l’Algérie française est défendu par des notables, que ceux-ci se réclament de la droite conservatrice (l’armateur Jean Fraissinet, proche du PPF avant-guerre) ou du gaullisme. L’afflux des rapatriés d’Afrique du Nord, au début des années 1960, renforce cette tendance de l’opinion méridionale. Le « non » aux accords d’Évian frôle les 15 % dans les grandes villes du Sud (Nice, Toulon, Marseille, Avignon), Tixier-Vignancour y dépasse 12 % des exprimés en 1965 et, par la suite, l’extrême droite reste présente dans la vie politique locale ; ses groupes entretiennent des relations étroites avec la droite traditionnelle et même, de façon ponctuelle, avec une personnalité comme Gaston Defferre qui, en 1983, intègre un membre du Club de l’Horloge à ses listes17. Les parcours de Jacques Médecin et surtout Jacques Peyrat à Nice ou des députés marseillais de 1986 (Pascal Arrighi ou Gabriel Domenech) suggèrent cette intégration de l’extrême droite à la vie politique locale, qui passe notamment par l’entretien de réseaux particulièrement denses, notamment au sein de groupe-cibles : les anciens combattants, l’armée, le barreau puis la jeunesse… Le Midi méditerranéen constitue ainsi, dès 1984, le véritable et principal fief du Front national et de Jean-Marie Le Pen. C’est dans cette région que l’extrême droite conquiert des municipalités : Saint-Gilles dans le Gard en 1989, Toulon, Marignane et Orange en 1995, Vitrolles en 1997.

  • 18 Lors des législatives de 1898, les antisémites conquièrent 4 des 6 sièges dévolus aux trois départ (...)
  • 19 Sur l’enracinement de l’OAS en Algérie (qui contraste avec les difficultés de son implantation en (...)

16L’Algérie représente un cas particulier, en raison des conditions très spécifiques dans lesquelles s’inscrit ici la vie politique. Mais c’est bien là qu’est apparu, de la façon la plus nette, un extrémisme nationaliste et antisémite, dès la fin du XIXe siècle. L’élection de Max Régis comme maire d’Alger, suivie par le succès des candidats antisémites aux législatives de 189818 et des émeutes particulièrement violentes, transforme l’Algérie en symbole d’un nationalisme autoritaire, même si, sur le long terme et au plan électoral, les républicains modérés dominent la vie politique des départements algériens. Ce symbole est entretenu dans la mémoire collective à la fois par la droite ligueuse de l’entre-deux-guerres, bien implantée dans les milieux coloniaux, par les poujadistes (c’est à Alger qu’a lieu le premier congrès national de l’UDCA, en novembre 1954) et enfin par les activistes partisans de l’Algérie française, auxquels la création de l’OAS donne une visibilité particulière19.

*

17Pendant la plus grande partie du XXe siècle, l’extrême droite française n’a pas réussi à s’imposer durablement sur la scène électorale et dans des territoires, en raison à la fois, de sa stratégie (qui ne privilégie pas forcément la voie électorale) et de l’impasse politique à laquelle elle semble condamner ses dirigeants les plus ambitieux. À partir des années 1980 toutefois, le FN se distingue des courants qui l’ont précédé en cherchant à s’implanter plus durablement et en constituant de véritables bastions, dont certains – mais certains seulement – se situent dans des zones traditionnellement favorables à l’extrême droite. En effet, en dépit des intermittences de son implantation militante et de ses succès électoraux, l’extrême droite française s’est appuyée sur un certain nombre de bastions. À l’échelle du siècle, elle en a conservé un certain nombre, dans le Midi méditerranéen, dans l’agglomération parisienne et même dans certains cantons ruraux du Centre et du Sud-Ouest. Elle en a perdu quelques-uns, dans l’Ouest principalement, et en a gagné d’autres, dans le Nord, l’Alsace et l’Est de la France. Ces fluctuations dépendent en partie de l’évolution doctrinale et sociologique de l’extrême droite, passée en un siècle de la réaction traditionaliste à la protestation populiste. Elles tiennent aussi à certaines contingences locales et régionales, comme l’activité et le charisme de certains leaders, la possibilité de capter ou d’entretenir certains réseaux ou certaines thématiques spécifiques et l’espace politique disponible, dans chaque région, pour une extrême droite nationaliste et populiste.

Notes

1 Les deux autres députés de droite sont élus dans l’Aveyron (Alfred Cibiel) et dans le 8e arrondissement de Paris (Denys Cochin).

2 En 1898, les Côtes-du-Nord comptaient trois députés appartenant clairement à une droite antirépublicaine, le Finistère un, l’Indre deux, le Nord deux, la Seine-Inférieure deux, le Tarn deux… Ce n’est plus le cas en 1914.

3 Renvoyons évidemment, sur ces questions, à l’ouvrage classique d’A. Siegfried, Tableau politique de la France de l’Ouest ; ou, même s’il porte sur la période postérieure, à D. Bensoussan, Combats pour une Bretagne catholique et rurale. Les droites bretonnes dans l’entre-deux-guerres, Paris, Fayard, 2006.

4 Nous nous permettons de renvoyer sur ce point à M. Bernard, La Guerre des droites, Paris, Odile Jacob, 2007 : voir particulièrement le chapitre II, « De l’extrême droite à la droite : la reconversion du nationalisme (1902-1924) ».

5 Voir J. Cotillon, Ce qu’il reste de Vichy, Paris, Armand Colin, 2003, p. 203.

6 R. Souillac, Le Mouvement Poujade. De la défense professionnelle au populisme nationaliste (1953-1962), Paris, Presses de Sciences Po, 2007, p. 182 et suiv. Voir aussi les analyses de F. Goguel, Géographie des élections françaises sous la IIIe et la IVe Républiques, Paris, Armand Colin, 1970, p. 142.

7 La liste UFF obtient 21,7 % des voix, les deux listes apparentées – défense des paysans et des commerçants – recueillent respectivement 4,8 et 1,4 % des voix. À noter, par rapport à 1951, la disparition dans ce département des gaullistes (alors que la liste RPF avait obtenu 12 % des voix en 1951) et le reflux très net des radicaux (de 26,5 à 18,7 %).

8 Tixier obtient 9 % des suffrages exprimés dans les Pyrénées-Atlantiques, 7,1 % dans les Hautes-Pyrénées et plus de 10,3 % dans les Pyrénées-Orientales…

9 C’est le constat effectué sur le moment par F. Goguel, « L’élection présidentielle française de décembre 1965 », Revue française de science politique, no 2, 1966, p. 230.

10 Sur ce point, voir l’analyse synthétique de P. Perrineau, Le symptôme Le Pen, Paris, Fayard, 1997.

11 Ibid., p. 37.

12 Lors des élections européennes de mars 2010, c’est quand même toujours dans la région Provence-Alpes-Côte d’Azur que le FN, représenté par Jean-Marie Le Pen, obtient son meilleur résultat (23 % des voix au 1er tour, soit quasiment le double de la moyenne nationale).

13 Y. Combeau, P. Nivet, Histoire politique de Paris au XXe siècle, Paris, PUF, 2000.

14 Pour plus de détails, voir les notices de B. Joly, Dictionnaire biographique et géographique du nationalisme français (1880-1900), H. Champion, 2005, p. 409-500.

15 Voir P. Secondy, La persistance du Midi blanc. L’Hérault 1789-1962, Perpignan, PUP, 2006.

16 Voir les travaux de R. Mencherini, notamment « Le Front populaire dans les Bouches-du-Rhône : la droite en réaction », dans G. Morin et G. Richard (dir.), Les deux France du Front populaire, Paris, L’Harmattan, 2008, p. 281-289.

17 Sur tous ces points, voir F.-J. Guilledoux, Le Pen en Provence, Paris, Fayard, 2004.

18 Lors des législatives de 1898, les antisémites conquièrent 4 des 6 sièges dévolus aux trois départements algériens. Parmi les députés algériens, Édouard Drumont (élu à Alger) et Firmin Faure (élu à Constantine).

19 Sur l’enracinement de l’OAS en Algérie (qui contraste avec les difficultés de son implantation en métropole), voir O. Dard, Voyage au cœur de l’OAS, Paris, Perrin, 2005.

Auteur

Président de l’université Blaise Pascal-Clermont-Ferrand, professeur d’histoire contemporaine

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540