Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Terres d’élections

 | 
François Dubasque
, 
Eric Kocher-Marboeuf

Première partie. Quelle échelle pour l’analyse électorale ? Le temps long

Du fief au fief électoral : l’empreinte de la noblesse sur la vie politique française de 1750 à nos jours

Roger Baury

Texte intégral

  • 1 A. Siegfried, Tableau politique de la France de l’Ouest sous la Troisième République, Paris, Arman (...)

1S’il n’est plus aujourd’hui de fiefs qu’électoraux, ce recours à la métaphore domaniale pour désigner des espaces politiques aussi durablement que fermement tenus par des élus, pourtant par définition soumis aux aléas du suffrage universel, n’est pas historiquement anodin : plutôt qu’un abus ou une facilité de langage, ne serait-ce pas une forme d’hommage, même involontaire, aux apports majeurs de la noblesse dans la territorialisation du politique, amorcée dès l’Ancien Régime, et dans la perpétuation, par-delà la Révolution, d’un modèle d’élite dirigeante faisant la part belle à l’assise foncière et aux liens du sang ? Cette influence peut sembler d’autant plus paradoxale que la noblesse n’a plus d’existence en tant qu’ordre depuis 1790, qu’il ne se crée plus de nobles depuis 1871, et que ses appétits de pouvoir n’ont pas moins été contrariés par ses propres divisions que par l’évolution politique du pays, les bouleversements de l’économie et les mutations de la société. Traversée de rivalités plus ou moins sourdes et d’opinions plus hétérogènes qu’on ne le croit de prime abord, elle n’a jamais formé un bloc, tant politiquement qu’économiquement ; mais, si fragmentée qu’elle fût par l’inégale ancienneté de ses lignages, par leur présence ou non dans les Cours, par leurs fonctions et leurs titres, par leurs écarts de fortune, elle est longtemps demeurée, comme le remarquait André Siegfried, en 1913, « une classe à part, distincte de tout ce qui l’entoure » et « remarquablement une par le ton, le but et l’esprit1 ». Même vouée au déclin démographique et réduite à l’état de communauté identitaire, elle se signale, dans la société contemporaine, par l’aspiration d’un grand nombre de ses membres à jouer un rôle dirigeant et par leur surreprésentation dans différentes instances électives. C’est principalement dans ses ancrages territoriaux que, de part et d’autre de la Révolution, elle a trouvé le substrat de ses ambitions politiques et le ferment de leur perpétuation : dès avant la fin de l’Ancien Régime, plusieurs de ses théoriciens ont appelé à une reféodalisation de l’ordre, qui se voulait politique et morale autant qu’économique et sociale ; majoritairement confortée dans ses ci-devant fiefs seigneuriaux par les préfets de Napoléon et de la Restauration, c’est en prenant largement appui sur ses positions locales qu’elle s’est imposée comme un acteur essentiel de la vie politique, dans les premiers temps du suffrage universel ; la régression globale de ses effectifs dans les différentes instances électives, depuis 1876, s’est même assortie de persistances et de résurgences ponctuelles ; au demeurant, son empreinte n’a pas été que quantitative et se laisse aussi entrevoir dans l’aspiration de plus d’un notable à s’inscrire dans la durée et dans le sol de sa terre d’élection.

Le renouveau des aspirations aristocratiques du second ordre

  • 2 W. Mager, « De la noblesse à la notabilité. La formation des notables sous l’Ancien Régime et la c (...)

2Les quatre dernières décennies de l’Ancien Régime se signalent par un double renouveau : celui du fief comme espace d’autorité et d’influence, et celui des aspirations politiques de la noblesse, lesquelles avaient été largement battues en brèche par la monarchie, au temps de Richelieu et de Louis XIV, mais que nombre de ses membres ont de nouveau perçues comme nécessaires à leur être social. Toutefois, cette résurgence s’est faite en ordre dispersé ; face au pouvoir monarchique et à ses « grands commis » (maîtres des requêtes, intendants, conseillers d’État, tous juridiquement nobles), la noblesse a éclaté en trois pôles aux stratégies et aux objectifs politiques nettement différenciés, voire antagonistes : la noblesse de Cour, qui, dans les vingt dernières années du règne de Louis XV, a accédé à des responsabilités ministérielles dont Louis XIV n’aurait jamais songé à la pourvoir, et dont plusieurs gouverneurs issus de ses rangs ont simultanément restauré le lustre et les prérogatives de leurs fonctions ; les magistrats des cours souveraines (spécialement des parlements), qui, à partir de la crise du vingtième, se sont lancés dans une revendication exacerbée du partage de la souveraineté ; la gentilhommerie des provinces, qui rêvait d’une monarchie décentralisée la restaurant dans son rôle « naturel » de pouvoir intermédiaire. C’est aussi cette dernière – la plus considérable par le nombre – qui fut le plus vivement confrontée à la « crise de légitimité » qu’a révélée le débat sur la noblesse commerçante et qu’ont ravivée les sommations des physiocrates à s’assimiler aux « riches » et aux « notables2 ».

  • 3 Voir notamment H. Rippert, Le Marquis de Mirabeau (L’Ami des hommes). Ses théories politiques et é (...)
  • 4 R.-G. Bonnel, Éthique et esthétique du retour à la campagne au XVIIIe siècle. L’œuvre littéraire e (...)
  • 5 Montesquieu, De l’esprit des lois, dans Œuvres complètes, publiées par R. Caillois, Paris, Gallima (...)
  • 6 M.-P. Dion, Emmanuel de Croÿ (1718-1784). Itinéraire intellectuel et réussite nobiliaire au siècle (...)

3Le renouveau conceptuel du fief, à partir de 1750, a procédé, à différents degrés, d’une volonté de réaction sociale et politique et de l’assimilation de certains apports des Lumières. Dès avant les mises en cause de la raison d’être et de l’utilité sociale de l’ordre, tout un courant, dont on peut qualifier la pensée de néoféodale, et qu’ont notamment illustré le marquis de Mirabeau3, alias « l’Ami des hommes » (1715-1789), et le marquis de Lezay-Marnésia4 (1735-1800), a exalté le retour des seigneurs dans leurs terres comme le moyen de régénérer ensemble la noblesse et l’État. En lecteurs de Fénelon avant que de Rousseau, ces auteurs ont redéfini la fonction seigneuriale comme un devoir de paternité et prêché l’exemple du seigneur-patriarche, protecteur-né de ses vassaux et de ses paysans. Bienveillance et patronage furent alors modélisés comme les contre-dons de la richesse foncière et de la suprématie seigneuriale. En conséquence, le retour de la noblesse à la terre ne devait nullement se réduire à un choix de vie d’ordre privé, mais bien plutôt s’assortir d’un retour aux affaires et, sous l’influence de la pensée utilitariste et philanthropique des Lumières, d’un engagement revendiqué en faveur du « bien public », qui, dans les faits, a conduit plusieurs de ses membres à faire actes d’évergétisme (en finançant le relèvement d’un pont ou la réfection d’un chemin, en assistant les indigents, en rétribuant sages-femmes ou médecins, etc.) et à se réapproprier une fonction d’influence et de médiation. Montesquieu l’avait rappelé dans De l’Esprit des lois : c’est de la possession du fief que le noble tirait, non seulement, sa « dignité », mais encore sa vocation de « lien » entre « le pouvoir du prince et la foiblesse du peuple5 » ; c’est donc l’autorité qu’il détenait sur ses « sujets » qui le désignait comme dépositaire et défenseur « naturel » de leurs intérêts particuliers ou collectifs. Même de grands seigneurs de Cour, tels le duc Emmanuel de Croÿ (1718-1784) et le duc Armand-Joseph de Béthune-Chârost (1735-1800), ne répugnèrent pas à jouer ce rôle et mirent à profit leur crédit et leur parfaite connaissance des rouages décisionnels de la monarchie administrative pour plaider, auprès d’un intendant ou d’un ministre, la cause des localités et des provinces où ils étaient possessionnés6. Toutefois, cette atomisation du pouvoir intermédiaire de la noblesse ne pouvait convenir aux tenants d’un gouvernement d’ordre et décentralisé, qui regardaient les assemblées d’États comme le cadre éprouvé de sa mise en pratique.

  • 7 M.-L. Legay, Les États provinciaux dans la construction de l’État moderne aux XVIIe et XVIIIe sièc (...)
  • 8 [Mirabeau], Mémoire concernant l’utilité des États provinciaux, « Rome », 1750, p. 18-19, 24, 27-3 (...)
  • 9 [Mirabeau], Mémoire sur les États provinciaux, s. l., 1757, p. 113 et 119-120.
  • 10 A. Jouanna, « Le second ordre aux États de Languedoc : l’entrée des barons », dans Lyon et l’Europ (...)
  • 11 J. Meyer, « Noblesse des bocages : essai de typologie d’une noblesse provinciale », dans B. Köpecz (...)

4La publication du Mémoire concernant l’utilité des États provinciaux en 1750 a largement contribué à corréler dans les esprits les idées de reconquête aristocratique et de reféodalisation du second ordre. Or, le succès de cette brochure auprès de ses nobles lecteurs a largement reposé sur un « malentendu7 » : outre que le marquis de Mirabeau n’a jamais demandé la restauration sous leur forme antérieure des assemblées d’États supprimées, il entendait faire de ces institutions des auxiliaires zélés du pouvoir monarchique, des organes d’administration déconcentrée, plutôt que des entités de gouvernement autonome8. C’est pourquoi il entendait y borner strictement la représentation nobiliaire : aux incontrôlables « cohues » des États de Bretagne, auxquels tout chef de famille noble était en droit d’assister, il préférait le modèle oligarchique des États de Languedoc9, où les rangs du second ordre ne s’ouvraient qu’aux possesseurs de vingt-trois « baronnies », pouvant se prévaloir de quatre générations nobles, tant du côté paternel que maternel10. La proposition ne manqua pas de déclencher de vigoureuses polémiques entre tenants de la fermeture du corps politique nobiliaire et partisans d’une « aristo-démocratie » que les « bastionnaires » bretons incarnaient avec fougue, voire excès. En effet, au long des règnes de Louis XV et de Louis XVI, participation massive aux sessions des États et harcèlement systématique des détenteurs de l’autorité royale ont fait de la noblesse de Bretagne « la plus politisée » du royaume11 ; et peut-être ne faut-il pas chercher ailleurs la source d’une tradition politique qui a conduit tant de ses descendants à prendre part à la vie publique, aux XIXe et XXe siècles.

  • 12 À l’exemple du comte d’Antraigues (1748-1812), auteur du Mémoire sur la constitution des États de (...)
  • 13 [Dupont de Nemours], Mémoire sur les municipalités, dans Œuvres de Turgot et documents le concerna (...)
  • 14 Procès-verbal des séances de l’assemblée provinciale du Berri tenue à Bourges dans les mois de sep (...)
  • 15 Selon les termes du préambule de l’article xiii du règlement du 28 décembre 1768 ; voir A. Jouanna (...)

5Cependant, ce n’est pas qu’à Versailles que les assemblées d’États avaient des adversaires résolus : à côté des anoblis et de leurs descendants immédiats, mécontents d’en être institutionnellement exclus12, et des cours de parlement, souvent ambiguës mais, au fond, peu enclines à favoriser l’émergence de contre-pouvoirs concurrents, toute une avant-garde libérale adhérant aux doctrines physiocratiques faisait déjà son deuil de la société d’ordres et se disposait à se fondre dans la classe unique des « citoyens propriétaires de revenus fonciers », telle que Dupont de Nemours la délimita en 177513. De là, le compromis adopté par Necker lors de l’expérimentation, dans les généralités de Bourges et de Montauban, d’assemblées de propriétaires répartis en quatre catégories : clergé, noblesse, roturiers des villes et roturiers des champs. Pour siéger dans les rangs de la noblesse berruyère, une filiation remontant au trisaïeul paternel devait s’assortir de la possession d’un fief titré produisant 3 à 4 000 livres de rente14. Cette irruption de l’argent comme critère de définition d’un droit politique n’était pas tout à fait nouvelle – dix ans plus tôt, les États de Languedoc avaient exigé un revenu minimal de 4 à 5 000 livres pour asseoir un titre de baronnie – mais elle révélait un changement d’âge : désormais, tout autant (sinon plus) que le fief, avec ce qu’il impliquait d’ascendant sur les hommes, c’était la terre, définie quantitativement comme source de profit, qui conférait à son possesseur « un intérêt au bien général de la Province15 ».

  • 16 M. Cubells, La Noblesse provençale du milieu du XVIIe siècle à la Révolution, Aix-en-Provence, Pub (...)

6La généralisation tardive des assemblées provinciales en pays d’élections n’a cependant pas tari l’attrait des États traditionnels, dont la restauration fut au cœur de la « réaction aristocratique » des années 1787-1789, spécialement en Franche-Comté et en Provence, où s’est singulièrement exacerbé le clivage entre « possédant fief » et non-fieffés16 ; le débat entre les options néoféodale et libérale ne fut donc résolu que par la chute de l’Ancien Régime. Que la noblesse ait perdu, dans l’aventure, son statut d’ordre et ses privilèges, ne diminua en rien sa capacité à s’imposer dans la société des notables : non seulement, l’essentiel était sauf – à savoir la permanence de ses assises foncières, abstraction faite de cas particuliers –, mais tout ce qui relevait de la conception néoféodale de son patronage et de ses liens de localité – a fortiori revisitée par le souci du bien public et de l’utilité sociale –, la prédestinait à recouvrer durablement un rôle public de premier plan.

Les fluctuations de l’emprise nobiliaire, de la restauration napoléonienne à la « République des ducs »

7La surreprésentation nobiliaire dans les instances d’administration territoriale et de représentation législative, au cours de la période 1800-1876, a initialement procédé de la volonté de l’exécutif, avant de recevoir – diversement, selon les lieux – la consécration du suffrage universel. Dès avant le retour des Bourbons, nombre de ci-devant seigneurs ont ainsi été pourvus de places, de fonctions et d’honneurs, qui leur ont permis de prendre rang dans la nouvelle société ; ce sont bien moins de grands seigneurs de Cour, dont certains reprirent bientôt du service aux Tuileries, que de ci-devant gentilshommes, enracinés et résidents, qui, dans le but, parfois illusoire, de les attacher au régime, furent enrôlés dans les conseils municipaux, d’arrondissement et généraux, appelés à constituer autant d’espaces de perpétuation de leur autorité. Le prix qu’il leur fallut payer s’avéra somme toute modique : l’acceptation de l’égalité devant la loi et l’impôt, et le partage des prébendes avec des élites nouvelles, mais passablement imprégnées de valeurs traditionnelles (à commencer par celles du sol).

  • 17 C.-I. Brelot, La Noblesse réinventée. Nobles de Franche-Comté de 1814 à 1870, Besançon, Annales li (...)
  • 18 D. Higgs, Ultraroyalism in Toulouse from its origins to the revolution of 1830, Baltimore-Londres, (...)
  • 19 M. Agulhon, L. Girard, J.-L. Robert, W. Serman et al., Les Maires en France du Consulat à nos jour (...)
  • 20 D. Higgs, op. cit., p. 101.
  • 21 [D’Eyraud], De l’administration de la justice et de l’ordre judiciaire en France, Paris, Treuttel (...)
  • 22 D. Higgs, op. cit., p. 109, 114-115, 117 ; C.-I. Brelot, op. cit., t. I, p. 511.
  • 23 E. de Waresquiel, Un groupe d’hommes considérables. Les pairs de France et la Chambre des pairs hé (...)

8La Restauration est donc redevable à Napoléon de la disponibilité d’un certain nombre de nobles à remplir des fonctions politico-administratives, ainsi que de leur docilité à l’égard des autorités tutélaires (préfets et sous-préfets). Contrairement à une idée reçue, ce ne sont pas tant les mairies rurales qui les ont intéressés : certes, plus d’un ancien seigneur a considéré la fonction de maire comme un moyen de défendre ses intérêts patrimoniaux, voire comme la première étape d’une carrière de notable départemental ou de haut-fonctionnaire, mais d’autres l’ont aussi tenue pour un fardeau et une source de dépenses et de désagréments – une « véritable charrue », selon le cri du cœur du Franc-Comtois Charles Terrier de Loray17. De fait, la Restauration n’a pas entraîné de contre-révolution des mairies, nonobstant les efforts méritoires des préfets et sous-préfets royalistes pour en faire les annexes des châteaux18 : la part des maires issus de la noblesse d’Ancien Régime, qui était déjà de 9 % en 1811, ne s’est élevée que jusqu’à 11 % en 182419. En revanche, les nobles furent beaucoup plus attirés par les conseils municipaux des villes – ainsi à Toulouse, où David Higgs a observé la résurgence du capitoulat entre 1814 et 183020 –, dans une mesure nettement moindre par les conseils d’arrondissement, socialement plus mêlés, mais sans réserve par les conseils généraux, qu’un juriste définissait en 1824 comme « aristocratiques dans leur essence et dans leur nomination21 ». Il est vrai que le mode de fonctionnement de ces derniers (avec une brève session annuelle, éventuellement précédée d’une tournée d’information) correspondait mieux au rythme de vie de la noblesse, à la conception qu’elle se faisait de son rôle d’intermédiaire-né entre l’autorité décisionnaire et les administrés, ainsi qu’à ses réminiscences historiques : le conseil général fut partout salué comme l’héritier des États provinciaux et des assemblées provinciales22 ; à ce titre, il constituait une source recherchée d’honneur et de distinction – y siéger permettait de se démarquer du reste de la gentilhommerie départementale –, ce que confirme encore le fait que 29 % des pairs de la Restauration n’aient pas dédaigné d’en être23.

  • 24 P.-B. Higonnet, « La composition de la Chambre des Députés de 1827 à 1831 », Revue historique, 92e(...)
  • 25 O. Conrad, Le Conseil général du Haut-Rhin au XIXe siècle. Les débuts d’une collectivité territori (...)
  • 26 Par exemple, le baron de Frénilly, « De quelle manière un État peut guérir », Le Conservateur, 181 (...)
  • 27 Duc de Broglie, Mémoires, Paris, 1938, t. I, p. 262-263.
  • 28 P. Lévêque, Une société provinciale : la Bourgogne sous la Monarchie de Juillet, Paris, 1983, p. 4 (...)

9Alors que régressait la part des députés issus de ses rangs – ils ne formaient plus que 41 % de la Chambre en 1827, contre 60 % en 181524 –, la noblesse d’origine pré-révolutionnaire a donc obtenu, par la seule force des nominations, une prééminence sans rapport avec celle qui avait été la sienne dans les assemblées d’Ancien Régime. Toutefois, le moindre paradoxe des choix de l’administration n’est pas d’avoir consacré, en même temps que sa suprématie d’« ordre », ses divisions et ses clivages25. En effet, pas plus dans les départements qu’à Paris, cette noblesse, qui répugnait encore à s’ouvrir aux nouveaux venus, n’était idéologiquement univoque : à rebours des ultras, qui rêvaient de la patrimonialisation des fonctions administratives et représentatives au profit d’une aristocratie héréditaire et solidement possessionnée26, tant des grands seigneurs imprégnés de l’esprit des Lumières, tel le duc Victor de Broglie (1785-1870), qui passait pour « apprenti-jacobin » aux yeux des habitants de l’Eure27, que ces gentilshommes provinciaux qui, par exemple en Côte-d’Or et en Saône-et-Loire28, n’hésitaient pas à défendre les couleurs libérales aux législatives, rejetaient déjà tout exclusivisme nobiliaire et se dégageaient des solidarités d’ordre pour participer à l’élaboration d’organisations proprement politiques cherchant à traverser toute l’épaisseur du corps électoral censitaire.

  • 29 N. Petiteau, Élites et mobilités : la noblesse d’Empire au XIXe siècle (1808-1914), Paris, La Bout (...)
  • 30 M. Agulhon et al., op. cit., p. 38.
  • 31 A.-J. Tudesq, Les Conseillers généraux en France au temps de Guizot (1840-1848), Paris, Armand Col (...)
  • 32 H. de Changy, Le Mouvement légitimiste sous la Monarchie de Juillet (1833-1848), Rennes, PUR, 2004 (...)
  • 33 R. Rémond, La Droite en France de la première Restauration à la Ve République, Paris, Aubier, 1968 (...)

10La monarchie de Juillet a marqué un tournant capital dans l’histoire politique de la noblesse, non seulement à cause des démissions et des révocations massives que le refus du nouveau régime a provoquées, mais surtout en raison de la substitution de l’élection à la nomination pour la désignation de la plupart des mandats locaux. Si le ralliement de nombreux anoblis de Napoléon au régime de Juillet a peu ou prou maintenu la texture aristocratique des chambres29, les conseils municipaux urbains, les conseils d’arrondissement et généraux se sont embourgeoisés dans des proportions massives et de façon souvent durable ; seulement 4 % des mairies demeuraient aux mains de nobles en 183230 – même s’il ne faut pas exclure que maints châtelains légitimistes ont continué d’en « tenir » un nombre indéterminable, par homme-lige interposé – et les taux de 17 % et de 22 % de conseillers généraux porteurs d’un nom à particule en 1840 et 1847 seraient sans doute moindres de moitié s’ils n’englobaient que des nobles légaux31. Toujours est-il que cette « traversée du désert » de la majorité légitimiste du groupe ne lui a pas été nuisible, en ce qu’elle lui a permis de faire l’apprentissage de la vie politique moderne sous toutes ses formes : utilisation de la presse, élargissement des clientèles aristocratiques au-delà du fief d’origine, prise en compte des mots d’ordre nationaux, jeu des alliances avec les républicains32. Il n’est donc pas étonnant que de chauds partisans du « vote universel » aient émergé des rangs de la « Jeune France », dès la décennie 183033.

  • 34 Marquis Louis de Vogüé, Une famille vivaroise (suite). Du Vivarais au Berry, Reims, 1948, p. 66-69 (...)
  • 35 J. Marseille, Les Wendel 1704-2004, Paris, Perrin, 2004.

11Toutes opinions et toutes origines confondues, les nobles n’ont pas été désarmés face à l’élargissement du suffrage ; ils purent d’autant mieux faire figure de mandataires évidents qu’ils continuaient de cumuler les avantages du prestige, de la fortune, de la disponibilité, voire de la candidature officielle, sous le Second Empire ; parce qu’ils étaient liés d’intérêts au milieu local et avaient leurs entrées à la préfecture, voire dans les palais de la capitale, on les créditait volontiers d’une aptitude spécifique à plaider en haut lieu la cause d’une commune, d’un canton ou d’un arrondissement – mission, qui, on le voit, ne différait pas fondamentalement de celle que leurs devanciers s’étaient assignée, un siècle plus tôt. Généralement exempts de problèmes de financement des campagnes électorales, ils répandaient leur patronage et leurs largesses de façon strictement conforme au schéma néoféodal du siècle précédent, et s’appuyaient sur des agents électoraux d’autant plus dévoués qu’il s’agissait presque toujours de leurs hommes d’affaires, de leurs domestiques, de leurs paysans, voire de leurs ouvriers. Les investissements de quelques-uns dans l’industrialisation ont aussi joué en faveur de leurs ambitions électorales : un moment tenté de se faire élire dans la terre ardéchoise de ses ancêtres, où son nom était encore entouré de « respect », le marquis Léonce de Vogüé (1805-1877) força momentanément les portes du Palais-Bourbon, en 1848, en prenant appui sur les « châteaux-forts industriels » – l’expression est de lui – qu’il avait créés aux environs de Bourges34 ; incomparablement plus durable s’avéra la fortune électorale des Wendel en Moselle, fondée, comme on le sait, sur l’essor de leurs activités sidérurgiques et la pratique systématique d’un paternalisme, qui n’était autre qu’un aggiornamento du patronage seigneurial35.

  • 36 L. Girard, A. Prost, R. Gossez, Les Conseillers généraux en 1870. Étude statistique d’un personnel (...)
  • 37 E. Anceau, Les Députés du Second Empire. Prosopographie d’une élite au XIXe siècle, Paris, Librair (...)
  • 38 J. Bécarud, « Noblesse et représentation parlementaire. Les députés nobles de 1871 à 1968 », Revue (...)
  • 39 L. Girard et al., op. cit., p. 118.
  • 40 Par exemple E. Bonnemère, Histoire des paysans de la fin du Moyen Âge jusqu’à nos jours 1200-1850,(...)
  • 41 C.-I. Brelot, op. cit., t. I, p. 569-570.
  • 42 A. Corbin, « Les aristocrates et la communauté villageoise. Les maires d’Essay (1791-1986) », dans (...)
  • 43 L. Girard et al., op. cit., p. 127.

12L’instauration du suffrage universel a donc ouvert les trente glorieuses de l’influence politique d’une noblesse qui, « loin de s’affaiblir, au fur et à mesure que s’éloign[ait] le temps où elle constituait un ordre privilégié », et en partie revigorée par le sang neuf des anoblis des empires et des monarchies censitaires, assumait pleinement son rôle de classe dirigeante, au point d’« entraîn[er] derrière elle une bonne partie des notables36 ». Certes, la part des députés juridiquement nobles, qui a d’abord grimpé de 43,08 % en 1852 à 46,08 % en 1857, a régressé aux élections suivantes (38,08 % en 1863 ; 31,95 % en 186937), avant de connaître un relatif rebond à 33 % en 187138, sous l’effet des circonstances. Mais, concomitamment, le nombre de conseillers généraux se réclamant de la noblesse (même sans principe légal) a progressé de 21,5 % en 1849 à 27,6 % en 187039 ; au grand dam des républicains, ardents à fustiger l’emprise inentamée de grands propriétaires « féodaux » sur les moindres communes40, nombre d’entre elles ont été recouvrées par les descendants de leurs anciens seigneurs, certaines qui n’avaient jamais connu de maire noble ont même été gagnées (pas moins d’une trentaine en Franche-Comté41) et quelques dynasties municipales ont alors pris naissance (comme les d’Harcourt à Essay, dans l’Orne42). Mais, pour « affirmée » que fût la volonté de ses membres « d’exploiter l’assise solide de leur fortune pour exercer une influence43 », la géographie électorale de la noblesse était déjà marquetée de vides et de pleins : aux électorats de type holiste, qui, pas uniquement dans l’ouest, perpétuaient par les urnes leur attachement aux hiérarchies séculaires, s’opposaient, un peu partout, aussi bien dans les plaines céréalières que dans les terroirs viticoles ou les vallées alpines, des « démocraties égalitaires » qui répugnaient à faire coïncider mandat électif et puissance sociale.

Replis et pérennités

  • 44 J. Bécarud, art. cité, p. 978.
  • 45 A. Siegfried, op. cit., p. 424.
  • 46 P. Barral, Le Département de l’Isère sous la Troisième République 1870-1940. Histoire sociale et p (...)
  • 47 J.-F. Viple, Sociologie politique de l’Allier. La vie politique et les élections sous la Troisième (...)

13L’enracinement de la République s’est accompagné d’un processus d’érosion des positions électorales de la noblesse, qui n’a jamais pu être enrayé. La raison nous en semble principalement politique : à partir du moment où l’administration changea de mains et renforça son emprise dans tous les domaines, le noble – a fortiori s’il s’obstinait dans des opinions monarchistes – parut disqualifié, tant pour faire valoir les intérêts locaux auprès des pouvoirs publics, par exemple pour obtenir une ligne de chemin de fer, que pour distribuer des « faveurs républicaines » aux particuliers, comme des dispenses de service militaire ; au demeurant, il a été de plus en plus concurrencé sur son propre terrain et par des moyens proches des siens : médecins, notaires, avoués et avocats désormais notabilisés s’imposèrent d’autant mieux comme mandataires du pays qu’ils savaient eux aussi rendre des services à la population (et sans intermédiaire). Il en est résulté que les effectifs nobiliaires à la Chambre des députés ont inexorablement fondu, d’un scrutin sur l’autre, jusqu’à passer sous la barre des 10 % en 191044. À la veille de la Première Guerre mondiale, la puissance politique de la noblesse n’était donc plus qu’un fait régional, circonscrit à ses bastions de l’Anjou, du Maine, de Bretagne, de Vendée et, dans une mesure moindre, de Normandie, lesquels paraissaient à André Siegfried aussi inexpugnables que redoutables, du seul fait que plusieurs de ses élus continuaient « de déployer hautement le drapeau du roi45 ». Dans le reste du pays, subsistaient comme autant de buttes-témoins de la coïncidence entre pouvoir local et grande propriété, des fiefs de dimension et d’importance politique variables, généralement bornés à quelques communes, tout au plus à un ou deux cantons, comme dans l’Isère46 et dans l’Allier47.

  • 48 Ibid., p. 25-28, 33, 280, 289-294.
  • 49 A. Siegfried, op. cit., p. 116.
  • 50 A. Chandernagor, Les Maires en France XIXe-XXe siècle. Histoire et sociologie d’une fonction, Pari (...)
  • 51 A. Siegfried, op. cit., p. 416-417.

14Or, pas davantage que la géologie ou la forme du paysage, les structures agraires ne sauraient expliquer à elles seules pourquoi la noblesse s’est électoralement maintenue dans certains lieux, et pas dans d’autres : être largement maîtresse du sol dans l’Allier lui a très tôt valu plus d’hostilité que d’adhésion48 ; en revanche, l’est du Morbihan, où son assise économique était plutôt médiocre, est demeuré longtemps acquis à ses représentants comme à leurs idées49. Constater ces disparités ne revient pas pour autant à invalider tout rapport de causalité entre suprématie foncière et éligibilité : dans le cas du comte de Pontavice, qui, en 1900, fut porté à la mairie de Thuré, en Mayenne, aussitôt après qu’il eut acquis le château, la volonté villageoise d’indexer l’autorité municipale sur la hiérarchie économique et sociale apparaît même déliée de tout paramètre affectif (en l’occurrence, les liens personnels se sont tissés a posteriori, au long des quarante-deux années de mandat de ce châtelain50). Inversement, il se vérifie abondamment que, comme le postulait André Siegfried, « un noble sans terres » était infailliblement voué à « perd[re] l’essentiel de son influence » et « le plus clair de son pouvoir électoral51 » : indépendamment des stratégies mondaines ou des nécessités professionnelles, qui ont conduit maintes lignées à s’éloigner de leurs terroirs, les liquidations patrimoniales qui ont résulté, soit des rigueurs du Code civil, soit de faillites personnelles, ont eu raison de nombreux fiefs municipaux, voire cantonaux, au cours du XXe siècle. Nous n’avons relevé qu’une exception récente à cette règle : la mairie de Thaumiers, modeste commune du Cher de quelque 400 habitants, où, depuis 1812, se sont succédées (moyennant quelques interruptions, la plus longue coïncidant avec le règne de Louis-Philippe) six générations de la même lignée (dont un pair de la Restauration et un aide de camp du général de Gaulle), et dont le dernier détenteur du fauteuil (également successeur de son père au conseil général) s’est fait réélire en mars 2008, trois mois après avoir signé l’acte de vente du château de ses ancêtres.

  • 52 P. Bois, Paysans de l’ouest. Des structures économiques et sociales aux options politiques depuis (...)
  • 53 D. Bellamy, Geoffroy de Montalembert (1898-1993). Un aristocrate en République, Rennes, PUR, 2006, (...)
  • 54 A. Siegfried, op. cit., p. 419.
  • 55 G. Dupeux, Aspects de l’histoire sociale et politique du Loir-et-Cher 1848-1914, Paris-La Haye, Mo (...)
  • 56 M. Vigreux, Paysans et notables du Morvan au XIXe siècle jusqu’en 1914, Château-Chinon, Académie d (...)

15Toutefois, une forte implantation foncière ne saurait être tenue pour une condition suffisante à la perpétuation de fiefs électoraux nobiliaires dans un système démocratique : un minimum d’implication dans les affaires publiques, voire de combativité politique de la part des intéressés, et le consentement des populations se sont avéré indispensables dans tous les cas et, en premier lieu, à l’échelon communal. Beaucoup de châtelains d’arrondissement ont regardé le mandat de maire, non seulement comme un devoir d’état, une obligation inhérente à la tradition du service, mais aussi comme un moyen de défendre leur vision du monde et de protéger le milieu local des secousses du siècle, en commençant par contrer la politique anti-catholique des gouvernements républicains. Or, Paul Bois l’a montré dans le cas de la Sarthe, leur élection et leurs réélections n’auraient jamais été acquises si, bien plus qu’« un lien de dépendance économique », « le passé » n’avait « légué [un] “climat” psychologique » favorable à l’acceptation de leur prééminence : c’est parce que « le grand propriétaire » n’était nullement « un corps étranger dans l’organisme social » sur lequel il entendait exercer sa tutelle que son influence y était reconnue, voire plébiscitée52. Encore lui incombait-il d’entretenir cet héritage immatériel par sa présence et son patronage. Ainsi, à Annapes, commune alors rurale de la périphérie de Lille, à la tête de laquelle le comte Geoffroy-Jules de Montalembert (1850-1926) fut constamment reconduit de 1881 à 1919, « les habitants […] ne différenciaient pas les activités du maire, du président du Bureau de bienfaisance, du propriétaire de l’hospice Gabrielle, des ouvroirs, du protecteur des écoles catholiques et des “patro”, du dispensateur des bourses53 ». Fut-ce à cause de la difficulté d’étendre ce mode d’encadrement aristocratique à l’échelle d’un canton ou d’un arrondissement, de la lassitude engendrée par les inépuisables querelles au sein des droites monarchistes ou de replis massifs sur l’entre-soi des salons et des cercles ? Force est de constater que « le goût de l’intrigue et de la lutte » électorale, dont Siegfried créditait « le noble54 », ne fut pas également partagé : renouant avec la « timidité » qui les avait étreintes en 1849, les grandes familles du Loir-et-Cher « répugn[èrent] de plus en plus à s’engager55 » ; quant aux gentilshommes du Morvan, c’est dès 1889 qu’ils renoncèrent à la « lutte cantonale56 ».

  • 57 J. Quellien, Bleus, blancs, rouges. Politique et élections dans le Calvados 1870-1939, Caen, Cahie (...)
  • 58 H. Boulenguez, « Une dynastie parlementaire aux XIXe et XXe siècles : la famille des Rotours », Re (...)
  • 59 L. Mairy, Le Département du Doubs sous la IIIe République. Une évolution politique originale, Besa (...)
  • 60 Le processus de la transmission chez les Moustier paraît d’autant plus intéressant à observer qu’i (...)
  • 61 Y. Pourcher, Les Maîtres de granit. Les notables de Lozère du XVIIIe siècle à nos jours, Paris, Pl (...)

16Partant, il paraît assez logique que ce soit dans des communes rurales, où toutes les conditions se trouvaient réunies pour que leur autorité sociale se conservât intacte, que se soient perpétuées, à travers les changements de régimes et les mutations économiques et sociales, des dynasties de maires nobles. Pour marginal qu’il puisse paraître, ce phénomène ne saurait laisser indifférents les historiens et appelle une enquête nationale pour en saisir la mesure exacte et les multiples aspects. Qu’en règle générale, la longévité électorale des lignées d’élus nobles soit inversement proportionnelle à l’importance et au degré de politisation du mandat transmis, n’exclut nullement quelques beaux exemples de succession héréditaire ou lignagère dans les assemblées législatives. Mais, sauf exceptions propres à l’ouest – ainsi, le royalisme déclaré du baron Maurice Gérard (1853-1924), deuxième député de sa lignée, de 1902 à 1919, n’a pas empêché celle-ci de se maintenir dans la circonscription de Bayeux, sans la moindre interruption entre 1881 et 194057 –, la plupart de ces dynasties ont dû très tôt abandonner toute référence monarchique pour sauvegarder leur fief. Si, chez les des Rotours, dont quatre générations se sont fait élire dans le Nord entre 1857 et 1940, ce tournant n’a été pris qu’en 189358, le marquis René de Moustiers (1850-1935), pourtant fils d’un ministre de Napoléon III, l’a négocié quatre ans plus tôt, dès sa première candidature législative dans le Doubs : conseiller général pendant cinquante-huit ans (de 1877 à 1935), député de 1889 à 1921, puis sénateur jusqu’à sa mort, il a joué un rôle décisif dans l’évolution de ce département du radicalisme vers la droite59, tout en sachant s’y tailler une « baronnie républicaine », que son fils et son petit-fils ont « tenue » jusqu’à l’avènement de la Ve République60. Que l’adaptation aux circonstances fût la condition de la longévité électorale apparaît avec encore plus d’éclat dans le cas de la maison de Chambrun, dont, entre 1857 et 1973, pas moins de cinq membres se sont relayés comme députés et sénateurs de la Lozère, sous les étiquettes les plus hétéroclites : preuve de la puissance de leur enracinement, leurs engagements tour à tour monarchiste, républicain, progressiste, démocrate-chrétien et gaulliste, n’ont en rien empêché la constitution, à leur bénéfice, d’un remarquable « habitus de l’élection61 ».

  • 62 G. Le Béguec et D. Peschanski, Les Élites locales dans la tourmente. Du Front populaire aux années (...)
  • 63 M. Rosier, « Les modérés sur leurs terres. 4. Une force tranquille. Nouvel entretien avec Michel d (...)
  • 64 Aymeri de Montesquiou-Fezensac, né en 1942, n’a instantanément recueilli que la mairie de Marsan e (...)
  • 65 J. Bécarud, art. cité, p. 990.
  • 66 Pour reprendre une expression de G. Le Béguec, L’Entrée au Palais-Bourbon. Les filières privilégié (...)

17Plus significatifs encore de la magie opératoire d’un nom noble sur le corps électoral s’avèrent les cas de résurgence que l’on observe au cours du XXe siècle, comme si la « tourmente » qui a emporté tant de notables, de part et d’autre de la Seconde Guerre mondiale62, avait été sans incidence : dans la Sarthe, Bernard Caillard d’Aillières (1895-1957) a recouvré tour à tour, à partir de 1928, les mandats que la mort prématurée de son père avait fait sortir du giron familial en 1897, puis son fils Michel, qui lui a aussitôt succédé comme maire de leur commune éponyme et conseiller général, a mené, sous la Ve République, une carrière parlementaire plus longue que celles de tous ses devanciers réunis63 ; dans le Gers, le duc Aymeri de Montesquiou-Fezensac, aujourd’hui sénateur, a presque naturellement hérité des mandats gagnés par son père, le duc Pierre (1909-1976), élu maire de Marsan, dès 1951, puis conseiller général et député, de 1958 à sa mort64 ; enfin, ce sont ses fiefs familiaux du Morbihan – la mairie (de 1965 à 2000) et le canton (de 1982 à 1998) de Josselin, passés en d’autres mains après la mort au champ d’honneur de son aïeul, en 1916 – que le duc Josselin de Rohan-Chabot, tout énarque qu’il fût, s’est attaché à reconquérir, avant de se lancer à l’assaut du Sénat (en 1983) et de la présidence du conseil régional de Bretagne (de 1998 à 2004). Est-ce à dire qu’en dépit des mutations qui ont affecté la société française depuis 1945, la noblesse, dans son ensemble, n’a rien abdiqué de sa dimension aristocratique ou que sa visibilité persistante dans les instances électives – jusqu’à 5,3 % de députés issus de ses rangs et de la bourgeoisie à particule, en 196865 – n’est due qu’à la capacité mieux conservée de certaines de ses lignées à faire fructifier leur « capital vocation66 » ?

L’imitation d’un modèle

18Toutefois, ce n’est pas uniquement à l’aune de la capacité de ses membres à se faire élire que l’on doit mesurer l’empreinte nobiliaire dans la vie politique française : non moins significatifs nous semblent les phénomènes d’identification aristocratique, qui se perçoivent chez des hommes politiques qui n’étaient pas issus de la noblesse et qui, cependant, lui ont emprunté ses stratégies patrimoniales et/ou dynastiques en vue de s’inscrire dans l’histoire autant que dans le sol de leurs terres d’élection.

  • 67 É. Anceau, op. cit., p. 496-499.
  • 68 B. Lachaise, « Parlementaires et châteaux en Périgord aux XIXe -XXe siècles », dans A.-M. Cocula e (...)
  • 69 J.-F. Viple, op. cit., p. 251, 310, 315.
  • 70 E. Guillaumin, La Vie d’un simple (Mémoires d’un métayer), Paris, 1922, p. 89 (1re éd. 1904).
  • 71 Y. Pourcher, op. cit., p. 269.
  • 72 B. Lachaise, art. cité, p. 237.
  • 73 M. Mathieu, « Les parlementaires de la Vienne : en général, de riches propriétaires entre 1871 et (...)
  • 74 J. Renard, Journal 1887-1910, publié par H. Bouillier, Paris, R. Laffont, coll. « Bouquins », 1990 (...)
  • 75 Comme le montre le cas de la Dordogne étudié par B. Lachaise, art. cité, p. 236.

19Quoi qu’en ait pensé Georges Pompidou, selon qui un homme politique ne pouvait décemment posséder de château qu’à la condition qu’il appartînt à sa famille depuis Louis XV, l’acquisition d’une noble demeure n’a pas constitué d’obstacle rédhibitoire à la brigue électorale, surtout au XIXe siècle : près du quart des députés non-nobles du Second Empire en ont possédé au moins un, implanté dans leur circonscription67. Ce phénomène de castrification d’hommes politiques d’origine bourgeoise ou plébéienne revêt plusieurs significations, parfois complémentaires : incontestablement, le château témoignait de leur réussite sociale ; en outre, il impressionnait favorablement le petit propriétaire des campagnes, aussi sensible aux marques de prestige que soucieux de repousser le « péril rouge » ; il révèle encore la volonté de l’élu de s’enraciner, voire de capter un héritage symbolique (par exemple, celui de Montaigne par Pierre Magne68). Que sa possession (ou son acquisition) fût politiquement marquée à droite n’a pas dissuadé mains hommes de gauche de devenir châtelains, que ce fût dans l’Allier69 – à l’image du député Fauconnet, dont l’enrichissement révoltait le narrateur de La Vie d’un simple70 –, la Lozère71, la Dordogne72 ou la Vienne73. Quand bien même le château fût sujet à de violentes attaques – ainsi de la part de Jules Renard, qui réclamait « le collectivisme pour le château d’en face74 » –, il n’est pas douteux que ce soit sa nature même de symbole de pouvoir et de centre d’influence que tous ces républicains ont cherché à exploiter à leur profit. Partant, il est assez logique que ce soit à partir du moment où, dans l’entre-deux-guerres, cette charge symbolique est devenue moins évidente que les envies de château de la classe politique se soient raréfiées, avant de se marginaliser après 194575 ; l’acquisition par Jacques Chirac, en 1971, du château de Bity, fiché au cœur de la troisième circonscription de la Corrèze, demeure, à notre connaissance, l’ultime illustration du phénomène.

  • 76 C. Patriat, « Perspective cavalière où il est question de personnes éligibles naturellement et lég (...)
  • 77 Pour reprendre le titre de l’ouvrage de J.-L. Debré, Dynasties républicaines, Paris, Fayard, 2009.
  • 78 D’après les extrapolations de B. Ménager, « La succession des mandats : une affaire de familles ?  (...)
  • 79 M. Abélès, Jours tranquilles en 89. Ethnologie politique d’un département français, Paris, 1989, p (...)
  • 80 B. Ménager, J.-P. Florin, J.-M. Guislin (dir.), Les Parlementaires du Nord-Pas-de-Calais sous la I (...)

20La transmission héréditaire des mandats présente un autre aspect de la pérennité du modèle nobiliaire dans la vie politique contemporaine. Il s’agit là d’une pratique pour le moins paradoxale, sinon incongrue, dans un système fondé sur un principe d’individualisme égalitaire et censé garantir « la rotation des rôles que l’on associe à l’idée d’élection76 ». Partant, on qualifie volontiers les dynasties les plus marquantes de « républicaines77 », pour faire oublier ce que ces hérédités trahissent de mimétisme nobiliaire : le triptyque nom-ancrage-notoriété, qui a souvent tenu lieu de viatique aux héritiers d’élus, n’a-t-il pas formé pendant des siècles l’essence même du capital social du ci-devant second ordre ? Pour faire court, nous nous bornerons à constater que, si la tentation de faire politiquement souche dans une ville, un canton ou une circonscription n’a pas disparu de nos jours, le rêve dynastique se brise, dans beaucoup de cas, sur l’incapacité ou le refus de la troisième génération à reprendre le flambeau ; on ne rencontre donc le plus souvent que des dynasties amorcées, tronquées et, de ce fait, imparfaites, ce qui rend les exceptions d’autant plus remarquables78 : tel fut le cas de la famille Flandin, dont pas moins de six membres ont représenté le canton de Vézelay au conseil général de l’Yonne, de 1839 à 1887, puis de 1893 à 1992, en jouant « admirablement de [leur] double appartenance au village et à la capitale79 » – soit un habitus éminemment nobiliaire –, ou encore de la dynastie des Plichon, dont la longévité parlementaire sur trois générations, entre 1846 et 1940, s’explique par « l’adéquation de leur orientation politique » avec celle de la circonscription de Bailleul, qui a longtemps conservé une forte identité rurale, catholique et flamingante80. À rebours de ces dynasties de type traditionnel, des familles ont su prospérer politiquement sans attaches territoriales fixes, à l’exemple des Chautemps, des Debré, des Joxe ou des Mitterrand (ce dernier cas se signalant même par la disjonction du patrimoine résidentiel et de l’assise électorale nivernaise). Est-ce à dire qu’elles dérogent au modèle féodo-nobiliaire qui a retenu notre attention ? Ne peut-on pas voir en elles, du seul fait de leur renom national, comme des avatars des grandes maisons de Cour, qui tenaient leur prestige, leur influence et leur rayonnement de la multiplicité de leurs ancrages territoriaux et de leur relation privilégiée avec le souverain ?

*

21La cause est entendue et le constat sans appel : le poids politique de la noblesse n’a cessé de s’amoindrir à mesure que la République s’est enracinée ; l’échec des projets de restauration monarchique s’est avéré, à bien des égards, préjudiciable à ses ambitions, mais « la fin des terroirs » lui a porté un coup fatal, en ce qu’elle a anéanti les fondements séculaires de son autorité sociale : pas plus que le vaste monde, aucun microcosme rural n’a été épargné par les mutations qui ont en modifié les structures économiques et délité le tissu humain, mais nombre de familles nobles en ont aussi subi les effets, à commencer par la pulvérisation de leur patrimoine et leur propre déracinement. Partant, c’est plus sûrement dans les banques, les multinationales et les grands corps de l’État qu’à la tête d’une commune ou au sein d’un conseil général que les aristocrates d’aujourd’hui peuvent assouvir leur goût atavique du pouvoir. Toutefois, pour résiduelle qu’elle soit, la présence nobiliaire dans différentes instances locales interroge : que certaines familles aient réussi mieux que d’autres à maintenir leurs assises foncières n’explique pas tout ; il leur a encore fallu faire fructifier ou regagner, selon les cas, la fidélité d’un corps électoral qui a lui aussi profondément changé, tant dans sa structure que dans ses aspirations. Avançons une hypothèse : n’est-ce pas moins pour conserver les choses en l’état que pour accompagner les changements et en amortir les secousses que ces électeurs ont marqué leur confiance aux porteurs d’un nom connu et enraciné ? Reste que ce n’est pas au déclin quantitatif des hommes et des lignées qu’il faut réduire l’empreinte de la noblesse sur la vie politique française ; d’une plus grande importance nous semble le rapport aux lieux qu’elle a inventé avant la Révolution et sur la base duquel elle a refondé ses aspirations politiques : en combinant solidité des attaches territoriales, aptitude à porter les intérêts locaux devant le pouvoir central et approfondissement des relations interpersonnelles par la pratique du patronage et du clientélisme, elle a créé un modèle que des générations de notables, anoblis ou pas, de droite mais aussi de gauche, ont à leur tour imité et mis en œuvre avec souvent plus de succès. Du fait de l’emprise croissante des partis politiques dans la désignation des candidats et de la refonte en cours des circonscriptions cantonales, le temps où la légitimité politique d’un homme ou d’une lignée découlait de son implantation préalable dans un territoire donné et de sa capacité reconnue à l’« incarner », paraît désormais révolu ; tout compte fait, il aura quand même duré un peu plus longtemps que les lampes à huile et la marine à voile.

Notes

1 A. Siegfried, Tableau politique de la France de l’Ouest sous la Troisième République, Paris, Armand Colin, 1913, p. 416.

2 W. Mager, « De la noblesse à la notabilité. La formation des notables sous l’Ancien Régime et la crise de la Monarchie Absolue », Histoire, économie et société, 12e année, 1993, no 4, p. 487-506.

3 Voir notamment H. Rippert, Le Marquis de Mirabeau (L’Ami des hommes). Ses théories politiques et économiques, Paris, A. Rousseau, 1901, et L. Brochard, Les Doctrines économiques et sociales du marquis de Mirabeau, Paris, V. Giard, 1902.

4 R.-G. Bonnel, Éthique et esthétique du retour à la campagne au XVIIIe siècle. L’œuvre littéraire et utopique de Lezay-Marnésia 1735-1800, New York, P. Lang, 1995.

5 Montesquieu, De l’esprit des lois, dans Œuvres complètes, publiées par R. Caillois, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1951, t. II, p. 237-995 (cf. p. 288).

6 M.-P. Dion, Emmanuel de Croÿ (1718-1784). Itinéraire intellectuel et réussite nobiliaire au siècle des Lumières, Bruxelles, Éditions de l’université de Bruxelles, 1997, p. 98-103 ; A. Ravel-Cordonnier, « Les courtisans, le Roi et le gouvernement du “pays” : noblesse aulique et décentralisation dans la France du XVIIIe siècle », dans M.-L. Legay et R. Baury (dir.), L’Invention de la décentralisation. Noblesse et pouvoirs intermédiaires en France et en Europe, XVIIe -XIXe siècle, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2009, p. 205-226 ; R. Baury, « L’ubiquité nobiliaire aux XVIIe et XVIIIe siècles », dans J. Pontet, M. Figeac et M. Boisson (dir.), La Noblesse de la fin du XVIe siècle au début du XXe siècle, un modèle social ?, Anglet, Atlantica, 2002, t. I, p. 133-155.

7 M.-L. Legay, Les États provinciaux dans la construction de l’État moderne aux XVIIe et XVIIIe siècles, Genève, Droz, 2001, p. 324.

8 [Mirabeau], Mémoire concernant l’utilité des États provinciaux, « Rome », 1750, p. 18-19, 24, 27-33.

9 [Mirabeau], Mémoire sur les États provinciaux, s. l., 1757, p. 113 et 119-120.

10 A. Jouanna, « Le second ordre aux États de Languedoc : l’entrée des barons », dans Lyon et l’Europe. Hommes et sociétés. Mélanges d’histoire offerts à Richard Gascon, Lyon, PUL, 1980, t. II, p. 1-15 (cf. p. 2 et 6).

11 J. Meyer, « Noblesse des bocages : essai de typologie d’une noblesse provinciale », dans B. Köpeczi et E. H. Balazs, Noblesse française, noblesse hongroise XVIe-XIXe siècles, Budapest-Paris, Akademiai Kiado-Editions du CNRS, 1981, p. 35-56 (cf. p. 44) ; du même, La Noblesse bretonne au XVIIIe siècle, Paris, SEVPEN, 1966, t. II, p. 1057-1085.

12 À l’exemple du comte d’Antraigues (1748-1812), auteur du Mémoire sur la constitution des États de la province du Languedoc, et sur le danger qui menace la liberté publique, quand les provinces sont régies par des États inconstitutionnels, publié en 1788.

13 [Dupont de Nemours], Mémoire sur les municipalités, dans Œuvres de Turgot et documents le concernant, publiés par G. Schelle, Paris, F. Alcan, 1913-1923, t. IV, p. 574-621 (cf. p. 583-586, 595-597, 606 et 611).

14 Procès-verbal des séances de l’assemblée provinciale du Berri tenue à Bourges dans les mois de septembre et octobre 1780, précédé du projet de règlement proposé par cette administration et des détails relatifs aux principaux objets qui ont occupé les assemblées de 1778 et 1779, Bourges, 1781, p. 33-34.

15 Selon les termes du préambule de l’article xiii du règlement du 28 décembre 1768 ; voir A. Jouanna, art. cit., p. 10.

16 M. Cubells, La Noblesse provençale du milieu du XVIIe siècle à la Révolution, Aix-en-Provence, Publications de l’université de Provence, 2002, p. 279-291 ; J. Egret, « La révolution aristocratique en Franche-Comté et son échec (1788-1789) », Revue d’Histoire moderne et contemporaine, t. I, 1954, p. 245-271.

17 C.-I. Brelot, La Noblesse réinventée. Nobles de Franche-Comté de 1814 à 1870, Besançon, Annales littéraires de l’université de Besançon, t. I, p. 508-509.

18 D. Higgs, Ultraroyalism in Toulouse from its origins to the revolution of 1830, Baltimore-Londres, The Johns Hopkins University Press, 1973, p. 99-100.

19 M. Agulhon, L. Girard, J.-L. Robert, W. Serman et al., Les Maires en France du Consulat à nos jours, Paris, Publications de la Sorbonne, 1986, p. 38.

20 D. Higgs, op. cit., p. 101.

21 [D’Eyraud], De l’administration de la justice et de l’ordre judiciaire en France, Paris, Treuttel et Würtz, 1824, t. I, p. 251-270.

22 D. Higgs, op. cit., p. 109, 114-115, 117 ; C.-I. Brelot, op. cit., t. I, p. 511.

23 E. de Waresquiel, Un groupe d’hommes considérables. Les pairs de France et la Chambre des pairs héréditaires de la Restauration 1814-1831, Paris, Fayard, 2006, p. 276.

24 P.-B. Higonnet, « La composition de la Chambre des Députés de 1827 à 1831 », Revue historique, 92e année, t. CCXXXIX, 1968, p. 351-378 (cf. p. 353 et 376).

25 O. Conrad, Le Conseil général du Haut-Rhin au XIXe siècle. Les débuts d’une collectivité territoriale et l’influence des notables dans l’administration départementale (1800-1870), Strasbourg, PUS, 1998, p. 185.

26 Par exemple, le baron de Frénilly, « De quelle manière un État peut guérir », Le Conservateur, 1819, t. III, p. 25-40 (cf. p. 32-36).

27 Duc de Broglie, Mémoires, Paris, 1938, t. I, p. 262-263.

28 P. Lévêque, Une société provinciale : la Bourgogne sous la Monarchie de Juillet, Paris, 1983, p. 469.

29 N. Petiteau, Élites et mobilités : la noblesse d’Empire au XIXe siècle (1808-1914), Paris, La Boutique de l’Histoire, 1997, p. 225-228.

30 M. Agulhon et al., op. cit., p. 38.

31 A.-J. Tudesq, Les Conseillers généraux en France au temps de Guizot (1840-1848), Paris, Armand Colin, 1967, p. 168-170.

32 H. de Changy, Le Mouvement légitimiste sous la Monarchie de Juillet (1833-1848), Rennes, PUR, 2004 ; C.-I. Brelot, op. cit., t. I, p. 530-562.

33 R. Rémond, La Droite en France de la première Restauration à la Ve République, Paris, Aubier, 1968, t. I, p. 72.

34 Marquis Louis de Vogüé, Une famille vivaroise (suite). Du Vivarais au Berry, Reims, 1948, p. 66-69 et 90-91.

35 J. Marseille, Les Wendel 1704-2004, Paris, Perrin, 2004.

36 L. Girard, A. Prost, R. Gossez, Les Conseillers généraux en 1870. Étude statistique d’un personnel politique, Paris, PUF, 1967, p. 117-118 et 130.

37 E. Anceau, Les Députés du Second Empire. Prosopographie d’une élite au XIXe siècle, Paris, Librairie H. Champion, 2000, p. 82-83.

38 J. Bécarud, « Noblesse et représentation parlementaire. Les députés nobles de 1871 à 1968 », Revue française de science politique,xxiii, no 5, octobre 1973, p. 972-993 (cf. p. 976).

39 L. Girard et al., op. cit., p. 118.

40 Par exemple E. Bonnemère, Histoire des paysans de la fin du Moyen Âge jusqu’à nos jours 1200-1850, Paris, F. Chamerot, 1856, t. II, p. 446.

41 C.-I. Brelot, op. cit., t. I, p. 569-570.

42 A. Corbin, « Les aristocrates et la communauté villageoise. Les maires d’Essay (1791-1986) », dans M. Agulhon et al., op. cit., p. 347-365.

43 L. Girard et al., op. cit., p. 127.

44 J. Bécarud, art. cité, p. 978.

45 A. Siegfried, op. cit., p. 424.

46 P. Barral, Le Département de l’Isère sous la Troisième République 1870-1940. Histoire sociale et politique, Paris, Armand Colin, 1962, p. 325, 503, 521.

47 J.-F. Viple, Sociologie politique de l’Allier. La vie politique et les élections sous la Troisième République, Paris, Librairie générale de droit et de jurisprudence, 1967, p. 292 et 294.

48 Ibid., p. 25-28, 33, 280, 289-294.

49 A. Siegfried, op. cit., p. 116.

50 A. Chandernagor, Les Maires en France XIXe-XXe siècle. Histoire et sociologie d’une fonction, Paris, Fayard, 1993, p. 219-220.

51 A. Siegfried, op. cit., p. 416-417.

52 P. Bois, Paysans de l’ouest. Des structures économiques et sociales aux options politiques depuis l’époque révolutionnaire dans la Sarthe, Paris, Éditions de l’EPHE, 1960, p. 152.

53 D. Bellamy, Geoffroy de Montalembert (1898-1993). Un aristocrate en République, Rennes, PUR, 2006, p. 70-71.

54 A. Siegfried, op. cit., p. 419.

55 G. Dupeux, Aspects de l’histoire sociale et politique du Loir-et-Cher 1848-1914, Paris-La Haye, Mouton, 1962, p. 380 et 480.

56 M. Vigreux, Paysans et notables du Morvan au XIXe siècle jusqu’en 1914, Château-Chinon, Académie du Morvan, 1987, p. 556.

57 J. Quellien, Bleus, blancs, rouges. Politique et élections dans le Calvados 1870-1939, Caen, Cahier des Annales de Normandie no 18, 1986, p. 199, 348, 383-385. Signalons qu’à la mort du baron François Gérard, en 1929, le siège est passé à son gendre, François d’Harcourt.

58 H. Boulenguez, « Une dynastie parlementaire aux XIXe et XXe siècles : la famille des Rotours », Revue du Nord, t. LXXV, no 302, 1993, p. 657-668.

59 L. Mairy, Le Département du Doubs sous la IIIe République. Une évolution politique originale, Besançon, Cetre, 1992, p. 342-343.

60 Le processus de la transmission chez les Moustier paraît d’autant plus intéressant à observer qu’il s’amorçait du vivant du père : Léonel (1882-1945) est entré au conseil général dès 1910, puis, en 1928, il est devenu député de la circonscription délaissée sept ans plus tôt par son père, avant de lui succéder à la tête du conseil général ; pour sa part, Roland a repris, en 1935, le siège de conseiller général du canton de Rougemont, détenu par son grand-père, et l’a gardé jusqu’en 1961 ; à la mort de son père, en 1945, lui sont échus un siège de député et la présidence du conseil général, qu’il a perdus en 1958.

61 Y. Pourcher, Les Maîtres de granit. Les notables de Lozère du XVIIIe siècle à nos jours, Paris, Plon, 1995 (2e éd.), p. 284-291.

62 G. Le Béguec et D. Peschanski, Les Élites locales dans la tourmente. Du Front populaire aux années cinquante, Paris, CNRS Éditions, 2000.

63 M. Rosier, « Les modérés sur leurs terres. 4. Une force tranquille. Nouvel entretien avec Michel d’Aillières », La Vie mancelle, 28e année, no 269, septembre 1988, p. 13-17. Michel Caillard d’Aillières, né en 1923, a été député de la Sarthe de 1958 à 1977, puis sénateur jusqu’en 1995 ; son père n’avait siégé que quatre ans au Palais-Bourbon (de 1936 à 1940), son grand-père quinze ans (de 1882 à 1897), l’oncle de celui-ci seulement un an (1897-1898) et son trisaïeul deux ans (de 1837 à 1839). Il a aussi présidé le conseil général de la Sarthe de 1970 à 1976, puis de 1979 à 1992. Cependant, de tous ses mandats, son fils Hervé n’a recueilli que celui de maire d’Aillières-Beauvoir qu’il a conservé jusqu’en mars 2014.

64 Aymeri de Montesquiou-Fezensac, né en 1942, n’a instantanément recueilli que la mairie de Marsan en 1977 ; il n’a reconquis qu’en 1982 le canton de Gimont, que son père avait délaissé en 1970 pour celui de Mauvezin ; il n’est entré au Palais-Bourbon qu’en 1986, grâce au scrutin proportionnel de liste, et n’y est revenu, après le rétablissement du scrutin majoritaire, que de 1993 à 1997.

65 J. Bécarud, art. cité, p. 990.

66 Pour reprendre une expression de G. Le Béguec, L’Entrée au Palais-Bourbon. Les filières privilégiées d’accès à la fonction parlementaire (1919-1939), université de Paris X-Nanterre, 1989, p. 100.

67 É. Anceau, op. cit., p. 496-499.

68 B. Lachaise, « Parlementaires et châteaux en Périgord aux XIXe -XXe siècles », dans A.-M. Cocula et M. Combet (dir.), Château et stratégies familiales, Pessac, Ausonius, 2007, p. 233-244 (cf. p. 240).

69 J.-F. Viple, op. cit., p. 251, 310, 315.

70 E. Guillaumin, La Vie d’un simple (Mémoires d’un métayer), Paris, 1922, p. 89 (1re éd. 1904).

71 Y. Pourcher, op. cit., p. 269.

72 B. Lachaise, art. cité, p. 237.

73 M. Mathieu, « Les parlementaires de la Vienne : en général, de riches propriétaires entre 1871 et 1914 », dans La Vie politique et le personnel parlementaire dans les régions du Centre-ouest (Limousin-Périgord-Poitou-Charentes) sous la IIIe République, Limoges, Lucien Souny, 1987, p. 107-134 (cf. p. 123).

74 J. Renard, Journal 1887-1910, publié par H. Bouillier, Paris, R. Laffont, coll. « Bouquins », 1990, p. 982 (août 1909).

75 Comme le montre le cas de la Dordogne étudié par B. Lachaise, art. cité, p. 236.

76 C. Patriat, « Perspective cavalière où il est question de personnes éligibles naturellement et légitimement par voie d’héritage », dans C. Patriat et J.-L. Parodi, L’Hérédité en politique, Paris, Économica, 1992, p. 1-23.

77 Pour reprendre le titre de l’ouvrage de J.-L. Debré, Dynasties républicaines, Paris, Fayard, 2009.

78 D’après les extrapolations de B. Ménager, « La succession des mandats : une affaire de familles ? », dans J.-M. Mayeur, J.-P. Chaline et A. Corbin (dir.), Les Parlementaires de la Troisième République, Paris, Publications de la Sorbonne, 2003, p. 197-210 (cf. p. 199-200), moins de 20 % des parlementaires de la IIIe République comptaient au moins un autre élu dans leur famille, et seulement 4 % appartenaient à une dynastie.

79 M. Abélès, Jours tranquilles en 89. Ethnologie politique d’un département français, Paris, 1989, p. 62-72, 77-96 et 98-100.

80 B. Ménager, J.-P. Florin, J.-M. Guislin (dir.), Les Parlementaires du Nord-Pas-de-Calais sous la IIIe République, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2001, p. 204-206.

Auteur

Maître de conférences en histoire moderne à l’université Charles-de-Gaulle-Lille III

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540