Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Terres d’élections

 | 
François Dubasque
, 
Eric Kocher-Marboeuf

Première partie. Quelle échelle pour l’analyse électorale ? Le temps long

Louis Jacquinot : un ministre en son fief meusien

Julie Bour

Texte intégral

1L’exemple de Louis Jacquinot (1898-1993), permet d’aborder par une approche biographique et monographique la notion de fief électoral. Né à Gondrecourt-le-Château, une commune du sud de la Meuse en 1898, Louis Jacquinot, pourtant ministre sous la IIIe, IVe et Ve République, est une figure mal connue de l’histoire politique comme encore trop de modérés. Il suit une formation classique et commune aux hommes de la IIIe République en faisant des études de droit et devient avocat.

2Sa carrière politique débute par son entrée en 1928, en tant que chef-adjoint au cabinet de la Guerre d’André Maginot. Élu député de la Meuse en 1932, il l’est continûment jusqu’en 1973. En 1943, résistant, il rejoint le général de Gaulle à Londres où il est nommé commissaire à la Marine dans le CFLN, puis ministre de la Marine dans le gouvernement provisoire. Au total, il est seize fois ministre au cours de sa carrière, notamment ministre de la Marine en 1944-1945, des Anciens combattants en 1949-1951, ou de l’outre-mer de 1951 à 1954 et de 1961 à 1966. En 1953, il est également candidat à la présidence de la République. Louis Jacquinot caractérise la tendance modérée de la droite de cette époque, appartenant aux indépendants pendant la IVe République, puis membre du Centre national des indépendants et paysans, et enfin gaulliste en tant que membre de l’Union pour la nouvelle république.

  • 1 L. Bantigny et A. Baubérot (dir.), Hériter en politique. Filiations, générations et transmissions (...)
  • 2 M. Bussi, J. Fourquet, « Notabilités traditionnelles et nouvelles maîtrises des territoires électo (...)
  • 3 J.-L. Briquet et F. Sawicki (dir.), Le clientélisme dans les sociétés contemporaines, Paris, PUF, (...)

3Le parcours de Louis Jacquinot permet donc d’aborder la notion de fief électoral. Celui-ci se définit au travers de plusieurs éléments : tout d’abord un ancrage géographique, puis une assise locale faite d’héritages et de réseaux mais aussi du cumul des mandats et une longévité à travers les élections successives. Cette notion de fief amène d’autres thématiques, notamment la notion d’hérédité1 en politique, du poids des notabilités2, ou encore du clientélisme3.

4Cette communication s’attachera à montrer comment Louis Jacquinot se constitue un fief autour d’un équilibre, entre une partie innée due à l’héritage qu’il reçoit et une partie acquise par conquête et entretien de sa notoriété. Comment fonctionne ce fief ? Sur quels réseaux Louis Jacquinot s’appuie-t-il ? Enfin, nous nous attacherons à expliquer la fin de ce fief meusien qui caractérise la fin de la carrière politique de Louis Jacquinot.

La constitution de son fief

Un héritage familial

  • 4 Archives départementales de la Meuse, 3 M 664, rapport du préfet de la Meuse, 12 juillet 1912.
  • 5 P. Bourdieu et J.-C. Passeron, Les héritiers, les étudiants et la culture, Paris, Les Éditions de (...)

5Un fief électoral se définit donc au sein d’un espace géographique limité. La zone d’implantation de Louis Jacquinot est celle du département de la Meuse et plus spécifiquement du sud de celui-ci. La Meuse est un département essentiellement rural et peu peuplé (217 000 habitants en 1936 et 210 000 habitants en 1968), malgré ses quelques forges et aciéries. Les villes de plus de 2 000 habitants y sont au nombre de quatorze et la densité de peuplement y est faible (34 habitants au km2). Louis Jacquinot est donc élu député du sud de la Meuse de 1932 à 1973. Son véritable bastion est le canton de Gondrecourt-le-Château dans lequel il est élu conseiller général de 1945 à 1973. La longévité de Louis Jacquinot au sein de son fief s’explique en partie au travers de son héritage, tout d’abord familial. En effet, son père est maire de Gondrecourt-le-Château pendant trente ans. Il est reconnu dans la région comme « excellent républicain4 », mais également comme soutien et appui local à la politique de Raymond Poincaré et d’André Maginot. Louis Jacquinot dispose donc d’un terreau familial propice ou « d’un mérite familial » selon Pierre Bourdieu5. Il découvre la politique au travers de son père, premier acteur de transmission de l’héritage, ainsi que le modérantisme. De plus, il hérite d’une partie du « capital social » légué par son père, notamment des contacts étroits avec les maires des communes du sud-meusien. Ce premier réseau dont il bénéficie favorise le lancement de sa carrière.

Un ancrage politique

  • 6 Arch. dép. Meuse, déclaration de Louis Jacquinot à la nation en 1952.

6Mais Louis Jacquinot se crée aussi son propre héritage. En effet, il revendique une descendance issue des grandes figures politiques meusiennes que sont Poincaré et Maginot. En tant que chef-adjoint du cabinet d’André Maginot, Louis Jacquinot se déclare comme son héritier après sa mort et en fait sa figure tutélaire. Il se réfère tout au long de sa carrière et notamment dans ses discours aux deux hommes politiques meusiens mais toutefois souvent plus à Maginot. Dans un discours prononcé en 1952, Louis Jacquinot explique : « André Maginot a été pour moi un guide et un exemple, comme auparavant Poincaré l’avait été pour Maginot. La confiance de mes compatriotes m’a fait prendre le flambeau qui ne doit pas s’éteindre6. »

  • 7 Arch. dép. Meuse, 1594 PER, 2e session du conseil général de la Meuse 1925.

7Dans le cas de Louis Jacquinot, la longévité de son implantation locale repose donc en partie sur un passé agissant. Il s’approprie cet héritage modéré rapprochant son nom de prestigieux meusiens en le capitalisant politiquement. Il s’inscrit en cela dans la ligne de pensée de Raymond Poincaré qui explique lors d’une réunion du conseil général de la Meuse que le département est régi par une « sorte de permanence héréditaire7 ».

La conquête du fief meusien

La « filiation » des candidats

8Pour s’établir dans un fief, il ne suffit pas de posséder un héritage, il faut savoir le conquérir. Le cursus politique de Louis Jacquinot est inversé, puisque le premier poste qu’il occupe n’est pas celui de maire ou de conseiller municipal, mais celui de la députation.

  • 8 Arch. dép. Meuse, 142 T, La Meuse, 26 mars 1932, reproduction de la lettre de Poincaré au maire de (...)
  • 9 Arch. dép. Meuse, 144 T, La Meuse républicaine (journal de Louis Jacquinot).

9Cette élection de 1932 est très disputée du fait qu’il se présente contre Taton-Vassal, conseiller général et maire de Saint-Mihiel, député de la Meuse depuis 1925, élu sur la liste de Maginot et proche de Poincaré. Élection disputée par les soutiens que chacun des candidats s’arrachent. Taton-Vassal dispose de celui de Poincaré qui écrit une lettre8 reproduite dans la presse y affirmant : « Je suis trop satisfait des représentants de notre région pour désirer aucun changement. Je voterai donc pour Taton-Vassal à la députation. » De son côté, Louis Jacquinot revendique celui de Maginot et affirme avoir été encouragé par celui-ci à se présenter suite aux votes contradictoires de Taton-Vassal à la Chambre. Le soir de la mort de Maginot, Louis Jacquinot déclare d’ailleurs : « Permettez, patron, que dans mes mains encore fragiles, je recueille le flambeau qui ne doit pas s’éteindre9. »

Le déroulement de la campagne

  • 10 Ibid., note no 7.

10C’est une élection disputée également dans le déroulement de la campagne, les deux hommes multiplient les attaques par journaux interposés. Chacun d’eux dispose de son propre journal, Louis Jacquinot envoie La Meuse républicaine10 gratuitement à tous les maires et notabilités de l’arrondissement.

  • 11 Arch. dép. Meuse, 168 T, Le Républicain de l’Est, 6 février 1932.
  • 12 Arch. dép. Meuse, 110 T, L’Écho de l’Est, 17 avril 1932.
  • 13 F. Roth, Raymond Poincaré. Un homme d’État républicain, Paris, Fayard, 2001.
  • 14 Arch. dép. Meuse, 168 T, Le Républicain de l’Est, 30 janvier 1932.
  • 15 Arch. dép. Meuse, 3 M 522, profession de foi de Louis Jacquinot.

11Dans son journal, Taton-Vassal reproche à Jacquinot sa jeunesse, le soutien de la Ligue républicaine nationale à sa campagne ou encore de se « draper du linceul11 » de Maginot. Quant à Jacquinot, il reproche à son concurrent d’être « une girouette tournant à tous les vents » et « un homme caméléon12 » ayant trahi le gouvernement. Les réunions de la campagne électorale sont également houleuses. Louis Jacquinot débute celles-ci très en avance, les journaux font mention des premières réunions quatre à six mois avant le début officiel de la campagne et il parcourt l’ensemble de l’arrondissement. Il ne va pas cependant jusqu’à charger du foin comme le fait Poincaré pour prouver ses compétences en agriculture13 mais la presse parlent d’une campagne « préparée à l’américaine14 ». Tout deux font jusqu’à dix réunions par jour et chacune d’elles se finit de la même manière : dans le bruit, voire avec des blessés (le directeur de l’Écho de l’Est favorable à Jacquinot est assommé lors d’une de ces réunions par les hommes de Taton-Vassal). Dans la profession de foi de Louis Jacquinot, on retrouve la revendication de l’héritage mentionné précédemment ; il se dit « fils de républicain patriote15 » et ayant servi des hommes éminents.

12Finalement, Louis Jacquinot l’emporte avec un score très honorable de 8 310 voix contre 4 698 pour son opposant. Ses votes à l’Assemblée ainsi que le poids des soutiens de Jacquinot ont eu raison du maire de Saint-Mihiel. Dans certains cantons, le jeune Jacquinot obtient plus du double des voix du député sortant (Void, Vaucouleurs et Commercy), dans deux cantons même, il obtient plus du triple (Pierrefitte et Gondrecourt). Le taux d’abstention est très bas : 12 %. La Meuse devient alors un des trois départements français avec la Vendée et l’Orne, qui a voté le plus à droite. Trois élus sur quatre sont en effet de nuance URD en Meuse.

13Une fois élu, il complète alors son cursus. Quelque temps après le décès de son père le 26 janvier 1933, il devient conseiller municipal de Gondrecourt-le-Château (le 9 mars 1933). Mandat qu’il abandonne rapidement.

14Il faut attendre la fin de la guerre pour qu’il devienne conseiller général de Gondrecourt-le-Château et pour qu’il soit élu président de ce même conseil de 1945 à 1973, complétant ainsi son assise locale.

La longévité de son fief

Le cumul des mandats et l’omniprésence sur le terrain

  • 16 Arch. dép. Meuse, 1251 W 1986.

15Être à la tête d’un fief électoral est synonyme de longévité. Tout d’abord, longévité aux élections cantonales : Louis Jacquinot est élu conseiller général en 1945 sans autre candidat par 99 % des voix. Lors des autres scrutins, il est élu par 75 à 89 % des électeurs. L’assise dont il dispose dans son canton est donc importante, favorisée par l’absence de candidat sérieux. Il se maintient également comme député de la Meuse de 1932 à 1973, se soumettant au suffrage à onze reprises. Par cinq fois, il obtient plus de 60 % des suffrages exprimés. En 1936, il obtient d’ailleurs 71,25 % des voix. Dans les autres cas, il obtient entre 30 et 50 % des voix. Il est soumis au ballottage à deux occasions : en 1967, suite à une candidature modérée et en 1973, année de sa défaite. Cependant, même si la plupart des élections se passent dans le calme pour le député, les législatives de 1956 sont mouvementées. Cela est dû à la personnalité du candidat s’opposant à Louis Jacquinot : André Beauguitte. Cet ancien député de la Meuse de 1932 à 1940 se présente à la suite de la levée de son inéligibilité. De même que lors de sa première élection, Louis Jacquinot fait face à une campagne houleuse et à des réunions électorales violentes. Le passé des candidats est un thème de campagne omniprésent, Jacquinot le résistant face à Beauguitte soupçonné de collaboration. La lutte est constante jusqu’aux résultats en faveur de Louis Jacquinot (28 851 voix pour Jacquinot et 17 530 pour André Beauguitte16). Son opposant fait alors le choix de se présenter dans la première circonscription de la Meuse où il est élu de 1956 à 1978.

16Pour réussir à se maintenir dans sa circonscription, cela nécessite d’entretenir sa popularité : l’élu local doit être vu et entendu. Pour cela, il dispose de plusieurs moyens. Tout d’abord, le cumul des mandats lui assure une omniprésence sur le terrain politique local. Son poste de président du conseil général le met en première ligne pour l’octroi des subventions, notamment pour les communes ou les associations, ce qui lui assure alors le soutien d’une partie de la population. Mais pour conserver cette popularité, il faut aussi affirmer sa présence en Meuse, malgré ses activités d’élu au Parlement. Comment s’articulent ses activités nationales avec celles de ses responsabilités locales ? Le moyen le plus convaincant est d’habiter ou de se rendre le plus souvent possible dans le département et d’y conserver un pied-à-terre. Louis Jacquinot réside la plupart du temps à Paris mais il se rend régulièrement en Meuse dans sa demeure de Gondrecourt-le-Château, notamment pendant les vacances ou les tournées électorales. Il y rencontre les Meusiens qui le surnomment « le Louis », avec qui il sirote un apéritif au café du village ou qu’il reçoit chez lui ou à sa permanence.

  • 17 Arch. dép. Meuse, 103 T, La Croix meusienne.
  • 18 Arch. dép. Meuse, 110 T, L’Écho de l’Est.

17Louis Jacquinot s’appuie sur la presse locale pour être présent dans l’esprit des Meusiens. En dehors de son propre journal, des journaux, comme La Croix Meusienne17 ou L’Écho de l’Est18, sont les relais de ses visites en Meuse, ne manquant pas de mentionner sa venue pour des commémorations, des remises de décorations ou des inaugurations. Il est important du point de vue électoral pour un élu d’être présent aux diverses manifestations qui rythment une année, notamment les incontournables 11 novembre, 8 mai ou 14 juillet, symboles de leur bon républicanisme.

Réseaux locaux et relations avec les associations

18Plus discret est l’appui dont il dispose au travers de ses réseaux locaux par le biais de ceux que l’on peut désigner comme ses hommes de confiance. Ils sont constitués d’amis, notamment au sein de l’association des anciens élèves du lycée Poincaré de Bar-le-Duc, où Louis Jacquinot fut élève, d’anciens combattants, de maires ou de notabilités de la Meuse. Deux exemples sont révélateurs. Tout d’abord celui du sergent Tapin, président de la Fédération des anciens combattants de la Meuse qui était déjà un proche de Maginot, et qui permet à Jacquinot de trouver le soutien des anciens combattants. Le cas d’André Glory, directeur de L’Est Républicain et directeur de l’OPAC de la Meuse (office public d’aménagement et de construction), qui gère le parc des HLM, constitue le second exemple. Celui-ci est un double appui à la politique de Jacquinot, d’une part en tant que relais par la presse et, d’autre part car il permet au député d’obtenir des logements aux Meusiens qui en font la demande. Cette solide équipe locale effectue un travail de fond tout au long de l’année et à l’approche des élections, relayant les actes de Jacquinot auprès des Meusiens. Mais le député sait aussi choisir des hommes qui lui permettent d’accroître sa popularité et en cela le choix de son suppléant est important. Il s’agit de René Rousselot, maire d’une commune de la Meuse et conseiller général qui l’accompagne depuis les élections législatives du 17 juin 1951 jusqu’à celle de 1967. Il lui apporte le soutien des agriculteurs en tant que président de la Confédération générale agricole, président de la Fédération départementale des syndicats d’exploitants agricoles et président de la Coopérative laitière de la Meuse. D’ailleurs en 1956, le mode des scrutins permet à Louis Jacquinot d’être élu, mais c’est René Rousselot qui obtient le plus de voix, en totalisant 1 468 voix de plus que Jacquinot. La solide implantation locale de son suppléant compense avantageusement les absences du ministre en Meuse.

19Multiplier les présidences d’associations ou en être membre est une autre façon de se rendre impliqué dans la vie du département, notamment au sein des associations des anciens combattants. Louis Jacquinot revendique hautement son passé de soldat de la Première Guerre mondiale. Il est président d’honneur de la Fédération Maginot des anciens combattants pour la Meuse. Être membre de la chambre de commerce et de différentes associations agricoles est également essentiel puisque les agriculteurs ont un poids important dans ce département essentiellement rural. Louis Jacquinot fait aussi partie de dizaines d’associations dans son département, il est ainsi membre honoraire de la section des anciens combattants de Bar-le-Duc, de l’Association départementale des Croix de guerre, mais aussi du Boxing-club commercien ou de la fanfare municipale de Sommedieue.

Le clientélisme en politique

  • 19 F. Monier, La politique des plaintes, clientélismes et demandes sociales dans le Vaucluse d’Édouar (...)
  • 20 Arch. dép. Meuse, fonds Jacquinot, 47 J 176, lettre du 30 décembre 1968.

20Enfin, dans le cas de Louis Jacquinot, on dispose d’une source inexploitée aux Archives de la Meuse, qui nous montre le travail quotidien d’un élu pour satisfaire un maximum d’électeurs au travers des recommandations faites par celui-ci. Une étude effectuée par Frédéric Monier sur Daladier19, reposant sur un éventail de 5 000 à 6 000 doléances, nous montrait la coexistence d’une sphère privée avec une sphère publique. Ici, suite au dépouillement de près de 20 000 courriers, il existe pour l’année 1949 et les années 1965 à 1974, 19 000 interventions établies par Louis Jacquinot. Le cas du ministre représente donc une source importante de l’histoire politique car la quantité de documents conservée est considérable et ces documents traitent du clientélisme durant la Ve République alors que la plupart des études concernent la IIIe République. Nous avons quantifié et ventilé ces recommandations pour les analyser. Le cas de l’année 1968 est révélateur de ces résultats. Louis Jacquinot n’exerce plus de fonctions ministérielles depuis 1966. Le nombre de courriers pour cette année-là s’élève à 3 000 environ, soit en moyenne 250 courriers par mois. En l’état actuel des recherches, les premières conclusions montrent que dans 80 % des cas, Louis Jacquinot intervient pour des Meusiens. Les communes pour lesquelles il intervient le plus sont celles comptant le plus de population (Bar-le-Duc, Commercy, Saint-Mihiel, Verdun, Vaucouleurs). Lorsque ces interventions sont faites hors du département, elles concernent pour l’essentiel les départements limitrophes de la Meuse ou de la région Lorraine, à savoir les Vosges, la Meurthe-et-Moselle, la Marne, la Haute-Marne. Parfois, l’ancien ministre ne manque pas de rappeler à des personnes ne résidant pas en Meuse et qui le sollicitent que : « Le chemin qui mène de l’Assemblée nationale […] à sa circonscription électorale ne passe pas par un autre département20… » Il faut cependant mentionner que dans bien des cas ce sont pour la plupart des originaires du département ou des personnes ayant encore de la famille en Meuse.

21Les demandes sont variées allant d’une demande de logements, d’emplois, de résultats de concours ou d’examens (tels que ceux de la fonction publique), de décorations, d’aides financières, en résumé d’un soutien multiple et parfois pour des sujets mineurs. Cependant, trois catégories dominent : la question de l’emploi dans 17 % des interventions, les affaires militaires à hauteur de 11 %, il faut entendre par là les reports ou dispenses d’incorporation, les libérations anticipées, les affectations dans des unités ou des armes spécifiques, ou encore des permissions agricoles. Enfin, la dernière catégorie concerne des aspects financiers : problèmes d’imposition, d’allocations ou d’indemnités, des demandes de prêts ou encore des litiges avec les différentes administrations qui s’occupent du versement de ces allocations. Dans très peu de cas (3 %), les demandes sont multiples et on peut rencontrer une personne qui sollicite par exemple un emploi et un logement. Les demandeurs sont pour l’essentiel des hommes dans 70 % des cas. Chez les femmes, les veuves sont présentes à hauteur de 5 %. Lorsqu’il est fait mention de la profession ou de l’activité du demandeur, il s’agit pour l’essentiel de mandats électifs (maires, conseillers généraux), de professions en lien avec l’éducation (professeurs, instituteurs), avec la police ou la gendarmerie et l’artisanat.

22Parfois ces demandes sont collectives (dans 10 %), faites la plupart du temps au nom d’associations pour obtenir par exemple une subvention, ou encore faites par des maires pour accélérer une procédure, opération d’autant plus utile que Louis Jacquinot est président du conseil général de la Meuse, organisme qui attribue les subventions.

23Pour parvenir à satisfaire ces demandes, il recourt au service des différents ministères, tel que celui de la Justice, des Affaires étrangères, des Affaires sociales et des différentes préfectures (67 %). Le préfet de la Meuse est un familier et l’interlocuteur privilégié de Jacquinot (21 % des demandes transitent par lui), puis Pierre Messmer, ministre des Armées à cette époque (14,5 %). Le troisième interlocuteur est celui constitué par les diverses administrations : PTT, Sécurité sociale, ou encore SNCF. Parfois les demandeurs sont recommandés en amont par une personne afin de donner plus d’appui à leur demande et favoriser le soutien de Louis Jacquinot. Il s’agit la plupart du temps de la famille proche : dans 33 % le père ou la mère et dans 15 % des cas, il s’agit du soutien d’un élu, conseiller général, député ou sénateur.

24Les premières conclusions nous montrent que Louis Jacquinot se trouve toujours au centre du schéma d’interventions, faisant le lien entre les personnes mobilisées. Pour une intervention, en général, trois à cinq personnes sont nécessaires. Il est difficile de connaître l’aboutissement de ces interventions car il n’est fait mention de l’échec ou de la réussite de ces interventions que dans environ 5 % des cas (57 % d’échecs).

  • 21 Arch. dép. Meuse, 117 J 56 ; M. Salviac, La carrière politique des frères Develle députés et sénat (...)

25Comme le rappelle Michel Salviac dans son étude sur les frères Develle, on constate, à travers ces interventions personnelles, que : « La vie politique dans la Meuse a toujours été particulièrement marquée par l’importance des clientèles personnelles. Dans ce département, l’influence des hommes et leurs relations personnelles comptent souvent davantage que les affirmations doctrinales21 », et cela se confirme au travers du cas de Louis Jacquinot.

26L’histoire d’un fief, c’est aussi l’histoire d’une fin, dans le cas de Jacquinot, on peut dire l’histoire d’une fin annoncée. En effet, la conjoncture économique en Meuse (chômage, exode rural massif, fermeture d’industries) est favorable à la gauche. Celle-ci réalise depuis 1967 des progressions, notamment à l’élection municipale de Bar-le-Duc en 1970, où Jean Bernard candidat socialiste et futur sortant de Louis Jacquinot, élimine le maire modéré de la ville.

  • 22 Arch. dép. Meuse, 123 T, L’Est Républicain, 23 février 1973.

27Suite au désistement du Parti communiste et de l’extrême gauche pour Jean Bernard, candidat de l’Union de la gauche, « le doyen de la compétition22 » est donc vaincu à l’élection législative de 1973 par 1 100 voix d’écart au deuxième tour, ne réalisant que 35 % des voix (Jean Bernard 51,95 %). Dans son propre canton composé de 19 communes, où il réalise ordinairement un score impressionnant, Louis Jacquinot ne recueille que 56,33 % des suffrages. Il a été mis en minorité dans six communes rurales de son canton et dans trois il obtient une égalité de voix avec le candidat de l’Union de la gauche.

  • 23 Arch. dép. Meuse, 1251 W 3229, rapport du préfet de la Meuse, 19 mars 1973.

28Quelles sont donc les raisons de cette chute ? Tout d’abord son âge (75 ans), thème de campagne de ses opposants, ses absences fréquentes de la circonscription, le choix de son suppléant, Michel Drancourt, journaliste et économiste n’appartenant pas au milieu agricole et résidant à Paris, alors commissaire à l’industrialisation de la Lorraine. Sa perte d’audience au sein des notables des campagnes ou tout simplement l’usure et la lassitude de l’électorat ont eu raison du député. Dans plusieurs rapports, le préfet de la Meuse explique que Louis Jacquinot « n’a pas mesuré toute l’évolution qu’a subi l’électorat meusien23 ».

  • 24 Arch. dép. Meuse, 1251 W 3229, lettre du maire de Saint-Maurice-sous-les-Côtes, s. d.

29Avant les élections de 1973, Louis Jacquinot hésite d’ailleurs à se représenter et il mène une campagne en demi-teinte, ne faisant presque aucune réunion électorale à la différence de son rival qui mène, quant à lui, une campagne active, occasion pour le maire d’une commune de la Meuse de lui dire une fois l’élection terminée qu’il en aurait été autrement « si vous aviez été le candidat plutôt que le suppléant24 ».

  • 25 Arch. dép. Meuse, 1251 W 3230, rapport du préfet de la Meuse, 19 mars 1973.

30Plusieurs rapports des renseignements généraux font état du profond désir de changement de la Meuse et de la désaffection de l’électorat rural envers Jacquinot. Suite à cette défaite, il démissionne alors de l’ensemble de ses mandats locaux et ne revient presque plus jamais en Meuse. Ce départ est le signe pour le préfet de la Meuse « d’un changement de cap25 » ou signe du déclin d’une époque : celle du modérantisme.

*

  • 26 Arch. dép. Meuse, 123 T, L’Est Républicain, s. d.

31Qu’en est-il donc de la transmission de ce fief ? Elle ne se réalise pas puisque celui-ci passe aux mains de la gauche. À ceux qui lui reprochent de ne pas avoir désigné de dauphin, il rétorque alors : « Nous ne sommes pas en monarchie. On ne prépare pas de dauphin, les électeurs choisissent26. »

  • 27 Ibid., note no 23.

32Louis Jacquinot a donc surtout été le reflet de la stabilité politique de la Meuse et a été le symbole de la stabilité du monde rural. Dans ce département où la devise est : « Qui mesure, dure », les modérés ont fini par lasser. La deuxième circonscription de la Meuse est aux mains d’André Beauguitte, ancien adversaire de Louis Jacquinot, élu député en 1956, également conseiller général depuis 1932. Lui aussi est soumis aux ballottages en 1973, élection où il « a été sévèrement malmené et menacé27 », mais le député modéré résiste encore jusqu’aux prochaines élections législatives en 1978.

  • 28 S. Bonnet, Sociologie politique et religieuse de la Lorraine, Paris, Colin, 1972.

33Dans le cas du sujet d’étude de ce colloque, Louis Jacquinot nous livre une définition des critères essentiels pour durer dans un fief : son passé d’homme politique et d’ancien combattant, son attache familiale en Meuse, sa personnalité, ses soutiens et son action notamment à la présidence du conseil général, lui ont assuré une autorité incontestable. L’importance des notables reste réelle et joue un rôle dans la réélection de Louis Jacquinot à chaque scrutin et dans la Meuse, où le facteur de tradition est omniprésent, le phénomène personnel prend une importance plus grande qu’ailleurs. L’élu et son électorat forment un « vieux ménage », comme nous l’explique Serge Bonnet28, ménage qui a duré pour Louis Jacquinot pendant quarante ans. C’est aussi la fin de ceux que l’on surnomme « les Meusosaures », une allusion aux dinosaures et à l’époque de Raymond Poincaré considérée comme dépassée.

34Le lien entre l’élu et un lieu est donc étroit, un candidat a un succès plus important dans la région où il vit et l’électeur a comme une sorte de réflexe territorial. Il existe alors une dépendance réciproque entre l’élu et son terroir. Tout comme Jacques Chirac en Corrèze, François Mitterrand dans la Nièvre ou Antoine Pinay dans la Loire, la Meuse au niveau territoriale est donc exemplaire.

Notes

1 L. Bantigny et A. Baubérot (dir.), Hériter en politique. Filiations, générations et transmissions politiques (Allemagne, France et Italie, XIXe-XXe siècle), Paris, PUF, coll. « Le nœud gordien », 2011.

2 M. Bussi, J. Fourquet, « Notabilités traditionnelles et nouvelles maîtrises des territoires électoraux », Revue française de science politique, no 3-2004.

3 J.-L. Briquet et F. Sawicki (dir.), Le clientélisme dans les sociétés contemporaines, Paris, PUF, 1998.

4 Archives départementales de la Meuse, 3 M 664, rapport du préfet de la Meuse, 12 juillet 1912.

5 P. Bourdieu et J.-C. Passeron, Les héritiers, les étudiants et la culture, Paris, Les Éditions de Minuit, 1964.

6 Arch. dép. Meuse, déclaration de Louis Jacquinot à la nation en 1952.

7 Arch. dép. Meuse, 1594 PER, 2e session du conseil général de la Meuse 1925.

8 Arch. dép. Meuse, 142 T, La Meuse, 26 mars 1932, reproduction de la lettre de Poincaré au maire de Sampigny, 13 mars 1932.

9 Arch. dép. Meuse, 144 T, La Meuse républicaine (journal de Louis Jacquinot).

10 Ibid., note no 7.

11 Arch. dép. Meuse, 168 T, Le Républicain de l’Est, 6 février 1932.

12 Arch. dép. Meuse, 110 T, L’Écho de l’Est, 17 avril 1932.

13 F. Roth, Raymond Poincaré. Un homme d’État républicain, Paris, Fayard, 2001.

14 Arch. dép. Meuse, 168 T, Le Républicain de l’Est, 30 janvier 1932.

15 Arch. dép. Meuse, 3 M 522, profession de foi de Louis Jacquinot.

16 Arch. dép. Meuse, 1251 W 1986.

17 Arch. dép. Meuse, 103 T, La Croix meusienne.

18 Arch. dép. Meuse, 110 T, L’Écho de l’Est.

19 F. Monier, La politique des plaintes, clientélismes et demandes sociales dans le Vaucluse d’Édouard Daladier (1890-1940), Paris, La boutique de l’Histoire, 2007.

20 Arch. dép. Meuse, fonds Jacquinot, 47 J 176, lettre du 30 décembre 1968.

21 Arch. dép. Meuse, 117 J 56 ; M. Salviac, La carrière politique des frères Develle députés et sénateurs de la Meuse, mémoire de DESS, sous la direction de P. Barral, université de Nancy, 1966, 148 p.

22 Arch. dép. Meuse, 123 T, L’Est Républicain, 23 février 1973.

23 Arch. dép. Meuse, 1251 W 3229, rapport du préfet de la Meuse, 19 mars 1973.

24 Arch. dép. Meuse, 1251 W 3229, lettre du maire de Saint-Maurice-sous-les-Côtes, s. d.

25 Arch. dép. Meuse, 1251 W 3230, rapport du préfet de la Meuse, 19 mars 1973.

26 Arch. dép. Meuse, 123 T, L’Est Républicain, s. d.

27 Ibid., note no 23.

28 S. Bonnet, Sociologie politique et religieuse de la Lorraine, Paris, Colin, 1972.

Auteur

Doctorante en histoire et ATER à l’université de Lorraine (Metz), CRULH (EA 3945)

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540