Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Terres d’élections

 | 
François Dubasque
, 
Eric Kocher-Marboeuf

Première partie. Quelle échelle pour l’analyse électorale ? Le temps long

Lyon, bastion de la centralité politique (1789-2009)

Bruno Benoit

Texto completo

  • 1 Pour tout savoir sur l’histoire de Lyon, consulter P. Béghain, B. Benoit, G. Corneloup, B. Théveno (...)

1Cette communication vise à traiter trois données, non en parallèle, mais en interaction. D’abord un concept, la centralité politique, ensuite une ville, Lyon1 qui serait un bastion de cette centralité politique, enfin une période bi-séculaire, commençant avec la Révolution française et qui serait celle des fondements, de la construction et de la gestion de cette centralité politique entre Rhône et Saône.

  • 2 S. Guillaume (dir.), Le centrisme en France aux XIXe et XXe siècles : un échec ?, Pessac, MSHA, 20 (...)

2En évoquant le positionnement central de Lyon sur l’échiquier politique, l’accent est mis volontairement sur un des aspects de la dimension politique de cette ville. Être dans la centralité politique, c’est vouloir, tout en refusant l’ancrage partisan fortement marqué à gauche ou à droite, évoluer dans un large spectre modéré allant du centre gauche au centre droit. Il y a bien une différence entre centrisme2 et centralité. Le premier terme correspond à un engagement politique au centre, loin de la gauche ou de la droite, et revendique une originalité politique. Quant au second terme, il cherche à définir un concept nouveau en politique, refusant tout amalgame avec les notions associées au centrisme, telles « le ventre mou », « le marais », « la plaine », et cherchant à se positionner géo-politiquement sur l’échiquier politique loin des extrêmes, tout en ne reniant, selon les époques, ni la gauche, ni la droite, tout en affirmant chaque fois son modérantisme.

  • 3 La thèse de M. Garden, Lyon et les Lyonnais au XVIIIe siècle, Paris, Les Belles Lettres, 1970, 772 (...)
  • 4 Voir mes travaux, en particulier L’Identité politique de Lyon. Entre violences collectives et mémo (...)

3Si cette centralité politique se développe à Lyon, c’est que le terrain y est favorable. En effet, la ville de Lyon sous l’Ancien Régime3, bien que forte d’une bourgeoisie d’affaires puissante et presque sans noblesse, ne dispose pas de parlement et dépend de celui de Paris. Alors qu’elle est la deuxième ville du royaume par la population et par l’activité économique tissée autour des métiers de la soie, Lyon est une ville sans pouvoir, sans identité politique. Elle a, en revanche, une forte identité spirituelle et économique4. Sa découverte du politique va être douloureuse, car la ville et ses habitants vont être victimes des extrêmes.

4La centralité politique est bien à Lyon un choix et non un positionnement par défaut. Ce choix date de la Révolution, véritable moment fondateur de l’affirmation politique lyonnaise et est défendu, tout au long du XIXe siècle, par les élites locales, jusqu’au moment où celles-ci trouveront dans l’institution municipale le meilleur garant de la gestion de cette centralité politique. De ce fait, les fondations de la centralité politique à Lyon datent de la Révolution, la construction du XIXe siècle et la gestion de son positionnement central sur l’échiquier politique du XXe, voire du XXIe siècle. Avec une telle permanence au cours des siècles, il est possible de parler, pour Lyon, de bastion de la centralité politique.

La Révolution française ou les fondations du bastion de la centralité politique lyonnaise

5La Révolution française, en particulier l’année 1793, fournit les outils pour creuser les fondations de la centralité politique lyonnaise. Ces outils sont l’existence de leaders politiques locaux, la situation socio-économique locale et, enfin, les événements politiques nationaux et leur répercussion à Lyon.

  • 5 B. Benoit, « Les Drômois et Lyon », dans Les Drômois acteurs de la Révolution, Valence, Archives d (...)

6À Lyon, trois tendances politiques se manifestent depuis 1789. La tendance exagérée a pour leader Joseph Chalier. Né en 1749 dans le Piémont, il est marchand-fabricant en soieries. Grand admirateur de Marat, il s’est persuadé que Lyon renferme des spéculateurs et autres « mangeurs d’hommes », selon la terminologie de l’époque. Il occupe la tribune de la Société populaire des amis de la Constitution où il tient des discours enflammés contre les riches, discours qui se sont radicalisés après l’arrestation du roi. Il est entouré de quelques fidèles dénommés les Chalier. À l’autre extrémité, il y a la branche royaliste incarnée par Jacques Imbert-Colomès, né à Lyon en 1729, lui aussi marchand-fabricant. Clandestin mais omniprésent depuis 1790, il est devenu un des agents les plus actifs de la contre-révolution dans le sud-est de la France en organisant complots et réseaux5. Il bénéficie de l’appui des catholiques réfractaires puissants à Lyon. Enfin, la tendance modérée incarnée par Louis Vitet, né à Lyon en 1736, ancien maire et devenu député à la Convention, qui représente l’opinion politique majoritaire des Lyonnais, c’est-à-dire un attentisme, voire un suivisme, jusqu’à l’été 1792 vis-à-vis des événements parisiens.

7Ces Lyonnais, soit 150 000 habitants avec les faubourgs de Vaise, La Guillotière et la Croix-Rousse, travaillent dans leur grande majorité pour la Fabrique des tissus de soie. Si l’histoire de la Fabrique a connu régulièrement des soulèvements de la part des chefs d’atelier et des ouvriers en soie contre le tarif insuffisant payé par les marchands-fabricants, il n’y a pas à Lyon d’antagonisme de classe. Il faut plutôt parler de syncrétisme socioéconomique entre la bourgeoisie représentative du capitalisme marchand et le monde du travail, chaque groupe social trouvant son intérêt dans le fonctionnement et les revenus, même inégaux, de la Fabrique. De ce fait, le discours exagéré n’a pas de prise sur les chefs d’atelier, petits patrons propriétaires de leurs métiers à tisser. En revanche, il recueille un bon écho auprès de certains ouvriers en soie, salariés des chefs d’atelier, qui sont donc plus sensibles aux attaques proférées par Chalier et ses amis contre les riches, surtout que la Fabrique des tissus de soie connaît une conjoncture désastreuse avec la Révolution et la guerre qui la privent de débouchés, engendrent donc un manque de commandes et sont sources de chômage.

  • 6 En 1786 a lieu une grande « émotion », la révolte des deux sous, cf. L. Trénard, « La crise social (...)

8À ce cocktail local vient se surajouter, à partir d’août 1792, les événements nationaux aux conséquences lyonnaises imprévisibles, qui donnent au mélange socio-économique lyonnais, en équilibre instable depuis 17866, une dimension originale et fondatrice d’identité politique. En premier lieu, il y a l’arrestation du roi qui ramène Chalier à Lyon. Ce dernier est à l’origine de pétitions et de manifestations en faveur de son exécution. La rue, dont l’agitation est notable depuis 1789 et qui enfle avec les Septembrisades, se nourrit de rumeurs et est un lieu de tensions. En effet, les partisans de Chalier, certes minoritaires, s’agitent et se font entendre dans les différentes sections de la ville. Le 21 janvier 1793 entraîne une rupture entre les catholiques réfractaires, nombreux à Lyon, et la Révolution, ce qui réactive les royalistes, en particulier Imbert-Colomès. Ils attendent le moment opportun pour créer des troubles favorables à une Restauration. Ceux-ci arrivent avec les élections municipales de février-mars 1793 qui voient les Chalier placer un des leurs, Bertrand, à la tête de la mairie, à la suite d’intimidations lors de la campagne électorale. Une fois au pouvoir, les Chalier mènent une politique de jacobinisation et de montagnardisation, plus hébertiste que robespierriste, ce qui pousse les modérés, jusque-là attentistes, à agir et les royalistes à être prêts à jouer leur carte. Le 29 mai, la majorité des sections de Lyon marche sur l’hôtel de ville, place des Terreaux, et s’emparent de la mairie, arrêtent Chalier et ses amis et proclament une municipalité provisoire. Le bilan est lourd avec plus de 100 morts. Or, le 2 juin, presqu’au même moment avec le décalage pour que les nouvelles arrivent, les Montagnards, à la suite d’un coup de force, prennent le pouvoir à Paris en arrêtant les Girondins. Lyon se retrouve alors à contre courant avec l’arrestation du montagnard exagéré Chalier !

  • 7 B. Benoit, « À propos du républicanisme lyonnais en 1793 », Cahiers d’histoire, tome XXXVIII, no 3 (...)
  • 8 F. Lebrun et R. Dupuy (dir.), Les résistances à la Révolution, Paris, Imago, 1987, 478 p.

9Il y a bien à Lyon une volonté modérée, non de rejeter la République, mais de refuser la montagnardisation de la Révolution7. Cependant, en pleine guerre extérieure et intérieure avec la Vendée, l’exécution de Chalier, le 16 juillet 1793, est lue comme une provocation après l’assassinat de Marat. Après des pourparlers entre la municipalité provisoire lyonnaise et la Convention, pourparlers qui n’aboutissent pas et dont la responsabilité implique aux deux parties, Lyon est assimilée à une ville contre-révolutionnaire et non, comme le congrès de Rennes8 de 1985 l’a démontré, à une ville antirévolutionnaire. Le siège est mis devant Lyon le 7 août 1793 par l’armée des Alpes. Il dure plus de 60 jours, la ville est bombardée et de véritables batailles ont lieu à partir de la fin août. La défense de la ville, peuplée d’artisans et de commerçants, est confiée à des royalistes, dont le chef est le général Précy ! L’amalgame est complet aux yeux du Comité de Salut public entre le soulèvement de Lyon et une nouvelle Vendée ! La ville tombe le 9 octobre 1793 et le décret de la Convention portant sur « Lyon fit la guerre à la liberté, Lyon n’est plus » date du 12 octobre. Lyon perd son nom et devient commune affranchie, souffre de destructions et, jusqu’au printemps 1794, sous la houlette de Fouché s’abat sur la ville une régénération musclée de près de 2 000 morts, fusillés ou guillotinés. Ainsi Lyon connaît son deuxième martyrologe après celui de 177.

10Cette guerre civile lyonno-française est fille de la montée en violence, plus verbale que physique, des Chalier, de l’action discrète mais déterminante des royalistes avec Imbert-Colomès et de la volonté des Lyonnais de refuser la montagnardisation de leur ville, puis de la France en cherchant à mettre en place un régime politique correspondant à leurs vœux. 1793 est bien un moment fondateur pour Lyon qui découvre que les extrêmes l’ont manipulée et que Lyon et les Lyonnais font les frais de la répression. Si Lyon a souffert de la répression républicaine, elle a été affranchie de son statut de ville soumise à l’orbite parisienne. C’est de ce moment-là que l’on peut dater les fondations du bastion de la centralité lyonnaise. Il faut maintenant le construire.

De la fin XVIIIe siècle à 1905 ou la construction du bastion de la centralité politique lyonnaise

  • 9 Il circule à Lyon, à partir de février 1795, un petit opuscule anonyme imprimé à Lausanne au titre (...)

11Lyon récupère son nom après la chute de Robespierre, mais la ville est meurtrie et montrée du doigt comme un foyer réactionnaire et ce, pendant la Convention thermidorienne et le Directoire. L’action anti-jacobine des Compagnons de Jéhu entre Saône et Rhône participe à cette réputation de Lyon, ville blanche9. Cependant, les Lyonnais ont découvert leur voie au travers de ce martyrologe. Les élites lyonnaises veulent à tout prix éviter qu’un tel drame se reproduise, car une telle répression, au-delà des morts et des dégâts matériels, a des répercussions tragiques sur la Fabrique, l’accumulation de richesses, l’emploi et le syncrétisme socio-économique, fondement de la stabilité politique de la ville et ciment de cette centralité politique entrevue avant la répression de l’automne 1793 et qui peut se résumer à la formule célèbre : « Ni bas bleus, ni bonnets rouges. »

12Le Consulat et l’Empire conviennent assez bien aux Lyonnais qui retrouvent avec Napoléon Bonaparte un ordre et une croissance favorables aux affaires. De plus, Napoléon Bonaparte a pour Lyon des gestes symboliques – reconstruction des immeubles de la place Bellecour –, économiques – commandes de soieries pour les palais impériaux – et politiques – rétablissement en 1805 de la mairie centrale supprimée par la constitution directoriale. L’action de Napoléon Bonaparte satisfait les élites, mais aussi le peuple de Lyon. Durant les 15 ans de bonapartisme, Lyon redevient prospère et semble avoir mis de côté, l’époque n’est pas à l’affirmation d’une identité politique propre, son expérience et sa revendication de gouvernance municipale.

  • 10 Cet autel existe toujours, mais la pyramide construite sous la Restauration a laissé la place à un (...)

13La Restauration ramène une vie politique avec des partisans de l’Ordre et d’autres du mouvement. Les Lyonnais, encore tétanisés par l’ombre de 1793, assistent à l’inauguration d’une chapelle expiatoire aux Brotteaux, financée par les Ultras et le comte d’Artois, où sont regroupés dans la crypte sous forme d’autel, les crânes et les os des fusillés de décembre 179310. La mémoire blanche lyonnaise est entretenue par le nouveau pouvoir monarchique qui officialise que la révolte des Lyonnais en 1793 s’est faite au nom de Dieu et du Roi, ce qui est bien évidemment contraire à la réalité historique. La mémoire royaliste, en déformant ici l’histoire, pérennise une représentation qui colle à l’image de Lyon pendant longtemps.

  • 11 Mes travaux sur la révolte des canuts de 1831 sont à lire dans L’identité politique de Lyon…, op. (...)
  • 12 En particulier les travaux de F. Rude et M. Moissonnier qui interprètent le fameux slogan des canu (...)
  • 13 La référence est faite ici au célèbre article de Saint-Marc Girardin dans Le Journal des Débats du (...)
  • 14 À ce propos, la révolte de 1834, improprement traitée de deuxième révolte des canuts, est un soulè (...)

14En 1830, les Lyonnais ne sont pas à la pointe de la revendication. En revanche, la révolte des canuts de 183111, un soulèvement tarifaire d’hier et non une lutte de classes comme l’analyse Marx et les historiens marxistes lyonnais12, affole les élites libérales qui voient dans cette révolte l’existence de « barbares » désormais à l’intérieur des villes13 et un retour des « Chalier ». De ce fait, elles soutiennent la monarchie de Juillet qui correspond à leur attente avec son cortège d’ordre et d’équilibre politique entre les Rouges et les Blancs. Cependant, les tensions socio-politiques s’exacerbent à Lyon avec la multiplication de sociétés secrètes mutuellistes, maçonniques et républicaines qui s’agitent en faveur d’un retour à la République14.

15En 1848, le scénario que redoutent les élites libérales, républicaines du lendemain, semble se profiler avec l’affirmation des Voraces, groupe de républicains exagérés, dignes héritiers des « Chalier ». La majorité de la population, encadrée par l’Église catholique et travaillant dans la Fabrique des tissus de soie, n’est pourtant pas sensible à cette minorité agitée qui leur rappelle les mauvais moments de la Grande Révolution. C’est pour cette raison que lorsque les Voraces se soulèvent en juin 1849, ils se retrouvent seuls sans appui fort dans la population et sont donc violemment réprimés par l’armée. Le suffrage universel masculin profite donc aux modérés majoritaires qui soutiennent le coup d’État de Louis-Napoléon Bonaparte, ramenant ordre et croissance. Le Second Empire est un moment de calme, consécutif à l’arrestation des républicains les plus radicaux ou de leur exil. Ce calme n’empêche nullement la montée d’une contestation officielle portée par des républicains modérés, à l’image de Jules Favre, Jacques-Louis Hénon ou encore Désiré Barodet.

  • 15 L’ouvrage autobiographique de N. Truquin, Mémoires et aventures d’un prolétaire à travers la révol (...)

16Avec la chute de l’Empire et la proclamation de la IIIe République, Lyon renoue avec les fantômes de la Grande Révolution. D’un côté les internationalistes porteurs de révolution sociale qui favorisent la venue à Lyon de Bakounine à la mi-septembre 1870, certes sans succès dans sa proclamation de la Révolution mondiale le 28 septembre à partir du balcon de l’hôtel de ville, de l’autre les royalistes qui agitent la population des quartiers populaires dans le but de favoriser un climat de désordre, selon eux facilitant une restauration monarchique. La ville de Lyon est bien marquée du sceau des extrêmes, une ville blanche ou une ville rouge, même si ceux qui la connaissent ne se trompent pas sur sa véritable nature15. Loin de ces deux extrémités, les républicains modérés, mais pas modérément républicains, cherchent avec Hénon et Barodet à éviter une République sociale, porteuse de malheurs pour Lyon, tout en optant pour une République modérée respectueuse de la propriété et garantissant l’ordre social. C’est pour cette raison que se développe à Lyon un glissement dans les responsabilités du martyrologe de 1793. La République n’est plus alors rendue responsable de « Lyon n’est plus », désormais c’est Paris qui porte la responsabilité du drame lyonnais. L’antiparisianisme prend le relais dans le ciment de la construction de l’édifice de la centralité lyonnaise de l’antirépublicanisme.

17Cependant, les élites lyonnaises libérales, détentrices du pouvoir économique, ne cessent de vouloir construire l’édifice de la centralité politique lyonnaise. Il leur est difficile de faire-valoir ce modérantisme dans une France dominée par l’affrontement gauche/droite. Cependant, ce modérantisme, parfaite illustration de la centralité politique recherchée, est à leurs yeux le seul garant de la prospérité et du calme social. Or, ces élites perdent de leur influence à partir de la fin du XIXe siècle. D’abord, le syndicalisme se développe et instaure de nouveaux rapports dans le monde du travail, la Fabrique des tissus de soie recule face à de nouvelles activités, telles la chimie ou la mécanique, enfin le catholicisme, malgré une version sociale mieux adaptée au monde du travail, perd de son importance aux dépens d’un engagement militant, voire partisan, qui ne cesse de progresser. Ces élites, qui ont à cœur d’éviter toutes nouvelles violences collectives destructrices de prospérité mais aussi remettant en cause le ciment fondateur de l’identité politique lyonnaise modérée, cherchent ce ou celui qui pourrait incarner cette centralité politique. Les lois municipales de 1881-1884 leur ouvrent un nouveau champ. La municipalité et son maire, ce dernier doté de légitimité populaire par l’élection, apparaissent comme les meilleurs entrepreneurs pour mener à bien cette construction.

  • 16 En effet, le jeune Édouard Herriot, arrivé à Lyon en 1896 comme professeur, est le cinquième adjoi (...)

18Les deux maires de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle, Gailleton et Augagneur, sont des personnalité intéressantes, porteuses de réformes modernisant la ville, voire d’une nouvelle gestion des affaires municipales, tel le socialisme municipal inauguré par le socialiste Augagneur, mais aucun des deux maires n’est en mesure d’incarner cette centralité qui doit prendre en compte l’histoire de cette ville, ses forces vives que sont la chambre de commerce et l’archevêché, tout en répondant à la demande du plus grand nombre, la ville ayant dépassé les 450 000 habitants. Il faut attendre l’élection, un peu par hasard, de Herriot16 au poste de maire de Lyon le 3 novembre 1905 pour que la construction soit achevée et que commence la gestion de cette centralité politique.

Herriot et l’herriotisme de ses successeurs ou la gestion du bastion de la centralité lyonnaise

19Édouard Herriot incarne, de façon la plus parfaite, cette centralité politique. Certes, républicain radical, homme de gauche, dénoncé par les milieux catholiques comme un défenseur de la laïcité républicaine, Herriot a su distinguer deux niveaux dans la pratique du politique : le niveau national où il s’affirme en tant qu’homme de gauche et qui peut apparaître au moment du Cartel comme un « bouffeur de curés » et le niveau local où il fait une politique de rassemblement autour du consensus politique lyonnais, celui de la centralité. À Lyon, le bouffeur de curés mange avec les curés !

  • 17 Justin Godart, un vrai « gone », est sixième adjoint. Lire B. Benoit, « Justin Godart, constructeu (...)
  • 18 Aucun travail scientifique global n’existe sur Herriot, maire de Lyon, la longueur du mandat étant (...)

20C’est parce qu’il est non lyonnais, professeur ayant fait une thèse et donc appelé à une carrière universitaire à Paris qu’Augagneur, nommé au poste de gouverneur de Madagascar, désigne Herriot, et non Justin Godart17, avocat lyonnais, comme son successeur au fauteuil de maire en 1905, pensant, à tort, qu’il pourra récupérer son poste à son retour. Quelle erreur, Herriot restera 52 ans maire de Lyon ! Cette longévité politique s’explique parce qu’Herriot, jeune professeur arrivé à Lyon en 1896, a appris, au contact de son collègue historien au lycée Ampère Charléty, l’histoire de Lyon, en particulier cette histoire commençant avec le martyrologe de 1793 et se continuant par cette quête d’affirmation politique locale, loin de la gauche révolutionnaire et de la droite réactionnaire. De plus, Herriot ayant épousé une jeune fille issue des milieux républicains modérés lyonnais, représentant les élites constructrices de la centralité, il est initié à la politique locale par le professeur Rebatel, son beau-père, ancien président du conseil général du Rhône. Il comprend vite où se situe le point d’équilibre à Lyon entre histoire et mémoire. Le fait d’être non lyonnais, donc non porteur de contentieux familiaux ou mémoriels, lui permet de pouvoir réconcilier les différentes fratries du paysage politique lyonnais. Herriot, pour reprendre une comparaison gastronomique chère à Lyon, est le chef politique talentueux attendu pour gérer « la maison Lyon ». En réconciliant les trois pouvoirs lyonnais, l’archevêché, la chambre de commerce et la mairie, Herriot18 devient le premier gestionnaire du bastion de la centralité lyonnaise. Cette manière de faire porte le nom d’herriotisme.

21L’herriotisme consiste à valoriser l’économie lyonnaise, ce qu’il fait en instaurant la foire de Lyon en 1916 à la grande satisfaction du monde des affaires, de promouvoir la ville, ce qu’il fait en occupant des postes prestigieux au sein de la République, d’être proche des Lyonnais, ce qu’il fait en écoutant leurs doléances en se promenant avec son épouse le dimanche matin, en jouant aux boules, en mâchonnant et en saucissonnant lors de ses séjours lyonnais, en réconciliant la mairie avec l’archevêché en renouant avec le vœu des échevins de 1643. Cette politique qui achève la construction de la centralité passe également par le fait de rester entre Lyonnais. Pour ce faire, Herriot repousse, dès son élection, la création d’un Grand Lyon, souhaité par Augagneur, ce que d’autres métropoles françaises ou étrangères sont en train de faire, afin de laisser hors du champ de la centralité politique les banlieues rouges ou marquées à droite. De ce fait, Lyon est aujourd’hui encore une ville de petite superficie, avec seulement neuf arrondissements.

22Sa réélection régulière jusqu’à sa mort, même si le radicalisme n’est plus majoritaire à Lyon, prouve que l’herriotisme, au-delà des positions partisanes, a pris racine entre Rhône et Saône, malgré le renouvellement de la population. À la mort d’Herriot, en 1957, le conseil municipal ne choisit pas le plus prestigieux des conseillers municipaux, le radical Auguste Pinton, secrétaire d’État dans le gouvernement Mollet, mais le plus proche du maire défunt, Louis Pradel. Ce dernier, même s’il modifie la gestion municipale en lui donnant un coup de jeune et s’il transforme Lyon sur le plan urbanistique, il reste fidèle à l’idée de rassemblement des Lyonnais, au-delà de l’affichage partisan en faisant de l’apolitisme une règle de gouvernance municipale. Il écarte ainsi les gaullistes Soustelle et Herzog aux élections municipales de 1959 et 1965 en mettant en place des listes P.R.A.D.E.L ou Pour la réalisation active des espérances lyonnaises ! Certes 1968 l’amène à prendre position, mais malgré tout il se refuse à tout mandat national pour se consacrer à la gestion de son bastion lyonnais qu’il maintient dans le modérantisme, loin de l’Union de la gauche ou d’un gaullisme pompidolien.

  • 19 Lors de l’inauguration d’une exposition à la bibliothèque municipale de Lyon en juin 1989, l’adjoi (...)

23Après sa mort en 1976, Francisque Collomb (1910-2009), membre de l’UDF, reste fidèle au pradélisme-herriotisme en écartant du poste de premier adjoint un jeune gaulliste ambitieux, Michel Noir, qui prend sa revanche en raflant les neuf arrondissements en 1989. Les manifestations du Bicentenaire de la Révolution sont très mal soutenues par la mairie de Lyon19, témoignant ainsi d’un retour des mânes d’Imbert-Colomès sur le devant de la scène lyonnaise. Vite Michel Noir se désolidarise du RPR pour afficher son ancrage lyonnais, antiparisien et plus noiriste que gaulliste. Sa défaite aux élections de 1995 n’a rien à voir avec son positionnement politique, mais est liée à des affaires privées. L’élection de Raymond Barre est la parfaite illustration de cette centralité politique lyonnaise, puisqu’il est le premier à confier à des socialistes des vice-présidences au sein du Grand Lyon. L’élection surprise du socialiste Gérard Collomb aux municipales de 2001 s’explique par l’absence au second tour d’un représentant de la droite modérée, en l’occurrence Michel Mercier, et donc par l’existence d’un face-à-face entre un socialiste modéré et un homme d’une droite musclée Charles Millon. Dans ce duel entre un extrême et la centralité, les Lyonnais et les Lyonnaises n’hésitent pas à choisir Gérard Collomb qui, une fois élu, fait de l’herriotisme-pradélisme, ce qui le fait réélire brillamment en 2008. Son positionnement dès l’année suivante, qui lui fait tendre la main au Modem, illustre parfaitement cette centralité.

*

24Ce profilage politique lyonnais autour de la question de la centralité révèle, au-delà des péripéties événementielles, une permanence lyonnaise depuis la Grande Révolution. Il y a bien à Lyon une volonté, suite au martyrologe de 1793, d’éviter que la ville connaisse à nouveau un tel drame. Cette volonté est portée par les élites libérales, mais reçoit l’approbation de la majorité de la population avec l’avènement du suffrage universel.

25Ces élites font tout pour politiquement éviter de voir les Rouges et les Blancs, les républicains exagérés et la droite extrême s’imposer à Lyon, car tous les deux sont porteurs de risques, voir d’orages pour Lyon. La voie lyonnaise est le modérantisme qui trouve sa parfaite expression politique dans la centralité, pouvant osciller entre gauche et droite, à condition de ne pas se rapprocher des extrêmes. Il y a là indiscutablement une différence avec le centrisme.

26Le bastion de la centralité lyonnaise a jeté ses fondations à l’occasion de la crise dite fédéraliste de 1793, puis a été construit lentement, édification connaissant parfois des arrêts, au XIXe siècle, et a trouvé en 1905 son meilleur locataire, Herriot, qui a légué à ses successeurs la clé du bastion, l’herriotisme, en leur donnant ainsi la recette pour reconduire le bail municipal !

Notas

1 Pour tout savoir sur l’histoire de Lyon, consulter P. Béghain, B. Benoit, G. Corneloup, B. Thévenon, Dictionnaire historique de Lyon, Lyon, Stéphane Bachès, 2009, 1504 p.

2 S. Guillaume (dir.), Le centrisme en France aux XIXe et XXe siècles : un échec ?, Pessac, MSHA, 2005 ; J. Garrigues, « À la recherche du centre d’Adolphe Thiers à François Bayrou », dans B. Benoit et G. Vergnon (dir.), Laurent Bonnevay, le centrisme, les départements et la politique, Lyon, Stéphane Bachès, 2009, p. 73-91.

3 La thèse de M. Garden, Lyon et les Lyonnais au XVIIIe siècle, Paris, Les Belles Lettres, 1970, 772 p., brosse un parfait tableau de la ville sous l’Ancien Régime.

4 Voir mes travaux, en particulier L’Identité politique de Lyon. Entre violences collectives et mémoire des élites, Paris, L’Harmattan, 1999, 240 p.

5 B. Benoit, « Les Drômois et Lyon », dans Les Drômois acteurs de la Révolution, Valence, Archives départementales de la Drôme, 1990, p. 491-500.

6 En 1786 a lieu une grande « émotion », la révolte des deux sous, cf. L. Trénard, « La crise sociale à Lyon à la veille de la Révolution », Revue d’Histoire moderne et contemporaine, 1955, tome II, p. 5-45.

7 B. Benoit, « À propos du républicanisme lyonnais en 1793 », Cahiers d’histoire, tome XXXVIII, no 3/4, 1993, p. 253-271.

8 F. Lebrun et R. Dupuy (dir.), Les résistances à la Révolution, Paris, Imago, 1987, 478 p.

9 Il circule à Lyon, à partir de février 1795, un petit opuscule anonyme imprimé à Lausanne au titre évocateur : Liste des dénoncés et des dénonciateurs à Commune-Affranchie. En face de chaque nom de dénoncé et souvent d’exécuté figure l’adresse du dénonciateur ! Les compagnons de Jéhu sont des jeunes royalistes qui viennent à Lyon tuer des « mathevons », nom donné aux jacobins lyonnais, à la suite de contrats passés avec les familles des victimes de la terreur rouge. La terreur blanche fait à Lyon autour de 400 morts.

10 Cet autel existe toujours, mais la pyramide construite sous la Restauration a laissé la place à une chapelle expiatoire construite sous la municipalité Gailleton à la fin du XIXe siècle. Lire F. Laloy, « La chapelle des Brotteaux, histoire controversée d’un lieu de mémoire », dans J. Davallon, P. Dujardin et G. Sabatier, Politique de la mémoire, Lyon, PUL, 1993, p. 129-141.

11 Mes travaux sur la révolte des canuts de 1831 sont à lire dans L’identité politique de Lyon…, op. cit., p. 53-60 et dans un article de la Revue historique, no 606, d’avril-juin 1998, « Relecture des violences collectives lyonnaises au XIXe siècle ».

12 En particulier les travaux de F. Rude et M. Moissonnier qui interprètent le fameux slogan des canuts en 1831 « Vivre en travaillant ou mourir en combattant » au travers d’une grille de lecture pré-établie et détachée du contexte économique et historique lyonnais.

13 La référence est faite ici au célèbre article de Saint-Marc Girardin dans Le Journal des Débats du 8 décembre 1831.

14 À ce propos, la révolte de 1834, improprement traitée de deuxième révolte des canuts, est un soulèvement républicain, cf. note 10 supra. L’ouvrage du canut républicain J. Benoît, Confessions d’un prolétaire, Paris, Éditions sociales, réédition de 1968, 310 p. est une excellente approche de ce combat républicain clandestin.

15 L’ouvrage autobiographique de N. Truquin, Mémoires et aventures d’un prolétaire à travers la révolution, Paris, Maspero, réédition de 1977, est très révélateur des mentalités lyonnaises. Lui le non-lyonnais qui s’installe comme canut à Lyon en 1848 et qui quitte la ville après les événements de la commune de Lyon en avril 1871 déclare p. 157 que Lyon « est considérée à tort comme un foyer révolutionnaire », car les travailleurs de cette ville sont encadrés, via leurs femmes, par l’Église.

16 En effet, le jeune Édouard Herriot, arrivé à Lyon en 1896 comme professeur, est le cinquième adjoint au maire d’Augagneur depuis les élections de 1904.

17 Justin Godart, un vrai « gone », est sixième adjoint. Lire B. Benoit, « Justin Godart, constructeur de lyonnitude », dans A. Wieviorka (dir.), Justin Godart. Un homme dans son siècle (1871-1956), Paris, CNRS Éditions, 2005, p. 11-19, mais aussi B. Benoit, La lyonnitude. Dictionnaire historique et critique, Lyon, Elah, 2000, 148 p.

18 Aucun travail scientifique global n’existe sur Herriot, maire de Lyon, la longueur du mandat étant dissuasive. Cependant, de nombreux articles s’intéressent à divers aspects du maire de Lyon. Un colloque organisé en 2005, Le maire et la ville. Centenaire de l’élection d’Herriot à la mairie de Lyon, s’est tenu à Lyon sous ma direction et celle de Mathias Bernard. Les actes ont été publiés sous le titre Le Maire et la ville dans la France contemporaine, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise-Pascal, 2012, 368 p.

19 Lors de l’inauguration d’une exposition à la bibliothèque municipale de Lyon en juin 1989, l’adjoint à la culture de Michel Noir, Jacques Oudot, reçoit Jean-Noël Jeanneney, commissaire pour le Bicentenaire nommé par le président de la République, par ces mots : « Nous n’avons pas besoin de vous ici, notre mémoire est blessée ! »

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540