Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Terres d’élections

 | 
François Dubasque
, 
Eric Kocher-Marboeuf

Introduction

François Dubasque et Éric Kocher-Marboeuf

Texte intégral

  • 1 C. Delporte, La France dans les yeux : une histoire de la communication politique de 1930 à nos jo (...)
  • 2 P. Durand, Petit vocabulaire du château du Moyen Âge : initiation à la castellologie, Bordeaux, Co (...)
  • 3 J. Le Goff, R. Rémond (dir.), Histoire de la France religieuse, Paris, Le Seuil, 1992, tomes II et (...)

1Acteurs et commentateurs de la vie politique utilisent sans y prêter garde les termes de « fiefs », « bastions », « terres de mission » et « déserts électoraux » au cours des débats des soirées électorales, d’entretiens ou encore d’articles de la presse quotidienne ou magazine. Les élus et les néo-publicistes de l’ère numérique ne prennent jamais la peine et le temps d’expliciter plus avant leur pensée quand ils recourent à ces « mots-images » qui leur paraissent s’imposer d’emblée à la compréhension du téléspectateur ou lecteur qui est aussi dans la plupart des cas un électeur. Pourtant, ces termes méritent mieux que d’être détournés de leur sens réel pour s’inscrire dans les fameux « éléments de langage » forgés par les communicants politiques pour répondre aux attentes de leurs clients et des groupes de médias qui les relaient auprès de l’opinion1. Il apparaît d’ailleurs légitime de s’interroger sur la capacité des « faiseurs d’opinion » à donner la signification originelle de ces termes. Savent-ils à quelles réalités politiques, sociales ou économiques correspond un fief en fonction de l’époque et du lieu considérés ? Peuvent-ils donner une définition d’un bastion en castellologie2 ? Sont-ils à même d’expliquer pour quelles raisons des expressions relevant des vocables catholique et calviniste comme les terres de mission et les déserts ont migré dans le champ du politique3 ? Autant de prémices de sentences péremptoires qui ne sont jamais mentionnées alors qu’elles sont loin d’être évidentes pour les historiens eux-mêmes. Dans ces conditions, comment s’étonner que naissent des malentendus, des faux-sens voire même des contre-sens lorsque cette terminologie d’origine variée est déclinée avec une maladresse grandissante au fur et à mesure que l’on s’éloigne de l’épicentre de la sphère politico-médiatique ou que l’on passe dans le registre de conversations privées.

2Les « fiefs » et « bastions » finissent par être réduits au constat de bons résultats électoraux pour une personnalité ou une formation politique dans un territoire donné au soir d’une élection ; tandis qu’en contrepoint, les « terres de mission » et les « déserts » deviennent les synonymes de la faible implantation d’une formation politique ou d’un rejet d’un candidat en particulier. Les fiefs, bastions, terres de mission et déserts électoraux sont ainsi ravalés au rang de catégories génériques capables d’être incorporées dans des grilles de lecture plus ou moins simplistes. Pire encore, afin d’en simplifier davantage la compréhension, l’infographie animée omniprésente sur les supports numériques d’information leur confère une dimension ludique qui achève de les désacraliser. La cartographie électorale prend alors l’aspect d’un jeu vidéo.

  • 4 Association françoise de science politique, groupe « local et politique », Municipales 2008 : quel (...)

3Loin de ces acceptions à la portée du profane, les politologues dissocient des notions confondues entre elles par le sens commun. C’est ainsi qu’au cours d’une journée d’études consacrée aux formes de politisations locales, organisée en 2008 à l’IEP de Paris, à l’initiative de Christian Le Bart (CRAPE Rennes), Emmanuel Négrier (CEPEL Montpellier), Rémi Lefebvre (CERAPS Lille) et Hélène Reigner (INRETS Salon-de-Provence), un consensus s’est dégagé en faveur d’une distinction franche entre les notions de fief et de bastion4. Au terme des débats, il a été convenu que le fief renverrait à une forme d’horizontalité des rapports politiques, liée à l’existence de réseaux affinitaires locaux et d’échanges politiques territoriaux, alors que le bastion traduirait quant à lui des influences verticales mobilisant des ressources partisanes idéologiques et supra-locales, des catégories sociales ou institutionnelles conscientes de leur propre autonomie, engagées dans des rapports de forces et dotées d’une capacité d’autoreprésentation propice à leur mobilisation. Pour leur part, les expressions terres de mission et déserts servent davantage de marqueurs pour renforcer l’idée d’un échec d’une implantation partisane, donc à visée idéologique, réduisant voire niant la dimension incarnée, charnelle même, du ou de la candidat(e) qui se trouve dégagé de responsabilités propres dans les causes de sa défaite.

  • 5 S. Berstein, P. Milza, Axes et méthodes de l’histoire politique, Paris, PUF, 1998, 448 p.

4Si les historiens peuvent avec intérêt puiser des idées dans cette boîte à outils conceptualisée de la vie politique, il leur faut encore l’adapter aux exigences propres à leur discipline qui s’ancrent dans un cadre espace-temps bien défini. Les axes et méthodes qui ont permis le renouvellement de l’écriture de l’histoire politique n’ont pas conduit à l’abandon des approches monographique et biographique qui demeurent des clés de compréhension commodes, bien que jugées trop classiques par certains, pour pénétrer des champs scientifiques jugés plus novateurs5.

  • 6 A. Siegfried, Tableau politique de la France de l’Ouest sous la IIIe République, Paris, Armand Col (...)

5La notion de fief électoral n’est pas sans poser problème dans un régime reposant sur le suffrage universel car elle sous-tend l’existence d’une irréductible distorsion entre l’opinion politique individuelle du citoyen et son expression du fait de facteurs territoriaux qui empruntent tour à tour à des éléments naturels ou sociaux. Si l’on met de côté la dimension proprement philosophique de la question qui renvoie aux limites de la liberté et du libre-arbitre, l’analyse emprunte rapidement les chemins balisés depuis un siècle par André Siegfried dans le Tableau politique de la France de l’Ouest sous la IIIe République6. Le représentant au long cours d’un territoire incarnerait, presque malgré lui, « l’âme » de sa circonscription, la quintessence des idéaux portés dans leur for intérieur par la majorité de ses électeurs-citoyens qui viendraient en partie d’éléments géographiques (géologie, mode de faire-valoir agricole, typologie des paysages et de l’habitat, etc.). Il est effectivement fréquent que les études biographiques ou prosopographiques sur les parlementaires mettent l’accent sur l’adéquation entre les ramifications généalogiques de l’élu et le territoire qu’il représente. Il existe aussi de nombreux exemples révélant a contrario que des populations pourtant peu portées sur la mobilité géographique ont longuement accordé leur confiance à des élus adoptés, qu’ils soient issus de régions voisines à la leur ou bien même qu’ils soient originaires de provinces très éloignées et globalement ignorées par leurs électeurs. La capacité de l’élu à constituer un fief électoral résulte d’une construction méthodique d’un écheveau de réseaux où s’entremêlent des clientèles et des sociabilités dont les intérêts propres ne sont pas forcément convergents et présentent même parfois de nettes divergences d’intérêts que l’élu parvient cependant à réunir autour de sa personne en prenant soin de les compartimenter afin qu’elles n’en aient qu’une conscience affaiblie.

  • 7 L. Bantigny, A. Baubérot, Hériter en politique, filiations, générations et transmissions politique (...)
  • 8 Ludivine Vanthournout, doctorante en science politique à l’université de Paris I, a abordé cette q (...)

6Il est également tentant de rechercher l’existence d’un fief à partir de la recherche de la figure d’un « héritier » (voire plus récemment d’une « héritière »)7. Le modèle de la transmission héréditaire intrafamiliale (fils ou fille, petit-fils ou petite-fille, gendre ou belle-fille, voire neveu ou nièce) constitue à n’en pas douter le modèle le plus abouti de la formation d’une « dynastie politique », mais il ne faut pas négliger non plus la transmission à un héritier spirituel choisi au sein d’un vivier d’élus de second rang, un modèle qui fait incontestablement penser au système « féodo-vassalique ». C’est par exemple le premier adjoint d’un grand maire qui lui succède après plusieurs mandats, d’un suppléant à la députation qui rejoint enfin le Palais-Bourbon après avoir longuement patienté8, d’un conseiller général qui devient sénateur à un âge mûr et à l’inverse d’un jeune assistant parlementaire qui prend la suite d’un vieux parlementaire après lui avoir préparé ses dossiers et interventions. Ces transmissions traduisent la permanence du capital d’influence et présentent souvent un caractère rassurant pour une partie de l’électorat qui retrouve rapidement ses marques car l’impétrant est déjà connu des administrés.

7Le fief électoral découle bien souvent d’un savant découpage du territoire qui reflète des rapports de forces sociaux et politiques où la propriété foncière a longtemps constitué un facteur prépondérant. Cependant, le modèle du châtelain-propriétaire-exploitant agricole et par ailleurs maire, conseiller général voire député ou sénateur, qui était encore si fréquent à l’époque du travail pionnier d’André Siegfried, a fini par ne plus avoir qu’une dimension résiduelle dans les pays de l’Ouest, remplacé par la bourgeoisie de la basoche (notaires, avoués, avocats, huissiers, magistrats…), les membres des professions médicales (médecins, pharmaciens, dentistes, vétérinaires, kinésithérapeutes et même infirmiers), les membres du corps enseignant (instituteurs, professeurs et principaux de collège…).

  • 9 Durant l’été 2009, Alain Marleix, secrétaire d’État aux Collectivités locales, a ainsi présenté en (...)

8Au XIXe siècle, de nombreuses lois électorales et découpages territoriaux ont été inspirés par les intérêts fonciers auxquels étaient parfois mêlées des considérations religieuses. Il suffit de rappeler ici l’art de la dentelle électorale pratiqué par le sénateur de Boston Eldridge Gerry en 1812, dont le nom a donné naissance au néologisme gerrymandering, ou bien d’évoquer les sénatoreries napoléoniennes ou les bourgs pourris (rotten boroughs) anglais, en n’omettant pas le système censitaire des tiers imposables en vigueur pour l’élection du Landtag de Prusse jusqu’en 1918. Un peu partout en Europe et en Amérique du nord, partout où la démocratie libérale et parlementaire progresse pourtant au fil des décennies, les trésors d’imagination déployés par les notables pour s’ériger des fiefs à leur convenance ne manquent pas. Les accusations de pratique de « charcutage électoral » n’ont pas cessé depuis lors et il suffit de se replonger dans les coupures de presse des lois françaises réformant la carte électorale jusqu’à la Ve République pour s’en convaincre9.

  • 10 Jean Hennessy, riche négociant en cognac, est ainsi repêché dans la circonscription de Nice-4 (Men (...)

9À l’époque contemporaine, la conquête électorale d’un fief par un notable ne s’accompagne fort heureusement plus du démembrement du domaine royal et de l’obtention conjointe de prérogatives régaliennes (droits fiscaux ou de justice), même si des cas extrêmes de racket à grande échelle ont pu être observés dans certains territoires méditerranéens où l’élu local est dans la main de puissantes familles mafieuses (Ndrangheta calabraise, mafia sicilienne, mafias balkaniques) ou non (caciquisme espagnol). Dans un registre voisin, la pratique des « parachutages » dans des circonscriptions en or fait également penser aux faits du prince qui récompensait ses vassaux en les nantissant de terres, rentes et titres qui leur étaient adjoints. La France de la IIIe République offrait un bon exemple de ce type de pratique avec des « repêchages » de candidats battus dans des circonscriptions « nobles » (celles des grands centres villes, des départements facilement accessibles de Paris ou encore celles présentant un intérêt touristique) dans des circonscriptions de zones montagneuses ou bien dans les colonies10. Sous la Ve République, c’est dès la fin de l’ère gaullienne, qu’a été inauguré le parachutage électoral des jeunes technocrates issus des cabinets ministériels dans la perspective de les rendre « ministrables », quitte à sacrifier les élus de terrain du mouvement gaulliste qui construisaient jusque-là méthodiquement leur ascension politique et qui doivent du jour au lendemain mettre leurs réseaux et connaissances du terroir au service du jeune brillant « Parisien », le plus souvent sorti de l’ENA. L’étude biographique des députés gaullistes conduit toutefois à relativiser « la voie royale » constituée par le passage dans un cabinet pour accéder au Palais-Bourbon. Cette pratique va être reprise à partir des années 1970 par le parti socialiste en voie d’ascension électorale. Les commissions d’investiture siégeant dans les quartiers généraux des partis scellent l’écrasante majorité des destins parlementaires et bien rares sont ceux qui osent braver le choix de l’instance nationale en se présentant devant les électeurs comme cela était assez fréquemment le cas sous la IIIe République lorsque les partis ressemblaient encore bien davantage à des clubs qu’à des usines à fabriquer des élus normés. De fait, bien peu de militants de base peuvent espérer seuls remporter l’onction de l’instance nationale sans s’être au préalable insérés dans les écuries plus ou moins formelles des futurs présidentiables dont les équilibres respectifs sont respectés avec la précision d’une balance trébuchet pour ne pas compromettre leur candidature ultérieure à la magistrature suprême.

  • 11 J.-P. Brunet, Immigration, vie politique et populisme en banlieue parisienne (XIXe-XXe siècles), P (...)

10Si le fief est spontanément associé à des représentations positives comme la conquête, la stabilité, la fidélité, le bastion renvoie quant à lui à des comportements défensifs, à des menaces extérieures et surtout à l’encerclement. L’élu d’un bastion vit dans un complexe obsidional reposant le plus souvent sur une sociologie électorale différente du milieu ambiant, il est aussi fréquemment un élu des marges sinon un élu marginal au sein d’une agglomération, d’un département. Le terme de bastion a fréquemment été utilisé pour les communes ouvrières tenues par des élus communistes car il semblait parfaitement convenir à cette image forgée par le militantisme de contre-société et de sociabilité entre « camarades » communistes. L’implantation communiste dans les banlieues a fréquemment pris cet aspect de communes-bastions qui faisaient penser à des taches de léopard quand on les colorait en rouge sur une carte. Le terme de bastion a perduré après la formation autour de Paris de la « ceinture rouge », peut-être en partie à cause de la présence des forts de l’ancienne ceinture de défense parisienne érigée par Séré de Rivières qui ont été noyés par la banlieue ouvrière galopante11. Il existe aussi des bastions bourgeois au vote conservateur à côté de villes ouvrières, les cas de Sainte-Adresse à côté du Havre, de Croix et Marcq-en-Baroeul dans la banlieue lilloise en donnent de bonnes illustrations sans oublier Le Raincy en Seine-Saint-Denis qui est un autre exemple archétypal du « bastion bleu ». Les bastions permettent tout autant que les fiefs de voir s’épanouir des carrières au long cours mais avec des perspectives limitées dans le rapport à la conquête de l’espace environnant. Un élu de bastion fera un maire, voire un député-maire ou un sénateur-maire apprécié, mais il n’aura sans doute jamais la possibilité de s’imposer au niveau de la présidence d’une communauté d’agglomération ou du conseil général si l’environnement lui est sociologiquement et culturellement défavorable.

  • 12 F. Prigent, Les réseaux socialistes en Bretagne des années 1930 aux années 1980, thèse d’histoire (...)
  • 13 E. Mills Affif, Au pays des gueules noires, la fabrique du FN, 2004, 52’, DV Cam. Dans un article (...)

11L’élu d’un bastion peut en revanche être de bon conseil pour le militant audacieux qui prendrait son bâton de pèlerin pour tenter de convertir les électeurs de la terre de mission qui l’environne. La « conversion » d’une terre de mission s’apparente à une forme de Graal électoral pour le militant qui « laboure » un territoire en principe hostile à son identité politique. L’étude de ces basculements politiques pour le dernier demi-siècle est loin d’être achevée, même si des travaux récents commencent à dévoiler les étapes de ce processus complexe12. Dans la décennie 1970, la conquête du pouvoir pour le parti socialiste dirigé par François Mitterrand est passée par la conversion de plusieurs terres de mission traditionnelles de la gauche (Lorraine, Bretagne, Pays de la Loire, Basse-Normandie, etc.). Les cantonales de 1976 et 1979, les municipales de 1977, les législatives de 1978 ont constitué autant de coups de boutoir contre les fiefs tenus depuis des décennies par les notables indépendants, démocrates-chrétiens ou gaullistes. Le PS a gagné par contagion les régions interstitielles (départements des régions Poitou-Charentes, Pays de la Loire, Centre) situées entre l’Ouest et les vieilles terres de gauche du centre du pays (Bourbonnais, Limousin, etc.). Un phénomène comparable de conversion s’observe depuis une génération au profit du Front national dans les anciennes régions industrielles confrontées à la crise. On peut ici distinguer un arc qui part de la Haute-Normandie (vallée de la Seine) pour remonter vers la Picardie, le Nord-Pas-de-Calais, avant de redescendre depuis la Champagne-Ardennes vers la Lorraine, l’Alsace, la Franche-Comté13. À ce premier foyer, s’ajoute la progression frontiste le long du pourtour méditerranéen et une indéniable poussée dans le sillon rhodanien qui tend à relier l’ensemble septentrional au méridional.

12Les chercheurs en sciences humaines ont bien souvent tendance à négliger les espaces qui s’inscrivent en creux par rapport à l’objet sur lequel ils veulent faire porter leur étude du fait de la difficulté d’analyse que revêtent des caractéristiques dominées. Les terres de mission ne sont véritablement prises en compte qu’au terme de la mutation qui inverse le rapport de force ancien. A posteriori, les « preuves » scientifiques du basculement politique paraissent évidentes, mais elles n’avaient pourtant pas été identifiées par les observateurs lorsqu’elles présentaient pourtant les traits de la rupture à venir. De fait, il est difficile de distinguer les « terres de mission », susceptibles de connaître une inflexion, des « déserts » dont la sécheresse des résultats pour le camp sempiternellement défait renvoie l’image d’un repoussoir absolu pour toutes les ambitions. Dans les déserts, seuls des candidats issus du terroir qui acceptent de « témoigner » de leurs idées dominées peuvent admettre de renouveler leur candidature car au soir de la proclamation des résultats, ils savent qu’ils demeureront des enfants du pays envers lesquels les vainqueurs pourront même faire preuve de magnanimité. En revanche, pour les candidats de passage et « horsains », l’humiliation de la déroute sera insurmontable pour envisager de renouveler semblable expérience lors d’un futur scrutin.

  • 14 M.-A. Montané, Leadership politique et territoire, des leaders en campagnes, Paris, L’Harmattan, 2 (...)
  • 15 V. O. Jr Key, The responsible Electorate : Rationality in Presidential Voting, 1936-1960, Belknap (...)
  • 16 Voir notamment M. Bussi et al., « Élections régionales de 2004 : notabilités traditionnelles et no (...)

13Appréhender le phénomène de territorialisation de la vie politique implique donc de prêter autant d’attention aux électeurs – explication de vote et comportements électoraux, conditions de vie – qu’aux élus à travers le cumul des mandats, le savoir-faire électoral ou la notabilité et le charisme. Il s’agit par ailleurs de démêler l’influence de la personnalité, la place de l’action politique et celle des structures partisanes dans la constitution d’un leadership territorial14. Cette réflexion n’est pas propre à l’historien, c’est pourquoi politistes, sociologues, géographes sont naturellement intéressés par ces questions et apportent par leurs réflexions méthodologiques propres des éclairages qui enrichissent la connaissance de ces phénomènes. Au-delà du classique effet de voisinage qualifié de « friends and neighbours » par Valdimer Orlando Key15, le géographe Michel Bussi a ainsi mobilisé un certain nombre d’indices de notabilité à partir d’effets de gradient, de distance, d’amitié locale, de prestige, pour analyser la maîtrise de territoires électoraux par les élus. Il a par ailleurs montré que ces critères, souvent décisifs à l’échelle locale, sont également susceptibles, dans certaines conditions, d’influencer le résultat d’élections nationales16.

14Au cours des trois journées du colloque organisé à Poitiers en septembre 2009, l’accent a volontairement été mis sur un cadre chronologique de temps long allant de la Révolution à nos jours. Ce sont cependant essentiellement les trois dernières Républiques qu’a connu la France qui ont été retenues comme cadre d’analyse par une majorité d’intervenants. En dépit des études portant sur le cas italien, une approche comparative avec d’autres situations étrangères reste évidemment à mener. Les contributions réunies dans cet ouvrage collectif sont réparties en six grandes séquences. Les deux premières se focalisent sur les échelles de temps propices à l’analyse électorale : temps long ou conjoncture ? Dans les deux suivantes, c’est le temps d’une IIIe République marquée par poids de la permanence des élites politiques qui est mis en avant pour expliquer l’existence de la typologie territoriale retenue comme objet de la rencontre. C’est donc tout naturellement à travers la déclinaison d’exemples reposant sur des ancrages géographiques ou personnels que gravitent un grand nombre d’interventions. La cinquième séquence se concentre sur la IVe République en tant que phénomène transitoire des fiefs et bastions, tandis que la sixième et dernière met en exergue un certain nombre de novations propres à la Ve République qui permettent de conclure à la pertinence dans la durée des enjeux soulevés. Cet ouvrage témoigne par ailleurs que le colloque de Poitiers a eu pour ambition d’entrouvrir les portes à de nouvelles actions de recherche comme l’établissement d’une cartographie renouvelée des fiefs, bastions, terres de mission et déserts électoraux plutôt que de refermer le dossier.

Notes

1 C. Delporte, La France dans les yeux : une histoire de la communication politique de 1930 à nos jours, Paris, Flammarion, 2007, 490 p. ; É. Neveu, Les mots de la communication politique, Toulouse, PUM, 2012, 128 p. ; A. Mercier, D. Wolton, G. Agache, E. Veron, La communication politique, Paris, CNRS, Les essentiels d’Hermès, 2008, 161 p. ; J. Gerstle, La communication politique, Paris, Armand Colin, 2008, 255 p. ; F. Dosquet (coll.), Marketing et communication politique, Cormelles-le-Royal, EMS, 2012, 292 p.

2 P. Durand, Petit vocabulaire du château du Moyen Âge : initiation à la castellologie, Bordeaux, Confluences, 2009, 63 p.

3 J. Le Goff, R. Rémond (dir.), Histoire de la France religieuse, Paris, Le Seuil, 1992, tomes II et III.

4 Association françoise de science politique, groupe « local et politique », Municipales 2008 : quelles formes de politisation ?, journée d’études, IEP de Paris, 6 mars 2008.

5 S. Berstein, P. Milza, Axes et méthodes de l’histoire politique, Paris, PUF, 1998, 448 p.

6 A. Siegfried, Tableau politique de la France de l’Ouest sous la IIIe République, Paris, Armand Colin, 1913. Le colloque « Le Tableau politique de la France de l’Ouest d’André Siegfried, cent ans après. Héritages et postérités », organisé par Michel Bussi, Christophe Le Digol et Christophe Voilliot, à Cerisy, en juin 2013, est venu récemment rappeler l’immense portée de cet ouvrage qui a inspiré bon nombre d’études postérieures et ne fut pas sans retentissement sur la vie politique elle-même.

7 L. Bantigny, A. Baubérot, Hériter en politique, filiations, générations et transmissions politiques (France, Allemagne et Italie XIXe-XXe siècles), Paris, PUF, 2011, 384 p.

8 Ludivine Vanthournout, doctorante en science politique à l’université de Paris I, a abordé cette question lors du colloque de Poitiers, dans une communication orale intitulée « Ce que la suppléance parlementaire fait aux héritages politiques. Des configurations locales de transmission de ressources politiques ». Elle prépare une thèse, dirigée jusqu’à présent par le regretté Jean-Claude Colliard, sur le sujet suivant : « Le suppléant, construction d’un rôle politique ? ».

9 Durant l’été 2009, Alain Marleix, secrétaire d’État aux Collectivités locales, a ainsi présenté en Conseil des ministres un projet de redécoupage électoral en remplacement du précédent réalisé en 1986. Ratifiée par le Parlement en janvier 2010, la nouvelle carte électorale est entrée en application depuis les élections législatives de 2012.

10 Jean Hennessy, riche négociant en cognac, est ainsi repêché dans la circonscription de Nice-4 (Menton et l’arrière-pays niçois) en 1936 après la perte de son fief charentais qu’il détenait depuis 22 ans. Sur cet itinéraire, voir F. Dubasque, Jean Hennessy (1874-1944). Argent et réseaux au service d’une nouvelle république, Rennes, PUR, 2008, p. 313 et suiv.

11 J.-P. Brunet, Immigration, vie politique et populisme en banlieue parisienne (XIXe-XXe siècles), Paris, L’Harmattan, 1995, 400 p. ; A. Fourcaut, Banlieue rouge 1920-1960, Paris, Autrement, no 18, 2008.

12 F. Prigent, Les réseaux socialistes en Bretagne des années 1930 aux années 1980, thèse d’histoire sous la direction de J. Sainclivier, université de Rennes 2, 2011.

13 E. Mills Affif, Au pays des gueules noires, la fabrique du FN, 2004, 52’, DV Cam. Dans un article intitulé « Le FN veut renforcer son implantation locale », publié dans Le Monde du 5 octobre 2008, la journaliste Caroline Monnot révélait que le Front national dépassait 40 % des voix dans 77 villes de plus de 4 000 habitants dont 13 de plus de 20000 habitants. Aux élections municipales de 2014, le FN a remporté 10 villes dans des régions diverses (Hénin-Beaumont, Villers-Cotterêts, Hayange, Mantes-la-ville, Le Luc, Cogolin, Fréjus, Le Pontet, Beaucaire, Béziers) ainsi qu’une mairie de secteur (Marseille, 7e secteur). Malgré le revers essuyé à Forbach, Perpignan, Avignon et Carpentras, ce scrutin constitue pour le parti de Marine Le Pen une avancée sans précédent dans son implantation territoriale.

14 M.-A. Montané, Leadership politique et territoire, des leaders en campagnes, Paris, L’Harmattan, 2001.

15 V. O. Jr Key, The responsible Electorate : Rationality in Presidential Voting, 1936-1960, Belknap Press of Harvard University Press, 1966. Voir également P. J. Taylor et R. J. Johnston, Geography of Elections, Holmes & Meier Publishers, 1979.

16 Voir notamment M. Bussi et al., « Élections régionales de 2004 : notabilités traditionnelles et nouvelles maîtrises des territoires électoraux », Revue française de science politique, no 4, vol. 54, 2004, p. 639-667. À l’occasion du colloque de Poitiers, le 24 septembre 2009, Michel Bussi a par ailleurs présenté une communication orale intitulée « Analyse spatiale des fiefs électoraux » dans laquelle il développait l’idée d’une crispation électorale autour de réflexes territoriaux comme symptôme d’une période de crise marquée également par le multipartisme protestataire.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540