Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entre violence et conciliation

 | 
Jean-Claude Caron
, 
Frédéric Chauvaud
, 
Emmanuel Fureix
, 
et al.

Troisième partie. Seuils de tolérance et évolution des sensibilités

Perspectives harmoniennes et affrontements partisans. Les fouriéristes et la politique des années 1840 aux années 1880

Bernard Desmars

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Quand on observe les trajectoires des militants fouriéristes depuis les années 1830, moment de la constitution de l’école sociétaire, jusqu’aux premières décennies de la Troisième République, on est frappé du décalage entre la hardiesse et l’originalité du projet initial – édifier un « nouveau monde » autour de « l’association intégrale » en satisfaisant l’ensemble des passions humaines – et la modération, voire le conservatisme des engagements politiques des disciples de Fourier sous la Troisième République. Cela peut être dû aux biographies des individus, ainsi qu’au changement de registre discursif et aux difficultés que les disciples de Fourier rencontrent quand ils veulent traduire les aspirations à « l’harmonie universelle » en programmes électoraux, en délibérations municipales ou en votes parlementaires. Mais cela tient également – c’est en tout cas l’hypothèse défendue ici – à la façon dont les militants phalanstériens envisagent la question de la violence dans la sphère po...

Auteur

Maître de conférences en histoire contemporaine, Université de Metz.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540