Version classiqueVersion mobile

Entre violence et conciliation

 | 
Jean-Claude Caron
, 
Frédéric Chauvaud
, 
Emmanuel Fureix
, 
et al.

Troisième partie. Seuils de tolérance et évolution des sensibilités

Parlementarisme, éloquence parlementaire et violence sous la Deuxième République

Bernard Le Drezen

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La révolution de février 1848 s’est voulue, au prix d’un paradoxe fécond, la révolution de la concorde, prélude à l’établissement de la « démocratie pacifique ». Or, s’agissant de la violence et de la résolution des conflits socio-politiques, l’histoire de la période 1848-1851 est celle d’un échec évident. Très rapidement, la jeune république est rattrapée par la violence. Celle, d’abord, des souvenirs invoqués par les acteurs eux-mêmes : 93 et la Terreur supplantent vite 89 dans les harangues des clubistes comme dans l’esprit des conservateurs et même des modérés. La violence verbale trouve bientôt à se réaliser lors des « journées » ; le 15 mai, étape supplémentaire sur la voie de la guerre civile, l’Assemblée est envahie par les manifestants. Le président de séance proteste alors vainement contre la violence ainsi faite à la représentation nationale.

Toutefois, les assemblées constituante puis législative ne se contentent pas de faire l’objet d’une violence dont elles seraient pou...

Auteur

Chargé de recherches documentaires à l’Université Paris-IV-Sorbonne et à la bibliothèque de l’Institut de France.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search