Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Robert de Sarrebrück ou l’honneur d’un écorcheur (v. 1400-v.1462)

 | 
Valérie Toureille

Chapitre IV. La guerre et le droit

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Par construction, les deux modes de résolution des conflits personnels que sont d’une part la guerre privée et d’autre part le recours au droit semblent s’opposer. Pourquoi user de la force des armes (et prendre le risque de se faire tuer soi-même) s’il suffit d’en appeler à la sagesse d’un tribunal ? A contrario, y a-t-il un intérêt à s’enliser dans un procès coûteux et incertain si le litige peut trouver une solution rapide par la seule voie de la force ? Surtout que l’usage des armes demeure plus honorable aux yeux du noble que le recours à l’arbitrage des clercs. En temps de paix, il est assez normal que le droit – que nous ne pouvons pas encore appeler la loi – s’impose comme le mode obligé des conflits. Telle est d’ailleurs sa vocation. Les institutions de la justice sont suffisamment installées en ce Moyen Âge finissant pour offrir aux plaignants une solution appropriée, à défaut d’être toujours satisfaisante. Surtout, l’autorité du suzerain suprême s’est imposée à tous, même...

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540