Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Robert de Sarrebrück ou l’honneur d’un écorcheur (v. 1400-v.1462)

 | 
Valérie Toureille

Chapitre II. Un seigneur dans la guerre

Texte intégral

1L’historien est souvent tenté de chercher derrière chacun des actes du personnage qu’il a pris pour objet une cause unique et explicite. L’approche serait vaine concernant Robert de Sarrebrück. Aucun des engagements militaires dont il fut le promoteur, fort nombreux au demeurant, ne permet d’embrasser toute la diversité des motivations qui l’ont conduit à passer l’essentiel de sa vie en armes. Il faut au préalable prendre le temps de démêler l’inextricable écheveau des faits avant de comprendre que se superposent en permanence des fidélités que nous dirions « politiques », la défense d’intérêts particuliers et la poursuite de haines personnelles, modelées de vengeances et de rancunes.

  • 1 BNF, Lorraine 291, f° 69. Publié dans Luce S., Jeanne d’Arc à Domrémy, op. cit., p. 301-305.
  • 2 BNF, Lorraine 87 ter, f° 35.
  • 3 Enguerrand de Monstrelet, Chronique, op. cit., t. 5, p. 52-53.
  • 4 Chronique d’Arthur de Richemont, op. cit., p. 94-96.
  • 5 Enguerrand de Monstrelet, Chronique, op. cit., t. 5, p. 394-395.
  • 6 BNF, Lorraine 386, f° 4, 5 et 6.

2Il est difficile de résumer l’activité armée de Robert de Sarrebrück tant est important le nombre des conflits auxquels il a participé, ou qu’il a initiés. Cet engagement court sur vingt-sept années, de 1418 à 1445. En 1419, il se bat contre les seigneurs de Saint-Dié1. L’année suivante, il enlève Gauthier de Ruppes (nous y reviendrons longuement). En 1421, il guerroie contre le duc de Bar. En 1422, il combat à la fois contre le duc de Lorraine et la ville de Metz, ce qu’il lui vaut l’année suivante de subir le siège de Commercy. En 1424, il ravage le Barrois. En 1425, il ouvre les hostilités contre l’évêque de Metz. En 1426, il est de nouveau en guerre contre le duc de Bar. En 1428, il se porte contre Toul. En 1429, après le sacre, il accompagne l’armée du roi jusqu’aux portes de Paris. En 1431, il mène plusieurs expéditions du côté de Langres. En juillet, il participe à la bataille de Bulgnéville. En 1432, il lutte contre Pierre de Luxembourg2 et assiège Ligny-en-Barrois. Il se bat ensuite à Grancey, en Bourgogne, contre Jean de Vergy3 puis déclare une nouvelle fois la guerre à Metz. En 1434, il capture des chevaliers messins à Pont-à-Mousson et Commercy est de nouveau assiégée. Prisonnier sur parole de Richemont4, il s’enfuit. En 1435, il résiste à Richemont, le connétable de France, puis part pour Jérusalem. Il est fait prisonnier au retour de son pèlerinage, puis libéré l’année suivante. En 1437, on le voit au siège de Montereau. L’année suivante, il ravage le Val de Metz, puis soutient Antoine de Vaudémont5 dans sa guerre contre René d’Anjou. En 1439, il combat à Chauvency de nouveau contre les hommes de Richemont. La même année, il s’empare de la forteresse de Châteauvillain. En 1441, il est de nouveau devant les murs de Metz, puis déclenche une guerre contre Thibaut de Neufchâtel6. En 1443, il attaque le Val de Waixey. Pendant l’été, il participe au siège de Dieppe. En 1444, Commercy subit un nouveau siège. Avant de s’engager dans la campagne du Val de Metz avec les Écorcheurs. En 1445, enfin, il combat en Alsace. Ce sera sa dernière expédition.

  • 7 Toureille V., « La désobéissance d’un sire au XVe siècle : Robert de Sarrebrück, damoiseau de Comme (...)
  • 8 Toureille V., Vol et brigandage, op. cit., p. 151 et suiv. ; Pernot Fr. et Toureille V. (dir.), Len (...)

3Parmi tous les épisodes de sa vie d’homme d’armes, cinq séries de faits méritent une attention particulière. Le premier concerne l’enlèvement d’un émissaire bourguignon lors des négociations qui entourèrent le traité de Troyes. Le second a trait à la querelle que Robert de Sarrebrück entretint tout au long de sa vie avec les successeurs du duc de Bar pour être payé d’une créance détenue par son père. Le troisième concerne l’héritage de Châteauvillain7. Le quatrième illustre à travers les villes de Toul, Verdun et surtout de Metz, l’ambivalence des relations que Robert de Sarrebrück entretenait avec les grandes cités lorraines, nourries de collaborations et de frictions permanentes. Le dernier point, enfin, éclaire de façon singulière la difficulté pour des hommes de guerre tels que le sire de Commercy de « rentrer dans le rang », une fois la paix signée. Cette difficile soumission renvoie au thème du possible passage de la guerre au brigandage8. Elle correspond au point d’orgue de la violence que constitue le temps, presque paroxystique, des Écorcheurs, et auquel participa sans retenue le seigneur de Commercy. Cette étape illustre aussi la progressive sujétion de la noblesse face aux ambitions de l’autorité royale, en particulier sur la question du monopole de la force armée.

Un Armagnac aux confins du royaume

L’affaire Gauthier de Ruppes, une opération politique réussie

  • 9 Sur les ambassades voir Spitzbarth A.-B., Ambassades et ambassadeurs de Philippe le Bon (1419-1467) (...)
  • 10 Vallet de Viriville A., Histoire de Charles VII, op. cit., t. 2, p. 315 ; Poull G., Les cahiers d’h (...)
  • 11 AD Meuse, B 1243, f° 87.
  • 12 Contra Moeglin J.-M., L’Empire et le royaume, Paris, 2011 ; Quicherat J., Procès, op. cit., p. 106 (...)

4Au printemps 1420, alors qu’ils voyageaient dans le cadre d’une ambassade pour le compte de Philippe de Bourgogne, Gauthier de Bauffremont, seigneur de Ruppes9 et plusieurs de ceux qui l’accompagnaient furent enlevés par Robert de Sarrebrück et Robert de Baudricourt10, avant d’être transférés dans les prisons de Commercy11. Cet enlèvement, qui allait devenir l’« affaire Gauthier de Ruppes », devait durablement envenimer les relations entre le duché de Bar et la Bourgogne. Le coup de main révèle la capacité militaire du jeune seigneur de Commercy, qui aidé de Baudricourt captura une douzaine de personnes ! L’épisode éclaire surtout d’un jour nouveau les réseaux que le dauphin Charles entretenait dans cette lointaine extrémité du royaume12.

  • 13 Dumont Ch.-É., Histoire de la ville et des seigneurs de Commercy, op. cit., t. 1, p. 209.
  • 14 Schnerb B., Jean sans Peur, le prince meurtrier ? Paris, Perrin, 2005.
  • 15 Brugière de Barante P., Histoire des ducs de Bourgogne de la Maison de Valois : 1364-1477, t. 1, So (...)
  • 16 AD Nord, B 1920, f° 50 v°, cité par Bonenfant P., Philippe le Bon, sa politique, son action, Bruxel (...)

5L’enlèvement, suivi d’une demande de rançon, est alors un acte courant, une pratique ordinaire de la guerre. L’historiographie a décrit l’opération comme une vulgaire opération crapuleuse, un acte de pur brigandage13. Pire, s’agissant de personnalités disposant d’un sauf-conduit diplomatique, l’agression apparaît comme une atteinte inexcusable à l’intangible protection des ambassades. Mais si l’affaire fit grand bruit, c’est que Gauthier de Bauffremont, seigneur de Ruppes, chevalier banneret, était l’un des grands capitaines du duc de Bourgogne. En 1414, il avait commandé l’armée de Jean sans Peur14 et son père, qui portait le même prénom, avait combattu à Nicopolis avec le fils de Philippe le Hardi15. Philippe le Bon avait explicitement envoyé le seigneur de Ruppes, son homme de confiance, le 12 avril 1420 à Verdun, depuis Troyes, « pour aucunes choses secrettez tres grandement touchans les affaires de ce royaulme et de mondit seigneur16 ».

  • 17 Cosneau E., Les grands traités de la guerre de Cent Ans, Paris, 1889, p. 23 ; Autrand Fr., Charles (...)
  • 18 Autrand Fr., Charles VI, op. cit., p. 580 ; Chiffoleau J., « Sur le crime de lèse-majesté médiéval  (...)
  • 19 Schnerb B., Les Armagnacs et les Bourguignons, op. cit., p. 214.

6Il convient d’examiner cette affaire dans le contexte des pourparlers du traité de Troyes. Je ne m’étendrai pas sur un traité bien connu ni sur ses dispositions, abondamment commentées17. On sait l’importance qu’eut l’acte dans le cours malheureux de la monarchie des Valois. Sept mois plus tôt, le dauphin Charles avait fait assassiner Jean sans Peur et le séisme politique provoqué par ce crime avait incité le nouveau duc de Bourgogne à se rapprocher des Anglais, entraînant avec lui la reine Isabeau de Bavière. Charles VI, définitivement diminué par la maladie, n’était plus en état de gouverner, sans pour autant qu’une tutelle fût prononcée. Philippe le Bon avait habilement manœuvré pour que le dauphin Charles, considéré comme son ennemi personnel, n’accédât pas au pouvoir. Les Anglais proposaient une formule que la reine trouvait acceptable : Henri V épouserait Catherine de France. À la mort de Charles VI, la couronne passerait à l’héritier d’Henri V, puis à ses descendants. Le traité d’alliance anglo-bourguignon était signé à Arras depuis décembre 1419. Le 17 janvier 1420, une lettre de Troyes, signée par le roi, interdisait d’obéir aux mandements du Dauphin « parricide, coupable de crime de lèse-majesté, destructeur et ennemi de la chose publique, ennemi de Dieu et de justice18 ». Le 21 mars, le duc de Bourgogne, après avoir chassé les garnisons qui tenaient pour le Dauphin en Picardie et en Champagne (dont La Hire, implanté en Laonnois), arrivait à Troyes derrière ses noirs étendards19. Le lendemain l’y rejoignaient les comtes de Kent et de Warwick. Le 9 avril, l’accord fut conclu. Le 20 mai, Henri V pouvait faire son entrée dans la ville. Le 2 juin, le mariage fut célébré en l’église Saint-Jean.

  • 20 Louis de Bar (vers 1370 – 1430), Poull G., La maison souveraine et ducale de Bar, op. cit.
  • 21 ANF, KK 1117, f° 728-729.
  • 22 BNF, Lorraine 293, f° 15 et 24 mai 1420 : lettre de non-préjudice de Gauthier de Ruppes et de dix a (...)
  • 23 AD Meuse, B 1243, f° 87 (mai 1420).
  • 24 AD Meuse, B 1243, f° 87.
  • 25 BNF, Lorraine 348, f° 64 (19 mai 1420). Luce S., Jeanne d’Arc à Domrémy, op. cit., p. 67 et p. 306- (...)
  • 26 ANF, KK 1117, f° 740-741.

7Depuis avril 1420, le cardinal de Bar20 s’était installé dans son nouvel évêché de Verdun, qu’il avait échangé, avec Jean de Sarrebrück, contre celui de Châlons. Philippe le Bon souhaitait son soutien. Il commanda à Gauthier de Ruppes de conduire une délégation composée de quatre-vingt personnes, chargée d’inviter de façon solennelle, au nom d’Henri V, l’héritier du duché de Bar à se rendre à Troyes, où se préparait le mariage du roi d’Angleterre avec Catherine de France. Ce fut au retour de Verdun, dans les premiers jours de mai 1420, alors qu’ils étaient munis d’un sauf-conduit du cardinal21, que les délégués tombèrent dans l’embuscade tendue par Robert de Sarrebrück et Robert de Baudricourt22. Avec le seigneur de Ruppes furent fait prisonniers une douzaine d’hommes, la plupart Bourguignons. Tous bénéficiaient de l’immunité diplomatique. Le cardinal de Bar fut la première victime de l’opération, car on l’accusa de ne pas avoir su protéger ses invités. Il s’entremit aussitôt avec Robert de Sarrebrück pour obtenir la libération du seigneur de Ruppes et des gentilshommes capturés avec lui. La rançon fut fixée par les deux complices à mille écus d’or23. C’était une somme importante que le cardinal se vit contraint de promettre de payer. Les archives, abondantes sur ce point, rendent compte de manière détaillée des tractations qui s’engagèrent alors. Le 8 mai, le secrétaire du cardinal-duc fit inscrire la somme de dix écus d’or pour « convertir ou payement des mil escuz qui furent payez à Robert de Sarrebruche et à Robert de Baudricourt pour le rachat de la personne de messire Gauthier de Ruppes, chevalier, et ses compaignons que les dessus nommez avoient ruez jus ou sauf-conduit d’icellui seigneur24 ». Deux jours avant la signature du traité de Troyes, une quittance fut signée le 19 mai, à Saint-Mihiel, par le cardinal de Bar à Robert de Baudricourt et Robert de Sarrebrück pour la prise de Gauthier de Ruppes « ambassadeur de Philippe le Bon et de Jean de Saint-Louis, bailly de Bassigny25 ». Le 5 juin, une quittance générale fut donnée au cardinal par Gauthier de Ruppes26.

  • 27 BNF, Lorraine 293, f° 15 (24 mai 1420).
  • 28 Schnerb B., Les Armagnacs et les Bourguignons, op. cit., p. 216.

8L’enlèvement suscita la colère du duc de Bourgogne ; il fallait punir les coupables et leur protecteur. L’exaspération du duc était d’autant plus grande que le Barrois semblait acquis à sa cause. L’affront visait Philippe le Bon, mais aussi, à travers lui, le roi d’Angleterre qui, pour des raisons de prestige, devait tenir à la présence d’un cardinal aussi important que Louis de Bar à la cérémonie de son mariage. La responsabilité retomba sur le cardinal-duc de Bar, coupable à son corps défendant. L’opération ne manquait pas de hardiesse. Elle supposait une organisation minutieuse, y compris dans la collecte des renseignements. Dès lors, les auteurs qui ont voulu voir dans ce geste un vulgaire acte de banditisme se sont mépris, car l’action cachait une ambition politique majeure : mettre fin au processus de rapprochement engagé entre le Barrois et la Bourgogne. Or, pour le duc de Bourgogne, le moment était propice à ce rapprochement. Avec la disparition de l’influence orléanaise, qui maintenait un statu quo dans l’espace lorrain, le duché de Bar pouvait devenir un allié précieux pour le duc de Bourgogne, un verrou prêt à sauter entre ces deux territoires. La qualité de ses ambassadeurs prouve que Philippe le Bon avait soigné les formes. De son côté, le cardinal Louis, isolé dans un espace entièrement acquis à la cause bourguignonne, était prêt à rallier son camp. L’embuscade mit un terme définitif à cette esquisse d’alliance. Dès lors, à qui pouvait profiter le crime si ce n’était au Dauphin lui-même ? L’une de nos sources l’évoque de façon explicite. Elle indique expressément que les deux complices ont agi « au nom de monseigneur le dauphin27 ». Il est donc probable que c’est sur ordre que le capitaine français de Vaucouleurs et le sire de Commercy ont conduit cette opération. L’épisode remet en cause l’image d’un Dauphin indécis, replié sur ses terres, anéanti par le crime dont il s’était rendu complice. À travers un réseau de correspondants, Charles, ou ses officiers, continuaient la guerre, y compris dans les espaces les plus excentrés, en s’appuyant sur les quelques hommes de guerre intrépides qui lui étaient restés fidèles : La Hire dans le Laonnois, Baudricourt à Vaucouleurs, Sarrebrück sur ses terres. En 1420, l’enclave française dont Baudricourt avait la garde apparaissait comme un poste avancé dans un espace devenu presque entièrement pro-bourguignon. Quant à l’engagement personnel du sire de Commercy dans cette affaire, il n’a rien de surprenant. Il le place dans le sillage de son père. Robert de Sarrebrück appartenait sans réserve au camp français ou « armagnac ». Aux lendemains du traité de Troyes, alors que le dauphin Charles se trouvait de plus en plus isolé, cette ombre portée sur la concorde fut un signe politique important. L’épisode révéla que, dans le val de Meuse, des hommes, contre toute attente, tenaient encore pour lui, des hommes qui n’acceptaient pas le rapprochement des Anglais et des Bourguignons, d’Henri V, « roi d’Angleterre et héritier de France28 » et de Philippe de Bourgogne. Baudricourt et Sarrebrück n’étaient sans doute pas seuls à partager cette opinion ; de nombreux Français avaient vu dans l’accord de Troyes une grave entorse portée aux règles dynastiques et au sage équilibre des couronnes. Mais c’est par les armes que les deux hommes servirent la cause delphinale.

  • 29 Luce S., Jeanne d’Arc à Domrémy, op. cit., p. 68 et 307 ; BNF, Lorraine 200, f° 42.
  • 30 Liébaut de Baudricourt avait fait main basse sur le bétail des habitants de Troyon pour se payer en (...)
  • 31 ADMM, B 629, 123.

9L’opération conduite par Sarrebrück et Baudricourt, en plaçant le cardinal de Bar contre son gré dans le camp des ennemis du duc de Bourgogne, porta ses fruits. En ce sens, on peut qualifier l’embuscade de « coup politique » réussi. Pour parachever sa stratégie, le 17 juin 1420, par lettres patentes datées de Poitiers, le dauphin Charles institua le cardinal de Bar son lieutenant général du Barrois. Il lui donna les pleins pouvoirs pour conclure en son nom toute espèce d’arrangement tant avec les villes et forteresses qu’avec les simples particuliers29. Une habile manœuvre qui malgré lui désignait le cardinal-duc de Bar comme un agent double. Robert de Sarrebrück et Robert de Baudricourt figuraient dès lors comme des résistants, héroïques à leur manière, dans un océan bourguignon au sein duquel ils tentaient d’entretenir les dernières lueurs d’un espoir légitimiste. L’explication aurait le mérite de la simplicité, celle du patriotisme de la première heure, mais ce serait oublier un second versant de leur motivation : tous deux avaient de bonnes raisons de déstabiliser le cardinal-duc de Bar. D’ailleurs, l’opération militaire qui les réunissait dans le camp du Dauphin n’en fit pas pour autant des alliés du cardinal-duc. Robert de Baudricourt entretenait de son côté un contentieux personnel avec le duc de Bar, au sujet d’un gage pris par le duc Robert à son père Liébaut de Baudricourt30. Le 17 juin 1421, un accord de paix entre le cardinal et Baudricourt fut d’ailleurs conclu sur ce terrain, à l’issue d’un arbitrage rendu par plusieurs prud’hommes31. Dans le même temps, et pour une autre affaire de dette, Robert de Sarrebrück ne parvenait pas à se faire rembourser des sommes importantes que le cardinal lui devait au titre des engagements avancés par son père.

  • 32 AD Meuse, B 687, f° 54 v°., ibid., B 2212, f° 75, ibid., B 2213, f° 76 v° : « Item, en soissante fl (...)
  • 33 ADMM, B 629, 124.
  • 34 AD Meuse, B 2212, f° 75.
  • 35 ADMM, B 629, 126. En fait, l’affaire rebondit encore en juillet 1424, pour que le cardinal daigne à (...)
  • 36 ANF, KK 1117, f° 747 v°, f° 729 v° et f° 730.

10Comme souvent en pareil cas, la rançon ne fut pas payée sur le champ. Le cardinal de Bar avait été sommé de payer 500 écus d’or à chacun des deux hommes. Par des lettres du 10 août 1420, il régla la part de Robert de Baudricourt, sous forme d’une rente annuelle de cent francs à prendre sur la prévôté de Saint-Mihiel : « jusques ad ce qu’il lui aura paié la somme de cinq cens escus d’or32 ». Au même moment, il reconnaît devoir « à son cousin Robert » la rançon de Gauthier de Ruppes33. Mais ce dernier accord ne semble pas avoir été suivi d’exécution. En effet, quelques temps plus tard, on le voit exiger du duc de Bar le paiement d’une rente de cent livres, à toucher sur la prévôté de Saint-Mihiel, payable pour le rachat de son prisonnier34. Ce ne fut que trois ans plus tard, à l’issue de nombreux conflits, que Robert de Sarrebrück obtint satisfaction pour le rachat du seigneur de Ruppes. Le 24 septembre 1423, le cardinal de Bar accepta enfin les termes de l’accord. Le seigneur de Commercy obtint 200 francs de rente en usufruit à prendre sur la prévôté de Foug et promit en échange son aide au cardinal, avec lequel il soulignait à son tour le lien de parenté35. De son côté, il est possible que le duc de Bourgogne ait indirectement participé au remboursement de la rançon car, après avoir fait entrer Gauthier de Ruppes dans son Conseil, il lui assigna une pension annuelle de 200 livres tournois et une somme de 400 écus à titre de dédommagement36.

  • 37 Le 25 juin 1420. Archives départementales de la Côte d’Or (désormais AD CO), B 11920, citée par Luc (...)
  • 38 Luce S., Jeanne d’Arc à Domrémy, op. cit., p 23 ; ibid., Preuves, p. 314-316.

11Cette affaire, révélant Baudricourt comme un partisan menaçant de la résistance française, provoqua dès le mois de mai 1420 une violente réaction de la part des Anglo-Bourguignons qui attaquèrent Vaucouleurs. L’affrontement ne fut pas décisif puisqu’un mois plus tard, une trêve fut conclue à Bar en prélude à une conférence où l’on devait convenir de s’échanger les prises effectuées de part et d’autre. Une trêve fut signée à cette occasion entre le cardinal et son « très chier sire et cousin le duc de Bourgoigne37 ». Le Barrois, considéré dès lors comme une terre ennemie, fut lui aussi menacé par les troupes anglaises. En 1421, un corps d’armée anglais, appelé par Pierre de Luxembourg, pénétra dans le Barrois et s’empara de deux petites forteresses situées près de Gondrecourt38.

Robert de Sarrebrück, un Français autonome ?

  • 39 La date de naissance de Robert de Baudricourt n’est pas connue avec précision. Il est déjà capitain (...)
  • 40 Luce S., Jeanne d’Arc à Domrémy, op. cit., p. 17.
  • 41 Autrand Fr., Charles VI, op. cit., p. 592 et suiv.
  • 42 BNF, fr. 4484 et BNF, fr. 23018. Guillaume de Flavy, né vers 1398, mort en 1449, fut l’un des capit (...)
  • 43 Mouzon, commune des Ardennes, arr. de Sedan.
  • 44 Beaumont-en-Argonne, commune des Ardennes, arr. de Sedan.
  • 45 Édouard de Granpré, seigneur de Verpel et d’Estry, était membre de l’ordre de Saint-Hubert.
  • 46 Eustache de Vernancourt, décédé en 1429, était un capitaine français.
  • 47 Grandpré, commune des Ardennes, arr. de Vouziers.
  • 48 La Ferté-sur-Chiers, commune des Ardennes, arr. de Sedan.
  • 49 Dannevoux, commune de la Meuse, arr. de Verdun.
  • 50 Malancourt, commune de la Meuse, arr. de Verdun.
  • 51 Passavant-en-Argonne, commune de la Marne, arr. de Sainte-Ménehould. Voir Aimond Ch., Les relations (...)
  • 52 Antoine, comte de Vaudémont (vers 1395-1458), était le fils de Ferry de Lorraine et de Marguerite d (...)
  • 53 Jean V, proche de Charles II de Lorraine, fut gouverneur du duché de Bar en 1422.
  • 54 Il s’agit de Henri, comte de Blâmont. La seigneurie de Blamont, située entre Nancy et les Vosges, c (...)
  • 55 Sur ce sujet, l’introduction de Philippe Contamine à l’ouvrage de Bertrand Schnerb, Bulgnéville, op (...)

12Alliés et complices dans l’enlèvement de Gauthier de Ruppes, Robert de Sarrebrück et Robert de Baudricourt prirent souvent les armes ensemble. On ne doit pas pour autant les considérer comme des alliés permanents. Leurs relations étaient de toute évidence plus subtiles et d’abord affaire de circonstances. Au-delà de leur engagement commun pour le Dauphin, avec des statuts différents, ils entretenaient chacun de leur côté des guerres particulières où les convictions politiques recouvraient parfois des haines personnelles. On peut toutefois affirmer, sans risquer de se tromper, que Robert de Sarrebrück partageait avec son voisin Robert de Baudricourt, que l’histoire de France de la IIIe République a rendu célèbre à travers l’épopée de Jeanne d’Arc, un respect mutuel dont nous trouvons de nombreuses illustrations. L’année de leur premier fait d’armes en commun, Robert de Sarrebrück avait une vingtaine d’années et Baudricourt quelques années de plus39. C’est là sans nul doute que commença à se forger entre eux une véritable fraternité d’armes. La position de Baudricourt, tenant l’enclave française de Vaucouleurs, était alors particulièrement délicate, voire improbable. Le traité de Troyes qui amena les garnisons anglaises dans les forteresses de Champagne la rendit plus périlleuse encore. Siméon Luce le dit fort justement : « cette Châtellenie (Vaucouleurs) était, à vrai dire, le dernier lambeau de terre française que Charles VII eût conservé à l’extrémité orientale de son royaume, de même qu’il avait réussi à garder le Mont-Saint-Michel à l’extrémité occidentale40 ». Pour autant, Baudricourt et Sarrebrück ne se sont pas contentés d’une position défensive. Conformément à la stratégie adoptée par les autres capitaines français présents au nord de la Loire, ils harcelèrent régulièrement les territoires considérés comme ennemis. Les années 1421-1423, marquées par la mort de Charles VI41 et les victoires anglo-bourguignonnes, renforcèrent leur isolement. En dépit, d’une correspondance plus ou moins suivie avec son capitaine lorrain. Le Dauphin s’était pour longtemps retranché au sud de la Loire, dans son « royaume de Bourges ». Seules demeuraient aux confins de la Champagne et de la Lorraine quelques places fortes encore aux mains de capitaines armagnacs. Outre Robert de Baudricourt et Robert de Sarrebrück, plusieurs seigneurs y combattaient encore défendre ses intérêts. Guillaume de Flavy42 détenait les forteresses de Mouzon43 et de Beaumont-en-Argonne44, Édouard de Grandpré45 et Eustache de Vernancourt46 avaient installé des garnisons à Grandpré47, La Ferté-sur-Chiers48, Dannevoux49, Malancourt50 et Passavant-en-Argonne51. D’autres seigneurs lorrains restaient proches de la France, tels que les comtes de Vaudémont52, de Salm53 ou encore de Blâmont54, malgré leurs liens de fidélité à l’Empire55. À l’inverse, le duc de Lorraine, Charles II, après avoir hésité, finit par reconnaître, en 1422, le traité de Troyes et ses conséquences. Il n’avait jamais renoncé à cette proximité avec le du duc de Bourgogne.

  • 56 Contamine Ph., « L’impact de la guerre de Cent Ans en France sur le plat-pays et sur la vie au vill (...)
  • 57 AD CO, B 11334, f° 61 ; Luce S., Jeanne d’Arc à Domrémy, op. cit., Preuves, p. 316 et 317.
  • 58 Greux, département des Vosges, arr. de Neufchâteau.
  • 59 BNF, Lorraine 119, f° 138. Luce S., Jeanne d’Arc à Domrémy, op. cit., p. 75 et p. 97 à 100. Cette d (...)
  • 60 Contamine Ph., « Lever l’impôt en temps de guerre : rançons, appatis, souffrances de guerre dans la (...)
  • 61 Luce S., Jeanne d’Arc à Domrémy, op. cit., p. 97 à 100.

13Les sources évoquent les chevauchées que Robert de Sarrebrück et Robert de Baudricourt conduisaient à travers le bailliage de Chaumont, dont ils rapportaient butin, « mort ou vif » : marchandises, argent, bétail ou parfois de riches bourgeois. On peut voir, me semble-t-il, dans ces expéditions une volonté concertée de poursuivre la guerre en « portant dommage ». C’était d’ailleurs le mode opératoire de tous ceux qui combattaient, quel que fût leur camp56. La dévastation, comme la rançon, répondaient à des fins militaires, tout en assurant la motivation des soldats. Les deux hommes exigeaient plutôt des rançons de ceux qu’ils pensaient être sujets du duc de Bourgogne ou Anglais. En décembre 1421, un nommé Jean Peguillot, de Langres, et Pierre Saulnier, de Montigny-le-Roi, furent ainsi amenés à emprunter 200 écus d’or à maître Guy Gelenier, conseiller ducal à Gray, pour payer leur rançon57. Mais les Anglo-Bourguignons ne pouvaient laisser prospérer ces poches de résistance. En 1423, la situation devint même critique autour de Vaucouleurs. Pour assurer leur défense face à la répétition des agressions, les habitants des villages environnants furent contraints d’engager de lourdes dépenses. Ceux de Domrémy et de Greux58 acceptèrent ainsi de payer deux gros par « feu entier » à Robert de Sarrebrück, en échange d’une protection59. C’est la « protection tax », sorte de racket déguisé, imposé aux inermes60. Quand vint l’échéance du terme fixé pour le paiement, c’est-à-dire le jour de la Saint-Martin d’hiver (le 11 novembre), les villageois, sur lesquels la guerre et la fiscalité pesaient de tout leur poids, furent incapables de payer la somme convenue. Ils prièrent un marchand auxquels ils avaient l’habitude de vendre du foin d’intercéder en leur faveur. Robert de Sarrebrück ne l’entendit pas de cette oreille. Il fit saisir et vendre à son profit vingt voitures de foin, quatre-vingt voitures de bois et plusieurs chevaux appartenant à l’intermédiaire en question, Guyot Poignant, le tout pour une valeur de cent vingt écus d’or. Robert de Sarrebrück fut aussitôt remboursé des sommes qu’on lui devait. Le marchand quitta Commercy où on le retenait en otage et vint chercher refuge à Vaucouleurs, assignant en réparation du dommage causé le seigneur de Greux et de Domrémy, Henri d’Ogéviller, et leurs habitants. L’affaire fut portée devant Robert de Baudricourt, qui ne fit pas grand zèle en la matière. Elle était encore pendante en 1427 et ne trouva pas d’issue61.

  • 62 En juin 1424. Jean V de Vergy, seigneur de Saint-Dizier, de Vignory, de la Fauche et de Fourvent ét (...)
  • 63 Aujourd’hui Blaise-sous-Arzillières, Marne.
  • 64 Vignory, commune de la Marne, arr. de Chaumont.
  • 65 Antoine de Vergy (1375-1439), oncle de Jean de Vergy, fut maréchal de France pour Henri VI. Châtela (...)
  • 66 Jean, bâtard de Vergy, oncle de Jean, seigneur de Sailly et de Richecourt.
  • 67 Les deux Jean et Antoine de Vergy.
  • 68 AD Meuse, B 2409, f° 34; ibid., B 2212, f° 90; ibid., B 497 f° 203-204 v° et f° 233; ibid., B 1431, (...)
  • 69 ANF, JJ 191, no 141, f° 75-76. Luce S., Jeanne d’Arc à Domrémy, op. cit., p. 82 ; ibid., Preuves, p (...)
  • 70 Luce S., Jeanne d’Arc à Domrémy, op. cit., preuves, p. 144-146. Ces chevauchées l’ont-elles enrichi (...)
  • 71 AD Meuse, B 2409, f° 4 à 21. Luce S., Jeanne d’Arc à Domrémy, op. cit., Preuves, p. 117 et 218.
  • 72 ANF, J 646, no 24. Serment prêté au Châtelet de Paris par Robert de Sarrebrück, en présence de Jean (...)

14En 1424, le duc de Bedford confisqua les terres que Robert de Baudricourt possédait dans le bailliage de Chaumont et les donna en viager à Jean de Vergy, seigneur de Saint-Dizier62. Cela concernait en particulier la forteresse de Blaise63, près de Vignory64, qu’il tenait de sa première épouse. Robert de Baudricourt, à compter de cette date, considéra Jean de Vergy comme son principal ennemi. De son côté, Jean de Vergy, sénéchal de Bourgogne, pouvait compter sur le soutien des membres de sa famille, en particulier ses deux oncles Antoine de Vergy, maréchal de France pour le compte d’Henri VI65, et Jean, bâtard de Vergy pour s’opposer au capitaine de Vaucouleurs66. Aussi, de l’été 1424 à l’été 1425, les troupes des seigneurs de Vergy67 n’eurent-elles de cesse de s’en prendre à Vaucouleurs. Jean de Vergy tint la campagne alentour à la tête de cinq cents cavaliers68. Les villageois furent les premières victimes des exactions de ses hommes69. Aux assauts de la famille de Vergy, Baudricourt répliqua par de furieuses contre-attaques. Il lança des raids en Bourgogne ou dans le bailliage de Chaumont. Ses hommes s’avancèrent jusqu’à Vignory et poussèrent leurs reconnaissances au-delà de Blaise. On captura hommes, femmes et enfants, qu’on mit à rançon. Robert de Baudricourt et ses hommes firent main basse sur tout ce qu’ils purent prendre, pain, vin, argent, vaisselle, vêtements, bétail. Et on brûla ce que l’on ne pouvait emporter70. Presque tous les moulins du Bassigny furent ainsi détruits71. Comment interpréter, dans ces conditions, l’hommage que Robert de Sarrebrück fut contraint de prêter au roi d’Angleterre, plus de cinq ans après le traité de Troyes et qui l’obligea à se rendre à Paris, avec son épouse72 ? Les contraintes de la real politik pourrait-on dire.

  • 73 Jean de Toulongeon (1381-1427), maréchal de Bourgogne, remporta la bataille de Cravant contre les t (...)
  • 74 Luce S., Jeanne d’Arc à Domrémy, op. cit., p. 153.
  • 75 Quicherat J., Aperçus nouveaux sur l’histoire de Jeanne d’Arc, Paris, J. Renouard, 1850, p. 10.
  • 76 Siméon Luce écrit à son propos « Sans aucun doute, il fallut déployer, outre un rare courage person (...)
  • 77 Schnerb B., Les Armagnacs et les Bourguignons, op. cit., p. 18 ; Pierre Champion, Guillaume de Flav (...)

15Après cette date jusqu’au commencement de l’année 1428, une relative accalmie régna dans la région. Le duc de Bedford, confronté à l’opposition de son frère, avait été invité à rejoindre l’Angleterre. Une certaine tension s’était glissée entre Henri V et Philippe, duc de Bourgogne. En mars 1426, une trêve fut même signée entre le capitaine de Vaucouleurs et Jean de Toulongeon, maréchal de Bourgogne73. Mais l’interruption des hostilités ne dura que neuf semaines74. Dès le début de l’année 1428, un subside spécial fut levé sur les diocèses de Troyes et de Langres, ainsi que sur le bailliage de Chaumont, pour financer une expédition que les Anglais projetaient contre Vaucouleurs. Par mandement en date du 22 juin 1428, Antoine de Vergy fut chargé de réduire la forteresse dont Baudricourt était le capitaine75. Trois semaines plus tard, son armée, composée d’un millier d’hommes, était passée en revue par les baillis de Troyes et de Chaumont. Vaucouleurs capitula dans les derniers jours du mois de juillet. Guillaume de Châteauvillain, l’oncle de Robert de Sarrebrück, influent à la cour du duc de Bourgogne, servit d’intermédiaire pour qu’une solution soit proposée à Robert de Baudricourt. Le capitaine de Vaucouleurs était amené à s’incliner76. À la même époque, quelques dizaines de kilomètres plus au nord, Guillaume de Flavy s’efforçait de résister encore77. Ces hommes entretenaient à leur manière un « sentiment français » (c’est-à-dire anti-bourguignon, mais surtout anti-anglais) qui s’exacerbait dans l’enclave encerclée de Vaucouleurs comme dans une partie des territoires frontaliers. L’épisode de Jeanne d’Arc, qui en est une illustration explicite, s’interpose ici dans cette histoire. On connaît la part relative qu’y prit Robert de Baudricourt ; Robert de Sarrebrück y fut, en ce qui le concerne, largement étranger en dépit de sa proximité

Jeanne et le Damoiseau78

  • 78 L’épopée de Jeanne d’Arc a donné lieu à une très abondante littérature. Sans jamais aborder le pers (...)
  • 79 BNF, Lorraine 119, f° 138, 7 octobre 1423 : « Dommoget Truillart, maire de “Dom Rémy” et Jacques d’ (...)
  • 80 C’est dans cette paroisse que se déroula la bataille entre Robert de Sarrebrück et Durant de Saint- (...)
  • 81 Duby G. et A., Les procès de Jeanne d’Arc, op. cit., 2003, p. 49. ; Quicherat J., Procès, op. cit.,(...)
  • 82 « Interrogée si ceux de Domremy tenaient le parti des Bourguignons ou des Armagnacs, répond qu’elle (...)
  • 83 Luce S., Jeanne d’Arc à Domrémy, op. cit., p. 176 ; Duby G. et A., les procès de Jeanne d’Arc, op. (...)
  • 84 Duby G. et A., les procès de Jeanne d’Arc, op. cit., p. 37. En mai 1418, Robert de Baudricourt avai (...)
  • 85 Le cheval valait, dit-on, douze francs, Champion P., Jeanne d’Arc, écuyère, Paris 1901, p. 55.
  • 86 Duby G. et A., les procès de Jeanne d’Arc, op. cit., p. 242-243.

16Les auteurs ont parfois présenté le damoiseau de Commercy comme l’un des compagnons de Jeanne d’Arc. Il n’en fut rien ; et pourtant Robert de Sarrebrück ne pouvait ignorer la jeune fille, car Domrémy se trouve à quelques lieues de Commercy. Le damoiseau connaissait bien la famille de Jeanne d’Arc ; son père était venu intercéder auprès de lui pour monnayer la protection de son village menacé par les bandes bourguignonnes79. On sait, grâce au témoignage de Jeanne d’Arc elle-même, que les habitants de Domrémy considéraient leurs voisins de Maxey80, de l’autre côté de la rivière, comme des ennemis, c’est-à-dire comme des Bourguignons. Entre les deux communautés, les tensions étaient vives et les conflits fréquents. Lors de son interrogatoire, Jeanne d’Arc décrivit les affrontements qui opposaient régulièrement les jeunes gens des deux rives : « Mais a bien vu que quelques uns de ceux de leur ville qui s’étaient battus contre ceux de Maxey, en revenaient parfois bien blessés et sanglants81. » Pourtant, si la jeune fille n’exprime aucun doute sur l’identité bourguignonne de ces voisins haïs, le patriotisme des villages (général dans le monde rural) s’impose parfois aux enjeux politiques82. C’est en 1425 que Jeanne, âgée de treize ans, commença à entendre des voix et c’est la même année qu’un premier raid bourguignon enleva le troupeau du village. Un lien évident existe entre les deux événements. À partir de 1427, l’insécurité fut plus grande encore lorsque les Anglo-Bourguignons portèrent la guerre sur la rive gauche de la Meuse. Jeanne d’Arc explique que ses parents durent quitter Domrémy pour se réfugier dans la ville voisine de Neufchâteau (où ils logèrent quelques jours chez une nommée La Rousse)83. C’est le moment où Antoine de Vergy tenta de prendre le château de Vaucouleurs. Lorsqu’au début de l’année 1429, Jeanne d’Arc, assurée d’une conviction qu’elle avait eu le temps de forger en quatre années de révélations, vint trouver les autorités locales, Robert de Sarrebrück ne se sentit pas particulièrement concerné. On connaît la suite de sa démarche, peut-être aussi qu’à ses yeux il n’était pas le meilleur allié du parti français. Elle se rendit donc à Vaucouleurs. Le 12 février 1429, après avoir demandé à plusieurs reprises qu’on ramenât la jeune fille chez son père84, Robert de Baudricourt finit par accepter de la conduire auprès du duc de Lorraine, qui lui octroya « généreusement » quatre francs. Au retour de cette rencontre où elle put, dit-on, voir un portrait du dauphin Charles, des habitants de Vaucouleurs achetèrent à Jeanne d’Arc des habits d’homme. Deux d’entre eux, Durand dit Laxart, de Burey-le-Petit, et Jacques Alain, de Vaucouleurs, lui procurèrent même un cheval85. Dans cette enclave française, soumise à la menace bourguignonne, l’ambition de la pucelle n’était pas individuelle ; elle concernait beaucoup d’habitants, qui partageaient la même conviction et avaient succombé à son charisme. Robert de Baudricourt confia une escorte à Jeanne pour la conduire à Chinon. Ces hommes étaient Jean de Metz, que les archives citent à plusieurs reprises, Bertrand de Poulangy, Colet de Vienne et Richard, un archer, plus les servants des deux premiers86. En voyageant de nuit, la petite délégation traversa tout le pays, devenu bourguignon, pour rejoindre la Loire. Le 6 mars 1429 eut lieu l’entrevue de Chinon.

  • 87 La notion d’« aidans » est difficile à qualifier. Parfois on évoque plutôt le terme de « pensionné  (...)
  • 88 Archives municipales de Metz (désormais am Metz), AA 27, 77 (7 juin 1429).
  • 89 BNF, coll. Dupuy 416, f° 17 et suiv.
  • 90 Alain Atten, « Les Lorrains dans l’ost de Charles VII », Bulletin de l’Association des amis du Cent (...)
  • 91 Alain Atten prétend, sur le fondement de plusieurs témoignages, que René d’Anjou arriva trop tard p (...)
  • 92 La Chronique de Philippe de Vigneulles, Bruneau Ch. (éd.), Metz, 4 vol. , 1927-1933, t. 2, p. 205.
  • 93 Contamine Ph., « Les pairs de France au sacre des rois (XVe s.). Nature et portée d’un programme ic (...)
  • 94 BNF, coll. Dupuy 416, f° 17 et suiv. (lettre no 129) ; Perceval de Cagny, Chroniques des ducs d’Ale (...)

17Que Robert de Sarrebrück fût resté indifférent à la dimension mystique de Jeanne d’Arc n’a rien de surprenant. Une trop grande proximité ou le mépris du seigneur-protecteur pour la paysanne ? En cette même année 1429, la Lorraine était de surcroît secouée par l’un de ses innombrables conflits internes. La ville de Metz était entrée en conflit avec le duc de Lorraine. Metz, qui comptait Robert de Sarrebrück parmi ses « aidans87 » fit naturellement appel à lui, mais il repoussa la demande, le 7 juin, justifiant qu’il était engagé dans un contentieux compliqué avec Jean de Luxembourg, pour lequel il avait « jà fraiez et despendu a la poursuite 12 000 écus88 ». Robert de Sarrebrück ne semble concerné par l’épisode johannique qu’au moment où la Pucelle parvient à convaincre le Dauphin de recevoir l’onction à Reims. Son oncle Jean de Sarrebrück, l’évêque de Châlons, fut peut-être l’artisan de cette prise de conscience. Partisan de Charles VII, ce dernier lui ouvrit le 14 juillet 1429 les portes de sa ville89. Jeanne d’Arc retrouva d’ailleurs à Châlons plusieurs de ses amis de Domrémy90. Le seigneur de Commercy rejoignit le Dauphin. Il affichait publiquement par sa présence son attachement au camp delphinal, avant même l’arrivée de René d’Anjou retenu à Metz, que son beau-père Charles II continuait d’assiéger91. Les Lorrains reçurent, disent les chroniques, un fort bel accueil92. Le 17 juillet 1429, Charles VII fut sacré à Reims par la main de Regnaut de Chartres, qui officiait pour la première fois dans sa cathédrale. La cérémonie toléra quelques improvisations ; les insignes du sacre et la couronne étaient restés à Saint-Denis, alors sous contrôle des Anglais. Manquaient également plusieurs pairs de France qu’il fallut remplacer « au pied levé93 ». Aux côtés de l’archevêque de Reims se tenaient les évêques de Laon, de Langres, de Noyon et celui de Châlons, c’est-à-dire Jean de Sarrebrück. L’évêque de Beauvais, Pierre Cauchon, s’était dispensé d’y participer. À l’issue de la cérémonie, Robert de Sarrebrück fut adoubé par un roi fraîchement sacré94, en récompense de ses services rendus sur la frontière orientale. René d’Anjou arriva, dit-on, juste après le sacre, conduisant une forte délégation de seigneurs lorrains, parmi lesquels Martial d’Auvergne dans Les vigiles de Charles VII fait figurer par erreur le seigneur de Commercy :

  • 95 Martial d’Auvergne, Les vigilles de la mort du roy Charles VII, Poésies, 2 vol. , Coustellier (éd.) (...)

Les ducs de Bar et de Lorraine,
Commercy et de grands seigneurs
Vinrent à son service et règne
Iseulx offrir, et d’autres plusieurs
95.

18L’évocation a cependant le mérite de souligner l’importance de Robert de Sarrebrück, que l’on distingue parmi les grands seigneurs des deux duchés.

  • 96 Favier J., La guerre de Cent Ans, op. cit., p. 504.

19Au lendemain du sacre, les Lorrains accompagnèrent l’ost royal décidé à marcher sur Paris. Ils participèrent aux conquêtes successives de Soissons, de Laon, de Château-Thierry, de Provins, puis de Compiègne96. Nous savons que, dans l’entourage de Charles VII, les avis divergeaient sur la manière de poursuivre un mouvement qui s’annonçait victorieux. Beaucoup préféraient les voies de la négociation. Les plus audacieux voulaient prendre Paris. Le roi demeura à Compiègne. Une partie de la troupe se rendit à Saint-Denis, aux portes de la capitale. Le 8 septembre, les Français conduits par Jeanne se lancèrent à l’assaut des portes de Saint-Denis et de Saint-Honoré, mais les fortifications étaient solides et les défenseurs bien décidés à se battre. La Pucelle fut blessée d’un carreau d’arbalète, tiré par un Parisien, et son aura en fut atteinte presque autant que sa cuisse. Charles VII, qui ne souhaitait pas s’obstiner, prit la route du Berry. Les Lorrains, eux, retournèrent dans leur pays. Jeanne d’Arc allait poursuivre son combat plus au sud, contre la Charité-sur-Loire. Le seigneur de Commercy abandonna alors la Pucelle à son sort et ne la revit jamais.

20Le Barrois, par cet épisode, avait donné une claire indication de son choix partisan. Le 3 août 1429, le duc René d’Anjou adressa une lettre au duc de Bedford pour désavouer l’hommage rendu par le cardinal de Bar au lendemain du traité de Troyes. Cette position fut le prélude à une guerre qui allait opposer, deux années plus tard – pour d’autres raisons certes ! – les Lorrains aux Bourguignons.

  • 97 Charles VII avait proposé de racheter Jeanne d’Arc pour 10 000 livres.

21La posture de Robert de Baudricourt et du damoiseau de Commercy durant l’épisode johannique ne manque pas d’intérêt. Tous les deux manifestèrent un assez grand détachement vis-à-vis de la messagère, n’accordant visiblement pas foi au caractère divin de ses révélations. Sarrebrück et Baudricourt ne considéraient pas Jeanne d’Arc comme une prophétesse, pas plus qu’ils ne la verraient d’ailleurs comme une sorcière. Elle n’était pour eux que l’une des filles de Jacques d’Arc, une notabilité villageoise que l’un et l’autre connaissaient. Peut-être fut-elle une opportunité, comme elle le fut pour le Dauphin, qui l’utilisa puis s’en sépara, avant de la réhabiliter (devant l’ampleur d’une ferveur populaire qui aurait pu lui nuire). La force de conviction de la jeune Lorraine, en cette époque où le merveilleux imprégnait les esprits, fut une alliée précieuse dans la stratégie de Charles VII97. Mais l’intrusion de Jeanne d’Arc dans le cours de l’histoire est surtout révélatrice d’un « sentiment français » qui dominait, au moins parmi les gens d’un peuple vivant sur la frontière, entre Lorraine et Champagne. On en comprend les fondements dans des villages en proie aux exactions incessantes des Bourguignons ou des Anglais. Ce sentiment, Baudricourt et Sarrebrück le partageaient aussi, puisqu’ils avaient témoigné à leur façon de leurs opinions.

  • 98 BNF, Lorraine 293, f° 16.
  • 99 En particulier à Chaligny, commune de Meurthe-et-Moselle, arr. de Nancy. Voir le procès-verbal des (...)
  • 100 Châtel-sur-Moselle, commune des Vosges, arr. d’Épinal. La ville constituait une enclave bourguignon (...)
  • 101 Luce S., Jeanne d’Arc à Domrémy, op. cit., p. 81 et p. 265-269.
  • 102 Thibaut IX de Neufchâtel (1417-1469), fils de Thibaut VIII de Neufchâtel et d’Agnès de Montfaucon, (...)
  • 103 BNF, Lorraine 94, f° 24.

22Après le sacre, Charles VII accrut la pression française sur plusieurs fronts. Il chargea ainsi son bailli du Vermandois, La Hire, d’enlever plusieurs places du Laonnois. Sur les frontières de Champagne et de Lorraine, Robert de Baudricourt, associé à Robert de Sarrebrück, s’évertua à harceler les troupes anglo-bourguignonnes. C’est dans ce contexte que les deux hommes signèrent le 8 mars 1430, dans la collégiale Saint-Nicolas de Commercy, un serment d’entraide de trois ans, comprenant en particulier, au titre des clauses de réciprocité, l’obligation de se porter secours en cas de capture, comme s’ils se préparaient à une guerre longue et âpre98. Entre 1431 et 1435, on vit d’ailleurs s’associer les hommes de Vaucouleurs et de Commercy pour piller à plusieurs reprises les terres de Thibaut de Neufchâtel99. Un procès verbal fut dressé pour recenser les dommages causés de 1431 à 1433 par la garnison de Vaucouleurs sur certaines terres de Thibaut de Neufchâtel dépendant de sa châtellenie de Châtel-sur-Moselle100. Tous les notables des villages furent enfermés pendant trois semaines dans la forteresse française et mis à rançon101. De son côté, le maréchal de Bourgogne102 poursuivait avec zèle Robert de Sarrebrück et ses hommes du côté de Langres103.

  • 104 Enguerrand de Monstrelet, Chronique, op. cit., t. 5, p. 40-41 : « Au mois de septembre oudit an, le (...)
  • 105 En effet, au même moment, Français et Anglo-Bourguignons s’affrontaient sur la frontière de Picardi (...)
  • 106 Enguerrand de Monstrelet, Chronique, op. cit., t. 5, p. 40-41.
  • 107 Enguerrand de Monstrelet : « Auquel siège vint pour le lever ledit seigneur de Château-Vilain, le d (...)

23À la même période, Robert de Sarrebrück ouvrit encore un nouveau front en attaquant Jean de Luxembourg, dont les troupes anglaises terrorisaient le Barrois. En 1432, il enleva par surprise la ville de Ligny, qui lui appartenait104. Le sire de Commercy avait une raison de se « contre-vengier » ; Jean de Luxembourg s’était emparé de son château de Montaigu105. Avec ses hommes, Robert de Sarrebrück escalada les murs et s’empara de la cité. Les bourgeois, devant la manœuvre, se retirèrent dans le château106. Jean de Luxembourg, apprenant l’opération, se hâta de rassembler ses forces. Le seigneur de Commercy n’était pas en état de soutenir un siège alors même qu’il ne pouvait prendre le château. Il ordonna de mettre le feu à la ville et l’abandonna aux flammes. Au-delà des rivalités politiques, Robert de Sarrebrück et Jean de Luxembourg entretenaient un contentieux ancien. La prise de Montaigu n’était pas seule en cause. Des conflits portant à la fois sur les limites entre leurs seigneuries et les fidélités de leurs vassaux avaient déjà conduit les deux ennemis devant les tribunaux. En 1429, si l’on en croit la réponse qu’il fit aux bourgeois de Metz qui sollicitaient son aide, Robert de Sarrebrück déclina la demande en raison du procès coûteux engagé avec ce puissant adversaire. Durant ces trois années, Robert dut dans cesse se porter au secours de ses terres barroises et champenoises, se battant successivement sur ces deux fronts. Pendant toute cette période, le capitaine de Vaucouleurs lui assura un soutien sans faille. Les deux hommes, à l’occasion, soutenaient aussi les intérêts de leur lignage. Ainsi, quand l’oncle de Robert de Sarrebrück fut assiégé dans son château de Grancey par les troupes du duc de Bourgogne, ce fut Baudricourt qui vint à son secours107. Inutile de préciser que celui qui commandait les troupes bourguignonnes était le seigneur de Vergy, son ennemi juré. Autrement dit, la guerre n’est jamais aussi avantageuse que lorsqu’elle parvient à conjuguer les intérêts personnels ou familiaux avec les fidélités politiques.

  • 108 Baudricourt apparaît comme capitaine de Chaumont, avant d’en être nommé bailli par le roi. C’est un (...)
  • 109 ADMM, Layette La Mothe et Bourmont, no 54 ; Germain L., « Recherches sur les actes de Robert de Bau (...)
  • 110 Lecoy de La Marche A., Le roi René, op. cit., t. 1, p. 122.
  • 111 Dom Calmet, Histoire généalogique de la maison du Châtelet, Nancy, 1741, preuves, p. 47 ; Léon Moug (...)
  • 112 Dom Calmet, Histoire généalogique de la maison du Châtelet, op. cit., preuves 47 ; Mougenot L., Jea (...)
  • 113 ADMM, B 178, Layette Foug, no 1. Léon Mougenot mentionne ainsi cet acte : « Le 21 février 1437 (n. (...)
  • 114 Lecoy de La Marche A., Le roi René, op. cit., t. 1, p. 93.
  • 115 AD Meuse, B 2216.

24En 1435, quinze années s’étaient écoulées depuis le premier engagement armé du damoiseau de Commercy. En août de la même année, la mort du duc de Bedford, puis l’ouverture du congrès d’Arras devaient inaugurer une nouvelle ère de pacification dans le royaume. Le contexte d’une progressive normalisation des relations entre France et Bourgogne bénéficia d’abord à Robert de Baudricourt. Dès le lendemain du traité d’Arras, l’ancien capitaine de Vaucouleurs fut nommé à Chaumont comme bailli, au titre de sa fidélité à la cause du roi108. Baudricourt apparaît dès lors régulièrement dans l’entourage des grands de Lorraine, tout particulièrement celui de René d’Anjou. Ainsi, le 9 novembre 1436, lorsque le roi René prête foi et hommage à l’évêque de Verdun pour une partie de ses châteaux, Robert de Baudricourt figure au titre des témoins109. Le 27 novembre, il est à Pont-à-Mousson aux côtés de René d’Anjou, avec d’autres « seigneurs dévoués », dont Évrard du Châtel110. Deux jours plus tard, le duc de Bourgogne lui accorde un sauf-conduit pour accompagner le roi René « ez marches de Picardie et Flandres111 ». Baudricourt avait retrouvé toute sa place sur la scène politique. En 1437, René d’Anjou le désigna comme l’une de ses cautions dans la promesse faite par le duc de Bourgogne de délivrer son fils aîné112. Le 21 février de la même année, par lettres patentes, le duc René conférait à Robert de Baudricourt l’office de capitaine de Foug113. Il justifia ce geste par ces mots : « tant au fait de ses guerres en ses pays de Bar et de Lorraine, que au fait de la délivrance et prison dudit roy où Robert de Baudricourt s’est grandement employé114 ». Le compte du prévôt de Foug pour 1438 fait d’ailleurs mention d’une conférence tenue à Vaucouleurs la même année115.

  • 116 Dumont Ch.-É., Histoire de la ville de Saint-Mihiel, 4 vol. , Nancy-Paris, 1868-1875, t. 1, p. 164- (...)
  • 117 Harthel, commune du département de la Nièvre.

25En 1438, puis en 1439, Robert de Baudricourt vint prêter main forte au roi René contre le comte de Vaudémont, son concurrent obstiné116. L’épisode souligne cette fois une fracture dans les liens qui unissaient jusqu’alors le capitaine au sire de Commercy. Il faut rappeler que dans le même temps, Robert de Sarrebrück poursuivait la guerre du roi, sans avoir obtenu de récompense, ni d’office. Il n’avait pas davantage obtenu satisfaction du roi René quant au contentieux de sa créance. C’est sans doute à ce titre qu’il choisit une nouvelle fois de porter les armes contre le duc de Bar et de Lorraine en soutenant son plus féroce ennemi : Antoine de Vaudémont. Monstrelet cite l’anecdote qui associe dans la même entreprise Robert et Forte-Epice autour de la prise du château de Harthel117 :

  • 118 Le chroniqueur rappelle d’ailleurs que les capitaines français s’étaient divisés autour de ce coup (...)

« un nommé Vatelin Tieulier menoit guerre au comte de Vaudémont, et avoit sa retraite en un moult fort châtel qui estoit a son beau-père, c’est a savoir le seigneur de Hartuel, lequel le soustenoit ; et avoit fait plusieurs dommages par feu et par espée en ladite comté de Vaudémont. Pour lesquelz contre-vengier ledit comte de Vaudémont, accompagné de son nepveu le comte de Blâmont, le seigneur de Commercy et Forte-Epice, avecque le nombre de quatre cents combattants ou environ, alla devant ladite forteresse, et la prit par force d’assault, et ledit chevalier dedans118 ».

  • 119 BNF, Lorraine 293, f° 13.
  • 120 ADMM B 631, 91 (manquant) et 92 (février 1440) : p. 91 : Réponse du seigneur de Commercy « aux dema (...)
  • 121 BNF, Lorraine 293, f° 19.

26Durant cette période, il n’est plus guère question de l’amitié de Robert de Sarrebrück et de Robert de Baudricourt. Désormais, les anciens alliés se font face dans des camps adverses. Le service indéfectible du capitaine au beau-frère de Charles VII lui vaut une promotion dans les offices. Baudricourt devient alors chambellan du roi. Est-ce Charles VII qui poussa l’humiliation au point d’obliger le fier seigneur de Commercy à plier genou devant son ancien compagnon ? Toujours est-il que le 28 février 1441, à Vaucouleurs, un traité fut imposé au damoiseau de Commercy, « pour réparer ce qu’il a fait au desplaisir du roy119 ». Robert de Sarrebrück était appelé à se soumettre au jugement conjoint de l’évêque de Toul, de Robert de Baudricourt et d’Évrard du Châtelet120. L’acte de soumission dresse alors l’inventaire des griefs que lui adresse le roi, nous y reviendrons121.

  • 122 Germain L., « Recherches sur les actes de Robert de Baudricourt », op. cit., p. 226.
  • 123 29 juin 1453, Mougenot L., Jeanne d’Arc, le duc de Lorraine, op. cit., p. 124 ; Archives départemen (...)
  • 124 Chroniques de la ville de Metz, op. cit., p. 283. En fait, le pape Nicolas V avait appelé à la croi (...)

27Dans les années qui suivirent, Baudricourt progressa encore dans les allées du pouvoir. Il demeurait le relais privilégié de l’autorité royale dans cet espace frontalier. Le 4 septembre 1450, il était payé « d’un voyage qu’il fit de Normandie, où il estoit alors, au pays de Barrois et de Lorraine, pour requérir finances des habitans de Toul et d’Espinal122 ». Cette année-là, Robert de Baudricourt était également nommé « commissaire pour le roi Charles VII ». Trois ans plus tard, c’est comme familier de la cour d’Anjou en Lorraine qu’il apparaît, pour être couché dans le testament du roi René123. Les références au capitaine s’effacent ensuite. Robert disparaît l’année suivante, en 1454. Il avait alors plus de soixante ans, un âge tout à fait honorable pour un homme de guerre qui avait souvent exposé sa vie au combat. L’ultime trace de Baudricourt se trouve dans Les chroniques de Philippe de Vigneulles à la date du 20 août 1454 : « sont arrivés à Metz, l’évêque de Coutances en Normandie, et le seigneur Robert, bailli de Chaumont, accompagnés d’environ quatre-vingts chevaux ; ils se rendent auprès du roy Ladislas de Hongrie, roy de Bohême et de Pologne, pour conclure une alliance contre les Turcs124 ». Il est possible que Baudricourt soit mort au cours ce voyage où il devait rencontrer le roi Ladislas à Ratisbonne.

Faide et guerre privée

La dette des ducs de Bar

  • 125 ADMM, B 629, 168. Un cahier de sept feuillets, de 1433, établit un récapitulatif complet des sommes (...)
  • 126 L’expression « aller en France » est assez souvent employée dans nos archives, ce qui justifie la d (...)

28La préférence politique n’est pas le facteur prééminent de tous les conflits qui mobilisent l’aristocratie lorraine dans la première moitié du XVe siècle. Si l’on se bat ensemble contre un ennemi commun, on se bat aussi à l’intérieur de son propre camp. C’est ainsi que l’attachement partagé du duc de Bar et de Robert de Sarrebrück à la cause delphinale ne les empêcha pas d’alimenter entre eux un long et meurtrier contentieux. À l’origine de cette querelle, qui dura plusieurs décennies, nous trouvons la créance dont Robert réclamait le remboursement, au titre des sommes engagées par son père pour le compte du duc Robert de Bar, soit plusieurs milliers de francs125. Le duc de Bar était mort en 1411, le père de Robert de Sarrebrück avait succombé trois ans plus tard à Arras, mais la dette continuait de courir et, de toute évidence, le cardinal, duc de Bar depuis la mort de son frère, n’avait pas l’intention d’y donner suite. Il est vrai qu’il n’avait pas non plus l’intention d’assumer l’héritage politique de son frère puisqu’il préparait le jeune René d’Anjou à prendre sa succession. Il existait dans la tradition lorraine une coutume qui permettait de recourir aux armes lorsque l’on s’estimait lésé par une créance non honorée. C’est fort de cet usage que Robert envisagea d’agir par le fer et le feu, plutôt que de saisir les tribunaux, comme un créancier l’aurait fait « en France126 ». De cette disposition découle sans aucun doute l’interprétation donnée par l’historiographie à certains des engagements armés de Robert de Sarrebrück, qui en fait ne prennent sens que dans ce contexte et dans l’espace lorrains.

29Dès 1420, après que sa mère eut épuisé toutes les voies de la réclamation, Robert de Sarrebrück se trouva en situation de faire valoir ses droits à titre personnel. Il le fit par la guerre, une guerre privée qui allait durer de 1420 à 1430, jusqu’à la mort du cardinal de Bar. Entre-temps, le jeune René d’Anjou, ayant hérité de la souveraineté du duché, ce fut à lui qu’échut la rude tâche de répondre aux revendications du sire de Commercy.

  • 127 En 1411, Amé avait été désigné par Robert de Bar comme lieutenant general du Barrois, ADMM, B 631, (...)
  • 128 Dumont Ch.-É., Histoire de la ville et des seigneurs de Commercy, op. cit., t. 1, p. 211.
  • 129 Favier J., Le roi René, op. cit., p. 30 et suiv. Une autre lecture de cette décision est tirée du c (...)
  • 130 Sur ce rôle voir Contamine Ph., « Yolande d’Aragon et Jeanne d’Arc : l’improbable rencontre de deux (...)
  • 131 En 1422, le duc Charles II, en sa qualité de tuteur de René d’Anjou, établissait Jean, comte de Sal (...)

30Le conflit de Robert de Sarrebrück et du duc de Bar n’aurait sans doute pas vu le jour sans Azincourt car Amé, son père, avait été un familier du duc Robert de Bar127. Jusque là, un lien de confiance unissait la famille de Bar aux seigneurs de Commercy. Robert de Sarrebrück, porteur de cet héritage, fut reçu dans l’ordre de Saint-Hubert et, en 1419, on le vit assister aux États du Barrois, qui se tinrent à Saint-Mihiel pour préparer le mariage de René d’Anjou et d’Isabelle de Lorraine128. Pourtant, très vite, les relations se dégradèrent entre Robert de Sarrebrück et l’héritier involontaire du duché, le cardinal Louis. La capture de Gauthier de Ruppes par le seigneur de Commercy en fut la première manifestation publique. Le conflit ne devait guère s’apaiser avec son successeur désigné, René d’Anjou, ni, pendant la minorité de ce dernier, avec le duc Charles II de Lorraine. Le cardinal de Bar avait cherché, aux lendemains d’Azincourt, à se défaire de la charge du duché, qu’il ne souhaitait pas assumer, soit pour des raisons personnelles, soit parce qu’il avait conscience que la situation financière du duché ne permettait plus guère de préserver son autonomie129. Quatre ans seulement après Azincourt, la situation n’était-elle déjà plus viable ? Ou les pressions de Yolande d’Aragon avaient-elles rendu intenable sa position130. Toujours est-il que le 23 mai 1420, le cardinal renouvela la donation faite à son petit-neveu, un an plus tôt. Dès le 24 octobre de la même année, après que le mariage de René d’Anjou et d’Isabelle de Lorraine eut été célébré, il s’empressa de remettre à Charles II, duc de Lorraine, beau-père de René, la tutelle de l’enfant, c’est-à-dire le gouvernement du duché de Bar. Cette tutelle dura de 1420 à 1424. Le 12 août 1424, émancipé le 4 janvier précédent par sa mère Yolande, René d’Anjou prit en main le pouvoir ducal. De fait, au-delà du seul cardinal-duc de Bar, c’est au duc de Lorraine131, puis à René d’Anjou (et même à son épouse lorsque ce dernier fut retenu prisonnier) que Robert de Sarrebrück fut conduit à demander successivement des comptes. Ni la puissance ni le nombre de ses adversaires ne retinrent jamais le seigneur de Commercy. Nous en avons à travers ce conflit, que j’ose qualifier de légitime, une parfaite illustration, au regard des usages de Lorraine.

  • 132 Cf. chap. IV.
  • 133 Il avait lui même un litige avec le duc de Bar.
  • 134 Barbey Fr., Louis de Chalon, prince d’Orange, seigneur d’Orbe, Eschallens, Grandson, 1390-1463, Lau (...)

31Entre 1420 et 1430, le litige de la dette se traduisit par une lutte armée entrecoupée de trêves. Chaque année fut scandée par une série de coups de mains, de prisonniers capturés et, surtout, de dégâts causés chez les villageois de la partie adverse, malheureuses victimes de toutes les guerres, privées en particulier. Le plus souvent, après que les armes eussent parlé, des assemblées arbitrales (lors de « Journées en marche ») étaient réunies sous l’égide des princes, le duc de Lorraine dans un premier temps, le duc de Bourgogne ensuite132. Dans le cadre de ce litige inextinguible, Robert bénéficia du soutien permanent de son oncle maternel, Guillaume de Châteauvillain. Nous ne saurions dire si cet oncle avait un intérêt personnel à agir133, s’il combattait pour sa sœur ou encore si sa présence traduisait un attachement particulier pour son neveu, ce que semble prouver la donation du domaine de Châteauvillain promise en sa faveur quelques années plus tard. Quoi qu’il en soit, le soutien de Guillaume de Châteauvillain n’était pas anecdotique ; la « force de frappe » de ce grand seigneur bourguignon ne manquait pas d’argument. Et il pouvait compter sur l’appui du puissant prince d’Orange, Louis de Chalon, dont il était un familier134.

  • 135 Apremont, aujourd’hui Apremont-la-Forêt, commune de la Meuse.
  • 136 ADMM, B 629, 125 et 126.
  • 137 Le damoiseau de Rosemack : sans doute Jean de Rodemack ( ?- 1439), membre de l’ordre de saint-Huber (...)
  • 138 Eustache de Conflans (vers 1380-1437) avait été l’un des membres de l’ordre de saint-Hubert. En 142 (...)
  • 139 Chevalier, sénéchal du duc de Lorraine. Jean de Haussonville fut un proche conseiller de René d’Anj (...)
  • 140 Ferry de Ludres était un seigneur lorrain, officier du duc de Lorraine. Seigneur de Richardmesnil, (...)
  • 141 ADMM, B 629, 125 et 126.
  • 142 La chronique de Philippe de Vigneulles, op. cit., t. 2, p. 180.

32En 1422, l’intensité du contentieux qui opposa Robert de Sarrebrück au duc de Bar était telle qu’une assemblée arbitrale fut convoquée à Apremont135 afin de trancher le différend. Six garants furent nommés, trois pour chacune des parties136. Pour le compte de Robert, les témoins étaient le seigneur de Châteauvillain, le damoiseau de Rodemack137 et Eustache de Conflans138. Les témoins du duc étaient Jean de Haussonville139, Ferry de Ludres140 et Évrard du Châtel, dont nous avons vu plus haut qu’ils avaient tous les deux goûté de la prison à Commercy, et nourrissaient à l’égard de Robert de Sarrebrück un grief personnel. Le 9 juin 1422, des lettres furent signées, concernant « la guerre de Commercy » qui avait opposé le duc de Lorraine et Robert de Sarrebrück. Elles précisaient que la paix était conclue avec les trois témoins, agissant au nom du duc de Lorraine « mainbourg de son fils, le duc de Bar141 ». Robert de Sarrebrück ne s’estima pas quitte pour autant. Avec huit cents hommes de guerre recrutés par son oncle Châteauvillain, il ravagea les terres du duc de Bar, comme un accompte sur les sommes qu’on lui devait encore. En représailles, le duc de Bar menaça Commercy142. Le Damoiseau appela le duc de Bourgogne à la rescousse, sans doute par l’entremise de son oncle. C’est peut-être à ce moment que Robert de Sarrebrück acquit cette réputation d’imprévisibilité, voire de félonie. Il n’avait encore que vingt-deux ans.

  • 143 Guillaume de Châteauvillain apparaît proche du duc de Bourgogne, mais plus encore du prince d’Orang (...)
  • 144 Dumont Ch.-É., Histoire de la ville et des seigneurs, op. cit., t. 1, p. 213.
  • 145 Commune de la Meuse, arr. de Commercy.
  • 146 ADMM, B 629, 126.
  • 147 Philippe de Vigneulles souligne à cette occasion que le frère de Guillaume de Châteauvillain, Berna (...)

33En janvier 1423, une nouvelle conciliation fut tentée au château de Foug, sous l’arbitrage cette fois du duc de Bourgogne, alors seule figure tutélaire de ces pays de « l’Entre-deux143 ». Parmi les garants, de part et d’autre, on dénombrait des Bourguignons. Là encore, les envoyés des deux parties signèrent la paix. Le 23 janvier, Robert jura de ne jamais marcher contre le duc de Lorraine, ni contre celui de Bar. Il jura de les aider en toutes occasions, excepté contre le duc de Bourgogne, qu’il aiderait de préférence, sauf si cela devait l’opposer au roi de France. Robert donne alors pour pleige son oncle Guillaume de Châteauvillain144. La même année, pourtant, Robert de Sarrebrück lança de nouvelles expéditions dans le Barrois. Le duc de Lorraine au nom de son gendre marcha sans attendre contre lui. L’affrontement eut lieu à Sampigny145, sur les terres de Robert de Sarrebrück. Louis de Chalon, prince d’Orange, s’interposa pour obliger les deux parties à négocier. Le 24 septembre 1423, Robert de Sarrebrück obtenait enfin satisfaction pour le rachat de Ruppes. Il obtint deux cents francs de rente en usufruit à prendre sur la prévôté de Foug. En échange, Robert promit son aide au cardinal-duc146. Le chroniqueur Philippe de Vigneulles en livre une interprétation sensiblement différente en soulignant la soumission contrainte par l’amende honorable du seigneur de Commercy : « Le duc Charles de Loherenne constraignit tellement le damoiseaulx de Commercy, nommés Robert, lequel alors luy estoit rebelle, qu’il le fist venir a mercy et a soy humilier147. »

  • 148 AD Meuse B 1745, f° 53 v° ; AD Meuse, B 497, f° 134 v°, 140 v° et 227.
  • 149 BNF, Lorraine 249, f° 14, no 18 ; Luce S., Jeanne d’Arc à Domrémy, op. cit., p. 77.
  • 150 ADMM, B 629, 127.
  • 151 Ibid., B 629, 128.
  • 152 Dumont Ch.-É., Histoire de la ville et des seigneurs de Commercy, op. cit., t. 1, p. 214.

34La douleur de l’humiliation ralluma-t-elle la rage au cœur du sire de Commercy ? Plus sûrement, c’est le résultat du compromis qui poussa Robert de Sarrebrück à réitérer par la voie des armes. Le conflit reprit presque aussitôt. Jean de Salm reçut l’ordre du duc de Lorraine de faire taire de façon définitive le seigneur de Commercy. Il rassembla pour cela toutes les forces disponibles des deux duchés148. Il y ajouta des troupes venues de Saint-Mihiel et de Sampigny et vint mettre le siège devant Commercy. Robert de Sarrebrück, devant un tel déploiement de force et malgré le renfort apporté par des troupes du prince d’Orange, ne pouvait que s’incliner, une nouvelle fois. Il accepta de se rendre à Châtillon-sur-Seine, où se tenait la cour du duc de Bourgogne pour y signer la paix. L’accord fut passé le 25 janvier 1424, sous les auspices de Philippe le Bon149. Les lettres, datées du 25 janvier 1424, de Charles II, duc de Lorraine, gouverneur du duc de Bar, « son fils », à Robert, précisent que, par l’entremise du duc de Bourgogne, « ils ont fait paix sur les guerres qu’ils avaient ensemble150 ». Le traité stipule une alliance offensive et défensive, non seulement entre les ducs de Lorraine et de Bar et Robert de Sarrebrück, mais encore entre ce dernier et le duc de Bourgogne. Robert, par cette série d’accords, se voyait contraint à un rapprochement avec le parti bourguignon. Mais peut-être s’agissait-il là encore d’une paix de dupes ? En fait, tandis que Robert de Sarrebrück se rendait à Châtillon pour y retrouver le duc de Bourgogne, une compagnie d’armes soldée par Louis de Chalon, prince d’Orange, amenée par Guillaume de Châteauvillain et laissée en garnison à Commercy, poursuivait le combat en mettant à sac le Barrois voisin151. Ce coup de force brisa les négociations en cours. Le comte de Salm marcha à nouveau contre eux, les tailla en pièce et prit foison de prisonniers (119 au total)152.

  • 153 AD Meuse, B 497, f° 213 v° et ADMM, B 631, 106 : « Commission donnée par Charles, duc de Lorraine, (...)
  • 154 À cette époque, Louis de Chalon exerçait la charge de vicaire impérial et, en tant que tel, il étai (...)
  • 155 Antoine de Ferrières est un capitaine au service de Louis de Chalon.
  • 156 ADMM, B 629, 128 (8 novembre 1424) ; Luce S., Jeanne d’Arc à Domrémy, op. cit., p. 329-333.

35Tout était à recommencer et, le 24 octobre 1424, une nouvelle journée de négociations s’ouvrait à Jussey entre les beilligérants153. Un accord distinct intervint pour le prince d’Orange. Dans un document du 8 novembre 1424, signé à Paris, Louis de Chalon jura de ne plus faire la guerre, ni de porter dommage aux ducs de Bar et de Lorraine154. Le document explique comment, alors que Robert et son oncle se rendaient à Châtillon, le capitaine Antoine de Ferrières et ses hommes, « qui ont acoustumé de chevauchier en nostre compaignie en fait de guerre155 » avait poursuivi la guerre contre le duc de Bar ; « et fait plusieurs entreprinses, par voie de fait, sur et à encontre des diz seigneurs de leurs hommes, subgiezs et servans, prins corps de hommes, bestes grosses et menues, et autres bien, assailli moustiers, boutez feux, et faiz innumerables maulx et dommaiges156 ». Le duc de Lorraine acceptait de relâcher certains des hommes de Louis de Chalon, à condition que Robert ne portât plus les armes contre lui.

  • 157 À la date du 18 mars 1425 apparaît une lettre de non-préjudice de sept prisonniers capturés par Rob (...)
  • 158 Aujourd’hui arr. de Vesoul, département de la Haute-Saône.
  • 159 ADMM, B 631, 102 (15 octobre 1425) ; Luce S., Jeanne d’Arc à Domrémy, op. cit., p. 333.
  • 160 Le comte de Vaudémont était en posture de réclamer l’héritage du duché de Lorraine. Quand le cardin (...)
  • 161 Vèzelise est une commune de Meuthe-et-Moselle. Elle était la capitale du comté de Vaudémont. La bat (...)

36Dans les mois qui suivirent, des accords furent échangés sur le devenir des prisonniers et le paiement des rançons157. Le 15 octobre de la même année, le compromis n’était toujours pas entériné et un nouvel accord était recherché entre les parties. Des négociateurs étaient à nouveau nommés de part et d’autre. Cependant, les médiateurs jouèrent à nouveau la montre et proposèrent de se retrouver le 15 mai suivant au lieu de Jonvelle158, auquel jour « ils protestoient de tous despens et dommages » contre Robert et Guillaume159. Cette année 1425 avait été marquée, en Lorraine, par des événements bien plus remarquables que les querelles incessantes de Robert de Sarrebrück et du cardinal de Bar. Le comte Antoine de Vaudémont avait commencé de revendiquer l’héritage lorrain160 et Vézelise, sa ville capitale, était assiégée par les troupes ducales161.

  • 162 Hattonchâtel, aujourd’hui Vigneulles-les-Hattonchâtel, commune de la Meuse, arr. de Verdun. Hattonc (...)
  • 163 ADMM, B 629, 133 (16 novembre 1427).
  • 164 Si René d’Anjou assume le gouvernement du duché, c’est bien toujours le cardinal qui est visé par l (...)

37Le conflit entre Robert de Sarrebrück et le duc de Bar, qui n’était pas clos malgré ces multiples négociations, sembla renaître en 1426 puisqu’une nouvelle journée diplomatique fut encore envisagée. Le 16 novembre 1427, un accord fut trouvé entre les parties, réunies à Hattonchâtel162. En présence d’un grand nombre de seigneurs, Robert quitta le duc de Bar de sa rente sur Saint-Mihiel, à charge d’un équivalent et s’engagea à fermer son château à tout ennemi du duc de Bar, sauf au roi de France163. Un traité cancellé dresse l’inventaire de ce qui a été accordé « par le moyen du cardinal de Bar et duc de Bar, marquis de Pont, comte de Guise » à Robert de Sarrebrück164.

  • 165 Varennes, aujourd’hui Varennes-en-Argonne, arr. de Verdun, département de la Meuse.

38En 1430, le cardinal de Bar, qui avait participé à toutes les négociations aux côtés de René d’Anjou, mourait à Varennes165. La querelle personnelle entretenue pas Robert de Sarrebrück avec le cardinal s’éteignait de fait, mais le poids de la dette reposerait désormais sur les épaules du futur duc de Lorraine. Le contentieux dont hérita René d’Anjou pouvait perturber le jeu politique des partisans du Dauphin aux confins du royaume et risquait de mettre en péril la stratégie patiemment élaborée par Yolande d’Aragon afin d’asseoir en Lorraine l’autorité du nouveau roi de France.

Bulgnéville, fidélité ou trahison ?

  • 166 Cet investissement est intéressant car il ne relève pas des obligations vassaliques, Robert n’étant (...)
  • 167 Encore que l’engagement de René d’Anjou aux côtés de Charles, son beau-frère, a pu paraître ambigu. (...)

39Le dilemme d’un vassal est évidemment de se trouver face à un débiteur de mauvaise foi, lorsque fidélité lui est due. Robert de Sarrebrück n’était pas à proprement parler un vassal du duc de Bar mais son loyalisme était entier et c’est bien à l’un de ces dilemmes qu’il s’est trouvé confronté au moins une fois, à Bulgnéville. Face au cardinal de Bar, Robert de Sarrebrück pouvait encore se sentir engagé, au nom de l’affection que sa famille portait aux ducs de Bar, mais lorsque le duché échut au jeune René d’Anjou, la question se posa en termes différents. Pourtant, de manière constante, Robert de Sarrebrück ne manqua aucun des rendez-vous militaires auxquels il fut appelé. Cela ne l’empêcha pas d’acquérir une réputation de félon, car si Robert suivit René d’Anjou dans sa guerre contre la Bourgogne, comme d’ailleurs la plupart des chevaliers lorrains, il l’abandonna à son sort sur le champ de bataille. Mais il contribua à payer sa rançon, tout en poursuivant sa querelle contre lui166. L’homme a dès lors joué un rôle prééminent dans la vie de Robert de Sarrebrück. Leurs relations furent compliquées, conflictuelles et ambiguës et ils restèrent ennemis tout en se reconnaissant du même camp167.

  • 168 Le jeune duc de Guise avait onze ans et l’épousée dix. Il leur faudrait attendre sept ans pour qu’I (...)
  • 169 Dumont Ch.-É., Histoire de la ville, op. cit., t. 1, p. 214.

40Pour comprendre l’enchaînement des circonstances qui mène à la bataille de Bulgnéville, il faut remonter au mariage de René d’Anjou et d’Isabelle de Lorraine, célébré le 20 octobre 1420168. À partir de cette date, René d’Anjou parcourt la campagne lorraine aux côtés de son beau-père, Charles II de Lorraine, qui avait hérité, par son courage au combat, du surnom de « Hardy ». Ce vieux guerrier fut sans doute pour le jeune René un maître très efficace. En novembre 1424, on les vit ainsi marcher contre Metz et Jean de Luxembourg, mais aussi contre Robert de Sarrebrück, au nom du cardinal-duc169.

  • 170 Lecoy de La Marche A., Le roi René, op. cit., t. 1, p. 66.
  • 171 ANF, J 933, no 4. Les 59 sceaux sont encore pendus à autant de bandelettes, fixées tout autour de l (...)
  • 172 François M., Histoire des comtes et du comté de Vaudémont des origines à 1473, Nancy, 1935.
  • 173 Amédée VIII.
  • 174 Arnaud-Guilhem, seigneur de Barbazan (1360-1431), originaire de Bigorre, combattit jeune dans les a (...)
  • 175 Parmi les témoins se distingue le seigneur de Haussonville. BNF, Lorraine 8, f° 4, reproduite dans (...)

41Cet apprentissage militaire ne fut pas vain. René d’Anjou comptait en Lorraine un ennemi et concurrent potentiel en la personne d’Antoine de Vaudémont, qui avait quelques raisons de se plaindre de ce que la couronne ducale fût transmise par une femme, le privant d’un héritage auquel il aspirait. Antoine de Vaudémont, dont les qualités guerrières étaient reconnues, avait servi sous les ordres du duc de Bourgogne. Il n’avait pas l’intention de se laisser déshériter sans mot dire. Et c’est par les armes qu’il décida de s’imposer dans la querelle. La radicalisation du comte de Vaudémont amena René d’Anjou, en 1424, à assiéger son château de Vézelise. La garnison se rendit après trente-sept mois de siège170. Le 13 décembre 1425, Charles II convoqua les représentants de la noblesse lorraine pour leur demander de se prononcer sur la question de la succession. La réponse conforta le choix du cardinal Louis171. Malgré cette première défaite, Antoine de Vaudémont ne s’avoua pas vaincu. Entre le 23 janvier 1430 et le 25 janvier 1431, René d’Anjou avait été investi du duché de Bar, puis de celui de Lorraine. Face à un si puissant adversaire, Vaudémont n’avait d’autre choix que de trouver des appuis dans le camp bourguignon172. En mars 1431, il reprit les armes et força les portes de Nancy. Le 14 avril, René d’Anjou le somma d’entrer en obéissance. Antoine de Vaudémont comptait alors parmi ses alliés, outre le duc de Bourgogne, le duc de Savoie173 et le prince d’Orange. René d’Anjou s’assura de son côté du soutien royal, à travers Robert de Sarrebrück, Robert de Baudricourt et Barbazan, alors gouverneur de Champagne174. Le 31 mai, se préparant à combattre, René passa un contrat d’engagement avec le sire de Commercy. Ce contrat, signé le 13 mai 1431, a été conservé par un vidimus donné par le garde des sceaux de la prévôté de Vitry, en date du 21 mars 1437. Robert de Sarrebrück, qui s’engageait à devenir le « servant » du duc, promit de le servir avec sa compagnie et se chargea de surcroît de « baillier et soingnier le nombre de quarente hommes d’armes et vint hommes de trait de bonne estoffe, souffisamment montez et armez pour emploier en notre service175 ». Le contrat devait entrer en vigueur dans les quinze jours et demeurer jusqu’à la Saint-Rémi 1432. Mais le damoiseau exigea de René d’Anjou un acte particulier, distinct de son contrat d’engagement, par lequel le duc s’engageait solennellement, sur l’obligation de tous ses biens, à le rembourser de ses pertes éventuelles et de celles des gens de sa compagnie et l’autorisait, en cas de défaut, à la « gager » par la force. Nous verrons par la suite que Robert de Sarrebrück demanda à bon droit l’application de cette dernière clause.

  • 176 Contamine Ph., La guerre au Moyen Âge, op. cit., p. 379 et Azincourt, Paris, Julliard, coll. Archiv (...)
  • 177 Olivier de La Marche, Mémoires, H. Beaune et J. d’Arbaumont (éd.), Société de l’histoire de France, (...)
  • 178 Bulgnéville est un chef-lieu de canton du département des Vosges, arr. de Neufchâteau.
  • 179 Vaudoncourt est une commune des Vosges, arr. de Neufchâteau.

42L’alliance du comte de Vaudémont et des Bourguignons allait entraîner un choc frontal entre ces derniers et les Lorrains, dans l’une de ces rares batailles rangées qui illustrent la guerre de Cent Ans176. À ces affrontements solennels, que les médiévaux plaçaient volontiers sous le jugement de Dieu, nous savons que les hommes de guerre préféraient les coups de main et le siège des forteresses, d’autant que le souvenir meurtrier d’Azincourt était encore vivace. Nous disposons, grâce à Bertrand Schnerb, d’une étude très détaillée de la bataille177, qui opposa les deux partis le 2 juillet 1431 à Bulgnéville178, près de Vaudoncourt179. Robert de Sarrebrück et Robert de Baudricourt s’y singularisèrent tous les deux en quittant le champ de bataille avant son issue. La bataille de Bulgnéville fut surtout une tragédie pour René d’Anjou, qui y fut capturé. Elle vint achever un long processus de dégradation des relations entre les deux principautés voisines.

  • 180 Charles II décéda le 25 janvier 1431.
  • 181 Le 3 août 1429, René d’Anjou avait adressé une lettre au duc de Bedford pour désavouer l’hommage re (...)
  • 182 René d’Anjou fonda une chapelle sur le lieu où s’était livrée la bataille de Bulgnéville, en l’honn (...)
  • 183 Et « beaucoup d’autres » que l’histoire n’a pas retenus, Lecoy de La Marche A., Le roi René, op. ci (...)
  • 184 Annales du doyen de Saint-Thiébaut, Dom Calmet, Histoire de la Lorraine, op. cit., t. 5, Preuves II (...)

43À son avènement, le duc de Bourgogne Philippe le Bon entretenait des relations d’alliance courtoise tant avec le duc de Bar qu’avec celui de Lorraine, dans le cadre d’une diplomatie nécessaire, afin de pouvoir franchir l’espace lorrain pour rejoindre ses possessions. C’est la réunion, à partir de 1430, des deux duchés en la personne de René d’Anjou qui mit à mal cet équilibre180. La famille de René d’Anjou s’était toujours montrée hostile au clan bourguignon181. Pour le duc de Bourgogne, la fusion était d’autant plus fâcheuse que Charles VII, sacré l’année précédente, commençait à prendre pied en Champagne. Nous avons vu que l’alliance du duc de Bourgogne avec le duc de Bar avait échoué à cause de l’enlèvement du seigneur de Ruppes. La bataille de Bulgnéville ébranla, quant à elle, la stratégie de la famille d’Anjou et, à travers elle, l’influence française. À titre personnel, la bataille eut pour Robert de Sarrebrück une autre conséquence malheureuse : sa réputation fut durablement entachée, même si son issue lui permit, de façon paradoxale, de se débarrasser de façon temporaire d’un de ses plus redoutables adversaires. Le combat, où les forces lorraines étaient supérieures en nombre, fit sans doute entre deux mille et trois mille morts. Ce fut en soi une catastrophe, d’autant que, comme à Azincourt mais à une échelle régionale, toutes les familles lorraines ou allemandes furent touchées. Robert de Sarrebrück, face à cette défaite incompréhensible, fournit un bouc émissaire facile, que les chroniqueurs bourguignons et allemands ne se privèrent pas d’exploiter. Les Français déplorèrent surtout la mort du seigneur de Barbazan, qui appartenait à « la fine fleur de la chevalerie ». Le corps du « chevalier sans reproche » fut transporté en l’église collégiale de Vaucouleurs182. Mais beaucoup de grands seigneurs allemands avaient perdu la vie, dont Jean V, comte de Salm. La réprobation générale désignait les fuyards : Robert de Sarrebrück, Robert de Baudricourt et Jean de Haussonville183. C’est naturellement du camp lorrain et allemand que fusèrent les critiques les plus acerbes. Le doyen de Saint-Thiébaut de Metz leur attribue même la responsabilité de la défaite « Et par ceulx furent les autres, qui demourront, mors et plaus aisiez a deconfire, dont ce fut grand dommaige184 ». Le chroniqueur Philippe de Vigneulles reprend le propos :

  • 185 Philippe de Vigneulles, op. cit., tome II, p. 224.

« Celluy jour meisme et en celle bataille, plusieurs d’entre eulx furent bien gairdés d’estre prins ne d’estre rué jus en la baitailles : car, tout à plus tost qu’ils virent la besongne acomencée, il tournairent le dos et s’en fuyrent, et la milleur armure qu’il orent, ce fut la pointe de leur esperon185. »

44Le ménétrier allemand Bernkofp va plus loin dans la diffamation et compare le seigneur de Commercy à « un lièvre devant les chiens », avant de réclamer contre lui et les autres fuyards « une brande sèche et des cordes de chanvre pour punir un si grand forfait » :

  • 186 Vendel A., « Chants allemands du XVe siècle sur la bataille de Bulgnéville (1431) », Mémoires de la (...)

« Quand la bataille commença,
Et que le combat s’engagea,
On vit messire de Commercy
Se comporter sur le terrain
Comme un lièvre devant les chiens186. »

  • 187 Antoine de Toulongeon, frère de Jean (maréchal de Bourgogne), chevalier banneret, fut un proche du (...)
  • 188 « Lors dit le seigneur de Barbazan,
    Et il parlait avec sagesse :
    “Seigneur, attaquez prudemment,

45Que s’est-il passé exactement ? René d’Anjou avait trouvé l’armée de Vaudémont, que commandait le maréchal de Bourgogne, Toulongeon187, rangée entre Vaudoncourt et Bulgnéville. Les deux lignes ennemies se faisaient face. Le seigneur de Barbazan, fort d’une longue expérience, conseilla la prudence. Les jeunes seigneurs lorrains, si l’on en croit les chroniques, bouillaient d’impatience d’exhiber leur bravoure. « Qui a peur des feuilles n’aille pas au bois », fanfaronna l’un d’eux. Le seigneur de Commercy aurait-il alors traité Barbazan de couard188 ? Le jeune duc de Lorraine avait sans doute hâte lui aussi de prouver son courage, d’autant que le nombre de ses hommes le confortait. Son armée fut organisée en trois batailles. L’avant-garde fut confiée à Barbazan, la bataille proprement dite revenait à René d’Anjou et au comte de Salm. Robert de Sarrebrück fut chargé de l’aile-gauche (l’« arrière-garde ») qui, selon la stratégie usuelle, devait intervenir en dernier ressort, sous la forme d’une charge de cavalerie :

  • 189 Gilles le Bouvier, dit le héraut Berry, Les chroniques du roi Charles VII, op. cit., p. 149. Vauche (...)

« il avoit esté ordonné par lesdiz seigneurs de Bar et de Barbazan estre IIc lances à cheval pour ferir sur les Englois et Bourgoingnons, dont estoient chiefs le sire de Commersi, le sire de Conflans et autres cappitaines189. »

  • 190 AD CO, B 1649, f° 139 v°-140. Jean de Rodemack fut racheté par Philippe le Bon.
  • 191 Conrad Bayer de Boppart (vers 1380-1459) fut évêque de Metz entre 1415 et 1459. Ami de René d’Anjou (...)

46Deux heures plus tard, après les préliminaires d’usages, la ligne lorraine se mit en mouvement. Le maréchal Toulongeon ordonna d’ouvrir les hostilités. Les Barrois plongèrent à terre sous les premières volées de flèches anglaises. Les archers picards prirent le relais. L’avant-garde lorraine allait atteindre les lignes ennemies quand Barbazan fut tué, stoppant net l’élan des Lorrains. Une grande confusion s’ensuivit. Le centre de la bataille était malmené par les archers anglais et picards, la déroute patente. Au lieu de lancer ses cavaliers dans un corps à corps perdu d’avance face à la puissance des Bourguignons, Sarrebrück quitta le champ de bataille suivi par son ami Baudricourt, Vauchelin de la Tour et d’Haussonville. L’engagement avait duré un quart d’heure. René d’Anjou, blessé, finit par se rendre. De nombreux morts jonchaient le sol. Beaucoup étaient prisonniers. Parmi les plus illustres se trouvaient Jean de Rodemack190 ou encore l’évêque de Metz, Conrad Bayer191.

  • 192 Lecoy de La Marche A., Le roi René, op. cit., t. 1, p. 90 ; Vallet de Viriville A., Histoire de Cha (...)
  • 193 Gilles le Bouvier, dit le Héraut Berry, Les chroniques du roi Charles VII, op. cit., p. 70 et p. 14 (...)
  • 194 Schnerb B., Bulgnéville, op. cit., p. 93.

47Pouvons-nous imaginer un instant que Robert de Sarrebrück ait quitté le champ de bataille de manière velléitaire ? L’assertion est difficile à croire, même en admettant un engagement en demi-teinte. Les chroniqueurs, toujours avides de le discréditer, lui firent dire qu’il allait retrouver une bonne amie. Bournon raconte qu’il répondit à ceux qui lui reprochaient de fuir : « J’ai tort, mais je l’avais promis à ma mie, qui m’attend192. » En tout état de cause, en tant que chevalier français, les ennemis qu’il combattait étaient Anglais ou Bourguignons. Sa fuite du champ de bataille s’avérait un choix prudent que d’autres avant lui avaient assumé. Le Héraut Berry déclare que les Barrois n’osèrent pas attaquer : « lesquieulx ne purent férir a cheval sur lesdiz Englois et Bourguignons, pour ce qu’ilz estoient fortiffiez de tous costés193 ». Au XVe siècle, nous trouvons d’autres exemples de troupes montées reculant face à un ennemi retranché et fourni de nombreux archers. À Azincourt, l’amiral de France Clignet de Brebant qui commandait aussi l’aile gauche de la bataille, tourna bride avec ses hommes dans des circonstances similaires. Il semble « que la perspective d’être cloué sur place par une volée de flèches ait parfois suffià faire reculer une troupe d’hommes d’armes194 », même aguerris. Pourquoi, dans ces conditions, risquer une mort certaine pour défendre les intérêts de son principal adversaire ? On ne peut nier en effet que la capture de René arrangeait les affaires de Robert de Sarrebrück, à la réserve près qu’elle retardait encore le paiement de sa créance.

La coalition et la captivité

  • 195 ADMM, B 629, 129.
  • 196 Ibid., B 629, 159, 15 février 1434 (n. s.).

48La victoire d’Antoine de Vaudémont aurait dû lui permettre de revendiquer le duché de Lorraine, mais il en était de fait politiquement incapable. C’est donc Isabelle de Lorraine, l’épouse de René d’Anjou, qui reprit en main les affaires du duché. Elle le fit avec l’aide de sa mère et commença par solder les obligations contractées par son mari à l’égard de ceux qui l’avaient servi. Robert de Sarrebrück, comme d’autres, demanda la compensation des pertes subies à Bulgnéville. En janvier 1432, un accord fut passé entre la duchesse de Lorraine et le sire de Commercy195. Le 18 du même mois, à l’issue d’une médiation orchestrée par plusieurs arbitres, une lettre de sa part précisa qu’ils s’étaient entendus à l’amiable « sur les demandes que Robert faisait au duc de Lorraine et de Bar, en raison des héritages de ses pères et mères, que pour d’autres lettres de créance196 ».

  • 197 ANF, J 932, no 9 ; BNF, Dupuy 430, f° 23, Procès-verbaux des 23 et 24 avril 1434.
  • 198 Ce document exceptionnel est aujourd’hui conservé aux archives départementales de Meurthe-et-Mosell (...)
  • 199 Dom Calmet, Histoire de la Lorraine, op. cit., t. V, p. 28.
  • 200 L’évêque Conrad Bayer reçut ainsi 22 000 florins, payables en sept annuités sur les salines de Chât (...)

49À la fin du mois d’avril 1432, René d’Anjou fut libéré de façon provisoire, pour une année. À titre de garantie, il avait dû remettre en otages ses deux jeunes fils. Le duc rejoignit la Lorraine et tenta de rétablir l’ordre dans ses domaines, mis à mal par la vacance du pouvoir. En février 1433, un accord fut trouvé entre René d’Anjou et Antoine de Vaudémont. L’année suivante, dans la cathédrale de Bâle, l’empereur Sigismond devait confirmer la dévolution du duché de Lorraine à René d’Anjou197. Mais profitant de la libération conditionnelle du duc, Robert de Sarrebrück s’empressa d’établir un long récapitulatif des sommes qui lui étaient dues198. Le contentieux qui opposait le seigneur de Commercy à René d’Anjou ne s’était bien entendu pas éteint avec la captivité de l’intéressé. Son premier mouvement fut de se payer sur le pays, comme les seigneurs de Lorraine avaient usage de le faire. Dans son Histoire de Lorraine, Augustin Calmet écrit ainsi : « Pendant toutes ces négociations, Vencelin de la Tour, le Damoiseau de Commercy et Robert de Baudricourt, qui s’étoient sauvés du combat de Bulgnéville, se mirent à la tête de quelques troupes de voleurs et d’avanturiers, et commirent mille désordres dans les terres de Lorraine et du Barrois. Vencelin, pour colorer ces pilleries, disoit qu’ayant été pris et rançonné à la bataille […], il étoit en droit de s’en dédommager aux dépens du Prince qu’il avoit servi199. » Au premier contentieux de la dette s’ajoutait les frais engagés pour la bataille de Bulgnéville. Et peu importe si la bataille avait été perdue, les engagements contractuels devaient être honorés. Certains d’ailleurs considéraient le jeune duc de Lorraine et de Bar comme l’un des principaux responsable de la défaite. L’opinion n’avait rien d’absurde et René d’Anjou ne la contesta pas. On le vit continuer d’indemniser plusieurs hommes de guerre qui avaient subi un préjudice du fait de Bulgnéville200. Cependant, le mémoire des créances que Robert adressa à René d’Anjou ne semble pas avoir produit l’effet escompté. Celui-ci qui n’avait de toute évidence pas l’intention, ou peut-être pas les moyens, de payer cette dette, imagina de retourner contre Robert l’argument de la guerre. Le contexte fut favorable à cette nouvelle stratégie.

  • 201 En septembre 1433, il se plaint encore de ses agissements, BNF, Lorraine 292, f° 53 (29 septembre 1 (...)
  • 202 ADMM, B 629, 130.
  • 203 Ibid., B 629, 140.
  • 204 BNF, Lorraine 294, f° 21, vidimus d’une lettre du 14 mars 1434 du tabellionnage de Commercy, du 9 d (...)
  • 205 ADMM, B 629, 142. Ce document prouve les moyens financiers de Robert de Sarrebrück, que le duc René (...)

50Le 20 août 1433 se tint à Metz une réunion des seigneurs lorrains qui souhaitaient se garantir des razzias lancées par Robert de Sarrebrück201. René d’Anjou n’hésita pas alors à se tourner vers son ancien ennemi, Vaudémont, et à lui demander de se joindre à eux pour livrer la guerre au seigneur de Commercy afin, dit-il, « de délivrer ses sujets d’infinité de pilleries qu’ils souffraient de la part de Robert202 ». Fait notable, le 18 septembre 1433, Antoine de Vaudémont répondit qu’il était prêt à s’allier avec lui pour assiéger Commercy203. Nous ignorons par quel procédé René d’Anjou parvint à ses fins. Mais, le 14 mars 1434, le duc de Lorraine tenait en otage le fils de Robert de Sarrebrück, Amé, un adolescent, jusqu’à la satisfaction d’un accord204. Ce fut visiblement un marché de dupes qu’il imposa à Robert car, le 24 mars 1434, par lettres cancellées, René d’Anjou reconnaissait lui devoir la maigre somme de 1 000 vieux florins que ce dernier lui avait jadis prêtés, effaçant d’un trait de plume toutes ses dettes205. On était loin des 90 000 francs de la créance. Le duc de Lorraine, méfiant, qui avait cherché la moindre occasion de donner un terme définitif à cette affaire, saisit une nouvelle opportunité. L’année 1434 constitue, de ce point de vue, une sorte de paroxysme dans le conflit qui opposa le seigneur de Commercy au duc de Bar et de Lorraine. À l’occasion d’une fête donnée à Pont-à-Mousson, destinée à célébrer l’arbitrage rendu par l’Empereur Sigismond en faveur de René d’Anjou, à laquelle Robert de Sarrebrück n’avait pas été convié, il captura une partie des participants, des hommes de guerre de Metz en particulier, avec leurs chevaux :

  • 206 Chroniques de la ville de Metz, op. cit., p. 193.

« Le dixiesme jour de may, fut faicte au Pont à Mousson une jouste que le duc de Bar avoit fait publier […] Et quant les seigneurs de Mets voulurent retourner, quarante cinq soldoieurs de Mets leur allerent au devant pour eulx conduire et ramener. Mais messire Robert de Sarrebruch, sire de Comercey, qui estoit pensionaire de la cité et qui avoit promis et juré d’estre bon et loyal pour ceulx de Mets, fist mettre gens d’armes en ung bois, au nombre de sept vingt hommes, qui couront sus ausdits soldairs de Mets206… »

  • 207 L’évêque de Metz est alors Conrad Bayer de Boppart.
  • 208 L’abbaye bénédictine de Gorze se trouve près de Metz. L’abbé de Gorze était Baudouin de Fléville, a (...)
  • 209 Chroniques de la ville de Metz, p. 194 et suiv. ; Enguerrand de Monstrelet, Chronique, op. cit., t. (...)
  • 210 ADMM, B 629, 145 : Lettres du 2 octobre 1434 d’Henry de Ville, évêque de Toul, de Louis de Haraucou (...)
  • 211 ADMM, B 629, 144.
  • 212 Ibid., B 629, 143.
  • 213 BNF, Lorraine 293, f° 18.
  • 214 ADMM, B 629, 146.
  • 215 Thomas de Dugny était un proche de Robert de Sarrebrück. Il s’agit donc d’un arrangement passé avec (...)
  • 216 Sorey est un assez gros bourg situé sur la rivière de Meuse, aujourd’hui Sorey-Saint-Martin, arr. d (...)
  • 217 ADMM, B 629, 147.
  • 218 BNF, Lorraine 293, f° 18 (16 décembre 1434).
  • 219 Dans une tour du palais ducal de Dijon, depuis appelée Tour de Bar.
  • 220 René d’Anjou accepta à Lille, le 28 janvier 1437, des conditions particulièrement draconiennes : un (...)
  • 221 Son frère Louis III, adopté par la reine Jeanne de Sicile, était mort en Calabre le 12 novembre 143 (...)

51Prenant argument de cette voie de fait, René d’Anjou organisa contre le seigneur de Commercy une véritable coalition qui réunit, à ses côtés, la ville de Metz, son évêque207, la ville de Toul, l’abbé de Gorze208 et le comte de Salm. La ville de Commercy fut rapidement encerclée. Il fallut l’intervention du connétable de France, Arthur de Richemont, qui guerroyait en Champagne, pour faire lever le siège209. Entre octobre et décembre 1434 s’ensuivirent de nombreux échanges de courriers entre Robert de Sarrebrück et les parties adverses, chacune négociant pour son compte. Tous cherchaient à régler les contentieux qu’ils entretenaient depuis longtemps avec le seigneur de Commercy. Sous les auspices de Richemont, ils obtinrent tous un accord de non-agression de la part de Robert de Sarrebrück210. René d’Anjou, qui conservait encore en otage le fils du sire de Commercy, le tint quitte d’un simple accord de paix. Le 19 octobre 1434, des lettres cancellées de René d’Anjou précisèrent que Robert avait juré de ne lui faire aucun tort. En échange, le duc lui promit réparation des dommages causés à Commercy « aux dires et rapports du connétable et du chancelier de France211 ». Le 29 octobre, Robert de Sarrebrück signait une lettre portant accord entre lui et le duc de Lorraine, « à l’occasion de la guerre qu’ils avaient et touchant Commercy, et par l’entremise du comte de Richemont, de l’archevêque de Reims et de plusieurs autres212 ». Cet arrangement d’octobre 1434 ne paraît pas avoir apaisé les tensions entre les deux hommes, car les échanges de courriers se poursuivirent jusqu’à la fin de l’année. Le 10 décembre 1434, un nouvel accord fut ainsi signé entre René d’Anjou et Robert de Sarrebrück, sans que les conditions aient sensiblement varié213. Trois jours plus tard, un nouveau traité venait confirmer les accords antérieurs passés à la fois dans le duché à Bar et dans le bailliage royal de Vitry, « par le moyen des connétable et chancelier de France214 ». Le lendemain, de nouvelles lettres rappelaient que le fils du seigneur de Commercy demeurerait sous la garde de Thomas de Dugny215, à Sorey216, jusqu’à ce que la comtesse Jeanne, sa femme, ait scellé lesdits traités217. Ce ne fut que quatre mois après le siège, le 16 décembre, qu’une lettre d’Arthur de Richemont vint mettre un terme au conflit en confirmant les traités passés entre René d’Anjou et Robert de Sarrebrück et en donnant quittance à ce dernier218. En fait, à ce point de l’histoire, le contentieux de la dette n’avait toujours pas trouvé de solution. Peut-être René d’Anjou attendait-il une meilleure occasion de faire à nouveau plier son ennemi et de purger ainsi ses obligations ? Robert de Sarrebrück, de son côté, n’avait pas renoncé à se faire payer ses 90 000 francs. René d’Anjou continuait de s’évertuer à prouver le contraire. La question demeura donc en suspens. Le 1er mars 1435, René d’Anjou fut contraint de regagner sa prison bourguignonne pour deux années supplémentaires219. Le traité d’Arras, intervenu le 21 septembre 1435, ne lui permit pas d’échapper à sa geôle et ce ne fut que le 28 janvier 1437, par le traité de Lille220, que René put enfin regagner la Lorraine. Entre-temps, son horizon s’était considérablement élargi : en novembre 1434, il avait été fait comte de Provence221 et, le 2 février 1435, il devenait roi de Sicile et de Jérusalem, avant d’hériter du royaume de Naples. Bientôt, il quitterait cette Lorraine qui lui avait causé tant de malheurs.

  • 222 Les sires d’Harraucourt et de Louppy gardaient rancune aux seigneurs de Commercy d’avoir été leurs (...)
  • 223 ADMM, B 631, 93. Sur la dure condition des prisonniers, lire Huot B., « Documents d’histoire du Moy (...)
  • 224 Dieuze, commune de la Moselle, arr. de Château-Salins.
  • 225 ADMM, B 631, 93.

52Surtout, pendant ces derniers mois de captivité, un événement majeur était survenu, offrant à René d’Anjou une nouvelle occasion de se débarrasser de son vieil ennemi. En effet, en 1436, alors qu’il revenait d’un pèlerinage à Jérusalem, Robert de Sarrebrück fut capturé par les seigneurs d’Harraucourt222. Contre 100 000 écus, René d’Anjou – qui traita cette affaire depuis sa prison – proposa qu’on lui livrât son adversaire, que ses ravisseurs tenaient depuis dix mois déjà dans des conditions assez rigoureuses (« jeté en fers, ceps et fosse »)223. En août 1436, on lui transféra le damoiseau de Commercy, qui fut incarcéré à Dieuze224, puis à Nancy. René d’Anjou ne lui rendit la liberté que sept mois plus tard à la demande expresse de Charles VII, en mars 1437225. René d’Anjou, lui-même libéré en février de la même année, exigea en contrepartie que le fils de Robert de Sarrebrück lui soit à nouveau livré comme otage, en garantie de l’accomplissement du traité à venir. L’opération conduite par le duc consista dès lors à fixer avec les frères d’Harraucourt le montant de la rançon à 100 000 écus. Comme il n’ignorait pas que Robert de Sarrebrück restait déterminé à obtenir le paiement de sa créance de 90 000 écus, le bénéfice attendu pour René d’Anjou se montait à 10 000 écus. Le gain n’était pas mince et, au-delà du cynisme politique, l’accord pouvait surtout lui assurer la paix avec son redoutable voisin.

  • 226 ADMM, B 629, 172 (28 mars 1436). Dumont Ch.-É., Histoire de la ville, op. cit., t. 1, p. 232.
  • 227 BNF, Lorraine 8, f° 27-28. ADMM, B 629, 155 ; idem 156 ; ibidem 172 : « Acte d’accord passé par Rob (...)

53Etranges négociations où les deux protagonistes étaient eux-mêmes en prison. En l’absence de son mari, Jeanne de Roucy dut traiter pour son compte. Elle fut ainsi associée au traité signé le 28 mars 1437, qui formalisa l’obligation du « comte de Sarrebruche » et de son épouse envers « le Roy de Sicile226 ». Sous le sceau de l’autorité royale, l’accommodement fut signé à Vaucouleurs. Robert de Sarrebrück et la comtesse reconnaissaient, à la prière du connétable, que René d’Anjou « de sa gente libéralité et courtoisie » l’avait mis en liberté et acquitté de toutes créances. En reconnaissance, Robert le quittait de toutes réclamations tant de son chef, que de celui de ses père et mère et il abandonnait de surcroît ses droits sur Pierrepont et Conflans-en-Jarnisy. Il renonçait à se venger et, enfin, il hypothéquait ses biens et ceux de la comtesse pour garantir les cent mille écus d’or de sa rançon227. C’était une somme considérable pour ce grand féodal, à la mesure de sa puissance et du danger qu’il représentait, même si le calcul était autant politique qu’économique.

  • 228 ANF, J 1039, no 6. La libération de Nicolas Rolin constitua l’une des clauses du traité du 28 janvi (...)
  • 229 La famille de Haraucourt était une vieille famille de Lorraine (Haraucourt est située entre Nancy e (...)
  • 230 Ferry de Parroy était membre du conseil de René d’Anjou.
  • 231 Ferry de Savigny était conseiller et chambellan de René d’Anjou, Maréchal du Barrois et de Lorraine (...)
  • 232 Colard du Saucy était conseiller et premier chambellan de René d’Anjou.
  • 233 Philibert de Brixey, seigneur lorrain, fut gouverneur de Langres en 1443.
  • 234 Arnoul de Ville était bailli des Vosges.
  • 235 Jaquet de Savigny fut gouverneur pour le marquis de Pont.
  • 236 BNF, Lorraine 185, f° 6, no 75.

54Les conditions de la libération du sire de Commercy n’étaient pas sans lien avec celles imposées au même moment par le duc de Bourgogne à René d’Anjou. Car Robert de Sarrebrück, tout prisonnier qu’il était, détenait dans ses geôles de Commercy le propre fils du chancelier Nicolas Rolin228. Une série de courriers avaient été échangée pour préparer ces négociations. En novembre 1436, plusieurs seigneurs de Lorraine : Jean d’Haussonville, Charles de Haraucourt229, Ferry de Parroy230, Ferry de Savigny231, Ferry de Ludres, Colard du Saulcis232, Guillaume de Dammartin, Philibert de Brixey233, Arnoul de Ville234, bailli des Vosges, et Jacquet de Savigny235, signaient un courrier réclamant la délivrance du fils du chancelier de Bourgogne dans le cadre des pourparlers en vue de la délivrance de René d’Anjou236. Robert de Sarrebrück avait déjà obtenu 16 000 saluts d’or pour la rançon de son prisonnier. Mais l’accord intervenu à Vaucouleurs précisa que le fils de Nicolas Rolin allait être délivré sans rançon ni indemnité, de même d’ailleurs qu’un autre chevalier bourguignon nommé Benetin de Chasseul, également détenu à Commercy.

  • 237 ADMM, B 630, 1 (René d’Anjou donna en outre trois mille florins à Robert de Baudricourt, sans doute (...)

55Le marché ne pouvait satisfaire Sarrebrück. Dès l’année suivante, quand Antoine de Vaudémont reprit la guerre contre René d’Anjou, c’est au seigneur de Commercy, sans doute le chef de guerre le plus redouté de Lorraine, qu’il en confia l’organisation. René d’Anjou fut contraint de s’humilier en venant en personne à Commercy négocier les conditions de la paix237. Le 4 novembre 1438, un nouvel accord intervint au terme duquel Robert de Sarrebrück recevrait du duc une rente de trois cent livres, et serait tenu quitte de cinq mille florins dus pour sa rançon. René d’Anjou le nomma même en son conseil, et lui restitua la troisième part du château de Pierrepont. Il lui accorda enfin deux cents vieux florins supplémentaires. Cette dernière audace prouva au duc que le seigneur de Commercy, même acculé à la dernière extrémité, ne déposerait pas facilement les armes. Mieux valait s’attacher sa fidélité, même au prix d’un mauvais compromis. Sans nul doute incité par le roi à opérer ce choix, Robert de Sarrebrück se déclara vassal du duc et lui prêta foi et hommage. Bon prince, il lui proposa même de l’accompagner à Naples où ses compétences militaires auraient été utiles au nouveau roi de Sicile.

  • 238 Lecoy de La Marche A., Le roi René, op. cit., t. 2, p. 226.
  • 239 Louis d’Anjou (1423-1443) fut livré comme otage avec son frère. Poull G., La maison ducale de Lorra (...)
  • 240 BNF, Lorraine 295, f° 124 : lettres du 3 février 1444. Une première tentative d’achat avait été nég (...)

56Robert de Sarrebrück déclina l’invitation mais les guerres italiennes de René d’Anjou allaient mettre à mal des finances déjà exsangues238. La Lorraine, épuisée par les conflits, ne pouvait plus rien pour lui. À son départ vers l’Italie, il confia à son fils Louis239, marquis de Pont, le soin de gérer ses affaires en Lorraine. Sans doute se méfiait-il toujours de Robert de Sarrebrück car il chargea son fils d’acquérir le Château-Bas de Commercy, possédé par Jean de Nassau-Sarrebrück, pour 42 000 vieux florins du Rhin240. Il acquit par le même acte l’indivision sur la ville de Commercy.

  • 241 ADMM, B 630, 29, 7 juillet 1445.
  • 242 BNF, Lorraine 401, f° 98-99 et ibid, 100-102. Minute d’une lettre de Robert qui confirme le traité (...)
  • 243 Vallet de Viriville A., Histoire de Charles VII, op. cit., t. 2, p. 227.
  • 244 Lecoy de La Marche A., Le roi René, op. cit., t. 1, p. 432-433.
  • 245 Ce que Thomas Basin, seul chroniqueur à le faire, souligne assez clairement, Histoire des règnes de (...)
  • 246 L’essentiel de cette dette portait sur le prêt que lui avaient consenti les citains pour payer sa r (...)

57Ce fut pour Robert de Sarrebrück la fin d’une indépendance fondée sur la toute puissance de ses murailles. René d’Anjou, revisitant l’Illiade, avait avancé son cheval de Troie. Il est vrai que l’autonomie de Robert était déjà largement entamée par les aspirations du duc de Lorraine et par les ambitions du roi de France. En juillet 1445, Robert de Sarrebrück accepta d’écrire « qu’à cause des maux faits à René [d’Anjou], énoncés au traité de bourgfride, il a donné audit René 3 000 florins du Rhin […] moyennant quoi, il lui a pardonné, et en reconnaissance ledit Robert le quitte de tous les dommages qu’il pourrait prétendre contre lui241 ». Une copie de la lettre est collationnée par les notaires de Commercy242. Il a fallu un demi-siècle, d’innombrables arbitrages et des dégâts sans nom pour qu’une dette consentie par un obligé du duc de Bar s’éteignît dans un dernier compromis bâtard. À juste titre, Vallet de Viriville, dans son Histoire de Charles VII avait qualifié René d’Anjou de « débiteur insolvable ou récalcitrant243 ». Sans doute fasciné par le faste de la cour voisine de Bourgogne, René avait versé dans un mécénat disproportionné pour ses revenus. Lecoy de La Marche, au milieu des éloges qu’il adresse à ce prince, est l’un des rares à souligner que cette course effrénée l’avait entraîné à déployer un luxe au-dessus de ses moyens244. Tenaillé entre les ambitions de sa mère pour le ceindre d’une couronne et ses chimères italiennes, René d’Anjou ne pouvait que s’endetter davantage. Si Jean Favier se complaît à le dépeindre comme un prince malchanceux, René d’Anjou fut surtout, à la lumière des conflits qui ont émaillé ses relations avec Robert de Sarrebrück, un créancier de mauvaise foi, prêt à toutes les manœuvres pour échapper à ses obligations. Pour preuve la campagne de Metz de 1444-1445, présentée comme un acte politique de Charles VII, mais qui fut pour René d’Anjou une affaire personnelle245. Au prétexte sans doute fallacieux que les charrois de son épouse avaient été saisis par les bourgeois messins, René en appela à son beau-frère qui n’attendait qu’une occasion pour soumettre la fière république messine. Si les deux hommes agirent de concert dans cette action militaire où les ambitions politiques de l’un se conjuguèrent avec les intérêts financiers de l’autre, l’opération fut une réussite pour René d’Anjou qui obtint, là encore, l’effacement de toutes les dettes qu’il avait contractées avec les bourgeois de la ville246.

La prise de Châteauvillain247

  • 247 Toureille V., « La désobéissance d’un sire : Robert de Sarrebrück, damoiseau de Commercy et l’épiso (...)
  • 248 La ville avait subi quelques années plus tôt l’assaut des Français. En 1430, Guillaume de Châteauvi (...)

58La querelle engagée par Robert de Sarrebrück contre les héritiers du duc de Bar ne fut pas, loin de là, son seul cheval de bataille. À l’égal de nombreux nobles, le seigneur de Commercy eut à connaître de nombreux conflits d’héritage. Tel fut le cas dans l’application du testament de son oncle Jean, ou encore de celui de son propre père, que lui contesta sa sœur Marie. L’affaire de Châteauvillain aurait pu s’inscrire dans ce cadre familier si l’ambiguïté de la donation ne l’avait pas teintée d’une coloration politique. Située en Champagne, aux confins de la Bourgogne, la ville fortifiée de Châteauvillain fut un enjeu stratégique dans le conflit qui opposait le roi de France au duc de Bourgogne248 mais, dans le cas d’espèce, elle apparaît surtout comme l’argument d’une guerre privée.

  • 249 Mémoires d’Olivier de La Marche, op. cit., t. 2, p. 242. Ainsi, un mois à peine après la signature (...)
  • 250 André Bossuat affirme qu’elle était ruinée lorsque la ville fut rendue à la famille de Châteauvilla (...)
  • 251 En 1433, Robert de Sarrebrück avait participé avec Guillaume de Châteauvillain au siège de Bourg. S (...)

59La zone intermédiaire de la Lorraine, de la Bourgogne et de la Champagne fut plus longue que d’autres à recouvrer la paix. Le traité d’Arras, qui ambitionnait de pacifier les relations franco-bourguignonnes, n’avait pas apporté le calme espéré dans cet espace frontalier, laissant au contraire libre cours aux excès des capitaines de Charles VII, les Écorcheurs, dont Olivier de La Marche soulignait fort à propos qu’ils entendaient se payer une dernière fois sur l’ennemi249. C’est au moment où les capitaines français venus de Normandie rentraient en Champagne, après le siège d’Harfleur de 1438, que survint le décès de Guillaume de Châteauvillain. Sa disparition provoqua aussitôt un conflit armé entre ses deux héritiers potentiels. Le premier était son frère Bernard, seigneur de Thil, et le second son neveu, Robert de Sarrebrück. À cette date, la cité, jadis riche et prospère, avait beaucoup perdu de son lustre après avait subi l’occupation bourguignonne250. Elle n’en suscita pas moins l’attention des deux protagonistes. Bernard de Thil, le premier, s’empressa de l’investir. Robert de Sarrebrück fit alors valoir un testament rédigé de la main de son oncle Guillaume, qui le désignait en lieu et place de son frère pour la succession de la forteresse. Comme à l’accoutumée, Robert fit parler les armes avant de s’engager dans un procès qu’il savait long, coûteux et hasardeux. Il est difficile pour l’historien de se faire une opinion précise du droit de chacun des postulants à l’héritage. Il est possible que le testament incriminé ait été rédigé au moment où le sire de Châteauvillain, en conflit avec son frère, cherchait à l’écarter de la succession, mais aucune trace d’un tel document ne se trouve dans les archives. Le damoiseau de Commercy, de son côté, allégua le contre-don pour service rendu. Il refusa en conséquence de fournir une lettre par laquelle il s’engagerait à renoncer à Châteauvillain au bénéfice du successeur légitime251. Le 17 décembre 1439, il profita de l’absence de Bernard de Thil pour s’introduire à la nuit dans la place, à force d’échelles :

  • 252 Rémission de Guillaume de Bauffremont, ANF, JJ 178, no 82, décembre 1446, Mailly-en-Touraine. Tuete (...)

« Le sire de Commercy accompaigné de certain grant nombre de gens de guerre et autres print de nuyt et par eschielle de son auctorité privée et volenté desraisonnable la ville de Chastelvillain et le filz du sire d’illecques estant lors dedans, laquelle ville il detint et occupa par l’espace d’un an ou environ, pendant lequel temps, il fist et commist plusieurs grans maulx, pilleries et dommaiges en ladicte ville et ou païs d’environ tant sur noz subgiez que sur ceulx de nostre dit frere. Pour avoir provision desquelles prinses et dommaiges le sire dudit Chastelvillain se tira peu d’illecques apres par devers nous, et narracion faicte de son [blanc] donné a entendre obtint noz lettres patentes par vertu desquelles fut fait commandement audit sire de Commercy qu’il rendist et restituast audit sire de Chastelvillain ladicte ville et place de Chastelvillain et sondit filz, ou qu’il les meist soubz nostre main comme souveraine, jusques a ce que par nous en feust autrement ordonné ; a quoy ledit sire de Commercy ne voult aucunement obeir, mais en procedant de mal en pis faisoit plus de maulx et dommaiges ou pais que paravant, et telement qu’il n’estoit homme qui osast aller, venir, ne passer par ledit pais252. »

  • 253 ANF, X2a 22, f° 117 v°, Bossuat A., « Les prisonniers de guerre au XVe siècle, la rançon de Guillau (...)

60Un acte du Parlement criminel précise encore qu’« a la prinse [de la dite place] fut tué un homme sur les murs et fist Commercy noyer un cordelier et y ot autres gens mors et si furent tous les biens dudit seigneur de Châteauvillain et des manens et habitans de ladite ville prins et pillés et furent rançonnés les bons hommes a la somme de XIIc salus d’or par ledit Commercy253 »…

  • 254 Enguerrand de Monstrelet, Chronique, op. cit., t. 5, p. 52 et p. 96.
  • 255 BNF, Lorraine 9, f° 112. « Et sur ce, fit tellement son devoir qu’il la gaignait d’eschieles et en (...)
  • 256 Johannes de Gajan avait appris le métier de la guerre auprès de Arnaud-Guilhem de Bourguignan et de (...)

61Bernard de Thil obtint du roi des lettres patentes ordonnant au seigneur de Commercy de rendre la place furtivement enlevée. Mais Robert de Sarrebrück refusa d’obéir à l’injonction royale et les choses empirèrent à tel point qu’au bout d’une année, le sire de Thil se résolut à intervenir lui-même254. La ville fut reprise comme elle était tombée : « de nuyt et par eschelle ». L’opération fut menée en décembre 1440, à l’instigation de Bernard de Châteauvillain et de plusieurs autres seigneurs bourguignons, parmi lesquels se trouvaient trois ennemis jurés du damoiseau : Évrard du Châtel255, Guillaume de Bauffremont et Thibaut de Neufchâtel. Aidés d’un homme réputé dans la guerre de siège, Johannes de Gajan256, ils réinvestirent la place. Toutefois, Guillaume de Bauffremont s’empressa d’obtenir rémission auprès du roi de France pour avoir participé au coup de force :

  • 257 ANF, JJ 178, no 82, décembre 1446, Mailly-en-Touraine.

« Et a ceste cause ledit suppliant veant et considérant les choses dessusdictes et que ledit pais estoit du tout destruit et tenu en subgection par ceulx dudit Chastelvillain fust environ ung an apres ladicte prise de Chastelvillain avecques aucuns des seigneurs du pais de Bourgongne et autres accompaignez de gens de guerre a reprendre de nuyt et par eschielle sur ledit sire de Commercy ladicte ville de Chastelvillain sans faire aux habitans d’icelle aucun dommaige ne desplaisir257. »

  • 258 Le fils de Bernard de Châteauvillain se prénommait Jean.
  • 259 L’affaire fut d’abord instruite au pénal. Voir : ANF, X2a 22, f° 117 v°, plaid du 9 mars 1441. L’af (...)

62Cependant, avant de quitter la place, Robert emmena un otage, le jeune fils de Bernard de Châteauvillain, son cousin258. Un double procès suivit l’épisode, le premier pour la reconnaissance de l’héritage de Châteauvillain au bénéfice de Bernard et de ses héritiers, le second pour réparations (15000 écus) des dommages commis par le sire de Commercy pendant l’occupation de la place et pour la prise en otage de son fils. Le procès dura près de quinze ans et débouta Robert de Sarrebrück de ses revendications259. À rebours, le sire de Commercy avait eu tout lieu de craindre les effets de la justice.

  • 260 Il avait épousé, nous l’avons dit, Isabeau de la Trémoille.
  • 261 Carnaudet J., Notes et documents pour servir, op. cit., p. 23 et suiv.
  • 262 Il souhaitait recevoir la moitié de la seigneurie.

63La revendication de Robert de Sarrebrück était-elle légitime ? Guillaume de Châteauvillain était mort sans héritier, ses deux filles étant toutes les deux décédées avant lui260. Dans le testament exploité par Jean Carnaudet, le seigneur bourguignon lègue à son neveu Jean (le fils de Bernard) « la place et terre de Chalancey, Vesines, Vaillant, etc. et son cheval bacquin sellé et bridé261 ». Il laisse de même quelques biens à ses deux fils bâtards. L’historiographe de Châteauvillain en a déduit qu’il faisait de son frère Bernard son légataire universel. Rien n’est moins sûr. Robert de Sarrebrück s’appuie de son côté sur un autre accord, dont l’original, malheureusement, n’a pas été conservé. Il faut examiner cette succession à la lumière de ce que nous savons des différents protagonistes, comme des liens et des tensions qui les réunissaient. Guillaume de Châteauvillain était l’aîné d’une fratrie de quatre enfants, dont Bernard était le cadet, Marie, la mère de Robert de Sarrebrück, la troisième et Yolande la dernière. En fait, la question du partage s’était déjà posée au décès de leur mère, et Bernard avait déjà contesté la transmission à l’aîné de la seigneurie de Châteauvillain262. On ignore la teneur des relations qui existaient entre les deux frères, mais, lorsque Guillaume choisit le camp français et subit, pour ce ralliement, les attaques du duc de Bourgogne, Bernard, demeuré fidèle au parti bourguignon, ne fit rien pour le défendre. Ce fut son neveu, Robert de Sarrebrück, accompagné de Robert de Baudricourt, qui vint lui prêter main-forte. Robert se contenta pas de le soutenir par les armes, il prêta également de l’argent à son oncle. Dès lors, l’arrangement conclu entre les deux hommes, qui visait à ôter à Bernard sa part d’héritage, semble crédible. C’est d’ailleurs à son autre neveu, Jean, et non à son frère cadet, que Guillaume confia l’autre part de ses biens.

  • 263 Cf. chap. I.
  • 264 ADMM, B 629, 125 et 126.
  • 265 BNF, Lorraine 249, f° 14, no 18 ; AD Meuse, B 497, f° 213v° et ADMM, B 631, 102 ; Luce S., Jeanne d (...)
  • 266 Il a alors atteint l’âge canonique de 69 ans.

64Il existait de toute évidence entre Guillaume de Châteauvillain et le fils de sa sœur des relations très étroites, celles qu’un père de substitution entretient avec un adolescent en formation et en quête d’identification. Et les liens adelphiques entre Guillaume et sa sœur Marie nous semblent eux-mêmes privilégiés263. Il l’avait ainsi assistée de façon régulière dans son contentieux avec le cardinal de Bar, lorsque Robert était encore enfant. Il est vrai que Guillaume de Châteauvillain avait aussi des intérêts personnels à défendre en Lorraine, où il prétendait détenir des droits sur le duché de Bar, parce que Yolande de Bar était son aïeule maternelle. Pour ces raisons, le seigneur de Châteauvillain s’est beaucoup investi en Lorraine dans les premières décennies du XVe siècle. À différentes reprises, on le vit assister son neveu dans des négociations, le plus souvent comme garant ; ou armes à la main pour défendre des intérêts communs. Tel fut le cas en 1422, lorsqu’ils ravagèrent le Barrois pour faire pression sur le cardinalduc264. De 1423 à 1425, il fut toujours à ses côtés, obligeant parfois Louis d’Anjou à traiter directement avec lui265. Il œuvrait aussi pour son compte, comme en 1428 et 1429 lorsqu’on le vit combattre pour la ville de Metz contre le duc de Lorraine, dans « La guerre de la hottée de pommes ». Il s’était alors engagé à servir les Messins avec mille deux cents chevaux ! Guillaume de Châteauvillain fut, à l’instar des aristocrates de la frontière, souvent contraint de respecter des positions de compromis. Ces familles détenaient des domaines soit à la jonction, soit à l’opposé de leurs fidélités, et elles s’étaient divisées au sein du lignage entre camps adverses, peut-être dans l’intention de ménager des transitions ou des arrangements en cas de retournement politique. Que Guillaume changeât de parti n’a rien de surprenant, d’autant que son suzerain naturel avait clairement privilégié son frère. Ce ralliement, comme tant d’autres engagements dont nous avons évoqué les épisodes, conjuguait une fois de plus intérêts personnels et choix politique. Aussi, comme son neveu, à moins que ce ne fût l’inverse, le seigneur de Châteauvillain mena-t-il nombre de guerres privées, animé d’une vengeance personnelle envers la famille bourguignonne des Vergy. À la mort de son oncle maternel en 1439266, Robert n’avait donc hérité que d’une vague promesse, et plus sûrement d’un conflit croisé entre les Bourguignons et le roi de France qui, sans trancher sur le fond, condamna le principe de la guerre privée, et ce d’autant plus facilement que son beau-frère le roi René ne cessait de se lamenter contre ce sujet indocile. Lorsque son deuxième oncle décéda à son tour, en 1452, le procès en réparation devant le Parlement n’était toujours pas tranché. Châteauvillain passa alors au fils de Bernard de Châteauvillain, Jean, qui avait d’abord été marié à Jeanne de Villersexel, avant d’être uni à Louise Rolin, la fille du chancelier de Bourgogne. La fidélité de la famille à l’égard de la cour de Bourgogne se renforçait donc au sortir du conflit, tandis que Robert de Sarrebrück abandonnait toute prétention sur cette terre, il est vrai très excentrée du cœur de son domaine. Les conflits ne manquaient pas au damoiseau de Commercy pour qu’il s’entêtât dans une cause si mal assurée sur les plans juridique et politique, d’autant que la voie des armes ne lui avait pas permis de dépasser ces deux obstacles.

Villes et guerres privées en Lorraine

  • 267 On peut se référer pour une étude comparée aux travaux de Marchandisse A. : « La noblesse dans l’es (...)

65Les « querelles particulières » n’agitaient pas seulement le monde de la noblesse, les villes menaient de la même manière un jeu subtil entre guerre et diplomatie. L’antagonisme qui se creusa à la fin du Moyen Âge entre la bourgeoise urbaine et une aristocratie demeurée rurale rencontra en Lorraine un écho particulièrement favorable, où les trois villes épiscopales avaient acquis une grande autonomie politique, et où elles disposaient surtout d’une assise économique suffisante pour jouer jeu égal avec l’aristocratie militaire et les princes eux-mêmes. Robert de Sarrebrück, comme la plupart des grands seigneurs de Lorraine, fut souvent en guerre contre Metz, cette puissante république qui défiait l’aristocratie nobiliaire tout en lui assurant une partie de ses ressources267. Il fut aussi, dans le cadre d’un voisinage conflictuel, souvent en opposition avec la cité de Toul. Avec Metz, cependant, Robert de Sarrebrück ne se comporta pas toujours comme un ennemi naturel. Il fut même, durant de nombreuses années, l’un de ses « aidans ».

  • 268 Ce modèle impérial se retrouve à quelques variantes près dans les villes italiennes. De semblables (...)
  • 269 La Chronique de Philippe de Vigneulles, op. cit., t. 2, p. 257.
  • 270 « Le dairien jour de septembre se partirent de Mets, Joffroy Dex, Jean de Werixe et Jehan Baudoiche (...)
  • 271 Il n’est pas le lieu ici de retracer l’histoire de la ville. On peut se reporter aux différents tra (...)

66La bourgeoisie messine empruntait ses titres au modèle chevaleresque268. Les chevaliers messins organisaient de manière régulière des tournois, où venaient se joindre pour jouter les membres de la noblesse lorraine269. La frontière entre ces chevaliers urbains et les féodaux était d’autant plus poreuse que les citains de Metz envoyaient leurs enfants se former dans l’entourage des familles nobles de Lorraine. L’on voit ainsi Robert de Sarrebrück chaperonner, sans grande conviction, trois jeunes aristocrates messins et parfaire leur formation militaire en les conduisant au siège de Montereau en septembre 1437270. L’ancienne capitale carolingienne, qui avait connu son âge d’or au XIIIe siècle, avait certes perdu de son prestige mais, pour autant, des trois évêchés, elle conservait la prééminence271. Son commerce demeurait florissant. La richesse de la cité, qui attirait vers elle un nombre toujours croissant de débiteurs, l’imposa sur l’échiquier politique comme un partenaire incontournable, et souvent intraitable. Ce qui ne manquait de multiplier aussi ses ennemis :

  • 272 Le credo de Henri de Heitz, dans Die Metzer Chronik des Jaique Des über die Kaiser ung König aus de (...)

« Car per prester, c’est sens mescroire
Mets ait guaigniez mains ennemis272. »

  • 273 Saulcy et Huguenin, Relation du siège de Metz en 1444 par Charles VII et René d’Anjou », Metz, 1835 (...)
  • 274 Robert de Sarrebrück comptait des amis parmi les bourgeois messins les plus riches. C’est le cas de (...)
  • 275 La chronique de Philippe de Vigneulles, op. cit., t. 2, p. 193.

67En effet, les Messins accordaient, sous forme de prêts, des sommes considérables, moyennant l’hypothèque de seigneuries, et arrondissaient à terme leur fortune avec les terres engagées par des seigneurs locaux incapables de rembourser leurs dettes. Dans la dernière décennie du XIVe siècle, les comtes de Salm, de Sarrebrück ou encore de Sarrewerden figuraient parmi les débiteurs réguliers des financiers messins273. Les ducs de Lorraine eux-mêmes, mais surtout les ducs de Bar, fortement endettés, avaient contracté plusieurs crédits auprès des bourgeois messins. Dès lors, la relation entre les uns et les autres ne pouvait être que complexe274. Les guerres incessantes qui mirent aux prises la noblesse lorraine et la ville de Metz (et finirent par remettre en cause la puissance économique de la ville dont toute la Lorraine tirait profit) étaient la conséquence d’une tension irréconciliable entre deux modes de vie, deux modèles économiques et, pour tout dire, deux conceptions du pouvoir et de la société. Les torts étaient souvent partagés. Si au XVe siècle, les nobles ont volontiers attaqué Metz, la cité n’hésita jamais à entreprendre la guerre. Les citains rétribuaient pour les défendre un certain nombre de « soudoyeurs », à l’exemple de ce « Jaicot de Bannestroff, escuier qui estoit aux gaiges de la cité de Mets275 ».

  • 276 Voir sur ce point les séries AA et EE des archives municipales de Metz.

68Le père de Robert de Sarrebrück avait fait la guerre à Metz pour le compte du duc d’Orléans. Les relations de son fils avec la ville furent plus nourries et compliquées encore. La correspondance entre les deux parties, tantôt partenaires, tantôt ennemies, témoigne de ces rapports contrariés276. D’ailleurs, lorsque Robert de Sarrebrück prit la succession de son père, la question messine devint un point d’achoppement dans les relations entre le duc de Bar et le seigneur de Commercy, une entorse à leur alliance naturelle. En effet, si la ville de Metz était considérée par le duc de Bar comme une puissance ennemie, le seigneur de Commercy en fut plutôt un « aidant », comme son oncle Guillaume de Châteauvillain, qui figure aussi à plusieurs reprises comme pensionnaire de la cité. Il s’agissait là d’une limite à la fidélité que devait Commercy au Barrois. Robert de Sarrebrück fut-il de ce point de vue plus opportuniste que son père ? En fait, la recomposition du paysage politique dans les années vingt imposait de nouvelles alliances, nouées cette fois sur la base d’intérêts locaux. La première collaboration du jeune seigneur de Commercy avec Metz remonte sans doute à l’année 1422. Les Messins, affolés par la présence en Lorraine de plusieurs capitaines français, dont La Hire, réclamèrent des informations à Robert sur les intentions des partisans du Dauphin :

  • 277 AM Metz, AA 27, 78, 15 janvier 1422 (n. s.).

« Nous avons entendus comment Jehan Rolet, La Hierre et autres sont assemblez a grant nombre de gens entre Bar et Mihiel ou environ en entencion de nous venir dompmaigier. […] Sy vous prions tant comme plus pouvons que se vous en savez ou pouvez savoir aucune chose et ou il voulioient traire maintenant277… »

  • 278 BNF, Lorraine 294, f° 33 (17 octobre 1422).

69Cette coopération prit-elle un caractère formel dès cette période, ou Robert exigea-t-il d’être rétribué pour d’éventuels soutiens militaires à la ville ? On évoque une alliance armée pour une durée de vingt ans278. On trouve, en tout cas, à partir de 1423 des quittances qui attestent du paiement d’une pension à Robert de Sarrebrück comme « aidant » de la cité, à l’exemple de celle renvoyée par le seigneur de Commercy le 23 mai 1423 :

  • 279 AM Metz, ee 3, liasse 14, 5 (1er mai 1423). Voir également : AM Metz, EE 3, liasse 14, 2 (5 avril 1 (...)

« Je, Robert de Sarebruche, seigneur de Commarcey et de Venisy fais savoir a tous que je ay heu et receu de honorables et discretes personnes le Maistre-Eschevin, les treize jurez et toute la communaultée de la cité de Mets ; c’est assavoir par la main de Jehan Layné, changeur de ladicte cité, la somme de soixante livres de Mecens, monnoie de Mets, qui m’estoient dehus du terme de feste de Pasques commaniaulx darrain passez pour les soixante livres de Mecens telz comme dessus que lesdits de Mets me doient de pension chacun an a certaines années ; si quicte bien desdictes soixante livres pour ledit terme lesdits de Mets, ledit Jehan Layné, et tous aultres a qui quittance en puet et doit appartenir, en tesmoigne de ce, je ay mis mon seel pendant en ces presentes lettres de quittance qui furet faites et données l’an mil quatre cens et vingt trois le premier jour du mois de may279. »

  • 280 La chronique de Philippe de Vigneulles, op. cit., t. 2, p. 194.

70Cependant, dès 1427, le seigneur de Commercy ne semble plus enclin à soutenir les querelles de Metz. Il faut dire à sa décharge qu’à partir de cette date, Robert de Sarrebrück n’atteste plus du paiement de la pension. Aussi, lors de la « Guerre de la hottée de pommes », qui vit s’affronter la ville de Metz et le duc de Lorraine280, les citains, qui firent appel à des mercenaires, ne purent compter sur l’aide du sire de Commercy. Ce fut, son oncle Guillaume de Châteauvillain qui vint porter les armes en Lorraine pour soutenir la cité.

71En 1429, Robert de Sarrebrück déclina à nouveau la demande des Messins de protéger la ville face aux assauts du duc de Lorraine. Il en donne les raisons dans un courrier qu’il adresse aux citains le 7 juin de cette même année :

  • 281 am Metz, AA 27, 77 (7 juin 1429), lettre autographe de Robert de Sarrebrück.

« Mes tres chers et grans amys, je me recommande a vous tant comme je puis, et vous plaise savoir que je suis naguerres retournez au lieu de Commarcey de devers messire Jehan de Lucembourg, pour le fait d’une grande partie de ma terre qu’il tient, et a mondit retour ay trouvées certaines vos lettres a moy adressans faisans mencion comment monseigneur de Lorraine vous a de nouvel deffié en moy priant veu que avez esperance de y resister que je weulle fere mon mandement et vous aller servir a tout cinquante lances de gens d’armez […] si vous prie pour ce tant comme je puis qu’il vous en plaise moy avoir et tenus pour excusez ceste foix, car en verité en toutes manieres dequel a moy possible vous voulions servir et complaire ; ce sceit notre seigneur vous ait en sa sainte garde, escript a Commercey le septieme jour de juing mil IIIIc et vingt neuf281. »

72En janvier 1431, excédé de n’être pas payé, il finit par se saisir d’une famille de bourgeois. Jean Chambry est ainsi détenu avec femme et enfants dans le château. Le 31 du même mois, Robert expédiait une demande de rançon à Metz en contre partie de leur libération :

  • 282 Ibid., 71 (janvier 1431). Lettre autographe Robert de Sarrebrück.

« Mes tres chers et grans amys je me recommande a vous et vous plaise savoir que j’ay receue vos lettres, respondans a celles que darrienement vous avoie escript pour le fait de Jehan Chambry, auquel comme escripvez pour amour de moy, nous plaist bien donné respit moyennant ce que aucun homme souffisant vous soit seurté de ly faire tenir sa foy, delaquelle chose je vous remercie tant comme je puis, et vous plaise savoir que la femme dudit Jehan vous envoie unes lettres scellées du seel de Jehan de Taisey, mon serviteur, que vous ou les pluseurs congnoissez assez ; et lequel est tout coy, demourant avec tout son mannaige, femme et enfans a Commarcey en ma puissance, si vous prie que lesdites lettres, lesquelles on a faictes au mieux que on a pehu adviser que fere se debvoient pour tel cas, vous plaise et veulle paié a grey en donnant respit audit Jehan comme ja prier vous ay282. »

  • 283 Il s’agissait des arrérages de la pension, ADMM, J 457, no 2 (18 septembre 1432).
  • 284 AM Metz, EE2-Liasse 9 (i), pièce 1, 12 octobre 1432. « A vous honnorez seigneurs messires le maistr (...)

73La guerre devint ouverte en 1432. Le 18 septembre de cette même année, plusieurs hommes de guerre au service de Robert vinrent défier la ville en son nom. Le même jour, une seconde lettre était adressée à la cité de Metz par ses compagnons, la mettant en demeure de payer la dette que les bourgeois devaient toujours à Robert283. Le 10 octobre, Mathieu de Vy déclarait également aux jurés de Metz qu’il servait Robert dans sa guerre contre la cité. Enfin, le 12 octobre 1432, ce fut au tour de Philippe des Armoises de déclarer aux jurés de Metz qu’il servait Robert pour la même cause284. Deux ans plus tard, Robert de Sarrebrück employait à nouveau la manière forte et emprisonna, à Commercy, un chevalier messin : Regnaut le Gournaix. Philippe de Vigneulles relate avec son parti pris habituel l’épisode intervenu le 1er avril 1433 :

  • 285 La chronique de Philippe de Vigneulles, op. cit., t. 2, p. 225.

« Et en celle meisme année, le premier jour du moix d’apvril, messire Regnault le Gournaix, chevalier, et citain de Mets, chevaulchoit en armes, et venoit de gaigier ou duchié de Bar pour certains argent que on luy debvoit. Et, en retournant qu’il faisoit, les gens du seigneur Robert de Commercy courrurent sus ledit seigneur Regnault, et de fait, le prindrent, et l’enmenairent prisonniers à Commercy ; et estoient luy xixe compaignon d’armes (sic). Dont ce fut grant laichetés audit seigneur Robert, de lui prandre, ne atouchier : car pour lors il estoit pencionnaire de la cité ; parquoy c’estoit à luy grand traïson285. »

  • 286 BNF, Lorraine 320, f° 7.
  • 287 Ibid., Lorraine 294, f° 34.
  • 288 AM Metz, AA 51, 1.
  • 289 L’épisode est rapporté par Philippe de Vigneulles : « Et apres celle feste faictes et passeez, envi (...)

74Une première trêve intervint cependant en mars 1433. Une lettre de non-préjudice du Maître-échevin et des treize jurés de Metz fut d’abord envoyée à Robert de Sarrebrück286, avant qu’une paix soit entérinée entre les deux parties, le 13 mars 1433287. Le lendemain, un mémoire confirma que le seigneur de Commercy et la ville de Metz se quittaient réciproquement de tout dommage. Ils s’échangeaient alors otages et prisonniers, en payant chacun les dépens288. Ce fut une paix fourrée, ou une pause pour recouvrer des forces. C’est sans doute ainsi que Robert de Sarrebrück entendait la chose. En 1434, profitant d’une grande fête organisée à Pont-à-Mousson pour célébrer l’arbitrage rendu par l’empereur Sigismond en faveur de René d’Anjou, le seigneur de Commercy captura dix-huit chevaliers messins289. Une offensive concertée coalisa tous les ennemis de Robert de Sarrebrück. L’opération fut placée sous l’égide partagée de Metz et du duc de Lorraine, qui trouvaient pour une fois un terrain d’entente. Les Messins et René d’Anjou se présentèrent sous les murs de Commercy forts du soutien des Toulois, et de leur évêque. Le siège de la ville, ponctué de plusieurs rebondissements, allait durer six semaines.

  • 290 La chronique de Philippe de Vigneulles, op. cit., t. 2, p. 236-237 ; la version éditée par Huguenin (...)

« Puis en celle année meisme, fut par le duc Regnier de Bar, par messire Conraid, evesque de Mets, par l’eveque de Toul et de Verdun, et par la signorie de la cité de Mets, fait un grand mandement ; et assamblairent une grosse armée pour aller mestre le sciège devent Commarcy. Et y furent envoiés de la pairt desdit de Mets, messire Nicolle Xeppelz, Jehan de Varixe, Jehan Baudoche et Jehan Bataille, capitenne de la cité en cestuy fait. Et ce partirent d’icelle jour de la nativité Nostre-Damme, en nombre de deux cent lxx hommes d’armes a cheval, xxv arbellestriers et archiers, et plusieurs massons et charpentiers et aultres compaignons de guerre ; et menairent xxxv chers avec eulx, chargiés d’artillerie et aultre engiens pour asségier ladicte Commercy, en laquelle alors y avoit plusieurs malvais garsons290. »

  • 291 Larchey L., Les maîtres bombardiers, cannoniers et couleuvriniers de la cité de Metz, Paris, 1861, (...)
  • 292 Chroniques de la ville de Metz, op. cit., p. 201-202. ; Dumont Ch.-É., Histoire de la ville, op. ci (...)
  • 293 Philippe-Antoine, bâtard de Vertus est un capitaine français, cité dans la « guerre de Lorraine » ( (...)
  • 294 Guillaume d’Estrac (ou de Lestrac) était un capitaine gascon. Il fut recruté par Robert de Sarrebrü (...)
  • 295 Paule d’Estrac était le frère du précédent.
  • 296 Charles de Cervoles, seigneur d’Estrepy et de Ligne, signa un traité avec Robert de Sarrebrück en 1 (...)
  • 297 La chronique de Philippe de Vigneulles, op. cit., t. 2, 1437.
  • 298 En septembre 1435 s’était tenue à Nancy la première assemblée des « gens des trois États du duché d (...)
  • 299 Hue d’Autel, seigneur d’Apremont, était le petit fils d’un sénéchal de Luxembourg. En 1439, il reçu (...)
  • 300 Dumont Ch.-É., Histoire de la ville et des seigneurs de Commercy, op. cit., t. 1, p. 237.

75La forteresse résista au feu nourri de l’artillerie. Les Messins envoyèrent deux tonnes de poudre à deux reprises dans un intervalle de 10 jours291. C’est Richemont qui desserra cet étau et exigea du sire de Commercy de meilleures dispositions à l’égard de René d’Anjou. Malgré sa soumission, son pèlerinage puis sa captivité, Robert de Sarrebrück n’avait pas renoncé à porter le fer contre Metz. En décembre 1437, neuf mois après sa libération, il reprit les hostilités contre la cité, toujours dans le cadre d’intérêts purement privés. Le 13 décembre, alors qu’on fermait les portes, vingt-et-un de ses hommes s’avancèrent jusqu’au Pont des Morts et enlevèrent un marchand de chevaux, parce qu’il devait de l’argent au seigneur de Commercy. L’homme fut détenu trois jours à Commercy. Le Damoiseau fit alors savoir qu’il ne voulait « rien meffaire a ceulx de Mets, tant seullement qu’il paiast ses despens » ; l’ironie ne trompa personne292. Il est vrai que la coloration du conflit avait changé. Le tableau politique composait désormais une alliance d’intérêts entre le roi et le sire de Commercy. En février 1438, accompagné de plusieurs capitaines d’écorcherie (le bâtard de Vertus293, le grand Estrac294, le petit Estrac295 et son cousin, Charles Cervoles296), Robert de Sarrebrück se jeta de nouveau sur le pays messin297. René d’Anjou, contraint de s’engager dans une délicate guerre de succession en Italie, délaissait les affaires lorraines. Il confia à Évrard du Châtel et aux évêques de Metz et de Verdun le gouvernement des duchés de Lorraine et de Bar298. Metz pensait se protéger de façon définitive des raids de Robert de Sarrebrück en louant un château situé à mi-chemin entre Commercy et la ville. En juin 1438, Hue d’Autel299, seigneur d’Apremont, avait affermé sa forteresse pour quatre ans, moyennant un loyer de 1200 francs au total300. Un mauvais tour de Metz au Damoiseau que Vigneulles s’empressa de consigner, y compris même la comptine qui en fut faite :

  • 301 La chronique de Philippe de Vigneulles, op. cit., t. 2, p. 251.

« De quoy s’en thint bien de rire,
De Commercy, le sire301. »

  • 302 BNF, Lorraine 294, f° 35 ; et am Metz, AA 27, 73 : 21 janvier 1439.
  • 303 Ibid., Lorraine 320, f° 8.
  • 304 Ibid., Lorraine 294, f° 35.
  • 305 Ibid, f° 37.

76L’évêque de Metz prit alors grand soin de renouveler ses alliances, mais il ne put résister aux assauts de Robert de Sarrebrück, qui venait de s’allier avec Antoine de Vaudémont302. Un arbitre fut bientôt désigné pour trouver un compromis au conflit, et ce fut Antoine de Vaudémont qui se prêta aux négociations entre Robert de Sarrebrück et Metz303. Le 5 juillet 1438, une lettre de la cité indique qu’elle se soumettait à l’arbitrage du comte de Vaudémont dans la guerre qu’elle livrait contre Robert de Sarrebrück304. Cependant, une lettre de la commune de Metz du 12 juin 1439 révèle que Robert de Sarrebrück n’avait pas respecté les conditions fixées par Antoine de Vaudémont. Il faut dire que Robert avait concocté un traité à sa manière en contrefaisant les armes de Metz305. Faut-il comprendre que le sire de Commercy pouvait à l’occasion être aussi un faussaire ?

  • 306 Dont le chevalier messin Regnault le Gournais.

77En 1441, le conflit avec Metz restait sous-jacent. Robert de Sarrebrück s’en prit à la forteresse de Soleuvre, situé dans le Luxembourg. La ville de Metz y envoya plusieurs de ses chevaliers, assistés de cent quarante hommes d’armes. Robert en captura cinq306 :

  • 307 La chronique de Philippe de Vigneulles, op. cit., t. 2, p. 267-268 et dans Chroniques de la ville d (...)

« Item, le XXIIIe jour d’octobre, fut prins le chastel de Salverne furtivement par ung moine nommés damp Geoffroy, prieur d’Aipremont, lequel estoit apostat, et ne tenoit conte de sa religion. Et estoit frère à la femme du seigneur de la dicte Salverne, parquoy il avoit congnoissance en ce lieu, et alloit et venoit, touteffois qu’il voulloit, en la dicte forteresse. Or, advint une fois qu’il y entrait, et tuait le chastellain et le portier d’icelle maison, luy meisme, qui estoit moine, comme dit est. Et, ci fait, délivrait la dicte place au damoisiau de Commercy. Sy avint, après, que ceulx de la duchiez de Luxembourg mirent le siège devant la dicte plaice, et mandèrent l’ayde de ceulx de Mets. Parquoy y furent envoiez seigneur Regnault le Gornaix, seigneur Nicolle Roucel, et Phillipin Dex, accompaigniés de VIIxx chevaulx. Et, durant ce tampts, ledit de Commercy vint mestre vivre dedans la dicte place ; et, avec ce, firent une saillie sur le sciège, par la faulte des Allemans, qui ne voulloient point faire le guer acoustumés en tel cas. Parquoy lesdit de Metz lez lessairent, et c’en retournirent en leur cité307. »

  • 308 AM Metz, EE 2, liasse 9, 3 : Gérart de Marescot, le Borgne d’Espargny, chevalier, le bastard Artaul (...)
  • 309 BNF, Lorraine 294, f° 34.

78Le 20 septembre 1441, vingt-cinq hommes de guerre reconnaissaient servir Robert dans sa guerre contre Metz308. Celle-ci battit son plein en 1443. À cette date, Robert de Sarrebrück, accompagné d’Écorcheurs, ravagea de nouveau le pays messin. Après avoir causé des dégâts considérables, dans un dernier geste de provocation, il abattit le gibet de la ville où trente-deux pendus pourrissaient, immortalisant pour la postérité son lien indéfectible avec les écorcheurs. Les excès commis incitèrent les citains à trouver rapidement un arrangement. Le 13 mars 1443, une lettre de la ville détaillait les termes de l’accord conclu avec Robert de Sarrebrück309. Mais Metz n’en avait pourtant pas terminé avec la violence des capitaines français et de leurs hommes. En 1444, la ville allait subir l’un de ses ultimes sièges. Charles VII prenait personnellement les affaires en main et s’acheminait armé vers la Lorraine, nous y reviendrons.

  • 310 Sur Toul et l’agitation communale, voir Martin E. et Crépin-Leblond A., Histoire des diocèses de To (...)
  • 311 En 1444, la ville indiqua à Pierre de Brézé, représentant du roi de France, qu’elle avait toujours (...)
  • 312 Gondreville. Commune de Meurthe-et-Moselle située au nord-est de Toul.
  • 313 Dès le XIVe siècle, le chartrier conserve des actes précisant les accords intervenus entre les seig (...)
  • 314 Evêque de Toul en 1408, conseiller de la duchesse Isabelle, Henri de Ville avait autorisé la tonsur (...)
  • 315 BNF, Lorraine 305, f° 84-85, voir aussi ibid., Lorraine 332, f° 4. Copies de l’accord d’arbitrage, (...)
  • 316 Dumont Ch.-É., Histoire de la ville et des seigneurs de Commercy, op. cit., t. 1, p. 216 ; Martin E (...)
  • 317 De cet épisode rocambolesque, nous ne disposons malheureusement d’aucune pièce d’archive. Dumont ét (...)

79Les liens qu’entretenait Robert de Sarrebrück avec la ville de Toul étaient d’une autre nature. Voisines immédiates, Toul et Commercy étaient rivales. Cela se traduisait à date régulière par des défis, accouchant souvent d’agressions, où le ridicule le disputa parfois au tragique310. Toul, autre cité impériale, jouait sur cette identité pour garantir son autonomie311, en particulier vis-à-vis d’un roi de France un peu trop entreprenant. Mais elle devait aussi se défendre des prétentions du duc de Lorraine. En 1420, dans le cadre de la « Guerre des enfants de prêtres », qui opposa Toul au duc Charles II, Robert de Sarrebrück apporta son concours à la ville. Profitant de l’occasion pour nouer une alliance française avec la cité, le damoiseau de Commercy prit Gondreville312, avec l’aide des Toulois, et brûla les faubourgs de Nancy. Cela n’empêcha pas les bourgeois d’être déboutés devant la justice et les droits du duc de Lorraine d’être confirmés. Si, en cette année 1420, Robert était intervenu comme un allié de Toul, c’est dans le rôle d’opposant qu’il allait surtout s’illustrer, car il existait entre les deux cités de Commercy et de Toul une vieille querelle que les années ne paraissaient pas pouvoir estomper. À ce jeu inutile et vain, le Damoiseau perdait ou gagnait, selon le cas. Pour saisir les ressorts de ces querelles de voisinage, il faudrait prendre la peine d’ausculter l’histoire sur une période plus longue. De toute évidence, les deux villes possédaient des biens partagés ou des territoires communs. Cela suffisait en général à générer des conflits313. Par ailleurs, l’appartenance de Commercy au diocèse de Toul, dominé par un évêque étranger à la famille, ne favorisait guère un rapprochement. En octobre 1427, un instrument public témoigne ainsi de l’arbitrage rendu entre Robert de Sarrebrück et Henri de Ville314, évêque de Toul, qui exigeait qu’il lui prêtât hommage315, arbitrage au terme duquel le seigneur de Commercy en fut exempté. Est-ce en raison de ce climat tendu que Robert de Sarrebrück vint en 1428 lancer un défiaux bourgeois sous les murs de la cité ? Ou est-ce d’avoir failli à le rétribuer pour sa contribution à leur guerre contre le duc de Lorraine ? Loin d’être intimidés par la provocation, les Toulois le prirent à revers, s’en saisirent et le firent défiler à travers la ville, à l’envers sur un cheval. Après ce rituel infamant, Robert de Sarrebrück dut racheter sa liberté pour 1500 francs, au milieu des huées316. Pendant douze années, Robert allait s’évertuer à tirer vengeance de cette humiliation. En septembre 1428, il recruta trois capitaines français de premier plan, présents en Lorraine, L’Estrac, Pierre et La Hire, moyennant 300 livres chacun et leur part de butin317. Il mobilisa cinq cents de ses propres hommes, avec le projet de surprendre les habitants alors qu’ils étaient occupés aux vendanges. Le capitaine Pierre s’introduisit le premier dans la ville déguisé en vendangeur. Mais le déguisement de l’homme d’armes ne dupa guère les bourgeois, qui le dénoncèrent rapidement. Après un interrogatoire appuyé, l’homme, qui n’avait sans doute pas l’intention de laisser la vie dans une querelle qui n’était pas la sienne, confessa aux Toulois le plan de son commanditaire. Les troupes de Toul surprirent alors l’armée de Robert de Sarrebrück, qui se trouvaient aux portes de Foug, prêtes à donner l’assaut. Robert et ses hommes tournèrent bride, sans attendre.

  • 318 Dom Calmet, Histoire de Lorraine, t. 3, preuve CCXX.
  • 319 Martin E., Histoire des diocèses de Toul, op. cit., p. 393.
  • 320 ANF, KK 1126, layette Toul.
  • 321 BNF, Lorraine 294, f° 39.

80En 1431, aidé cette fois du capitaine de Vaucouleurs, Robert de Baudricourt, et d’un gentilhomme poitevin du nom de Jean de Botte, Robert de Sarrebrück dirigea à nouveau ses attaques contre les bourgeois de Toul. À la nuit, munis de petits bateaux de cuir jetés sur les douves, ils se lancèrent à l’assaut d’une porte. Les défenseurs de la cité, sans doute alertés par des espions, coulèrent les bateaux et Jean de Botte mourut noyé au milieu de ses infortunés compagnons. Excédé face à tant de résistance, le seigneur de Commercy se vengea en s’emparant de trente bourgeois, qu’il fit jeter dans les prisons de son château318. Quelques années plus tard, l’empereur Sigismond, par une lettre du 28 mars 1434, se résolut à sommer le damoiseau de Commercy de remettre ces Toulois en liberté et d’indemniser la ville de tous les dommages qu’il lui avait fait subir319. À cette date, les Toulois, exaspérés d’attendre, se joignirent à l’armée du duc de Lorraine et à celle des Messins pour réduire celui qui les poursuivait de sa haine depuis tant d’années320. Mais s’il s’inclina, Robert n’en avait pas terminé avec la cité. En 1439, Toul fut à nouveau assaillie de toutes parts. Les bourgeois firent alors appel au roi de France. Charles VII leur dépêcha La Hire, qui les protégea un temps, et se tourna cette fois contre son ancien frère d’armes. Le 18 mai 1439 fut enfin signé un traité de paix entre la cité de Toul et Robert de Sarrebrück, moyennant 100 francs de pension, au bénéfice du Damoiseau321 ! Le prix de la paix était sans doute bien maigre face à la douleur de l’humiliation qui, de doute évidence, ne s’était pas éteinte. Car à peine La Hire était-il parti que les bandes d’Antoine de Vaudémont et de Robert de Sarrebrück reprirent leur activité de pillage et d’enlèvements. L’évêque de Toul organisa alors la propre défense de la ville. En 1441, il fut à l’origine d’une ligue d’une trentaine de chevaliers, tous volontaires pour protéger la cité. Dans le même temps, Toul avait su ménager des relations privilégiées avec René d’Anjou, qui pouvait s’avérer un allié de poids face à un ennemi commun. À l’inverse, ce rapprochement eut pour don d’aiguillonner la colère de Robert de Sarrebrück, comme celle de Vaudémont.

81Au-delà de 1445, les archives sont muettes sur la nature des relations entre Robert de Sarrebrück et la ville de Toul. Robert qui perdait son dernier allié dans la bataille, Antoine de Vaudémont, neutralisé par René d’Anjou, voyait du même coup s’échapper le dernier espoir de laver un affront désormais vieux de dix-sept ans.

Soumission et rémission, une pacification laborieuse

Robert de Sarrebrück et le connétable de Richemont, entre haine personnelle et intérêts d’État

  • 322 Arthur de Richemont (1393-1458) était le fils de Jean IV de Bretagne. Il fut nommé connétable de Fr (...)
  • 323 Voir supra. Lecoy de La Marche A., Le roi René, op. cit., t. 1, p. 110 ; Béguin É.-A., Biographie d (...)

82Depuis l’âge de vingt ans, le seigneur de Commercy menait sa propre diplomatie, émaillée de multiples querelles armées, pour lesquelles le Dauphin avait témoigné au mieux de son intérêt, au pire de son indifférence. Mais les années qui suivirent le sacre dessinèrent de nouvelles orientations politiques, en particulier en matière de guerre privée. En 1434, la reconquête était loin d’être achevée, mais le conflit avec le duc de Bourgogne était en passe de trouver une issue. Le connétable de France, Arthur de Richemont, qui allait dans la foulée conduire de profondes réformes, en fut le principal promoteur322 ; il devait en particulier s’attacher à combattre les excès des routiers. Il exécuta ainsi pour l’exemple un capitaine dénommé Bourges. Sa politique ne fut pas toujours aussi radicale en la matière et on le voit souvent indulgent à l’égard des excès commis par La Hire. Lorsque Robert de Sarrebrück profita de sa présence en Champagne pour solliciter son aide, le connétable accepta de répondre favorablement à sa requête, en raison du soutien que la famille de Commercy avait toujours témoigné au roi de France, peut-être aussi de sa proximité avec Étienne de Vignolles ? Il obtint sans difficulté la levée du siège de la ville, entamé à grand renfort d’artillerie quelques semaines plus tôt par la coalition de tous ses ennemis323. Mais l’intervention du connétable de France fut le signe avant-coureur d’une ingérence de l’autorité royale dans les affaires du Damoiseau. En appelant à son secours le représentant de Charles VII, ce dernier n’en avait pas perçu toutes les conséquences. Il est vrai que pour se résoudre à solliciter un secours dont il s’était passé jusque là, ayant assumé seul la protection d’un domaine dont il revendiquait la pleine souveraineté, il fallait qu’il fût acculé à la dernière extrémité. Le renard pris dans sa tanière ne manquait pas de ressources car, malgré un formidable déploiement de forces, il fut encore capable de s’extraire de sa forteresse, pour se déplacer en personne à Châlons et réclamer l’aide de Richemont.

  • 324 Guillaume Gruel, Chronique d’Arthur de Richemont, op. cit., p. 94.
  • 325 Perroy Éd., La guerre de Cent Ans, op. cit. p. 258.
  • 326 Dans Chroniques de la ville de Metz, p. 194, dans La chronique de Philippe de Vigneulles, op. cit.,(...)
  • 327 Le Vavasseur A., Valeur historique de la Chronique d’Arthur de Richemont, connétable de France, duc (...)

83Devant le connétable, le seigneur de Commercy fit valoir sa fidélité au roi. C’est du moins la version avancée par le panégyriste de Richemont, Guillaume Gruel, qui voyageait à ses côtés : « Puis arriva a Chalons, le damiseau de Commercy qui vint devers monseigneur lui suppliant qu’il lui pleut donner secours, et ce que pour ce qu’il tenoit le parti du roy324. » Arthur de Richemont guerroyait alors au nord de la Seine avec ses lieutenants, se contentant d’enlever de modestes places et jouant la montre tandis que se déroulaient de manière parallèle des pourparlers engagés avec Philippe le Bon, négociations auxquelles participait, mais Robert de Sarrebrück semblait l’ignorer, René d’Anjou lui-même325. L’appel produisit des effets immédiats. La seule menace de l’armée royale suffit à desserrer l’étau pesant sur Commercy. Les chroniques racontent que Richemont, en pourparlers avec René d’Anjou, négocia avec Robert de Sarrebrück la levée du siège pour 20 000 saluts d’or326. C’était un adepte des interventions stipendiées, mais il faut reconnaître que toutes les expéditions avaient un coût327.

  • 328 Dans l’édition de la Chronique de Philippe de Vigneulles, il s’agit de Vitry.
  • 329 Chroniques de la ville de Metz, op. cit., p. 194.

« Adonc ledit seigneur duc de Bar et Loraine et ledit seigneur Nicolle de Raigecourt allont a Chaalon328 pour parleir audit connestable ; mais quelque chose que on luy sceust dire se remonstrer, il convint leveir ledit siège par certain traictié qui fut lors fait et escordé ; pour lequel affaire ledit connestable en eult dudit sire de Commercy plus de vingt mille salus. Pendant que ledit siege estoit devant Commercy, dès les nouvelles dudit connestable, ceulx qui tenoient ledit siège, furent tous jours depuis sus leurs gardes ; car ilz attendoient de jour en jour este combattus des gens ledit connestable de France, ce qui n’advint et levont ledit siège329. »

  • 330 En juillet déjà, Arthur de Richemont avait arbitré un différend entre Robert de Sarrebrück et Édoua (...)

84Les parties se réunirent à Bar où le connétable s’était installé. L’arbitrage ne fut guère favorable au Damoiseau330. L’impétueux sire de Commercy fut contraint de faire amende honorable devant René d’Anjou le 17 octobre 1434 :

  • 331 Chroniques de la ville de Metz, op. cit., p. 194. Voir les lettres cancellées de René d’Anjou préci (...)

« Le XVIIe jour d’octobre, le seigneur duc de Bar et Loraine, avec se chevalerie et ses gens, rentront en la ville de Bar, et avec eux vint le connestable de France. Et quant le sire Robert de Comercy fut de ce adverti, il envoya demandeir asseurement, et il luy fut donné. Si vint au lieu de Bar ; et a deux genoulx, crya mercy, et promist, jura et tourna seurté de deux cents escus, que jamais ne feroit, ne ne feroit faire mal, guerre, ne domaiges en les duchés de Bar, de Loraine et de Lucembourg, de l’evesché de Mets, ne du pays de ceulx de la cité de Mets. Et délivra son chaistel en la main des devantdits seigneurs pour en faire leur plaisir ; et en furent tous quictes les prisonniers que ledit sire de Comercy avoit prins, qui appartenoient aux seigneurs, qui avoient esté faits, le temps durant que le siège et camp avoit esté devant Comercy331. »

  • 332 Lettre de Robert de Sarrebrück portant accord avec le duc de Lorraine : ADMM, B 629, 143 (29 octobr (...)

85L’amende honorable était assortie d’une garantie de 200 écus pour le respect de la sûreté jurée. Un échange de courriers entre les parties confirma l’aboutissement de ces négociations, où intervint également l’évêque de Reims, Regnault de Chartres332. Si Robert, face au rapport de force, fut contraint de ravaler sa fierté et de mettre sous le boisseau ses revendications financières, un incident devait briser le statu quo. En quittant le camp, les assiégeants avaient en effet incendié les faubourgs de Commercy. Le geste eut pour conséquence de déclencher la colère de son seigneur :

  • 333 Chroniques de la ville de Metz, op. cit., p. 194.

« Ceulx qui estoient audit camp et siege, en partant, firent une chose qui moult despleust audit sire de Comercy, c’est quant ils volrent partir dudit siege, ilz bouttont les feuz enz logis : dont ledit sire de Comercy en fust moult courroucé, tellement qu’il ne volt rien tenir de tout ce qu’il avoit dit et promus, et fist pire que devant333. »

  • 334 La chronique de Philippe de Vigneulles, op. cit., t. 2, p. 237.
  • 335 ADMM, B 629, 147 : le 14 mars 1435, René d’Anjou déclare encore tenir en otage Amé, le fils de Robe (...)
  • 336 BNF, Lorraine 294, f° 21, vidimus d’une lettre du 14 mars 1435 du tabellionnage de Commercy (9 déce (...)

86Robert de Sarrebrück, pressé d’agir malgré l’accord passé avec le duc, reprit aussitôt les hostilités. Accompagné de 1500 hommes, il multiplia les raids en Lorraine. Une autre version de La Chronique de Philippe de Vigneulles passe sous silence ces circonstances pour ne retenir que la foi parjurée, le brisement d’asseurement : « Mais il en mantit sa foy, et n’en thint riens » écrit-il334. Fort de son bon droit, René d’Anjou dut se rendre en personne à Vitry pour implorer à son tour l’aide du connétable, avant de reprendre le siège de Commercy. Un nouveau traité fut donc signé à l’issue duquel Robert se vit obligé de verser 200 écus et de laisser son fils Amé en otage. Le 14 décembre 1434, le jeune homme fut conduit au château de Sorcy, sous la garde de Thomas de Dugny et de Guillaume Gruel335, en attendant que la comtesse Jeanne ait scellé lesdits traités336. Dix jours plus tard, René d’Anjou, dont la liberté restait conditionnelle, fut contraint de regagner sa prison. Le connétable réclama à nouveau les 20 000 saluts d’or initialement convenus. Philippe de Vigneulles exprime son scepticisme sur la loyauté du seigneur de Commercy, en des termes peu amènes :

  • 337 La chronique de Philippe de Vigneulles, op. cit., t. 2, p. 237.

« l’acort en fut fait, et luy fut tout pardonnés, parmy ce qu’il jurait et promit (et avec ce tournait bonne sureté de la somme de deux mil couronne) de jamaix plus racommenciet. Mais ces promesses ressambloient a parolle de putains, car il n’en thint riens337 ».

  • 338 Melleville M., Dictionnaire historique du département de l’Aisne, col. 1, 1865, p. 234-238.

87Si l’année 1435 fut marquée par une action diplomatique majeure, qui marqua un tournant dans la deuxième phase de la guerre de Cent Ans ; elle coïncida également à une autre échelle, individuelle cette fois, avec un épisode dramatique dans la destinée du sire de Commercy. En effet, pendant que les guerres privées continuaient de saigner à blanc les derniers territoires encore actifs d’une Lorraine exsangue, en France de nouvelles perspectives, plus favorables, se faisaient jour. Le précieux travail de négociation mené par le connétable de Richemont portait enfin ses fruits et le duc de Bourgogne, comprenant l’impasse de l’alliance anglaise, se rapprochait des Français. La paix d’Arras, signée le 20 septembre 1435, entérina la fin de la guerre civile. Ce traité fut l’aboutissement d’un long processus de normalisation, diplomatique mais aussi militaire. En effet, dès les premiers mois de l’année 1435, Richemont, sur ordre du roi, s’était porté en Champagne pour tenter de pacifier la frontière, car les tenants des deux partis qui avaient jeté toutes leurs forces et une bonne part de leurs finances dans cette querelle, ne prétendaient pas renoncer à tirer vengeance et profit aussi facilement. C’est dans ce contexte qu’il assiégea les terres champenoises du sire de Commercy. Il s’attaqua d’abord au château de Louvois, que l’épouse de Robert, Jeanne de Roucy, avait précisément engagé pour solder sa créance. Le connétable se dirigea ensuite contre celui de Braine, qui contrôlait l’une des voies d’accès à Laon. Toutefois, Robert de Sarrebrück avait pris soin de s’y retrancher avec ses hommes et il opposa une résistance acharnée à Richemont, qui fut contraint de renoncer338.

  • 339 Son oncle Guillaume de Châteauvillain avait épousé Isabelle de la Trémoille, sœur de Georges de la (...)
  • 340 Le roi obtint sa condamnation devant le Parlement en 1436, ANF, X2a 12, f° 56-63 ; Enguerrand de Mo (...)

88La ténacité de Richemont face à Sarrebrück était-elle confortée par une haine personnelle ? Outre que Robert de Sarrebrück n’avait pas honoré sa dette envers le connétable (les 20 000 saluts d’or engagés pour la levée du siège de 1434), il était également suspect à ses yeux d’être proche de la Trémoille, son ennemi juré339. L’ami d’hier était devenu l’adversaire du jour. La désobéissance pouvait coûter cher au seigneur de Commercy. Pour avoir refusé d’ouvrir les portes de sa forteresse de Braine au représentant du roi, Robert de Sarrebrück était formellement rendu coupable de rebellion et de trahison340. Il ne s’agissait plus là de guerres privées, mais d’une atteinte à l’autorité royale. C’est à ce moment que Robert de Sarrebrück, accablé de toutes parts, décida d’effectuer le voyage de Jérusalem, en août 1435. Peut-être lui fut-il imposé parmi les clauses de soumission prévues lors de l’accord de paix de 1434 ? Philippe de Vigneulles tranche, sans surprise, en faveur d’une condamnation :

  • 341 La chronique de Philippe de Vigneulles, op. cit., t. 2, p. 241.

« Et, en celle année, le devent dit seigneur de Commercy, et duquelle je vous ait heu par cy devent par plusieurs fois parlés, pour la rémission de ces péchiés c’en estoit en l’an devent [1435] allés a Jhérusalem, et en cest présante année, fut a son tour rués jus, prins et mis en prison. Et y fut longuement. Puis fut mis en la puissance de Regnés, duc de Bar341. »

  • 342 Le concile de Bâle (1431-1449).
  • 343 ADMM, B 631, 93.

89En tout état de cause, le voyage pouvait présenter une dimension expiatoire. Nous avons déjà évoqué le voyage de son oncle et les circonstances qui avaient présidé à son initiative. Si le pèlerinage de Robert de Sarrebrück se déroula sans incident, au retour, le 1er octobre 1435, il fut capturé avec quatre de ses compagnons alors qu’ils passaient par Bâle (où se tenait le concile342). Ses ravisseurs ne lui étaient pas inconnus. Les sires de Louppy343, avaient autrefois goûté des geôles de Commercy au temps d’Amé. Ils se vengèrent sur le fils qui fut « jeté en fers, ceps et fosse » et demeura détenu dans ces conditions jusqu’en mars 1437.

  • 344 Jacques de Sierk était chancelier du duché de Lorraine. Le château de Sierk se trouvait dans le bai (...)
  • 345 Voir supra, ADMM, B 631, 93 et ibid., B 629, 172.
  • 346 ADMM, B 631, 93.

90René d’Anjou profita de l’occasion pour qu’on lui livrât, contre 100 000 écus, celui qui, en Lorraine, constituait son principal adversaire. Il fit transférer le prisonnier à Sierk344, puis à Dieuze, avant de l’enfermer à Nancy. Il ne le libéra, à la demande du roi, qu’en mars 1437, après dix-huit mois de détention345. Dans des lettres adressées « à son frère le Roy de Sicile », le roi de France indique « que son cousin et chambellan, le seigneur de Commercy luy a remontré que malgré l’accord des differens qu’ils avoient eu ensemble en promesse de ne luy faire aucun tort n’y aux siens, cependant en revenant du pelerinage du Saint Sepulchre de Jérusalem à deux journées de Commercy du côté de l’Allemagne, les seigneurs de Louppes, Haraucourt père et fils, l’ont arresté et détenu longtems prisonnier et luy ont fait promettre payer plus de 100 000 escus d’or, de laquelle somme il a paié une partie346 ».

  • 347 Enguerrand de Monstrelet, Chronique, op. cit., t. 5, p. 222 ; Dom Yaroqueau, Mémoire du Laonnois, o (...)
  • 348 ADMM, B 629, 155 ; ibid., B 629, 156 : « Acte d’accord passé par Robert de Sarrebruche et Jeanne de (...)

91Entre-temps, en 1436, Paris s’était livrée à l’armée de Charles VII, toujours dirigée par Richemont. Celui-ci poursuivait la lente reconquête du territoire. C’est au même moment et sans doute à son initiative que Robert, en tant que comte de Roucy, fut accusé de trahison devant le Parlement, qui ordonna la saisie des biens de sa femme347. Richemont s’empara de Louvois et commanda à Jean de Malestroit de poursuivre tous les gens de Robert qui continuaient de mener en son nom des raids dans le Barrois. Le 3 avril 1436, toujours prisonnier, il obtint cependant la mainlevée de la saisie des terres de son épouse. En 1437, le connétable faisait tomber Meaux, et plier à nouveau le sire de Commercy à la demande du roi. Un vidimus du 28 mars 1437 reprend le contenu des lettres de Robert et de Jeanne, « précisant que ledit Robert a été longtemps prisonnier de René et qu’à la prière des connétables, chancelier et autres, il a été remis en liberté et qu’il quitte pour toujours ledit René de toutes actions, querelles et demandes qu’il pourrait lui faire348 ». Robert de Sarrebrück s’inclinait à nouveau devant le beau-frère de Charles VII, promettant outre les 100 000 écus de rançon, de ne plus porter dommage à ses terres et sujets.

92Pour autant, la Lorraine ne recouvra pas la paix. Depuis 1435, la situation demaurait tendue entre Champagne, Lorraine et Bourgogne. Volonté d’en finir une fois pour toutes ou baroud d’honneur de guerriers soucieux de vider leurs querelles (comme de remplir leurs derniers chariots), avant la reprise en main du territoire, il est difficile de comprendre le sens de ces mouvements désordonnés sans prendre le temps de s’arrêter sur ce moment de l’histoire qui, comme dans d’autres lendemains de guerre, nous abreuve de messages paradoxaux. Après le sacre, du fait de son incapacité à poursuivre la guerre par des voies classiques, Charles VII avait volontairement créé dans les territoires marginaux du royaume une situation singulière. Quelles qu’en fussent les causes – hésitation politique ou impossibilité de financer une armée permanente-, le résultat fut le même : dans la moitié nord de la France, des capitaines ou de grands seigneurs, livrés à leur seule initiative, continuaient de vivre sur le pays, causant des dommages sans nombre des deux côtés de la frontière. Il n’est pas dans l’objet de cette étude de rechercher dans quelles conditions s’effectua la coordination de ces initiatives, mais le hasard des circonstances ou le sentiment d’un désordre généralisé méritent d’être relativisés. Le roi, bien informé, continuait d’entretenir en sous-main le réseau de ses partisans, au moins dans un premier temps, et dans une certaine mesure.

Écorcheurs et fraternité d’armes

  • 349 Le concept de Brotherhood in arms a été forgé par les Anglo-Saxons. Keen M., « Brotherhood in Arms  (...)

93Ces hommes de guerre, souvent audacieux, parfois sans scrupules, avaient tissé entre eux des liens qu’une adversité commune avait rendus indéfectibles, ce que d’aucuns appelleraient la fraternité d’armes349. Au cœur du conflit, ils avaient conservé des places essentielles au maintien des relations économiques (Compiègne, par exemple) ou préservé, comme à Vaucouleurs ou Commercy, des micro-territoires d’une unité nationale en lambeaux. Charles VII, qui leur avait laissé la plus grande liberté d’agir, ne les a pas tous récompensés à la mesure des efforts accomplis. Ainsi l’impose la raison d’État, dont Charles VII fut sans doute l’un des représentants les plus accomplis, c’est-à-dire l’un des plus cyniques. Il n’hésita pas, à l’occasion, à ôter sa protection lorsque celle-ci était susceptible de remettre en cause son image, ses projets ou ses alliances. Il n’en fut pas autrement pour Robert de Sarrebrück, qui n’avait jamais – ou si peu – manqué à la cause du roi. Dans le contentieux qui l’opposait à René d’Anjou, le roi lui donna tort. Outre ses liens familiaux avec le duc de Lorraine, le roi ne pouvait guère faire autrement. Le prince était resté une carte maîtresse de son jeu et il avait servi d’intermédiaire dans des négociations secrètes avec Philippe le Bon.

  • 350 Contamine Ph., « Rançons et butins dans la Normandie anglaise, 1424-1444 », La guerre et la paix au (...)
  • 351 Certaines expéditions sont parfois plus encadrées que d’autres, et les commanditaires (roi ou princ (...)
  • 352 D’où le rôle des montres, Contamine Ph., Guerre, État et société à la fin du Moyen Âge. Études sur (...)
  • 353 Toureille V., « Pillage ou droit de prise. La question de la qualification des Écorcheurs pendant l (...)
  • 354 Voir les différentes références : Monstrelet, De La Marche, Le Bourgeois de Paris, mais aussi ce qu (...)
  • 355 Enguerrand de Monstrelet, Chronique, op. cit., t. 5, p. 318 ; Petit-Dutaillis Ch., Charles VII, op. (...)

94Ce sont ces hommes de guerre, auxquels appartenait Robert de Sarrebrück, que la mémoire collective a conservés sous les traits sanglants des Écorcheurs. Combattants des marges du royaume, ils furent aussi les combattants des marges de la paix, continuant à prendre des places comme s’ils ignoraient que la paix fût signée. À moins qu’il ne s’agissait de prendre des places pour mieux conforter la paix. Ou encore, de façon plus prosaïque, de « finir le travail », et de vider les dernières querelles. Comment comprendre autrement les actions convergentes qui mettent la Bourgogne à feu et à sang après 1435, et ce jusqu’en 1444 ? Même si – et le comportement de Robert de Sarrebrück en donne des exemples permanents – sonder les motivations des hommes, de surcroît en cette période troublée, s’avère souvent tâche impossible. Les capitaines de guerre qui combattaient pour Charles VII avaient appris à vivre sur le pays parce que le trésor royal ne pouvait pas les solder et qu’il était dans les usages de se payer sur le pays. Rançons, pillages et appatis étaient des pratiques militaires usuelles et reconnues, à défaut d’être toujours légales350. Il fallait trouver les ressources indispensables à une armée en campagne. La guerre, dans ces conditions, n’est jamais un engagement désintéressé. Tout se monnaye car tout coûte351. Les capitaines s’engagent sur la base d’un contrat signé en bonne et due forme, pour un temps limité et pour un montant convenu à l’avance352. Lorsque les actes de leurs hommes dépassent les bornes du raisonnable, c’est-à-dire lorsqu’ils commettent les pires excès, c’est toujours au nom de la guerre, non sans savoir qu’après ce temps de l’exception interviendra le temps de la justice qui, de façon rétroactive, les conduira à rendre des comptes ou à demander pardon. Robert de Sarrebrück fut l’un des acteurs de cet épisode bien connu, en particulier depuis les travaux d’Alexandre Tuetey, auquel se rattache le souvenir des Écorcheurs. J’ai déjà eu l’occasion de commenter ce phénomène qui marqua la fin de la guerre civile et la réorganisation du royaume353. De fait, les Écorcheurs étaient d’abord et avant tout des capitaines français, certains de renom, qui poursuivirent dans les marches du royaume une guerre de coups de mains et de pillages contrevenant aux paix signées. L’expression imagée, née du peuple, a été essentiellement reprise par les chroniqueurs bourguignons354 ; les capitaines bourguignons ayant hérité eux-mêmes du substantif, tout aussi illustratif de leurs pratiques, de « retondeurs355 ». Quelle que soit la nature de leurs exactions, l’écorcherie est d’abord une question de vocabulaire, ou plutôt de stigmatisation politique. Ce sont les ennemis du camp français, hostiles aux Armagnacs qui distinguent ainsi les hommes au service du dauphin Louis.

  • 356 La Hire, le célèbre compagnon de Jeanne d’Arc, fut l’un des proches de Robert de Sarrebrück. Le Gas (...)
  • 357 Le profil de Jean Raoulet, qui accompagnait La Hire en 1420, est assez semblable au précédent. Mons (...)
  • 358 Paul de l’Estrac, un autre capitaine gascon, se distingua sur les marges de la Bourgogne. Il fut éc (...)
  • 359 Jean Poton, seigneur de Xaintrailles, gascon lui aussi, compagnon de Jeanne d’Arc, était également (...)
  • 360 Le mariage, avec Catherine d’Orléans, réglé par le père, fut célébré après sa mort en 1468.
  • 361 BNF, Lorraine 291, f° 71 (14 mai 1432).
  • 362 ADMM, B 630, 21, 24 février 1444 (n. s.) et BNF, Lorraine 291, f° 76, le 4 mars 1444. J’exclus enco (...)

95Les barons et les capitaines français qui ont participé aux compagnies d’écorcherie sont parfaitement identifiés. Beaucoup avaient déjà à leur actif une longue activité militaire au service de Charles VII ; certains mêmes furent de glorieux compagnons de Jeanne d’Arc. La plupart avaient parcouru la Lorraine bien avant leurs terribles exploits. Ils étaient proches de Robert de Sarrebrück, qui les avait à l’occasion engagés ou ravitaillés. Il était né sans nul doute de ces fréquentations, de ces chevauchées partagées, une confraternité d’armes, renforcée par une commune appartenance générationnelle. Tous ces grands capitaines de guerre se connaissaient, se respectaient et se fréquentaient plus ou moins étroitement. La Hire356, Jean Raoulet357, Paul de l’Estrac358, Poton de Xaintrailles359 appartenaient à ce cercle. Parmi ces grands capitaines, il faut encore faire une part à Dunois, qui tient une place plus discrète dans l’entourage du sire de Commercy, mais non moins privilégiée. Nous avons évoqué de quelle manière la famille de Sarrebrück s’était portée au secours de la veuve de Louis d’Orléans, avant de recueillir le jeune bâtard orphelin. Sans doute, les deux jeunes gens ont-ils été élevés ensemble quelques temps. Aussi peut-on évoquer une fraternité qui surpassait là celle des armes. Dunois ne participa pas avec le seigneur de Commercy aux grandes expéditions des Écorcheurs dans le Val de Metz et en Allemagne. Mais lorsqu’en août 1443, le roi manda Robert pour partir au siège de Dieppe, où Dunois était enfermé, assiégé par Talbot, c’est de bonne grâce qu’il s’y rendit. Plus tard, leurs familles allaient se rapprocher encore lorsque Dunois donna sa fille cadette Catherine en mariage au second fils de Robert de Sarrebrück, Jean, comte de Roucy360. Enfin, il y a tous les capitaines de second rang, qui apparaissent comme des fidèles du seigneur de Commercy. L’on retrouve encore parmi eux des Gascons comme Galobie de Pannasac dès 1432361, mais aussi le Rouçin, Pierre du Colombier, Yvon du Puits, Pierre d’Angy ou Pierre Lambert qui sont toujours à ses côtés dans les expéditions de 1444, en particulier dans le Val de Metz362. Un certain nombre de bâtards figurent également en bonne place dans les relations de Robert de Sarrebrück, comme Mathelin, le bâtard de Baujeu, ou le bâtard de Bourbon, Alexandre, dont il réclama la grâce au roi.

  • 363 Tuetey A., Les Écorcheurs, op. cit., t. 2, p. 64.
  • 364 BNF, Lorraine 200, f° 26, no 126.
  • 365 BM Nancy, Ms. 39, Chroniques du doyen de Saint-Thiébaud de Metz, fol. 32-34 : cité par Rivière Ch.,(...)

96Le maître de Commercy ne participa pas aux premiers désordres issus du traité d’Arras, dont nous abreuvent les chroniques bourguignonnes. Il est vrai qu’après sa libération en mars 1437, l’homme fut sans doute contraint de récupérer des forces. Ses premiers coups, à la fin de l’année 1437, furent portés aux citains de Metz. Mais sa stratégie avait changé de niveau, pour se fondre désormais dans les ambitions territoriales du roi. C’est précisément à cette date, que s’installèrent aux frontières de la Champagne et en Lorraine plusieurs bandes d’hommes de guerre français, peut-être à son initiative363. René d’Anjou se plaignit d’un certain nombre de débordements à son royal beau-frère, qui se montra sensible à la plainte. Il défendit à ses troupes, le 30 décembre 1437, de chevaucher dans le Barrois et leur demanda de relâcher leurs prisonniers et leurs otages, avant de quitter le pays364. Dès la fin de février 1438, Robert de Sarrebrück, qui ne cachait pas sa connivence avec les routiers, se jetait sur le Pays messin, entraînant avec lui le bâtard de Vertus, le Grand et le Petit Estrac et Charles de Cervolles. Le doyen de Saint-Thiébaut évoque longuement les dévastations commises durant cet épisode. Lui qui fut pour beaucoup dans la construction de la légende noire du damoiseau de Commercy s’indigna aussi de la trahison de l’ancien pensionnaire de la ville de Metz et lui suggéra ce dicton « que on nourrit bien tel chien qui depuis mord son maître365 ».

  • 366 Le 15 septembre 1438, AM Metz, AA 51, 9 et AM Metz, AA 27, pièce. 73, Commercy, 21 janvier 1439 (n. (...)
  • 367 ADMM, B 630, 1.

97Malgré les écarts dénoncés, René d’Anjou se trouvait dans une communion d’intérêts avec le sire de Commercy, qui avait reçu des incitations royales pour saper le terrain messin366. Outre que Robert était distingué comme chambellan du roi, c’est en novembre 1438 que René l’accueillit dans son Grand conseil. Robert de Sarrebrück entra alors insensiblement dans la familiarité du duc de Bar et de Lorraine367. Toutefois, l’histoire de ce « ralliement » ne fut pas linéaire, ni sans heurt. La résurgence d’une affaire personnelle devait à nouveau laisser libre cours à la tendance naturelle, pour tout dire réfractaire, du personnage. Elle allait lui attirer une nouvelle fois les foudres du roi. L’affaire de la prise de Châteauvillain s’insère dans un contexte général, qui pourrait toutefois atténuer la coloration qu’on lui a souvent prêtée : celle d’une autre guerre privée. La présence des troupes françaises, « grande compagnie de gens de sac et de corde », suscita dans toute cette zone une forte inquiétude qu’Olivier de La Marche relaya, se faisant l’écho des plaintes des habitants de la Bourgogne qui subissaient, malgré la paix, les exactions des capitaines du roi de France :

  • 368 Mémoires d’Olivier de La Marche, op. cit., t. 2, p. 242 et 244.

« En Champaigne, et sur les marches de la duchié de Lucembourg qui pour lors estoit ung pays plain de haussaires et de coureurs, se tenoit le seigneur de Commersy […] Et à la vérité lesdiz escorcheurs firent moult de maulx et de griefz au povre peuple de France et aux marchans, et pareillement en Bourgoigne368. »

  • 369 Le 2 novembre 1439, voir Valérie Bessey, Construire l’armée française : textes fondateurs des insti (...)
  • 370 Contamine Ph., Guerre, état et société, op. cit., t. 1, p. 278 ; Eugène Cosneau, Arthur de Richemon (...)
  • 371 Mathieu d’Escouchy, Chronique, op. cit., t. 3, p. 18-19.

98Le chroniqueur avance, pour expliquer ces pillages, la dette que le roi de France avait contractée envers ses gens de guerre, mais on peut ajouter que tant de haines personnelles s’étaient accumulées autour de la frontière que la pacification en était devenue difficile. Toutefois, le 2 novembre de cette même année, avait été publiée la « Pragmatique sanction », ou ordonnance d’Orléans, qui revendiquait le droit exclusif pour le roi de lever des troupes369. Elle rendait par ailleurs les capitaines responsables des exactions commises par leurs hommes et les exposait à des poursuites. Les nobles avaient encore le choix de détenir des garnisons pour leurs châteaux, mais ne pouvaient de leur propre autorité se désigner comme capitaine, et courir le pays sous prétexte de combattre l’ennemi. Autrement dit, nul ne pouvait désormais prétendre faire la guerre au nom du roi, sans sa licence. Cette ordonnance avait été portée par Richemont et elle reprenait avec plus de force une première esquisse rendue publique dès le 22 décembre 1438370. Mathieu d’Escouchy résume fort justement cette disposition : « nul n’a le droit de faire guerre […] sans l’auctorité et congié du roy371 ». On comprend ainsi mieux la condamnation royale qui frappa Robert de Sarrebrück contraint de restituer la place de Châteauvillain et de cesser toute guerre particulière. La réforme, nous le savons, irrita les féodaux, qui la reçurent comme une atteinte intolérable à leurs prérogatives, et comme un déni de leur identité. Richemont, qui fut aussi l’artisan de son application attira contre lui la colère de plusieurs grandes figures de l’aristocratie militaire, qui forma le terreau de la Praguerie. La veille haine personnelle du connétable contre le camp de la Trémoille aviva encore cette tension, qui pouvait se lire sur plusieurs niveaux.

La soumission du sire de Commercy

  • 372 C’est par exemple, la prise de Pontoise en 1441.
  • 373 Édouard Perroy, La guerre de Cent Ans, op. cit., p. 275.

99Les années 1440 et 1441 coïncidèrent avec la pacification de l’Île-de-France372 et de la frontière de Champagne. Pour Charles VII, la première des priorités consistait désormais à soumettre ces barons et ces capitaines qui, pendant des décennies, avaient défendu sa cause en usant de méthodes plus ou moins avouables mais qui, en temps de paix, risquaient de nuire à son projet. C’est à ce moment que Robert de Sarrebrück, comme d’autres, fut contraint de rentrer dans le rang. Charles VII était intervenu directement dans sa libération trois ans plus tôt et il avait visiblement aussi éteint le contentieux ouvert avec son connétable. Cependant, la reconnaissance ainsi confirmée à celui qui avait sans cesse combattu aux côtés de Robert de Baudricourt n’effaçait pas ses coups de force. Surtout, en ayant fait de René d’Anjou son principal adversaire, Robert de Sarrebrück avait pris un risque majeur, et il avait tout à craindre d’un accord passé à son détriment entre les deux beaux-frères. Sa rencontre avec le roi de France semble s’être déroulée à Bar-sur-Aube. Robert de Sarrebrück et Charles VII s’étaient vus une fois déjà, douze ans plus tôt, lors du sacre, peut-être également lors du siège de Montereau en 1437. En 1441, Charles VII venait de prendre en main par l’intermédiaire de Richemont la conduite d’une guerre qui jusque là « se traînait un peu ». Il s’empara, selon les mots d’Édouard Perroy, de la direction des opérations avec une énergie peu coutumière : « ce fut une brillante campagne dans la plaine champenoise373 ». Pour le roi de France, la neutralisation des rebelles devait être conduite sans état d’âme, quelle que fût la loyauté de leur engagement. C’est dans ce contexte, que le roi choisit de faire un exemple à Bar en la personne du bâtard de Bourbon. Sans doute sa cruauté fut-elle dénoncée à raison, mais sa naissance et son engagement dans la Praguerie le désignèrent tout autant pour être la victime du bourreau.. Celui-ci lui appliqua la peine des parricides et l’enferma dans un sac, avant de le jeter dans l’Aube. Philippe de Vigneulles rappelle les détails de cette mise au pas ordonnée par Charles VII :

  • 374 La chronique de Philippe de Vigneulles, op. cit., t. 2, p. 265.

« Aucy, en ce tampts, le roy de France alla en Champaigne pour expeller et faire cesser les maulx et pilleries que les gens d’armes y faissoient ; desquelles il fist faire justice. Et entre les aultres, fit noyer le bastard de Bourbon a Bar sur Aube ; et plusieurs aultres capitaines en furent déposés. Et fut a cest heure ordre mise en leur paiement, affin qu’il ne pillaisse le pouvre peuple374. »

  • 375 Voir la référence d’Adrien de But dans Tuetey A., Les Écorcheurs, op. cit., t. 2, p. 76.
  • 376 Outre le bâtard de Bourbon, huit de ses compagnons furent pendus, et dix ou douze capitaines décapi (...)

100Le chroniqueur Adrien de But prétend que Robert de Sarrebrück qui était aussi présent à Bar pour s’expliquer devant le roi, réclama sa grâce, en vain375. Au-delà de cette peine exemplaire, d’autres hommes furent exécutés ce jour là376. Robert, lui, obtint le pardon du roi, mais ce fut en échange de sa subordination.

  • 377 BNF, Lorraine 293, f° 19 et Lorraine 292, f° 40-46 (28 mars 1437 n. s.).
  • 378 BNF, Lorraine 293, f° 19-25 (1er mars 1441 n. s.).

101Le seigneur de Commercy, loin d’être un ennemi du roi, avait surtout été un élément incontrôlable. Il était à l’image de ces grands féodaux qui servaient la cause du roi tout en préservant leurs intérêts personnels et en faisant fructifier autant que possible leur engagement armé. Mais il serait faux de présenter, tel que le fit Alexandre Tuetey, le seigneur de Commercy comme l’un des aventuriers les plus compromis de ces années difficiles, même si le roi n’avait guère dû goûter son bref engagement auprès de Vaudémont. Il fut au contraire l’un des alliés de la première heure du Dauphin et un combattant redoutable ; c’est sans doute ce qui lui valut les honneurs d’un traité particulier publié à Vaucouleurs le 1er mars 1441, en sa présence377. Ce traité de Vaucouleurs fut précédé de pourparlers qui ont malheureusement disparu, mais l’acte rédigé le 28 février a été préservé. L’honneur de la soumission est relatif, si on le met en regard des conditions qui furent alors imposées au sire de Commercy. Au premier chef, l’amende honorable imposée devant le roi et Richemont : « Pour les excès et outrages qu’il a faits au Roi et à ses sujets, criera merci au roi et lui suppliera qu’il lui veuille pardonner et pareillement le fera à mondit seigneur le connétable378… »

102L’humiliation publique s’est déroulée le mercredi 1er mars 1441 au château de Vaucouleurs en présence de Prigent de Coëtivy, amiral de France, de Jean Bureau, trésorier de France, de Louis de Beaumont, chevalier, d’Henri de Villebranche, écuyer et d’Étienne de Fromont, secrétaire du roi. Les formes impératives adoptées pour la rédaction de l’acte témoignent de la vigueur nouvelle que Charles VII entendait impulser à l’autorité royale. À l’amende honorable fut adjointe une « amende profitable » de 25 000 florins, payable à Reims en trois termes, sous peine de confiscation de ses biens et de ceux de son épouse. Robert de Sarrebrück dut également renoncer à ses prisonniers, comme aux sauvegardes qu’il imposait sur les bourgs et villages du Barrois. Il dut également abandonner ses revendications sur plusieurs places : Pierrepont à l’égard de René d’Anjou, Châteauvillain à l’égard de Bernard de Thil, Louppy enfin, détenu par Jean Gobert. Il lui fut aussi formellement interdit de poursuivre ses querelles par la voie des armes. À Châteauvillain, le sire de Commercy fut invité à se soumettre comme les sujets du royaume à la justice royale pour régler ses conflits. Il fut, de la même manière, rappelé à ses devoirs de vassal pour les terres qu’il tenait de René d’Anjou. Au-delà, et pour le reste de son domaine, les dispositions sont intéressantes à souligner. Le roi exigea que les clefs de la ville et du château de Commercy fussent données à son bailli, en l’occurrence Robert de Baudricourt, afin que celui-ci les rétrocédât à Robert de Sarrebrück. Si ce geste lui assurait l’obéissance de la place, était-il pour autant le signe d’une inféodation ? Rien n’est moins sûr, car le traité expose très clairement que la ville et château conserveront leur statut antérieur, éventuellement de francalleu, si le seigneur du lieu était en mesure de le démontrer :

« Item au regard dudit seigneur de Commercy, il s’obligera et jurera que s’il est trouvé que lui ou ses prédécesseurs ont fait foi et hommage de ladite place de Commercy, il le fera.
Item et si ainsi était qu’il fut trouvé qu’il ne fut trouvé de faire hommage au roi, à cause de ladite ville de Commercy, et par raison ne soit trouvé qu’il doit être du ressort et souveraineté du royaume, il ressortira là où il appartenait. »

103Commercy était-elle du royaume ? Le roi lui-même en doutait face aux prétentions de Robert de Sarrebrück. Pourtant, cet hommage du seigneur de Commercy est l’occasion pour le roi de déclarer qu’il entend désormais

  • 379 BNF, fr. 16 888, f° 215-220, Nancy, 31 janvier 1445 (copie XVIIe). Voir Dumont Ch.-É., Histoire de (...)

« conserver et remettre nostre royaume en ses droictz, saisines et possessions anciennes, nous, tant par la police de justice que pour avoir et recouvrer ses vassaulx et feaulx d’iceluy les foy et hommaiges et devoirs qu’ilz y doivent, et en quoy ilz nous sont tenus, nous soyons diverses fois transporté en plusieurs marches et contrés de nostre dit royaulme et mesmement présentement ces marches de notre ryviere de Meuze et par nos juges et officiers desdictes marches et autres noz commis et deputtez et faire commandement a noz vassaulx et feaulx d’icelles marches de nous faire les foy et hommaiges et devoirs par eulx deubs d’ancienneté a nostre couronne et a nous379 ».

  • 380 C’est une forme de reprise en main territoriale que Charles VII avait déjà utilisé, par exemple, av (...)
  • 381 Voir les enquêtes royales sur les marches de Meuse.
  • 382 Aurell M., La noblesse en Occident, op. cit., p. 164.

104Davantage qu’un hommage personnel, le roi exigeait d’user du château de Commercy selon ses besoins. Celui qui avait toujours été le maître de son château le tenait désormais en garde pour le roi380. Mais, en tout état de cause, Charles VII n’entrevoyait pas d’autre solution que féodale pour asseoir son autorité sur la frontière de la Meuse. De ce point de vue, la soumission du seigneur de Commercy se noyait dans une stratégie générale de conquête territoriale, qui passait d’abord par des liens de fidélités à prendre ou à reprendre381. De la même manière, le roi revendiquait ici comme ailleurs le droit d’utiliser de manière illimitée les châteaux de l’aristocratie382. À l’échelle individuelle, perdu sans doute dans les grandes orientations de la politique royale, le traité portait un sérieux préjudice à l’indépendance du seigneur de Commercy. C’était le prix à payer pour rentrer dans la bonne grâce du roi. Celui-ci, par une lettre d’abolition générale, effaçait alors tous les excès commis par Robert et ses hommes :

  • 383 BNF, Lorraine 293, f° 21.

« pour cause de plusieurs pilleries, roberies, boutements de feux, meurtres et forcements de femmes, sacrileges d’Eglise et autres cas, crimes, exces et malefices par lui et aucuns de ses gens, hommes, sujets et serviteurs commis et perpétrés sur le roi, ses pays, terres et seigneuries, contenues aux lettres de pardon que le roi lui en aurait accordé383 ».

  • 384 Édouard de Grandpré, écuyer, est qualifié de vassal du roi. Il a été détenu par Robert de Sarrebrüc (...)
  • 385 BNF, Lorraine 86 bis, f° 64 : vidimus du 27 juillet 1441 d’une lettre du 1er février 1441 (n. s.) d (...)
  • 386 ANF, JJ 184, no 602, f° 407 v°-408. Pour des lettres d’abolition générale, le bâtard de Vergy dut p (...)

105Le 1er février 1441, Charles VII avait déjà accordé à Robert de Sarrebrück et à ses aidants une lettre de d’abolition pour les excès commis à Châteauvillain et sur les sujets du roi : « pillerie, roberie, larrecins, sacrileges, efforcement de femmes » et pour avoir « courru jus noz pais et subgiez environ ladite place384 ». Le pardon comprend également la capture et la détention du capitaine Édouard de Grandpré, à propos desquelles nous avons vu plus haut l’intervention du connétable pour le libérer des griffes du sire de Commercy385. Il est vrai que Robert devait partir en guerre contre Metz dès le mois suivant. L’époque était au pardon, phénomène habituel de tous les retours à la paix. Le maître de Commercy profita de cette vague d’amnisties, comme de nombreux hommes de guerre qui avaient mis leurs armes au service du roi, y compris ceux qui s’étaient tardivement ralliés à son camp. C’est ainsi, par exemple, qu’en juin 1443, Charles VII octroya une lettre d’abolition à Antoine de Vaudémont pour les « destrousses, emprisonnemens, ravicemens de femmes et d’église, meurtres, destruccion de lieux par feu et autres maulx » et crimes commis par les gens du comte lors de la guerre de succession de Lorraine386. Ces amnisties indispensables à la pacification préparaient également la grande réforme de l’armée.

  • 387 Léon Mougenot, Jeanne d’Arc, le duc de Lorraine, op. cit., p. 127, cite en note le Père Anselme, Hi (...)

106Au cœur de ces négociations, Robert de Baudricourt, qui avait tant guerroyé avec son complice Sarrebrück, fut l’instrument de sa subordination. Au lendemain du traité, le 1er mars 1441, les deux hommes se rencontrèrent dans le château de Commercy. Baudricourt, désormais chambellan du roi et bailli de Chaumont, se vit remettre les clefs de la ville et du château par Robert de Sarrebrück. En récompense, quelques mois après la soumission du damoiseau de Commercy, Robert de Baudricourt obtint du roi « une pension de cinq cens livres à prendre sur Vaucouleurs, à la survivance de Jean d’Aunoy387 ». Ce geste fortement symbolique marqua l’entrée dans une ère nouvelle. Le temps des aventuriers se terminait. La soumission au roi devait entraîner à terme l’effacement d’un particularisme auquel tenait beaucoup la famille de Sarrebrück-Commercy et qui justifia pour l’essentiel la constitution, puis la conservation du chartrier : la situation allodiale de leur ville. La question de la souveraineté fut pour elle essentielle, et elle explique le goût exacerbé de l’indépendance dont firent preuve tous les seigneurs de Commercy, y compris jusqu’au Cardinal de Retz. Les choix opérés à l’intérieur du chartrier par les continuateurs de Robert de Sarrebrück, en matière de classement, révèlent assez bien cette obsession.

  • 388 Jean III de Commercy, qui devint seigneur en 1361, n’avait pas fait ses reprises en 1381, ni au roi (...)
  • 389 En 1400, « Edme de Sarrebück, seigneur de Commercy, fait ses reprises dudit lieu de Raoul de Coucy, (...)
  • 390 L’origine de l’hommage à l’évêque de Metz pour le château n’est pas connue. Il est probable que le (...)
  • 391 ANF, J 578, no 1 et BNF, Lorraine 302, f° 18.
  • 392 ADMM, B 637, 6.
  • 393 Jean de Sarrebrück reçut en 1332 du roi une rente viagère de 200 livres tournois (BNF, fr. 32 510, (...)
  • 394 ANF, J 400, no 52 (1335).

107Si les seigneurs de Commercy rendaient hommage au roi, non sans rechigner, pour une partie de leur seigneurie388 et s’ils rendaient hommage à l’évêque de Metz pour le château, ils considéraient la ville comme un alleu389. Concernant la suzeraineté de l’évêque de Metz sur le château, des pièces manquent pour en comprendre l’origine390. À l’époque de Robert, la pratique de cet hommage cesse, le Damoiseau ayant à de nombreuses reprises attaqué l’orgueilleuse cité épiscopale. L’hommage rendu au roi de France est plus évident même s’il apparaît tardif dans ce pays de « l’entre-deux » où il correspond à l’une des premières phases de « grignotage » du roi de France aux franges ourlées de son royaume. Le premier hommage au roi avait été rendu par Jean de Sarrebrück le 5 février 1316 et s’était déroulé à Rouen en présence de Louis X le Hutin391. Il concernait de nombreux villages de la seigneurie, mais ni le château ni la ville de Commercy n’y étaient inclus392. Le souverain avait, de toute évidence, préparé, voire acheté cette soumission qui fit entrer de façon définitive les seigneurs de Commercy dans la sujétion du roi et l’aire d’influence de la France. Jean de Sarrebrück en fut amplement récompensé393. Adhémar de Montiel, évêque de Metz, octroya d’ailleurs à cette occasion à Jean de Sarrebrück la permission de recevoir dans son château de Commercy le roi de France et d’y assembler ses gens, toutes les fois qu’il lui plaira, pourvu que cela ne fût point contre lui394.

  • 395 Il s’agit de Philippe de Sarrebrück, appelée « Damoiselle de Commercy », épouse Charles de Silly, q (...)
  • 396 BNF, Lorraine 299, f° 41 à 45 v°.

108Après la soumission de 1441, il devint plus difficile à Robert de Sarrebrück de revendiquer l’indépendance de la ville de Commercy. C’est pourtant ce que firent sans faiblir ses successeurs. Dans les premières années du XVIe siècle, l’héritière de Commercy, Philippe395, fit établir un inventaire avant de procéder à la reprise du fief396, rappellant alors que Robert de Sarrebrück tenait cette terre en alleu et qu’il la céda à Charles VII un jour qu’il vint à Nancy en 1444 :

  • 397 La date a été rajoutée a posteriori.

« lequel a la persuasion dudit seigneur roy de ce le requerant auroit consenty de reprandre de luy sadite terre de Commercy, combien qu’il la tint franc alloeud et souveraineté397 ».

  • 398 BNF, Lorraine 299, f° 44 v°.

109Elle ajoute tenir la terre de Robert et de ses successeurs398, et récuse l’assertion selon laquelle ils auraient reçu du roi deux cent mille livres de rente pour ladite terre :

  • 399 Ibid., f° 48 v°.

« ledit messire Robert et ses successeurs [ont] tousiours tenu tant comme il a vescu sadite terre de Commarcey en franc alloeud et en tous droictz de souveraineté, donné graces, remissions et pardons, et excepté tous aultres actes de souveraineté, touttes les fois que les cas y sont escheuz ou advenus399 ».

  • 400 Ibid., f° 157, 18 avril 1496.
  • 401 BNF, Lorraine 292, f° 59, 1439.

110Commercy et toutes les prérogatives qui s’attachaient à sa détention n’avaient donc pas été cédées comme un vulgaire fief. L’héritière précisait enfin que le seigneur, au titre de sa souveraineté, avait continué de présider des Grands jours à Commercy en 1517. Autrement dit, le statut d’autonomie de la seigneurie n’avait jamais été interrompu. Elle versa comme élément de preuve une attestation établie pour le comte de Braine, seigneur de Commercy, contre les officiers du roi à Vitry en avril 1496, par laquelle les déposants affirmaient qu’ils avaient toujours vu les seigneurs de Commercy user de leur droit de souveraineté sur leurs terres comme « font les rois et princes en leur royaulme400 ». Dans un document contemporain de Robert de Sarrebrück, l’administration royale indiqua, de façon singulière, que le damoiseau et sa femme ne résidaient pas dans le royaume et que la ville de Commercy ne pouvait donc relever de la suzeraineté du roi. En conséquence de quoi, les officiers royaux ne pouvaient faire de commandement sur leurs terres401.

  • 402 Ibid., Lorraine 299, f° 48 v°.
  • 403 Florainville, sans doute Florenville, commune de Belgique, province du Luxembourg, proche de la fro (...)
  • 404 ADMM, Bar, Mélanges, I, 401.
  • 405 Le 12 mai 1442, on trouve un accord passé entre Robert et son fils Amé d’un côté, Thibaut de Neufch (...)
  • 406 Jean Chartier, Chronique de Charles VII, roi de France, 2 vol., Vallet de Viriville (éd.), Paris, 1 (...)

111En dépit de cet argumentaire savamment construit par les héritiers du Damoiseau, la souveraineté de Commercy n’était plus qu’un habillage rhétorique. L’année 1444 marqua bien, pour Robert de Sarrebrück et ses descendants, une rupture que confirment les documents de 1463 concernant l’inventaire des titres remis aux commissaires de René II d’Anjou, évoquant « la reprinse faicte » cette année-là. Sous François 1er, on peut encore écrire que « ledit messire Robert (qu’une autre pièce du même dossier qualifie de “gros Damoiseau”) et ses successeurs [avaient] toujours tenu tant comme il a vescu sadite terre de Commarcey en franc alloeud et en tous droictz de souveraineté donné graces, remissions et pardons, et excepté tous aultres actes de souverainement, toutes les fois que les cas y sont escheuz ou advenus402 ». À n’en pas douter, la soumission au roi de France, même consentie de bonne grâce, devait entraîner, pour le seigneur de Commercy, des conséquences irrémédiables. Commercy avait bénéficié jusque là de sa situation de ville frontalière. Son autonomie avait été préservée même au prix de quelques contorsions. Dès l’hommage de 1441, rendu pour une place devenue stratégique dans un mouvement royal de conquête territoriale, le statut de la seigneurie de Commercy allait être placé en sursis, à l’image de son seigneur qui finit par abdiquer sa liberté. Le roi ne se contenta pas de mettre au pas son partisan lorrain ; il l’obligea à mettre à son service, cette fois de manière exclusive, ses capacités d’homme de guerre et d’entrepreneur. La contrainte était grande. En août 1442, lorsque Vauchelin de la Tour, bailli de Vitry, entra en négociation avec les Lorrains pour entreprendre ensemble le siège de Florainville403, Robert de Sarrebrück fut chargé de fournir deux bombardes, avec des pierres, de la poudre et d’« autres habillements404 ». Le sire de Commercy associait alors son fils aîné, Amé, aux affaires diplomatiques et à ses expéditions militaires405. En août 1443, Robert de Sarrebrück fut chargé de rejoindre les autres capitaines français mobilisés pour mettre fin au siège de Dieppe, mené depuis le début de novembre 1442 par Talbot et 5 000 Anglais, sept ans après la reprise de la cité406. Dunois, qui s’était chargé de conduire un renfort s’était malencontreusement laissé enfermer dans ses murs et le siège durait depuis neuf mois.

  • 407 Enguerrand de Monstrelet, Chronique, op. cit., t. 6, p. 78.
  • 408 Dimanche de Court est un capitaine français, présent à Langres en 1444.
  • 409 Guillaume Chenard, dit le Roussin ou le Ronçin, provenait d’une famille de petite noblesse beaucero (...)
  • 410 Villy, commune des Ardennes, arr. de Sedan. Le château appartenait au duc de Luxembourg. Enguerrand (...)
  • 411 Pierre Aubert, surnommé Forte-Epée, écuyer, combat aux côtés pour Robert de Sarrebrück. Il appartie (...)
  • 412 Mémoires d’Olivier de La Marche, op. cit., t. 2, p. 31.
  • 413 Enguerrand de Monstrelet, Chronique, op. cit., t. 6, p. 85.
  • 414 Béthincourt, commune de la Meuse. Les chroniques de la ville de Metz, op. cit., p. 214.

112La Lorraine respira un peu avec le départ de Robert de Sarrebrück pour le siège de Dieppe407, d’autant que Dimanche de Court408 et le Rouçin409 avaient aussi pris part à l’expédition. Mais dès le 5 octobre, Robert de Sarrebrück fut contraint de se porter au secours de Villy410, dans ses terres qu’assiégeait le duc de Bourgogne, et où se trouvait prisonnier l’un de ses fidèles, Jacquemin de Beaumont. Il réunit alors un millier d’hommes, dont le Rouçin, Pierre Aubert411 et autres « routiers de guerre ». Olivier de La Marche témoigne de ce déploiement de puissance : « le damoiseau de Commercy avoit bien amené douze cens chevaulx, et les tenans le siege pouvoient estre cinq cens combatans412 ». En position de force, Robert de Sarrebrück attaqua les assiégeants mais fut pourtant repoussé et dut battre retraite413. Par dépit, il se rendit alors devant Bethincourt, le 21 septembre, « par l’espace d’une nuyt en ardant blefs par toute la nuyt pour veoir cler au long de la ville414 ».

  • 415 Tuetey A., Les Écorcheurs, op. cit., vol. 2, p. 81 ; Digot, Histoire de la Lorraine, t. 3, p. 65 (i (...)
  • 416 Vaxy, commune de Moselle, arr. de Château-Salins. Autrefois Vaxey. Chronique du doyen de Saint-Thié (...)
  • 417 Pierre Renauld, frère bâtard de La Hire, combattait pour Robert de Sarrebrück en 1443 contre Metz ( (...)
  • 418 Chronique du doyen de Saint-Thiébaut, Dom Calmet, Histoire de la Lorraine, op. cit., t. 4, Preuves (...)
  • 419 La chronique de Philippe de Vigneulles, op. cit., t. 2, p. 272.

113Charles VII, lors de son passage à Commercy, avait interdit sur peine de corps et de biens « aux compagnies et routtes » de commettre les moindres désordres dans les duché de Bar et de Lorraine415. Les violences se concentrèrent alors autour de Metz. Avant de partir pour Dieppe, Robert de Sarrebrück avait mené une nouvelle expédition contre la cité impériale, qui préparait peut-être celle qu’allait conduire le roi lui-même. Le chanoine de Saint-Thiébaut évoque l’incursion dirigée par le seigneur de Commercy, à la tête de 2 500 routiers, qui fit de nombreux ravages, en particulier en mai 1443 dans le Val de Vaxy416. À ses côtés figuraient plusieurs de ses fidèles lieutenants, dont Le Rouçin et Pierre Regnault417, le frère bâtard de La Hire418. Philippe de Vigneulles en témoigne à sa manière : « Puis, en ce meisme moix de may, vinrent les Escourcheurs de France ou Vaulx de Wessey, environ deux mil. Et d’iceulx estoit cappitanne Pier Regnault, frere de la Hiere, et le Roussin, avec le seigneur Robert de Commercy ; et firent plusieurs grant mal autour de Cheminat419. »

114Les années qui suivirent correspondent précisément aux derniers excès des capitaines français, au dernier terme de l’écorcherie, où Robert tint un rôle non négligeable. Les hommes de guerre français agirent cette fois sous l’égide du dauphin Louis, sans doute peu respectueux des précautions établies par son père pour limiter les désordres des soldats.

Les dernières heures de l’Écorcherie

  • 420 Louis d’Anjou (1427-1445), fils et lieutenant de René d’Anjou, fut marquis de Pont-à-Mousson. Il en (...)
  • 421 ADMM, B 631, 89 (1).
  • 422 Souilly, commune de la Meuse, arr. de Verdun.
  • 423 ADMM, B 631, no 89, pièces 1 à 3.
  • 424 Ibid., Layette Château-Salins I, no 32.
  • 425 Ibid., Layette Vivier, no 19.
  • 426 Ibid., Layette Nomeny, I, no 4. Nomény, commune de Meurthe-et-moselle, arr. de Nancy.
  • 427 Voir les comptes d’Othin d’Amance, receveur général de Lorraine, pour 1438-1439. Ils concernent le (...)
  • 428 Enquête réalisée en 1444 dans la prévôté de Souilly, ADMM, B 631, 89 (a à o), cahier papier. Tuetey(...)

115Après le temps de la guerre vint celui de la justice. Il fallut rendre des comptes, y compris dans les rangs des capitaines français. Quand, au commencement de l’année 1444, Robert de Sarrebrück se trouva en situation de conclure la paix avec le fils de René d’Anjou420, depuis peu investi du gouvernement du pays, il consentit à réserver la question des dommages causés par lui et ses hommes aux duchés de Bar et de Lorraine, et à s’en remettre au jugement du roi de France et à celui de René d’Anjou. C’est pour cela que le marquis de Pont fit procéder à une série d’enquêtes sur les désordres commis par le sire de Commercy, en matière de « courses, pilleries, appatis » et demanda « le plus les jours, le temps, les lieux et par quy ilz ont esté faiz421 ». Conformément à ses instructions, les officiers judiciaires et les tabellions délégués se rendirent dans les villages qui relevaient de leur ressort afin de s’enquérir des méfaits imputables au redouté Damoiseau. Quatre enquêtes furent conduites de manière simultanée. La première fut menée dans les prévôtés de Souilly422 et de Varennes-en-Barrois423. La seconde concerna Château-Salins424. La troisième couvrit Pont-à-Mousson425 et la dernière porta sur Nomeny426. Toutes les quatre furent réalisées au cours du mois de mars 1444. Elles témoignent d’abord de la composition des troupes mises en cause. Les Écorcheurs enrôlés par le damoiseau de Commercy en 1443 n’étaient pas ceux qui avaient formé les bandes venues ravager le Barrois cinq ans plus tôt, en 1438427. Si la Lorraine avait alors eu l’honneur de recevoir la fleur des routiers, des capitaines aussi illustres que La Hire, Chabannes, Floquet ou encore Blanchefort, en 1443, c’est par la « coquinaille », pour reprendre le mot de Charles VII, qu’elle fut dévastée. Leurs chefs étaient des capitaines de second rang, dont l’enquête fournit quelques noms : le Rouçin, Dimanche de Court, Guinot d’Aurillac, le sire du Pin, Jean de Berry, Jean de Ravenel, Pierre Aubert, le bâtard de Beaujeu, Antoine de Toussenne, Pierre de Colombier, Huguet Lambert, Guillaume de l’Estrac, Perrin Maillart. Les plus connus étaient Aubert, le Rouçin, Guillaume de l’Estrac et Dimanche de Court. Mais on trouva encore, « fourvoyé » dans cette expédition, Poton de Xaintrailles, qui ne dédaigna pas, à cette occasion, se saisir d’une rançon de cent soixante francs428.

  • 429 Les communes d’Osches, de Saint-André-en-Barrois et de Mondrecourt sont des communes de la Meuse, a (...)
  • 430 Forges-sur-Meuse, commune de la Meuse, arr. de Verdun.
  • 431 Mesnil-sur-Saulx, commune de la Meuse, arr. de Bar-le-Duc.

116Les routiers, sous le commandement du Rouçin, d’Aurillac et de Dimanche de Court avaient séjourné deux mois dans la prévôté de Souilly et, de mai à juin 1443, toute l’activité agricole y avait été suspendue. Robert de Sarrebrück lui-même était entré dans Souilly, escorté d’une « route » de deux mille chevaux ! Et, avec l’aide de ses « servans », il avait mis à contribution le village, ainsi que ceux d’Osches, de Saint-André et de Mondrecourt429. Le 23 mai 1443, à Bethincourt, après le revers de Villy, ce furent Guinot d’Aurillac et le sire du Pin qui arrivèrent, accompagnés aux dires des habitants de huit à neuf cents chevaux. S’ils n’y passèrent qu’une nuit et un jour, ils y commirent des dégâts évalués à deux cents florins, y compris les cinquante pourceaux pris par les routiers de Ravenel, bientôt repris par les routiers de Guillaume de l’Estrac, sans compter les dix florins que les capitaines exigèrent pour quitter le pays. À Forges430, les habitants durent livrer aux routiers deux queues de vin au prix de 22 francs, deux muids d’avoine au prix de huit francs, plus six douzaines de pains blancs. Une enquête spéciale, annexée à celle de Souilly et de Varenne, rapporte les déprédations commises par Robert de Sarrebrück et Poton de Xaintrailles à Mesnil-sur-Saulx431. La petite ville dut débourser pour un appatis, sous la menace d’incendie, 160 francs payables dans un délai de six jours. Pour plus de garantie, Robert exigea neuf têtes à titre d’otages, quatre habitants et cinq chevaux, qu’il remit entre les mains de Poton de Xaintrailles, lui cédant par la même occasion le paiement de la rançon pour ses services rendus devant Nancy.

  • 432 ADMM, Layette Château-Salins I, no 32.
  • 433 ADMM, B 631, 89 (a à o), Tuetey A., Les Écorcheurs, op. cit., t. 2, p. 90.
  • 434 « violances et forcés faites à femmes vielles, josnes et pucelles de X et XII ans, chose périlleure (...)
  • 435 Morville, commune de Moselle, arr. de Château-Salins.
  • 436 ADMM, Layette Viviers, no 19. L’enquête effectuée à Pont-à-Mousson rend compte de la visite effectu (...)

117L’enquête de Château-Salins révèle la même déclinaison d’exactions432. Un enfant de trois ans fut même mis à rançon à un florin, mais Robert voulut bien acquitter celle-ci sur ses deniers personnels : « Mengin Croixsolz a dit et jurey par son serement comme dessus que son filz de l’eage de III ans fut prins et ransonné 1 florin, lequel florin le sire de Commarcy paya de sa bourse433. » Des hommes, des femmes et des enfants furent ainsi capturés contre rançon. Des femmes furent violées434. Les excès des gens du sire de Commercy furent tout aussi redoutables dans les villages alentour, à Coutures, à Morville, à Putigny, à Vaxy, à Gerbecourt, à Lubecourt, à Fresnes-en-Saunois. L’église de Morville435 fut entièrement détruite dans un incendie. Le total des dommages fut estimé à 15 800 florins. L’enquête de Nomeny et de Pont-à-Mousson complète ce sinistre tableau. C’est en septembre 1443, que Robert de Sarrebrück et sa compagnie étaient venus courir devant Nomeny. Les dégâts s’élevèrent à 995 francs. Ceux commis à Manoncourt se montèrent à 1252 francs, et ceux commis à Abaucourt à 254 francs436.

  • 437 Jean de Fénestrange (ou Fénétrange) appartenait à une grande famille de la région de Metz. Il était (...)
  • 438 BNF, Lorraine 293, f° 2.
  • 439 L’analyse de cet acte est faite dans Dumont Ch.-É., Histoire de la ville, op. cit., t. 1, p. 256. L (...)
  • 440 ADMM, B 620, 18-1.
  • 441 BNF, Lorraine 295, f° 134, 20 février 1444.

118Ce sont ces exactions, provoquées par les Écorcheurs de Robert de Sarrebrück, qui avaient incité, en février 1444, une coalition de responsables locaux à mettre, une nouvelle fois, le siège devant Commercy. L’improbable association réunissait autour du marquis de Pont, Louis de Haraucourt, évêque de Toul, Jean de Fénestrange437, le damoiseau de La Marche et les Messins. Elle était destinée à mettre fin de façon définitive aux excès. Un compromis fut rapidement trouvé entre les parties438. Les routiers de Robert de Sarrebrück obtinrent des lettres d’abolition. Les capitaines Pierre Aubert, Mathelin bâtard de Beaujeu, Antoine de Toussenne, Pierre de Colombier et Huguet Lambert se portèrent forts pour leurs compagnons et s’engagèrent « sur la foi du serment et l’honneur » à respecter l’accord qui venait d’être passé entre Robert de Sarrebrück et le marquis de Pont. Les cinq capitaines scellèrent de leurs sceaux l’engagement contracté439. Le marquis de Pont, pour sa part, avait préféré traiter directement avec le seigneur de Commercy. Projetant de briser définitivement toute nouvelle tentative d’agression de son adversaire, le fils de René d’Anjou acquit le Château-Bas de Commercy pour 400 000 saluts d’or, éteignant ainsi à bon compte une vieille dette qui courait au passif de Jean de Nassau-Sarrebrück. L’accord, nous l’avons vu, fut conclu le 3 février 1444440. Il introduisait dans sa ville un ennemi personnel du damoiseau de Commercy. Une bourgfride fut conclue entre les deux seigneurs de la ville mais le marquis était en position de force. Il obligea le sire du Château-Haut à détruire les dernières fortifications qu’il avait élevées et qui menaçaient le Château-Bas441. Robert de Sarrebrück s’inclina ; il fut d’ailleurs rapidement appelé à servir sur d’autres terrains d’opération.

  • 442 Ibid., fr. 5022, f° 26, cité par Marot P., « L’expédition de Charles VII à Metz », op. cit., p. 115 (...)
  • 443 Cosneau E., Le connétable de Richemont, op. cit., p. 348-349.
  • 444 BNF, Lorraine 293, f° 29. Robert de Sarrebrück se faisait accompagner de ses deux fils richement éq (...)

119En 1444, la trêve de Tours, signée le 28 mai entre Français et Anglais, allait ouvrir de nouveaux horizons pour le sire de Commercy. À l’aune de la politique française, elle allait permettre à Charles VII de se concentrer sur la question bourguignonne. Il fallait désormais trouver un compromis avec Philippe le Bon, tout en réglant la question de la discipline des armées. Sortir de la guerre n’allait pas de soi. Il fallait surtout faire rentrer dans le rang des milliers de combattants qui mettaient depuis des décennies le pays à feu et à sang, et qu’on ne pouvait renvoyer tels quels à la vie civile. Impossibles à débaucher sans prendre le risque de voir se reproduire le phénomène des Grandes Compagnies, les mercenaires constituaient un danger réel pour le pays dès lors qu’on s’acheminait vers la paix. Jean Jouvenel des Ursins montra au roi la voie à suivre. Il fallait « faire demourer en estrainges terres », les soldats sans emploi442. Il est possible que le roi se soit laissé convaincre par une expédition en Allemagne susceptible de fournir « un moyen opportun d’emmener hors du royaume les routiers dont on ne savait que faire443 ». Le choix du roi fut à la fois de les employer sur des terrains extérieurs et de les neutraliser individuellement ou collectivement par des lettres de pardon. « L’expatriation » des capitaines turbulents et de leurs hommes avait déjà été expérimentée avec les Grandes compagnies, avec succès. Après la trêve franco-anglaise de 1444, Charles VII rassembla ses capitaines, et Robert de Sarrebrück fut sommé de les rejoindre pour participer à cette expédition de grande ampleur. Le roi lui avait ordonné de retrouver le Dauphin à Tonnerre. Des échanges de courriers entre Metz et Strasbourg fournissent une description assez détaillée de cet important rassemblement de forces. Une lettre de Hans Bruck du 8 août, envoyée depuis Strasbourg, permet de dresser un tableau des troupes de Robert de Sarrebrück. Il chevauchait à la tête de mille cinq cents cavaliers, dont plusieurs centaines de ses propres hommes portant les couleurs de Commercy, ornées de la croix armagnaque : « Dans ce nombre trois cents portaient le même costume, mi-parti rouge et gris, orné d’une grande croix blanche au milieu du dos et sur la poitrine ; trois chariots couverts de cuir noir le suivaient, l’un d’eux contenant les échelles d’assaut, un autre rempli de flèches et le troisième de toile blanche444. »

  • 445 Kendall P.-M., Louis XI, op. cit., p. 72 et suiv. : « Devenu prince des coupe-jarrets, le dauphin a (...)
  • 446 Philippe de Culant, sire de Jalognes, était le frère de Philippe de Culant, maréchal de France.
  • 447 Voir Vallet de Viriville A., Histoire de Charles VII, op. cit., t. 3, chap. 2.
  • 448 La chronique de Philippe de Vigneulles, op. cit., t. 2, p. 283.

120Le rendez-vous des troupes avait été fixé à Langres. Le dauphin Louis s’y trouvait dès le 7 juillet 1444445. Il y reçut les ambassadeurs de l’empereur, qui renouvelèrent auprès de lui leurs instances. Les principaux chefs qui accompagnaient l’héritier du trône, outre le seigneur de Commercy, étaient le maréchal de France (Philippe de Culant)446, Jean et Louis de Bueil, Robert d’Estouteville, les sires d’Albret, Antoine de Chabannes, Gilles de Saint-Simon, tous chevaliers ; puis venaient des écuyers tels que Guy de Blanchefort, L’Estrac, Joachim Rouault, Jean de Montgommery, l’Espinasse, Amaury d’Estissac, Gabriel de Bernes, etc.447. L’ancienne fraternité d’armes s’était reformée. Philippe de Vigneulles qui relate l’expédition distingue le rôle de Robert de Sarrebrück « qui estoit l’un des principal capitenne448 ». Au-delà, des milliers d’anciens soudards avaient répondu présents.

  • 449 Tuetey A., Les Écorcheurs, op. cit., tome 1, p. 155 et détails p. 156.

121On connaît assez bien les détails de l’expédition d’Allemagne, à la fois les hommes et leurs itinéraires. L’armée, forte d’une avant-garde de 6 000 à 8 000 hommes conduits par le maréchal de France, Philippe de Culant, le seigneur de Commercy et un capitaine anglais, faisait route vers Montbéliard. Robert de Sarrebrück avait d’ailleurs envoyé au Dauphin, outre ses hommes, un certain nombre de pièces d’artillerie qu’il dépêcha de Vaucouleurs449. Les hommes franchirent le Rhin (6 000 à 8 000, ou 3 000 selon les sources) et occupèrent les villes de Seckingen, Waldshut, Rheinfelden et Lauffenbourg, la connaissance par le sire de Commercy des terres d’Empire toutes proches ayant dû être précieuse pour favoriser l’avancée de la troupe en terre étrangère. Leur projet était d’envahir la Forêt Noire et de pénétrer dans le Brisgau. Mais les routes étaient barrées d’arbres abattus et devinrent vite infranchissables. Les Écorcheurs revinrent alors à Altkirch auprès du Dauphin, où ils commirent des maux sans nombre. Robert de Sarrebrück est ainsi signalé avec les Écorcheurs à Saint-Ypolite.

  • 450 Mémoires d’Olivier de La Marche, op. cit., t. 2, p. 247.
  • 451 BNF, Lorraine 294, f° 8 (4 septembre 1447) ; ibid, Lorraine 293, f° 29 (12 novembre 1453).

122Quatre mille d’entre eux environ périrent lors de la bataille de la Birse, le 26 août 1444, où ils contribuèrent à la victoire contre des Suisses très inférieurs en nombre. Frédéric III n’ayant pas honoré ses promesses de rétribution, une partie du reliquat de ces Écorcheurs se jeta sur la plaine de la Saône pour se payer en retour. La traversée des états bourguignons s’avéra périlleuse. Les Écorcheurs furent malmenés par Jean de Fribourg, alors gouverneur du duché. Ceux qui étaient saisis furent livrés sans autre formalité à la main du bourreau, ou bien liés de corde à deux ou à trois et jetés dans la rivière. La Saône et le Doubs étaient remplis de cadavres au point, dit-on, que les pécheurs s’en plaignaient450. Les nobles comtois avaient levé une armée, placée sous les ordres de Thibaut VII de Neufchâtel, pour les éradiquer. Elle y parvint avec de grandes difficultés entre 1445 et 1446. Robert de Sarrebrück (ou les siens) furent pris en embuscade près de l’abbaye de Lure par les gens de Thibaut de Neufchâtel, avec la complicité de l’abbé. Là furent « rué jus, prins chevaulx, harnois, bagues, artilleries et autres biens […] sans compter les hommes emmenez à Lure et ailleurs451 ».

  • 452 BNF, Lorraine 386, f° 15-19.
  • 453 Le 4 mars 1433, Thibaut de Neufchâtel avait été nommé capitaine général. Le 11 août, à l’âge de 26 (...)
  • 454 Son déficourait du 8 septembre 1441 jusqu’au 12 mars 1442.
  • 455 Dumont Ch.-É., Histoire de la ville, op. cit., p. 254.
  • 456 Il reçut d’ailleurs une récompense du duc de Bourgogne pour son action énergique.
  • 457 Nous possédons une réponse datée d’août 1448 de Charles VII à la demande de Robert, suite aux perte (...)
  • 458 BNF, Lorraine 293, f° 26, 16 janvier 1444 : « si nous vous prions bien affectueusement, vous nous f (...)
  • 459 Ibid., Lorraine 294, f° 8, 11 septembre 1447.

123Si, quelques années plus tôt, pendant la guerre de succession de Lorraine, Le sire de Neufchâtel était resté neutre, cela n’avait pas empêché Robert de Baudricourt et de Robert de Sarrebrück de commettre des exactions sur ses terres. Entre 1431 et 1435, les bandes de Vaucouleurs et de Commercy avaient ainsi pillé plusieurs fois Chaligny, en bêtes et en hommes452. Dès lors, Thibaut de Neufchâtel avait lancé en retour des assauts autour de Langres, contre les partisans du roi453. Dès 1440, il entrait à nouveau en lutte contre les capitaines français. Mais son engagement prit très vite une coloration personnelle. En 1441, il s’associa au fils de René d’Anjou et à la cité de Metz, et amena 500 chevaux pour contrer Robert de Sarrebrück454. Cette alliance « à front-renversé » se reforma encore en 1443, lorsque durant l’hiver, il vint en aide à Louis d’Anjou, toujours en butte au seigneur de Commercy455. On comprend dès lors que Thibaut de Neufchâtel consentit de bonne grâce à obéir aux ordres du duc pour contenir, voire pourchasser les Écorcheurs sur les terres de Bourgogne456. Le guet-apens de Lure provoqua la colère du sire de Commercy qui avait perdu dans l’affaire une grande partie de son artillerie. Il s’en plaignit au roi et réclama 2000 écus d’or de dommages457. Celui-ci ne tarda pas à réagir, et fit valoir que Robert se trouvait alors dans sa sauvegarde. Les faits commis furent à ce titre qualifiés de « crime capital de leze magesté ». Charles VII demanda à ses officiers de retrouver dans tout le royaume « les plus coupables des faits ». Toutefois, si la condamnation était vigoureuse, elle ne fut pas suivie d’effet. S’agissait-il de la part du roi d’un simple effet de manche destiné à apaiser le courroux de son bouillant capitaine ? Il est vrai que Charles VII avait contracté une autre obligation à l’égard de son allié dont il avait exigé qu’il logeât dans sa ville 25 lances en provenance de Montbéliard458 ! Pourtant, une nouvelle supplication de Robert auprès du roi en 1455 indique qu’à cette date le contentieux n’était toujours pas réglé. Le sire de Commercy, qui ne se payait guère de mots, espérait toujours recouvrer ses pièces d’artillerie, et être indemnisé pour le reste459.

  • 460 Le roi saisit le prétexte d’une prétendue agression par les Messins d’Isabelle de Lorraine pour int (...)
  • 461 Marot P., « L’expédition de Charles VII à Metz », op. cit., p. 109-155. L’expédition de Charles VII (...)
  • 462 Vallet de Viriville A., Histoire de Charles VII, op. cit., t. 2, p. 56-67. Dom Calmet, Histoire de (...)

124Entre-temps, en août 1444, Charles VII était venu en personne en Lorraine, et son armée progressait dans l’Empire avec l’appui majeur de Robert de Sarrebrück, qui préparait le terrain de longue date sans se faire prier460. Après avoir pris Épinal et rétabli sa garde sur Toul et sur Verdun, il dirigea ses forces contre la cité messine461. En dehors du fait qu’elle dura plusieurs mois, elle eut surtout un effet considérable pour la stabilisation de la frontière à l’est du royaume. Robert de Sarrebrück, à la tête des capitaines français, avait largement préparé le terrain de la prise de Metz en pressurant le pays alentour, en particulier le Val de Metz. La concordance des actions renforce notre hypothèse d’une attaque coordonnée et planifiée à l’avance. Les chroniqueurs messins n’y virent, cela va de soi, que des exactions de pillards. Lorsque Charles VII arriva en personne en Lorraine, il renvoya Sarrebrück et ses écorcheurs auprès de Dauphin à Langres, mais alors que l’essentiel des troupes se massaient en Suisse, Sarrebrück, lui, portait ses efforts sur l’Alsace. Comment ne pas voir, là encore, une stratégie cohérente. Certes, les troupes du sire de Commercy ne purent s’emparer de Strasbourg, mais l’étau, par un mouvement enveloppant, avait isolé la Lorraine et obligé René d’Anjou à entrer de façon définitive dans l’orbe du roi. Début 1445, les troupes royales mettaient le siège devant Metz. Le roi installa sa résidence à Nancy jusqu’en avril 1445. Là, de nombreuses festivités virent se succéder banquets, ballets et tournois. On y vit pour la première fois la jeune Agnès Sorel. C’est également dans ce cadre que l’on célébra le mariage de la fille de René d’Anjou, Yolande, avec Ferry de Vaudémont, qui marquait sa réconciliation définitive avec Antoine de Vaudémont462.

  • 463 Sur cet épisode, voir Saulcy et Huguenin, Relation du siège de Metz en 1444, op. cit. ; Schneider J (...)
  • 464 Traité de paix du 28 février 1445, Vallet de Viriville A., Histoire de Charles VII, op. cit., t. 2, (...)
  • 465 BNF, Lorraine 293, f° 25 (3 février 1445, n. s.). Copie d’une quittance du receveur général des fin (...)
  • 466 Vallet de Viriville A., Histoire de Charles VII, op. cit., t. 2, p. 46. Il s’agit évidemment d’un m (...)
  • 467 Voir l’ordonnance d’Orléans de 22 décembre 1438, la « Pragmatique sanction », Petit-Dutaillis Ch., (...)

125L’action militaire s’organisait de part et d’autre. Les maisons fortes et les églises fortifiées du pays messin furent prises d’assaut, les unes après les autres. Les paysans alentour se réfugièrent en nombre dans la ville, qui fut vite surpeuplée. Confiée à Jean Vitton, à ses mercenaires et aux « soldoyeurs » de la cité, la défense de Metz s’organisa463. Chaque corporation était chargée de la défense d’une tour des remparts, lesquels furent renforcés par des boulevards de terre équipés de bombardes. Les faubourgs de Saint-Martin, de Saint-Arnoul, de Saint-Clément, de Saint-Symphorien, de Saint-Thiébaut furent en partie rasés, afin de faciliter la défense de la cité. Ainsi protégée, Metz résista à six mois de siège. Comme souvent, un arrangement financier y mit fin. Les Messins achetèrent le départ des troupes ennemies en payant 200 000 écus au roi Charles VII et en annulant les importantes dettes du duc de Lorraine. Un nouveau traité de paix fut signé en mars 1445464. La cité messine sortait affaiblie du conflit, mais c’était le prix à payer pour demeurer une ville libre au sein du Saint-Empire romain germanique. À Nancy, le roi confortait les mesures de pacification du royaume et prenait pied dans l’Empire. La consolidation de ces avances territoriales se concrétisait encore par le renforcement des fidélités personnelles, dont Robert de Sarrebrück constitue le meilleur exemple. Il avait dû payer au roi une amende de 6 600 livres tournois pour les dommages causés par ses hommes465. Cet argent devait servir à payer les troupes engagées au « Val de Metz466 ». Charles VII, qui n’avait pas toujours les moyens de ses ambitions, tira profit d’un argument politique et juridique, pour trouver le financement opportun auprès d’un baron isolé. Le cynisme de la raison d’État une nouvelle fois l’emportait, mais le seigneur de Commercy n’était plus en position de se défendre. Il est vrai que le paysage lorrain avait aussi conforté le roi dans une ambition : celle de sanctionner les velléités des seigneurs locaux à lever des bandes armées, comme de réduire les excès des capitaines, les uns et les autres se confondant souvent ou se soutenant mutuellement. Ce n’est donc pas un hasard, si quelques mois plus tard, le 26 mai 1445, fut promulguée la célèbre ordonnance de Louppy-le-Châtel. Elle affirma avec plus de force encore le droit absolu du roi à lever des troupes et instaura les premières compagnies d’ordonnance, qu’il confia à ses meilleurs capitaines467. La progression de l’autorité royale aux confins du royaume sonna le glas de l’indépendance de Robert de Sarrebrück. C’est le moment où le guerrier se posa définitivement dans sa ville-forteresse, veillant désormais à préserver ses droits d’une autre manière.

  • 468 BNF, Lorraine 293, f° 27.
  • 469 Ibid., 401, f° 109.
  • 470 Le 15 octobre 1457, un sergent royal se déplace à Euville et, sur la place publique, il annonce « a (...)

126En 1453, Charles VII paracheva sa reconquête avec une dernière grande campagne, celle de Guyenne. Mais Robert de Sarrebrück n’était plus concerné. Suite au mandement adressé par le roi à ses baillis de Sens, de Vermandois, de Chaumont et de Vitry, l’homme qui avait atteint les cinquante-trois ans tenta de s’affranchir de cet ultime service militaire. Un second mandement informa les mêmes destinataires que le roi avait accordé la dispense au seigneur de Commercy, en conséquence de quoi aucune charge ne pouvait être retenue contre lui. Les arguments avancés par le roi sont riches d’informations. Le roi reconnaît de toute évidence les excuses mises en avant par Robert, et d’abord qu’il a depuis toujours servi la cause du roi : « a la faveur des bons et agréables services qu’il nous a faiz le temps passé ou fait de noz guerres ». Mais la lettre poursuit sur d’autres considérations : « ces choses considérées et l’aage de notre dit cousin », le roi accepte de recevoir en lieu et place du seigneur de Commercy, son fils aîné Amé, lequel précise-t-on « est assez en aage et puissant pour nous bien servir doresnavant oudit fait de la guerre », et qu’il sera « monté, armé et accompaigné468 ». Robert était-il réellement perclus de rhumatismes pour avoir décliné l’obligation ? Cet âge honorable ne sonnait pas la retraite des chefs de guerre au XVe siècle. On pourrait citer en comparaison deux grandes figures que le sire de Commercy a croisées dans sa longue carrière militaire, Barbazan qui est mort sur le champ de bataille de Bulgnéville à 71 ans, et Talbot qui fut tué à Castillon dans les mêmes circonstances à l’âge de 81 ans. Certes, on pourra reprocher à ces deux exemples leur caractère exceptionnel, mais l’on peut toutefois se demander si Robert n’était pas tout simplement lassé d’avoir servi un monarque qui avait si mal récompensé ses capitaines, et ravalé ses anciens alliés au rang de simples sujets. Le sire de Commercy fit néanmoins valoir qu’il lui fallait maintenant surveiller ses places « es fins et extremitez du royaume ». Près de dix ans plus tard, le 1er juillet 1454, le roi accorda sa sauvegarde à Robert et exigea que lui soient payées les dettes qui lui restaient dues469. Trois ans plus tard, Charles VII réitéra sa déclaration et ses exigences470. Robert, cité comme « chevalier, conseiller et chambellan du roi », avait recouvré les honneurs qui avaient été accordés à ses ancêtres, mais luttait encore pour récupérer une partie de son avoir. Ultime résistance, perdue d’avance. Le comte de Braine allait prendre sa retraire de combattant et consacrer la fin de sa vie à la gestion de ses domaines.

127Au seuil de cette retraite, quel bilan tirer d’une vie de combattant ? Le damoiseau de Commercy avait été un partisan du Dauphin et l’un de ceux qui avait assisté à la journée du sacre. Il avait combattu pour lui, avec son compagnon d’armes Robert de Baudricourt. Dans le même temps, et c’est peut-être cela le cœur du paradoxe, il entretenait un lourd contentieux avec René d’Anjou, dont la mère fut le principal moteur de la résistance française. La fidélité de Robert à la France et la défense de ses intérêts ne se contredisaient pas, mais ne se superposaient pas en permanence ; elles troublent le lecteur qui eût aimé lire l’histoire de Robert de Sarrebrück comme un roman historique, dont les camps auraient été clairement délimités. Le regard que le roi porta sur son partisan fut d’ailleurs à l’aune de cette contradiction. Il le protège quand celui-ci est menacé, ou quand il est fait prisonnier, mais il le taxe lourdement pour bien marquer son autorité. Disons-le clairement : entre le prince René d’Anjou et le comte Robert de Sarrebrück (ou entre son beau-frère et son lointain cousin, le capitaine), le roi ne tranche jamais et il se garde de blesser l’un ou l’autre. Charles VII avait appris, au cours de son long isolement politique, à se servir d’hommes de guerre d’exception, capables de se débrouiller seuls dans un espace hostile, et de se payer sur le pays faute d’être financés sur le Trésor. La vraie difficulté pour lui fut de canaliser ce trop-plein d’énergie guerrière et de violence collective qui pouvaient remettre en cause une paix difficilement négociée. Des désordres qui mettaient à mal également l’autorité publique incarnée par le roi au seuil de la paix. Il fut sur ce point d’une grande habileté ; il employa la force brute en terres ennemies (et fut heureux de trouver un Robert de Sarrebrück pour conduire toute cette troupe de mauvais sujets sur les routes d’Allemagne), ou il l’envoya dévaster un pays qu’il allait lui-même investir plus tard, le pays messin, encore impérial. Le retour à la paix, c’est à dire le retour à l’autorité du roi, s’accompagna de punitions exemplaires (celle du Bâtard de Bourbon), de soumissions forcées, de lettres de rémission, plus rarement de récompenses ou de promotions. Tel est souvent le sort de ceux qui se battent en francs-tireurs. Au-delà, il est difficile de tirer des enseignements de ces quelques exemples, sauf à indiquer qu’en temps de guerre civile, les alliances ne sont jamais certaines et les fidélités souvent affaire de circonstances. Les seigneurs, malmenés par la crise, jouent aussi leur survie. Dès lors, rien sans doute ne peut se comprendre sans l’éclairage de l’économie : c’est l’objet du chapitre suivant, car Robert de Sarrebrück fut aussi, et j’ose dire « avant tout », un entrepreneur de guerre.

Notes

1 BNF, Lorraine 291, f° 69. Publié dans Luce S., Jeanne d’Arc à Domrémy, op. cit., p. 301-305.

2 BNF, Lorraine 87 ter, f° 35.

3 Enguerrand de Monstrelet, Chronique, op. cit., t. 5, p. 52-53.

4 Chronique d’Arthur de Richemont, op. cit., p. 94-96.

5 Enguerrand de Monstrelet, Chronique, op. cit., t. 5, p. 394-395.

6 BNF, Lorraine 386, f° 4, 5 et 6.

7 Toureille V., « La désobéissance d’un sire au XVe siècle : Robert de Sarrebrück, damoiseau de Commercy », op. cit., p. 153-163.

8 Toureille V., Vol et brigandage, op. cit., p. 151 et suiv. ; Pernot Fr. et Toureille V. (dir.), Lendemains de guerre, op. cit.

9 Sur les ambassades voir Spitzbarth A.-B., Ambassades et ambassadeurs de Philippe le Bon (1419-1467), Burgundica, à paraître.

10 Vallet de Viriville A., Histoire de Charles VII, op. cit., t. 2, p. 315 ; Poull G., Les cahiers d’histoire, de biographie et de généalogie, Rupt-sur-Moselle, 1967, fasc. 2, p. 17 ; Germain L., « Recherches sur les actes de Robert de Baudricourt de 1432 jusqu’à 1454 », Bulletin mensuel de la société d’archéologie lorraine et du musée historique lorrain, 1902, t. 2, p. 218-230.

11 AD Meuse, B 1243, f° 87.

12 Contra Moeglin J.-M., L’Empire et le royaume, Paris, 2011 ; Quicherat J., Procès, op. cit., p. 106 (témoignage de Colet de Vienne) ; Luce S., Jeanne d’Arc à Domrémy, op. cit., p. 160, no 6.

13 Dumont Ch.-É., Histoire de la ville et des seigneurs de Commercy, op. cit., t. 1, p. 209.

14 Schnerb B., Jean sans Peur, le prince meurtrier ? Paris, Perrin, 2005.

15 Brugière de Barante P., Histoire des ducs de Bourgogne de la Maison de Valois : 1364-1477, t. 1, Société typographique belge, Adolphe Wahlen et Compagnie, 5e éd., 1838.

16 AD Nord, B 1920, f° 50 v°, cité par Bonenfant P., Philippe le Bon, sa politique, son action, Bruxelles, De Boeck Université, 1996, p. 215.

17 Cosneau E., Les grands traités de la guerre de Cent Ans, Paris, 1889, p. 23 ; Autrand Fr., Charles VI, Fayard, Paris, 1986, p. 577 et suivantes ; Favier J., La guerre de Cent Ans, Paris, 1980, p. 452 et suiv. ; Schnerb B., Les Armagnacs et les Bourguignons, op. cit., p. 212 et suiv. ; Curry A., « Le traité de Troyes, un triomphe pour les Anglais ou pour les Français ? », Images de la guerre de Cent Ans, Couty D. et alii (dir.), PUF, Paris, 2002, p. 13-26.

18 Autrand Fr., Charles VI, op. cit., p. 580 ; Chiffoleau J., « Sur le crime de lèse-majesté médiéval », Genèse de l’État moderne en Méditerranée, Rome, coll. EFR, 1993, p. 183-313.

19 Schnerb B., Les Armagnacs et les Bourguignons, op. cit., p. 214.

20 Louis de Bar (vers 1370 – 1430), Poull G., La maison souveraine et ducale de Bar, op. cit.

21 ANF, KK 1117, f° 728-729.

22 BNF, Lorraine 293, f° 15 et 24 mai 1420 : lettre de non-préjudice de Gauthier de Ruppes et de dix autres seigneurs capturés par Robert de Baudricourt et Robert de Sarrebrück, pour tous dommages subis. ANF, KK 1117, f° 740-741.

23 AD Meuse, B 1243, f° 87 (mai 1420).

24 AD Meuse, B 1243, f° 87.

25 BNF, Lorraine 348, f° 64 (19 mai 1420). Luce S., Jeanne d’Arc à Domrémy, op. cit., p. 67 et p. 306-307.

26 ANF, KK 1117, f° 740-741.

27 BNF, Lorraine 293, f° 15 (24 mai 1420).

28 Schnerb B., Les Armagnacs et les Bourguignons, op. cit., p. 216.

29 Luce S., Jeanne d’Arc à Domrémy, op. cit., p. 68 et 307 ; BNF, Lorraine 200, f° 42.

30 Liébaut de Baudricourt avait fait main basse sur le bétail des habitants de Troyon pour se payer en retour, Luce S., Jeanne d’Arc à Domrémy, op. cit., p. 70.

31 ADMM, B 629, 123.

32 AD Meuse, B 687, f° 54 v°., ibid., B 2212, f° 75, ibid., B 2213, f° 76 v° : « Item, en soissante florins, dix gros pour le florin, pour la déchéance de six cens francs, monnoye de Metz, payez et delivrez à Robert de Baudrecourt. »

33 ADMM, B 629, 124.

34 AD Meuse, B 2212, f° 75.

35 ADMM, B 629, 126. En fait, l’affaire rebondit encore en juillet 1424, pour que le cardinal daigne à nouveau accorder 100 francs à Robert de Sarrebrück (ADMM, B 629, 157).

36 ANF, KK 1117, f° 747 v°, f° 729 v° et f° 730.

37 Le 25 juin 1420. Archives départementales de la Côte d’Or (désormais AD CO), B 11920, citée par Luce S., Jeanne d’Arc à Domrémy, op. cit., p. 18-20 et ibid. Preuves, p. 310-311.

38 Luce S., Jeanne d’Arc à Domrémy, op. cit., p 23 ; ibid., Preuves, p. 314-316.

39 La date de naissance de Robert de Baudricourt n’est pas connue avec précision. Il est déjà capitaine de Vaucouleurs en 1415. Il serait mort en 1454, Germain L., « Recherches sur les actes de Robert de Baudricourt », op. cit., p. 218.

40 Luce S., Jeanne d’Arc à Domrémy, op. cit., p. 17.

41 Autrand Fr., Charles VI, op. cit., p. 592 et suiv.

42 BNF, fr. 4484 et BNF, fr. 23018. Guillaume de Flavy, né vers 1398, mort en 1449, fut l’un des capitaines du Dauphin, Champion P., Guillaume de Flavy, capitaine de Compiège, Paris, 1906 ; Longnon A., Étude sur les limites de la France et l’étendue de la domination anglaise à l’époque de la mission de Jeanne d’Arc, Paris, 1875, p. 48-49.

43 Mouzon, commune des Ardennes, arr. de Sedan.

44 Beaumont-en-Argonne, commune des Ardennes, arr. de Sedan.

45 Édouard de Granpré, seigneur de Verpel et d’Estry, était membre de l’ordre de Saint-Hubert.

46 Eustache de Vernancourt, décédé en 1429, était un capitaine français.

47 Grandpré, commune des Ardennes, arr. de Vouziers.

48 La Ferté-sur-Chiers, commune des Ardennes, arr. de Sedan.

49 Dannevoux, commune de la Meuse, arr. de Verdun.

50 Malancourt, commune de la Meuse, arr. de Verdun.

51 Passavant-en-Argonne, commune de la Marne, arr. de Sainte-Ménehould. Voir Aimond Ch., Les relations de la France et du Verdunois, op. cit., p. 242-246 ; Champion P., Guillaume de Flavy, op. cit., p. 15.

52 Antoine, comte de Vaudémont (vers 1395-1458), était le fils de Ferry de Lorraine et de Marguerite de Joinville.

53 Jean V, proche de Charles II de Lorraine, fut gouverneur du duché de Bar en 1422.

54 Il s’agit de Henri, comte de Blâmont. La seigneurie de Blamont, située entre Nancy et les Vosges, constituait un alleu au cœur du duché de Lorraine.

55 Sur ce sujet, l’introduction de Philippe Contamine à l’ouvrage de Bertrand Schnerb, Bulgnéville, op. cit. : « 1429-1431, ou les hésitations de l’histoire », p. VII à XVI.

56 Contamine Ph., « L’impact de la guerre de Cent Ans en France sur le plat-pays et sur la vie au village », Les villageois face à la guerre (XIV-XVIIIe siècles), Desplat Ch. (dir.), Toulouse, 2001, p. 14-34.

57 AD CO, B 11334, f° 61 ; Luce S., Jeanne d’Arc à Domrémy, op. cit., Preuves, p. 316 et 317.

58 Greux, département des Vosges, arr. de Neufchâteau.

59 BNF, Lorraine 119, f° 138. Luce S., Jeanne d’Arc à Domrémy, op. cit., p. 75 et p. 97 à 100. Cette démarche ne manque pas de surprendre quand on sait que Domrémy relevait de Vaucouleurs. Le village disposait par ailleurs d’un seigneur, Henri d’Ogéviller, qui fut maître d’hôtel de Charles II.

60 Contamine Ph., « Lever l’impôt en temps de guerre : rançons, appatis, souffrances de guerre dans la France des XIVe et XVe siècles », L’Impôt au Moyen Âge, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, Paris, 2004, p. 11 à 39.

61 Luce S., Jeanne d’Arc à Domrémy, op. cit., p. 97 à 100.

62 En juin 1424. Jean V de Vergy, seigneur de Saint-Dizier, de Vignory, de la Fauche et de Fourvent était le cousin germain d’Antoine de Vergy. Il fut sénéchal de Bourgogne et fut fait chevalier de la Toison d’or en 1433.

63 Aujourd’hui Blaise-sous-Arzillières, Marne.

64 Vignory, commune de la Marne, arr. de Chaumont.

65 Antoine de Vergy (1375-1439), oncle de Jean de Vergy, fut maréchal de France pour Henri VI. Châtelain de Montéclère, près d’Andelot, il était le fils de Jean III de Vergy, maréchal de Bourgogne, mort en 1418. Il fut nommé gouverneur de Champagne en 1427 et figura dans la première promotion de la Toison d’or. C’est lui qui commanda l’offensive bourguignonne contre Vaucouleurs, obligeant Baudricourt à négocier et la famille de Jeanne d’Arc à quitter Domrémy.

66 Jean, bâtard de Vergy, oncle de Jean, seigneur de Sailly et de Richecourt.

67 Les deux Jean et Antoine de Vergy.

68 AD Meuse, B 2409, f° 34; ibid., B 2212, f° 90; ibid., B 497 f° 203-204 v° et f° 233; ibid., B 1431, f° 89, f° 162, f° 172 v°-173. Luce S., Jeanne d’Arc à Domrémy, op. cit., p. 104-105, p. 115-145 et p. 147-148.

69 ANF, JJ 191, no 141, f° 75-76. Luce S., Jeanne d’Arc à Domrémy, op. cit., p. 82 ; ibid., Preuves, p. 275.

70 Luce S., Jeanne d’Arc à Domrémy, op. cit., preuves, p. 144-146. Ces chevauchées l’ont-elles enrichi ? Toujours est-il qu’à cette époque Baudricourt se remaria, Germain L., « Recherches sur les actes de Robert de Baudricourt », op. cit., p. 220.

71 AD Meuse, B 2409, f° 4 à 21. Luce S., Jeanne d’Arc à Domrémy, op. cit., Preuves, p. 117 et 218.

72 ANF, J 646, no 24. Serment prêté au Châtelet de Paris par Robert de Sarrebrück, en présence de Jean de Nant, évêque de Paris, d’Hugues d’Orge, évêque de Chalon-sur-Saône, de Jacques du Chatelier, trésorier de Reims, de Guy de Bar, chevalier et bailli de Sens, et de Henri de la Tour, bailli de Vitry.

73 Jean de Toulongeon (1381-1427), maréchal de Bourgogne, remporta la bataille de Cravant contre les troupes de Charles VII. Il fut capturé peu après. Sa rançon fut fixée à 14 000 écus. Il fut libéré en 1425. Il mourut deux ans plus tard.

74 Luce S., Jeanne d’Arc à Domrémy, op. cit., p. 153.

75 Quicherat J., Aperçus nouveaux sur l’histoire de Jeanne d’Arc, Paris, J. Renouard, 1850, p. 10.

76 Siméon Luce écrit à son propos « Sans aucun doute, il fallut déployer, outre un rare courage personnel, des talents de tout genre pour pourvoir à la défense d’une forteresse isolée et comme perdue dans une région entourée d’ennemis aussi nombreux que puissants. Abandonné à peu près complètement pendant un certain nombre d’années à ses seules forces, Robert n’en réussit pas moins à maintenir en définitive la châtellenie dont il avait la garde sous l’obéissance de Charles VII ; mais ce précieux résultat fut acheté par une longue série d’expédients, de compromis, de ruses ou plutôt de roueries diplomatiques et militaires tellement compliquées qu’il est parfois impossible, à la distance où nous nous trouvons aujourd’hui des événements, d’en démêler l’écheveau ». Il aurait pu ajouter que Robert de Sarrebrück, moins protégé que son ami Baudricourt, fut davantage encore que lui contraint de jouer des multiples ressorts de la diplomatie secrète, Jeanne d’Arc à Domrémy, op. cit., p. 68.

77 Schnerb B., Les Armagnacs et les Bourguignons, op. cit., p. 18 ; Pierre Champion, Guillaume de Flavy, capitaine de Compiègne, Genève, 1975, p. 17 et suiv.

78 L’épopée de Jeanne d’Arc a donné lieu à une très abondante littérature. Sans jamais aborder le personnage du damoiseau de Commercy, elle a suscité de nombreux travaux sur l’environnement de la Pucelle, auquel il appartenait. Je me réfère, pour ma part, à Luce S., Jeanne d’Arc à Domrémy, op. cit. ; Beaune C., Jeanne d’Arc, Perrin, 2004 ; Pernoud R., La libération d’Orléans, 8 mai 1429, Paris, 1969 ; Bossuat A., Jeanne d’Arc, Paris, Que-sais-je ?, 1968 ; Jeanne d’Arc, une époque, un rayonnement, colloque d’histoire médiévale (Orléans, octobre 1970), Paris, CNRS, 1982 ; Duby G. et A., Les procès de Jeanne d’Arc, Paris, Gallimard, 2003 ; Jeanne d’Arc. Histoire et dictionnaire, op. cit. ; Helary X., Jeanne d’Arc en son siècle, Paris, Fayard, 2012. E. Perroy conseille en sus la lecture d’Anatole France, Vie de Jeanne d’Arc, Paris, 1923.

79 BNF, Lorraine 119, f° 138, 7 octobre 1423 : « Dommoget Truillart, maire de “Dom Rémy” et Jacques d’Arc, doyen, et dix autres habitants de Domrémy et de Greux […] que chaque feu entiers doit 2 gros et la veuve 1 gros pour droit de protection à Robert, payable au château de Commercy. »

80 C’est dans cette paroisse que se déroula la bataille entre Robert de Sarrebrück et Durant de Saint-Dié, évoquée plus haut.

81 Duby G. et A., Les procès de Jeanne d’Arc, op. cit., 2003, p. 49. ; Quicherat J., Procès, op. cit., p. 65-66. On ne peut guère voir, de mon point de vue, dans ce conflit de villages que sépare la Meuse, autre chose qu’une « guerre des boutons » médiévale.

82 « Interrogée si ceux de Domremy tenaient le parti des Bourguignons ou des Armagnacs, répond qu’elle eût bien voulu qu’il eût la tête coupée ; voire, s’il eût plu à Dieu. Interrogée si à Maxey, ils étaient bourguignons, répond qu’ils étaient Bourguignons », Quicherat J., Procès, op. cit., p. 65-66.

83 Luce S., Jeanne d’Arc à Domrémy, op. cit., p. 176 ; Duby G. et A., les procès de Jeanne d’Arc, op. cit., p. 34 ; Quicherat J., Procès, op. cit., tome 1, p. 214, tome 2, p. 445 et suiv.

84 Duby G. et A., les procès de Jeanne d’Arc, op. cit., p. 37. En mai 1418, Robert de Baudricourt avait refusé d’écouter Jeanne d’Arc.

85 Le cheval valait, dit-on, douze francs, Champion P., Jeanne d’Arc, écuyère, Paris 1901, p. 55.

86 Duby G. et A., les procès de Jeanne d’Arc, op. cit., p. 242-243.

87 La notion d’« aidans » est difficile à qualifier. Parfois on évoque plutôt le terme de « pensionné ». Amé de Sarrebrück était, avant son fils, un « aidant » de la cité de Metz.

88 Archives municipales de Metz (désormais am Metz), AA 27, 77 (7 juin 1429).

89 BNF, coll. Dupuy 416, f° 17 et suiv.

90 Alain Atten, « Les Lorrains dans l’ost de Charles VII », Bulletin de l’Association des amis du Centre Jeanne d’Arc, 11, 1987, p. 19-31.

91 Alain Atten prétend, sur le fondement de plusieurs témoignages, que René d’Anjou arriva trop tard pour assister au sacre. La lecture des chroniques, contradictoires sur ce point, ne me permet pas de trancher. Le fait a d’ailleurs en soi assez peu d’importance. Le Héraut Berry écrit par exemple : « Et se partit le roy et vint à Senlis […] et son avangarde passa oultre et vint à Saint-Denis ; et conduisit l’armée monseigneur d’Alençon et la Pucelle et les maréchaux. Lors vint le duc de Bar René à l’aide du roy et le damoiseau de La Marche et celui de Rodemack », Gilles le Bouvier, dit le Héraut Berry, Les chroniques du roi Charles VII, op. cit., p. 140.

92 La Chronique de Philippe de Vigneulles, Bruneau Ch. (éd.), Metz, 4 vol. , 1927-1933, t. 2, p. 205.

93 Contamine Ph., « Les pairs de France au sacre des rois (XVe s.). Nature et portée d’un programme iconographique », Bulletin de la société nationale des antiquaires de France, 1988, p. 321-348.

94 BNF, coll. Dupuy 416, f° 17 et suiv. (lettre no 129) ; Perceval de Cagny, Chroniques des ducs d’Alençon ou Chroniques de Perceval de Cagny, Moranvillé H. (éd.), Paris, 1902, p. 20. Enguerrand de Monstrelet écrit : « Et servirent le Roy, à son disner, le duc d’Alençon et le conte de Clermont, avec pluiseurs aultres grans seigneurs. Et fist, le Roy, le jour de son sacre, trois chevaliers, desquelz le damoiseau de Commercis en fut l’un », Chronique, op. cit., t. 4, p. 339. Voir également Jean de Wavrin, seigneur de Forestel : « et feit ce jour le Roy trois chevaliers nouveaux dedans l’Eglise de Nostre-Dame, desqueles le Damoiseau de Commercy feut l’un », Anchiennes cronicques d’Engleterre par Jehan de Wavrin, seigneur de Forestel. Choix de chapitres inédits annotés et publiés pour la Société de l’histoire de France par Mlle Dupont, 3 vol. , Paris, Renouard, 1858-1863, t. 1, p. 168-169.

95 Martial d’Auvergne, Les vigilles de la mort du roy Charles VII, Poésies, 2 vol. , Coustellier (éd.), Paris, 1724, t. 1, p. 108.

96 Favier J., La guerre de Cent Ans, op. cit., p. 504.

97 Charles VII avait proposé de racheter Jeanne d’Arc pour 10 000 livres.

98 BNF, Lorraine 293, f° 16.

99 En particulier à Chaligny, commune de Meurthe-et-Moselle, arr. de Nancy. Voir le procès-verbal des dommages causés par la garnison de Vaucouleurs sur les terres de Thibault de Neufchâtel : BNF, Lorraine 386, f° 15-19.

100 Châtel-sur-Moselle, commune des Vosges, arr. d’Épinal. La ville constituait une enclave bourguignonne en terre lorraine. La forteresse, dont il demeure d’importants vestiges, appartint à la famille de Vaudémont puis à celle de Neufchâtel.

101 Luce S., Jeanne d’Arc à Domrémy, op. cit., p. 81 et p. 265-269.

102 Thibaut IX de Neufchâtel (1417-1469), fils de Thibaut VIII de Neufchâtel et d’Agnès de Montfaucon, était seigneur de Neufchâtel, de Châtel-sur-Moselle, d’Epinal, de Blâmont, de Clémont et vicomte de Baume-les-Dames (1459-1469). Connétable de Bourgogne, il fut maréchal de Bourgogne et chevalier de la Toison d’Or. Il avait épousé Bonne de Châteauvillain, fille de Bernard de Châteauvillain, seigneur de Thil et de Châteauvillain.

103 BNF, Lorraine 94, f° 24.

104 Enguerrand de Monstrelet, Chronique, op. cit., t. 5, p. 40-41 : « Au mois de septembre oudit an, le damoisel de Commercy, qui, long-temps par avant, avoit grand-haine envers messire Jean de Luxembourg, tant pour sa forteresse de Montagu, qu’il lui détenoit, comme pour plisuers autres dissensions qu’ils avoient eues l’un envers l’autre, assembla, de plusieurs lieux, de quatre à cinq cents combattants ou environ, lesquels il mena secrètement auprès de Ligny, en Barrois, et ycelle par faute de guet, prit et entra dedans, et tous ceux qu’il avoit amenés, par échelles. »

105 En effet, au même moment, Français et Anglo-Bourguignons s’affrontaient sur la frontière de Picardie autour du point névralgique que représentait Laon.

106 Enguerrand de Monstrelet, Chronique, op. cit., t. 5, p. 40-41.

107 Enguerrand de Monstrelet : « Auquel siège vint pour le lever ledit seigneur de Château-Vilain, le damoisel de Commercy et Robert de Vaudricourt, atout seize cents combattants, et y eut très grand’escarmouche, en laquelle fut mort un seul homme tant seulement », Chronique, op. cit., t. 5, p. 52-53. Aujourd’hui commune de Grancey-le Château-Neuville, Côte d’Or, arr. de Dijon. On peut y voir les vestiges du château médiéval.

108 Baudricourt apparaît comme capitaine de Chaumont, avant d’en être nommé bailli par le roi. C’est un acte du 8 avril 1435 qui le distingue comme capitaine de Chaumont : « Lienart de Leschielle, demeurant à Haraucourt, certifie un legs fait à l’église du Saint Esprit à Vaucouleurs. Sceau de Robert de Baudricourt, capitaine à Chaumont. » Original, Parchemin, Sceau en partie, Archives de Clervaux, no 839, cité par Germain L., « Recherches sur les actes de Robert de Baudricourt », op. cit., p. 222 ; Mougenot L., Jeanne d’Arc, le duc de Lorraine et le sire de Baudricourt, Nancy, Berger-Levrault, 1895, p. 124.

109 ADMM, Layette La Mothe et Bourmont, no 54 ; Germain L., « Recherches sur les actes de Robert de Baudricourt », op. cit., p. 222.

110 Lecoy de La Marche A., Le roi René, op. cit., t. 1, p. 122.

111 Dom Calmet, Histoire généalogique de la maison du Châtelet, Nancy, 1741, preuves, p. 47 ; Léon Mougenot, Jeanne d’Arc, le duc de Lorraine et le sire de Baudricourt, Nancy, 1895, p. 122.

112 Dom Calmet, Histoire généalogique de la maison du Châtelet, op. cit., preuves 47 ; Mougenot L., Jeanne d’Arc, op. cit., p. 122 ; Lecoy de La Marche A., Le roi René, op. cit., t. 1, p. 129. Dom Plancher, Histoire de Bourgogne, t. IV, p. 228 : « Le 15 mars 1437, en exécution du traité de Lille, une élite de gentilshommes avait donné au duc de Bourgogne et de Brabant les scellés nécessaires pour cautionner le paiement de la rançon de René ; parmi ces gentilshommes figure Baudricourt. »

113 ADMM, B 178, Layette Foug, no 1. Léon Mougenot mentionne ainsi cet acte : « Le 21 février 1437 (n. s.), le roy René donne à Robert de Baudricourt « l’office de « capitaine châtelain et garde du chastel et ville de Foug, au « duché de Bar, au gage de 300 livres tournois. À recevoir par les maîtres échevins et gens de la justice de la ville de Toul, qu’ils ont accoutumé de payer par an au duc de Bar », Mougenot L., Jeanne d’Arc, le duc de Lorraine, op. cit., p. 122.

114 Lecoy de La Marche A., Le roi René, op. cit., t. 1, p. 93.

115 AD Meuse, B 2216.

116 Dumont Ch.-É., Histoire de la ville de Saint-Mihiel, 4 vol. , Nancy-Paris, 1868-1875, t. 1, p. 164-165.

117 Harthel, commune du département de la Nièvre.

118 Le chroniqueur rappelle d’ailleurs que les capitaines français s’étaient divisés autour de ce coup de force. C’est La Hire qui ramena les écorcheurs Robert de Floques, Chabannes, Blanchefort, dans le camp de René d’Anjou, tandis que Robert ne put conserver que le soutien de Forte-Épice, Enguerrand de Monstrelet, Chroniques, op. cit., t. 5, p. 130.

119 BNF, Lorraine 293, f° 13.

120 ADMM B 631, 91 (manquant) et 92 (février 1440) : p. 91 : Réponse du seigneur de Commercy « aux demande à luy faites par le roy » et p. 92 : « Les demandes du roy audit seigneur de Commercy pour réparer ce qu’il a fait à son déplaisir ce avoir de luy payer en la ville de Rheims 25 000 vieux florins… »

121 BNF, Lorraine 293, f° 19.

122 Germain L., « Recherches sur les actes de Robert de Baudricourt », op. cit., p. 226.

123 29 juin 1453, Mougenot L., Jeanne d’Arc, le duc de Lorraine, op. cit., p. 124 ; Archives départementales des Bouches du Rhône, B 205, f° 90, cité par Lecoy de La Marche A., Le roi René, op. cit., t. 1, p. 276, note 1.

124 Chroniques de la ville de Metz, op. cit., p. 283. En fait, le pape Nicolas V avait appelé à la croisade contre les Turcs, le 30 septembre 1453.

125 ADMM, B 629, 168. Un cahier de sept feuillets, de 1433, établit un récapitulatif complet des sommes dues à cette date. Elles se montent alors à la somme exacte de 87 450 francs.

126 L’expression « aller en France » est assez souvent employée dans nos archives, ce qui justifie la distinction que nous utilisons ici. Voir, par exemple, AD Meuse, B 13498, f° 140 v° : « pour aider au fait de la despence de monseigneur le duc, quant il doit aller en France » (Compte de Jean Rommel, receveur de Bar. 1428-1429).

127 En 1411, Amé avait été désigné par Robert de Bar comme lieutenant general du Barrois, ADMM, B 631, 103.

128 Dumont Ch.-É., Histoire de la ville et des seigneurs de Commercy, op. cit., t. 1, p. 211.

129 Favier J., Le roi René, op. cit., p. 30 et suiv. Une autre lecture de cette décision est tirée du conflit familial qui opposa (jusqu’à la saisine du Parlement) Yolande de Bar et le cardinal de Bar, pour lequel Yolande d’Aragon avait proposé l’arrangement qui consistait à faire adopter l’un de ses fils par son grand-oncle Louis.

130 Sur ce rôle voir Contamine Ph., « Yolande d’Aragon et Jeanne d’Arc : l’improbable rencontre de deux parcours politiques », Femmes de pouvoir, femmes politiques durant les derniers siècles du Moyen Âge et au cours de la première Renaissance, Bousmar É., Dumont J., Marchandisse A. et Schnerb B. (dir.), Bruxelles, De Boeck, 2012, p. 11-30.

131 En 1422, le duc Charles II, en sa qualité de tuteur de René d’Anjou, établissait Jean, comte de Salm, comme gouverneur général des duchés de Lorraine et de Bar (Dom Calmet, Histoire ecclésiastique, op. cit., t. 3, p. 190).

132 Cf. chap. IV.

133 Il avait lui même un litige avec le duc de Bar.

134 Barbey Fr., Louis de Chalon, prince d’Orange, seigneur d’Orbe, Eschallens, Grandson, 1390-1463, Lausanne, Payot, 1926.

135 Apremont, aujourd’hui Apremont-la-Forêt, commune de la Meuse.

136 ADMM, B 629, 125 et 126.

137 Le damoiseau de Rosemack : sans doute Jean de Rodemack ( ?- 1439), membre de l’ordre de saint-Hubert. Il avait accompagné lui aussi le duc de Bar au sacre de Charles VII, Bossuat A., « Les prisonniers de guerre au XVe siècle, la rançon de Jean, seigneur de Rodemack », Annales de l’Est, Ve série, 1951, 3, p. 145-162.

138 Eustache de Conflans (vers 1380-1437) avait été l’un des membres de l’ordre de saint-Hubert. En 1424, le roi d’Angleterre lui confisqua une partie de ses seigneuries. Capitaine de Châlons, il défendit la ville contre les Anglais et les Bourguignons.

139 Chevalier, sénéchal du duc de Lorraine. Jean de Haussonville fut un proche conseiller de René d’Anjou.

140 Ferry de Ludres était un seigneur lorrain, officier du duc de Lorraine. Seigneur de Richardmesnil, receveur général du duché de Lorraine, Ferry de Ludres fut capturé par Robert de Sarrebrück en 1417.

141 ADMM, B 629, 125 et 126.

142 La chronique de Philippe de Vigneulles, op. cit., t. 2, p. 180.

143 Guillaume de Châteauvillain apparaît proche du duc de Bourgogne, mais plus encore du prince d’Orange et c’est sans doute par l’entremise de ce dernier que les modalités de l’arbitrage furent réglées.

144 Dumont Ch.-É., Histoire de la ville et des seigneurs, op. cit., t. 1, p. 213.

145 Commune de la Meuse, arr. de Commercy.

146 ADMM, B 629, 126.

147 Philippe de Vigneulles souligne à cette occasion que le frère de Guillaume de Châteauvillain, Bernard de Thil, s’était alors rangé dans le camp du duc de Lorraine, pour faire plier ses adversaires. Chroniques de Philippe de Vigneulles, op. cit., t. 2, p. 180.

148 AD Meuse B 1745, f° 53 v° ; AD Meuse, B 497, f° 134 v°, 140 v° et 227.

149 BNF, Lorraine 249, f° 14, no 18 ; Luce S., Jeanne d’Arc à Domrémy, op. cit., p. 77.

150 ADMM, B 629, 127.

151 Ibid., B 629, 128.

152 Dumont Ch.-É., Histoire de la ville et des seigneurs de Commercy, op. cit., t. 1, p. 214.

153 AD Meuse, B 497, f° 213 v° et ADMM, B 631, 106 : « Commission donnée par Charles, duc de Lorraine, mainbourg et gouverneur de son fils, le duc de Bar ».

154 À cette époque, Louis de Chalon exerçait la charge de vicaire impérial et, en tant que tel, il était en bute à l’hostilité du duc de Bourgogne, Barbey Fr., Louis de Chalon, prince d’Orange, op. cit., p. 126.

155 Antoine de Ferrières est un capitaine au service de Louis de Chalon.

156 ADMM, B 629, 128 (8 novembre 1424) ; Luce S., Jeanne d’Arc à Domrémy, op. cit., p. 329-333.

157 À la date du 18 mars 1425 apparaît une lettre de non-préjudice de sept prisonniers capturés par Robert pendant sa guerre contre les ducs de Lorraine et de Bar : BNF, Lorraine 291, f° 70. Le 31 mars 1425 est signée l’obligation de Georges d’Amance, dit de Gombervaux, envers Robert pour sa rançon de 100 écus. L’homme d’armes, capturé après son attaque contre Méligny-le-Grand, dut prêter hommage au seigneur de Commercy pour sortir de prison : ibid., Lorraine 401, f° 112-114.

158 Aujourd’hui arr. de Vesoul, département de la Haute-Saône.

159 ADMM, B 631, 102 (15 octobre 1425) ; Luce S., Jeanne d’Arc à Domrémy, op. cit., p. 333.

160 Le comte de Vaudémont était en posture de réclamer l’héritage du duché de Lorraine. Quand le cardinal Louis se retrouva, à la suite d’Azincourt, le seul mâle de la famille de Bar, Yolande de Bar, sœur de Louis, contesta son héritage au motif qu’il était un homme d’Église. La cause fut portée devant le Parlement, mais Yolande de Bar n’obtint pas gain de cause. Sa fille Yolande d’Aragon, l’âme du parti angevin, mère de René d’Anjou, prolongea la revendication et obtint de son oncle la décision de céder le duché de Bar au jeune René, pour lors comte de Guise, par le truchement d’une adoption. La combinaison imaginée par Yolande d’Aragon comprenait le mariage de René d’Anjou et d’Isabelle de Lorraine, l’héritière du duché. C’est ce dernier point qui contrecarra les ambitions d’Antoine de Vaudémont. Il était lui-même le descendant mâle le plus proche du duc de Lorraine. Dans un premier temps, il ne se manifesta pas, jusqu’au jour où Charles II rendit public son testament (janvier 1425). Il devint dès lors un opposant de l’accord. L’arrière-plan politique de cette querelle de succession est par ailleurs assez évident, dès lors que la maison d’Anjou constituait le meilleur parti du Dauphin et que le duc de Bourgogne pouvait voir dans son installation la remise en cause de sa politique lorraine, François M., Histoire des comtes et du comté de Vaudémont, Nancy, 1935.

161 Vèzelise est une commune de Meuthe-et-Moselle. Elle était la capitale du comté de Vaudémont. La bataille opposa en 1424 les forces de Vaudémont à celles du duc de Lorraine.

162 Hattonchâtel, aujourd’hui Vigneulles-les-Hattonchâtel, commune de la Meuse, arr. de Verdun. Hattonchâtel était à l’origine une résidence de l’évêque de Metz.

163 ADMM, B 629, 133 (16 novembre 1427).

164 Si René d’Anjou assume le gouvernement du duché, c’est bien toujours le cardinal qui est visé par la réclamation.

165 Varennes, aujourd’hui Varennes-en-Argonne, arr. de Verdun, département de la Meuse.

166 Cet investissement est intéressant car il ne relève pas des obligations vassaliques, Robert n’étant pas homme du duc de Bar.

167 Encore que l’engagement de René d’Anjou aux côtés de Charles, son beau-frère, a pu paraître ambigu. Il intervint assez peu dans la reconquête du royaume de France. Ce dernier, en retour, ne facilita guère le règlement de son contentieux avec le duc de Bourgogne, consécutif à sa captivité.

168 Le jeune duc de Guise avait onze ans et l’épousée dix. Il leur faudrait attendre sept ans pour qu’Isabelle mette au monde le premier de leurs neuf enfants.

169 Dumont Ch.-É., Histoire de la ville, op. cit., t. 1, p. 214.

170 Lecoy de La Marche A., Le roi René, op. cit., t. 1, p. 66.

171 ANF, J 933, no 4. Les 59 sceaux sont encore pendus à autant de bandelettes, fixées tout autour de l’acte, sur les quatre côtés, et portant chacun le nom d’un seigneur. La noblesse de Lorraine déclara ainsi, le 13 décembre 1425, lors d’une délibération solennelle, « que, toutes et quantes fois il est advenu en temp passei que aulcun des ducs de Lorraine ait allez de vie a trapessement sen délaissier hoirs masles après lui, nez et procréez de son corp en layaul mariage, que toujours icelles filles aient succédez et doient succéder et hériter comme vraies héritières dudit duchié, princerie et seigneurie de Lorraine ».

172 François M., Histoire des comtes et du comté de Vaudémont des origines à 1473, Nancy, 1935.

173 Amédée VIII.

174 Arnaud-Guilhem, seigneur de Barbazan (1360-1431), originaire de Bigorre, combattit jeune dans les armées du duc d’Orléans. Il fut l’un des principaux capitaines de la faction armagnaque. À partir de 1418, il devint un proche conseiller du Dauphin. En 1420, chargé de la défense de Melun, il tomba aux mains des Anglo-Bourguignons, qui le tinrent prisonnier dix ans. En février 1430, La Hire réussit à le libérer de Château-Gaillard où il était enfermé. Il accompagna René d’Anjou dans la campagne qui, après le sacre, avait conduit l’armée devant Saint-Denis. C’est là qu’il s’attacha ses services. Charles VII, qui avait tenté en vain de négocier sa rançon, l’accueillit dans son conseil et le nomma gouverneur de Champagne.

175 Parmi les témoins se distingue le seigneur de Haussonville. BNF, Lorraine 8, f° 4, reproduite dans Schnerb B., Bulgnéville, op. cit., p. 134 et 135.

176 Contamine Ph., La guerre au Moyen Âge, op. cit., p. 379 et Azincourt, Paris, Julliard, coll. Archives, 1964 ; Schnerb B., « La bataille rangée dans la tactique des armées bourguignonnes au début du XVe siècle », Annales de Bourgogne, 61, fasc. 1, 1989, p. 5-32.

177 Olivier de La Marche, Mémoires, H. Beaune et J. d’Arbaumont (éd.), Société de l’histoire de France, Paris, 1883-1888, 4 vol. , t. 1, p. 90-91, p. 239. Sur la bataille de Bulgnéville, il convient de se référer aux travaux de Schnerb B., Bulgnéville (1431), op. cit., Paris, Economica, 1993. Voir aussi Poull G., La bataille de Bulgnéville, 2 juillet 1431, ses prisonniers, ses morts, Les Cahiers d’histoire, de biographie et de généalogie, fasc. 1, Rupt sur Moselle, 1965.

178 Bulgnéville est un chef-lieu de canton du département des Vosges, arr. de Neufchâteau.

179 Vaudoncourt est une commune des Vosges, arr. de Neufchâteau.

180 Charles II décéda le 25 janvier 1431.

181 Le 3 août 1429, René d’Anjou avait adressé une lettre au duc de Bedford pour désavouer l’hommage rendu le 5 mai par le cardinal de Bar. Comme nous l’avons vu plus haut, il assista en juillet au sacre de Reims et suivit le roi lorsque celui-ci se porta devant Paris.

182 René d’Anjou fonda une chapelle sur le lieu où s’était livrée la bataille de Bulgnéville, en l’honneur de Barbazan. Barbazan, lui même, fut inhumé dans la basilique royale de Saint-Denis, de Villeveuve L.-Fr., Histoire de René d’Anjou, roi de Naples, duc de Lorraine, Paris, 1825, vol. 1, p. 155.

183 Et « beaucoup d’autres » que l’histoire n’a pas retenus, Lecoy de La Marche A., Le roi René, op. cit., t. 1, p. 90.

184 Annales du doyen de Saint-Thiébaut, Dom Calmet, Histoire de la Lorraine, op. cit., t. 5, Preuves II, col. 209.

185 Philippe de Vigneulles, op. cit., tome II, p. 224.

186 Vendel A., « Chants allemands du XVe siècle sur la bataille de Bulgnéville (1431) », Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de Bar-le-Duc, 1892, p. 167-179, repris et traduit par Schnerb B., Bulgnéville, op. cit., p. 139-142.

187 Antoine de Toulongeon, frère de Jean (maréchal de Bourgogne), chevalier banneret, fut un proche du duc de Bourgogne. En 1418, il devint « capitaine et garde de Troyes et des pays de Champagne et de Brie ». Caron M.-Th., La noblesse dans le duché de Bourgogne, 1315-1477, Presses universitaires de Lille, 1987.

188 « Lors dit le seigneur de Barbazan,
Et il parlait avec sagesse :
“Seigneur, attaquez prudemment,

– j’ai pris part à maints combats –,
si vous voulez gagner la bataille.”
Lors dit le sire de Commercy :
“J’entends parler un couard.
Je veux […]
Ne pas faire honte à la chevalerie,
Même si je dois mourir ici…” »
Voir Schnerb B., Bulgnéville, op. cit., p. 140.

189 Gilles le Bouvier, dit le héraut Berry, Les chroniques du roi Charles VII, op. cit., p. 149. Vauchelin de la Tour est le sire de Conflans.

190 AD CO, B 1649, f° 139 v°-140. Jean de Rodemack fut racheté par Philippe le Bon.

191 Conrad Bayer de Boppart (vers 1380-1459) fut évêque de Metz entre 1415 et 1459. Ami de René d’Anjou, il fut fait prisonnier à Bulgnéville et dut payer une rançon de 10 000 saluts d’or. Il fut chargé par la suite, en 1438, du gouvernement des duchés de Bar et de Lorraine pour de compte de René d’Anjou. Robert de Sarrebrück lui avait prêté une partie de l’argent de sa rançon, gagée sur des salines.

192 Lecoy de La Marche A., Le roi René, op. cit., t. 1, p. 90 ; Vallet de Viriville A., Histoire de Charles VII, op. cit., t. 2, p. 373.

193 Gilles le Bouvier, dit le Héraut Berry, Les chroniques du roi Charles VII, op. cit., p. 70 et p. 149.

194 Schnerb B., Bulgnéville, op. cit., p. 93.

195 ADMM, B 629, 129.

196 Ibid., B 629, 159, 15 février 1434 (n. s.).

197 ANF, J 932, no 9 ; BNF, Dupuy 430, f° 23, Procès-verbaux des 23 et 24 avril 1434.

198 Ce document exceptionnel est aujourd’hui conservé aux archives départementales de Meurthe-et-Moselle sous forme d’un petit cahier de huit feuillets sous le titre « Mémoire des dettes du duc de Bar » : ADMM, B 629, 168.

199 Dom Calmet, Histoire de la Lorraine, op. cit., t. V, p. 28.

200 L’évêque Conrad Bayer reçut ainsi 22 000 florins, payables en sept annuités sur les salines de Château-Salins et sur celles de Dieuze. Louis Vagnon, capitaine de gens d’armes, reçut pour sa part 600 francs : Lepage M., « Extraits des comptes d’Othin d’Amance, receveur général de Lorraine, relatifs à la seconde guerre entre René 1er et Antoine de Vaudémont », Recueil de documents sur l’histoire de Lorraine, Nancy, 1855, p. 129-162.

201 En septembre 1433, il se plaint encore de ses agissements, BNF, Lorraine 292, f° 53 (29 septembre 1433). Missive autographe de Robert de Sarrebrück adressée á René d’Anjou (Original sur papier, signature, sceau plaqué manquant).

202 ADMM, B 629, 130.

203 Ibid., B 629, 140.

204 BNF, Lorraine 294, f° 21, vidimus d’une lettre du 14 mars 1434 du tabellionnage de Commercy, du 9 décembre 1436 ; idem, f° 22, lettre du 28 mars 1437 de René d’Anjou qui reconnaît avoir reçu Amé II, le fils de Robert de Sarrebrück, en otage.

205 ADMM, B 629, 142. Ce document prouve les moyens financiers de Robert de Sarrebrück, que le duc René n’hésite pas à solliciter.

206 Chroniques de la ville de Metz, op. cit., p. 193.

207 L’évêque de Metz est alors Conrad Bayer de Boppart.

208 L’abbaye bénédictine de Gorze se trouve près de Metz. L’abbé de Gorze était Baudouin de Fléville, abbé de 1422 à 1445. Il y favorisa la réforme bénédictine. En juillet 1437, il assistait à Metz au « Jeu de la Passion », en présence de la comtesse de Sarrebrück, du comte de Vaudémont, d’Hue d’Autel, d’Henri de la Tour et de plusieurs autres seigneurs, dont Robert de Sarrebrück. Il fut membre du conseil de René d’Anjou. La famille de Fléville appartenait à la cour du duc de Lorraine. « L’abbaye de Gorze au Xe s., table-ronde de Gorze », Parisse M. et Oexle O. (dir.), PUN, Nancy, 1993.

209 Chroniques de la ville de Metz, p. 194 et suiv. ; Enguerrand de Monstrelet, Chronique, op. cit., t. 5, p. 110.

210 ADMM, B 629, 145 : Lettres du 2 octobre 1434 d’Henry de Ville, évêque de Toul, de Louis de Haraucourt, évêque de Verdun, de Baudouin, abbé de Gorze et du maître échevin de la justice de Toul. Elles indiquent que le différend entre le duc de Lorraine et « Robert de Sarrebruche » ayant été terminé par le moyen du Connétable et du Chancelier de France, « ils jurent aussi d’en faire de même ». Le 17 octobre 1434, un accord fut également passé à Châlons entre Robert de Sarrebrück et la ville de Metz, également arbitré par Richemont, Bégin É.-A., Biographie de la Moselle, op. cit., t. 4, p. 46.

211 ADMM, B 629, 144.

212 Ibid., B 629, 143.

213 BNF, Lorraine 293, f° 18.

214 ADMM, B 629, 146.

215 Thomas de Dugny était un proche de Robert de Sarrebrück. Il s’agit donc d’un arrangement passé avec le duc de Lorraine fondé sur la confiance d’un tiers.

216 Sorey est un assez gros bourg situé sur la rivière de Meuse, aujourd’hui Sorey-Saint-Martin, arr. de Commercy, département de la Meuse. Le site est situé sur la voir romaine Reims-Toul. À l’époque, Sorey appartenait à Robert de Baudricourt.

217 ADMM, B 629, 147.

218 BNF, Lorraine 293, f° 18 (16 décembre 1434).

219 Dans une tour du palais ducal de Dijon, depuis appelée Tour de Bar.

220 René d’Anjou accepta à Lille, le 28 janvier 1437, des conditions particulièrement draconiennes : une rançon de 400 000 écus d’or et la session de ses possessions flamandes. Il accepta de surcroît de faire hommage au duc de Bourgogne pour le marquisat de Pont-à-Mousson. ANF, J 1039, no 6 ; Lecoy de La Marche A., Le roi René, op. cit., t. 1, p. 224-233.

221 Son frère Louis III, adopté par la reine Jeanne de Sicile, était mort en Calabre le 12 novembre 1434. Ibid., Le roi René, op. cit., t. 1, p. 112.

222 Les sires d’Harraucourt et de Louppy gardaient rancune aux seigneurs de Commercy d’avoir été leurs prisonniers, dit Dumont sans étayer son propos, Histoire de la ville, op. cit., t. 1, p. 232.

223 ADMM, B 631, 93. Sur la dure condition des prisonniers, lire Huot B., « Documents d’histoire du Moyen Âge », Épinal, s. d., p. 45-46.

224 Dieuze, commune de la Moselle, arr. de Château-Salins.

225 ADMM, B 631, 93.

226 ADMM, B 629, 172 (28 mars 1436). Dumont Ch.-É., Histoire de la ville, op. cit., t. 1, p. 232.

227 BNF, Lorraine 8, f° 27-28. ADMM, B 629, 155 ; idem 156 ; ibidem 172 : « Acte d’accord passé par Robert de Sarrebrück et Jeanne de Roucy son épouse, par lequel il promet de ne me faire n’y souffrir estre meffait par luy, les aidant sur les pais hommes et sujets fiefs et arrière fiefs et gardes du Roy dont l’original est rapporté ci-après ». BNF, Lorraine 294, f° 20, le 28 mars 1437 : lettre de Robert de Sarrebrück. Pour sortir de prison, il jure avec d’autres seigneurs de ne plus porter préjudice aux terres de René d’Anjou.

228 ANF, J 1039, no 6. La libération de Nicolas Rolin constitua l’une des clauses du traité du 28 janvier 1437. Benetin de Chassaul devait être remboursé des 2000 écus d’or qu’il avait déjà déboursés pour sa libération, Lecoy de La Marche A., Le roi René, op. cit., t. 1, p. 123. Ce fils de Nicolas Rolin ne semble pas figurer parmi ses enfants légitimes. Arsène Périer avance qu’il pourrait s’agir d’un enfant naturel, Nicolas Rolin (1380-1461), un chancelier au XVe siècle, Paris, 1904, p. 193 (voir BNF, Lorraine 185, f° 6).

229 La famille de Haraucourt était une vieille famille de Lorraine (Haraucourt est située entre Nancy et Lunéville). Charles de Haraucourt fut bailli d’Allemagne en 1428.

230 Ferry de Parroy était membre du conseil de René d’Anjou.

231 Ferry de Savigny était conseiller et chambellan de René d’Anjou, Maréchal du Barrois et de Lorraine. En 1442, René d’Anjou lui engageait la châtellenie de Louppy-le-Châtel.

232 Colard du Saucy était conseiller et premier chambellan de René d’Anjou.

233 Philibert de Brixey, seigneur lorrain, fut gouverneur de Langres en 1443.

234 Arnoul de Ville était bailli des Vosges.

235 Jaquet de Savigny fut gouverneur pour le marquis de Pont.

236 BNF, Lorraine 185, f° 6, no 75.

237 ADMM, B 630, 1 (René d’Anjou donna en outre trois mille florins à Robert de Baudricourt, sans doute pour avoir œuvré dans les négociations) et B 630, 2. Dumont Ch.-É., Histoire de la ville, op. cit., t. 1, p. 239.

238 Lecoy de La Marche A., Le roi René, op. cit., t. 2, p. 226.

239 Louis d’Anjou (1423-1443) fut livré comme otage avec son frère. Poull G., La maison ducale de Lorraine, op. cit., fasc. 2, p. 7.

240 BNF, Lorraine 295, f° 124 : lettres du 3 février 1444. Une première tentative d’achat avait été négociée en 1440.

241 ADMM, B 630, 29, 7 juillet 1445.

242 BNF, Lorraine 401, f° 98-99 et ibid, 100-102. Minute d’une lettre de Robert qui confirme le traité de paix conclu avec René d’Anjou et qui lui donne quittance générale.

243 Vallet de Viriville A., Histoire de Charles VII, op. cit., t. 2, p. 227.

244 Lecoy de La Marche A., Le roi René, op. cit., t. 1, p. 432-433.

245 Ce que Thomas Basin, seul chroniqueur à le faire, souligne assez clairement, Histoire des règnes de Charles VII, Louis XI, par Thomas Basin, évêque de Lisieux, Quicherat J. (éd.), 4 vol. , Paris, Renouard, 1855-1859, t. 1, p. 163.

246 L’essentiel de cette dette portait sur le prêt que lui avaient consenti les citains pour payer sa rançon au duc de Bourgogne, Marot P., « L’expédition de Charles VII à Metz (1444-1445), documents inédits », BEC, 102 (1941), p. 115.

247 Toureille V., « La désobéissance d’un sire : Robert de Sarrebrück, damoiseau de Commercy et l’épisode de Châteauvillain (1439) », op. cit., p. 153-163.

248 La ville avait subi quelques années plus tôt l’assaut des Français. En 1430, Guillaume de Châteauvillain, seigneur de la ville de Marigny, qui tentait de reprendre cette dernière aux Français, fut fait prisonnier et soumis à très forte rançon par Thibaud de Termes, Arnaud-Guilhem de Bourguignan, Bertrand de Thoujouse, le Bourc de Mascaras et Jacques d’Espailly, dit Forte-Épice, qui exigèrent pour sa libération 20 000 saluts d’or. Le seigneur de Châteauvillain perdit dans cette occasion une grande partie de sa fortune, mais aussi la santé. Après avoir ainsi abandonné le fleuron de ses possessions, il récupéra Châteauvillain, qui lui fut rendu par la paix d’Arras. Luce S., Jeanne d’Arc à Domrémy, op. cit., p. 342 ; Duchesne A., Histoire de la maison de Broyes et de Châteauvillain, à la suite de L’histoire de la maison de Dreux, Paris, 1631 ; Bossuat A., Les prisonniers de guerre au XVe siècle, la rançon de Guillaume de Châteauvillain, op. cit., p. 10-11 et 17.

249 Mémoires d’Olivier de La Marche, op. cit., t. 2, p. 242. Ainsi, un mois à peine après la signature du traité d’Arras, les hommes du sire de la Suze (René de Rais, frère de Gilles de Rais), en garnison à Langres pour le roi, se ruèrent-ils sur la seigneurie de Scey-sur-Saone, détenue par le Bourguignon Guillaume de Bauffremont. Là, ils incendièrent une cinquantaine de maisons, après avoir imposé un appatis de 400 saluts d’or aux habitants et mis à rançon une partie d’entre eux. ANF, JJ 178, no 82, décembre 1446 ; citée par Tuetey A., Les Écorcheurs, op. cit., t. 2, p. 16-17.

250 André Bossuat affirme qu’elle était ruinée lorsque la ville fut rendue à la famille de Châteauvillain. Son revenu total était tombé de 8000 à 2000 livres par an. Voir ANF, X1A 4798, f° 410 v°, procès entre Bernard de Châteauvillain et Isabelle de la Trémoille, plaid du 28 août 1441, « Les prisonniers de guerre, la rançon de Guillaume de Chateauvillain », op. cit., p. 18.

251 En 1433, Robert de Sarrebrück avait participé avec Guillaume de Châteauvillain au siège de Bourg. Surtout, en avril 1434, accompagné de Robert de Baudricourt, il avait porté secours à son oncle Guillaume pour reprendre la ville de Grancey (arr. Dijon, Côte-d’Or), occupée par les Bourguignons. Enguerrand de Monstrelet, Chronique, op. cit., t. 5, p. 96.

252 Rémission de Guillaume de Bauffremont, ANF, JJ 178, no 82, décembre 1446, Mailly-en-Touraine. Tuetey A., Les Écorcheurs, op. cit., t. 2, p. 18.

253 ANF, X2a 22, f° 117 v°, Bossuat A., « Les prisonniers de guerre au XVe siècle, la rançon de Guillaume de Châteauvillain », op. cit., p. 19.

254 Enguerrand de Monstrelet, Chronique, op. cit., t. 5, p. 52 et p. 96.

255 BNF, Lorraine 9, f° 112. « Et sur ce, fit tellement son devoir qu’il la gaignait d’eschieles et en la compaignie dudit monseigneur le mareschal de Bourgogne ». Cité par Schnerb B., « Les poires et les pommes sont bonnes avec le vin ! ou comment prendre une ville par trahison au milieu du XVe siècle », Publication du centre européen d’études bourguignonnes (XIVe-XVIe), 2008, no 48, Paris, p. 115-146.

256 Johannes de Gajan avait appris le métier de la guerre auprès de Arnaud-Guilhem de Bourguignan et de Jacques d’Espailly. Il devint un « eschelleur » réputé et fort bien gagé, ibid., p. 123-133.

257 ANF, JJ 178, no 82, décembre 1446, Mailly-en-Touraine.

258 Le fils de Bernard de Châteauvillain se prénommait Jean.

259 L’affaire fut d’abord instruite au pénal. Voir : ANF, X2a 22, f° 117 v°, plaid du 9 mars 1441. L’affaire se poursuit au civil : ANF, X1a 4804, f° 150, plaid du 29 nov. 1453, ibid., f° 158, 190 v° et X1a 1483, f° 136. Pour la lettre : X1a 4804, f° 191, plaid du 14 fév. 1454.

260 Il avait épousé, nous l’avons dit, Isabeau de la Trémoille.

261 Carnaudet J., Notes et documents pour servir, op. cit., p. 23 et suiv.

262 Il souhaitait recevoir la moitié de la seigneurie.

263 Cf. chap. I.

264 ADMM, B 629, 125 et 126.

265 BNF, Lorraine 249, f° 14, no 18 ; AD Meuse, B 497, f° 213v° et ADMM, B 631, 102 ; Luce S., Jeanne d’Arc à Domrémy, op. cit., preuves, p. 333.

266 Il a alors atteint l’âge canonique de 69 ans.

267 On peut se référer pour une étude comparée aux travaux de Marchandisse A. : « La noblesse dans l’espace mosan (XIIIe-XVe siècles) », Nobles (les) et la ville dans l’espace francophone (XIIe-XVIe siècles), Dutour Th. (dir.), Paris, 2010, p. 59-74 ; et à ceux de Morsel J., sur la noblesse et les villes en Franconie, « La noblesse et les villes à la fin du Moyen Age. Nouvelles perspectives de recherches », Bull. Mission Historique française en Allemagne, 32 (juin 1996), p. 33-53 et « Y a-t-il une spécificité de l’espace francophone dans les rapports entre les nobles et la ville au Moyen Âge (XIIe-XVe siècles) ? », Les nobles et la ville, op. cit., p. 277. Voir aussi Fray J.-L., Réseau-urbain et perception de l’espace : essai d’application de la théorie de la centralité au cas de la Haute-Lorraine médiévale, dossier HDR, Paris 1, 1997 ; et Vaisse D., La communauté urbaine de Toul du milieu du XIVe à la fin du XVe siècle, 3 vol. , Paris, ENC, 1999. L’historiographie allemande a, quant à elle, tenté de définir le concept ou le statut de ville-cathédrale (Bischofsstadt) à travers les exemples toulois et verdunois : Bönnen G., Die Bischofsstadt Toul und ihr Umland während des hohen und späten Mittelalters, Trèves, 1995 et Hirschmann F.-G., Verdun im hohen Mittelalters, Trèves, 1996.

268 Ce modèle impérial se retrouve à quelques variantes près dans les villes italiennes. De semblables exemples se rencontrent également en Angleterre, Morsel J., L’aristocratie médiévale Ve-XVe siècles, op. cit., p. 240.

269 La Chronique de Philippe de Vigneulles, op. cit., t. 2, p. 257.

270 « Le dairien jour de septembre se partirent de Mets, Joffroy Dex, Jean de Werixe et Jehan Baudoiche, le jonne, qui depuis furent tous trois chevaliers, et s’en allerent avec seigneur Robert de Comercy qui en alloir en siege devant Monstreau-fault-Yonne. Et quant ledit sire Robert vint audit lieu, pour doubte des copts, se partit et en revint à Comercy et laissa audit siege lesdits trois jonnes seigneurs de Mets… », Chroniques de la ville de Metz, p. 201. Robert y retrouve Vauchelin de la Tour, mais aussi Charles VII, présent au siège.

271 Il n’est pas le lieu ici de retracer l’histoire de la ville. On peut se reporter aux différents travaux de Schneider J., en particulier : Recherches sur la vie économique de Metz au XVe siècle, le livre de comptes des merciers messins Jean le Clerc et Jacquemin de Moyeuvre (1460-1461), Nancy, 1951 ; « Étude sur la fortune d’un patricien messin du XIIIe siècle, Arnoul Aixiet », Annuaire de la Société d’Histoire et d’Archéologie de Lorraine, Metz, 1938 et « Note sur quelques documents concernant les cités lorraines au Moyen Âge », Revue historique de la Lorraine, t. 83, p. 29-41, 1949.

272 Le credo de Henri de Heitz, dans Die Metzer Chronik des Jaique Des über die Kaiser ung König aus dem Luxemburger Hause, voir Georg Wolfram, Metz, 1906, p. 264, cité par Marot P., « L’expédition de Charles VII à Metz », op. cit., p. 113.

273 Saulcy et Huguenin, Relation du siège de Metz en 1444 par Charles VII et René d’Anjou », Metz, 1835, p. 8.

274 Robert de Sarrebrück comptait des amis parmi les bourgeois messins les plus riches. C’est le cas de Jean Pichon et de son frère Simonin. Il intervient d’ailleurs quand le second est victime d’un charivari. Mais, selon la conjoncture, il ne faisait pas bon être un allié du seigneur de Commercy. Jean Pichon fut pendu pour cette proximité. C’est le cas aussi de Jean Baudoin, qui subit le même sort, La chronique de Philippe de Vigneulles, op. cit., t. 2, p. 250.

275 La chronique de Philippe de Vigneulles, op. cit., t. 2, p. 193.

276 Voir sur ce point les séries AA et EE des archives municipales de Metz.

277 AM Metz, AA 27, 78, 15 janvier 1422 (n. s.).

278 BNF, Lorraine 294, f° 33 (17 octobre 1422).

279 AM Metz, ee 3, liasse 14, 5 (1er mai 1423). Voir également : AM Metz, EE 3, liasse 14, 2 (5 avril 1428) ; ibid. pièce 4 (27 avril 1427).

280 La chronique de Philippe de Vigneulles, op. cit., t. 2, p. 194.

281 am Metz, AA 27, 77 (7 juin 1429), lettre autographe de Robert de Sarrebrück.

282 Ibid., 71 (janvier 1431). Lettre autographe Robert de Sarrebrück.

283 Il s’agissait des arrérages de la pension, ADMM, J 457, no 2 (18 septembre 1432).

284 AM Metz, EE2-Liasse 9 (i), pièce 1, 12 octobre 1432. « A vous honnorez seigneurs messires le maistre eschevin et les treizes jurez et sept commis ou fait de la guerre en la cité de Mets, Je Philippe des Hermoises fais savoir que je suis de tant tenus a noble et puissant seigneur monseigneur Robert de Sarrebruche, seigneur de Commarcey et de Venisy, comte de Roucy et de Braine, que de la guerre que présentement avez ensemble pour les causes autrefoix a vous déclairiées comme […] je le serviray a l’encontre de vous et de tous vos servans, aidans, receptans et complices et par ces presentes données soubz le seel de mondit seigneur de Commarcey en absence du mien et y a, à ma priere et requeste, cy mis le XIIe jour d’octobre l’an mil IIIIc XXXII. »

285 La chronique de Philippe de Vigneulles, op. cit., t. 2, p. 225.

286 BNF, Lorraine 320, f° 7.

287 Ibid., Lorraine 294, f° 34.

288 AM Metz, AA 51, 1.

289 L’épisode est rapporté par Philippe de Vigneulles : « Et apres celle feste faictes et passeez, environ xl des soldoieurs d’icelle cité ce partirent de Mets pour aller au devent de leurs seigneurs, affin de les reconduire en leurs maisons. Et en allant qu’il faisoient de Mets à Pont, ils furent rencontrés des gens messire Robert de Comercy, chevalier, qui lors estoit pencionaire de la cité ; et estoient yceulx environ VIIxx chevaulx. Et adonc, les soldoieurs devent dit ce deffandirent a poieurs [pouvoir], tellement qu’il tuerent vii hommes de leur annemis, et en nauvrairent à mort environ XXXII. Mais a la fin, ils furent desconfis ; et en y olt xiii de prins, avec xxii chevalx de selle. Et furent yceulx prisonnier menés à Commercy. Et a XXVIIIe jour de may après lesdits soldoieurs furent laichiés sur une journée », La chronique de Philippe de Vigneulles, op. cit., t. 2, p. 325-236.

290 La chronique de Philippe de Vigneulles, op. cit., t. 2, p. 236-237 ; la version éditée par Huguenin qui présente quelques variantes : « Au mois d’aoust furent plusieurs journées tenues par l’evesque de Mets, le duc de Bar et Loraine, le comte de Salme, l’abbé de Gorse, et ceulx de la cité de Mets, pour le fait de courses, pilleries, apaitis, rançonnemens et aultres incursions et dopmaiges que le seigneur de Comercy faisoit journellement sur leurs terres et pays et sur les pouvres gens, leurs subgects, et fut par eulx tous ensemble promis et escordé l’alleir assiegier la ville et chaistel où il se tenoit et l’abaittre […]Le jour de la nativité Nostre-Dame, huitième jour de septembre, seigneur Nicolle Louve, seigneur Nicole de Raigecourt, Jehan Bataille, Jehan de Wairixe, Jehan Baudoiche, le Josne et Jaicot de Bannestroff, escuier qui estoit aux gaiges de la cité de Mets, et portoit la banniere d’icelle cité, et bien en nombre de deux cent soixante hommes d’armes, vingt cinq arbolestriers, plusieurs archiers, massons et charpenthiers, et aultres boins compaignons pietons, en bonne quantité, se partont de Mets et emmenont avec eulx trante cinq cherts chargiés de bombardes, engins et aultres artilleries, pain, vin et aultres vivres, et en allont mettre le siege devant Comercy, et y furent six sepmaines avec les princes et seigneurs devant nommez et leurs gens ; aussy y vindrent ceulx de Toul », Chroniques de la ville de Metz, op. cit., p. 196.

291 Larchey L., Les maîtres bombardiers, cannoniers et couleuvriniers de la cité de Metz, Paris, 1861, p. 20.

292 Chroniques de la ville de Metz, op. cit., p. 201-202. ; Dumont Ch.-É., Histoire de la ville, op. cit., t. 1, p. 235.

293 Philippe-Antoine, bâtard de Vertus est un capitaine français, cité dans la « guerre de Lorraine » (1438-1439) aux côtés de Charles VII. Il combattit pour Robert de Sarrebrück en 1438 et s’y trouvait aux côtés des frères Estrac et Jacques de Cervolles.

294 Guillaume d’Estrac (ou de Lestrac) était un capitaine gascon. Il fut recruté par Robert de Sarrebrück en 1428. On le retrouve ensuite au service de Dunois. Robert de Sarrebrück lui confia la garde de Venisy en 1438. Engagé en 1442 (parmi les Écorcheurs), il accompagna Robert de Sarrebrück à Langres en 1444. Il fut ensuite exclu des compagnies d’ordonnance.

295 Paule d’Estrac était le frère du précédent.

296 Charles de Cervoles, seigneur d’Estrepy et de Ligne, signa un traité avec Robert de Sarrebrück en 1432. En 1435, il passa un accord avec le duc de Bar. En 1438, il combattit pour Robert de Sarrebrück à Metz. Il était le petit-fils d’Arnaud de Cervoles, mari de la grand-mère de l’épouse de Robert de Sarrebrück.

297 La chronique de Philippe de Vigneulles, op. cit., t. 2, 1437.

298 En septembre 1435 s’était tenue à Nancy la première assemblée des « gens des trois États du duché de Lorraine ». En l’absence du duc, c’est la duchesse qui gouvernait, et lorsque tous deux étaient absents, le gouvernement était assuré par Conrad Bayer de Boppart, évêque de Metz, Louis de Haraucourt, évêque de Verdun et Erard du Chastellet, chevalier, seigneur dudit lieu et maréchal de Lorraine, assisté d’un conseil de régence formé par les principaux chefs de familles nobles du duché et les grands dignitaires ecclésiastiques, Poull G., La maison ducale de Lorraine, op. cit., p. 5.

299 Hue d’Autel, seigneur d’Apremont, était le petit fils d’un sénéchal de Luxembourg. En 1439, il reçut le château de Trougnon de René d’Anjou. Il passa un accord avec Metz en 1445, pour la garde d’un château. En conflit avec Robert de Sarrebrück, il lui vendit en 1462 ses droits sur Euville.

300 Dumont Ch.-É., Histoire de la ville et des seigneurs de Commercy, op. cit., t. 1, p. 237.

301 La chronique de Philippe de Vigneulles, op. cit., t. 2, p. 251.

302 BNF, Lorraine 294, f° 35 ; et am Metz, AA 27, 73 : 21 janvier 1439.

303 Ibid., Lorraine 320, f° 8.

304 Ibid., Lorraine 294, f° 35.

305 Ibid, f° 37.

306 Dont le chevalier messin Regnault le Gournais.

307 La chronique de Philippe de Vigneulles, op. cit., t. 2, p. 267-268 et dans Chroniques de la ville de Metz, op. cit., p. 210.

308 AM Metz, EE 2, liasse 9, 3 : Gérart de Marescot, le Borgne d’Espargny, chevalier, le bastard Artault, Anthoine le Provensal, Jennet le Liegeois, Thiery Belledante, Anthoine Barry, Didier Vichenot, Aubertin de Mercheville, le gouverneur le Picart Dubois, Husson Voulangré, Jehan de Benic, Jaquot de Rouillon le Long, Arnoulet Malo, Jehan de Bourbon, Jehan le Barbier, Salezart Maillefer, Nicolas Batang-Champaigne, Alixandre de Clemensy, Husson Quaney, Jehan Moret, Jehan Ventin, Jaquemin Daumale, Jehan Gueubel.

309 BNF, Lorraine 294, f° 34.

310 Sur Toul et l’agitation communale, voir Martin E. et Crépin-Leblond A., Histoire des diocèses de Toul, de Nancy et de Saint-Dié, 1900.

311 En 1444, la ville indiqua à Pierre de Brézé, représentant du roi de France, qu’elle avait toujours relevé de l’Empire, étant située en dehors du royaume, à trois lieues et plus des frontières. Dans une lettre du bourgmestre de Bâle du 11 septembre 1444, on apprend « qu’une ville, appelée Toile, en Lorraine, a informé le Roi (des Romains) que les étrangers demandent qu’elle leur soit livrée : elle réclame un chef militaire et des secours », Wülcker E., Urkunden und schneiben betreffend den Zug der Armagnaken (1439-1444), dans Neujahrsblatt des Vereins für Geschichte und Alterthumskunde, Franckfurt, 1873 ; Leroux A., Les conflits entre la France et l’Empire pendant le Moyen Âge, Paris, Picard, 1902, p. 51.

312 Gondreville. Commune de Meurthe-et-Moselle située au nord-est de Toul.

313 Dès le XIVe siècle, le chartrier conserve des actes précisant les accords intervenus entre les seigneurs de Commercy et les bourgeois ou l’évêque de Toul. En octobre 1305, par exemple, un accord fut passé entre Simon de Sarrebrück et le chapitre de Toul, le second agissant comme seigneur de Void (ADMM, B 637, 9).

314 Evêque de Toul en 1408, conseiller de la duchesse Isabelle, Henri de Ville avait autorisé la tonsure de Robert en 1412. En 1420, il procéda au mariage de René d’Anjou et d’Isabelle de Lorraine. En 1427, il exigea l’hommage de Robert de Sarrebrück. Il signa la paix, passée en 1434 avec Robert de Sarrebrück après avoir fait partie de la coalition liguée contre lui. Il est décédé en 1436.

315 BNF, Lorraine 305, f° 84-85, voir aussi ibid., Lorraine 332, f° 4. Copies de l’accord d’arbitrage, des demandes de l’évêque avec pièces justificatives et notes marginales par la défense, des réponses de Robert de Sarrebrück (85-85o), et des instructions de Robert de Sarrebrück pour le compromis final (85p-u).

316 Dumont Ch.-É., Histoire de la ville et des seigneurs de Commercy, op. cit., t. 1, p. 216 ; Martin E., Histoire des diocèses de Toul, de Nancy, de Saint-Dié, Nancy, 1900-1903, p. 392 et suiv.

317 De cet épisode rocambolesque, nous ne disposons malheureusement d’aucune pièce d’archive. Dumont étant le seul informé sur ce point, il est fort probable que l’historien local, à l’instar de beaucoup d’autres, aient privatisé ces documents devenus introuvables.

318 Dom Calmet, Histoire de Lorraine, t. 3, preuve CCXX.

319 Martin E., Histoire des diocèses de Toul, op. cit., p. 393.

320 ANF, KK 1126, layette Toul.

321 BNF, Lorraine 294, f° 39.

322 Arthur de Richemont (1393-1458) était le fils de Jean IV de Bretagne. Il fut nommé connétable de France en 1425, Cosneau E., Le connétable de Richemont (Arthur de Bretagne) (1393-1458), Paris, Hachette, 1886.

323 Voir supra. Lecoy de La Marche A., Le roi René, op. cit., t. 1, p. 110 ; Béguin É.-A., Biographie de la Moselle, op. cit., t. 4, p. 46.

324 Guillaume Gruel, Chronique d’Arthur de Richemont, op. cit., p. 94.

325 Perroy Éd., La guerre de Cent Ans, op. cit. p. 258.

326 Dans Chroniques de la ville de Metz, p. 194, dans La chronique de Philippe de Vigneulles, op. cit., t. 2, p. 236.

327 Le Vavasseur A., Valeur historique de la Chronique d’Arthur de Richemont, connétable de France, duc de Bretagne (1393-1458) par Guillaume Gruel, BEC, 48 (1887), p. 250.

328 Dans l’édition de la Chronique de Philippe de Vigneulles, il s’agit de Vitry.

329 Chroniques de la ville de Metz, op. cit., p. 194.

330 En juillet déjà, Arthur de Richemont avait arbitré un différend entre Robert de Sarrebrück et Édouard de Grandpré au sujet de la garde du château de Grandpré (BNF, Lorraine 86 bis, f° 62). Eugène Cosneau a publié la pièce par laquelle Richemont délie Robert de Sarrebrück de ses engagements, BNF, Lorraine 293, 18. Elle est datée du 15 septembre 1434, in Le Connétable de Richemont, op. cit., p. 551-552.

331 Chroniques de la ville de Metz, op. cit., p. 194. Voir les lettres cancellées de René d’Anjou précisant que Robert de Sarrebrück a juré de ne faire aucun tort au duc de Lorraine. En échange, le duc lui promet réparation des dommages « aux dires et rapports du connétable et du chancelier de France » ; ADMM, B 629, 144 (19 octobre 1434).

332 Lettre de Robert de Sarrebrück portant accord avec le duc de Lorraine : ADMM, B 629, 143 (29 octobre 1434). Un autre accord fut réglé entre Robert de Sarrebrück et les évêques de Metz et de Toul, ainsi que l’abbé de Gorze. Regnault de Chartres intervient là encore aux côtés de Richemont : BNF, Lorraine 294, f° 44 (31 octobre 1434).

333 Chroniques de la ville de Metz, op. cit., p. 194.

334 La chronique de Philippe de Vigneulles, op. cit., t. 2, p. 237.

335 ADMM, B 629, 147 : le 14 mars 1435, René d’Anjou déclare encore tenir en otage Amé, le fils de Robert de Sarrebrück, jusqu’à la ratification de son traité avec lui.

336 BNF, Lorraine 294, f° 21, vidimus d’une lettre du 14 mars 1435 du tabellionnage de Commercy (9 décembre 1436) ; idem f° 22, 28 mars 1437, lettre de René d’Anjou qui reconnaît avoir reçu Amé II, le fils de Robert de Sarrebrück, en otage.

337 La chronique de Philippe de Vigneulles, op. cit., t. 2, p. 237.

338 Melleville M., Dictionnaire historique du département de l’Aisne, col. 1, 1865, p. 234-238.

339 Son oncle Guillaume de Châteauvillain avait épousé Isabelle de la Trémoille, sœur de Georges de la Trémoille.

340 Le roi obtint sa condamnation devant le Parlement en 1436, ANF, X2a 12, f° 56-63 ; Enguerrand de Monstrelet, Chronique, op. cit., t. 5, p. 222.

341 La chronique de Philippe de Vigneulles, op. cit., t. 2, p. 241.

342 Le concile de Bâle (1431-1449).

343 ADMM, B 631, 93.

344 Jacques de Sierk était chancelier du duché de Lorraine. Le château de Sierk se trouvait dans le bailliage d’Allemagne.

345 Voir supra, ADMM, B 631, 93 et ibid., B 629, 172.

346 ADMM, B 631, 93.

347 Enguerrand de Monstrelet, Chronique, op. cit., t. 5, p. 222 ; Dom Yaroqueau, Mémoire du Laonnois, op. cit., p. 1131, ma.

348 ADMM, B 629, 155 ; ibid., B 629, 156 : « Acte d’accord passé par Robert de Sarrebruche et Jeanne de Roucy son épouse, par lequel il promet de ne me faire n’y souffrir estre meffait par luy, les aidant sur les pais hommes et sujets fiefs et arrière fiefs et gardes du Roy dont l’original est rapporté ci-après. » Ibid., B 629, 172. BNF, Lorraine 294, f° 20 : « 28 mars 1437, lettre de Robert de Sarrebrück : pour sortir de prison, il jure avec d’autres seigneurs de ne plus attaquer les terres de René d’Anjou. »

349 Le concept de Brotherhood in arms a été forgé par les Anglo-Saxons. Keen M., « Brotherhood in Arms », History, 47, 1962, p. 1-17 et The Laws of War in the Late Middle Ages, Londres, Routledge, 1965. Voir également André Bossuat qui parle, quant à lui, de confraternité d’armes : Perrinet Gressart et François de Surienne, op. cit., p. IX.

350 Contamine Ph., « Rançons et butins dans la Normandie anglaise, 1424-1444 », La guerre et la paix au Moyen Âge. Actes du 101e congrès des Sociétés savantes, Paris, 1978, p. 241-270 ; Jucker M., « Le butin de guerre au Moyen Âge. Aspects symboliques et économiques », Francia, t. XXVI, 2009, p. 113-133.

351 Certaines expéditions sont parfois plus encadrées que d’autres, et les commanditaires (roi ou princes) peuvent exiger de leurs troupes qu’elles payent tout de leur ravitaillement.

352 D’où le rôle des montres, Contamine Ph., Guerre, État et société à la fin du Moyen Âge. Études sur armées des rois de France, 1337-1494, Paris et La Haye, Mouton, 1972.

353 Toureille V., « Pillage ou droit de prise. La question de la qualification des Écorcheurs pendant la guerre de Cent Ans », La politique par les armes. Conflits internationaux et politisation (XVe-XIXe siècles), Bourquin L., Hamon Ph., Hugon A. et Lagadec Y. (dir.), PUR, Rennes, 2013, p. 169-182.

354 Voir les différentes références : Monstrelet, De La Marche, Le Bourgeois de Paris, mais aussi ce qui est moins connu le chroniqueur messin Philippe de Vigneulles, qui souligne également une origine populaire : « En celle meisme année, le xxiiie jour de décembre, et durant que celle maldictes guerre des Anglois duroit toujours en France, vinrent et arivairent xvic hommes d’armes ou Vault de Mets. Lesquelles, cellon la Mer des Istoire, ce estoient longuement tenus en Champaigne ; et ce appelloient, cellon le parler des païssans, les Escourcheurs de France », op. cit., t. 2, p. 237.

355 Enguerrand de Monstrelet, Chronique, op. cit., t. 5, p. 318 ; Petit-Dutaillis Ch., Charles VII, op. cit., p. 103

356 La Hire, le célèbre compagnon de Jeanne d’Arc, fut l’un des proches de Robert de Sarrebrück. Le Gascon s’était rallié au dauphin Charles dès 1418.

357 Le profil de Jean Raoulet, qui accompagnait La Hire en 1420, est assez semblable au précédent. Monstrelet les présente d’ailleurs comme des amis intimes. Il est capitaine de Beaumont-en-Argonne et de Mouzon.

358 Paul de l’Estrac, un autre capitaine gascon, se distingua sur les marges de la Bourgogne. Il fut écuyer d’écurie du connétable de Richemont. L’homme, comme d’autres Gascons, semble assez proche du seigneur de Commercy. En 1432, Robert l’employa dans sa guerre contre Metz. La confiance entre les deux hommes devait être suffisamment grande pour qu’il lui confie en 1438 la capitainerie de sa seigneurie de Venisy.

359 Jean Poton, seigneur de Xaintrailles, gascon lui aussi, compagnon de Jeanne d’Arc, était également en Lorraine en 1444, où il fit avec La Hire de nombreux dégâts autour de Metz.

360 Le mariage, avec Catherine d’Orléans, réglé par le père, fut célébré après sa mort en 1468.

361 BNF, Lorraine 291, f° 71 (14 mai 1432).

362 ADMM, B 630, 21, 24 février 1444 (n. s.) et BNF, Lorraine 291, f° 76, le 4 mars 1444. J’exclus encore ici tous ses vassaux qu’il recrutait traditionnellement dans les familles d’Apremont ou des Armoises.

363 Tuetey A., Les Écorcheurs, op. cit., t. 2, p. 64.

364 BNF, Lorraine 200, f° 26, no 126.

365 BM Nancy, Ms. 39, Chroniques du doyen de Saint-Thiébaud de Metz, fol. 32-34 : cité par Rivière Ch., Une principauté d’Empire, op. cit., p. 517.

366 Le 15 septembre 1438, AM Metz, AA 51, 9 et AM Metz, AA 27, pièce. 73, Commercy, 21 janvier 1439 (n. s.).

367 ADMM, B 630, 1.

368 Mémoires d’Olivier de La Marche, op. cit., t. 2, p. 242 et 244.

369 Le 2 novembre 1439, voir Valérie Bessey, Construire l’armée française : textes fondateurs des institutions militaires, tome 1, De la France des premiers Valois à la fin du règne de François Ier, Turnhout, Brepols, 2006.

370 Contamine Ph., Guerre, état et société, op. cit., t. 1, p. 278 ; Eugène Cosneau, Arthur de Richemont, op. cit., p. 298.

371 Mathieu d’Escouchy, Chronique, op. cit., t. 3, p. 18-19.

372 C’est par exemple, la prise de Pontoise en 1441.

373 Édouard Perroy, La guerre de Cent Ans, op. cit., p. 275.

374 La chronique de Philippe de Vigneulles, op. cit., t. 2, p. 265.

375 Voir la référence d’Adrien de But dans Tuetey A., Les Écorcheurs, op. cit., t. 2, p. 76.

376 Outre le bâtard de Bourbon, huit de ses compagnons furent pendus, et dix ou douze capitaines décapités, Charles Petit-Dutailly, Charles VII, op. cit., p. 108.

377 BNF, Lorraine 293, f° 19 et Lorraine 292, f° 40-46 (28 mars 1437 n. s.).

378 BNF, Lorraine 293, f° 19-25 (1er mars 1441 n. s.).

379 BNF, fr. 16 888, f° 215-220, Nancy, 31 janvier 1445 (copie XVIIe). Voir Dumont Ch.-É., Histoire de la ville, op. cit., t. 1, p. 258.

380 C’est une forme de reprise en main territoriale que Charles VII avait déjà utilisé, par exemple, avec Perrinet Gressart à la Charité-sur-Loire, Bossuat A., Perrinet Gressart, op. cit., p. 380.

381 Voir les enquêtes royales sur les marches de Meuse.

382 Aurell M., La noblesse en Occident, op. cit., p. 164.

383 BNF, Lorraine 293, f° 21.

384 Édouard de Grandpré, écuyer, est qualifié de vassal du roi. Il a été détenu par Robert de Sarrebrück pendant deux ans et sept mois dans le château de Commercy.

385 BNF, Lorraine 86 bis, f° 64 : vidimus du 27 juillet 1441 d’une lettre du 1er février 1441 (n. s.) de Charles VII ; on lit au dos la mention : « lettre de l’abolition faite à Vaucouleurs ».

386 ANF, JJ 184, no 602, f° 407 v°-408. Pour des lettres d’abolition générale, le bâtard de Vergy dut payer au roi 4000 florins d’or. Cela concernait le meurtre de Vaulterin de Thuillière, ibid., JJ 178, no 15, f° 10.

387 Léon Mougenot, Jeanne d’Arc, le duc de Lorraine, op. cit., p. 127, cite en note le Père Anselme, Histoire généalogique et chronologique de la maison royale de France, 9 vol. , rééd. Paris, 1967-1968.

388 Jean III de Commercy, qui devint seigneur en 1361, n’avait pas fait ses reprises en 1381, ni au roi ni à l’évêque de Metz. En mai 1381, des sergents de la prévôté de Vitry vinrent au château assigner Jean à comparaître devant des envoyés du Parlement de Paris : BNF, fr. 5397, f° 75, François-Vivès S., Les seigneurs de Commercy, op. cit., p. 75.

389 En 1400, « Edme de Sarrebück, seigneur de Commercy, fait ses reprises dudit lieu de Raoul de Coucy, évêque de Metz ». Et le 30 janvier 1376 : « Jean de Sarrebrück a commis Erard d’Anglure et Gérard de Cervières pour faire la reprise en son nom de l’Evesque de Metz, pour le même Commercy ». Dom Calmet, Histoire de la Lorraine, op. cit., t. 7, p. 99.

390 L’origine de l’hommage à l’évêque de Metz pour le château n’est pas connue. Il est probable que le premier édifice fut implanté sur des terres leur appartenant (même si Commercy ne relevait pas du diocèse de Metz, mais de celui de Toul) et que les seigneurs avaient d’abord été vidames. En 1400, « Edme de Sarrebück, seigneur de Commercy, fait ses reprises dudit lieu de Raoul de Coucy, évêque de Metz ». Et le 30 janvier 1376 : « Jean de Sarrebrück a commis Erard d’Anglure et Gérard de Cervières pour faire la reprise en son nom de l’Evesque de Metz, pour le même Commercy », idem.

391 ANF, J 578, no 1 et BNF, Lorraine 302, f° 18.

392 ADMM, B 637, 6.

393 Jean de Sarrebrück reçut en 1332 du roi une rente viagère de 200 livres tournois (BNF, fr. 32 510, f° 136) et il obtint en 1336 la sauvegarde et protection du roi pour les places et marchés de Commercy (ANF, j 400, no 52).

394 ANF, J 400, no 52 (1335).

395 Il s’agit de Philippe de Sarrebrück, appelée « Damoiselle de Commercy », épouse Charles de Silly, qui régna sur la seigneurie pendant près d’un quart de siècle.

396 BNF, Lorraine 299, f° 41 à 45 v°.

397 La date a été rajoutée a posteriori.

398 BNF, Lorraine 299, f° 44 v°.

399 Ibid., f° 48 v°.

400 Ibid., f° 157, 18 avril 1496.

401 BNF, Lorraine 292, f° 59, 1439.

402 Ibid., Lorraine 299, f° 48 v°.

403 Florainville, sans doute Florenville, commune de Belgique, province du Luxembourg, proche de la frontière française.

404 ADMM, Bar, Mélanges, I, 401.

405 Le 12 mai 1442, on trouve un accord passé entre Robert et son fils Amé d’un côté, Thibaut de Neufchâtel et son propre fils de l’autre : BNF, Lorraine 386, f° 3.

406 Jean Chartier, Chronique de Charles VII, roi de France, 2 vol., Vallet de Viriville (éd.), Paris, 1858, op. cit., t. 2, p. 36-42 ; « Louis avait les meilleurs capitaines », écrit Paul-Murray Kendall, Louis XI, op. cit., p. 68.

407 Enguerrand de Monstrelet, Chronique, op. cit., t. 6, p. 78.

408 Dimanche de Court est un capitaine français, présent à Langres en 1444.

409 Guillaume Chenard, dit le Roussin ou le Ronçin, provenait d’une famille de petite noblesse beauceronne.

410 Villy, commune des Ardennes, arr. de Sedan. Le château appartenait au duc de Luxembourg. Enguerrand de Monstrelet, Chronique, op. cit., t. 6, p. 83 et suiv. (« Comment le duc de Bourgogne mist la duchee de Luxembourg en son obéyssance »). L’épisode est également rapporté par Olivier de La Marche (Mémoires, op. cit., t. 2, p. 29 et suiv.), d’autant que furent tués lors de la bataille deux écuyers de Jacques de Lalaing, le « héros bourguignon » ; Emerson C., « Le rôle de quelques personnages mineurs dans les Mémoires d’Olivier de La Marche », Le Moyen Âge, 2006/3-4, p. 495-506.

411 Pierre Aubert, surnommé Forte-Epée, écuyer, combat aux côtés pour Robert de Sarrebrück. Il appartient sans doute à une famille Aubert de Commercy qui fournit de nombreux hommes au Damoiseau.

412 Mémoires d’Olivier de La Marche, op. cit., t. 2, p. 31.

413 Enguerrand de Monstrelet, Chronique, op. cit., t. 6, p. 85.

414 Béthincourt, commune de la Meuse. Les chroniques de la ville de Metz, op. cit., p. 214.

415 Tuetey A., Les Écorcheurs, op. cit., vol. 2, p. 81 ; Digot, Histoire de la Lorraine, t. 3, p. 65 (il cite une lettre du 8 mars 1441).

416 Vaxy, commune de Moselle, arr. de Château-Salins. Autrefois Vaxey. Chronique du doyen de Saint-Thiébaut, Dom Calmet, Histoire de la Lorraine, op. cit., t. 4, Preuves vol. II, col. 244-247 ; Giuliato G., « Insécurité et mise en défense du village en Lorraine médiévale », Les villageois face à la guerre, op. cit., p. 35-52. En 1443, les habitants de Jouy-aux-Arches se retranchèrent avec leurs biens sur les vestiges de l’aqueduc romain pour échapper aux hommes de Robert de Sarrebrück, Chroniques de la ville de Metz, op. cit., p. 215 et 238.

417 Pierre Renauld, frère bâtard de La Hire, combattait pour Robert de Sarrebrück en 1443 contre Metz (Val de Vexey).

418 Chronique du doyen de Saint-Thiébaut, Dom Calmet, Histoire de la Lorraine, op. cit., t. 4, Preuves vol. II, col. 244-247.

419 La chronique de Philippe de Vigneulles, op. cit., t. 2, p. 272.

420 Louis d’Anjou (1427-1445), fils et lieutenant de René d’Anjou, fut marquis de Pont-à-Mousson. Il entra en conflit avec Robert de Sarrebrück en 1443. En 1444, il acquit le château-bas de Commercy et signa la paix avec lui. La même année, ils combattirent ensemble contre Metz. Appelé parfois Louis d’Anjou-Commercy, Louis d’Anjou mourut sans postérité et ses biens revinrent à son père René.

421 ADMM, B 631, 89 (1).

422 Souilly, commune de la Meuse, arr. de Verdun.

423 ADMM, B 631, no 89, pièces 1 à 3.

424 Ibid., Layette Château-Salins I, no 32.

425 Ibid., Layette Vivier, no 19.

426 Ibid., Layette Nomeny, I, no 4. Nomény, commune de Meurthe-et-moselle, arr. de Nancy.

427 Voir les comptes d’Othin d’Amance, receveur général de Lorraine, pour 1438-1439. Ils concernent le paiement des capitaines La Hire, L’Estrac et Floquet, Recueils des documents sur l’histoire de Lorraine, Société d’archéologie lorraine, Nancy, 1855, p. 13 et suiv.

428 Enquête réalisée en 1444 dans la prévôté de Souilly, ADMM, B 631, 89 (a à o), cahier papier. Tuetey A., Les Écorcheurs, op. cit., tome 2, p. 83.

429 Les communes d’Osches, de Saint-André-en-Barrois et de Mondrecourt sont des communes de la Meuse, arr. de Verdun.

430 Forges-sur-Meuse, commune de la Meuse, arr. de Verdun.

431 Mesnil-sur-Saulx, commune de la Meuse, arr. de Bar-le-Duc.

432 ADMM, Layette Château-Salins I, no 32.

433 ADMM, B 631, 89 (a à o), Tuetey A., Les Écorcheurs, op. cit., t. 2, p. 90.

434 « violances et forcés faites à femmes vielles, josnes et pucelles de X et XII ans, chose périlleure et dangerouse à écrire », indique l’enquête, idem.

435 Morville, commune de Moselle, arr. de Château-Salins.

436 ADMM, Layette Viviers, no 19. L’enquête effectuée à Pont-à-Mousson rend compte de la visite effectuée dans la ville par les routiers en novembre et décembre 1443. Cette enquête fut d’ailleurs appuyée de pièces justificatives en complément des déclarations des habitants, afin d’éviter les fausses déclarations.

437 Jean de Fénestrange (ou Fénétrange) appartenait à une grande famille de la région de Metz. Il était considéré comme le meilleur jouteur de Lorraine. En 1432, il se porta garant pour René d’Anjou. En 1444, il participa au siège de Commercy. La seigneurie de Fenestrange, sur la Sarre, constituait un alleu.

438 BNF, Lorraine 293, f° 2.

439 L’analyse de cet acte est faite dans Dumont Ch.-É., Histoire de la ville, op. cit., t. 1, p. 256. L’original est à Nancy : ADMM, B 630, pièce 21 ; Tuetey A., Les Écorcheurs, op. cit., t. 2, p. 97-98.

440 ADMM, B 620, 18-1.

441 BNF, Lorraine 295, f° 134, 20 février 1444.

442 Ibid., fr. 5022, f° 26, cité par Marot P., « L’expédition de Charles VII à Metz », op. cit., p. 115, no 2.

443 Cosneau E., Le connétable de Richemont, op. cit., p. 348-349.

444 BNF, Lorraine 293, f° 29. Robert de Sarrebrück se faisait accompagner de ses deux fils richement équipés et de trois chevaucheurs à sa livrée, avec onze étalons harnachés de noir. Lettre du 8 août 1444. Original allemand, AM Strasbourg, Correspondance politique, AA 178.

445 Kendall P.-M., Louis XI, op. cit., p. 72 et suiv. : « Devenu prince des coupe-jarrets, le dauphin arriva à Langres le 20 juillet à la tête de mille cavaliers. Il venait d’avoir 21 ans » ; Mémoires d’Olivier de La Marche, op. cit., t. 2, p. 62.

446 Philippe de Culant, sire de Jalognes, était le frère de Philippe de Culant, maréchal de France.

447 Voir Vallet de Viriville A., Histoire de Charles VII, op. cit., t. 3, chap. 2.

448 La chronique de Philippe de Vigneulles, op. cit., t. 2, p. 283.

449 Tuetey A., Les Écorcheurs, op. cit., tome 1, p. 155 et détails p. 156.

450 Mémoires d’Olivier de La Marche, op. cit., t. 2, p. 247.

451 BNF, Lorraine 294, f° 8 (4 septembre 1447) ; ibid, Lorraine 293, f° 29 (12 novembre 1453).

452 BNF, Lorraine 386, f° 15-19.

453 Le 4 mars 1433, Thibaut de Neufchâtel avait été nommé capitaine général. Le 11 août, à l’âge de 26 ans, il fut nommé maréchal de Bourgogne en remplacement de Jean, comte de Fribourg qui était malade. Il le demeura jusqu’à sa mort en 1469, ce qui constitue un record de longévité. Le 30 novembre 1433, il fut fait chevalier de la Toison d’Or. Le 8 septembre, à Mézières, le duc de Bourgogne, à la veille de partir à la conquête du Luxembourg, lui confia la mission de protéger les pays de Bourgogne et il le nomma gardien de la terre de Luxueil.

454 Son déficourait du 8 septembre 1441 jusqu’au 12 mars 1442.

455 Dumont Ch.-É., Histoire de la ville, op. cit., p. 254.

456 Il reçut d’ailleurs une récompense du duc de Bourgogne pour son action énergique.

457 Nous possédons une réponse datée d’août 1448 de Charles VII à la demande de Robert, suite aux pertes subies pendant l’expédition d’Allemagne en 1444 : BNF, Lorraine 293, f° 29, reprise en 1455 et Lorraine 294, f° 8 : 4 septembre 1447.

458 BNF, Lorraine 293, f° 26, 16 janvier 1444 : « si nous vous prions bien affectueusement, vous nous ferez tres grant et singulier plaisir lequel se recongnoistrons tousiours envers vous ».

459 Ibid., Lorraine 294, f° 8, 11 septembre 1447.

460 Le roi saisit le prétexte d’une prétendue agression par les Messins d’Isabelle de Lorraine pour intervenir. Lecoy de La Marche A., Le roi René, op. cit., t. 1, p. 244 : « Isabelle de Lorraine ayant voulu faire un pèlerinage au monastère de Pont-à-Mousson, les Messins s’emparèrent de ses bagages qui cheminaient avant elle. Ils lui reprochaient de n’avoir pas pris des sanctions contre leur ennemi Thierry des Armoises et de rester redevable d’une somme importante », Histoire des règnes de Charles VII, Louis XI, par Thomas Basin, op. cit., t. 4, p. 165. L’épisode du vol des bagages a été contesté par Marot P., L’expédition de Charles VII à Metz, op. cit., p. 111-112. Vallet de Viriville rappelle, à propos du vol des bagages de la duchesse de Lorraine que la duchesse de Bourgogne avait subi la même mésaventure lorsque Robert de Sarrebrück intercepta son convoi entre la Champagne et la Picardie, suscitant l’ire de son mari et la démolition de Montaigu : Histoire de Charles VII, t. 3, op. cit., p. 32. Voir aussi « Mémoire de la place de Montagu près de Laon, qui fut démolie, pour ce que le seigneur de Commercy et Jehan de Beaurain destroussèrent dame Ysabeau de Portugal, jusques aux bouclettes dorées de ses souliers, quant alloit au duc Phelippe son mary » ; bibliothèque municipale de Valenciennes, manuscrit no 453. Dom Calmet, Histoire de la Lorraine, t. 2, p. 821, Preuves, p. 238.

461 Marot P., « L’expédition de Charles VII à Metz », op. cit., p. 109-155. L’expédition de Charles VII en Lorraine est rarement évoquée par les ouvrages modernes sur la guerre de Cent Ans. En dehors du fait qu’elle dura plusieurs mois, elle eut surtout un effet considérable pour la stabilisation de la frontière à l’est du royaume. Robert de Sarrebrück, à la tête des capitaines français, avait largement préparé le terrain de la prise de Metz en pressurant le pays alentour, en particulier le Val de Metz. La concordance des actions renforce notre hypothèse d’une attaque coordonnée et planifiée à l’avance. Les chroniqueurs messins n’y virent, cela va de soi, que des exactions de pillards. Lorsque Charles VII arriva en personne en Lorraine, il renvoya Sarrebrück et ses écorcheurs auprès de Dauphin à Langres, mais alors que l’essentiel des troupes se massaient en Suisse, Sarrebrück, lui, portait ses efforts sur l’Alsace. Comment ne pas voir, là encore, une stratégie cohérente. Certes, les troupes du sire de Commercy ne purent s’emparer de Strasbourg, mais l’étau, par un mouvement enveloppant, avait isolé la Lorraine et obligé René d’Anjou à entrer de façon définitive dans l’orbe du roi.

462 Vallet de Viriville A., Histoire de Charles VII, op. cit., t. 2, p. 56-67. Dom Calmet, Histoire de la Lorraine, op. cit., t. 2, p 831 ; Preuves p. 18. Jean Chartier, Chronique de Charles VII, op. cit., t. 2, p. 43.

463 Sur cet épisode, voir Saulcy et Huguenin, Relation du siège de Metz en 1444, op. cit. ; Schneider J., Histoire de Metz, op. cit. ; Le Moigne Fr.-Y., Histoire de Metz. Privat, 1986 ; Bour R., Histoire de Metz, Metz, 1950. La complainte d’un homme prisonnier de la ville, reprise par les chroniques de la ville, évoque ainsi l’épisode :

« Je suis venu en Mets pour gesir sur l’estrain,
Pour boire de l’yawe froyde, et pour mangier du noir pain,
Par les seigneurs de Mets qui font souvant l’essoy,
De leurs grosses bombardes : j’en suis en grant esmoy.
Les faulces collevrines tuent les hommes sains… »

464 Traité de paix du 28 février 1445, Vallet de Viriville A., Histoire de Charles VII, op. cit., t. 2, p. 45 ; Chroniques de la ville de Metz, op. cit., p. 169, 215 et 279 ; Jean Chartier, Chronique de Charles VII, op. cit., t. 2, p. 46 ; Mathieu d’Escouchy, op. cit., p. 38. Robert de Sarrebrück fut partie prenante du second accord de paix signé et il obtint le remboursement des frais qu’il avait engagés.

465 BNF, Lorraine 293, f° 25 (3 février 1445, n. s.). Copie d’une quittance du receveur général des finances royales (« Laquelle somme le roi demande à son receveur de la convertir pour payer les gens d’armes et de traits étant alors au Val de Metz pour combattre ceux de Metz »).

466 Vallet de Viriville A., Histoire de Charles VII, op. cit., t. 2, p. 46. Il s’agit évidemment d’un marché de dupe, car Robert de Sarrebrück avait avancé l’argent servant à financer la première phase de la guerre contre Metz, sur ordre du roi. Ce dernier, par ce subterfuge, se dispensa de le rembourser.

467 Voir l’ordonnance d’Orléans de 22 décembre 1438, la « Pragmatique sanction », Petit-Dutaillis Ch., Charles VII, op. cit., p. 107 et suiv.. Fin de la guerre de Cent Ans » ; Cosneau E., Arthur de Richemont, op. cit., p. 395 et suiv.. Sur la réforme de l’armée, voir aussi : Auguste Vallet de Viriville, op. cit., t. 2, p. 56 et suiv. La réorganisation militaire avait été mise en discussion dans le Conseil du roi, lors de son séjour à Nancy, au commencement de l’année 1445. Le roi était présent à Nancy quelques jours plus tôt. Il s’y trouvait le 7 mai et y demeura quelques jours ; Chroniques de Mathieu d’Escouchy, du Fresnes de Beaucourt G. (éd.), Paris, Renouard, 1963, t. 1, note no 2 p. 42.

468 BNF, Lorraine 293, f° 27.

469 Ibid., 401, f° 109.

470 Le 15 octobre 1457, un sergent royal se déplace à Euville et, sur la place publique, il annonce « a haulte voix et a cry publique que le roy plaçait Robert, sa famille et ses biens sous la protection et sauvegarde du roi ». Le sergent certifie « par la présente avoir correctement exploité ». Il reprend la disposition prise le 1er juillet de la même année. Robert de Sarrebrück est confirmé dans ses « droits, possessions, usages et franchises ». Les dettes dues qui seront prouvées par lettre, témoins « suffisamment », ou par son « certain » commandement, seront exécutées, BNF, Lorraine 293, f° 30.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site