Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Robert de Sarrebrück ou l’honneur d’un écorcheur (v. 1400-v.1462)

 | 
Valérie Toureille

Chapitre I. De l’enfant à l’héritier : une succession périlleuse

Texte intégral

La tentation du portrait

Les indices de l’écrit

  • 1 Par comparaison, dans la famille des Luxembourg-Ligny, on a eu reconstituer partiellement trois bib (...)
  • 2 Une dizaine de lettres ont été conservées. Trois sont au surplus paraphées de sa main. La graphie t (...)

1Les archives du seigneur de Commercy ne comprennent aucune correspondance personnelle. Aucun testament ne vient révéler la présence de livres ou l’existence d’une quelconque bibliothèque dans le château familial1. Il n’en demeure pas moins que Robert de Sarrebrück, comme son père avant lui, accordait à l’écrit une place remarquable dont témoigne l’exceptionnelle richesse du chartrier familial. Il est vrai que son rapport à l’écriture fut, de toute évidence, très différent de celui qu’entretenait, son contemporain, René d’Anjou. Point de littérature, ni de poésie, mais une écriture pragmatique qui témoigne d’un choix assumé. Le chartrier foisonne de documents juridiques, diplomatiques ou comptables qui trahissent une gestion scrupuleuse, y compris en période de guerre. Ils rendent compte de l’activité de Robert de Sarrebrück, mais ils en révèlent aussi une part de personnalité, lorsqu’ils sont issus de sa propre main2. À lui seul, le chartrier suffit à décrire les principales étapes de la vie du seigneur de Commercy et même à en livrer, pour certaines d’entre elles, des restitutions détaillées. D’autres sources écrites le complètent utilement, qui en éclairent, de façon différente, le contenu.

  • 3 À titre de comparaison voir le cas de Guillaume de Murol, Charbonnier P., Guillaume de Murol, un pe (...)
  • 4 Contamine Ph. et Vissière L., Défendre ses droits, construire sa mémoire, op. cit.

2Les sources narratives évoquent la figure du sire de Commercy de manière singulière, nous l’avons dit. Témoignages le plus souvent indirects, écrits presque toujours sur le mode péjoratif, elles renvoient de Robert de Sarrebrück l’image d’un seigneur vindicatif et violent, qui ne respectait pas la parole donnée, audacieux au point de s’en prendre à plus fort que lui, jamais abattu, toujours prêt à rebondir. Mais ces sources, aussi hétérogènes soient-elles, mettent surtout en valeur une activité guerrière, qui sous-tend son comportement et colore son identité. C’est là un biais de lecture dont il faut tenir compte. Pour autant, si le bruit des armes n’a jamais cessé de résonner, Robert de Sarrebrück savait aussi manier la plume. Il avait doté son hôtel d’un officier attaché au classement et à l’inventaire des papiers de famille. Il a ainsi poursuivi l’œuvre engagée par son père Amé. Mais ce n’est qu’au moment de déposer les armes qu’il se lança dans le vaste chantier archivistique. Quand d’autres se retiraient sur leurs terres pour versifier3, le sire de Commercy, continuait la guerre par la voie diplomatique, au sens étymologique du terme4.

3Malgré le soin porté à son classement, la documentation conservée par les seigneurs de Commercy présente des lacunes, presque incompréhensibles. Des morceaux essentiels manquent au puzzle de la vie de Robert de Sarrebrück qui ne permettent pas d’en tracer les bornes avec précision. Rien ne concerne en effet ni sa naissance, ni son décès. Alors que savons-nous au juste de l’homme ?

  • 5 La lettre d’Henri de Ville, évêque de Toul, qui autorise l’évêque de Verdun et oncle de Robert à to (...)
  • 6 Ni les circonstances ni le lieu de son décès ne nous sont connus. Ch.-É. Dumont, qui a eu le testam (...)
  • 7 Marie de Châteauvillain, ou Marie de Thil, dame de Louvois, était la fille de Jean IV, seigneur de (...)
  • 8 Jean Froissart, Chroniques, éd. Kervyn de Lettenhove, Bruxelles, 1867-1879, 25 vol., t. V, p. 27.
  • 9 Jean I de Sarrebrück participa ainsi en 1340 à la campagne de Normandie dans l’armée du roi (BNF, n (...)

4Robert de Sarrebrück serait né au tournant du XVe siècle dans la ville de Commercy, dont les murailles bordent les méandres paresseux de la Meuse5. Il est mort, sans doute au même endroit, soixante-deux ans plus tard6. Son père, Amé de Sarrebrück appartenait à un prestigieux lignage lorrain. Sa mère, Marie de Châteauvillain, était issue d’une grande famille noble implantée entre Champagne et Bourgogne7. L’enfant provenait donc d’une lignée respectable, qui avait été alliée aux meilleures familles possessionnées de part et d’autre de la frontière du royaume. Il appartenait de fait à la haute noblesse du Barrois. Froissart présente son grand-père comme l’un des grands barons du royaume8. Sa parenté s’étendait au-delà de la Meuse et jusque dans les terres d’Empire, avec la branche aînée des Sarrebrück, possessionnée dans la Sarre. Indépendamment de la branche allemande, la branche cadette des Sarrebrück, barroise, lorraine et champenoise, se sentait plutôt française et nombre de ses membres avaient servi dans l’entourage du roi9.

  • 10 On se contentera de citer le plus célèbre d’entre eux à travers la figure de Dunois, bâtard d’Orléa (...)

5Robert fut le seul enfant mâle du couple, qui ne compta d’ailleurs que deux descendants. À la suite de la mort soudaine du père en 1414, il fut propulsé prématurément à la tête de la seigneurie de Commercy, dans un temps d’adversité, celui des années les plus sombres de la guerre de Cent Ans. Ainsi tracé à grands traits, le profil du jeune Robert ne permet guère d’entrevoir la trace du moindre facteur explicatif d’une déviance ultérieure. Il n’était pas un enfant illégitime, comme il y en avait dans d’autres maisons nobles, et qui fournirent un nombre non négligeable d’hommes d’armes du XVe siècle10. Il n’était pas non plus l’héritier d’une noblesse désargentée comme tant de ses compagnons d’aventure, nés bretons ou gascons. Il était toutefois le cadet d’une branche cadette, et il est possible que cette condition influença ses choix ou son caractère.

La branche des damoiseaux

  • 11 On trouve parfois « Sallebruche ».
  • 12 La généalogie la plus complète de la famille, jusqu’à Amé de Sarrebrück, se trouve dans l’ouvrage d (...)
  • 13 Broyes est une commune de la Marne, située en Champagne, près de Sézanne. Il existe encore des vest (...)
  • 14 Châteauvillain est une commune de la Haute-Marne. La paroisse se situe à la lisière de la Bourgogne (...)

6Les Sarrebrück, ou plutôt « Sarrebruche11 », puisque c’est sous cette forme romanisée que Robert paraphait ses lettres, étaient apparentés depuis longtemps aux comtes de Bar12. Les premières traces assurées de la famille remontent au XIIe siècle. Simon Ier (vers 1178-vers 1208) était alors qualifié de seigneur de Commercy, de Broyes13 et de Châteauvillain14. Par sa mère, Antoinette de Bar, il avait hérité de Commercy, tandis que Broyes et Châteauvillain lui venaient de son père.

  • 15 Simon II avait épousé Mahaut de Sarrebrück, l’une des quatre filles du comte de Sarrebrück, qui ne (...)
  • 16 Jean Ier de Sarrebrück régna de 1305 à 1341. Il épousa en premières noces Mahault d’Apremont, décéd (...)
  • 17 BNF, Lorraine 291, f° 10, 4 septembre 1326. La pièce est publiée dans François-Vivès S., Les seigne (...)
  • 18 Jean IV (1341-1381).
  • 19 Jean II de Sarrebrück, seigneur de Commercy de 1341 à 1344. Marié à Alix de Joinville, il eut trois (...)
  • 20 Philippe de Nassau-Sarrebrück était le fils de Jeanne de Sarrebrück et de Jean de Nassau. Son épous (...)
  • 21 Morley est une commune de la Meuse.
  • 22 Archives départementales de la Meuse (désormais AD Meuse), B 2750, « Compte de Jacomet du Mesnil, r (...)
  • 23 Le père de Philippe de Nassau-Sarrebrück, Jean IV, comte de Sarrebrück, était marié à Gilette de Ba (...)
  • 24 Jean Froissart, Chroniques, op. cit., t. V, p. 23.

7La branche dont était issu Robert de Sarrebrück portait à la fois cet héritage ancien et la récente alliance des Commercy avec les Sarrebrück. Les terres de Commercy et de Sarrebrück avaient été rassemblées par le mariage de Simon II (1247) avec l’héritière du comté de Sarrebrück, ainsi que l’avait décidé son père. C’était de la part de ce dernier une volonté explicite de nouer une alliance entre son domaine dans l’Empire et la Lorraine romane15. Cette construction territoriale fut rompue par le testament de Jean Ier de Sarrebrück16 et de son épouse Mahaut d’Apremont17, lorsqu’ils décidèrent de scinder leurs seigneuries en deux parts inégales au profit de leur fils cadet et de leur petit-fils. Le petit-fils (Jean IV18) hérita du comté de Sarrebrück et de la petite part de Commercy. Jean, le fils puiné (Jean II19), hérita de la plus grande part de Commercy, le berceau de la famille, à défaut du titre comtal. Quel que fût l’objet de cette décision, elle eut pour conséquence de dissocier les terres allemandes du lignage des terres françaises. Les Sarrebrück se divisèrent donc, à partir de cette date, selon une double ramification qui allait renforcer le clivage culturel de la famille, écartelée entre les pays romans et la terre « d’Allemeigne ». Ainsi, les seigneurs de Commercy, tout en conservant le prestige du nom de Sarrebrück, s’ancraient dans la partie romane de la généalogie familiale, laissant à l’autre branche le soin de préserver leur culture et leur domaine en terre germanique. La division ne fut pas absolue, puisqu’un lien, matérialisé par la co-seigneurie de Commercy, devait réunir les deux familles, appelées à cohabiter dans la ville pendant quatre générations. Ce voisinage familial, imposé par le testateur, donna lieu à la conclusion, à date régulière, de bourgfrides d’inspiration germanique, ces « paix du village » dont l’ambition était de réguler ou d’anticiper les éventuels conflits entre les co-seigneurs. Il faut reconnaître que la situation ne pouvait être simple dès lors qu’au sein du même espace clos deux châteaux se firent face dès le milieu du XIVe siècle. Un peu en contrebas du Château-Haut, logis seigneurial des Commercy, se dressait un second château qui appartenait lui au puissant comte de Nassau-Sarrebrück, le Château-Bas. Au moment où Robert vit le jour, Philippe de Nassau20, quoique seigneur allemand, passait l’essentiel de son temps à Commercy ou dans son château proche de Morley21, où il s’adonnait à la chasse22. Le père de Philippe, Jean IV de Sarrebrück, qui avait fait ériger le donjon, se plaisait déjà à résider régulièrement à Commercy23. Il avait été un grand seigneur, combattant – comme ses cousins – pour le compte du roi de France. Il avait participé à la bataille de Poitiers où il avait d’ailleurs été fait prisonnier24. Chargé d’ambassades par Charles V, il s’était vu récompensé par la charge de bouteiller et assistait au conseil du roi. Il reçut même, à titre viager, pour prix des services rendus la châtellenie de Vaucouleurs.

  • 25 Le terme « damoiseau » renvoie traditionnellement au domicellus, qui désigne le jeune noble ; voir (...)
  • 26 Alix de Joinville, dame d’Estrelles, était la fille d’Amé de Joinville, seigneur de Méri et d’Estre (...)
  • 27 Simon II de Sarrebrück était le fils aîné de Jean II de Sarrebrück.
  • 28 Jean III de Sarrebrück était le fils cadet de Jean II.
  • 29 Marie d’Arcelles, épouse de Jean III, eut avec lui trois enfants : Jean, Simon et Amé. Après son ve (...)
  • 30 BNF, fr. 5397, f° 75 (copie du XVe siècle) ; voir également le même hommage rendu le 10 mars 1386 : (...)

8La branche cadette se distingua de la branche allemande par l’utilisation du titre spécifique de « Damoiseau ». Jean II de Sarrebrück fut ainsi le premier « damoiseau de Commercy ». Le titre marquait l’origine du puîné, tout en préservant une part d’honorabilité25. Ce Jean II fut marié à Alix de Joinville26 dont il eut trois enfants, renouant ainsi avec une tradition d’alliance. Simon II (décédé en 1358)27, puis son cadet Jean III (1358-1382)28 reprirent le titre de damoiseau et seigneur de Commercy. C’est ce Jean III, époux de Marie d’Arcelles29, qui allait devenir le grand-père de Robert. Jean III de Sarrebrück fut un seigneur pacifique, qui vécut replié sur ses terres. Il rechigna cependant à rendre hommage au roi pour Commercy. Il n’accéda à cette obligation que le 9 octobre 1361, en excluant toutefois, comme ses ancêtres le faisaient, le château, la ville, les halles, les foires, les marchés, Breuil et Lérouville30. Le couple eut trois fils : Simon, Jean et Amé. Ce dernier, père de Robert, était ainsi le benjamin de la fratrie. Et comme tel peu préparé à assumer la gouvernance de Commercy. Une génération plus tard, son fils unique hérita d’une situation comparable.

  • 31 Voir les exemples cités par Aurell M., La Noblesse en Occident (Ve-XVe siècles), Paris, Colin, 1996 (...)
  • 32 Deux filles et un garçon (Simon), BNF, Lorraine 292, f° 6-7 (30 août 1411) et ADMM, B 629, 132 et 1 (...)
  • 33 Lett D., Famille et parenté dans l’Occident médiéval, Ve-XVe siècles, Paris, p. 178.

9Robert de Sarrebrück est-il né au sein d’une famille que l’on qualifierait aujourd’hui d’unie ? Il est difficile de le dire, faute de témoignage direct. Cependant, durant les quinze années du mariage qui attachèrent Amé de Sarrebrück à Marie de Châteauvillain, seuls deux enfants virent le jour, et qui dépassèrent les écueils de la mortalité infantile. Il s’agissait des deux enfants légitimes, car Amé comptait aussi, avant sa mort brutale, au moins trois enfants bâtards. Exclus de l’héritage ab intestat, c’est précisément dans les testaments que l’on retrouve leur trace31. C’est d’ailleurs ainsi qu’Amé de Sarrebrück les reconnut32. Sans doute vivaient-ils au château, élevés avec les autres enfants du seigneur. En cela, Amé de Sarrebrück s’est conformé au modèle noble du XVe siècle, équitablement partagé par les princes comme par les hommes de la petite noblesse. En tout état de cause, l’amour conjugal demeurait l’exception33, et c’est aussi par le témoignage de la bâtardise que nous savons de quelle manière les hommes de l’aristocratie concevaient le mariage. L’alliance matrimoniale demeurait d’abord une alliance stratégique entre deux familles.

  • 34 Sur les liens au sein des fratries voir Lett D., Histoire des frères et des sœurs, Paris, 2004.
  • 35 Un accord fut signé entre les deux frères le 23 mars 1394 (ns), ADMM, B 632, 11 ; François-Vivès S. (...)
  • 36 Ibid., p. 38 et suiv. Ce fut le cas de Simon III (1248-1305) et son frère Ferry.

10Amé de Sarrebrück, qui était en Lorraine un guerrier redouté par ses voisins, arborait-il une dureté comparable au sein de son couple ? On peut pour le moins affirmer que l’homme savait être pacifique au sein de la famille, puisqu’il entretenait avec ses deux frères, Simon et Jean, des relations étroites et confiantes34. D’ailleurs, Amé n’aurait pas pu hériter par anticipation de la seigneurie si l’aîné, Simon, engagé sur d’autres terrains, ne l’avait pas incité à gouverner le domaine à ses côtés, avant de se désister en sa faveur35. Dans la famille de Sarrebrück, le cas n’était pas isolé et l’on vit à d’autres époques deux frères administrer ensemble leur domaine sans engendrer de conflit36. Jean, le second, fut assez naturellement dirigé vers la carrière ecclésiastique. Nommé chanoine, avant d’accéder à l’épiscopat, il suivit à cet égard la voie classique des puînés.

  • 37 Sur la famille Châteauvillain, voir Duchesne A., Histoire de la maison de Broyes et de Châteauvilla (...)
  • 38 Amé de Sarrebrück avait épousé Marie de la Bove, dame de la Ville-sur-Tourbe et de Tellou en 1393. (...)
  • 39 Départ. de la Marne, arr. Sainte-Menehould.

11Amé fut amené, par son mariage, à resserrer les liens avec ses terres champenoises. Il est vrai que les Sarrebrück du « païs roman » avaient toujours regardé vers le royaume de France, en particulier vers la Champagne voisine. La mère de Robert appartenait à une grande famille champenoise37. Elle était en fait la seconde épouse d’Amé ; la première, Marie de la Bove, était morte assez vite sans lui donner d’enfants, ou en couches avec l’enfant qu’elle portait38. Amé se remaria la même année, en 1396, au nom des intérêts de la famille, peut-être avec chagrin, car il témoigna toujours d’un attachement particulier au château dans lequel il avait résidé avec sa première femme, à la Ville-sur-Tourbe39. Marie de Châteauvillain vécut aux côtés de son mari jusqu’à la mort de ce dernier.

  • 40 On la voit, par exemple, céder au prieuré du Val-des-Écoliers des rentes qu’elle possédait sur Cern (...)
  • 41 Jeanne, comtesse de Sarrebrück et seigneur de Commercy, était la fille unique de Jean de Sarrebrück (...)
  • 42 Le document est cité dans Servais V., Annales historiques du Barrois de 1352 à 1440, 2 vol., 1867, (...)
  • 43 Carnaudet J., Notes et documents pour servir à à l’histoire de Châteauvillain, Paris, 1856, p. 23 e (...)
  • 44 Arnaud de Cervoles, né vers 1300, mort en 1366, dit l’Archiprêtre, fut un célèbre chef mercenaire, (...)

12L’image de Marie de Châteauvillain renvoyée par notre documentation laisse transparaître une forte personnalité. Elle gérait en propre ses domaines, comme beaucoup d’autres femmes de la noblesse à la même période40. Dans les terres d’Empire voisines, les femmes pouvaient même prendre la tête d’une seigneurie, comme ce fut le cas pour sa cousine Jeanne de Sarrebrück41. D’autres furent femmes de lettres comme Élisabeth de Nassau-Sarrebrück. Mais le destin de Marie de Châteauvillain fut plus ordinaire. Lorsqu’elle épousa Amé de Sarrebrück, en 1397, elle devait avoir une vingtaine d’années, ou un peu moins42. Par cette alliance, fondée sur un cousinage lointain, la famille renouait avec les terres de Châteauvillain, qui avaient jadis appartenu aux Commercy. Le lignage de Marie était aussi prestigieux que celui d’Amé43. Sa généalogie comprenait aussi plusieurs femmes de caractère, en particulier sa grand-mère Jeanne, qui avait hérité de Châteauvillain et connu quatre maris successifs. Le premier, épousé en 1345, était Jean, seigneur de Thil-en-Auxois et de Marigny-en-Champagne, chevalier, mais surtout conseiller de Philippe de Valois et connétable de Bourgogne. Le second fut Jacques de Vienne, seigneur de Saint-Georges. C’est surtout le troisième qui retiendra notre attention, car il s’agit d’Arnaud de Cervoles44, chevalier et chambellan de Charles V, que les chroniques ont immortalisé sous son surnom d’Archiprêtre. Le quatrième et dernier mari de Jeanne de Châteauvillain, Enguerrand d’Audin, était un compagnon d’armes d’Arnaud de Cervolles, qui devint, à l’issue de son mariage, un proche de Charles VI, et termina sa vie comme gouverneur du Dauphiné.

  • 45 Grancey, aujourd’hui, Grancey-le-Château, Côte-d’Or.
  • 46 Louvois, commune de la Marne, arr. d’Épernay.
  • 47 BNF, Lorraine 85, f° 39. Sur l’usage des chevaux, et des hacquenées en particulier, voir Contamine (...)

13La famille des Châteauvillain avait toujours entretenu des liens privilégiés avec le roi et son entourage. Une des filles de Jeanne de Châteauvillain avait d’ailleurs épousé un chambellan de Charles VI, Louis de Bourbech. De son premier mariage, avec Jean de Thil, Jeanne de Châteauvillain avait eu un garçon, prénommé Jean comme son père. Ce Jean IV, le père de Marie, avait épousé Jeanne de Grancey, fille aînée et principale héritière d’Eudes de Grancey, qui lui apporta la seigneurie du même nom45, mais aussi celle de Louvois46. Jean IV de Châteauvillain eut alors quatre enfants : en plus de Marie, deux garçons, Guillaume et Bernard, et une fille prénommée Yolande. De ces deux frères, c’est Guillaume qu’elle préféra et sur lequel elle s’appuya dans les moments difficiles. Ce temps arriva très vite après la mort de son mari. Marie montra alors un tempérament de femme volontaire, peut-être hérité de sa grand-mère Jeanne. Comme les femmes de sa race, elle aimait chevaucher pour échapper à l’austère forteresse. Dans les archives de Sarrebrück, un document révèle ainsi l’achat en 1430 d’une « hacquenée rouge47 » pour son usage personnel.

  • 48 Marie de Sarrebrück épousa Jean de Hangest, seigneur de Genlis, capitaine de Chauny.
  • 49 Lett D., Famille et parenté, op. cit., p. 58. Le prénom Robert n’était pas à la fin du Moyen Âge le (...)

14Pendant les quatorze années qui suivirent la dernière naissance aucun autre enfant n’est signalé. Marie de Châteauvaillain, avec le sens du devoir accompli, désira-t-elle alors se tenir à distance d’un mari qu’elle n’appréciait point ? Un accouchement difficile lui infligea-t-elle une stérilité ? D’autres enfants sont-ils nés sans avoir pu résister aux maladies infantiles ? Il est impossible de le savoir. Mais ce fils unique allait devenir l’objet de toutes les attentions. Une ou deux années plus tôt avant la naissance de Robert, était née une petite fille, qui avait été prénommée Marie, comme sa mère48. Ce choix était ordinaire, celui du garçon annonçait sa destinée, celle d’un guerrier aux confins de la germanité. Le choix du prénom fut aussi politique49. Amé de Sarrebrück était alors étroitement engagé dans la familiarité du duc Robert de Bar. Celui-ci accepta sans doute avec plaisir de porter le premier fils de son fidèle lieutenant sur les fonts baptismaux. Ce parrainage renforça les liens d’amitié, mais aussi politiques, qui perduraient entre les deux familles.

  • 50 BNF, Lorraine 291, f° 67 (7 mai 1390).
  • 51 Dumont Ch.-É., Histoire de la ville et des seigneurs de Commercy, Bar-le-Duc, Rollin, 1843, t. 1, p (...)
  • 52 Herméville est une commune de la Meuse, arr. de Verdun.
  • 53 BNF, Collection Moreau, vol. 243, f° 74 ; François-Vivès S., Les seigneurs de Commercy, op. cit., p (...)
  • 54 Ibid., Lorraine 294, f° 41.

15Pour peu qu’on veuille bien admettre l’influence du modèle parental sur la construction d’une personnalité, la figure du père dut s’imposer d’emblée, car Robert, sur bien des points, en suivit fidèlement la trace. Le modèle n’est cependant pas immuable. En effet, Amé de Sarrebrück s’était distingué très jeune par un comportement belliqueux qui tranchait avec la posture volontiers pacifique de son père Jean. Mêlé à une histoire de meurtre commis sur la personne du maire de Ménil-la-Horgne, Amé avait été pardonné en raison de son jeune âge50. Par la suite, la guerre devait lui offrir un exutoire naturel où put s’épanouir son goût des armes, au point que sa réputation s’imposa rapidement dans tout le Barrois. Amé de Sarrebrück, qui fut mêlé aux événements marquants de la politique du royaume des dernières décennies du XIVe siècle, demeura pour ses proches voisins un routier redouté. Dès 1390, le roi avait dû mander à ses baillis de Vermandois, de Chaumont et de Vitry d’empêcher Amé et ses complices de ravager les terres de Gilles de Luxembourg51. L’avertissement n’eut guère d’effet. Amé n’épargna pas non plus les domaines du chapitre de Verdun, pourtant placés sous la sauvegarde royale. Le 23 novembre 1399, il entra ainsi à Herméville à la tête d’un grand nombre de gens d’armes et cent hommes de pied52. Le chapitre de Verdun se plaignit au bailliage royal de Sainte-Ménehould, qui transmit l’affaire au bailli de Vitry, garde de la cité de Verdun. En décembre de la même année, Amé reprit ses incursions, emportant du blé et rançonnant les habitants du Verdunois de quatre queues de vin53. Le roi ajourna à nouveau les coupables et prononça la saisie de leurs biens jusqu’à réparation54.

  • 55 Coville A., Les premiers Valois et les débuts de la guerre de Cent Ans, Paris, 1910, rééd. 1980, p. (...)
  • 56 Amé de Sarrebrück fut victime d’une embuscade à Condé-sur-Moselle, tendue par le duc de Lorraine, C (...)
  • 57 BNF, Lorraine 292, f° 12, 10 novembre 1412.
  • 58 Ibid., Lorraine 292, f° 49 (1er février 1414, n. s.). Conflans-en-Jarnisy, commune de Meurthe-et-Mo (...)
  • 59 Ibid., f° 18 ; François-Vivès S., Les seigneurs de Commercy, op. cit., p. 118.
  • 60 Mirot L., « Autour de la paix d’Arras », BEC, no 75,1914, p. 253.
  • 61 Enguerrand de Monstrelet, Chronique, op. cit., t. 3, p. 5. Sur les Bournonville : Schnerb B., Engue (...)
  • 62 Jean de Luxembourg (1392-1441), sire de Beaurevoir, comte de Ligny.
  • 63 Schnerb B., Les Armagnacs et les Bourguignons, op. cit. p. 150 ; Finot J., La paix d’Arras (1414-14 (...)
  • 64 Le Bourgeois de Paris dresse du siège une situation pitoyable et évoque 11 000 morts : « Et si sach (...)

16Toutefois, ces coups de force n’entachèrent pas sa réputation à la cour. En 1400, lorsque naît Robert, son père se trouve au faîte de sa puissance. Amé est alors le meilleur soutien de Louis d’Orléans en Lorraine et celui-ci, dans sa stratégie de rapprochement avec le saint Empire germanique, a renforcé sa présence dans le secteur55. D’ailleurs, quand Louis d’Orléans entre en guerre contre la ville de Metz, c’est Amé qui dirige les opérations. L’ascension politique dura une dizaine d’années, avant le premier retournement de conjoncture et les débuts de la guerre civile. En 1407, le puissant seigneur de Commercy est fait prisonnier56. Robert a six ans et l’on peut imaginer l’impression produite sur le jeune enfant par la capture du père. D’autant que ses ennemis, profitant de l’absence du maître des lieux, viennent ravager ses terres jusqu’à Commercy. Les biens de la famille sont à nouveau saisis par l’autorité royale. L’année 1412 correspond à une sorte de retour en grâce. Le roi Charles VI ordonne la main levée des terres qui avaient été confisquées à Amé de Sarrebrück. Mieux, Amé, qui était resté chambellan du duc d’Orléans, devient également chambellan du roi57. En revanche, c’est dans ses relations avec le duc de Bar que la situation d’Amé se complique. Comme gouverneur du duché, le seigneur de Commercy avait engagé d’importants frais et connaissait des difficultés pour se faire rembourser. Tout au plus obtint-il, en compensation, des droits sur la seigneurie de Conflans-en-Jarnisy58. Mais en 1414, Amé a repris toute sa place dans les lieux du pouvoir. En mai, le roi Charles VI l’introduit dans son grand-Conseil59. Aux côtés du duc de Bar, il entre en campagne contre les Bourguignons en avril de la même année60. On le retrouve au siège de Soissons, que défend Enguerrand de Bournonville : « devant laquelle ville estoit dejà allée l’avant-garde du roy, laquelle conduisoit le duc de Bar, Clignet de Brabant, messire Amé de Sallebruce, damoisel de Commercy61 ». La ville est prise et les défenseurs sont passés au fil de l’épée. Son capitaine est décapité. Après Bapaume, l’armée royale se dirige vers Arras, tenue par le capitaine Jean de Luxembourg62, nommé par Jean sans Peur63. La maladie qui décime alors les assiégeants aura raison d’Amé, disparu dans la force de l’âge en août 141464. Il succombe en effet à l’épidémie de dysenterie qui accable une grande partie des troupes. Enguerrand de Monstrelet évoque l’épisode en ces termes :

  • 65 Enguerrand de Monstrelet, Chronique, op. cit., t. 3, p. 32.

« apres laquelle paix [Arras] se départirent plusieurs seigneurs souffrant de flux de ventre, de laquelle maladie estoit ja mort messire Amé de Salebruce, damoiseau de Commercy65 ».

La formation d’un jeune noble

  • 66 BNF, Lorraine 292, f° 9 (5 juin 1412).
  • 67 « Ci-gît la nourrice Thiphaine
    La Maugine qui eut grand’peine
    A nourrir de lait, en enfance,
    Marie d’A (...)

17Robert de Sarrebrück perdit son père alors qu’il n’avait que quatorze ans. Jusqu’à cet âge, et même au-delà, peu d’informations filtrent sur l’enfance et l’adolescence de notre personnage. En fait, un seul événement perce dans cette histoire négligée : la tonsure, intervenue à l’âge de 12 ans66. De la prime enfance de Robert de Sarrebrück, nous ne savons rien. Sans doute fut-il confié aux soins d’une nourrice. Mais nulle faveur ne la distingue dans les archives de la famille, qui aurait pu gratifier cette femme d’une éventuelle pension, nulle trace d’un lien affectif qui aurait perduré au sein de la maisonnée, à l’image des témoignages parfois touchants rencontrés dans les familles princières, comme celui de René d’Anjou faisant ériger un tombeau pour sa nourrice, Thiphaine Maugin, morte en 1458, et en l’honneur de laquelle il aurait lui-même composé l’épitaphe67. C’est à ces nourrices que revenaient les soins du corps, l’apprentissage de la parole et les gestes de tendresse auxquels les parents ne pouvaient pas toujours se laisser aller.

  • 68 Alexandre-Bidon D. et Lett D., Les enfants au Moyen Âge, Ve-XVe siècles, Paris, Hachette, 2004, p.  (...)
  • 69 Husson de Wattronville. BNF, Lorraine 292, f° 22 et ibid., Lorraine 200, f° 22.
  • 70 Lett D., Famille et parenté, op. cit., p. 175. Cependant, à la différence de ce que l’on peut obser (...)

18Il est difficile de décrire la nature des liens qui unissaient la mère à son fils unique68. Il faut reconnaître que s’il est relativement aisé d’approcher la personnalité du père de Robert de Sarrebrück, abondamment décrit dans les chroniques, celle de sa mère, faute de sources comparables, demeure plus difficile à cerner. Marie de Châteauvillain ne manquait pas de caractère et montra par la suite qu’elle savait se conduire comme une femme de tête. On la vit, au lendemain de la mort inopinée de son époux, revendiquer en son nom et au nom de ses enfants les droits qui lui étaient dus et, dans le même temps, faire face à l’agression armée d’un créancier de son mari69. Cette mère devait être, à l’image de toutes ces femmes de l’aristocratie, régulièrement abandonnée à son sort au sein du château familial lorsque son époux partait en expédition. Il leur fallait, par la force des choses, développer une capacité à gérer elles-mêmes plusieurs domaines, voire à se forger une indépendance qui permettait à certaines d’imposer leur propre style de vie70. Environnées d’hommes d’armes, elles ne devaient pas se sentir outre mesure impressionnées par la guerre. On attendait d’ailleurs de ces épouses qu’elles fussent en mesure de panser et de recoudre les blessures occasionnées par les combats. Toutes ces obligations ne pouvaient guère que façonner des femmes au caractère trempé, voire martial.

  • 71 Jacques Le Goffévoque le cas de saint Louis, qui fut le premier roi de France à avoir connu son gra (...)
  • 72 Lett D., Frères et sœurs, histoire d’un lien, Paris, Payot, 2009, p. 148.
  • 73 ADMM, B 632, 11 (23 mars 1393).
  • 74 Ibid., B 628, 69 (18 décembre 1389).
  • 75 Isabelle de Châtillon était la fille de Jean de Châtillon, grand maître de France.
  • 76 Jean devint seigneur d’Estanges. Gaucher d’Anglure, le troisième, fut capitaine de la ville de Reim (...)
  • 77 Isabelle, sans doute mariée fort jeune, avait donc enfanté rapidement. Elle est décédée le 31 janvi (...)
  • 78 Journal contenant le voyage faict en Hierusalem et autres lieux de dévotion, tant en terre Saincte (...)
  • 79 Bonnardot Fr. et Longnon A., Le Saint voyage de Jherusalem du seigneur d’Anglure, Paris, 1878 ; de (...)
  • 80 Des chevaliers messins ont fait le pèlerinage de Jérusalem en 1395. Voir Schneider J., « Un gentilh (...)

19Robert resta sous ces influences féminine et maternelle jusqu’à l’annus discretionis, traditionnellement l’âge de sept ans, là s’achevait l’éducation par imprégnation, marquée à la fois par la morale religieuse et par la mémoire familiale, que l’on pourrait encore nommer la conscience lignagère. Cette dernière fut nourrie en particulier par deux figures tutélaires : celle du grand-père paternel et celle de l’oncle Simon. Le premier, Jean « le Pacifique », fut un grand seigneur, reconnu comme tel par ses pairs. Il était mort depuis plus de vingt ans à la naissance de Robert mais son souvenir avait dû demeurer entier à Commercy, où il avait passé l’essentiel de son existence, jusqu’à sa mort en 138271. L’autre figure est à la fois plus épique et plus dramatique. Il s’agit de l’oncle Simon. Si le jeune Robert ne l’a pas connu, sa mémoire glorieuse fut sans doute longtemps entretenue dans la famille, jusqu’à devenir une image de référence. Cet oncle, qui était l’aîné de la fratrie, avait vécu en bonne intelligence avec ses frères, en particulier avec le père de Robert. Si l’affection fraternelle était répandue, l’attitude de Simon à l’égard de son cadet fut remarquable car, héritier au premier chef de la seigneurie de Commercy, il la partagea de fait avec Amé72. Les textes nous les présentent côte à côte dans les mêmes occasions, au point que l’historiographie confonde parfois les deux seigneurs de Commercy. Puis, avec le temps, Simon sembla s’effacer. Il délaissa la forteresse familiale pour s’installer chez son épouse en Champagne, laissant à Amé la gouvernance de la seigneurie73. Cette distance n’empêcha pas les deux frères de rester solidaires dans le conflit qui les opposa à Philippe, leur cousin, à propos du Château-Bas en 138974. Le souvenir de cet oncle, disparu quatre ans avant la naissance du premier fils d’Amé, perdura également dans la mémoire familiale à la faveur d’un récit de voyage. Simon avait épousé, en février 1385, l’héritière d’une grande famille de Champagne, Isabelle de Châtillon75, qui avait été mariée en premières noces à Ogier IV, seigneur d’Anglure et d’Estanges. Cette femme de quarante-cinq ans, plus âgée que Simon, était sans doute un bon parti, peut-être aussi d’une grande beauté, car leur union concrétisa, une fois n’est pas coutume, un mariage d’amour. Isabelle de Châtillon avait eu de son premier mariage trois fils : Ogier, Jean et Gaucher76. C’est justement ce premier fils, Ogier V d’Anglure, que Simon de Sarrebrück décida d’accompagner à Jérusalem. Le lien étroit tissé entre le beau-père et le beau-fils pouvait être facilité par le faible écart d’âge qui séparait les deux hommes. En effet, ici, nulle motivation autre que l’affection ou la complicité générationnelle ne peuvent expliquer ce choix, au sein d’une famille recomposée77. En dépit de la fréquence de ce modèle familial, c’est là une relation moins connue. À l’occasion de ce périple, Simon de Sarrebrück acquit une part de postérité qui dépassa le cercle de sa parenté, grâce à son célèbre récit de voyage, entré en littérature au XVIIe siècle. Il s’agit du Journal contenant le voyage faict en Hierusalem et autres lieux de dévotion, tant en terre Saincte qu’en Ægypte par Ogier d’Anglure et Simon de Sarebruche, en l’année 139578. Ce journal de voyage a été édité pour la première fois en 1621, à Troyes par Noël Moreau, dit le Coq79. Mais il était déjà connu à l’époque de Robert puisqu’un citain de Metz, Nicole Louve, qui fit le voyage à Jérusalem, s’en inspira80.

20Après cette enfance bercée par les récits héroïques, il fallait que l’enfant entrât dans un nouveau temps d’apprentissage, celui de l’instruction proprement dite, délivrée à partir de l’âge de raison. Dans son Livre des faits, Jacques de Lalaing résume fort justement cette transition dans l’éducation nobiliaire :

  • 81 Œuvres de Georges Chastellain, éd. K. de Lettenhove, Bruxelles, t. VII, 1971, p. 9 ; Schnerb B., «  (...)

« Après que l’enfant fut nourry et eslevé le plus doucement que faire se put, jusques à l’eage de sept ans, et que tout fut osté des mains de celles lesquelles jusques à ceste eage l’avoient eu en garde, le père qui estoit sage et prudent, regarda qu’il estoit en bon eage pour l’endoctriner et faire apprendre. Pour quoy fut ledit enfant baillé à un clerc pour l’enseigner, lequel en assez bref terme, le rendit expert et habile de bien sçavoir parler, entendre et escrire en latin et en françois, si que nul de son eage ne le passoit81. »

  • 82 Fourcade S., « De l’université au château : les précepteurs des enfants nobles en France à la fin d (...)

21C’est le temps où l’enfant sort de l’influence féminine et passe sous l’autorité d’individus extérieurs au couple, même s’ils demeurent, pour une part, dans le champ de la famille. Le rôle du père est déterminant dans ce tournant de la formation. C’est lui qui choisit le précepteur82. C’est encore lui qui désigne les hommes de la fratrie qui prendront en charge le jeune garçon.

  • 83 Kupper J.-L., « L’oncle maternel et le neveu dans la société du Moyen Âge », Bulletin de la classe (...)
  • 84 C’est le cas de Philippe de Nassau-Sarrebrück (1384-1429), qui fut confié, lorsqu’il était mineur à (...)

22Ce temps est souvent celui des oncles. Pourrait-on oser ici l’expression d’avunculat nobiliaire ? On ne saurait trop insister sur le rôle de ces proches dans la formation et le gouvernement des jeunes gens de l’aristocratie83. Comment ne pas songer à la part que prirent les oncles de Charles VI dans la conduite de sa politique à la fin du XIVe siècle et à la lutte fratricide qu’ils se livrèrent pour maintenir leur emprise sur leur royal neveu. À une autre échelle, Robert bénéficia d’une double influence, celle de son oncle paternel Jean, le futur évêque de Verdun puis de Châlons, et celle de son oncle maternel Guillaume, le puissant seigneur de Châteauvillain. Deux modèles complémentaires s’imposaient à lui : celui du clerc et celui du guerrier, qui ont tous deux pesé dans la construction de l’individu. Cette fonction de substitution était aussi une nécessité. Dans l’aristocratie, le rôle éducatif des oncles apparaissait d’autant plus important que les pères étaient souvent absents, ou bien disparus prématurément au combat84.

  • 85 Clouet L., Histoire de Verdun et du pays verdunois, Verdun, 1867-1870, 3 vol., t. 3, p. 395.
  • 86 François-Vivès S., Les seigneurs de Commercy, op. cit., p. 105.
  • 87 Roussel N., Histoire ecclésiastique et civile de Verdun, 1863 ; Clouet L., Histoire de Verdun, op. (...)
  • 88 Il reçut de Wenceslas le titre de comte palatin et le grand manteau à trois rubans d’or, dont il se (...)

23L’oncle Jean fut sans doute le premier à se charger de sa première instruction. Il avait été étudiant à la faculté de Décret de Paris avant devenir chanoine85. Jean, qui incarnait la figure du clerc dans la fratrie, ne prétendait pas régner sur Commercy, mais il ne se soustrayait pas pour autant à ses obligations à l’égard de son neveu, pas plus qu’aux stratégies diplomatiques de la famille. D’abord chanoine de Verdun, puis de Châlons, Jean dut sa promotion aux faveurs de la politique86. Lorsque le siège épiscopal de Verdun se trouva vacant, il se porta candidat. C’est le parti d’Orléans, sans doute sur la recommandation d’Amé, qui le hissa sur la cathèdre. Celui-ci ne rencontra d’ailleurs pas d’opposition à son élection, le 2 juin 140487. Il fut d’abord nommé évêque (et ordonné prêtre par la même occasion) à Reims et célébra – le geste est là encore symbolique – sa première messe à Commercy. Son entrée solennelle, le 14 décembre, dans Verdun surprit les habitants par le faste déployé88. Jean entendait apparaître comme un prince-évêque dans toutes ses dimensions, tout en manifestant la puissance de la famille de Sarrebrück en Lorraine.

  • 89 Étrelles-sur-Aube, commune de l’Aube, arr. de Nogent-sur-Seine.
  • 90 Fère-Champenoise, commune de la Marne, arr. d’Epernay.
  • 91 Son tombeau est encore aujourd’hui dans la nef de la cathédrale.
  • 92 Ce geste s’est matérialisé par le don d’une coupe de bois. Mandement de Charles d’Orléans (5 avril (...)

24Jusqu’à la mort d’Amé, les deux frères n’eurent de cesse de s’épauler. Jean demeura évêque de Verdun jusqu’en janvier 1420. À cette date, il échangea avec le cardinal Louis de Bar son diocèse contre celui de Châlons, chacun paraissant trouver son compte dans l’échange des charges. Il est vraisemblable que Jean ait cherché ainsi à se rapprocher de ses terres champenoises d’Estrelles89 et de Fère-Champenoise90. On peut supposer que Louis de Bar, malmené à Châlons, souhaitait de son côté revenir plus près de ses terres familiales. Jean demeura dix-huit ans à Châlons, où il mourut, semble-t-il très estimé de ses fidèles, en novembre 143891. Un an avant sa mort, il fit même construire une librairie, avec le soutien financier de l’héritier du duc, Charles d’Orléans, depuis Londres où il demeurait prisonnier92. Outre son engagement soutenu dans la vie spirituelle du diocèse champenois, Jean de Sarrebrück, en tant que prince-évêque, fut aussi l’un des acteurs de la vie politique de ce premier XVe siècle. Il fut présent à Reims au sacre de Charles VII, en tant que pair de l’Église, et fut à cette occasion le maître d’œuvre de l’adoubement de son neveu.

  • 93 S’il s’agit d’un écolâtre, il a naturellement suivi une formation à l’université de Paris, parfois (...)
  • 94 Plusieurs portent son paraphe, voir par exemple : BNF, Lorraine 292, f° 52-53.
  • 95 Smith M., « Autour des lettres des La Trémoille : quelques aspects de la culture écrite de la renai (...)
  • 96 Ibid., f° 12.
  • 97 Voir Schnerb B., Enguerrand de Bournonville, op. cit.

25Mais bien avant d’être armé chevalier, Robert dut être formé aux lettres par son oncle évêque. C’est lui sans doute qui présida aux côtés de son frère Amé au choix du précepteur. Le clerc fut-il choisi dans la collégiale de Commercy ou bien dans le chapitre de sa cathédrale ? L’évêque disposait de deux pépinières capables de lui fournir des hommes de confiance pour s’acquitter de cette tâche. Aucun document ne mentionne la présence de ce précepteur. Pourtant, il est indiscutable que le jeune Robert a suivi un enseignement digne de ce nom sous la férule d’un licencié, voire d’un maître ès arts93. Il est probable que le garçon était son unique élève, et les enseignements se tenaient peut-être dans une salle de cours aménagée à cet effet, comme celle que l’on trouve dans le château d’Angers. Nous ignorons si cette instruction lui conféra une bonne connaissance du latin, mais plusieurs lettres autographes de Robert prouvent sa parfaite maîtrise de l’écriture en « françois94 ». Sa signature, sobre et assurée, se rapproche d’ailleurs davantage de celle d’un prélat que de celle d’un homme de guerre95. L’ascendant de l’évêque sur l’enfant était alors prépondérant. C’est le moment où Robert reçut la tonsure des mains de son oncle entre les murs de la collégiale96. Il approchait de ses douze ans. L’emprise de l’évêque fut-elle trop pesante ? Nulle trace de dissension n’apparaît entre Jean et son frère au sujet de l’enfant. La mère a-t-elle manifesté son opposition ? Sans doute connaissait-elle l’adage qui prédisait à celui « qui sans monter à cheval, est jusqu’à douze ans, resté à l’école, n’est plus bon qu’à faire un clerc ». Tout en étant tonsuré, Robert ne pouvait suivre cet état et la voie tracée par son oncle Jean. Le cas n’est pas isolé. D’autres nobles tonsurés ont poursuivi dans la carrière des armes97.

  • 98 Depuis l’époque mérovingienne, des nutritores sont chargés d’accueillir ces enfants de la branche m (...)
  • 99 Berry C., Les Luxembourg-Ligny, op. cit., t. 2, p. 534.
  • 100 Jean de Bueil, Le Jouvencel, éd. Lecestre et Favre, 2 vol., Paris, Renouard, 1887-1889, p. 21 et su (...)
  • 101 Un entraînement qui n’est pas sans rappeler celui de l’initiation du jeune hoplite en Grèce ancienn (...)
  • 102 C’était l’âge de la majorité pour un roi de France ou un prince des fleurs de lys. L’ordonnance de (...)

26C’est vraisemblablement autour de ses douze ans qu’un autre modèle intervint dans l’éducation de Robert. Il s’agit de son oncle Guillaume, qui était resté très proche de sa sœur Marie, la mère de l’enfant. Ce grand seigneur bourguignon, qui était né vers 1370, avait donc l’âge d’Amé, ce qui lui permit de jouer aisément son rôle de père de substitution, d’autant plus qu’il n’eut jamais de fils. Vers dix ou douze ans débutait en effet l’âge du fosterage, lorsque les jeunes nobles allaient accomplir leur apprentissage militaire dans le château d’un autre seigneur. C’est là véritablement que commençait l’initiation à la guerre même si, avant, un premier entraînement physique était délivré, qui débutait vers six ans et devait reposer sur les trois piliers de l’éducation militaire : l’équitation, la chasse et le maniement des armes. Le père et l’oncle avaient sans doute déjà jaugé de la résistance du jeune Robert lors des petits exercices auxquels on soumettait les enfants dans la cour du château. Traditionnellement le garçon pouvait être confié à un oncle de la parentèle maternelle98. L’oncle Guillaume accueillit-il alors son « beau neveu » dans sa forteresse de Châteauvillain ? Sans doute, car le château lui était familier et on le vit plus tard le défendre avec acharnement. Guillaume devint ainsi pour le jeune Robert un modèle de chef militaire, avant d’être un compagnon d’expédition. L’éducation militaire assurée par les oncles restait une tradition dans la noblesse. Robert lui-même se chargea de celle de son neveu Jean de Hangest. On peut encore citer l’exemple de Waleran de Luxembourg qui forma son neveu, Jean de Luxembourg. Ce dernier devait guider, de la même manière, le jeune comte de Saint-Pol, le fils de sa sœur99. Nous ignorons le détail de cette initiation à l’art de la guerre, mais un certain nombre de sources fournissent des éléments de comparaison. Jean de Bueil, par exemple, dans le Jouvencel indique que pour aguerrir l’adolescent, il fallait l’envoyer voler le bétail sur le domaine du voisin100. Le but était d’habituer le jeune à des déplacements nocturnes, furtifs et silencieux, comme lorsqu’il s’agissait d’approcher une place pour la prendre par surprise101. Il dut aussi apprendre à endurer le froid et la douleur. Jean de Bueil, toujours, conseille de ne point trop boire, ni trop manger, ni trop dormir, bref de « fuyr les aises du corps ». Enfin, le jeune noble devait encore apprendre à « porter le harnois nuyt et jour, jeûner le plus du temps et à recevoir coups et donner ». On préconisait donc de lutter contre toutes les indolences, pour former des adolescents vifs et combatifs. L’expérience de la vie allait parachever cet enseignement perturbé par la mort du père en 1414. Elle endurcit assurément Robert de Sarrebrück. À quatorze ans, il avait atteint la majorité juridique102, mais c’est sa mère, Marie de Châteauvillain, qui assuma la tutelle et « mainbournie » de son fils dans cette période de transition qui devait s’achever autour de ses vingt ans. C’est elle qui prit les choses en main et débrouilla presque seule l’héritage compliqué de son défunt mari.

  • 103 Dumont Ch.-E., Histoire de la ville et des seigneurs de Commercy, op. cit., t. 1, p. 260.

27L’éducation guerrière du jeune homme porta rapidement ses fruits car on le voit, à l’âge de dix-huit ans, se distinguer dans une première expédition, où il fit plusieurs prisonniers103. Mais ce n’est qu’à ses vingt ans révolus qu’il assuma seul la gouvernance de la seigneurie. Nous étions en 1420, l’une des années les plus sombres de la monarchie des Valois. Il le fit avec les armes de son père, c’est-à-dire avec une capacité permanente à se battre dans un univers où tous les coups de force étaient permis, voire nécessaires. Comme son père, le nouveau seigneur du Château-Haut de Commercy se forgea rapidement une solide réputation parmi ses pairs, qui redoutèrent bientôt ses pillages et ses incursions brutales. Le fils, de ce point de vue, s’était avéré un digne héritier, capable en peu d’années de devenir un chef de guerre puissant et incontesté.

L’homme, le mari, le guerrier

  • 104 Aurell M., La noblesse en Occident, op. cit., p. 165.
  • 105 Jeanne de Roucy (1404-1459) était la fille de Jean VI Antoine du Moulin, seigneur de Roucy (mort à (...)
  • 106 La grand-mère maternelle de Dunois était aussi une Roucy, ce qui explique le lien entre les deux fa (...)
  • 107 Élisabeth de Marcoussis (1397-1429) était la fille de Jean de Montaigu (v. 1349-1409), seigneur de (...)
  • 108 Il avait, comme Amé de Sarrebrück, signé le manifeste de Saint-Ouen.
  • 109 Pierre de Bourbon-Préaux (1390-1422), chevalier, fut commandant du château de Rouen en 1416.
  • 110 Roucy, commune de l’Aisne, arr de Laon, en Champagne, Bur M. (dir.), Histoire de Laon et du Laonnoi (...)
  • 111 Braine, commune de l’Aisne. L’abbaye de Saint-Yved fut la nécropole des comtes de Dreux.
  • 112 Pierrepont, commune de l’Aisne, arr. de Laon, Bur M. (dir.), Histoire de Laon, op. cit. p. 49.
  • 113 Trois domaines situés dans l’arrondissement de Laon.
  • 114 Contra Moret de la Fayolle P., Histoire généalogique de la maison de Roucy et de Roye, Paris, 1675, (...)

28Entre-temps Robert avait pris femme à l’âge de 17 ans. Sa mère avait négocié une alliance avantageuse avec une jeune fille de quatre ans sa cadette, ce qui constituait un âge habituel pour les deux épousés104. En 1417, Robert de Sarrebrück s’allia donc avec Jeanne de Roucy, par une union qui devait renforcer encore les liens de la famille avec la Champagne. Comtesse de Braine et de Roucy105, la jeune fille était aussi proche de la famille d’Orléans106. On ne dira jamais assez combien le désastre d’Azincourt constitua un séisme pour la noblesse de France et comment il modifia les équilibres à l’intérieur de l’aristocratie. Le mariage de Robert fut l’une des conséquences de ce cataclysme, car l’adolescente qu’il épousait était en effet l’unique héritière d’un de ces nombreux chefs de guerre qui avait perdu la vie dans la confusion du champ de bataille. Jean VI de Pierrepont, son père, était comte de Roucy et de Braine, vidame du Laonnois. Orphelin de père, il avait été marié jeune par son oncle et tuteur, l’évêque de Laon, à Élisabeth de Marcoussis, fille de Jean de Montaigu107, lui-même proche du duc d’Orléans. Le mariage de Robert n’était pas dû à la seule infortune de la bataille, car les deux pères avaient été étroitement unis par le parti orléanais108. Le retournement du rapport de force en faveur des Bourguignons avait d’ailleurs mis Jean de Pierrepont en difficulté, puisqu’il fut emprisonné à deux reprises, dont une fois dans le donjon de Laon, sur les ordres du duc de Bourgogne, en octobre 1409, au moment où son beau-père Jean de Montaigu subissait à Paris le supplice réservé à plusieurs figures armagnaques. Comme beaucoup d’autres, le comte de Roucy retrouva la liberté quand le roi, entre deux moments de démence, recouvra sa lucidité et pardonna aux proscrits. À Azincourt, Jean de Pierrepont commandait cent hommes d’armes. On ne reconnut son cadavre qu’à la cicatrice d’une blessure qu’il portait au bras. Sa veuve se remaria à Pierre de Bourbon, seigneur de Préaux109. Jeanne, sa fille, était son unique enfant. La lignée masculine des Pierrepont s’étant éteinte avec lui, Jeanne constituait l’un des plus beaux partis du royaume. À la propriété des comtés de Roucy110 et de Braine111, elle unissait les terres de Pierrepont112, de Montaigu, de Neufchâtel, de Nizy-le-Comte113 et d’autres encore. L’héritage attira des prétendants. La mère et l’oncle Jean furent les plus habiles, en faisant valoir les liens privilégiés qui avaient toujours persisté entre les deux familles114. Par ce mariage, Robert devint donc, par le chef de sa femme, comte de Roucy et de Braine. Si les comtés étaient modestes, c’était une qualité enviable. Désormais, la branche cadette pouvait s’enorgueillir du titre comtal, qui plaçait Robert sur le même plan que son cousin Philippe. Il récupérait de surcroît plusieurs belles forteresses sur la frontière de Champagne.

  • 115 BNF, Lorraine 292, f° 54 (1437).
  • 116 Ibid., f° 58, 11 mars 1440 (n. s.).
  • 117 Archives de la ville de Strasbourg (désormais am Strasbourg), Correspondance politique, AA 183 (144 (...)
  • 118 BNF, Lorraine 292, f° 55-56 (à propos de Wail) et ibid., Lorraine 401, f° 107-108 (à propos de Cath (...)
  • 119 Charbonnier P., Guillaume de Murol, op. cit., p. 92.
  • 120 Schnerb B., Enguerrand de Bournonville et les siens, op. cit., p. 95.

29Est-il possible d’évoquer les liens affectifs entre les époux ? Deux actes pourraient les éclairer. Au moment critique de la détention de son mari, on vit Jeanne braver les menaces et multiplier les ambassades auprès de René d’Anjou, puis du roi de France pour obtenir sa délivrance, « pour doubte de conserver sondit mari » et « lui sauver la vie » précise-t-elle alors115. Trois ans plus tard, le 11 mars 1440, Robert lui céda toute la seigneurie de Commercy, à charge pour elle de préserver les droits de leurs enfants116. De leur union naquirent au mois cinq enfants, dont un mort en bas âge, le petit Michel. Deux filles, l’une prénommée Marie comme la mère de Robert, et l’autre Jeanne comme son épouse. Ses deux fils, portaient le prénom d’Amé pour l’aîné et de Jean pour le cadet. Ils apparaissent tous les deux aux côtés de leur père, « richement équipés », dans l’expédition qui les conduisit à Langres pour répondre au mandement du roi, en juillet 1444117. Mais les mariages de raison ne favorisaient pas la fidélité, au moins pour les hommes. Les bâtards, nombreux dans les maisons nobles, étaient souvent élevés à côté des enfants naturels. Comme son père, Robert aura des enfants bâtards. Deux au moins apparaissent dans le chartrier familial : une fille prénommée Catherine et un garçon nommé Wail118. On pourrait multiplier les exemples dans d’autres maisons nobles. Guillaume de Murol, par exemple, avait une fille bâtarde qui logeait au château et qu’il dota119. Enguerrand de Bournonville menait à Paris une deuxième vie, entretenant une liaison illégitime que personne n’ignorait et qui lui donna plusieurs enfants. L’un de ses fils bâtards fut d’ailleurs à ses côtés dans presque tous ses combats120. La bâtardise était aussi un moyen de générer des enfants mâles capables de soutenir l’action de leur père.

  • 121 Schnerb B., Bulgnéville (1431), op. cit.
  • 122 Dumont Ch.-É., Histoire de la ville et des seigneurs de Commercy, op. cit., t. 1, p. 221, reprenant (...)

30Indépendamment du nombre de leurs bâtards, la sexualité des hommes de la noblesse, dans nos archives, est difficile à appréhender. Celle de Robert, loin d’être atone, devint même proverbiale. Au cœur de la malheureuse bataille de Bulgnéville (1431)121, mais sans doute ne s’agissait-il que d’une provocation, Robert se serait vanté de quitter le champ de bataille pour rejoindre sa mie : « mais devoit le Damoiseau passer la nuitée avec certaine Agathe qu’estoit sienne et que avoit, se disait-on, promesse de lui que quitteroit et que viendroit à tout mesui en sa chambrette et sa couchette, que valoit mieux, se disait-elle, que champ où n’estoient que horions et piques122 ». Il faut naturellement faire la part du discrédit dans l’anecdote, mais cette connotation pourrait induire une réputation de séducteur. En revanche, même de la part de ses détracteurs, son rapport avec les femmes n’est jamais montré sous un éclairage violent. La question du viol n’intervient, dans la famille de Sarrebrück, que de manière marginale, quand Ogier, le beau-fils de Simon de Sarrebrück, entreprend le voyage de Jérusalem pour expier un crime de cette nature. D’autres nobles connaissaient ailleurs des démêlés avec la justice pour de semblables affaires, à l’instar des Bournonville, pour reprendre cette comparaison. Nulle trace de violence de cette sorte, au moins de manière nominative, pour Robert de Sarrebrück, si l’on exclut les lettres d’abolition et les viols en temps de guerre.

  • 123 Vissière L., Louis ii de la Trémoille, Paris, Champion, 2008, p. 413.
  • 124 Charbonnier P., Guillaume de Murol, op. cit., p. 63.
  • 125 Antoine de Bournonville ; Schnerb B., Enguerrand de Bournonville et les siens, op. cit., p. 77.
  • 126 Dumont Ch.-É., Histoire de la ville et des seigneurs de Commercy, op. cit., t. 1, p. 206 ; Jean Mor (...)

31Au tempérament, comme au physique, Robert de Sarrebrück reste difficile à décrire. On peut cependant penser qu’à l’égal de tous les hommes de guerre de son époque, il était d’une solidité à toute épreuve. Pierre Charbonnier déduit des comptes de la maisonnée de Guillaume de Murol que l’alimentation quotidienne se composait de pain, de vin et de viande en quantités substantielles (450 grammes de viande, deux litres de vin par jour pour la consommation du seul seigneur). Pour prendre un autre exemple, l’hôtel de Louis II de la Trémoille (1460-1525) consommait en moyenne chaque jour pour une quarantaine de convives cinquante kilos de bœufs, quinze kilos de porc, trois quartiers de veaux et six à sept moutons123. Cette prédominance de la nourriture carnée dans les maisons nobiliaires n’empêchait pas certains hommes de vivre assez vieux. Guillaume de Murol dépassa les 90 ans124. Robert de Sarrebrück vécut jusqu’à 62 ans. Barbazan, tué à Bulgnéville, avait 75 ans. Enguerrand de Bournonville comptait lui aussi un parent de 90 ans125. De sa corpulence proprement dite, les archives ne révèlent rien, mais on sait que l’un des neveux de Robert de Sarrebrück était doté d’une force considérable : Jean de Hangest, un vaillant guerrier, dévoué à la cause de Charles VII qu’il aida au recouvrement de la Normandie, avant de s’attacher au service de Charles le Téméraire. On rapporte qu’il était d’une force si extraordinaire qu’étant à cheval sous un gros arbre dont il pouvait empoigner une branche, il se soulevait avec sa monture, « à laquelle il faisait perdre terre de la hauteur d’une palme126 ». On peut supposer, sans s’égarer, que Robert devait avoir hérité la force et l’énergie de son père. Il appartenait encore à une génération d’hommes qui passait sa vie à cheval, voyageait d’un château à l’autre, dormait sous la tente, ne reculait pas devant le corps à corps, goûtait de la prison et mourrait à un âge avancé sans avoir affronté d’irrémédiables problèmes de santé. Robert, qui a combattu toute sa vie, s’est en effet éteint à un âge honorable, après avoir connu toutes ces épreuves.

32D’une certaine façon, et quoi qu’en aient dit ceux qui ont participé – jusqu’à une date récente – à l’écriture de sa légende noire, Robert de Sarrebrück n’était pas très différent des autres nobles lorrains de ce dernier Moyen Âge, eux aussi batailleurs, imprévisibles, mus par ce goût permanent des armes qui sans doute avait commencé à s’estomper dans le royaume de France. En tout état de cause, même s’il était né dépourvu de toute appétence pour le combat et l’aventure, sa famille même l’y aurait ramené. Son père, comme sa mère, appartenaient à des familles de guerriers. Dans cette Lorraine encore féodale, presque archaïque, les sires de Commercy se distinguaient avant tout comme des chefs militaires, avant d’être des officiers.

  • 127 Le cardinal de Retz se plaignait encore deux siècles plus tard du statut discriminant de l’enfant t (...)
  • 128 Chroniques de la ville de Metz, éd. Huguenin J.-F., Metz, 1838, p. 202.

33Le rapport de Robert de Sarrebrück à la mort s’esquisse à la lecture des sources, de même que son approche du fait religieux. Guillaume de Murol préparait ses funérailles avec soin et économisait la cire pour les nombreuses bougies dont il espérait illuminer ses obsèques. Au-delà de la théâtralisation de ses funérailles, la religion était vécue par Murol de manière assez distante ; laissant ce soin à son épouse. Cette préoccupation ne paraît guère plus développée chez Bournonville. Quant à Robert de Sarrebrück, son autonomie vis-à-vis de la religion semble plus grande encore. On ne retrouve pas dans ses archives de donation pieuse ou de fondation charitable. Mais cette absence de mention ne signifie pas qu’il n’en fît pas. Rien n’indique cependant une quelconque pratique religieuse, même si son oncle évêque a dû forger son éducation chrétienne, et même s’il fut tonsuré. Serait-ce en réaction à ce statut initial que Robert a multiplié les actes d’impiété127 ? On l’accusait de ne respecter ni les lieux saints, ni les prescriptions religieuses traditionnelles. Philippe de Vigneulles fustige ses gestes blasphématoires, lorsqu’il l’accuse de manger du lard en carême ou de bafouer le jeûne du vendredi128. Si la noblesse doit offrir un modèle de piété, les sources narratives peignent à dessein Robert de Sarrebrück sous les traits d’un mauvais sujet, nécessairement mécréant.

  • 129 Schnerb B., Enguerrand de Bournonville, op. cit., p. 157 et suiv.
  • 130 Foisil M., Le sire de Gouberville, un gentilhomme normand au XVIe siècle, Paris, 1981 ; Constant J. (...)
  • 131 Sur l’itinérance : Paravicini-Bagliani A. et alii (dir.), L’itinérance des seigneurs (XIVe-XVIe siè (...)
  • 132 La Ville-sur-Tourbe, aujourd’hui chef-lieu de canton du département de la Marne.

34In fine, de la personnalité de Robert de Sarrebrück, nous retiendrons d’abord son caractère martial, car c’est de lui dont témoignent avant tout les sources. En partie grâce à son mariage, le damoiseau de Commercy détenait un patrimoine militaire important, composé d’un réseau de châteaux qui jalonnait les frontières de la Champagne et de la Picardie. Il avait révélé ses capacités à combattre, peut-être aussi un goût affirmé pour la violence. Ce profil n’était pas exceptionnel au sein de l’aristocratie militaire, où l’on vivait essentiellement par les armes. Si on laissait parfois la vie sur les champs de bataille, on se battait également beaucoup en temps de paix129. Ce mode de vie restait la marque d’une culture nobiliaire, en même temps qu’il était le ciment d’une identité. Mais n’existait-il pas en Lorraine, un comportement violent propre à une culture de la frontière ? Nous y reviendrons. Guillaume de Murol, étudié par Pierre Charbonnier, offre un tout autre visage de cette aristocratie militaire. Il mena certes une vie d’aventure, au moins dans la première partie de sa vie, mais ce fut avant de choisir l’existence plus paisible d’un « gentleman farmer », à l’image de ces nobles ruraux qu’illustrera au siècle suivant le sire de Gouberville130. Robert de Sarrebrück ne fut ni l’un ni l’autre, ni capitaine d’aventure capable de laisser sa vie dans une querelle, ni paisible gentilhomme retiré dans sa campagne. Le seigneur de Commercy passa une bonne partie de sa vie à cheval sur les routes du royaume et même au-delà131. Il fut de ce point de vue tout aussi nomade que son père ou son oncle Simon. Le premier partageait son temps entre Commercy et la Ville-sur-Tourbe, distante d’environ quatre-vingts kilomètres132. Le second avait choisi, lui, de ne plus résider à Commercy, avant de s’aventurer en Terre sainte et d’y perdre la vie. Étrangement, Robert de Sarrebrück partagea les deux expériences.

Un difficile héritage

L’héritier dans l’adversité

  • 133 BNF, Lorraine 292, f° 22 et ibid., Lorraine 200, f° 22. Une lettre de Charles VI, datée du 30 mars (...)
  • 134 Voir la lettre du 26 février 1415 portant règlement d’un différend entre Marie de Châteauvillain, v (...)
  • 135 Il existe un document sur cette transaction. Au 4 mars 1415, on indique que madame de Commercy « a (...)

35En août 1414, lorsque son père disparaît en campagne, Robert devient prématurément damoiseau de Commercy, alors que rien encore ne l’y préparait. La mort du père est toujours une tragédie, surtout lorsqu’elle intervient à l’adolescence, où la force du modèle paternel est déterminante. Si Robert de Sarrebrück devint prématurément le nouveau damoiseau de Commercy, c’est sa mère qui dut faire face aux premières difficultés, pour protéger ses domaines et leur héritier. L’époque était des plus troublées. En 1407, Amé avait perdu, avec Louis d’Orléans, son principal soutien. Ses seigneuries, à la frontière de la Champagne et de la Lorraine, se trouvaient dans une zone particulièrement instable. Et les appétits surgirent dès que celui que chacun craignait n’était plus là pour se faire respecter. Très vite, le jeune damoiseau de Commercy se heurta à une série de d’oppositions. Si l’autorité de son père suffisait à tenir à distance les créanciers et les opportuns, sa disparition les multiplia. L’un des compagnons d’armes d’Amé, Husson de Watronville, parce qu’il n’avait pas été payé de ses engagements, vint ravager Commercy133. Puis, ce fut le cousin, Philippe de Nassau, avec lequel il fallut batailler pour faire respecter, dans Commercy, le « pré carré » des seigneurs du Château-Haut par la conclusion d’une nouvelle bourgfride134. Marie de Châteauvillain régla comme elle put, c’est-à-dire par le crédit, les dettes de son mari. À Vauchelin de la Tour, fidèle compagnon de guerre d’Amé et soutien du jeune Robert, elle remboursa les sommes qui lui étaient dues au titre de ses contrats militaires135. Pour autant, les dettes réglées, il lui restait encore à recevoir les sommes considérables que lui devait le duc de Bar au titre des avances faites par Amé (le paiement de la solde due à Vauchelin de la Tour et à ses compagnons était d’ailleurs la conséquence d’un de ces engagements).

  • 136 Lecoy de La Marche A., Le roi René, sa vie,… op. cit., Favier J., Le roi René, Fayard, Paris, 2008  (...)
  • 137 Louis de Bar (vers 1370 – 1430), était le fils de Robert de Bar. Il fut évêque de Châlons de 1413 à (...)

36En octobre 1415, l’année suivante, l’histoire bascula à Azincourt. La chevalerie lorraine sortit décimée de l’épreuve. La famille de Bar elle-même avait payé un très lourd tribut. Le duc Edouard de Bar était resté sur le champ de bataille. Il n’avait plus d’héritier. Le cardinal Louis de Bar, qui demeurait seul à la tête de la principauté mais n’entendait pas pour autant quitter sa charge ecclésiastique, fit de son petit-neveu, René d’Anjou, âgé de sept ans, l’héritier putatif du duché136. Pour Robert, qui sans doute n’en eut pas alors conscience, cette décision allait être le début d’une longue suite de difficultés. Le cardinal-duc, Louis de Bar, domina cette période de transition, malgré lui. Il était alors évêque de Châlons. Siméon Luce le décrit comme un être faible et incertain137. Il est possible au contraire qu’il ait été un grand politique, car sa surprenante décision allait modifier le sens de l’histoire en Lorraine.

37À l’issue d’Azincourt, le nombre des adversaires potentiels de Robert était déjà conséquent. Charles d’Orléans avait abandonné la scène politique pour sa prison londonienne. Le parti orléanais, déjà très affaibli, était à nouveau décapité. L’héritier du duc de Bar avouait un soutien formel à la famille de Commercy, mais refusait d’entendre raison sur le paiement des sommes dues par son frère. Les pro-Bourguignons détestaient les Sarrebrück qui ne renièrent jamais leur fidélité aux ducs d’Orléans. Enfin, le duc de Lorraine, qui vouait à Amé de Sarrebrück une haine mortelle, n’entendait pas changer de posture à l’égard de son héritier. Sur le seul secteur de Commercy, le jeune Robert se préparait à subir une pression considérable. Ailleurs, sur la frontière picarde, la tension n’était pas moindre.

  • 138 « Ils s’imposèrent entre autres obligations, celles de s’entr’aimer, de se secourir mutuellement et (...)

38Malgré le traumatisme créé par Azincourt, les seigneurs lorrains, fidèles à leur tradition batailleuse, continuaient de s’entredéchirer. Peut-être Louis de Bar eut-il la volonté de neutraliser les haines interpersonnelles qui avaient déjà causé de grands torts au duché, au lendemain d’un cataclysme qui avait emporté une grande partie de ses forces vives ? Toujours est-il que, dès 1416, le duc-cardinal entreprit de créer un ordre chevaleresque, à l’image de ceux que possédaient déjà d’autres principautés, avec l’espoir de susciter un semblant d’unité au sein de sa noblesse autour de la devise « Tout ung ». Les statuts furent approuvés le 31 mai de la même année138. L’Ordre de Saint-Hubert allait regrouper quarante-six gentilshommes, considérés comme l’élite de la noblesse barroise. Robert de Sarrebrück fut l’un d'eux. La liste nous a été conservée. Nous y retrouvons une partie des protagonistes des multiples confrontations armées qui mobiliseront par la suite Robert, relativisant la portée de leur engagement. L’ordre de Saint-Hubert, dit encore « Ordre du Lévrier blanc », avait été créé pour cinq ans, mais, le 23 avril 1422, il fut conforté et institué à perpétuité. Une nouvelle liste fut dressée des gentilshommes présents, où apparaît de nouveau Robert de Sarrebrück.

  • 139 Duvernoy É., « Documents sur les débuts de René d’Anjou dans les duchés de Lorraine et de Bar (1419 (...)
  • 140 Charles II était le fils aîné du duc Jean Ier et de Sophie de Wurtemberg, il succéda à son père en (...)
  • 141 ADMM, B 532, 62 et 3F 438, no 197-200.
  • 142 BNF, Lorraine 291, f° 69 (25 novembre 1419). Luce S., Jeanne d’Arc à Domrémy op. cit., p. xiv et p. (...)

39Si l’intention initiale du cardinal de Bar était de rassembler la noblesse, la véritable pierre angulaire de son ouvrage fut le traité de Foug, conclu en 1419, qui marqua le premier rapprochement entre les deux maisons rivales de Bar et de Lorraine. Il devait mettre fin de façon définitive à plusieurs siècles de rivalités139. Il fut formalisé au château de Foug, non loin de Commercy, sur la route de Toul, entre le cardinal de Bar et le duc Charles II de Lorraine140. Il prévoyait le mariage de l’aînée du duc, qui se prénommait Isabelle, à René d’Anjou, l’héritier putatif du cardinal. Se tint dans la foulée, à Saint-Mihiel, une séance solennelle des États du Barrois, destinés à ratifier cette alliance. Robert de Sarrebrück était évidemment présent, comme tous les grands du duché141. Entre-temps, le jeune Robert de Sarrebrück avait déjà fait parler les armes. En 1418, alors qu’il n’avait que dix-huit ans, on lui imputa un coup de main qui préfigurait les très nombreuses opérations à venir. Il arrêta près de Foug, dans un lieu-dit nommé la Rochotte, un seigneur lorrain réputé, proche du duc de Bar, et par ailleurs membre de l’ordre de Saint-Hubert, Évrard du Châtel, qu’il captura avec toute son escorte. L’affaire se termina par une négociation car, dans la bagarre, une partie des troupes de Robert avait aussi été capturée. Mais le ton était donné. L’année suivante, ce furent trente-trois hommes de guerre au service de Durand de Saint-Dié, qui furent saisis lors d’une bataille rangée à Maxey, avant d’être conduits dans les prisons de Commercy et mis à rançon142. Le damoiseau de Commercy atteignait ses vingt ans et il s’imposait déjà comme un baron redoutable.

Le parti orléanais143

  • 143 Parisse M., Histoire de la Lorraine, t. 3 : Austrasie, Lotharingie, Lorraine, PUN, 1990, p. 213 et (...)

40Si le jeune Robert de Sarrebrück recueillit les domaines de son père, il hérita aussi de ses querelles, de ses dettes et de ses fidélités. La première, et la plus lourde de conséquences, concernait le parti orléanais, qui le plaçait d’emblée dans le camp des « Armagnacs ». Amé avait été un partisan passionné du duc d’Orléans et l’un de ses principaux relais en Lorraine.

  • 144 Schnerb B., L’État bourguignon. 1363-1477, Paris, Perrin, 1999, p. 95.
  • 145 Richard J., « La Lorraine et les liaisons internes de l’état bourguignons », Le Pays lorrain, 1977, (...)
  • 146 Pocquet du Haut-Jussé B., « Les pensionnaires fieffés des ducs de Bourgogne de 1352 à 1419 », Mémoi (...)
  • 147 Louis d’Orléans (1372-1407), frère de Charles VI, fut assassiné le 23 novembre 1407 ; Schnerb B., L (...)
  • 148 Rapp Fr., Le Saint Empire romain germanique, Paris, Tallandier, 2000, p. 279.
  • 149 ADMM, 3 F 438, f° 197-200. Mohr W., Geschichte des Herzogtums Lothringen, Teil IV, Sarrebrück-Trève (...)
  • 150 Le 3 mars 1406, Philippe de Nassau-Sarrebrück devient vassal du duc d’Orléans contre une pension de (...)

41Il faut, pour comprendre l’engagement d’Amé de Sarrebrück, remonter aux dernières années du XIVe siècle, et s’arrêter un instant sur la géographie de la Bourgogne. Si les possessions bourguignonnes s’étaient accrues de façon considérable sous Philippe le Hardi144, le duc de Bourgogne ne pouvait pas pour autant constituer une principauté homogène dès lors que le bloc territorial constitué par la Champagne et la Lorraine opposait un obstacle irrémédiable à toute tentative de réunion145. Incapable d’établir la continuité territoriale de ses états, son objectif fut de s’assurer de bonnes relations avec des seigneurs lorrains et champenois, en les faisant entrer le cas échéant dans sa clientèle146. Mais Louis d’Orléans n’eut de cesse de contrarier ce mouvement, susceptible de remettre en cause sa position personnelle de premier prince de sang du royaume, qui se jouait aussi dans ces territoires de l’Est147. En 1385, l’influence du duc de Bourgogne grandissait à la cour. Une stratégie d’alliance matrimoniale devait lui assurer le soutien de la puissante famille des Wittelsbach. Philippe le Hardi mariait son fils Jean, à Marguerite de Bavière et provoquait le mariage du jeune Charles VI à Isabeau de Bavière. Cette dernière union devait rapprocher la couronne de France des ducs de Bavière et donc, indirectement, la rapprocher aussi du duc de Bourgogne. Le duc d’Orléans ne pouvait que s’en inquiéter. La manœuvre du Bourguignon exacerba le conflit entre les deux partis. La tension était encore alimentée par la haine que se vouaient Valentine Visconti, l’épouse du duc d’Orléans, et Isabeau de Bavière, car le père de la première, Jean Galéas-Visconti, duc de Milan, avait fait assassiner le grand-père d’Isabeau, l’année même de son mariage. En Lorraine, deux systèmes d’alliances antagonistes se faisaient ainsi face de part et d’autre de la frontière. D’un côté se trouvait Louis d’Orléans, fort de l’appui du duc de Milan et de la dynastie impériale des Luxembourg. De l’autre, leur faisaient front les maisons de Bourgogne et de Bavière. Cette dernière « coalition » s’était renforcée par le mariage en 1394 du duc de Lorraine, Charles II, avec Marguerite de Wittelsbach, fille du comte palatin du Rhin148. Le duc de Lorraine s’efforçait toutefois de ménager les deux camps. Proche du duc de Bourgogne, il resta en même temps l’homme-lige du duc d’Orléans pour une rente annuelle de 2000 livres149. En dépit de ses fidélités stipendiées, le réseau du duc d’Orléans n’avait pas l’ampleur de celui du duc de Bourgogne. Le prince Louis n’eut de cesse de le développer vers l’Est, soit en multipliant les alliances, soit en gagnant progressivement de nouveaux points d’ancrage territoriaux. Outre les concessions royales de son frère, il acheta Château-Thierry, Fère-en-Tardenois, le comté de Porcien, ainsi que la seigneurie de Coucy. Dans cet élan expansionniste, Amé de Sarrebrück constituait pour le duc d’Orléans la pièce avancée d’un échiquier subtil destiné à étendre encore son influence à la frontière de la Champagne et de la Lorraine150.

  • 151 À cette date, Louis d’Orléans racheta au margrave de Moravie, Josse de Luxembourg, ses droits sur l (...)

42Dès les premières années du XVe siècle, les efforts de la famille d’Orléans commencèrent à porter leurs fruits. En 1402, Wenceslas, trop occupé par le gouvernement de la Bohême, avait confié le Luxembourg à son cousin, et la lieutenance au duc d’Orléans151. Cette décision causa un véritable basculement politique. Tous les partisans de l’empereur furent ainsi contraints de passer dans le camp orléanais, tandis que les fidèles de la première heure voyaient leurs positions renforcées. En 1403, à la mort de Liebaud, évêque de Verdun, le duc d’Orléans demanda au roi d’y nommer le frère d’Amé, alors chanoine de la cathédrale. Jean de Sarrebrück fut promu par le duc en juin 1404 et reçut de l’empereur Wenceslas le titre de comte palatin. L’empereur éleva au même moment le beau-père du duc d’Orléans, Jean Galeas-Visconti, au rang de duc de Milan, contre 100 000 florins. Ce rapprochement ne fit qu’accroître l’hostilité de la maison de Bavière envers les Orléans. Au sein du réseau orléanais, la fidélité d’Amé de Sarrebrück fut récompensée par un office de chambellan. Son soutien était d’autant plus précieux qu’il renforçait le lien existant entre le duc d’Orléans et le duc de Bar, dont Amé restait proche. Il est vrai que le mariage du duc Robert de Bar avec Marie de France en avait fait l’oncle par alliance du roi Charles VI et de Louis d’Orléans. À l’instar du duc de Lorraine, celui de Bar avait ménagé les susceptibilités. Son fils figurait ainsi parmi les pensionnés du duc de Bourgogne. Autrement dit, les deux principaux seigneurs de la région avaient su nouer des attaches dans les deux camps à travers un jeu habile de fidélités croisées.

  • 152 Rivière Ch., Une principauté d’Empire, op. cit., p. 337.
  • 153 Hue d’Autel, seigneur d’Apremont, était le petit-fils d’un sénéchal du Luxembourg.
  • 154 Gérard de Boulay, seigneur du Luxembourg, était chambellan de Louis Ier d’Orléans et membre de la L (...)
  • 155 Le comté de Salm dans les Ardennes, Salm-Reifferscheid à partir de 1415.
  • 156 Schneider J., La ville de Metz aux XIIIe et XIVe siècles, Nancy, 1950.
  • 157 Bégin É.-A., Biographie de la Moselle, op. cit., t. 4, p. 44.
  • 158 François-Vivès S., Les seigneurs de Commercy, op. cit., p. 113-114.

43En Lorraine, comme en Alsace, Louis d’Orléans, afin de fidéliser sa clientèle, distribuait nombre de fiefs de bourse. Les fiefs de bourse étaient assez bien adaptés à la culture politique des Lorrains. À leurs yeux, ils ne représentaient pas une menace pour leur indépendance, dans la mesure où ils reposaient sur une manne financière, dépourvue de sujétion territoriale ou personnelle152. La formule trouva d’autant plus d’acquéreurs que beaucoup de seigneurs lorrains demeuraient structurellement désargentés, en raison des conflits récurrents et coûteux qu’ils entretenaient entre eux. Hue d’Autel153, Charles II lui-même, le seigneur de Boulay154, le comte de Salm155 ou encore Édouard de Bar furent ainsi récompensés. Mais, en pénétrant ainsi dans l’espace lorrain, le duc d’Orléans remettait en cause un équilibre politique fragile. Au moment où s’achevait le règne de Philippe le Hardi, Louis d’Orléans contrôlait en Lorraine, deux des trois cités épiscopales, sans compter la lieutenance du duché de Luxembourg. Deux ducs, cinq comtes, plusieurs barons et seigneurs importants, soit une bonne partie des forces politiques de l’espace lorrain, étaient entrés dans sa fidélité, sans y avoir été contraints. Cette politique hégémonique avait des limites. Les Lorrains de l’Empire, c’est-à-dire ceux situés au-delà de la Meuse, restaient réticents à la politique française portée par le parti d’Orléans, craignant l’application d’un modèle étatique, antinomique avec celui du Saint-Empire, comme avec leurs prérogatives. La présence orléanaise inquiétait également les pouvoirs locaux. Elle affola d’abord les bourgeois de Metz, suspectant Louis de vouloir assujettir la ville. On sait le poids de la métropole en cette fin du Moyen Âge, même si les offensives successives de ses nombreux ennemis en avaient quelque peu altéré la grandeur156. Cette puissante république marchande attirait les envieux et suscitait les haines. Entre les Messins et Louis d’Orléans, la tension s’accentua jusqu’à la déclaration de guerre157. Amé fut de toutes ces querelles, aux côtés de son cousin du Château-Bas, Philippe Ier de Nassau-Sarrebrück, lui aussi ardent défenseur du parti orléanais. Les deux seigneurs furent souvent associés aux principaux conflits de la politique française158.

  • 159 Chronique du doyen de Saint-Thiébaut, publiées par Dom Calmet, Histoire de la Lorraine, op. cit., t (...)
  • 160 ADMM, B 889, no 137. Repris dans Rivière Ch., ibid., p. 337 : « Item est chargez messire Amé de Sai (...)
  • 161 ADMM, B 629, 101 et 102. Victor Servais, Annales historiques du Barrois, op. cit., t. 2, p. 399-400 (...)
  • 162 Aimond Ch., Les relations de la France et du Verdunois (1270-1552), Paris, 1910, p. 227.

44L’hostilité réciproque du duc d’Orléans et des Messins franchit un nouveau seuil en 1404. Metz préparait déjà la guerre. Les partisans du duc d’Orléans trouvèrent des appuis naturels à Commercy, dont la situation stratégique, au franchissement de la Meuse, s’avérait précieuse. Amé renforça les défenses de son château. Des travaux qui transformèrent le château féodal en une véritable forteresse. Pourtant, malgré ses efforts, le duc d’Orléans ne parvint pas à réduire Metz. Il concocta alors secrètement un traité d’alliance avec Philippe de Sarrebrück-Nassau, les comtes de Salm, de Saarwerden et le seigneur de Boulay. La coalition prit le nom de « Ligue des quatre seigneurs159 ». Le 21 janvier 1406, les quatre seigneurs de la ligue rendirent officielle leur alliance avec Louis d’Orléans. En compensation, celui-ci leur accorda 6 000 francs pour couvrir les dépenses de campagne et chargea Amé, son chambellan, du paiement de la somme160. Le 3 mars 1406, Robert de Bar entra dans cette confédération, ce qui entraîna entre lui et le duc de Lorraine, qui préféra l’alliance bourguignonne, une première rupture. Aidés par les troupes de Louis d’Orléans, les quatre seigneurs devaient recevoir un soutien logistique sur le territoire du duché de Bar et multiplier les ravages dans le pays de Metz. Amé entra dans la lutte à défaut d’entrer dans la ligue. Il tomba, malheureusement, le 5 mars 1407, comme on l’a dit plus haut, aux mains du duc de Lorraine, à la suite d’une embuscade tendue à Condé-sur-Moselle161. Quand, en août, Charles II ravagea ses terres, mais aussi celles de l’évêque de Verdun, Jean de Sarrebrück fut contraint d’acheter le départ des troupes lorraines contre 400 francs162.

  • 163 Schneider J., La ville de Metz, op. cit., p. 500 ; Autrand Fr., Charles VI, op. cit., p. 360.

45L’assassinat du duc d’Orléans en novembre 1407 ruina l’essentiel de l’édifice patiemment assemblé. Au lendemain de l’événement, Charles II d’un côté, les citains de Metz de l’autre, allaient s’employer à rompre la coalition tissée entre les « quatre seigneurs » et le duc de Bar. Les convictions orléanaises disparurent presque aussi vite que celui qui les avait animées. Le duc de Bar signa la paix, suivi par les seigneurs de la ligue163. Seuls Amé de Sarrebrück et le sire de Bracquemont, maréchal du duc, tous deux trop impliqués dans la cause orléanaise pour se renier, furent écartés des négociations.

  • 164 Dumont Ch.-É., Histoire de la ville et des seigneurs de Commercy, op. cit., t. 1, p. 202.
  • 165 Schneider J., La ville de Metz, op. cit., p. 500 et 501. ; Poull G., La maison ducale de Lorraine, (...)
  • 166 ADMM, B 585, no 164, Rivière Ch., Une principauté d’Empire, op. cit., p. 347.
  • 167 ADMM, B 629, 102 (9 août 1408).
  • 168 Ibid., 100 et 101, 27 juillet 1408.
  • 169 Ibid., 102.
  • 170 Si l’on en croit Dumont Ch.-É., Histoire de la ville, op. cit., t. 1, p. 199 et suiv.

46On sait que le meurtre du duc d’Orléans eut pour effet de renforcer la popularité des Bourguignons. Il avait été assassiné alors qu’Amé de Sarrebrück était encore détenu. Le duc de Bar avait demandé à ses amis de quitter le parti d’Orléans. Tous ne le firent pas ; Amé demeura dévoué à la veuve de Louis d’Orléans. Le jeune bâtard d’Orléans fut même confié à son épouse, Marie de Châteauvillain164. L’évolution des opinions eut pour conséquence de précipiter le duc de Lorraine dans les bras du duc de Bourgogne. Le 6 avril 1408, Jean sans Peur accorda à Charles II une pension annuelle de 2 000 francs. En contrepartie, le duc de Lorraine s’engageait à répondre à chacune de ses réquisitions. De son côté, le duc Robert de Bar s’employa à effacer le souvenir de l’ancienne coalition. La même année, il signa la paix avec Charles II de Lorraine et les Messins165. Le 25 juillet 1408, les quatre seigneurs de la ligue acceptèrent à leur tour ce rapprochement. Si l’accord de paix comportait une clause explicite concernant les rançons et tous ceux qui étaient à son service, Amé de Sarrebrück se trouva exclu des dispositions, ainsi que l’ancien maréchal du prince d’Orléans : « qui estoit en ladite guerre a ces peril et fortune si come il dit. Et parellement, n’i sont point compris le sire de Braiquemon, jaidiz mairechal de feu monseigneur d’Orloians166 ». Pour se sortir des griffes du duc de Lorraine, Amé dut accepter de devenir son homme-lige, moyennant un rachat négocié de 9 000 francs, soit une somme bien plus raisonnable que les 30 000 francs de la rançon initiale167. Son cousin Philippe de Sarrebrück-Nassau et son frère Jean s’engagèrent à lui avancer 6 000 francs168. Le 9 août 1408, Amé prêta ainsi hommage au duc et promit de ne nuire ni au duché de Lorraine, ni à la cité ou à l’évêché de Metz, jusqu’à ce qu’il se soit acquitté des 9 000 francs exigés169. Il lui fallut encore ajouter à cette dépense importante les rançons de ses hommes (soit 2 000 à 3 000 francs de plus)170. Le seigneur de Bracquemont, de son côté, dut payer 6 000 francs, sans compter ce qu’il devait lui aussi pour ses soldats.

  • 171 Jean d’Autel, seigneur d’Apremont, fut un fidèle d’Amé de Sarrebrück, puis de son fils Robert.
  • 172 BNF, Lorraine 6, f° 105 et Lorraine 5bis, f° 134, 12 août 1409.
  • 173 Ibid., Lorraine 5bis, f° 135, 12 septembre 1409.
  • 174 Ibid., f° 138-139, 10 décembre 1409.
  • 175 Ibid., Lorraine 6, f° 105.
  • 176 Frère de Pierre de Luxembourg, neveu de Waléran de Luxembourg.
  • 177 Comte de Brennes, puis de Saint-Pol, comte de Ligny. Pierre de Luxembourg (1390-1433) fut un allié (...)
  • 178 Enguerrand de Monstrelet, Chronique, op. cit., t. 2, p. 209.

47La guerre était terminée, mais les « quatre seigneurs » ne s’estimaient pas quittes pour autant. Considérant Charles II comme responsable de leur échec collectif devant Metz, ils décidèrent de reprendre les armes. Dès le 12 août 1409, Jean d’Autel, seigneur d’Apremont171, proche de la noblesse luxembourgeoise, s’allia à Philippe, comte de Nassau-Sarrebrück, contre le duc de Lorraine172. Deux mois plus tard, Amé de Sarrebrück organisa une seconde coalition avec le comte de Salm173. Le seigneur de Boulay les rejoignit le 10 décembre 1409174. Bref, l’ancienne alliance s’était reformée. Le duc de Bar semble également avoir soutenu en sous-main les expéditions menées sur les terres du duché de Lorraine. Jean d’Autel rallia à son tour la ligue et devint chef des troupes coalisées. Il fut cependant capturé par les hommes du duc de Lorraine et contraint de lui verser une rançon de 1 900 francs. Jean d’Autel réclama bientôt à Amé de lui rembourser cette somme, puisqu’il était le financier de la coalition pour le compte du nouveau duc d’Orléans, Charles. Jean d’Autel donna d’ailleurs quittance de ce paiement à Amé le 20 octobre 1413175. La guerre civile reprit, plus acharnée que jamais, au début de l’année 1411 et gagna les frontières de l’Est par la Champagne, où Jean de Luxembourg176 et le comte de Saint-Pol177 multipliaient les efforts pour maintenir l’influence du duc de Bourgogne. En août 1411, Amé partit de son château de Ville-sur-Tourbe avec cinquante chevaux « pour aller au mandement de monseigneur d’Orléans », afin de rejoindre les troupes armagnaques qui se réunissaient à la Ferté-sous-Jouarre. Les opérations se concentrèrent autour de Paris. Les Armagnacs passèrent la Marne et se portèrent au Pont de Saint-Cloud178. Le Bourgeois de Paris s’étend longuement sur ces épisodes, où il stigmatise la cruauté des Armagnacs :

  • 179 Journal d’un Bourgeois de Paris, op. cit. p. 11.

« [Le] IIIe jour d’octobre mil IIIIc et xi, furent a Pantin, a Sainct-Ouin, a la Chappelle-Sainct-Denis, a Monmartre, a Glinencourt et par tous les vilaiges d’entour Paris dudit costé, et assegerent Sainct-Denis. Et firent tant de maulx, comme eussent fait Sarazins, car ils pendoient les gens, [les ungs] par les poulces, autres par les piez, les autres tuoient et rançonnoient, et efforçoient femmes, et boutoient feuz, et quiconcques ce feist, on disoit : “ce sont les Armignaz”, et ne demouroient personne esdiz villaiges que eulx mesmes179. »

48C’est dans ce contexte qu’Amé de Sarrebrück signa le 9 octobre 1411 la fameuse déclaration de Saint-Ouen, avec Jean de Roucy, Jean de Hangest et Guillaume de Bracquemont, qui, dans un vibrant appel au roi, réclamèrent justice. Cet appel est une véritable exhortation à la vengeance :

  • 180 ANF, carton J 359, pièce 28.

« congnoissans le grant oultrage fait de la mort de monseigneur d’Orléans vostre frère, père de monseigneur d’Orléans qui à présent est vostre filz et neveu, par laquelle mort vostre couronne et seigneurie sont tant blécez que tous voz vraiz subgiez devroient crier à haulte voix vengense, pugnicion et justice soyent faictes de ceulx qui tant se sont forfais envers vous, et qui tant vous ont navré et eulx en mectre en fait. Nous, cognoissans aussi le droit que monseigneur d’Orléans, vostre filz et neveu, a de vouloir venger la mort de monseigneur son père, lequel après la voie de fait par faulte de justice, laquelle faulte de justice a esté et est par aucuns de voz conseillers et servans, menistres et favorables de cellui qui tant vous a offensé, le sommes venuz servir. Car nous savons que pour vous oster de servage et redresser vostre seigneurie et pour vengence de la mort de son père ilz ont empris ce fait. Et tous ceulx qui vous donnent à entendre le contraire et qui l’ont publié, sont faulx, mauvais et desloyaux envers vous. Car nous sommes et serons tant que nous vivrons voz vraiz subgiez et obéissans180 »…

  • 181 Enguerrand de Monstrelet, Chronique, op. cit., t. 2, p. 209 ; Schnerb B., Les Armagnacs et les Bour (...)
  • 182 Édouard de Bar (1377-1415) était le fils de Robert de Bar et de Marie de France. Duc de Bar en 1411 (...)
  • 183 BNF, Lorraine 239, f° 91. Eugène Girod, Charles II, duc de Lorraine, op. cit., p. 117.
  • 184 François-Vivès S., Les seigneurs de Commercy, op. cit., p. 117.

49Les Bourguignons campaient alors à Montlhéry et à Corbeil, avant de se diriger vers Paris, le 9 novembre 1411. La bataille fit rage devant Saint-Cloud. Les pertes furent nombreuses, de part et d’autre. Les princes orléanais évacuèrent Saint-Denis et se replièrent vers la Loire, sauf Clignet de Brebant et Amé de Sarrebrück, qui repartirent vers le nord181. Les hostilités connurent une ampleur nouvelle à partir de 1412. La renaissance dans le royaume de France d’un parti hostile au duc de Bourgogne incita cette fois la maison de Bar à se ranger ouvertement dans le camp des Armagnacs. Édouard de Bar, qui venait de succéder à son père Robert, compta bientôt parmi les conseillers influents du Dauphin182. La rupture entre Édouard de Bar et le duc de Lorraine ne pouvait que renforcer les tensions entre les deux grands duchés lorrains. Les opérations militaires s’intensifièrent en conséquence. Au début de l’année 1412, les places orléanaises tombèrent les unes après les autres. Clignet de Brebant se réfugia dans les Ardennes. Les Armagnacs vaincus commencèrent à traiter avec les Anglais, tandis que l’armée royale, conduite par Charles VI, accompagné d’Édouard de Bar et du duc de Bourgogne, assiégea Bourges. Le 18 avril 1412, le duc de Bar conclut une alliance militaire avec Jean d’Autel, dirigée contre le duc de Lorraine, avant de faire approvisionner ses forteresses183. De son côté, Charles II s’assura les services de plusieurs seigneurs allemands. À Bourges, Amé de Sarrebrück se trouvait aux côtés de Charles VI184. Il était présent quand, le 16 juillet 1412, le roi se fit remettre les clés de la ville. Sans doute avait-il choisi de se rallier à Charles VI pour obtenir la mainlevée sur ses biens, confisqués pour avoir suivi le parti d’Orléans. Avec la paix d’Auxerre, le 22 août 1412, le temps était à l’apaisement entre les deux camps.

  • 185 ADMM, B 629, 106-1. Au XVe siècle, la queue équivalait à 405 litres, soit ici une quantité de plus (...)
  • 186 Ibid., B 631, no 125.
  • 187 BNF, Lorraine 292, f° 17 et Lorraine 293, f° 12 (confirmation le 26 septembre 1413).
  • 188 Ibid., f° 18.
  • 189 À la même période Amé de Sarrebrück s’était vu confier la garde de la forteresse de Pierrefonds et (...)
  • 190 Comptes de Jean Paynot, AD Meuse, B 4680 (1412-1413). François-Vivès S., Les seigneurs de Commercy, (...)
  • 191 Enguerrand de Monstrelet, Chroniques, op. cit., t. 2, p. 345-351.
  • 192 ADMM, B 523, no 54. Rivière Ch., Une principauté d’Empire, op. cit., p. 362.
  • 193 Enguerrand de Monstrelet, Chroniques, op. cit., t. 3, p. 5-8.
  • 194 Ibid., t. 3, p. 24 et p. 32.

50Les partis se faisaient et se défaisaient au rythme des intervalles de lucidité du roi. En 1413, Édouard de Bar, retenu à Paris par les affaires du royaume, nomma son frère Jean, lieutenant et gouverneur du duché de Bar. Le 11 avril 1413, Jean de Bar, en l’absence d’Édouard, acheta à Amé 30 queues de vin pour la subsistance de ses troupes185. Toutefois l’année suivante, Édouard remplaça son fils Jean par Amé de Sarrebrück, principal représentant du parti armagnac dans la région et administrateur de toutes ses affaires. Il lui accorda même procuration pour conclure en son nom des trêves avec ses ennemis186. Mais bientôt, la guerre qui reprit entre les duchés de Bar et de Lorraine fut la transposition de celle qui opposait dans le royaume les Armagnacs et les Bourguignons. L’intensité du conflit s’avéra destructrice pour la région. Le 4 août 1413, par un nouveau revirement, les Armagnacs revenaient au pouvoir. Leur retour en grâce bénéficia directement au seigneur de Commercy. Le 31 août de la même année, la mainlevée du roi sur ses biens fut enfin accordée187. Déjà chambellan du roi, il fut nommé le 26 septembre 1413 « gouverneur général et capitaine de Champagne, de Brie, garde des églises de ce pays », à la place du sire de Dampierre, conseiller du roi188. Par ailleurs, Amé conservait les faveurs de Charles d’Orléans189. En novembre 1413, il avait été nommé auprès de lui comme conseiller et chambellan190. Mais entre-temps, Charles II de Lorraine avait obtenu une victoire décisive à Paris lorsque les insurgés cabochiens avaient exigé en sa présence l’arrestation d’Édouard de Bar, dénoncé comme Armagnac191. Ce dernier avait été contraint de signer une paix très avantageuse pour le duc de Lorraine. Toutefois, dès le printemps suivant, en 1414, les Armagnacs étaient à nouveau maîtres de Paris et décidaient de porter la guerre en Bourgogne, plaçant Jean sans Peur dans une situation très inconfortable. Les Armagnacs bénéficiaient alors, au prix d’un renversement de situation, de la présence de Charles VI à leurs côtés, ce qui eut pour conséquence, aux yeux des populations, de faire passer le duc de Bourgogne pour un rebelle. Le duc de Bar en profita aussitôt pour dénoncer l’accord conclu avec Charles II. En mai 1414, le duc de Lorraine pouvait se plaindre de n’avoir reçu que 4 500 écus des 11 000 promis, tout en déplorant que les otages, venus en nombre insuffisant, s’étaient aussi enfuis de Nancy192. Le roi poursuivit les Bourguignons à travers le royaume. Le duc de Bourgogne essaya d’entraîner les Flamands, en vain. Le roi se dirigea alors vers Soissons. Il bénéficiait du soutien d’un contingent lorrain conduit par le duc de Bar et Amé de Sarrebrück193. Charles VI gagna ensuite Arras, afin d’enlever la place aux Bourguignons. C’est là qu’Amé trouva la mort, en juillet 1414, peu avant que la paix qui porte le nom de cette ville ne fût signée194. Telle était donc la situation dans laquelle se trouvait placé le jeune seigneur de Commercy. Le contexte politique demeurait tendu, mais ce qui l’était tout autant, c’était la configuration géographique d’une seigneurie située de part et d’autre de la frontière, ou plutôt au carrefour de plusieurs frontières disputées.

Un espace frontalier disputé

51Si Robert de Sarrebrück avait recueilli plusieurs seigneuries, ancrées à la fois en Lorraine et en Champagne, le cœur de son pouvoir restait concentré à Commercy, le berceau historique du lignage. Une partie des villages de la seigneurie se trouvait, comme Commercy, dans la vallée alluviale de la Meuse, les autres se situaient dans des clairières de la partie boisée. Toul se situait à quelques lieues, au-delà des collines. Saint-Mihiel était un peu plus au Nord, dans le sillon meusien, sur la route de Verdun. La châtellenie de Vaucouleurs se situait symétriquement à l’opposé de Commercy, à quelques lieues au sud.

  • 195 Michel Parisse, face à cette imbrication, ajoute : « Si les zones de domination ou d’implantation d (...)
  • 196 J’utiliserai parfois le terme d’« Allemagne » par facilité de langage pour désigner l’Empire german (...)
  • 197 J’emploie l’expression « espace lorrain » à dessein pour ne pas le confondre avec le duché de Lorra (...)
  • 198 Sur la question des frontières, voir Schneider R. (dir.), Les principautés au Moyen Âge. Actes des (...)

52La géographie physique de Commercy est relativement simple à décrire, mais il n’en va pas de même de la géographie politique et institutionnelle, particulièrement mouvante dans ce territoire frontalier soumis à toutes les influences. La seigneurie transfrontalière de Commercy apparaît comme l’un des nombreux éléments qui formaient le grand puzzle lorrain, dans un enchevêtrement tel qu’il rend presque vain tout essai de cartographie précise195. Deux duchés importants – celui de Bar et celui de Lorraine –, des villes puissantes, en particulier Metz, avec des fidélités partagées, entre l’Allemagne196 et la France, des voisins hostiles, des rivalités internes incessantes, tel était le tableau que nous offre cette Lorraine incertaine du dernier Moyen Âge. En deux mots, l’espace lorrain197 était traversé de frontières, parfois explicites, parfois invisibles, qui fournissaient autant d’occasions de tensions et d’affrontements198.

53On sait que c’est le traité de Verdun (843) qui préfigura ce que fut par la suite la Lotharingie occidentale, divisée elle-même en deux duchés (en 959), dont celui de Haute-Lorraine, qui forgea les prémices de la Lorraine actuelle (organisée depuis l’origine autour des trois cités-évêchés de Metz, de Verdun et de Toul). Dès le départ, cette Lorraine relevait de l’espace germanique même si, de fait, une frontière linguistique en partageait l’espace entre une aire romane et une aire germanique. Trouvant racines en ces prérequis, l’histoire lorraine débuta véritablement au début du XIe siècle, quand l’empereur germanique Henri III le Noir céda le duché de Lorraine à Gérard d’Alsace. Ce furent les premiers pas de la dynastie des ducs de Lorraine. Gérard d’Alsace s’implanta symboliquement au centre de son territoire, à Nancy qui n’était rien et devint ainsi le quatrième pôle politique d’un territoire déjà rongé par les rivalités internes. La ville fut bâtie de toutes pièces au centre d’un espace marécageux. C’est de cette époque qu’émergea le nom de Lorraine en langue française (Loherenne). Le duché ne constituait pourtant pas une entité cohérente. Le comté de Bar s’en distinguait. Les princes-évêques de Metz, Toul et Verdun s’étaient constitués depuis le haut Moyen Âge des temporels importants. Aussi, le territoire se morcela-t-il rapidement en de multiples principautés qui échappaient plus ou moins à l’autorité des ducs.

  • 199 Par le traité de Bruges du 4 juin 1301, le comte de Bar, Henri III, dut rendre hommage au roi de Fr (...)
  • 200 Le terme « frontière » s’imposa au XIVe siècle, alors que l’on parlait plutôt de « marche » antérie (...)

54Dès le Xe siècle, presque par construction, la Lorraine a été disputée entre deux hégémonies : la Francie et l’Empire. L’axe meusien constituait alors en quelque sorte la colonne vertébrale de cet espace. La Meuse faisait le lien entre le sud (le couloir Rhodanien, l’Italie) et le nord (les plaines de la Flandre jusqu’à la mer du nord). Avant d’être explicitée et dûment bornée, la frontière naturelle de la France et de l’Empire se fixa sur la Meuse. Depuis longtemps, les arbitrages rendus entre les deux grandes puissances se tenaient à Vaucouleurs. Comme la géographie tendait à imposer le fleuve comme frontière naturelle entre la France et l’Empire, chacun finit par s’accorder sur cette évidence géographique. C’est alors que l’on fixa des bornes dans le lit du cours d’eau pour la matérialiser. Et l’on vit ainsi, dès 1301, le comte de Bar contraint de se reconnaître vassal du roi de France pour ses terres situées à l’ouest de la Meuse199. Ce fut l’origine du Barrois mouvant. Dans cette configuration complexe, si Commercy se situait sur la rive française le domaine de son seigneur s’étendait au-delà200.

  • 201 Poull G., La maison ducale de Lorraine, op. cit., p. 84-90.
  • 202 Vèzelise, commune de Meurthe-et-Moselle. François M., Histoire des comtes et du comté de Vaudémont,(...)
  • 203 Il fut érigé en duché en même temps que son voisin le duché de Luxembourg.
  • 204 Foug, commune de Meurthe-et-Moselle. Située sur la voie romaine, ancienne villa royale, résidence d (...)
  • 205 Aujourd’hui Pont-à-Mousson (Meurthe-et-Moselle).

55Quand Robert de Sarrebrück prit possession de la seigneurie, Charles II était le dernier descendant de la maison de Lorraine-Alsace201. Son duché se présentait sous la forme d’un parallélépipède imparfait qui s’étirait d’ouest en est de Neufchâteau à la lisière de la plaine d’Alsace, sur environ 125 km, et du nord au sud de Merzig à Passavant sur environ 175 km. Il comportait des excroissances extérieures, mais surtout, à l’intérieur, de nombreuses enclaves, à l’exemple du comté de Vaudémont qui regroupait une cinquantaine de villages autour de sa capitale, Vèzelise202, et se trouvait ainsi complètement encerclé par les territoires du duché. À cette période, le duché de Bar demeurait indépendant du duché de Lorraine. Il avait supplanté en 1354 le vieux comté de Bar formé au Xe siècle par Ferry d’Ardennes, le frère de l’évêque de Metz, Adalbéron. Le comté avait été érigé en duché par l’empereur Charles IV de Luxembourg, qui était en même temps l’oncle de l’intéressé203. Le premier duc, Robert Ier, devint par son mariage avec Marie de France, en 1364, le gendre du roi de France Jean II le Bon. Le duché de Bar, ainsi que nous le savons, était divisé par la Meuse en Barrois mouvant, soumis à la suzeraineté du roi de France, et non-mouvant, dont le suzerain était l’empereur d’Allemagne. Le duc de Bar contrôlait deux points de passage : aux portes de Toul, le château de Foug204 et le pont de Mousson (Pont-à-Mousson), érigé en marquisat, sur la Moselle205.

  • 206 Brixey, aujourd’hui Brixey-aux-Chanoine, département de la Meuse.
  • 207 Aujourd’hui Void-Vacon, commune de la Meuse.
  • 208 Schneider J., La ville de Metz aux XIIIe et XIVe siècle, Nancy, 1950.
  • 209 Sous l’Antiquité, Verdun était une capitale commerciale spécialisée dans la vente des esclaves.

56Pour compléter ce tableau déjà fort embrouillé, il faut encore ajouter le poids particulier des trois principautés ecclésiastiques de l’espace lorrain : Metz, Verdun et Toul. Chaque cité épiscopale comprenait, comme souvent, trois autorités politiques distinctes : l’évêque, le chapitre et les bourgeois, régulièrement en opposition. Si les évêques possédaient un temporel important, les chapitres disposaient aussi de prébendes remarquables. Celui de Toul, par exemple, contrôlait les prévôtés de Brixey206 et de Void207. Or ces différentes cités constituaient des puissances politiques à part entière. Au sein de cet ensemble, Metz, qui dominait un vaste arrière-pays, faisait figure de métropole. Les bourgeois de Metz avaient acquis dès le XIIIe siècle une autonomie véritable. La ville devint un modèle de république marchande, dirigée par un Maître-échevin et un Grand conseil formé des treize jurés208. Cent trente-six villages reconnaissaient obéir à la juridiction du patriciat messin. À l’intérieur de la ville, le pouvoir était aux mains des « paraiges », véritables lignages, rattachés à un même quartier, se réclamant d’un même sceau et qui constituaient une oligarchie au sein de la ville. Ni Verdun, ni Toul, de taille inférieure, ne disposaient de telles institutions. Verdun, qui se trouve comme Commercy, sur la vallée de la Meuse, tentait de préserver encore les vestiges de son lustre antique209. Toul enfin, qui apparaît comme la plus petite des trois cités, offrait un paysage politique tout aussi divisé. Cela n’empêchait pas les bourgeois de Toul de mener leur propre diplomatie sur l’échiquier politique lorrain. Ils engageaient d’ailleurs des guerres comme le faisaient, à une plus grande échelle, les citains de Metz. Le diocèse de Toul englobait Commercy ; c’est une proximité qui explique peut-être la vivacité des rapports que la ville entretenait depuis toujours avec ces seigneurs.

  • 210 En fait, une partie de Domrémy, celle où se trouvait la maison de la famille d’Arc, l’autre relevan (...)
  • 211 Méry-sur-Seine, commune de l’Aube, arr. de Nogent-sur-Seine.
  • 212 ANF, JJ 70, no 372, f° 179 v° et 180. Luce S., Jeanne d’Arc à Domrémy, op. cit., p. 21.
  • 213 Ordonnance des roys de France de la troisième race, t. IV, p. 582-583.
  • 214 Ce n’est pas par hasard si dans ce territoire prit forme la réaction de 1429, illustrée par Jeanne (...)

57Dans cet espace morcelé, en proie à d’incessantes rivalités, deux seigneuries voisines présentaient une identité spécifique : Vaucouleurs et Commercy. La châtellenie de Vaucouleurs, dont dépendait Domrémy210, se trouvait à quelques lieues au sud de Commercy. Cette seigneurie appartenait originellement à une branche cadette de la famille champenoise des Joinville. Cependant, le 14 août 1335, Jean de Joinville, seigneur de Vaucouleurs, avait conclu un arrangement avec Philippe VI de Valois, en vertu duquel il avait cédé la châtellenie au roi de France en échange de Méry-sur-Seine211 et de divers droits sur ses propriétés212. Vaucouleurs, devint ainsi l’une des châtellenies du bailliage de Chaumont213. Elle constituait dès lors une enclave française dans l’espace lorrain. Commercy, au nord, avait su conserver une autonomie tout en affichant son loyalisme à l’égard du roi de France. La seigneurie, assez ramassée, comprenait des paroisses de part et d’autre de la Meuse, dans la partie forestière pour l’essentiel. Lorsque le duché de Bourgogne atteignit le faîte de sa puissance, les enclaves françaises ou pro-françaises au nord de la Loire se réduisaient à peu de chose. Dans le Grand Est, elles n’étaient plus que des confettis. Les deux petits territoires, à cette échelle, que constituaient Vaucouleurs et Commercy faisaient presque figures de bastions214.

  • 215 Marot P. « Notes sur l’intrusion bourguignonne en Lorraine au XVe siècle, les Neufchâtel et la mais (...)
  • 216 Lors des négociations pour la libération de René d’Anjou, l’envoyé du duc de Milan, Candido Decembr (...)

58Au nord de cet espace lorrain se trouvait le duché de Luxembourg, dont le duc Wenceslas fut pour Robert de Sarrebrück un adversaire régulier. Au sud s’étendaient les terres du puissant duc de Bourgogne, avec lequel le sire de Commercy entretint toujours des rapports compliqués. Pour le duc de Bourgogne, comme nous l’avons dit, la Lorraine brisait la continuité territoriale de ses États. Les voies de passage étaient assez limitées ; il s’agissait de couloirs naturels, ceux des grands cours d’eau qui descendent du plateau de Langres. La Moselle, par Metz, permet de rejoindre le Luxembourg. La Marne, à travers la Champagne – souvent hostile – facilitait l’accès vers l’Artois ou le Hainaut. La Meuse, surtout, l’ancien axe des royaumes carolingiens, liait le nord au sud, mais son corridor se trouvait souvent en terre étrangère215. C’étaient, pour le duc de Bourgogne, des contraintes certaines, qui l’obligeaient à obtenir des assurances dès qu’il souhaitait traverser ces terres, d’autant que ses déplacements et ceux de ses proches mobilisaient de très importants cortèges216. La route qui longe la Meuse, dont Commercy était l’une des étapes, avait ainsi retrouvé le 19 juin 1369, par le mariage de Philippe le Hardi avec Marguerite, fille de Louis de Male, une vocation ancienne de liaison entre Dijon, le plateau de Langres et les plaines de la Belgique. La Lorraine, aux marges du royaume, délaissée par la stratégie politique de l’empereur, devint pour cela un enjeu franco-bourguignon dès la fin du XIVe siècle, pour acquérir une importance cruciale au milieu du XVe siècle.

  • 217 Épinal, préfecture des Vosges.
  • 218 Sarrebourg, commune de la Moselle.
  • 219 Vic, aujourd’hui Vic-sur-Seille, commune de la Moselle.
  • 220 Marsal, commune de la Moselle. Marsal est située sur la Seille et, comme elle, son nom est tiré des (...)

59En Lorraine, dans l’ordre des pouvoirs venaient ensuite les comtes et les cadets de familles comtales. La dignité comtale était beaucoup plus répandue en Lorraine germanique que dans la partie française. En Lorraine francophone dominaient ainsi les comtes de Blâmont et de Vaudémont (qui prêtaient d’ailleurs hommage à l’évêque de Metz pour l’ensemble de leurs possessions), mais aussi le comte de Nassau-Sarrebrück et le sire de Commercy qui appartenait au même rang. On trouvait enfin un petit groupe de seigneurs qui, sans avoir la richesse des princes, ni des comtes, représentaient des entités politiques à part entière par les territoires qu’ils contrôlaient, comme les sires de Boulay. Beaucoup d’entre eux possédaient des vassaux. Suivaient, dans la hiérarchie d’importance, les quatre villes d’Épinal217, de Sarrebourg218, de Vic219 et de Marsal220.

  • 221 Il avait participé à la croisade de Tunis en 1391, à celle de Nicopolis en 1396 avec Jean de Nevers (...)

60Au début du XVe siècle, un clivage subsistait entre les duchés de Bar et de Lorraine. Le premier était puissant et dynamique. Le second apparaît plus faible, mais plus prestigieux. Un ressentiment commun les animait à l’égard des princes ecclésiastiques. Les villes, quant à elles, s’appuyant sur leur rivalité, jouaient d’un duché sur l’autre. Toul se rapprochait du duc de Bar contre celui de Lorraine, tandis que Verdun comptait sur le duché de Luxembourg pour contrecarrer l’influence barroise. Tout cela contribuait à aviver les tensions déjà nombreuses dans la région. La situation était encore exacerbée par la position de Metz, dont la fortune du patriciat nourrissait la jalousie des princes, et celle de l’aristocratie militaire en général. D’autant que les citains messins accordaient sous forme de prêts des sommes considérables, moyennant la mise en gage de seigneuries. Les ducs de Lorraine, mais plus souvent les ducs de Bar, contractaient régulièrement des crédits auprès des bourgeois messins. Dans cet extrême morcellement du paysage politique, quel rôle pouvait tenir Robert de Sarrebrück ? La seigneurie de Commercy, qui se trouvait dans le Barrois, devait assez naturellement se rapprocher du duc de Bar. Si tel était le cas à la fin du XIVe siècle, tout fut remis en cause après 1415 quand Amé de Sarrebrück, qui avait compté parmi les fidèles des deux derniers ducs de Bar, disparut avant de voir la défaite d’Azincourt emporter le dernier duc. Son successeur, le cardinal-évêque Louis, peu préparé à cette tâche, n’entendait pas nourrir les mêmes relations et rechigna d’emblée à honorer les dettes de son frère. Pour autant, Robert ne pouvait guère se rapprocher du duc de Lorraine. Charles II, dit le Hardi, était un vétéran des croisades221. De cette période, il était resté proche du duc de Bourgogne, Philippe le Hardi, dont il était aussi un compagnon d’armes. En 1414, pour s’être rallié aux Bourguignons, il avait subi les assauts de Louis d’Orléans et, en retour, avait fait prisonnier Amé de Sarrebrück. Charles de Lorraine vouait une haine tenace à cette famille qui avait pris le parti de son ennemi.

  • 222 Sur la question de la nation, voir Beaune C., Naissance de la nation France, Paris, Gallimard, 1985 (...)
  • 223 Parisse M., Noblesse et chevalerie en Lorraine médiévale. Les familles nobles du XIe au XIIIe siècl (...)
  • 224 Parisse M., La noblesse lorraine, op. cit., p. 778-784.
  • 225 Même si les ducs de Lorraine et de Bar continuèrent de jouir de leur droit de sauvegarde sur Toul e (...)
  • 226 Le traité tomba rapidement, Rivière Ch., Une principauté d’Empire, op. cit., p. 228.
  • 227 Grand, commune du département des Vosges, située à la limite de la Haute-Marne.

61Située au carrefour des influences allemande, française et bourguignonne, la Lorraine du premier XVe siècle hésitait encore sur son positionnement. Toutefois, à y regarder de près, c’est sans aucun doute la poussée française dont l’empreinte s’avère la plus évidente. Ce n’est pas seulement une question de rapport de forces ; bon nombre de Lorrains savaient qu’ils partageaient avec la France une culture et une langue communes. En ce dernier Moyen Âge qui découvrait, à travers l’ennemi anglais, un premier patriotisme222, l’adhésion à un espace culturel commun n’était pas sans conséquence. En fait, la relation se jouait principalement avec la Champagne voisine. Depuis le XIIIe siècle, Lorrains et Champenois nourrissaient des relations nombreuses et privilégiées. Les familles lorraines fréquentaient assidûment les terres champenoises, et plus principalement celles qui étaient situées au nord de la Seine. Michel Parisse a insisté sur le rôle déterminant du critère linguistique dans les relations entre les membres de la noblesse secondaire223. Les alliances matrimoniales s’étaient multipliées. Des solidarités s’étaient nouées afin de trouver, pour les fils cadets, des places dans l’Église. Dès le XIIIe siècle, les chapitres et les abbayes lorraines étaient peuplés de noms champenois. Et des religieux lorrains étaient présents partout dans le royaume de France. Culturellement, la Lorraine appartenait bien, dans sa plus grande part, au monde roman. À cette communauté culturelle se superposait le maillage des liens économiques et politiques. Depuis le XIIe siècle, les foires de Champagne avaient attiré les marchands lorrains, qui avaient eu à cœur de rechercher des suzerainetés champenoises afin d’échapper aux surcoûts des barrières douanières. Pour cette raison, dès le XIIIe siècle, le nombre des vassaux lorrains dans l’entourage des comtes de Champagne s’était beaucoup accru. Des familles possessionnées le long de la Meuse étaient ainsi entrées dans l’orbite champenoise, rapprochant la partie occidentale de la région de la sphère d’influence française224. Mais cette influence était unilatérale. Les princes lorrains, trop faibles ou trop divisés, n’avaient jamais pu rivaliser avec les comtes de Champagne, qui figuraient parmi les principaux barons du royaume. Seul le comte de Bar était parvenu, non sans mal, à contenir la poussée champenoise en direction de l’est. Il figurait d’ailleurs parmi les pairs du royaume. Cette poussée vers l’est, encore timide à la fin du XIVe siècle, est cependant indéniable. C’est en fait, un héritage ancien ou un travail de longue haleine. L’influence française s’était renforcée à l’ouest de la Lorraine avec l’avènement de Louis X, à la fois roi de France et comte de Champagne, en particulier grâce à l’installation de ses officiers au voisinage des principautés lorraines. Le comte de Bar s’avérait alors le meilleur parti lorrain du roi de France. Mais l’influence française ne se cantonnait pas au seul territoire du Barrois. Au tournant du XIVème siècle, les chanoines de Toul, puis les citains de la ville, et enfin l’évêque demandèrent la protection du roi de France, bientôt imités par les bourgeois et l’évêque de Verdun225. Les seigneurs de Commercy avaient accompagné partiellement ce mouvement. En 1316, ils avaient repris en fief une partie de leur seigneurie des rois de France, avant de la placer sous leur sauvegarde, vingt ans plus tard. Au même moment, l’évêque de Toul, Thomas de Bourlémont, négociait le rattachement de la châtellenie de Vaucouleurs au royaume, concluant même, en 1338, un traité de pariage avec le roi pour l’ensemble du temporel épiscopal de Toul226. Si le roi de France avait repris en fief du comte de Bar toutes les terres qu’il possédait sur la rive gauche de la Meuse, les souverains allemands s’étaient montrés plutôt indifférents à ce « grignotage politique », à ces atteintes portées à l’intégrité territoriale de l’Empire. Il est vrai qu’ils ne possédaient pas de biens en propre en Lorraine. Par ailleurs, le système de l’Église impériale, qui leur avait conféré une autorité réelle sur les évêques et des abbés, avait déjà été mis à mal par les querelles incessantes entre l’Empire et la papauté. Au XIVe siècle, le duché de Lorraine relevait bien de l’Empire et personne ne le contestait, pas même le roi de France. Les ducs prêtaient hommage pour leur charge. Cet hommage n’était pas fondé sur un territoire, mais sur une fonction. C’est de cette fonction que le duc tirait ses droits sur tous les pays compris entre Meuse et Rhin. Cette investiture n’empêcha pas les ducs de Lorraine de se rapprocher des comtes de Champagne. Ils se reconnaissaient même vassaux du comte pour le château de Grand227, sur la rive gauche de la Meuse. C’était donc une double vassalité à laquelle ils se soumettaient de façon volontaire.

  • 228 ANF, JJ 582, f° 24, 19 novembre 1366.
  • 229 Bubenicek M., Quand les femmes gouvernent, Yolande de Bar : droit et politique au XIVe siècle, Pari (...)
  • 230 François-Vivès S., Les seigneurs de Commercy, op. cit., p. 86.
  • 231 Aimond Ch., Les relations de la France et du Verdunois, op. cit., p. 161-174.
  • 232 Lot F. et Fawtier R., Histoire des institutions françaises, Paris, 1957-1958.
  • 233 Cité par Girod E., Charles II, duc de Lorraine, op. cit., p. 59.

62En 1366, les ducs de Bar et de Lorraine signèrent avec le roi de France un traité qui illustrait la volonté de Charles V de placer désormais la Lorraine dans l’orbite du royaume228. Il s’agissait en l’occurrence de demander aux ducs lorrains de défendre la Champagne contre l’incursion des compagnies. On assista durant cette période à une véritable reprise en main de l’ensemble de l’espace lorrain francophone par le roi de France. Le duc de Bar trouva à la cour une place privilégiée229. Son mariage avec la sœur de Charles V, Marie de France, fit de lui un partisan naturel de la politique royale en Lorraine. C’est à cette époque que Jean IV de Sarrebrück se vit confier la fonction de général conseiller des Aides et devint l’un des principaux conseillers du roi230. À Verdun, le roi, sous prétexte de sa sauvegarde, s’immisça dans les querelles entre les bourgeois et l’évêque231. À Toul, enfin, les chanoines, confrontés à la violence des citains, se retirèrent à Vaucouleurs pour se mettre sous la protection du bailli royal de Chaumont. Évidemment, là comme ailleurs, ce furent surtout les progrès de la justice du roi qui permirent l’affermissement de son autorité. Le Parlement, en devenant le tribunal d’appel de tous les conflits, au motif qu’il était le plus compétent ou le plus diligent, allait amener vers Paris même les plus récalcitrants à toute influence de l’État royal232. Il convient d’ajouter que la puissance de la monarchie française faisait de la cour des Valois une source inégalable de prestige, d’honneur et de fortune. On touche là sans doute l’une des causes de la présence régulière de la noblesse lorraine dans les armées royales. Au moment où s’effondraient les revenus de la rente seigneuriale et où la noblesse devait tenir son rang, le service du roi pouvait se montrer rémunérateur. Cette adhésion de la Lorraine à l’ensemble culturel français n’empêchait pas les conflits. Les accrochages restaient nombreux entre Lorrains et officiers royaux. Une lettre de rémission de 1397, octroyée au duc de Lorraine, décrit ainsi l’attaque du prévôt royal et de ses officiers : « comme il est accoustumé de faire au pais, on fait de teles cours et assaux […] pour ce que c’est ez marches de Lorraine et ez extremitez de Bourgoigne et d’Alemaigne233 ».

  • 234 Rivière Ch., Une principauté d’Empire, op. cit., p. 255 ; Aimond Ch., Les relations de la France et (...)
  • 235 Promulguée en 1356, la Bulle d’Or délimite en théorie de manière stricte la fehde (faide), Rapp Fr. (...)
  • 236 Les pays de l’Entre-Deux au Moyen Âge : questions d’histoire du territoire d’Empire entre Meuse, Rh (...)

63L’arrivée au pouvoir de Charles VI allait accroître la pression française en Lorraine, au moment où la défaveur frappait le duc de Bourgogne. Dès 1389, l’évêque de Verdun concluait avec Charles VI un traité de pariage établissant la co-souveraineté de l’évêque et du roi sur le temporel de l’évêque234. La disgrâce du duc de Bourgogne allait également inciter le duc de Lorraine à trouver de nouveaux relais à la cour. Mais des deux côtés, la frontière était vécue comme une menace. Pour l’administration royale, elle constituait une zone d’insécurité qui devait être pacifiée. Pour les ducs de Lorraine, elle restait le dernier rempart face aux prétentions de la monarchie française. À chaque tentative entreprise par le roi de France pour la franchir, le duc répliqua par des raids de pillage sur les villages ou les châteaux situés dans le royaume. Ces actes, considérés par le pouvoir royal comme une atteinte à sa souveraineté, ne représentaient pour les Lorrains que l’application du droit de représailles reconnu, sous certaines conditions, à l’ensemble de la noblesse de la région235. Ainsi, pays de « l’entre-deux » (peut-être devrait-on dire de « l’entre-trois »), l’espace lorrain ne constituait ni un espace marginal, ni un espace délaissé236. Au contraire, situé au croisement de l’Empire, du royaume de France et de la Bourgogne, il était le carrefour de toutes ces influences. La Lorraine offrait pour cette raison un syncrétisme politique et culturel original. Quand, à partir de 1400, la crise politique mit à mal les monarchies française et impériale, elle devint un territoire stratégique et même un objet de convoitises. La seule façon de subsister, dans cet environnement complexe, dès lors que beaucoup d’alliances devenaient impossibles, était de bien verrouiller ses positions en instituant un rapport de force permanent. C’est sans doute ce que comprit assez vite Robert de Sarrebrück. Il ne pouvait compter in fine que sur la fidélité de quelques écuyers des environs et sur l’amitié de Robert de Baudricourt, presque aussi isolé que lui dans l’espace lorrain.

  • 237 Gilles Le Bouvier, Le Livre de la description des pays, op. cit., p. 110.

64Cette concurrence des pouvoirs locaux avait favorisé leur autonomisation, qui était elle-même facteur de conflits et de violences, faute d’une autorité supérieure pour les éteindre. Le Héraut Berry dans le Livre de la description des pays en livre une analyse appropriée en évoquant comment « les nobles de ce païs sont gens de guerre, qui ne demandent que hustin a leurs voisins. Et commencerent guerre pour peu de chose, pour ce qu’il a long temps qu’ilz n’ont eu seigneur que l’Empereur, qui ne s’est point tenu au païs237 ».

65De façon caricaturale, on pourrait dire que l’ensemble de la société aristocratique lorraine semble se retrouver dans cet amour commun de la guerre et de la violence. Aux yeux des observateurs extérieurs, cela semble être un trait caractéristique de la mentalité et de la culture politique des Lorrains. Le héraut Berry, à nouveau, les décrit avant tout comme des gens de guerre, toujours en querelle, auxquels il ne faut pas accorder confiance :

  • 238 Ibid, p. 112-113 ; Marot p., « Les voyages de Gilles le Bouvier en Lorraine en 1450 et sa présence (...)

« Pres de ceste duché de Luxembourcq sur le midi est la duché de Lorraine, et le pais de Mes, et la marquisé du Pont. […] Les nobles de ce pays sont gens de guerre, et d’estrange querelle contre leurs voisins. Et pour peu de chose meinent guerre les ungs contre les autres ; et le plus fort de leur guerre est a prandre et a chasser vaches. Et quand ilz ont prins les bestes de leurs voisins, ilz s’asemblent et apointent. Et pour ung rien et recommencent guerre et est par faulte de justice. […] Et est leur voisin le duc Stese de Baviere et le conte de Salebrusse, le conte de Nauso, le conte de Selverne. […] Ces gens chevauchent bien, et sont gens de guerre, et bons arbalestriers a cheval, et s’arment legierement, et sont tost pres a fuir leurs voisins en guerre en les frappant. Et se faulte y a de paiement ilz leur font guerre incontinent238. »

  • 239 Cité par Parisse M., Austrasie, Lotharingie…, op. cit., p. 50.
  • 240 Idem.

66Cette réputation est ancienne. Elle remonte au moins au Xe siècle, selon Michel Parisse qui mentionne dès cette époque l’image détestable des Lorrains : le Saxon Widukind qui voulait présenter sous un beau jour la politique des rois ottoniens issus de son duché, évoquait la ruse dont avait dû user Henri Ier l’Oiseleur pour venir à bout des habitants du royaume de Lothaire : « parce que c’est un peuple changeant, habitué des ruses, prompt à la guerre et prêt à s’adapter aux nouveautés239 ». Quant au biographe de l’archevêque-duc Brunon qui dut lutter contre ses sujets lotharingiens, il mentionnait l’existence à la frontière occidentale du royaume de Lothaire « d’une barbarie indomptée, jalouse du bonheur d’autrui et de son propre salut, méprisant les admonestations paternelles et craignant à peine l’autorité240 ».

  • 241 Il est probable que les Allemands auxquels Froisart fait référence soient principalement des Lorrai (...)
  • 242 La chronique du religieux de Saint-Denys, t. III, chap. VI, liv. XXXVIII, p. 133-135, éd. Bellaguet(...)

67Quelques siècles plus tard, Froissart décrivait toujours la Lorraine comme un territoire violent, infesté de mercenaires : « Estoit ce païs yci raemplis d’Anglois et de larrons Gascons, Bretons, Alemans et gens aventurés de toutes nacions241. » Dans les toutes premières années du XVe siècle, à l’occasion du siège de Provins (1417), le religieux de Saint-Denis évoque encore à propos des Lorrains, leur « insatiable rapacité242. »

  • 243 Les chroniques de la ville de Metz, éd. Huguenin J.-F., op. cit., p. 103.
  • 244 Gilles le Bouvier, Le Livre de la description des pays, op. cit., p. 113.

68Cette vision n’avait pas seulement cours dans l’entourage des rois de France, dont le propos pourrait être faussé par des considérations d’ordre politique. Les Messins, mais peut-être pour les mêmes raisons, manifestaient une semblable réprobation à l’égard de la noblesse de Lorraine. Dans les chroniques de la ville de Metz, au moment de l’arrivée en 1361, du nouvel évêque, Jean III de Vienne, celui-ci déclare que : « quant il vint a l’evesché de Mets, le pays estoit plein de malvaises gens, de pillars, robeurs et murtreurs, a cause des guerres qui avoient esté au pays243 ». On oppose également volontiers les Lorrains qui sont « gens de fait et de vollenté sans raison » aux Bourguignons de mœurs françaises, de cette Bourgogne où « on usoit de justice et de raison244 ».

  • 245 Les nobles de Picardie ou du Vermandois revendiquent aussi cette même coutume autorisant les guerre (...)
  • 246 ADMM, B 631, 89-Z 19 (22 mai 1443).

69En fait, ce qui frappe les contemporains des deux derniers siècles du Moyen Âge, c’est qu’au même moment, en France et en Bourgogne, la guerre privée, héritière de l’ancienne fehde, est en voie d’être régulée. En Lorraine, elle possède encore toute sa place245. Elle est même inscrite dans le droit coutumier. Robert de Sarrebrück ne manqua pas de faire valoir cet usage lorrain, lorsqu’il fut accusé à plusieurs reprises d’avoir multiplié les voies de fait : « Chacun y quierit et demandat son droit par querelle en défaut de raison par voie de fait. » Et le seigneur de Commercy, dans une lettre de sa main, d’argumenter face aux critiques françaises : « On m’a voulu tenir et presser que je ne dusse requerir mes droits et querelles par la manière que pour les subjes du pays [de France], ce qui serait bien étrange chose, je qui n’en suis point subjet. » Il ajoute : « les subges du pays du roy de Sicile a la coutusme gardée es dit pays par laquelle chascun y quérit et demande par droit par querelle et en défaut de raison, par voie de fait246 ».

  • 247 Cazelles R., « La réglementation de la guerre privée de saint Louis à Charles V et la précarité des (...)
  • 248 Pierre Clément Timbal, La guerre de Cent Ans vue à travers les registres du Parlement, Paris, CNRS, (...)

70En Lorraine, la violence aristocratique est une donnée structurelle, coutumière et plus largement culturelle. Les progrès réalisés par le pouvoir royal, loin d’avoir porté tous leurs fruits étaient, de toute évidence, encore plus étrangers dans ces confins du royaume247. Les prérogatives de la guerre privée demeuraient un droit reconnu à l’ensemble de la noblesse. Il pouvait à l’occasion être inscrit dans les contrats comme une clause résolutoire, en cas de défaillance. L’usage de l’incrimination pénale de la lèse-majesté était encore lointain, et ne pouvait au mieux que s’imposer progressivement dans le Barrois mouvant248.

Notes

1 Par comparaison, dans la famille des Luxembourg-Ligny, on a eu reconstituer partiellement trois bibliothèques, Berry C., « Les Luxembourg-Ligny, un grand lignage noble à la fin du Moyen Âge », thèse dactyl., Paviot J. (dir.), Paris XII, 2011, 2 vol., p. 617 et suiv. ; Fourcade S., « Clerc ne suis, […] livre ne ay point ». La noblesse française à la conquête du livre (1300-1520), thèse dactyl., Verger J. (dir.), université Paris IV Sorbonne, 3 vol., 2008 ; Sur la culture de René d’Anjou voir Lecoy de La Marche A., Le roi René, sa vie, son administration, ses travaux artistiques et littéraires, 2 vol., Paris, Didot, 1875, t. 2, p. 153 et suiv.

2 Une dizaine de lettres ont été conservées. Trois sont au surplus paraphées de sa main. La graphie témoigne d’une grande sûreté du geste, y compris lorsqu’il s’agit de simples missives.

3 À titre de comparaison voir le cas de Guillaume de Murol, Charbonnier P., Guillaume de Murol, un petit seigneur auvergnat au début du XVe siècle, Institut d’études du Massif central, 1973.

4 Contamine Ph. et Vissière L., Défendre ses droits, construire sa mémoire, op. cit.

5 La lettre d’Henri de Ville, évêque de Toul, qui autorise l’évêque de Verdun et oncle de Robert à tonsurer le jeune enfant, précise à l’occasion que « Roberto nato in villa de Commarceyo », Bibliothèque nationale de France (désormais BNF), Lorraine 292, f° 8, 4 juin 1412. La date de sa naissance, nullement indiquée, est déduite du croisement des sources.

6 Ni les circonstances ni le lieu de son décès ne nous sont connus. Ch.-É. Dumont, qui a eu le testament entre les mains avant qu’il ne disparaisse, indique que Robert de Sarrebrück serait mort dans son château de Louvois, hérité de sa mère, puis inhumé à Commercy dans l’église des chanoines, Histoire de la ville, op. cit., t. 1, p. 268. La date de la mort n’apparaît dans aucun document. On peut la déduire du dernier acte qui le concerne. Celui-ci est daté du 6 mai 1462, BNF, Lorraine 401, fol. 107-108. Il s’agit d’un accord signé avec Hue d’Autel au sujet de la reprise de la seigneurie d’Euville. Entre-temps, son fils Amé, désigné comme le comte de Braine, avait tenté un rapprochement pour un règlement autour de la même question, le 2 mai 1462, Archives départementales de Meurthe-et-Moselle (désormais ADMM), B 638, 5.

7 Marie de Châteauvillain, ou Marie de Thil, dame de Louvois, était la fille de Jean IV, seigneur de Châteauvillain, et de Jeanne de Grancey. Seconde épouse d’Amé de Sarrebrück, qu’elle épousa en 1397.

8 Jean Froissart, Chroniques, éd. Kervyn de Lettenhove, Bruxelles, 1867-1879, 25 vol., t. V, p. 27.

9 Jean I de Sarrebrück participa ainsi en 1340 à la campagne de Normandie dans l’armée du roi (BNF, nouv. acq. fr. 9239, f° 224). Simon IV participa lui à la campagne de Picardie de 1352, puis à celle de Gascogne (BNF, fr. 32510, f° 205 ; BNF, cab. des titres, P.O. no 2635). François-Vives S., Les seigneurs de Commercy, op. cit., p. 163 et suiv.

10 On se contentera de citer le plus célèbre d’entre eux à travers la figure de Dunois, bâtard d’Orléans. Voir également, Schnerb B., « Des bâtards nobles au service du prince : l’exemple de la cour de Bourgogne (fin XIVe-début XVe siècle) », La bâtardise et l’exercice du pouvoir (XIIIe-début XVIe siècle). Actes du colloque international organisé à Liège les 16 et 17 octobre 2008, A. Marchandisse (dir.), à paraître.

11 On trouve parfois « Sallebruche ».

12 La généalogie la plus complète de la famille, jusqu’à Amé de Sarrebrück, se trouve dans l’ouvrage de François-Vivès S., Les seigneurs de Commercy, op. cit. L’utilisation, génération après génération, des mêmes prénoms (Jean, Simon, Amé) et le fait qu’à plusieurs reprises des cadets aient hérité de la seigneurie ont quelque peu égaré les érudits locaux (en particulier Charles-Émmanuel Dumont). Il est possible de compléter cette généalogie par les ouvrages plus classiques, Le dictionnaire de la noblesse, Aubert de la Chesnayes-Dubois Fr.-A. (de), 1878, ou bien M. de Courcelles, Dictionnaire universel de la noblesse de France, 1821. Gaussin P.-R. présente la famille de Jean de Sarrebrück comme un grand lignage lorrain dans « Les conseillers de Charles VII. Essai de politologie », Francia, 10 (1982), p. 124.

13 Broyes est une commune de la Marne, située en Champagne, près de Sézanne. Il existe encore des vestiges du château. La seigneurie de Broyes revint à plusieurs reprises dans la famille.

14 Châteauvillain est une commune de la Haute-Marne. La paroisse se situe à la lisière de la Bourgogne et de la Champagne.

15 Simon II avait épousé Mahaut de Sarrebrück, l’une des quatre filles du comte de Sarrebrück, qui ne comptait pas de garçon et souhaitait voir ses filles mariées en pays roman.

16 Jean Ier de Sarrebrück régna de 1305 à 1341. Il épousa en premières noces Mahault d’Apremont, décédée en 1329, et se remaria avec Marguerite de Grancey.

17 BNF, Lorraine 291, f° 10, 4 septembre 1326. La pièce est publiée dans François-Vivès S., Les seigneurs de Commercy, op. cit., p. 87 à 90. Mahaut d’Apremont ( ?–1329) était la fille de Gobert IV d’Apremont et d’Anne de Coucy-Vervins.

18 Jean IV (1341-1381).

19 Jean II de Sarrebrück, seigneur de Commercy de 1341 à 1344. Marié à Alix de Joinville, il eut trois enfants.

20 Philippe de Nassau-Sarrebrück était le fils de Jeanne de Sarrebrück et de Jean de Nassau. Son épouse était Élisabeth de Lorraine, comtesse de Sarrebrück, femme de lettres de langue allemande, Zwischen Deutschland und Frankreich Elisabeth von Lothringen, Gräfin von Nassau-Saarbrücken, W. Haubrichs, H.-W. Herrmann, G. Sauder (dir.), Röhrig Universitätsverlag, 2002.

21 Morley est une commune de la Meuse.

22 Archives départementales de la Meuse (désormais AD Meuse), B 2750, « Compte de Jacomet du Mesnil, receveur de Commercy et de Morley pour le comte de Nassau-Sarrebrück, seigneur de Commercy et de Morley » et pour la seigneurie de la Ville-sur-Tourbe : AD Meuse, B 4680.

23 Le père de Philippe de Nassau-Sarrebrück, Jean IV, comte de Sarrebrück, était marié à Gilette de Bar.

24 Jean Froissart, Chroniques, op. cit., t. V, p. 23.

25 Le terme « damoiseau » renvoie traditionnellement au domicellus, qui désigne le jeune noble ; voir Du Cange, Glossarium mediae et infimae latinitatis, éd. augmentée, L. Favre, Niort, 1883-1887, 10 vol., t. 3, col. 162b. Il est assez courant dans les lignages de la Lorraine. Les sires de Rodemack, de La Marche, ou encore de Pierrefort sont aussi appelés damoiseaux (« damisoul »). Il ne désigne, en tout état de cause, ni un âge de la vie, ni une situation particulière. Le titre se transmet et Robert de Sarrebrück demeure damoiseau tout en devenant comte. Le terme, dès lors, fait sans doute référence à l’origine de la branche à laquelle se rattache la famille. En effet, le substantif semble s’appliquer en Lorraine aux cadets du lignage, comme ce fut le cas pour la famille de Pierrefort, branche cadette des ducs de Bar. Ailleurs, le damoiseau peut désigner le noble non encore adoubé (jungherr : damoiseau) utilisé dans le monde non-aristocratique, il se distingue du edelknecht (l’écuyer), Morsel J., L’aristocratie médiévale, op cit, p. 218. On trouve également des damoiseaux en Italie, voir Kenneth-Hyde J., Padua in the Age of Dante, Manchester-New York, 1966, p. 103 ; Contamine Ph., art. « Damoiseau », Lexikon des Mittelalters, Munich, 1986, t. 3, col. 475-476.

26 Alix de Joinville, dame d’Estrelles, était la fille d’Amé de Joinville, seigneur de Méri et d’Estrelles. Après le décès de Jean, elle épousa Charles, seigneur de Souvain et de Jonchery, chambellan de Charles VI, qui mourut en 1401. Cette alliance avec les Joinville revient à plusieurs reprises dans la généalogie des Commercy.

27 Simon II de Sarrebrück était le fils aîné de Jean II de Sarrebrück.

28 Jean III de Sarrebrück était le fils cadet de Jean II.

29 Marie d’Arcelles, épouse de Jean III, eut avec lui trois enfants : Jean, Simon et Amé. Après son veuvage, elle se remaria avec un Châtillon.

30 BNF, fr. 5397, f° 75 (copie du XVe siècle) ; voir également le même hommage rendu le 10 mars 1386 : ADMM, B 628, 161 et 170. De son côté, le 19 juin 1383, Philippe de Sarrebrück avait repris de l’évêque de Metz, Thierry de Boppart, son fief de Commercy et le comté de Sarrebrück : Archives nationales de France (désormais ANF), J 985, no 10 (allemand) et BNF, Lorraine 305, f° 96.

31 Voir les exemples cités par Aurell M., La Noblesse en Occident (Ve-XVe siècles), Paris, Colin, 1996, p. 165 ; Harsgor m., « L’essor des bâtards nobles au XVe siècle, RH, no 254, 1975, p. 319-354.

32 Deux filles et un garçon (Simon), BNF, Lorraine 292, f° 6-7 (30 août 1411) et ADMM, B 629, 132 et 160. Le choix du prénom du garçon, celle de son frère, est assurément une marque d’affection. Simon est encore signalé le 14 septembre 1434 : BNF, Lorraine 87 ter., fol. 27.

33 Lett D., Famille et parenté dans l’Occident médiéval, Ve-XVe siècles, Paris, p. 178.

34 Sur les liens au sein des fratries voir Lett D., Histoire des frères et des sœurs, Paris, 2004.

35 Un accord fut signé entre les deux frères le 23 mars 1394 (ns), ADMM, B 632, 11 ; François-Vivès S., Les seigneurs de Commercy, op. cit., p. 95 et suiv.

36 Ibid., p. 38 et suiv. Ce fut le cas de Simon III (1248-1305) et son frère Ferry.

37 Sur la famille Châteauvillain, voir Duchesne A., Histoire de la maison de Broyes et de Châteauvillain, à la suite de l’histoire de la maison de Dreux, Paris, 1631.

38 Amé de Sarrebrück avait épousé Marie de la Bove, dame de la Ville-sur-Tourbe et de Tellou en 1393. Elle décéda trois ans plus tard, en 1396. Amé de Sarrebrück, qui avait une prédilection pour cet endroit, s’installa en partie dans le château de la Ville-sur Tourbe, située dans l’Argonne, qu’il avait conservé de la dot de Marie de la Bove, BNF, Lorraine 291, f° 31-32, 38 et 39 et ibid., Lorraine 292, f° 58.

39 Départ. de la Marne, arr. Sainte-Menehould.

40 On la voit, par exemple, céder au prieuré du Val-des-Écoliers des rentes qu’elle possédait sur Cernay, Archives départementales de la Haute-Marne, 11 H 13.

41 Jeanne, comtesse de Sarrebrück et seigneur de Commercy, était la fille unique de Jean de Sarrebrück, décédé en 1381. Elle gouverna une année entière sur la seigneurie avant de mourir. Au cours de cette année, elle reçut, comme seigneur, l’hommage de ses vassaux. Elle était la mère de Philippe de Nassau, François-Vivès S., Les seigneurs de Commercy, op. cit., p. 125 et ADMM, B 628, 47.

42 Le document est cité dans Servais V., Annales historiques du Barrois de 1352 à 1440, 2 vol., 1867, t. 2, p. 271.

43 Carnaudet J., Notes et documents pour servir à à l’histoire de Châteauvillain, Paris, 1856, p. 23 et suiv.

44 Arnaud de Cervoles, né vers 1300, mort en 1366, dit l’Archiprêtre, fut un célèbre chef mercenaire, Cherest A., L’Archiprêtre, épisodes de la guerre de Cent ans au XIVe siècle, Paris, Claudin, 1879.

45 Grancey, aujourd’hui, Grancey-le-Château, Côte-d’Or.

46 Louvois, commune de la Marne, arr. d’Épernay.

47 BNF, Lorraine 85, f° 39. Sur l’usage des chevaux, et des hacquenées en particulier, voir Contamine Ph., « Le cheval « noble » aux XIVe-XVe siècles : une approche européenne », Académie des inscriptions et belles lettres, novembre 2008, Paris, p. 1721 et La guerre au Moyen Âge, Paris, 1980, p. 241.

48 Marie de Sarrebrück épousa Jean de Hangest, seigneur de Genlis, capitaine de Chauny.

49 Lett D., Famille et parenté, op. cit., p. 58. Le prénom Robert n’était pas à la fin du Moyen Âge le plus usité, il se situait loin derrière les « Jean ». À titre de comparaison, il représente seulement 5,2 % des prénoms dans l’espace parisien.

50 BNF, Lorraine 291, f° 67 (7 mai 1390).

51 Dumont Ch.-É., Histoire de la ville et des seigneurs de Commercy, Bar-le-Duc, Rollin, 1843, t. 1, p. 119.

52 Herméville est une commune de la Meuse, arr. de Verdun.

53 BNF, Collection Moreau, vol. 243, f° 74 ; François-Vivès S., Les seigneurs de Commercy, op. cit., p. 119.

54 Ibid., Lorraine 294, f° 41.

55 Coville A., Les premiers Valois et les débuts de la guerre de Cent Ans, Paris, 1910, rééd. 1980, p. 354 ; Autrand Fr., Charles VI. La folie du roi, Paris, 1986, p. 398.

56 Amé de Sarrebrück fut victime d’une embuscade à Condé-sur-Moselle, tendue par le duc de Lorraine, Charles II : ADMM, B 629, 101 et 102 (5 mars 1407).

57 BNF, Lorraine 292, f° 12, 10 novembre 1412.

58 Ibid., Lorraine 292, f° 49 (1er février 1414, n. s.). Conflans-en-Jarnisy, commune de Meurthe-et-Moselle.

59 Ibid., f° 18 ; François-Vivès S., Les seigneurs de Commercy, op. cit., p. 118.

60 Mirot L., « Autour de la paix d’Arras », BEC, no 75,1914, p. 253.

61 Enguerrand de Monstrelet, Chronique, op. cit., t. 3, p. 5. Sur les Bournonville : Schnerb B., Enguerrand de Bournonville et les siens. Un lignage noble du Boulonnais aux XIVe et XVe siècles, Paris, Presses de la Sorbonne, 1997, p. 129 ; Les Armagnacs et les Bourguignons, la maudite guerre, Paris, Perrin, p. 150.

62 Jean de Luxembourg (1392-1441), sire de Beaurevoir, comte de Ligny.

63 Schnerb B., Les Armagnacs et les Bourguignons, op. cit. p. 150 ; Finot J., La paix d’Arras (1414-1415), Nancy, 1906.

64 Le Bourgeois de Paris dresse du siège une situation pitoyable et évoque 11 000 morts : « Et si sachez que tous ceulx qui devant Arras avoient esté, ou la plus grant partie, quant ils venoient, estoient si descharnez, si palles, si empirez, qu’il sembloit qu’ilz eussent esté en prinson vi ou viii mois, au pain et à l’eaue, et n’en apporterent que pesché, et en mourut plus de xi mil quand ils vindrent à leur aise », Journal d’un bourgeois de Paris (1405-1449), Tuetey A. (éd.), Paris, Champion, 1881, p. 56 ; Jacquart D., L’épidémie du siège d’Arras (1414) d’après la description du médecin parisien Jacques Despars, 1975.

65 Enguerrand de Monstrelet, Chronique, op. cit., t. 3, p. 32.

66 BNF, Lorraine 292, f° 9 (5 juin 1412).

67 « Ci-gît la nourrice Thiphaine
La Maugine qui eut grand’peine
A nourrir de lait, en enfance,
Marie d’Anjou, reine de France
Et après son frère René »,
cité par J. Levron, Vie et mœurs du bon roi René, Paris, 1953, p. 31.

68 Alexandre-Bidon D. et Lett D., Les enfants au Moyen Âge, Ve-XVe siècles, Paris, Hachette, 2004, p. 99.

69 Husson de Wattronville. BNF, Lorraine 292, f° 22 et ibid., Lorraine 200, f° 22.

70 Lett D., Famille et parenté, op. cit., p. 175. Cependant, à la différence de ce que l’on peut observer ailleurs dans le royaume, les femmes de la noblesse lorraine ne voient pas leurs pouvoirs diminuer, même s’il est vrai que leur douaire, ici comme ailleurs, est devenu symbolique.

71 Jacques Le Goffévoque le cas de saint Louis, qui fut le premier roi de France à avoir connu son grand-père, qui reçut peut-être les confidences de l’homme mûr, Saint Louis, Paris, 1996, p. 706-707.

72 Lett D., Frères et sœurs, histoire d’un lien, Paris, Payot, 2009, p. 148.

73 ADMM, B 632, 11 (23 mars 1393).

74 Ibid., B 628, 69 (18 décembre 1389).

75 Isabelle de Châtillon était la fille de Jean de Châtillon, grand maître de France.

76 Jean devint seigneur d’Estanges. Gaucher d’Anglure, le troisième, fut capitaine de la ville de Reims.

77 Isabelle, sans doute mariée fort jeune, avait donc enfanté rapidement. Elle est décédée le 31 janvier 1413. Sur la fréquence des familles recomposées, voir Alexandre-Bidon D. et Lett D., Les enfants au Moyen Âge, op. cit., p. 98.

78 Journal contenant le voyage faict en Hierusalem et autres lieux de dévotion, tant en terre Saincte qu’en Ægypte par Ogier d’Anglure et Simon de Sarebruche, en l’année 1395, écrit à leur retour de Terre sainte, l’été 1396. Ce texte longtemps, conservé à la Bibliothèque de l’Arsenal, est aujourd’hui détenu par la Bibliothèque nationale de France : BNF, fr. 15217. Voir Grabois A., Le pèlerin occidental en Terre sainte au Moyen Âge, Bruxelles, De Boeck, 1998. ; Leroquais V., Les Pontificaux manuscrits des bibliothèques publiques de France, 3 vol., Paris, 1937, t. II, p. 40 ; Svatek J., Discours et récits de nobles voyageurs à la fin du Moyen Âge, thèse dactyl., Schnerb B. et M. Nejedly (dir.), Lille, 2012.

79 Bonnardot Fr. et Longnon A., Le Saint voyage de Jherusalem du seigneur d’Anglure, Paris, 1878 ; de Martoni N. et Tarayre M., Vers Jérusalem : itinéraires croisés au XIVe siècle, Paris, Belles Lettres, 2008.

80 Des chevaliers messins ont fait le pèlerinage de Jérusalem en 1395. Voir Schneider J., « Un gentilhomme de ville : sire Nicole Louve, citain de Metz (1387-1462) », La Noblesse au Moyen Âge, Contamine Ph. (dir.), Paris, PUF, 1976, p. 175-202.

81 Œuvres de Georges Chastellain, éd. K. de Lettenhove, Bruxelles, t. VII, 1971, p. 9 ; Schnerb B., « L’éducation d’un jeune noble à la cour de Philippe le Bon d’après les Enseignements paternels de Ghillebert de Lannoy », J. Paviot (dir.), Liber amirocum Raphaël de Smedt, tome III, Historica, Louvain, 2001, p. 113-132.

82 Fourcade S., « De l’université au château : les précepteurs des enfants nobles en France à la fin du Moyen Âge », Universitas scolarium, Mélanges offerts à Jacques Verger, Giraud C. et Morard M. (dir.), Genève, Droz, 2011, p. 549-568.

83 Kupper J.-L., « L’oncle maternel et le neveu dans la société du Moyen Âge », Bulletin de la classe des lettres et des sciences morales et politiques de l’Académie royale de Belgique, 2004, p. 247-262.

84 C’est le cas de Philippe de Nassau-Sarrebrück (1384-1429), qui fut confié, lorsqu’il était mineur à son oncle, Gérard de Blankenheim, l’évêque de Strasbourg ; Schnerb B., Enguerrand de Bournonville, op. cit., p. 146 ; Autrand Fr., Charles VI, op. cit., p. 384.

85 Clouet L., Histoire de Verdun et du pays verdunois, Verdun, 1867-1870, 3 vol., t. 3, p. 395.

86 François-Vivès S., Les seigneurs de Commercy, op. cit., p. 105.

87 Roussel N., Histoire ecclésiastique et civile de Verdun, 1863 ; Clouet L., Histoire de Verdun, op. cit., t. 3, p. 395 et suiv. ; Dom Calmet, Histoire de la Lorraine, op. cit.

88 Il reçut de Wenceslas le titre de comte palatin et le grand manteau à trois rubans d’or, dont il se revêtit pour entrer à Verdun (Gallia Christiana, t. XIV, c. 1229), Servais V., Annales historiques du Barrois, op. cit., t. 2, p. 374. Jean de Sarrebrück a composé le cérémonial qui devait être observé à l’entrée d’un nouvel évêque de Verdun, Ch.-L. Hugo, Sacrae Antiquitatis Monumenta, 1731, p. 648.

89 Étrelles-sur-Aube, commune de l’Aube, arr. de Nogent-sur-Seine.

90 Fère-Champenoise, commune de la Marne, arr. d’Epernay.

91 Son tombeau est encore aujourd’hui dans la nef de la cathédrale.

92 Ce geste s’est matérialisé par le don d’une coupe de bois. Mandement de Charles d’Orléans (5 avril 1437, Londres) : BNF, lat. 5211A, f° 69. Voir également : Barré L.-C., « Charles d’Orléans, l’évêque Jean de Sarrebrück et la librairie de la cathédrale de Châlons », BEC, 1941, no 102, p. 298-300. La Bibliothèque nationale possède un manuscrit issu de cette bibliothèque, marqué des armes de l’évêque et de la famille de Sarrebrück : « d’azur semé de croisettes recroisetées au pied fiché d’or, au lion d’argent lampassé de gueules, armé et couronné d’or, l’écu posé sur une crosse tournée à dextre ».

93 S’il s’agit d’un écolâtre, il a naturellement suivi une formation à l’université de Paris, parfois jusqu’au grade de maître, plus rarement jusqu’à celui de docteur, Sarah Fourcade, « De l’université au château », op. cit., p. 551. On pourrait citer le cas du précepteur de Louis II de la Trémoille (1460-1525) : voir Vissière L., « Sans poinct sortir hors de l’orniere ». Louis II de la Trémoille, Paris, Champion, 2008, p. 460.

94 Plusieurs portent son paraphe, voir par exemple : BNF, Lorraine 292, f° 52-53.

95 Smith M., « Autour des lettres des La Trémoille : quelques aspects de la culture écrite de la renaissance », Défendre ses droits, construire sa mémoire, op. cit., p. 223-246.

96 Ibid., f° 12.

97 Voir Schnerb B., Enguerrand de Bournonville, op. cit.

98 Depuis l’époque mérovingienne, des nutritores sont chargés d’accueillir ces enfants de la branche maternelle pour les former. On parlera plus tard de commendatio.

99 Berry C., Les Luxembourg-Ligny, op. cit., t. 2, p. 534.

100 Jean de Bueil, Le Jouvencel, éd. Lecestre et Favre, 2 vol., Paris, Renouard, 1887-1889, p. 21 et suiv. Le Jouvencel, ou Jouvencel introduit aux armes, est sous sa forme romanesque un véritable traité d’éducation militaire et morale qui s’appuie sur des exemples et des allusions historiques.

101 Un entraînement qui n’est pas sans rappeler celui de l’initiation du jeune hoplite en Grèce ancienne.

102 C’était l’âge de la majorité pour un roi de France ou un prince des fleurs de lys. L’ordonnance de 1374 fixa la majorité à quatorze ans. Le roi convoquait parfois l’ost en réclamant le service des pages dès cet âge. C’était aussi un âge suffisant pour entrer en politique, Autrand Fr., « Pouvoir et savoir à la cour du duc d’Orléans », Autour de Charles duc d’Orléans. Célébration du 600e anniversaire de sa naissance, Bulletin de l’Association des Amis du Centre Jeanne d’Arc, hors série no 2, p. 17 ; « La force de l’âge : jeunesse et vieillesse au service de l’État aux XIVe et XVe siècles », L’État et les aristocraties (France, Angleterre, Écosse, XIIe-XVIIIe siècle), Contamine Ph., Presses de l’École normale supérieure, Paris, 1989, p. 51-78.

103 Dumont Ch.-E., Histoire de la ville et des seigneurs de Commercy, op. cit., t. 1, p. 260.

104 Aurell M., La noblesse en Occident, op. cit., p. 165.

105 Jeanne de Roucy (1404-1459) était la fille de Jean VI Antoine du Moulin, seigneur de Roucy (mort à Azincourt) et d’Elisabeth de Montaigu, fille de Jean de Montaigu. Le testament de la comtesse de Roucy, qu’elle fit rédiger en 1439, nous a été conservé. Jeanne de Roucy y donne le comté de Roucy à Jean son second fils, à la charge de prendre le nom et les armes de Roucy. Elle décéda le 3 septembre 1459 et fut enterrée dans la chapelle de Dreux de l’abbaye de Saint-Yved, à Braine, Melleville M., « Notice historique et généalogique », Bulletin de la société académique de Laon, t. VIII, 1859, p. 234-238 ; Moret de la Fayolle P., Histoire généalogique de la maison de Roucy et de Roye, Paris, 1675, p. 177 et suiv. ; Prioux S., Monographie de l’ancienne abbaye royale de Saint-Yved de Braine, Paris, 1859 ; Teuscher A., Das Prämonstratenserkloster Saint-Yved in Braine als Grablege der Grafen von Dreux, Bamberg, 1990.

106 La grand-mère maternelle de Dunois était aussi une Roucy, ce qui explique le lien entre les deux familles.

107 Élisabeth de Marcoussis (1397-1429) était la fille de Jean de Montaigu (v. 1349-1409), seigneur de Marcoussis, fils de Girard, secrétaire de Charles V. Il consacra sa fortune à l’édification du château de Marcoussis et s’attira les foudres du duc de Bourgogne. En 1409, celui-ci le fit arrêter. Jean de Montaigu fut décapité après un procès sommaire, le 17 octobre 1409. Robert de Sarrebrück entama un contentieux au sujet du château de Marcoussis, du fait de l’héritage de sa femme. Voir la généalogie des Montaigu dans Gonzalez E., Un prince en son Hôtel. Les serviteurs des ducs d’Orléans au XVe siècle, Publications de la Sorbonne, Paris, 2004, p. 216.

108 Il avait, comme Amé de Sarrebrück, signé le manifeste de Saint-Ouen.

109 Pierre de Bourbon-Préaux (1390-1422), chevalier, fut commandant du château de Rouen en 1416.

110 Roucy, commune de l’Aisne, arr de Laon, en Champagne, Bur M. (dir.), Histoire de Laon et du Laonnois, Privat, 1987, p. 49.

111 Braine, commune de l’Aisne. L’abbaye de Saint-Yved fut la nécropole des comtes de Dreux.

112 Pierrepont, commune de l’Aisne, arr. de Laon, Bur M. (dir.), Histoire de Laon, op. cit. p. 49.

113 Trois domaines situés dans l’arrondissement de Laon.

114 Contra Moret de la Fayolle P., Histoire généalogique de la maison de Roucy et de Roye, Paris, 1675, p. 177-178 et Melleville M., « Notice historique et généalogique », op. cit., p. 234-238.

115 BNF, Lorraine 292, f° 54 (1437).

116 Ibid., f° 58, 11 mars 1440 (n. s.).

117 Archives de la ville de Strasbourg (désormais am Strasbourg), Correspondance politique, AA 183 (1444), citée par Tuetey A., Les Écorcheurs, 2 vol., Paris, Renouard, 1881, t. 1, p. 157. Le cadet épousera la deuxième fille de Dunois, Catherine (Testament de Dunois, BNF, Nouvelles acq. françaises, no 9647).

118 BNF, Lorraine 292, f° 55-56 (à propos de Wail) et ibid., Lorraine 401, f° 107-108 (à propos de Catherine). Près de mourir, Robert dote sa fille naturelle, Catherine, de 500 francs pour aider à son remariage, le 28 avril 1462.

119 Charbonnier P., Guillaume de Murol, op. cit., p. 92.

120 Schnerb B., Enguerrand de Bournonville et les siens, op. cit., p. 95.

121 Schnerb B., Bulgnéville (1431), op. cit.

122 Dumont Ch.-É., Histoire de la ville et des seigneurs de Commercy, op. cit., t. 1, p. 221, reprenant les propos du chroniqueur lorrain Bournon : BNF, ms fr. 1371, f° 269.

123 Vissière L., Louis ii de la Trémoille, Paris, Champion, 2008, p. 413.

124 Charbonnier P., Guillaume de Murol, op. cit., p. 63.

125 Antoine de Bournonville ; Schnerb B., Enguerrand de Bournonville et les siens, op. cit., p. 77.

126 Dumont Ch.-É., Histoire de la ville et des seigneurs de Commercy, op. cit., t. 1, p. 206 ; Jean Moreri, Le grand dictionnaire historique, op. cit., p. 514.

127 Le cardinal de Retz se plaignait encore deux siècles plus tard du statut discriminant de l’enfant tonsuré, Mémoires du cardinal de Retz, Feillet A. et alii, Paris, Hachette, 10 vol., 1870-1896, t. 1, p. 241.

128 Chroniques de la ville de Metz, éd. Huguenin J.-F., Metz, 1838, p. 202.

129 Schnerb B., Enguerrand de Bournonville, op. cit., p. 157 et suiv.

130 Foisil M., Le sire de Gouberville, un gentilhomme normand au XVIe siècle, Paris, 1981 ; Constant J.-M., La vie quotidienne de la noblesse française aux XVIe et XVIIe siècles, Paris, 1985.

131 Sur l’itinérance : Paravicini-Bagliani A. et alii (dir.), L’itinérance des seigneurs (XIVe-XVIe siècles), Lausanne, 2003.

132 La Ville-sur-Tourbe, aujourd’hui chef-lieu de canton du département de la Marne.

133 BNF, Lorraine 292, f° 22 et ibid., Lorraine 200, f° 22. Une lettre de Charles VI, datée du 30 mars 1415, est adressée aux prévôts de Vitry et de Sainte-Ménehould, suite à la requête de Marie de Châteauvillain et de son beau-frère, Jean de Hangest, conseiller et chambellan du roi, au sujet de la forteresse de Commercy, à cause de son douaire et parce que Commercy a été mise à sac ; Aubert de la Chesnayes-Dubois Fr.-A., Dictionnaire de la noblesse, 1784, vol. 14, p. 658 ; Picard P. B., Histoire ecclésiastique, civile et politique de la ville et du diocèse de Toul, Toul, A. Laurent, 1707, p. 134 ; de Liège L., Histoire des Évêques de Verdun, repris par Dom Calmet, Histoire de la Lorraine, op. cit., t. 4, p. 567. Bertrand Schnerb indique que Jean de Hangest est décédé au siège d’Arras (1414), en même temps qu’Amé de Sarrebrück, Les Armagnacs et les Bourguignons, op. cit., p. 152. Cette pièce tend à prouver le contraire. À moins qu’une confusion ne se soit instaurée avec son fils Jean. Les Hangest étaient d’origine picarde, et possessionnés en Normandie. Jean VI était conseiller-chambellan du roi Charles VI et gouverneur de Bretagne.

134 Voir la lettre du 26 février 1415 portant règlement d’un différend entre Marie de Châteauvillain, veuve d’Amé, et Philippe de Nassau selon la « bourfride de Commarcey », BNF, Lorraine, 292, f° 21.

135 Il existe un document sur cette transaction. Au 4 mars 1415, on indique que madame de Commercy « a fait le compte aux compagnons de Vauchelin de la Tour au lieu de Preny pour le service qu’ils ont fait au duc de Bar au lieu d’Estain », ADMM, B 629, 112. Vauchelin de la Tour appartenait à la famille de la Tour-en-Voivre, de Courcelles M., Dictionnaire universel de la noblesse de France, 1821, p. 197-198.

136 Lecoy de La Marche A., Le roi René, sa vie,… op. cit., Favier J., Le roi René, Fayard, Paris, 2008 ; Poull G., La maison ducale de Lorraine, Rupt-sur-Moselle, 1968.

137 Louis de Bar (vers 1370 – 1430), était le fils de Robert de Bar. Il fut évêque de Châlons de 1413 à 1420, puis évêque de Verdun de 1419 à sa mort. Il hérita du duché de Bar en 1415 et fut l’artisan du rapprochement des deux duchés, Poull G., La maison souveraine et ducale de Bar, Rupt-sur-Moselle, 1994.

138 « Ils s’imposèrent entre autres obligations, celles de s’entr’aimer, de se secourir mutuellement et de recourir à l’autorité ducale pour la solution des différends qui s’élèveraient entre eux. […] Le chef de l’association, élu pour un an, portait le titre de Roi. L’insigne distinctif de l’ordre était un lévrier blanc, ayant au cou un collier portant les mots : “Tout ung” », Servais V., Notice historique sur l’ordre de Saint-Hubert du duché de Bar, Paris, 1868.

139 Duvernoy É., « Documents sur les débuts de René d’Anjou dans les duchés de Lorraine et de Bar (1419-1431) », Annuaire de la Société d’histoire et d’archéologie de la Lorraine, 1930, p. 55 et suiv. ; Parisse M., La noblesse lorraine, XIe-XIIIe siècles, Lille, 1976 et article « Commercy », Lexikon des Mittelalters, Munich, 1986, t. 3, col. 83-84.

140 Charles II était le fils aîné du duc Jean Ier et de Sophie de Wurtemberg, il succéda à son père en 1390, Géant P., « Étude sur le règne de Charles II de Lorraine, 1390-1431 », Annales de l’Est, 1902, p. 432-447.

141 ADMM, B 532, 62 et 3F 438, no 197-200.

142 BNF, Lorraine 291, f° 69 (25 novembre 1419). Luce S., Jeanne d’Arc à Domrémy op. cit., p. xiv et p. 301-305 ; Quicherat J., Procès, op. cit., p. 420-426.

143 Parisse M., Histoire de la Lorraine, t. 3 : Austrasie, Lotharingie, Lorraine, PUN, 1990, p. 213 et suiv. : « Les Orléanais en Lorraine » ; Nordberg M., Les ducs et la royauté : études sur les rivalités des ducs d’Orléans et de Bourgogne : 1392-1407, Uppsala, 1964.

144 Schnerb B., L’État bourguignon. 1363-1477, Paris, Perrin, 1999, p. 95.

145 Richard J., « La Lorraine et les liaisons internes de l’état bourguignons », Le Pays lorrain, 1977, no 58, p. 133 et suiv. ; Schnerb B., L’État bourguignon, op. cit., p. 223-224.

146 Pocquet du Haut-Jussé B., « Les pensionnaires fieffés des ducs de Bourgogne de 1352 à 1419 », Mémoires de la Société pour l’histoire du droit et des anciens pays bourguignons, Dijon, 1942, p. 137-150.

147 Louis d’Orléans (1372-1407), frère de Charles VI, fut assassiné le 23 novembre 1407 ; Schnerb B., Les Armagnacs et les Bourguignons, op. cit., p. 70 ; Jarry E., La vie politique de Louis de France, duc d’Orléans, 1372-1407, Genève, 1976, p. 53.

148 Rapp Fr., Le Saint Empire romain germanique, Paris, Tallandier, 2000, p. 279.

149 ADMM, 3 F 438, f° 197-200. Mohr W., Geschichte des Herzogtums Lothringen, Teil IV, Sarrebrück-Trèves, Akademische Buchhandlung Interbook, 1986 p. 44.

150 Le 3 mars 1406, Philippe de Nassau-Sarrebrück devient vassal du duc d’Orléans contre une pension de 1000 francs : ANF, K 57 A, no 12.

151 À cette date, Louis d’Orléans racheta au margrave de Moravie, Josse de Luxembourg, ses droits sur le duché de Luxembourg, Autrand Fr., Charles VI, op. cit., p. 386 ; Schnerb B., Les Armagnacs et les Bourguignons, op. cit., p. 48 ; Yante J.-M., « Louis d’Orléans, mainbour et gouverneur du Luxembourg (1402-1407). Dessein politique et action extérieure », Entre royaume et empire : frontières, rivalités, modèles. Rencontres de Porrentruy, 27-30 septembre 2011, Publication du Centre européen d’études bourguignonnes, 2002, p. 35-53.

152 Rivière Ch., Une principauté d’Empire, op. cit., p. 337.

153 Hue d’Autel, seigneur d’Apremont, était le petit-fils d’un sénéchal du Luxembourg.

154 Gérard de Boulay, seigneur du Luxembourg, était chambellan de Louis Ier d’Orléans et membre de la Ligue des quatre seigneurs.

155 Le comté de Salm dans les Ardennes, Salm-Reifferscheid à partir de 1415.

156 Schneider J., La ville de Metz aux XIIIe et XIVe siècles, Nancy, 1950.

157 Bégin É.-A., Biographie de la Moselle, op. cit., t. 4, p. 44.

158 François-Vivès S., Les seigneurs de Commercy, op. cit., p. 113-114.

159 Chronique du doyen de Saint-Thiébaut, publiées par Dom Calmet, Histoire de la Lorraine, op. cit., t. 5, preuves, col. 35 ; François-Vivès S., Les seigneurs de Commercy, op. cit., p. 115. Mais celle-ci fait erreur sur les seigneurs de la coalition (distinguant Philippe de Sarrebrück-Nassau et le comte de Nassau, qui en réalité ne forment qu’un). Voir également Rivière Ch., Une principauté d’Empire, op. cit., p. 326 et suiv.

160 ADMM, B 889, no 137. Repris dans Rivière Ch., ibid., p. 337 : « Item est chargez messire Amé de Sairebruche de l’argent que mondit seigneur d’Orlians doit faire aux dits seigneurs, lequel a raportez que ilz auront six mille frans. »

161 ADMM, B 629, 101 et 102. Victor Servais, Annales historiques du Barrois, op. cit., t. 2, p. 399-400 ; Poull G., La maison ducale de Lorraine, op. cit., p. 85. Ce n’était pas la première détention qu’Amé de Sarrebrück dut subir, il avait déjà été capturé une première fois par Yolande de Bar.

162 Aimond Ch., Les relations de la France et du Verdunois (1270-1552), Paris, 1910, p. 227.

163 Schneider J., La ville de Metz, op. cit., p. 500 ; Autrand Fr., Charles VI, op. cit., p. 360.

164 Dumont Ch.-É., Histoire de la ville et des seigneurs de Commercy, op. cit., t. 1, p. 202.

165 Schneider J., La ville de Metz, op. cit., p. 500 et 501. ; Poull G., La maison ducale de Lorraine, op. cit., p. 86.

166 ADMM, B 585, no 164, Rivière Ch., Une principauté d’Empire, op. cit., p. 347.

167 ADMM, B 629, 102 (9 août 1408).

168 Ibid., 100 et 101, 27 juillet 1408.

169 Ibid., 102.

170 Si l’on en croit Dumont Ch.-É., Histoire de la ville, op. cit., t. 1, p. 199 et suiv.

171 Jean d’Autel, seigneur d’Apremont, fut un fidèle d’Amé de Sarrebrück, puis de son fils Robert.

172 BNF, Lorraine 6, f° 105 et Lorraine 5bis, f° 134, 12 août 1409.

173 Ibid., Lorraine 5bis, f° 135, 12 septembre 1409.

174 Ibid., f° 138-139, 10 décembre 1409.

175 Ibid., Lorraine 6, f° 105.

176 Frère de Pierre de Luxembourg, neveu de Waléran de Luxembourg.

177 Comte de Brennes, puis de Saint-Pol, comte de Ligny. Pierre de Luxembourg (1390-1433) fut un allié des Anglais, et devint le gendre du duc de Bedford.

178 Enguerrand de Monstrelet, Chronique, op. cit., t. 2, p. 209.

179 Journal d’un Bourgeois de Paris, op. cit. p. 11.

180 ANF, carton J 359, pièce 28.

181 Enguerrand de Monstrelet, Chronique, op. cit., t. 2, p. 209 ; Schnerb B., Les Armagnacs et les Bourguignons, op. cit., p. 117.

182 Édouard de Bar (1377-1415) était le fils de Robert de Bar et de Marie de France. Duc de Bar en 1411, il fut tué à Azincourt, Enguerrand de Monstrelet, Chronique, op. cit., t. 2, p. 345 ; Rivière Ch., Une principauté d’Empire, op. cit., p. 360 ; Girod E., Charles II, duc de Lorraine (13901431), ses relations politiques avec la France et l’Empire de 1390 au 24 octobre 1420, Nancy, 1912, p. 125-131.

183 BNF, Lorraine 239, f° 91. Eugène Girod, Charles II, duc de Lorraine, op. cit., p. 117.

184 François-Vivès S., Les seigneurs de Commercy, op. cit., p. 117.

185 ADMM, B 629, 106-1. Au XVe siècle, la queue équivalait à 405 litres, soit ici une quantité de plus de 12 000 litres de vin !

186 Ibid., B 631, no 125.

187 BNF, Lorraine 292, f° 17 et Lorraine 293, f° 12 (confirmation le 26 septembre 1413).

188 Ibid., f° 18.

189 À la même période Amé de Sarrebrück s’était vu confier la garde de la forteresse de Pierrefonds et de la ville de Vertus (Archives départementales du Loiret, 6J8, no 43). Le 21 janvier 1413, Charles d’Orléans avait élargi les pouvoir d’Amé sur les terres qu’il lui avait confiées et il lui octroya 500 livres tournois de pension, en plus de ses gages de 1200 livres tournois : BNF, nouv. Acq. Fr. 3641, 669. Charles d’Orléans continuait d’entretenir une correspondance avec Amé. Voir ibid., cab. des titres, P. O., 1821, no 2 (1410) ; cité par Élisabeth Gonzales, Un prince en son hôtel, op. cit., cd rom.

190 Comptes de Jean Paynot, AD Meuse, B 4680 (1412-1413). François-Vivès S., Les seigneurs de Commercy, op. cit., p. 118.

191 Enguerrand de Monstrelet, Chroniques, op. cit., t. 2, p. 345-351.

192 ADMM, B 523, no 54. Rivière Ch., Une principauté d’Empire, op. cit., p. 362.

193 Enguerrand de Monstrelet, Chroniques, op. cit., t. 3, p. 5-8.

194 Ibid., t. 3, p. 24 et p. 32.

195 Michel Parisse, face à cette imbrication, ajoute : « Si les zones de domination ou d’implantation des différents princes se laissent percevoir sans difficulté, une délimitation vraiment précise des territoires s’avère impossible », Austrasie, Lotharingie, op. cit., p. 203. Dans un autre de ses ouvrages, il précise : « Si l’on s’en tenait à ces quatre ou cinq unités [temporels des évêchés, duché de Lorraine, comté de Bar] la représentation cartographique serait encore assez simple, mais ici ou là des comtés vassaux se sont formés à l’intérieur d’ensembles plus vastes, tandis qu’à un échelon inférieur, les châtellenies et les seigneuries coexistent partout », Histoire de la Lorraine, Toulouse, 1977, p. 153-154.

196 J’utiliserai parfois le terme d’« Allemagne » par facilité de langage pour désigner l’Empire germanique. On trouve d’ailleurs au XVe siècle, le terme d’« Allemeigne ».

197 J’emploie l’expression « espace lorrain » à dessein pour ne pas le confondre avec le duché de Lorraine. La Lorraine n’a d’ailleurs jamais constitué une province parfaitement identifiable. Elle porte une identité culturelle, mais ne correspond pas à une construction politique.

198 Sur la question des frontières, voir Schneider R. (dir.), Les principautés au Moyen Âge. Actes des Congrès de la SHMESP, Bordeaux, 1979 ; Grenzen und Grenzregionen. Frontières et régions frontalières, Sarrebrücken, 1993 ; Margue M. et Pettiau H. (dir.) La Lotharingie en question : identités, oppositions, intégrations. Actes des 14e journées lotharingiennes, CLUDEM, Luxembourg, 2012. Voir encore le mémoire de maîtrise de E. Valette, : Les limites de la Franche-Comté, de la Lorraine et du Barrois aux XIVe et XVe siècles, Locatelli R. (dir.), université de Franche-Comté, 1994 ;

199 Par le traité de Bruges du 4 juin 1301, le comte de Bar, Henri III, dut rendre hommage au roi de France pour ce qui devint le « Barrois mouvant », Parisse M., « Le Barrois mouvant », Cahiers de l’Association interuniversitaire de l’Est, vol. 19, 1973, p. 234-246.

200 Le terme « frontière » s’imposa au XIVe siècle, alors que l’on parlait plutôt de « marche » antérieurement. C’est par le bornage de 1299 que le roi matérialisa le concept. Les frontières internes des principautés demeurent, elles, impossible à tracer, Rivière Ch., Une principauté d’Empire, op. cit., p. 38 et suiv. ; Bur M., « Recherches sur la frontière dans la région mosane aux XIIe et XIIIe siècles », Principautés et territoires et études d’histoire lorraine. Actes du 103e Congrès national des Sociétés savantes, Nancy-Metz, 1978, Paris, 1979, p. 153.

201 Poull G., La maison ducale de Lorraine, op. cit., p. 84-90.

202 Vèzelise, commune de Meurthe-et-Moselle. François M., Histoire des comtes et du comté de Vaudémont, Nancy, 1935.

203 Il fut érigé en duché en même temps que son voisin le duché de Luxembourg.

204 Foug, commune de Meurthe-et-Moselle. Située sur la voie romaine, ancienne villa royale, résidence du duc de Bar. C’est là que fut signé le « traité de Foug », qui marqua l’alliance de la maison d’Anjou et de celle de Lorraine.

205 Aujourd’hui Pont-à-Mousson (Meurthe-et-Moselle).

206 Brixey, aujourd’hui Brixey-aux-Chanoine, département de la Meuse.

207 Aujourd’hui Void-Vacon, commune de la Meuse.

208 Schneider J., La ville de Metz aux XIIIe et XIVe siècle, Nancy, 1950.

209 Sous l’Antiquité, Verdun était une capitale commerciale spécialisée dans la vente des esclaves.

210 En fait, une partie de Domrémy, celle où se trouvait la maison de la famille d’Arc, l’autre relevant du Barrois.

211 Méry-sur-Seine, commune de l’Aube, arr. de Nogent-sur-Seine.

212 ANF, JJ 70, no 372, f° 179 v° et 180. Luce S., Jeanne d’Arc à Domrémy, op. cit., p. 21.

213 Ordonnance des roys de France de la troisième race, t. IV, p. 582-583.

214 Ce n’est pas par hasard si dans ce territoire prit forme la réaction de 1429, illustrée par Jeanne d’Arc, Voir Jeanne d’Arc. Histoire et dictionnaire, Contamine Ph., Bouzy O., Hélary X. (dir.), Paris, 2012.

215 Marot P. « Notes sur l’intrusion bourguignonne en Lorraine au XVe siècle, les Neufchâtel et la maison d’Anjou », Annales de l’Est, 44, 1930, p. 21-36.

216 Lors des négociations pour la libération de René d’Anjou, l’envoyé du duc de Milan, Candido Decembrio, en dévoile l’enjeu : « il sait bien que le roi René est dans l’impuissance de payer, mais il veut un gage, et ce gage est le duché de Bar », Archives de Milan, Dominio Visconteo (anno 1435), Lecoy de La Marche A., Le roi René, op. cit., t. 2, p. 117.

217 Épinal, préfecture des Vosges.

218 Sarrebourg, commune de la Moselle.

219 Vic, aujourd’hui Vic-sur-Seille, commune de la Moselle.

220 Marsal, commune de la Moselle. Marsal est située sur la Seille et, comme elle, son nom est tiré des salines, exploitées de façon massive depuis l’Antiquité.

221 Il avait participé à la croisade de Tunis en 1391, à celle de Nicopolis en 1396 avec Jean de Nevers, fils de Philippe le Hardi, et à celle qui fut conduite en Livonie par les chevaliers Teutoniques en 1399.

222 Sur la question de la nation, voir Beaune C., Naissance de la nation France, Paris, Gallimard, 1985 ; plus récemment, Jean-Marie Moeglin, « Nation et nationalisme du Moyen Âge à l’époque moderne », RH, 611 (1999), p. 537-553.

223 Parisse M., Noblesse et chevalerie en Lorraine médiévale. Les familles nobles du XIe au XIIIe siècle, Nancy, 1982, p. 210-220.

224 Parisse M., La noblesse lorraine, op. cit., p. 778-784.

225 Même si les ducs de Lorraine et de Bar continuèrent de jouir de leur droit de sauvegarde sur Toul et sur Verdun.

226 Le traité tomba rapidement, Rivière Ch., Une principauté d’Empire, op. cit., p. 228.

227 Grand, commune du département des Vosges, située à la limite de la Haute-Marne.

228 ANF, JJ 582, f° 24, 19 novembre 1366.

229 Bubenicek M., Quand les femmes gouvernent, Yolande de Bar : droit et politique au XIVe siècle, Paris, 2002.

230 François-Vivès S., Les seigneurs de Commercy, op. cit., p. 86.

231 Aimond Ch., Les relations de la France et du Verdunois, op. cit., p. 161-174.

232 Lot F. et Fawtier R., Histoire des institutions françaises, Paris, 1957-1958.

233 Cité par Girod E., Charles II, duc de Lorraine, op. cit., p. 59.

234 Rivière Ch., Une principauté d’Empire, op. cit., p. 255 ; Aimond Ch., Les relations de la France et du Verdunois, op. cit., p. 195-220.

235 Promulguée en 1356, la Bulle d’Or délimite en théorie de manière stricte la fehde (faide), Rapp Fr., Les origines médiévales de l’Allemagne moderne, de Charles IV à Charles Quint (1346-1519), Paris, 1989, p. 35.

236 Les pays de l’Entre-Deux au Moyen Âge : questions d’histoire du territoire d’Empire entre Meuse, Rhône et Rhin. Actes du 113e congrès national des Sociétés savantes, Strasbourg, 1988 ; Hoensch J.-K., Keiser Sigismund. Herrscher an der Schwelle zur Neuzeit, 1368-1437, Munich, 1996.

237 Gilles Le Bouvier, Le Livre de la description des pays, op. cit., p. 110.

238 Ibid, p. 112-113 ; Marot p., « Les voyages de Gilles le Bouvier en Lorraine en 1450 et sa présence à l’expédition du recouvrement de Normandie », Le Moyen Âge, 1926, p. 283 et suiv.

239 Cité par Parisse M., Austrasie, Lotharingie…, op. cit., p. 50.

240 Idem.

241 Il est probable que les Allemands auxquels Froisart fait référence soient principalement des Lorrains, Jean Froissart, Chroniques, op. cit., t. XIV, p. 5.

242 La chronique du religieux de Saint-Denys, t. III, chap. VI, liv. XXXVIII, p. 133-135, éd. Bellaguet, Paris, 1839-1852.

243 Les chroniques de la ville de Metz, éd. Huguenin J.-F., op. cit., p. 103.

244 Gilles le Bouvier, Le Livre de la description des pays, op. cit., p. 113.

245 Les nobles de Picardie ou du Vermandois revendiquent aussi cette même coutume autorisant les guerres nobiliaires, « bien enracinee ou pays du Vieil Pelerin, c’est assavoir en Piquardie et es Marches d’entour », pour reprendre les mots de Philippe de Mézières, Le songe du Vieil Pelerin, Coopland G. (éd.), Cambridge, 1969, 2 vol., t. 2, p. 146.

246 ADMM, B 631, 89-Z 19 (22 mai 1443).

247 Cazelles R., « La réglementation de la guerre privée de saint Louis à Charles V et la précarité des ordonnances », RHDFE, 38, 1960, p. 530-548 ; Kaeuper R. W., Guerre, justice et ordre public, op. cit., p. 221-251.

248 Pierre Clément Timbal, La guerre de Cent Ans vue à travers les registres du Parlement, Paris, CNRS, 1962.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site