Versión clásicaVersión móvil

Entre violence et conciliation

 | 
Jean-Claude Caron
, 
Frédéric Chauvaud
, 
Emmanuel Fureix
, 
et al.

Troisième partie. Seuils de tolérance et évolution des sensibilités

L’homme sensible et l’homme cruel au xixe siècle. La violence politique et les seuils du tolérable

Frédéric Chauvaud

Pueden acceder a los formatos HTML, PDF y ePub los usuarios de bibliotecas e instituciones que lo hayan adquirido en el marco de OpenEdition Freemium for Books. La obra podrá ser comprada de igual modo en formato PDF y ePub en los sitios web de nuestras librerias asociadas. Si la edición papel se encuentra disponible, tendrá enlaces a disposición para dirigirse a las librerías desde esta página.

Extracto del texto

Ils n’ont ni les yeux exorbités, ni l’écume à la bouche, ni ne participent à quelque sabbat nocturne, et pourtant, presque placidement, les vainqueurs des guerres civiles ont mis sur leurs autels « la férule rationaliste » et le massacre au nom de la défense de la société ou de la défense de la civilisation. De la sorte, quelles que soient les horreurs de la guerre civile, le massacre est présenté comme nécessaire, organisé avec méthode et accepté par le plus grand nombre. Le recours à la brutalité l’emporte de manière systématique sur la recherche de la conciliation. Observateur singulier de la Semaine sanglante, l’aîné des Goncourt, qui vit les événements comme une sorte d’exécutoire à ses malheurs personnels, écrit dans son journal : « C’est bon. Il n’y a eu ni conciliation ni transaction. La solution a été brutale. Ç’a été de la force pure. La solution a retiré les âmes des lâches compromis1. » Avec une économie de mots : conciliation, transaction, compromis, force, brutalité, t...

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search