Version classiqueVersion mobile

Entre violence et conciliation

 | 
Jean-Claude Caron
, 
Frédéric Chauvaud
, 
Emmanuel Fureix
, 
et al.

Troisième partie. Seuils de tolérance et évolution des sensibilités

L’homme sensible et l’homme cruel au xixe siècle. La violence politique et les seuils du tolérable

Frédéric Chauvaud

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Ils n’ont ni les yeux exorbités, ni l’écume à la bouche, ni ne participent à quelque sabbat nocturne, et pourtant, presque placidement, les vainqueurs des guerres civiles ont mis sur leurs autels « la férule rationaliste » et le massacre au nom de la défense de la société ou de la défense de la civilisation. De la sorte, quelles que soient les horreurs de la guerre civile, le massacre est présenté comme nécessaire, organisé avec méthode et accepté par le plus grand nombre. Le recours à la brutalité l’emporte de manière systématique sur la recherche de la conciliation. Observateur singulier de la Semaine sanglante, l’aîné des Goncourt, qui vit les événements comme une sorte d’exécutoire à ses malheurs personnels, écrit dans son journal : « C’est bon. Il n’y a eu ni conciliation ni transaction. La solution a été brutale. Ç’a été de la force pure. La solution a retiré les âmes des lâches compromis1. » Avec une économie de mots : conciliation, transaction, compromis, force, brutalité, t...

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search