Version classiqueVersion mobile

Entre violence et conciliation

 | 
Jean-Claude Caron
, 
Frédéric Chauvaud
, 
Emmanuel Fureix
, 
et al.

Deuxième partie. Agir face au conflit : un jeu de techniques

Le recouvrement de l’impôt en France de 1848 à 1907 : les usages sociaux et politiques de la violence et de la conciliation.

Nicolas Delalande

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Quelle attitude l’état et les fonctionnaires doivent-ils adopter face au mauvais vouloir des contribuables ? Cette question se pose durant toute la première moitié du xixe siècle. Faut-il réprimer, provoquer l’affrontement et donner à voir la souveraineté de l’état, ou bien chercher des voies de compromis et de conciliation ? L’alternative est formulée dès 1831 par Émile Pereire, alors jeune saint-simonien, dans un contexte où se multiplient les actes de résistance à l’impôt. Selon lui, une politique habile de dégrèvements fiscaux serait préférable à l’usage de la force pour mettre fin à l’agitation vendéenne :

Si nous concevons que dans le passé la violence a été souvent un des moyens que la providence a mis dans la main des hommes pour réaliser le progrès des nations arriérées, nous affirmons que désormais c’est par les voies pacifiques, par la conciliation ; en un mot, par un sentiment éclairé des véritables besoins des populations, même les moins avancées, que l’on peut guérir le...

Auteur

Doctorant à l’Université Paris I – Panthéon Sorbonne.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search