Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pour l’humanité

 | 
Emmanuel Naquet

Postface

Serge Berstein

Texte intégral

1En consacrant sa thèse de doctorat aux premières années de la Ligue des droits de l’homme, de sa fondation à la défaite de 1940, Emmanuel Naquet s’est lancé un incontestable défi. Défi difficile à relever puisqu’il s’agit de traiter d’une histoire qui se déroule selon deux paramètres à la fois opposés et complémentaires, différents et intimement liés, l’éthique et la politique.

2Du domaine de l’éthique relèvent la genèse et les origines de la Ligue des droits de l’homme. Cette dimension est consubstantielle à la nature d’une organisation qui entend défendre et illustrer les principes qui ont sous-tendu la Révolution française et dont déclare s’inspirer une IIIe République, née sur les ruines du césarisme bonapartiste et dont les valeurs s’inscrivent en contradiction des traditions monarchistes et autoritaires. C’est dire que, même s’il y a loin des principes proclamés à leur application pratique, la République se réclame des droits naturels et inaliénables dont tout individu doit jouir depuis sa naissance et qu’il appartient à l’État de préserver et de défendre. Or, ce sont ces droits qui ont été violés en la personne du capitaine Dreyfus, condamné en 1894 à la dégradation militaire et à la déportation en Guyane sous l’accusation de trahison, une accusation qui apparaît bien vite comme le résultat d’un procès truqué, fondé sur un faux organisé par des militaires antisémites, ravis de pouvoir jeter un juif en pâture à l’opinion, avec l’appui de la haute hiérarchie de l’armée et l’accord tacite des responsables politiques du niveau le plus élevé. La Ligue des droits de l’homme naît ainsi en 1898 pour rassembler les « dreyfusards » qui, au nom d’une exigence de vérité et de justice, entendent obtenir la révision du procès Dreyfus et refusent d’accepter l’idée qu’un individu puisse être injustement condamné au nom de la raison d’État, de l’autorité de la chose jugée et afin de préserver la réputation de l’armée, de la justice et de l’ensemble des corps constitués. Nous sommes bien là en présence d’un conflit éthique qui rassemble dans un premier temps au sein de la nouvelle organisation avant tout des intellectuels, écrivains, philosophes, savants, progressivement convaincus de l’iniquité de la condamnation de Dreyfus et résolus à agir au nom des principes, pour obtenir la révision du procès.

3Mais Emmanuel Naquet nous montre que les choses ne sont pas si simples. La fondation de la Ligue des droits de l’homme est l’une des composantes d’un mouvement beaucoup plus large, celui de la fondation dans un pays où il existe des courants politiques, mais pas encore de parti politique, d’une nébuleuse d’associations que légalisera la loi de 1901 et qui sont porteuses de principes et de valeurs politiques. Il va de soi que la Ligue des droits de l’homme qui se réfère aux principes de 1789 est l’une des structures organisationnelles de ce « parti républicain » qui, aux côtés de nombreuses autres organisations (sociétés de lecture, clubs, loges maçonniques, journaux…) préfigure la naissance des partis politiques organisés. Mais le paradoxe réside dans le fait que l’adhésion des politiques à la Ligue est, dans un premier temps, étroitement limitée. Si le modéré Auguste Scheurer-Kestner, vice-président du Sénat, a été tôt convaincu de l’innocence de Dreyfus, sa prise de position en faveur de la révision du procès lui a valu des attaques haineuses et sa non-réélection à la vice-présidence du Sénat. Aussi les politiques sont-ils relativement peu nombreux à figurer dans les rangs de l’association, nombre d’entre eux étant longtemps persuadés de la culpabilité de Dreyfus et redoutant de compromettre leur avenir politique en s’engageant dans un combat à l’issue douteuse. À gauche, les radicaux se montrent prudents, une frange nationaliste et antisémite se rangeant même dans le camp antidreyfusard. C’est comme journaliste que Georges Clemenceau (qui est un électron libre au sein de la mouvance radicale et se méfie des organisations) prend la tête de la campagne pour la révision du procès en publiant dans L’Aurore l’article d’Émile Zola, « J’accuse… ! », qui lance le débat dans l’opinion publique. Du côté socialiste, la majorité du parti ne se sent pas concernée par l’affaire Dreyfus qui lui apparaît comme un conflit qui agite le monde de la bourgeoisie, et c’est en isolé que Jean Jaurès prend publiquement parti pour Dreyfus, ce qui lui coûtera son siège de député aux élections de 1898. Il est clair que la naissance de la Ligue des droits de l’homme à ses origines ne suscite pas l’intérêt des politiques, fussent-ils de gauche. C’est d’ailleurs un modéré, le sénateur Ludovic Trarieux, ancien garde des Sceaux, qui devient le premier président de la Ligue des droits de l’homme.

4Le paradoxe d’une association parapolitique négligée par les politiques ne saurait durer. Les années 1898-1902 qui voient la Ligue des droits de l’homme jouer un rôle actif au nom de ses valeurs pour obtenir la révision du procès en font un élément central d’un dispositif politique rassemblant modérés dreyfusards, radicaux et socialistes contre une coalition réunissant catholiques, nostalgiques de la monarchie ou du césarisme plébiscitaire, nationalistes et modérés défenseurs de la raison d’État. En gros, la gauche contre la droite. La victoire des premiers (le « Bloc des gauches ») aux élections de 1902 intègre sans contestation la Ligue des droits de l’homme au camp de la gauche. Et l’élection à la tête de la Ligue du socialiste Francis de Pressensé en 1903 atteste de ce tournant majeur.

5Dès lors, Emmanuel Naquet suit jusqu’à la fin de la IIIe République le double registre sur lequel se déroule l’histoire de la Ligue des droits de l’homme, celui de l’éthique et celui du politique, registres qui parfois coïncident, mais dont il arrive qu’ils s’opposent. D’autant que l’auteur a le souci d’éviter le piège de l’anachronisme qui consiste à attribuer à des hommes du début du XXe siècle les valeurs et les opinions qui sont celles des hommes du XXIe siècle.

6Car les principes qui ont présidé à la naissance de la Ligue des droits de l’homme continuent à l’inspirer dans les années qui suivent. La défense des droits individuels, la lutte pour la garantie des libertés publiques et la liberté de conscience demeurent des valeurs incontestées. Elles s’accommodent de pratiques comme la Séparation des Églises et de l’État et le développement de la laïcité dans l’enseignement. Mais peuvent-elles aller jusqu’à l’anticléricalisme militant et au « jésuitisme retourné » dénoncé par Georges Clemenceau dans l’affaire des fiches ? Que devient alors la liberté de conscience ?

7Que la France se veuille une grande nation pacifique, la Ligue des droits de l’homme le proclame avec force, participant aux courants qui, au début du XXe siècle, militent pour l’arbitrage international, le désarmement concerté et l’organisation d’un ordre mondial stable où les conflits se résoudraient non par les armes mais par la négociation. Mais le déclenchement de la guerre en 1914 balaie ces belles certitudes, et c’est au nom de la défense des principes démocratiques contre une Allemagne responsable de la guerre que la Ligue rejoint l’Union sacrée, non sans troubles de conscience et divisions en son sein. Le phénomène se reproduira, avec une ampleur accrue à la fin des années trente quand il s’agira pour la Ligue de choisir entre l’antifascisme (le fascisme étant précisément à l’opposé des principes qu’elle défend depuis les origines) et le pacifisme, renforcé par les leçons de la Première Guerre mondiale. Décidément, comme le montre Emmanuel Naquet, ces choix drastiques illustrent les difficultés de la mise en pratique des principes théoriques.

8La même observation vaut pour les questions coloniales que la Ligue aborde avec des vues contradictoires. Que les droits de l’Homme doivent s’appliquer dans les colonies comme en métropole, qui pourrait le nier ? Emmanuel Naquet montre que les ligueurs sont attentifs à dénoncer les abus de l’arbitraire colonial, à critiquer les pratiques de l’indigénat. Mais ce sont les dysfonctionnements et non le principe même du fait colonial qui sont mis en cause et le remède proposé est celui d’une « colonisation démocratique » qui, à l’image de celle proposée par le Parti socialiste SFIO, ne remet nullement en question la souveraineté française sur l’Empire, mais entend modifier les politiques conduites et aboutir à appliquer aux colonies les principes « universels » défendus par la Ligue.

9Tout en soulignant les contradictions nées de cette confrontation permanente entre éthique et politique, Emmanuel Naquet, en historien conséquent, se garde bien de les juger, car ce sont celles qui agitent la société française de l’époque face aux problèmes complexes qu’elle doit affronter. Mais il est clair que la Ligue des droits de l’homme est désormais partie prenante des problèmes politiques de son temps. Sans doute n’est-elle pas un parti politique, mais ses membres sont, pour une grande part d’entre eux, adhérents des partis politiques de gauche. Il est d’ailleurs caractéristique que ses présidents successifs soient le radical Ferdinand Buisson, de 1914 à 1926, et le socialiste Victor Basch, de 1926 à la guerre. Organisation parapolitique, la Ligue des droits de l’homme est bien une composante de la gauche française dont elle représente le versant éthique. Aussi n’est-il pas surprenant qu’en 1936 elle fasse partie des organisations qui participent à la fondation du Rassemblement populaire, dont Victor Basch préside d’ailleurs le comité national.

10Mais là encore, la contradiction est présente et le moment unitaire de 1936 ne doit pas masquer une autre réalité, celle de la rivalité politique au sein de la gauche entre socialistes et radicaux. Lorsque les intérêts des deux partis divergent, après la rupture du Cartel des gauches ou au lendemain du 6 février 1934, la maîtrise du pouvoir au sein de la Ligue entraîne des tensions et des polémiques internes qui affaiblissent le rôle de la Ligue comme lieu de rassemblement de la gauche républicaine. L’antiradicalisme croissant des militants de la Ligue des droits de l’homme se manifeste par exemple, après l’entrée des radicaux dans l’Union nationale conduite par Gaston Doumergue, Pierre-Étienne Flandin et Pierre Laval, par une offensive contre Édouard Herriot, fondateur de la section lyonnaise de la Ligue. En 1939, tous les liens sont rompus entre le Parti radical et la Ligue des droits de l’homme, cette dernière apparaissant aux yeux des radicaux comme un simple satellite du Parti socialiste.

11C’est le mérite d’Emmanuel Naquet d’avoir su traiter en historien objectif cette histoire difficile à suivre d’une importante organisation parapolitique qui s’est attribuée la mission délicate d’être la conscience éthique de la République, et s’est heurtée en permanence aux difficultés d’inscrire dans le réel les exigences de l’idéal.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site