Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pour l’humanité

 | 
Emmanuel Naquet

Conclusion générale

Texte intégral

« L’Affaire est au procès comme la mer au navire : elle le déborde à l’infini. »
Ernest Lavisse, « La Réconciliation nationale », Revue de Paris, oct. 1899, p. 648.

« La justice qui siège dans les prétoires n’est pas toute la Justice. […] Il en est une autre, formée par la conscience publique, qui traverse les âges, qui est l’enseignement des peuples et qui, déjà, entre dans l’Histoire. »
Pierre Waldeck-Rousseau, BOLDH, 31 juil. 1906, p. 1059-1060.

1Les droits de l’Homme ne sont pas une notion intemporelle, mais ils ont une histoire et un territoire, au-delà de l’Europe des XVIIe et XVIIIe siècles. Ils relèvent de ce champ juridique que le droit français a investi en dépassant les termes, anciens, parlants mais réducteurs, de « libertés publiques » ou de « droits fondamentaux ». Proclamés dans les textes hier, aujourd’hui respectés peu ou prou avec l’installation et la confirmation de la démocratie dans de nombreux pays, ils bénéficient, de surcroît, d’une prise en charge institutionnelle dans des cadres étatiques et/ou confédératifs, mais également par la mise en place d’une communauté internationale avec ses différents règles et instruments. Pour certains, ils s’apparentent même à une nouvelle croyance, à une « religion des droits de l’Homme ».

  • 1 Naquet E., « L’affaire Dreyfus, entre héritages, champs d’expériences et horizons d’attentes pour l (...)

2Par la combinaison d’enjeux de mémoire et de réalités historiques, la France est souvent présentée comme la « patrie des droits de l’Homme ». Cette affirmation paraît rapide et partielle : elle occulte le fait que la conception, la formulation et la protection des droits de l’Homme sont inséparables des combats menés avant le Siècle des Lumières et la Révolution française, avant et après 1848, avant et après les grandes lois des années 1880 et l’affaire Dreyfus, bref, avant et avec l’instauration progressive et inégale d’un État de droit ; elle admet une vision linéaire, déterministe voire aveugle quant aux étapes, aux mouvements, aux contradictions qui ont permis, rythmé, relativisé cette émergence parcellaire et heurtée1.

3En portant le regard sur la troisième des républiques, on peut constater qu’il est possible, au-delà de l’image mythique d’un régime libéral, d’y relever des insuffisances, des carences, des prudences, ne serait-ce qu’en pensant aux « lois scélérates », dont le rapporteur au Sénat et futur président de la LDH fut Ludovic Trarieux. S’il y a, sur les cinquante années qui nous interpellent, une dynamique syncopée des droits de l’Homme selon des contextes successifs ou régressifs, il faut aussi rappeler avec force que cette catégorie se modifie, s’enrichit, s’amplifie, et tend vers l’universalisme, qu’elle va des droits naturels aux déclarations, de la philosophie politique à l’éthique, des libertés publiques aux droits de créances, même si elle reste difficilement définissable et que, pour cette raison, elle peut opposer les gauches, en particulier sur la question de l’égalité.

  • 2 Sur la Belle Époque, voir Machelon J.-P., La République. Contre les libertés ? Les restrictions aux (...)

4L’étendue, semble-t-il infinie des droits de l’homme et du Citoyen, pose le problème de leur(s) définition(s) au fil du temps, que nous n’aborderons pas ici. Incontestablement, on peut distinguer cependant des cycles généraux auxquels l’histoire de la LDH appartient, après d’autres structures françaises, comme la très robespierriste Société des droits de l’Homme, créée en 1833, et ressuscitée en 1888 pour quelques mois par le radical, boulangiste et futur dreyfusard, Georges Clemenceau. Mais c’est assurément la Ligue qui porte, entre 1898 et 1940, au sein de l’espace républicain français, l’étendard plus ou moins complet de ces principes et de ces normes, le drapeau de ces combats caractéristiques d’une culture politique2.

  • 3 Voir Hazareesingh S., Political traditions in Modern France, Oxford, Oxford University Press, 1994, (...)

5Née d’un procès, la condamnation illégale et injustifiée d’Alfred Dreyfus par un conseil de guerre, la LDH rassemble des dreyfusards qui luttent autant en faveur d’un officier innocent qu’en réaction aux poussées nationalistes, xénophobes, et en particulier antisémites, qui traversent une certaine France. Toutefois, les savants et les écrivains, les publicistes et les universitaires, accompagnés de quelques politiques venus d’horizons différents mais en général du modérantisme, groupés autour de Ludovic Trarieux et sous l’ombre tutélaire d’Auguste Scheurer-Kestner, ne se contentent pas, à la suite d’une nouvelle affaire Calas, d’évoquer la Justice et la Vérité. Dreyfusistes, selon l’expression de Vincent Duclert, regroupés au sein d’une organisation plurielle, ils déclarent assumer les héritages des Lumières, de 1789 et de 1792, des pères fondateurs de la IIIe République et de leurs successeurs ; un patrimoine qui va, somme toute, des abbés Sieyès et Grégoire à Victor Hugo, d’Emmanuel Kant à Émile Durkheim, en passant par Louis Pasteur, un legs qui va de l’humanisme au libéralisme, du rationalisme au positivisme3.

  • 4 Cf. Tenzer N., « La Légitimité et la Légalité », Duclert V. et Prochasson C. (dir.), op. cit., p. 2 (...)

6D’emblée, les initiateurs de la LDH s’élèvent au-dessus de l’épreuve du « martyr », invoquent et convoquent une référence identitaire avec des temps – la Révolution française –, des textes – les Déclarations de 1789 puis de 1793 –, des valeurs – la Liberté, l’Égalité, la Fraternité –, bref un large panthéon rhétorique et théorique. Parallèlement, s’appuyant sur des juristes, ils multiplient les recours gracieux et les procédures administratives ou judiciaires, et insèrent l’association dans la continuation de l’Affaire et dans la/sa pérennité : la masse des dossiers traités par les conseils le montre. Ainsi, la LDH transpose dans son empirisme quotidien sa mission de justice et sa vision de l’État de droit : la réaffirmation, la consolidation, la protection, mais aussi l’extension des droits de l’Homme veulent être replacées dans une République revivifiée, autrement dit plus libérale, mais également plus équitable, et surtout plus égalitaire, la LDH cherchant à replacer cette question dans son apport et son rapport à la modernité. Ce culte d’un État finalement davantage légitime et légaliste, au service de tous dans une démocratie sociale, signe le tournant social-républicain, car avec le pastorisme et le solidarisme émerge une « invention du social » qui fait éclater les contradictions d’une modernité oscillant entre la liberté de l’individu et l’intervention de l’État ; or, en l’occurrence, la Ligue réfute la conception minimaliste d’un État régulateur et met en avant celle d’un État créateur de droits avec une nouvelle appréhension de la puissance publique4.

7Mais outre sa fonction juridique, la Ligue recourt à des procédés de mobilisation, à des manières de programme, à des modes de dialogue avec des organisations y compris partisanes ; autant de démarches qui la transportent dans la vie de la Polis et qui fait que l’organisation se présente et se représente elle-même comme un espace d’interlocution. En cela, elle dépasse l’actualité de la révolution dreyfusienne – pour reprendre l’expression de Georges Sorel –, et appréhende le mythe fondateur comme une postérité éthique, mais aussi fondamentalement politique. Ainsi, ces républicains, nés aux alentours des années 1850-1880, c’est-à-dire après l’échec de la IIe République, pendant le Second Empire ou lorsque la République se consolide, au départ peu enclins au combat, prolongent et transforment un paradigme d’engagement en opérateur idéologique. Bref, ils n’oublient pas le dernier terme, celui de « citoyen », de la Déclaration princeps comme de l’intitulé de leur association, qui renvoie à leur culture républicaine et explique leur engagement en politique.

Du réceptacle d’un bien commun à un espace d’élaboration des droits et du Droit

8Comme l’historiographie récente l’a confirmé, l’Affaire correspond bien à une accélération des rythmes politiques qui scandent la France contemporaine. En réactivant ces référents républicains perçus dans leur universalisme et énoncés et martelés depuis plus d’un siècle, les ligueurs approuvent et éprouvent une conception libérale et individualiste. Ils promeuvent les droits naturels, sacrés et inaliénables, face à des pouvoirs étatiques négligents, limitatifs ou annihilants, et prolongent ce bien reçu en indivis. Au départ, le retour aux sources se limite à la revendication formelle d’un capital principiel et à la défense de libertés d’abord privées ou publiques, par exemple en condamnant les pratiques coercitives de la République en matière de police des mœurs, de conseils de guerre, de droits des femmes, de dossiers secrets, de négation des aliénés, de respect de la personne humaine avec la peine de mort.

9Pour autant, l’association dépasse cette dimension purement recognitive et devient peu à peu un espace de sommation de droits considérés comme légitimes et possibles, en particulier les droits économiques et sociaux. Elle applique, en effet, une conception progressive et progressiste du droit et refuse, eu égard à son caractère globalisant, toute catégorisation des droits qui lui retirerait sa légitimité généraliste. C’est parce que, selon le radical Ferdinand Buisson, « la conscience humaine devient socialiste », que l’organisation se penche, pour reprendre une expression contemporaine, sur la « question sociale » (syndicalisation des agents de l’État, droit de grève, retraites ouvrières, assurances…), et sur les paris de l’équité fiscale et de la justice électorale.

  • 5 Gauchet M., La Révolution des droits de l’Homme, Paris, Gallimard-NRF, 1989.

10On retrouve, dans cette prise de conscience des mutations d’une France qui entre dans le capitalisme, l’industrialisation et la tertiarisation, et qui devient plus urbaine, la volonté de moduler voire de modeler les relations des couples État/société et État/individu. L’association tente en effet de replacer les défis sociaux dans la modernité libérale et démocratique en opposant aux pouvoirs et aux règles établies les attentes des nouveaux acteurs de la France républicaine, et s’instaure comme une force de propositions et un moyen de recours. En l’espèce, tout au long de son premier XXe siècle, la Ligue découvre non seulement sa faculté à défendre des principes et des cadres juridiques, au-delà de certaines prudences ou réticences liées aux contextes socioculturels – par exemple pour les droits des femmes –, mais également à revendiquer la consécration de nouveaux acquis et, à la fin des fins, à participer à l’évolution du droit positif. Elle devient donc davantage et mieux qu’un temps et un espace de réfraction de ceux-ci, et prolonge la révolution des droits de l’Homme5.

  • 6 Rebérioux M., « La défense des droits sociaux », Manceron G. et Rebérioux M. (dir.), op. cit., p. 5 (...)

11Ainsi, la LDH participe à la « deuxième génération » des droits de l’Homme que sont les droits-créances. Mais il ne s’agit pas de fournir une assistance aux démunis dans l’incapacité de pourvoir à leurs besoins. Avec constance, de la même manière qu’elle rejette toute sauvegarde d’intérêts strictement privés – la Ligue ne veut pas être une association assurantielle –, elle refuse de se convertir en organisation caritative ou philanthropique fournissant des subsistances, quelle que soit leur nature et malgré le retard français ; et si elle le fait, c’est ponctuel, à l’instar de l’aide aux réfugiés. C’est pourquoi, les demandes relevant du droit du travail sont plutôt laissées aux syndicats, lors même que la LDH peut étudier les moyens d’améliorer l’assistance publique, de s’occuper des enfants adultérins, de s’attaquer à l’alcoolisme, de faire progresser l’instruction publique. Et quand dette il y a, c’est en termes moins de conquête que de reconnaissance que l’organisation s’exprime, par exemple avec l’affirmation du droit à se syndiquer et s’exprimer dans l’usine, ou encore sur une question qui la partage, celle de la grève, voire quand elle revendique un droit au travail6.

12Dans une perspective individualiste et universaliste, la Ligue s’intéresse logiquement aux hommes concrets qui se trouvent derrière les groupes sociaux : avant 1914, si elle ambitionne certains droits pour certains enfants, si elle réclame le suffrage pour les femmes aux élections municipales, si elle demande plus de droits pour les « indigènes », c’est qu’elle commence à saisir les hommes dans leur toute singularité, et par conséquent à se dégager du postulat libéral selon lequel il faut seulement défendre, en particulier face à l’État, la sphère d’autonomie laissée à l’individu. En luttant en faveur des prérogatives et des facultés de penser, d’exprimer, d’agir de l’individu, la LDH participe à la constitution de la part d’autonomie de l’individu, c’est-à-dire de libertés reconnues. En défendant le droit de certains fonctionnaires à se syndiquer et, d’une certaine manière, à cogérer la République, l’organisation encourage des pouvoirs de faire pour tous ceux qui vivent dans la sphère sociale, et promeut et promet l’État-providence. Après la Grande Guerre, la LDH s’insère plus encore dans la dialectique des relations entre les individus et le pouvoir, revisite les interfaces entre la personne humaine et les pouvoirs régaliens, transcende la formule de René Carré de Malberg selon laquelle, « dans ses rapports avec ses sujets, [l’État] se soumet lui-même à un régime de droit », et, partant, ne peut user que des moyens autorisés par l’ordre juridique en vigueur – lois et règlements –, tandis que les individus disposent de voies de recours juridictionnelles contre les abus dont ils se considèrent les victimes.

  • 7 Schnapper D., La démocratie providentielle. Essai sur l’égalité contemporaine, Paris, Gallimard, co (...)

13Certes, dans cette bataille pour un État force de régulation voire institution du social, la Ligue combat souvent un certain formalisme, l’observation du texte lui étant essentielle, mais elle agit aussi pour tenter de dire le Droit. Il suffit pour s’en convaincre de lire ses grandes résolutions, rituellement commencées par la formule « considérant que… » et souvent achevées par les expressions « estime que », « invite » ou « appelle à ». La LDH s’attache donc à la substance même du Droit, à ces droits subjectifs authentiquement protecteurs des individus, à ces droits collectifs foncièrement favorables au mouvement social. Elle réintègre, dans sa pensée et dans sa parole, les origines lointaines de l’État-providence qui appartiennent à la « démocratie providentielle7 ».

14Au surplus, faire l’archéologie d’un discours permet d’approcher la nature discursive d’un savoir, avec des énoncés qui doublent un pragmatisme et un idéalisme juridique : tout au long de l’histoire de la LDH, les événements et les idéaux entrent en confluence et en résonance. La pensée de l’association se réfère, de différentes façons et au gré des objets d’étude – la Justice, le Suffrage, l’École –, à la fois à une théorisation du Droit comme processus de progrès politique et social, et à une démarche constructive voire constructiviste de la norme juridique C’est pourquoi, l’association se trouve, tour à tour et en même temps, en deçà et au-delà du Parlement, du Gouvernement, de l’État, et de ces types de pouvoirs et de contre-pouvoirs que constituent les partis, les syndicats et autres acteurs au sein de la République. C’est d’ailleurs dans sa fonction d’expertise, de validation ou de correction des droits qu’elle trouve sa cohérence, se transforme en institution par la matérialisation relative de son idéal – voir le succès de son service contentieux –, et parvient à modifier les modes de l’intervention étatique. Étudier la Ligue permet donc d’approcher le rapport savoir-pouvoir, c’est-à-dire de comprendre comment l’association, qui fonctionne d’abord comme une puissance de savoir avant de faire office de pouvoir, se présente, nolens volens, comme un prolongement du pouvoir, en raison de ses capacités d’appréciation, d’intervention, de proposition.

  • 8 Voir le no 156 de Jean Jaurès cahiers trimestriels dirigé par Audren F., « Socialismes des juristes (...)

15C’est pourquoi, lorsque l’association se penche sur les réadaptations impératives du Droit, les ligueurs résonnent aux débats de leur temps. Certes, leurs conceptions sont plurielles, mais celles-ci se croisent et s’entremêlent : dès le début du siècle, un Maxime Leroy ou un Emmanuel Lévy s’essaient à rapprocher socialisme et droit(s) ; d’aucuns se joignent, avant 1914 et dans les années vingt, à la vaste nébuleuse réformatrice en partie liée aux réseaux d’Albert Thomas, mais qui l’excède avec les Demartial, Paul-Boncour, Berthod ; d’autres s’adossent aux suggestions d’Hauriou, d’Esmein ou de Duguit. Successivement ou en même temps, Charles Gide, Célestin Bouglé, Émile Glay, Ernest Lafont, William Oualid, Roger Picard, César Chabrun, Justin Godart, Boris Mirkine-Guetzévitch, Georges Scelle, pour ne citer que ceux-là, pensent l’État, et ce, au-delà des clivages politiques qui distinguent un néo-socialiste, comme Paul Ramadier, d’un Jeune-Turc, comme Jacques Kayser8. La Ligue est là, en effet, pour rappeler aux prescripteurs du Droit – parlementaires, administrateurs, hommes d’État – son réformisme voire son progressisme.

16Venus d’horizons différents, ces penseurs et ces acteurs concourent par conséquent à ces tentatives de rénovation de la res publica et prétendent s’affranchir de la contradiction éventuelle entre les libertés classiques et les droits-créances. Le projet d’une nouvelle déclaration des droits de l’Homme, défendu par René Georges-Étienne, veut tenir compte des besoins d’individus et de groupes sociaux situés dans un contexte socio-économique modifié. Parallèlement, la LDH cherche à élucider des droits de l’Homme souvent réduits et différenciés en les estimant indissociables. Dans le prolongement de la découverte des droits sociaux, dans les années vingt et trente, face à la prégnance et à l’urgence de certaines requêtes, la Ligue réfléchit à un « 89 économique », selon l’expression d’Albert Bayet, participe via Francis Delaisi aux débats ad hoc du Front populaire, fait entrer Léon Jouhaux et Julien Racamond au comité central.

  • 9 Naquet E., « Guerre et Droit. L’inconciliable ? L’exemple de la Ligue des droits de l’homme, de l’a (...)

17De même, intègre-t-elle ce que l’on appelle traditionnellement la troisième génération de droits, qui infère la notion de solidarité. Et ces citoyens du monde le font avant même 1914, en lien avec tout le droit à la paix et celui des minorités élaboré avant la Grande Guerre, avec un sentiment fort d’une normalisation juridique et judiciaire globale. Dans le registre des manquements, si la Ligue s’intéresse aux communautés, principalement ethniques ou religieuses, qui brûlent de préserver leur identité à la fois collective et individuelle, elle ne fait guère le lien – le peut-elle, du reste ? – entre le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, les particularismes et la jouissance effective des droits de l’Homme ; de même, au cours du premier conflit mondial, la LDH demeure silencieuse sur certaines violations du droit des gens, par exemple quand les belligérants recourent aux gaz. Et sa quête de l’égalitarisme est toute relative, si l’on note l’absence de réelle défense du droit à la différence des indigènes, qui s’explique, d’ailleurs, par la culture politique de ses époques9.

  • 10 Likin M., « Dialoguer avec l’État républicain : la LDH dans l’entre-deux-guerres », Matériaux pour (...)

18À suivre ses réflexions et ses actions, il apparaît que la Ligue dégage une problématique des droits de l’Homme qui vise à les transférer au cœur du politique, au centre des rapports entre le(s) pouvoir(s) et la (les) personne(s). En effet, elle n’établit pas explicitement de clivage entre droits de résistance et droits d’exigence ; son histoire démontre au contraire qu’elle entend peser sur les pouvoirs pour faire accepter leur complémentarité sans s’attacher à leur difficile compatibilité. L’action de Ludovic Trarieux et de Francis de Pressensé est, à ce titre, essentielle, même si la LDH proteste peu lorsque la démocratie française est mise entre parenthèses pendant la Grande Guerre10. D’où une ambiguïté : les droits que veut défendre la LDH ne sont pas coextensifs à l’humanité tout entière, se situent donc dans des contextes et sont donc une construction politique in situ qui examine les moyens pour dépasser la vision abstraite d’un homme et de ses droits ; en ce sens, elle a quelque chose à dire qui réponde au temps, et s’inscrit dans la synthèse républicaine qu’elle porte.

  • 11 Chevallier J., L’État de droit, Paris, Montchrestien, coll. « Clefs politique », 1999, p. 104 et su (...)

19Par ailleurs, au-delà des contenus des droits et de leur extension, l’organisation n’oublie pas leur garantie en utilisant les procédures à sa disposition. Parfois en avance sur son époque, souvent en phase avec elle, elle a une conception à la fois formelle et substantielle observée pour le très contemporain, et illustre une évidence : les droits de l’Homme sont inséparables de l’État de droit. Ainsi, si la LDH fait de la politique, cette dernière se formule d’abord dans le Droit, se retrouve ensuite dans la Justice, et se prolonge enfin dans la Démocratie. Ce faisant, la Ligue contribue à structurer les rapports sociaux et à modeler les représentations collectives, car le droit est le reflet et production du social, tout comme l’expression du politique. Plus encore : en donnant une dimension sociale à l’idée républicaine, la LDH – veut-elle donner tort à Tocqueville ? – désire œuvrer à l’intégration des citoyens et des hommes dans la vie de la Cité11.

Une inscription dans le politique

20De prime abord, la LDH, regroupant des intellectuels et des politiques en retraite de toute activité gouvernementale, se présente comme apolitique. Elle veut occuper une posture originale, celle de vigie d’une République alors contestée par ses adversaires et parfois dévoyée par ses partisans. Mais les jeux et enjeux qu’elle doit affronter la poussent à concevoir et à promouvoir des droits de l’Homme qu’elle les perçoit comme constitutifs du monde social et démocratique, mais qu’elle doit marchander quelquefois. C’est pourquoi, délaissant le ressourcement éthique que d’aucuns la voyaient exclusivement incarner, la Ligue tend à la médiation politique, portant en elle-même et menant en dehors d’elle-même des conflits qui traversent la République. Avant 1914, son adhésion au gouvernement de Défense républicaine de Waldeck-Rousseau puis au ministère Combes, son soutien à la délégation des Gauches et plus encore au général André dans l’affaire des fiches, son rôle dans la séparation des Églises et de l’État, son ralliement à l’Union sacrée pendant le conflit, pour ne prendre que ces exemples, la font abandonner un positionnement suprapolitique originel et idéel impossible à tenir. Mais l’affaire des officiers de Laon montre, a contrario, qu’elle n’est pas, loin s’en faut, dans des reniements ou ajustements principiels.

  • 12 Berstein S., « Les classes moyennes devant l’Histoire », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, no 37, (...)

21Réfléchissant des engagements fondamentalement métapolitiques, la Ligue des droits de l’homme construit son recrutement et son identité sur les classes moyennes – instituteurs, employés, médecins, boutiquiers, artisans, postiers –, tout un monde d’édiles républicains que l’on retrouve à Paris et plus encore en province dans les sociétés de libre-pensée et les loges maçonniques. Mais contrairement à ces dernières, elle s’avère davantage qu’un lieu de sociabilité, car elle relaie les attentes de la grande diversité de ses membres, radicaux en majorité au départ puis, de plus en plus, socialistes. Elle se glisse ainsi dans un mouvement revendicatif qui la fait côtoyer, suppléer voire concurrencer d’autres instances d’expression du politique, de la LICA à la LFE, de la CGT aux multiples comités antifascistes de l’entre-deux-guerres. Mais la difficulté de ce topos progressiste de paroles et d’intervention pour les délaissés et victimes est de continuer à tracer sa voie, qu’elle veut centrale. Il y a, en effet, le pari de ne pas devenir simplement un interstice ou une passerelle pour des pôles qui lui préexistent – mutuelles et amicales – ou pour d’autres forces de la démocratie politique et sociale qui se développent et se structurent alors, tels les syndicats, les partis ou les nouveaux corps intermédiaires12.

22De tout ce qui précède, il apparaît bien que la Ligue, située à gauche de l’échiquier politique, s’ente sur l’idée républicaine et tente de faire converger l’affirmation de principes et la définition d’une politique. Après 14-18, la quête d’un schème continu se révèle plus malaisée encore : difficultés à assumer ses errements en matière de paix dans le long lendemain de Versailles ; ambiguïtés par rapport à la sphère partisane dans l’affaire des abattoirs de Lyon ; atermoiements dus à la priorité donnée à l’antifascisme lors des procès de Moscou ; incantations pendant la guerre d’Espagne face à la peur de briser le Front populaire ; pratiques ambivalentes quant au politique avec les maintiens en son sein de Paul Painlevé ou de Joseph Paul-Boncour et ce, malgré des positionnements politiques peu en phase avec ces droits de l’Homme que l’organisation met en avant.

  • 13 Berstein S., « Les partis », in Rémond R. (dir.), Pour une histoire politique, op. cit., p. 49-85.

23S’opère donc une articulation sur le politique qui devient une entrée en politique, avec un message, des choix et une image qui ne changent certes pas la Ligue en parti, mais la font s’approcher et même fonctionner comme un rassemblement quasi-politique. Devenue une scène de la demande citoyenne, la LDH dépend toutefois de plus en plus du champ partidaire. L’adoption de cette stratégie, qui ne l’empêche pas de chercher à penser et à dépasser les impasses de la démocratie représentative en se plaçant dans une République participative, entraîne ses principaux dirigeants à assumer, non sans difficultés, des contradictions voire des dissensus politiques au nom des impératifs du moment, comme le montre la guerre d’Espagne. À l’image d’un parti, l’histoire de la Ligue correspond donc à un résumé de données complexes, variées et variables : poids d’un héritage en évolution et des mentalités collectives, importance des cultures et des représentations, rapports entre les acteurs sociaux, dynamique des forces partisanes, associatives et syndicales, jeu des institutions13

24À la différence de ce type de formation, tout en durant dans le temps et en occupant un territoire plus qu’hexagonal, tout en se fondant sur des structures et réseaux – comité central, fédérations, sections –, et tout en appelant au vote et à la discipline républicains pour la victoire aux candidats de gauche aux élections, la LDH ne convoite pas l’exercice du pouvoir. Pourtant, elle assume et assure un arbitrage, et représente une fraction de l’esprit républicain qu’elle veut la plus large et dont elle transmet les aspirations. De fait, son émergence et sa croissance coïncident, par-delà la crise qu’est l’affaire Dreyfus, à un certain stade de développement de la société française marquée par la Révolution industrielle, le développement des classes moyennes et le renforcement des bourgeoisies, la démocratisation et la massification culturelle au moyen de l’École, du service militaire, des chemins de fer, de la presse. Sa pérennité et son extension s’expliquent aussi par son service juridique, son groupe parlementaire, ses délégués à la propagande, son Bulletin officiel et ses Cahiers des droits de l’homme, et par un double phénomène de pilarité et de polarisation que l’on rencontre par exemple pour le Parti radical.

25Parallèlement, la Ligue réunit des cohortes d’hommes qui constituent autant de générations, aux sens sociologique et politique du terme. Les premières, qui dominent la LDH, ont vécu l’expérience de l’Affaire : c’est le cas de Ferdinand Buisson et de Victor Basch, de Mathias Morhardt et d’Émile Kahn, mais aussi de Jean Appleton et d’Albert Chenevier ou de Jean Raynal, d’Alphonse Aulard et d’Albert Bayet, de Léon Baylet et d’Émile Borel, de Célestin Bouglé à Léon Brunschvicg en passant par Jacques Hadamard et André-Ferdinand Herold, Georges Boully et Émile Glay, Georges Pioch et Félicien Challaye, Francis Delaisi, par Fernand Corcos, Charles Gide, Justin Godart et Ernest Lafont, sans oublier, dans cette liste non limitative, Georges Bourdon, Lucien Herr, Paul Langevin, Aline Ménard-Dorian, Marius Moutet, Charles Richet, Charles Seignobos, Séverine, Justin Sicard de Plauzoles, et non plus Paul Painlevé, Joseph Paul-Boncour, Pierre Renaudel ou Gaston Veil.

  • 14 Sur l’importance de la mémoire de l’Affaire, Duclert V., « L’affaire Dreyfus », Duclert V. et Proch (...)

26Ces générations s’épuisent-elles et sont-elles remplacées par d’autres ? Plus qu’à une substitution, c’est à des successions auxquelles on assiste, qui n’empêchent pas d’ailleurs un large maintien des fondateurs – que l’on songe à Victor Basch, à Justin Sicard de Plauzoles, à Georges Bourdon –, et donc à un vieillissement de la direction. Mais il apparaît aussi que d’autres générations, marquées par la Grande Guerre, constituées en minorités oppositionnelles face aux nouveaux enjeux, entraînent des clivages idéologiques, des collectifs internes et des reclassements personnels. Tous ces nouveaux leaders sont marqués, sans doute plus que leurs aînés, par une multi-appartenance et une multipositionnalité. Toujours est-il qu’entre 1898 et 1940, la LDH est contrôlée par des dreyfusards qui travaillent malgré tout à conserver, bien qu’adaptée, une ligne originelle déterminée par le modèle d’engagement14.

  • 15 Sur le concept, Becker J.-J., « L’opinion », in Rémond R. (dir.), op. cit., p. 161-183, et Laborie (...)

27En outre, les ligueurs agissent et réagissent à l’unisson de certaines opinions publiques, à la fois selon des rythmes qui appartiennent, pour reprendre une expression de Fernand Braudel, à la micro-histoire, mais aussi à la moyenne durée. Constituent-ils d’ailleurs une parcelle homogène d’une opinion elle-même diverse ? Au-delà de la question de savoir si l’adhérent est aussi un militant, la massification de l’association – près de 180 000 membres à son apogée en 1932 – comme ce qui a été dit plus haut vont plutôt dans le sens contraire, ce que montrent au demeurant les congrès annuels, les vœux régulièrement émis par les sections ou les fédérations, les articles ou les discussions qui ressortent des organes de la LDH. Néanmoins, quelles que soient les présidences, l’essentiel des décisions est pris par une élite qui se coopte largement, se rajeunit peu, mais qui bénéficie d’une popularité qui lui permet de tenir les rênes pendant près de cinquante ans. Peut-on dès lors parler d’oligarchie ou, à tout le moins, de dérive aristocratique responsable du déclin de l’association ? L’étude des congrès montre en tout cas que les principaux dirigeants parviennent à conserver une ligne démocratique : leurs choix doivent s’appuyer sur un vote majoritaire15.

  • 16 Ferry L. et Renaut A., Philosophie politique, t. 3, Paris, PUF, coll. « Quadridge », éd. 1999, p. 2 (...)

28Cela dit, en reprenant et contextualisant les propositions de Luc Ferry et Alain Renaut, on peut se demander si les valeurs et les droits sur laquelle se fonde le discours principal de la LDH ne se trouvent pas dévalués au profit de la considération des rapports de force du temps. Les deux philosophes stigmatisent, en effet, d’une part un « aveuglement congénital de la tradition socialiste à l’égard de la portée proprement démocratique des droits les plus formels » et, d’autre part, la « réticence congénitale de la tradition libérale à prendre en compte certaines exigences (notamment en matière de justice sociale) que semble véhiculer avec elle l’affirmation de la souveraineté du peuple ». Il apparaît qu’au regard de l’histoire de la LDH, les deux lectures ne s’excluent nullement, au contraire. Si la césure entre les adeptes des libertés et les partisans des égalités existe – ne serait-ce qu’en raison de l’émergence idéologique du marxisme et sa traduction politique dans le PCF –, elle n’est pas figée. La diversité, le croisement et l’entremêlement de conceptions voire de conflits que l’association incarne dans sa défense de la dignité et de l’équité démontre que les conceptions ne renvoient pas à une essence, mais se renouvellent selon les circonstances, c’est-à-dire autant selon les productions idéologiques que selon leurs conditions socio-historiques16.

  • 17 Voir les travaux de Gérard Baal et Serge Berstein, déjà cités, de Sadoun M., De la démocratie franç (...)

29La LDH constitue, en effet, une concentration et un forum des gauches non-marxistes : elle accueille des radicaux qui puisent à la source républicaine un culte vivace de l’individualisme, mais pas seulement ; elle héberge des socialistes détachés du guesdisme qui, grâce à Jean Jaurès, transcendent l’antagonisme susceptible de séparer le primat de l’individu de la question sociale ; elle peut même, à l’occasion, malgré son anticléricalisme, se rapprocher du courant démocrate-chrétien dont l’inspiration humaniste est forte. Ainsi, la LDH participe de près ou de loin à l’approfondissement de la culture républicaine pendant la Belle Époque en poussant à un magistère social de l’État et à la « révolution scolaire », dans les années trente en constituant une force de rassemblement et d’intercession fondée sur une politisation des tréfonds de Marianne, alors que la France connaît un désarroi latent en raison d’une crise multiforme. En cela, la Ligue cristallise les principes structurants de la pensée des libertés et des droits, et participe à l’élaboration d’un modèle et à la transmission d’une culture politiques spécifiques17.

Une contribution au syncrétisme républicain

  • 18 Agulhon M., Le cercle dans la France bourgeoise : 1815-1848. Étude d’une mutation de sociabilité, o (...)

30Parce qu’elle est un carrefour d’itinéraires et de pensées, la LDH concourt, dans une configuration politique marquée par une structuration partisane encore faible à la Belle Époque mais plus forte dans l’entre-deux-guerres, à la socialisation des contemporains en leur donnant des référents et une identité. Comme et sans doute plus que d’autres associations, la Ligue prétend avancer des idées et des solutions, influencer l’opinion publique, s’adosser à son œuvre juridique et judiciaire, et se fonder sur ses relais parlementaires et gouvernementaux et sur ses partenaires syndicaux et associatifs. En position intermédiaire entre le citoyen et les pouvoirs, entre le vote et les partis, entre l’anomique et l’institutionnel, elle reflète un lieu et des moments de rencontres et de réalisations ; en d’autres termes, un type de cette sociabilité chère à Maurice Agulhon – pensons à ses congrès et banquets. La Ligue est ainsi le produit d’une laïcisation de la politique qui est aussi une revanche de la société civile, correspond à un nouveau contrôle social sur l’État et ses organes, et prend les contours d’une petite démocratie qui veut s’inclure dans la République18.

31Cette légitimation n’empêche pas, on l’a vu, des concurrences qui dépassent les convergences avec d’autres associations, y compris celles à forme syndicale. L’impossible délimitation des droits dans un maillage social complexe marqué par un associationnisme en forte croissance et, de facto, les difficultés à défendre son champ, l’obligent à repousser certaines alliances, par exemple avec le Secours rouge. Ce ne sont pas que des incidents de frontière avec les partis et autres associations para-politiques qui l’obligent à refuser les rapprochements, c’est le risque de fusion et, logiquement, le danger de confusion qui justifie, à ses yeux, l’interdiction de tout cartel permanent, même si elle ne peut parfois empêcher sa base d’en constituer. Cependant parce qu’elle est une communauté d’engagements politiques et de relations professionnelles, intellectuelles, amicales voire familiales, elle devient une instance fédératrice qui, sur tel ou tel combat, fonctionne par consensus et agrégats. Dans les années trente, elle outrepasse même la summa divisio qui règne au sein de la gauche depuis 1920, comme le prouve le Rassemblement populaire.

  • 19 Rioux J.-P., « L’association en politique », in Rémond R. (dir.), op. cit., p. 118 et Dobry M., Soc (...)

32Et puisque l’on a évoqué sa permanence et ses territoires, il faut mettre l’accent sur sa maîtrise du temps et de l’espace. Contrairement à certaines organisations impuissantes ou éphémères, la LDH propose un bel exemple d’acclimatation en politique. Pourquoi ? Parce que, comme le dit Jean-Pierre Rioux, elle a été capable de « courir sus à l’événement plutôt que multiplier les incantations sur les grands principes intangibles, adapter à toute circonstance les valeurs défendues, mobiliser à satiété, faire flèche de tout bois tout en suivant le flot des humbles lettres du “contentieux” qui signalent les mille visages d’une idée, les profondeurs quotidiennes d’un idéal ». Et elle le fait, en sachant qu’il ne pouvait y avoir d’actions concrètes sans préalable idéologique, d’« œuvre de chair » sans enracinement dans l’épure de l’idéal. En cela, la LDH ne coïncide pas seulement avec une aventure : elle est à la fois le produit d’un événement-bascule qui dure – l’Affaire – et le vecteur d’un projet collectif qui la crée, la fabrique et, en définitive, l’amène à mourir, quand l’Histoire réalise qu’il n’est plus. En cela, la LDH ne correspond pas seulement à un surgeon : elle est véritablement l’un des pôles les plus structurants dans l’écosystème qui caractérise la République, de l’affaire Dreyfus aux lendemains du 6 Février19.

  • 20 Roussellier N., « La culture politique libérale », in Berstein S. (dir.), Les cultures politiques e (...)

33Car il y a plus. À lire les plusieurs dizaines de milliers de pages des différents organes de la LDH, à les confronter aux multiples sources qu’il nous a fallu collecter ou susciter pour les témoignages oraux (cf. le questionnaire, p. 1212 et suiv. de notre thèse dont la version est consultable en ligne), à les recouper avec les fragments de mémoire revenus de Moscou, force est de constater que les idées de la Ligue s’imprègnent d’une culture politique dominante. Celle-ci déborde, en effet, un courant idéologique et relève de l’histoire de ces mentalités républicaines arrivées alors à un niveau élevé d’homogénéité. Ainsi, son aire d’influence, étendue à tout le semis cantonal de la France, la constitue en pilier de la démocratie avec d’autres groupements telle la Ligue de l’enseignement ou d’autres filières comme la libre pensée et la franc-maçonnerie. Les principaux fondateurs de la LDH baignent dans un libéralisme analysé par Nicolas Roussellier. Par l’affaire Dreyfus, ils en reprennent/réapprennent les principes d’un libéralisme, assument plus ou moins ses contradictions originelles ou ultérieures, mais vont au-delà de la confiance donnée à l’autorité du Droit et à son incarnation dans une République qui, dans le tournant du siècle, leur paraissent en difficulté. C’est pourquoi, si les premiers ligueurs s’inscrivent plutôt dans une culture républicaine qui a instauré les libertés publiques essentielles dans les années 1880-1900, ils se consacrent, dans un second mouvement, entre 1900 et 1940, à son prolongement, à sa rénovation, à son approfondissement20.

  • 21 Berstein S., « Le modèle républicain : une culture politique syncrétique », in Berstein S. (dir.), (...)

34À cet égard, l’Affaire apparaît comme un conflit de valeurs. Il s’agit, en effet, pour Ludovic Trarieux, Yves Guyot, Émile Bourgeois ou Joseph Reinach, de défendre un individu isolé contre la raison d’État d’un pouvoir, le gouvernement et l’Armée. C’est au nom du Droit et de la Justice qu’Édouard Grimaux, Louis Havet, Georges Bourdon, Jacques Hadamard, André-Ferdinand Herold, Mathias Morhardt, Justin Sicard de Plauzoles se dressent. C’est en vertu d’une République ouverte à laquelle s’opposent les nationalistes et/ou antisémites que Francis de Pressensé, Célestin Bouglé, Jean Appleton, Ferdinand Buisson, Anatole France, Alphonse Aulard, Victor Basch, Émile Kahn, Marius Moutet se lèvent. Assumant la révolution dreyfusienne, ces acteurs d’une cité refondée sur les droits de l’Homme participent à la mise en place et à la mise en avant d’une nouvelle acception du terme républicain qui correspond à une synthèse. Se fondant également sur la philosophie rationaliste des Lumières qui dégage un homme doué de droits naturels que l’association a la mission de préserver et d’épanouir, mais aussi sur le positivisme scientifique qui s’emploie à faire progresser les hommes dans leurs connaissances, la Ligue défend une éducation laïque dont le chantre est Ferdinand Buisson, quitte à prendre des accents anticléricaux pendant l’ère Combes21.

  • 22 Berstein S., « La culture républicaine dans la première moitié du XXe siècle », in Berstein S. et R (...)

35Ainsi les ligueurs œuvrent-ils pour la liberté de conscience, comme l’illustrent les itinéraires des Pressensé, Bouglé ou Bayet, avec une difficile balance entre la défense de la tolérance et l’affirmation d’une laïcité parfois de combat. Plus largement encore travaillent-ils pour une morale universelle qu’ils jugent surpasser la métaphysique chrétienne en puisant dans les impératifs kantiens et néo-kantiens, au risque de se séparer des protestants dont le rôle a été primordial pendant l’Affaire. Mais ces libéraux sont aussi des démocrates. Pour ancrer plus encore la République et lui donner une cohérence, ils recourent à d’autres paramètres constitutifs de cette culture républicaine. La découverte du monde ouvrier par ces élites, grâce aux conférences organisées dans le cadre des Universités populaires et grâce aux réunions publiques tenues à tous les coins de l’Hexagone, leur fait prendre conscience à la fois des réalités sociales et du nécessaire continuum d’une réflexion et d’une action issues de l’affaire Dreyfus. Elle infère un humanisme moins désincarné et plus prosaïque qui témoigne d’une vision finaliste mais politique du monde qui les entoure, singulièrement quand le contexte les oblige à entrer dans l’arène sous le ministère Clemenceau22.

  • 23 Voir Ambroise-Rendu M.-C., « La Fraternité », Duclert V. et Prochasson C. (dir.), op. cit., p. 177- (...)

36Toutefois, des questions se posent et s’imposent aux dirigeants. L’action morale ou l’expertise juridique sont-elles suffisantes pour défendre efficacement les droits de l’homme ? La citoyenneté politique peut-elle s’appliquer aux coloniaux, peut-elle se prolonger aux femmes ? L’universalité doit-elle prendre en compte les peuples et les nations ? Une citoyenneté sociale n’émerge-t-elle pas au-delà de la seule sphère politique ? Bref, toute une série d’interrogations fusent dans la conscience et l’imaginaire de ces intellectuels organiques sur la fonction et la capacité d’agir dans la République pour un clerc, qu’il soit médecin ou savant, universitaire ou écrivain ; et davantage encore avec les contradictions voire les compromissions, les ambiguïtés voire les ambivalences lors des échéances électorales, ou lors de la formation de majorités et même des exécutifs23.

  • 24 Charle C., « La question de l’État de Jaurès à Léon Blum », Jean Jaurès cahiers trimestriels, no 15 (...)

37Peuplés de radicaux et de socialistes de toutes obédiences, il ne s’agit pas de se satisfaire des garanties institutionnelles. L’influence entre autres de deux ligueurs, Émile Durkheim et sa Division du travail social, Charles Gide et ses travaux sur la coopération, accompagnée du ralliement à la République des socialistes, avant la Grande Guerre comme après, avec Jean Jaurès, Paul Aubriot, Lucien Herr, Marcel Sembat, Roger Picard ou Salomon Grumbach, et plus encore Francis de Pressensé et Victor Basch, dévoile une vision et une intention fraternelles ou solidaires de la République. En effet, ayant pris en compte la pluralité d’un mouvement qui embrasse toute la gauche non-communiste, ces hommes des libertés et des égalités refusent l’oubli de l’Homme par l’Histoire, entendent peser sur celle-ci, avec une finitude à tracer, dès lors que la Ligue resitue la République, ses enjeux, ses instruments, ses objectifs au cœur des débats et érige le politique en lieu dominant de la réflexion et de l’action24.

  • 25 Berstein S., « La politique sociale des Républicains », Berstein S. et Rudelle O. (dir.), op. cit.,(...)

38Mais en l’espèce se dessine un syncrétisme qui associe l’initiative individuelle, puisée dans le libéralisme, et l’interventionnisme correctif de l’État, qui prend sa source dans les perspectives solidaristes et socialistes. Il intègre les questions sociales en débordant la seule perspective d’une démocratie de petits propriétaires promue par les fondateurs et les continuateurs de la IIIe République représentés par les figures de Léon Gambetta, Jules Ferry ou Pierre Waldeck-Rousseau. Il considère, en effet, qu’il est temps de faire appel au pouvoir directeur de l’État en se dégageant du laissez-faire de l’école libérale et de la lutte des classes avancée par le marxisme, en prônant une plus grande justice fiscale et une instruction publique, laïque et obligatoire offrant toutes les chances de promotion à ces « couches nouvelles » qui adhèrent à ce modèle et peuplent la LDH25.

  • 26 Naquet E. et Sévilla N., « La Ligue de l’enseignement et la Ligue des droits de l’homme au temps du (...)

39C’est pourquoi le ligueur représente à bien des égards le républicain type de la IIIe République. Le régime défend, en effet, un projet de société qui répond globalement aux attentes de cette organisation de masse dont le recrutement, au-delà de la place en son sein des classes moyennes, est interclassiste. La République des républicains, celle des radicaux affirmés et des socialistes modérés, porte encore les espérances de 1789 ; le syndicalisme révolutionnaire de la CGT, au recrutement encore faible, n’ouvre que des perspectives vagues et peu sécurisantes. D’où, quand la direction prend le train social en marche, certains départs vers d’autres structures plus unificatrices comme la LFE ou le SNI, ou une préférence socialiste de la part de militants ouvriers qui veulent aller plus loin et plus profond26.

40Mais au lendemain de la Grande Guerre et avec la crise des années trente s’observe un désenchantement des jeunes ligueurs, comme l’exprime longuement mais justement le vieux dreyfusard et délégué Faucher, lors du congrès de Toulouse, en 1928 :

  • 27 CDH, 20 janv. 1929, p. 31.

« Il faut se rendre compte que la Ligue avec 150 000 membres n’est plus l’association d’avant-guerre […] tout aussi ardente à la bataille, mais […qui] était fatalement plus unie. Les souvenirs de l’affaire Dreyfus, d’où elle était née, étaient encore si proches qu’ils suffisaient d’ailleurs à maintenir parmi les ligueurs un état d’esprit commun. Enfin, les problèmes posés devant la conscience des ligueurs pour être les mêmes que ceux d’aujourd’hui, paraissaient moins pressants parce que leur solution paraissait moins lointaine. Les dissensions qu’ils engendraient restaient relativement calmes, car elles se plaçaient tout naturellement sur un plan tel que les idéalistes de la Ligue n’avaient aucune peine à trouver le point de vue d’où s’ordonnaient harmonieusement leurs pensées un instant divergentes.
La guerre a passé là-dessus. Toute une jeunesse généreuse et impatiente accourt à la Ligue. Elle lui demande non plus de formuler des aspirations idéales, mais de condamner tout de suite et sans recours les maux dont elle souffre. Elle connaît la monstrueuse bêtise des luttes armées ; elle voit le désastre matériel et moral engendré par la guerre. Elle veut que la Ligue en recherche les responsabilités, dénonce toutes les hypocrisies, prenne la tête d’un mouvement pacifiste intransigeant. S’il n’y avait pas ce vif et brûlant désir de liquider la guerre et d’instaurer la paix définitive, y aurait-il à la Ligue un cas Painlevé ? Est-ce que deux jours durant, un congrès de la Ligue discuterait sur le point de savoir si M. Painlevé restera ou ne restera pas l’un des 150 000 membres de notre association ! […].
La Ligue, certes, n’a pas failli à sa tâche, qui est de dire, en toute occasion, où est la Vérité, où est la Justice. Mais nous sommes presque unanimes à le reconnaître, les résultats obtenus sont en proportion de nos efforts. Nous avons puissamment aidé à l’évolution de l’esprit public ; nous n’avons pas obtenu de la démocratie ce que nous attendions d’elle. La liberté individuelle est toujours aussi peu garantie. Les lois « scélérates » non seulement subsistent, mais elles sont appliquées par quelques-uns de ceux qui les avaient le plus vigoureusement combattues. On triche avec la laïcité […]. On ruse avec la justice fiscale. Les conseils de guerre ne sont pas supprimés. La guerre est mise hors la loi, mais les budgets de la guerre et de la marine enflent d’année en année et le désarmement avorte. Comment veut-on que des hommes jeunes et sincères puissent comprendre ? Ils tournent vers les aînés – entre les aînés et eux, il n’y a pas de cadets, hélas ! – et ils se demandent si on ne les trompe pas. Leurs reproches sont parfois injustes ; la forme qu’ils leur donnent les rend souvent cruels, mais leur colère est généreuse et désintéressée27. »

  • 28 Naquet E., « La Ligue des Droits de l’Homme, de l’affaire Dreyfus à 1940 : engagement et culture po (...)

41La crise des années trente, à la fois interne, avec la Grande Dépression et ses effets socio-politiques, et externe, avec les nuages internationaux, provoque une donne inédite et inattendue, quand bien même le modèle républicain reste prégnant. On le voit nettement à travers l’évolution du Parti radical et l’affaiblissement voire le dépérissement organique de la culture républicaine. On le voit assurément à travers les mutations de la SFIO, qui connaît aussi des divisions face aux nouvelles problématiques. On le voit encore au cœur de la LDH, malgré ses efforts pour repenser la res publica face à la contestation du modèle républicain, pour courir à toutes les inégalités et toutes les injustices, pour dépasser le dilemme pacifisme/antifascisme ; les ambiguïtés de son articulation sur le politique démasquent les limites voire les impasses d’un projet certes humaniste, mais sans doute aussi utopique28.

  • 29 Sur « le pouvoir du peuple », Braud P., Science politique, t. 1, Paris, Le Seuil, coll. « Points Es (...)

42Faire l’histoire de la Ligue, c’est restituer des dits et des actes d’un collectif où se cachent ou se découvrent des individualités, où se distendent ou se cèlent des regroupements. Mais l’existence de la LDH se fonde sur le partage et même le culte de valeurs devenues références mobilisatrices, et sur une participation au discours sur des droits de l’homme dans un énoncé qui, au-delà de l’éloquence, se veut exigeant et rassembleur. Abolir l’injustice et l’inégalité, protéger les libertés, non par la révolution mais par la réforme, approfondir et étendre la démocratie, tel fut le projet de la LDH, inséré dans les rythmes de la IIIe République. Émancipateur et universaliste, avec des lacunes toutefois, ce dessein refusait de laisser diverger les destins des hommes et des peuples ; idéal, son programme le fut puisqu’il voulait constituer une quasi-société de semblables ou, mieux, de frères. Mais son programme fut tout autant politique, au sens noble du terme, c’est-à-dire civilisationnel, puisqu’il entendait accomplir l’humanité29.

  • 30 Voir la catégorisation proposée par Caroux F., « Typologie », Esprit, juin 1978, p. 9-12. Pour une (...)

43Centre géométrique du progrès, la Ligue révèle des aspirations multiples, avec néanmoins une perspective à travers la synthèse et le catalyseur que constituent les droits de l’Homme, et ce dans la plus large des républiques. Transgressant des classifications parfois réductrices, association d’expression et de participation, de gestion et de revendication, cumulant des fonctions tribunitiennes et para ou métapartisanes, d’une part, et des fonctions de socialisation et de sélection politique, mais aussi d’élaboration idéologique, d’autre part, la Ligue concourt au ressourcement des idées et au renouvellement du système politique, tout en en étant, en même temps, le reflet30.

  • 31 Cf. la relecture, parfois rapide, du « social-libéralisme » par Canto-Sperber M., Les règles de la (...)

44À cet égard, si la démocratie libérale et sociale, congénitale des droits de l’Homme, ressemble à une promesse, elle s’annonce aussi comme un pari. Pour les ligueurs, il s’agit de prendre conscience que la démocratie, dans toutes ses déclinaisons, est une investigation perpétuelle, et que les droits de l’Homme sont un combat permanent ; et donc de s’inscrire dans l’ordre politique en cherchant à se placer dans une perspective moderne, au-delà de conjonctures historiques et d’écarts conceptuels à accepter provisoirement31.

  • 32 Se reporter à Bodin L., Les intellectuels, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », 1962, Les intellect (...)

45Ces citoyens de la République et du monde, ces hommes de gauche réalisent par là-même un travail critique de construction et déconstruction, et mettent en avant une conception de la responsabilité que l’Affaire a annoncée. Mais ils le font dans un écartèlement entre les principes et le possible, dans les contradictions d’un projet politique à dimension globale, avec les limites inhérentes à leur inscription en politique et dans la politique. Ils lancent ainsi un dialogue qui demeure à plus d’un titre contemporain, qu’il concerne la République ou, plus largement, la Cité32.

Notes

1 Naquet E., « L’affaire Dreyfus, entre héritages, champs d’expériences et horizons d’attentes pour la République », communication au colloque international « La République sort ses griffes. Origines et modernité des valeurs républicaines », Belot R. (dir.), Tous républicains ! Origines et modernité des valeurs républicaines, Paris, A. Colin, coll. « Recherches », 2011, p. 39-48.

2 Sur la Belle Époque, voir Machelon J.-P., La République. Contre les libertés ? Les restrictions aux libertés publiques de 1879 à 1914, préface de Jean Rivero, Paris, Presses de la FNSP, 1976 et plus généralement Agrikoliansky É., « La gauche, le libéralisme politique et les droits de l’homme », Becker J.-J. et Candar G. (dir.), op. cit., t. 2, p. 524-541, Madeleine Rebérioux, « Les droits de l’homme » et Jennings J., « L’Égalité », Duclert V. et Prochasson C. (dir.), op. cit., p. 162-168 et 169-175.

3 Voir Hazareesingh S., Political traditions in Modern France, Oxford, Oxford University Press, 1994, p. 40 et suiv.

4 Cf. Tenzer N., « La Légitimité et la Légalité », Duclert V. et Prochasson C. (dir.), op. cit., p. 209-215. Pour une pensée élargie, David M., Le peuple, les droits de l’Homme et la République démocratique, Paris, L’Harmattan, 2003, Donzelot J., L’invention du social, op. cit., Rosanvallon P., L’État en France de 1789 à nos jours, op. cit., p. 171 et suiv., Baruch M.-O., « La gauche et l’État », Becker J.-J. et Candar G. (dir.), op. cit., t. 2, p. 542-562.

5 Gauchet M., La Révolution des droits de l’Homme, Paris, Gallimard-NRF, 1989.

6 Rebérioux M., « La défense des droits sociaux », Manceron G. et Rebérioux M. (dir.), op. cit., p. 50-67, Lochak D., Les droits de l’Homme, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 2002, p. 41 et suiv., et Halpérin J.-L., Histoire des droits en Europe de 1750 à nos jours, Paris, Flammarion, 2004, p. 145-146.

7 Schnapper D., La démocratie providentielle. Essai sur l’égalité contemporaine, Paris, Gallimard, coll. « NRF/Essais », 2002, p. 40-41.

8 Voir le no 156 de Jean Jaurès cahiers trimestriels dirigé par Audren F., « Socialismes des juristes », avr.-juin 2000 et Roussellier N., « La contestation du modèle républicain dans les années 30 : la réforme de l’État », Berstein S. et Rudelle O. (dir.), Le modèle républicain, op. cit., p. 319-335.

9 Naquet E., « Guerre et Droit. L’inconciliable ? L’exemple de la Ligue des droits de l’homme, de l’avant à l’après 14-18 », Mil neuf cent, revue d’histoire intellectuelle, no 23, 2005, p. 93-110 et Schnapper D., La communauté des citoyens. Sur l’idée moderne de nation, Paris, Gallimard, coll. « Folio Essais », 2003, p. 23-24). Pour une analyse polémique d’un gouvernement des juges à l’ère très contemporaine, mais dont la conception remonte dans le passé, Delsol C., La Grande Méprise : justice internationale, gouvernement mondial, guerre juste, Paris, La Table Ronde, 2004.

10 Likin M., « Dialoguer avec l’État républicain : la LDH dans l’entre-deux-guerres », Matériaux pour l’histoire de notre temps, no 72 spécial « Les droits de l’Homme au XXe siècle », oct.-déc. 2003, Lemaitre M. et Naquet E. (dir.), p. 28-30, Naquet E., « La LDH, les droits de l’Homme et le politique », op. cit., p. 17-27.

11 Chevallier J., L’État de droit, Paris, Montchrestien, coll. « Clefs politique », 1999, p. 104 et suiv. Sur les rapports entre la République et les droits de l’Homme, cf. Gueniffey P., « La Démocratie », Duclert V. et Prochasson C (dir.), op. cit., p. 155-161.

12 Berstein S., « Les classes moyennes devant l’Histoire », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, no 37, janv.-mars 1993, p. 3-12, Candar G., « La République des socialistes », Duclert V. et Prochasson C. (dir.), op. cit., p. 446-453, Chatriot A. et Lemercier C., « Les corps intermédiaires », ibid., p. 691-698, et Fridenson P., « Les organisations, un nouvel objet », Annales ESC, no 6, nov.-déc. 1989, p. 1461-1477.

13 Berstein S., « Les partis », in Rémond R. (dir.), Pour une histoire politique, op. cit., p. 49-85.

14 Sur l’importance de la mémoire de l’Affaire, Duclert V., « L’affaire Dreyfus », Duclert V. et Prochasson C. (dir.), op. cit., p. 531-537, « L’affaire Dreyfus et la gauche », Becker J.-J. et Candar G. (dir.), op. cit., t. 2, p. 199-214, et Racine R., « Traces de la mémoire dans l’entre-deux-guerres, 1898/1934-1935 », art. cit., p. 559-563.

15 Sur le concept, Becker J.-J., « L’opinion », in Rémond R. (dir.), op. cit., p. 161-183, et Laborie P., « De l’opinion publique à l’imaginaire social », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, no 18, avr.-juin 1988, p. 101-117, ainsi que Michels R., Les partis politiques, essai sur les tendances oligarchiques des démocraties, préface de René Rémond, Paris, Flammarion, coll. « Sciences », 1971.

16 Ferry L. et Renaut A., Philosophie politique, t. 3, Paris, PUF, coll. « Quadridge », éd. 1999, p. 25-26.

17 Voir les travaux de Gérard Baal et Serge Berstein, déjà cités, de Sadoun M., De la démocratie française. Essai sur le socialisme, Paris, Gallimard, coll. « NRF/Essais », 1993, p. 28-37, Lalouette J., « Anticléricalisme et laïcité », Becker J.-J. et Candar G. (dir.), op. cit., t. 2, p. 645-665 et Mayeur J.-M., La vie politique sous la Troisième République, op. cit., p. 302 et suiv. Se reporter aussi à Winock M., « Le moment Dreyfus et l’approfondissement d’une culture politique républicaine », in Berstein S. et Winock M. (dir.), L’invention de la démocratie, 1789-1914, dans Histoire de la France politique, sous la dir. de Serge Berstein, de Philippe Contamine et de Michel Winock, Le Seuil, coll. « L’Univers historique », 2003, p. 303-334, à Roussellier N., « L’horizon de l’État » et « Les caractères de la vie politique dans la France républicaine, 1880-1914 », ibid., p. 335-353 et 381-414, Winock M., « La rupture des équilibres, 1914-1939 », in Berstein S. et Winock M. (dir.), La République recommencée, de 1914 à nos jours, in Histoire de la France politique, sous la dir. de Serge Berstein, Philippe Contamine et Michel Winock, Paris, Le Seuil, coll. « L’Univers historique », 2004, p. 15-151.

18 Agulhon M., Le cercle dans la France bourgeoise : 1815-1848. Étude d’une mutation de sociabilité, op. cit., Agulhon M. et Bodiguel M., Les associations au village, Arles, Actes Sud, coll. « Le Paradoxe », 1981, Albert Meister, Vers une sociologie des associations, Paris, Éd. Ouvrières, 1972 et rioux J.-P., « L’association », in Rioux J.-P. et Sirinelli J.-F. (dir.), La France d’un siècle à l’autre…, op. cit., p. 857-861. Henri Sée parle de la LDH comme d’une « association que l’on peut considérer comme l’âme même de la démocratie française » (op. cit., p. 1).

19 Rioux J.-P., « L’association en politique », in Rémond R. (dir.), op. cit., p. 118 et Dobry M., Sociologie des crises politiques, Paris, Presses de la FNSP, coll. « Références », 1992, p. 253 et suiv.

20 Roussellier N., « La culture politique libérale », in Berstein S. (dir.), Les cultures politiques en France, op. cit., p. 69-112, ainsi que Berstein S., « Les fondements du libéralisme (XVIe-XVIIIe s.) », in Berstein S. (dir.), La démocratie libérale, Paris, PUF, 1998, p. 9-52 et « Naissance du libéralisme politique : le modèle français (XVIIIe-XIXe s.) », in op. cit., p. 139-211. Sur les contradictions républicaines, Birnbaum P., La France imaginée, Paris, Fayard, 1998, p. 137-194, Mayeur J.-M., Les débuts de la IIIe République, 1871-1898, Paris, Le Seuil, coll. « Points Histoire », 1973, p. 108 et suiv., et Nord P., « La IIIe République », Duclert V. et Prochasson C. (dir.), op. cit, p. 52-62.

21 Berstein S., « Le modèle républicain : une culture politique syncrétique », in Berstein S. (dir.), Les cultures politiques en France, op. cit., p. 113-143 et « La synthèse démocrate-libérale en France et la naissance du modèle républicain », in Berstein S. (dir.), La démocratie libérale, op. cit., p. 263-313.

22 Berstein S., « La culture républicaine dans la première moitié du XXe siècle », in Berstein S. et Rudelle O. (dir.), Le modèle républicain, op. cit., p. 159-171 ; Freund J., Qu’est-ce que la politique ?, Paris, Sirey, 1965, rééd. Le Seuil, coll. « Points Politique », 1978.

23 Voir Ambroise-Rendu M.-C., « La Fraternité », Duclert V. et Prochasson C. (dir.), op. cit., p. 177-182, en particulier p. 178 et 180 et Laborde C., « La Citoyenneté », in Duclert V. et Prochasson C. (dir.), ibid., p. 116-123. Se reporter aussi à Trebitsch M., « Les intellectuels », in Duclert V. et Prochasson C. (dir.), ibid., p. 732-738, et plus largement à Fabiani J.-L., « Que reste-t-il de l’intellectuel républicain ? », Jean Jaurès cahiers trimestriels, no 169-170, juil.-déc. 2003, p. 45-56, Mongin O., « Généalogies de l’intellectuel français » (Esprit, no 263, mars-avr. 2000, p. 12-14) et Lindenberg D., « L’intellectuel à la française et l’éternelle « Affaire » », en particulier p. 124 et suiv.

24 Charle C., « La question de l’État de Jaurès à Léon Blum », Jean Jaurès cahiers trimestriels, no 150, oct.-déc. 1998, p. 44-57, Antonini B., « État et socialisme chez Jean Jaurès, L’Harmattan, 2005, Bergounioux A., « Socialisme et République avant 1914 », Berstein S. et Rudelle O. (dir.), op. cit., p. 117-128 et Ory P., « Le démocratisme libéral au miroir français », in Ory P. (dir.), Nouvelle histoire des idées politiques, postface de René Rémond, Paris, Hachette, 1987, p. 311-320.

25 Berstein S., « La politique sociale des Républicains », Berstein S. et Rudelle O. (dir.), op. cit., p. 189-208, notamment p. 193, « L’enracinement de la République au sein des classes moyennes au début du XXe siècle », in Isoart P. et Bidegaray C. (dir.), Des Républiques françaises, op. cit., p. 261-283. Voir aussi Sirinelli J.-F., « Des boursiers conquérants ? École et “promotion républicaine” sous la IIIe République », in Berstein S. et Rudelle O. (dir.), op. cit., p. 243-262.

26 Naquet E. et Sévilla N., « La Ligue de l’enseignement et la Ligue des droits de l’homme au temps du Front populaire : deux associations parapolitiques face aux enjeux politiques posés à la gauche citoyenne », in Morin G. et Richard G. (dir.), Les deux France du Front populaire, Paris, L’Harmattan, coll. « Des poings et des roses », 2008, p. 233-246.

27 CDH, 20 janv. 1929, p. 31.

28 Naquet E., « La Ligue des Droits de l’Homme, de l’affaire Dreyfus à 1940 : engagement et culture politique républicaine », Baudouï R., Garrigues J., Leymarie M., Musiedlak D., Piketty G. (dir.), Un professeur en République. Mélanges en l’honneur de Serge Berstein, Paris, Fayard, coll. « Chorus », 2006, p. 58-66. Voir aussi Berstein S., Histoire du Parti radical, op. cit., t. 2, p. 191 et suiv., Wolikow S., « Les gauches, l’antifascisme et le pacifisme pendant les années trente », Becker J.-J. et Candar G. (dir.), op. cit., t. 2, p. 357-374, Roussellier N., « La contestation du modèle républicain dans les années 30 : la réforme de l’État », in Berstein S. et Rudelle O. (dir.), op. cit., p. 319-355, Lazar M., « La République à l’épreuve du social », in Sadoun M. (dir.), La démocratie en France, t. 2, Paris, Gallimard, coll. « NRF/Essais », 2000, notamment p. 341-352 et Sirinelli J.-F., « Aux marges de la démocratie. De l’agora à la place des pas perdus », Sadoun M. (dir.), op. cit., en particulier p. 265 et suiv.

29 Sur « le pouvoir du peuple », Braud P., Science politique, t. 1, Paris, Le Seuil, coll. « Points Essais », 1997, p. 61-119.

30 Voir la catégorisation proposée par Caroux F., « Typologie », Esprit, juin 1978, p. 9-12. Pour une ouverture, Berstein S., La République sur le fil, entretiens avec Jean Lebrun, Paris, Le Seuil, coll. « Textuel », 1998.

31 Cf. la relecture, parfois rapide, du « social-libéralisme » par Canto-Sperber M., Les règles de la liberté, Paris, Plon, 2003, à compléter par « Pour le socialisme libéral », Esprit, no 263, mai 2000, p. 9-26 et les analyses sur le long terme rassemblées par Lefort C., Essais sur le politique, XIXe-XXe siècles, Paris, rééd. Le Seuil, coll. « Points Essais », 2001, p. 17 et suiv. et 33 et suiv., et L’invention démocratique. Les limites de la domination totalitaire, Paris, Fayard, 1998, chap. 1.

32 Se reporter à Bodin L., Les intellectuels, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », 1962, Les intellectuels existent-ils ?, Paris, Bayard, 1997, et à Ory P., Goulemot J.-M., Prochasson C., Lindenberg D., in Ory P. (dir.), Dernières questions aux intellectuels et quatre essais pour y répondre, Paris, Olivier Orban, 1990, p. 9 et suiv. Voir enfin la synthèse de Kriegel B., Philosophie de la République, Paris, Plon, 1999 qui, au-delà de certains accents polémistes, invite à retravailler l’apport républicain.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site