Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pour l’humanité

 | 
Emmanuel Naquet

Première partie. De « l’affaire par excellence » (Jean Psichari) aux droits de l’homme. Du modéré Ludovic Trarieux au jaurésien Francis de Pressensé (1894-1914)

Conclusion de la première partie

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Nous avons inauguré une méthode véritablement nouvelle en France. On a reproché souvent à la démocratie française d’être infiniment trop pénétrée d’un idéalisme qui se perdrait dans le vague, qui n’aurait rien de pratique ni de réaliste. Nous avons voulu montrer qu’on pouvait être idéaliste intransigeant, qu’on pouvait rester attaché par toutes les fibres de sa conscience et de sa raison à certains grands principes […] rationnels du gouvernement des sociétés, tout en livrant jour après jour, un combat pratique sur le terrain de la légalité minutieuse et scrupuleuse. C’est l’alliance de la méthode anglo-saxonne avec la glorieuse tradition idéaliste de la France. »
Francis de Pressensé, BOLDH, 15 janv. 1911, p. 8.

L’affaire Dreyfus constitue, on l’a vu, une crise éthique et politique majeure bouleversant la France républicaine de cette fin de siècle. Les raisons en sont multiples, complémentaires et cumulatives, et ont déjà été évoquées ici comme ailleurs. Les analyses des modalités d...

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540