Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pour l’humanité

 | 
Emmanuel Naquet

Première partie. De « l’affaire par excellence » (Jean Psichari) aux droits de l’homme. Du modéré Ludovic Trarieux au jaurésien Francis de Pressensé (1894-1914)

Chapitre II. Entre poussée politique et crise. Le virage d’une présidence socialiste avec Francis de Pressensé à partir de 1903

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« La ligue n’est pas une assemblée de notaires, chargés d’enregistrer congrûment les iniquités sociales, pourvu que la forme légale ait été respectée. [Elle] est une assemblée d’hommes libres qui, dans la mesure de leurs trop faibles forces, essayent de contribuer au triomphe de la justice, de l’équité vraies, et non de la justice littérale. »
Paul Painlevé, BOLDH, 15 oct. 1904, p. 1288.

« Nous avons déclaré que nous pouvions nous placer tous sur le large terrain de la Déclaration des Droits de l’Homme. Cet individualisme-là, tel qu’il a été formulé par nos pères de la Révolution, il contenait dans ses flancs, je dirai jusqu’au collectivisme… »
Francis de Pressensé, BOLDH, 1er mai 1904, p. 508.

À lire les paroles et les actes qui marquent les premiers pas de la Ligue des droits de l’homme, on est frappé de la distance parcourue par un mouvement qui n’a pas cinq ans d’existence. Conçue avec la naissance du XXe siècle lors d’un sursaut de la conscience civique, l’organisation est davantag...

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540