Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entre violence et conciliation

 | 
Jean-Claude Caron
, 
Frédéric Chauvaud
, 
Emmanuel Fureix
, 
et al.

Deuxième partie. Agir face au conflit : un jeu de techniques

Revendications professionnelles et usage de la violence : le cas des bouchers parisiens (1886-1904)

Sylvain Leteux

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Si l’usage de la violence pour des motifs professionnels peut se concevoir dans les deux premiers tiers du xixe siècle – les ouvriers ne disposant alors ni du droit de grève ni de la liberté syndicale – on peut s’interroger sur la permanence du recours à la violence après 1884, alors que la Troisième République reconnaît les syndicats et qu’une législation sociale est progressivement mise en place1. Les attentats anarchistes des années 1890 ont certes marqué la mémoire collective, et la période 1890-1906 constitue de fait l’âge d’or de l’anarcho-syndicalisme, mais l’étude précise de quelques professions artisanales parisiennes permet de mesurer la fréquence du recours à la violence, la diversité des motifs de mécontentement et la variété des formes de contestation. À partir du cas des bouchers parisiens, entre 1886 et 19042, on peut relativiser l’usage de la violence à des fins professionnelles, en le confrontant à d’autres modes, plus discrets, de résolution des conflits.

Les source...

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540