Version classiqueVersion mobile

Entre violence et conciliation

 | 
Jean-Claude Caron
, 
Frédéric Chauvaud
, 
Emmanuel Fureix
, 
et al.

Première partie. La mémoire et le discours. Histoire de mots, mots de l’histoire

Le débat sur l’absence de révolution dans l’histoire britannique contemporaine

Fabrice Bensimon

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Évoquons, pour commencer, le point de vue de deux continentaux. Tocqueville, plutôt sceptique sur l’éventualité d’une révolution en Grande-Bretagne, notait cependant en 1833, à l’occasion d’un voyage :

J’ai dit qu’une révolution violente était possible quoique non probable. En effet, l’Angleterre a, de plus, indépendamment des dangers de la Réforme, d’autres dangers qui peuvent augmenter singulièrement ceux-là : une grande crise financière provoquée par la banqueroute, un accroissement de misère causé par la prolongation des lois actuelles sur les pauvres arrivant au milieu de l’agitation de la Réforme, pourraient assurément donner aux passions populaires une impulsion qu’il est bien difficile de prévoir1.

Quant à Engels, il écrivait dans le dernier chapitre de la Situation de la classe laborieuse en Angleterre (1844) : « Il n’est nulle part plus facile qu’en Angleterre de lancer des prophéties parce que dans ce pays, le développement de la société est fort clair et bien tranché. La r...

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search