Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entre violence et conciliation

 | 
Jean-Claude Caron
, 
Frédéric Chauvaud
, 
Emmanuel Fureix
, 
et al.

Première partie. La mémoire et le discours. Histoire de mots, mots de l’histoire

La création d’un bouc émissaire : la Gendarmerie royale de Paris dans les récits des Trois Glorieuses

Aurélien Lignereux

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Parmi la profusion de récits célébrant les Trois Glorieuses, la prise de la caserne de gendarmerie du faubourg Saint-Martin, au soir du 28 juillet, mérite d’être signalée. Outre les poncifs du genre – éloge des élèves de Polytechnique et de la probité du peuple –, l’épisode met en scène la justice populaire qui s’abat sur des gendarmes dévoyés :

Un détachement de gendarmes est vivement harcelé par une masse de citoyens que guident ces vieux généraux de vingt ans, sortis de l’École Polytechnique, de cette poule aux œufs d’or de Napoléon. Les gendarmes, qui se voient perdus sans ressource, demandent à fraterniser avec le peuple. Conduisez-nous à notre caserne, et nous allons vous livrer toutes nos armes. On ajoute foi à leur parole, on les escorte jusqu’à leur caserne […], ils reparaissent avec des armes… Pour les livrer sans doute… Que vous connaissez mal ces dignes soutiens du parti jésuitique ! Ils en ont toute l’astuce, toute la perfidie dans leur cœur de gendarme. Ces armes, ils l...

Auteur

Docteur en histoire contemporaine, ATER à l’Université de Savoie.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540