Version classiqueVersion mobile

Entre violence et conciliation

 | 
Jean-Claude Caron
, 
Frédéric Chauvaud
, 
Emmanuel Fureix
, 
et al.

Première partie. La mémoire et le discours. Histoire de mots, mots de l’histoire

Le discours libéral sur la Terreur blanche nîmoise (1816-1820)

Pierre Triomphe

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Marcel Gauchet situe la « vraie naissance » de la droite et de la gauche sous la Restauration. Selon lui, « les années 1815-1820 représentent la période véritablement matricielle où [ces dénominations] se fixent et s’accréditent de manière efficace1 ». À l’époque, la droite s’identifie aux ultraroyalistes, alors que le côté gauche est constitué par ceux qu’on appelle les indépendants en 1817, puis, à partir de l’année suivante, les libéraux. On insiste à juste titre sur le rôle de la mémoire de la Révolution dans la genèse de cette lutte des deux France. Les controverses sur les massacres du Midi y contribuèrent également, surtout ceux commis par des royalistes dans la région de Nîmes, au début de la seconde Restauration, de juillet à novembre 1815. Ces exactions, dont le bilan reste incertain, firent en tout état de cause plusieurs dizaines de morts, ce qui les rend les plus meurtrières peut-être de toutes les violences du Midi. Avec la répression légale mise en place en 1815 et 18...

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search