Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Louis XIV, l’image et le mythe

 | 
Mathieu Da Vinha
, 
Alexandre Maral
, 
Nicolas Milovanovic

Quatrième partie. La contre-image royale

Nec lubricus impar : les galanteries de Louis XIV en question

Stanis Perez

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Laissons le soin à la Palatine de décocher le premier trait :

« Louis XIV était galant, mais souvent il poussait la galanterie jusqu’à la débauche ; tout lui était bon, pourvu que ce fussent des femmes, les paysannes, les filles de jardiniers, les femmes de chambre, les dames de qualités ; elles n’avaient qu’à faire semblant d’être amoureuses de lui1. »

Un tel portrait n’est pas sans rappeler que la devise du roi (Nec pluribus impar), celle qu’il s’évertue à justifier dans ses Mémoires, suppose que le monarque dépasse tous ses sujets dans tous les domaines possibles et imaginables2. Y compris celui des plaisirs de la chair et de la séduction.

En parallèle de la métaphore solaire, Louis s’est plu à cultiver, avec l’aide de ses artistes, l’image à la fois apollinienne et dionysiaque d’un prince séducteur, dans la droite ligne des tout premiers Bourbons. Qu’importe la couronne, en réponse aux quolibets de la Fronde et aux amours timides de Louis XIII (si la chose est avérée), il fallait r...

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540