Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Plantagenêts et leur empire

 | 
Fanny Madeline

Deuxième partie. Contrôler les lieux et marquer l’espace : topographie de l’affirmation de la puissance publique

Chapitre VI. L’essor des villes et les travaux royaux « d’utilité publique » : entre patronage et construction du territoire

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Peut-on utiliser la catégorie de « public » pour désigner les travaux d’intérêt général au Moyen Âge et plus précisément avant le XIIIe siècle, moment à partir duquel les notions d’utilité publique et de Bien Commun deviennent des concepts centraux de la pensée politique médiévale1 ? Depuis la fin de l’Antiquité, en effet, la division romaine entre public et privé est remplacée, progressivement, « par le sentiment très simple d’une différence entre l’intérêt commun (utilitas communis) et celui des particuliers (commoditas privatorum)2 ». Les travaux autrefois reconnus comme relevant de l’utilité publique deviennent ainsi progressivement « d’utilité commune ». Leur usage mais aussi leur mise en œuvre collective, impliquant la coopération d’acteurs multiples justifient une telle dénomination. Au cours de la période féodale, la construction des ponts, des routes, des digues, des canaux destinés à l’usage de tous a progressivement fait l’objet d’une appropriation seigneuriale. Elle est ...

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540